Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

20/07/2015

VARIATIONS CLIMATIQUES ET MEDIAS ANCIENS OU RECENTS

changements climatiques,réchauffement climatique,CO2,GIEC,climat,Je reprends ici l'intégralité des prédictions apocalyptiques que j'ai récemment mises en ligne en quatre épisodes. (agrémentée de quelques ajoutes récentes).

Il en existe une foule d'autres, dans la même lignée mais il faut bien faire un choix parmi toutes celles qui furent relayées par la presse, et sur internet.  

Elles relativisent l'hystérie catastrophiste relayée aveuglément par nos médias, alimentés par les groupes de pression idéologico-politiques à l'approche de la conférence de Paris sur le climat (cop 21), qui doit se tenir en décembre.

La lecture des publications anciennes illustre à suffisance les tendances mouvantes  quant au devenir désolant de notre planète. En fonction des époques, et surtout de la période de référence choisie pour les observations, ou imposée aux modèles climatiques selon ses convictions, nous passons d'un refroidissement à un réchauffement. 

Cela n'est d'ailleurs nullement incompatible avec l'existence de cycles naturels, totalement indépendants des émissions humaines de CO2.

Les affolantes prédictions écologistes sont tout aussi hilarantes, après coup.

Bonne lecture, et bon amusement ! 

Jo Moreau.

 

 

- « Les observations convergent : la neige fond sur les rochers, la vie végétale progresse, l’eau de mer se réchauffe, le climat se radoucit au Pôle. Quelle est la cause de la mer libre de glaces ? ».

Dr KANE - ARCTIC EXPLORATIONS - 1857

- « Les conclusions de la dernière expédition allemande vers le pôle Nord ont été publiées. (…) Une mer libre de glaces et peuplée de baleines y fut découverte ».

NEW YORK TIMES - 21/10/1871.

- « Les géologues prédisent la possibilité d’un nouvel âge de glace ».

NEW YORK TIMES - Février 1895.

- « Les glaciers disparaissent lentement. Leur anéantissement final est un fait scientifique ».

LOS ANGELES TIMES - 1902. 

- " Records de chaleur en Arctique. Les endroits les plus chauds d'Europe ce matin se trouvent dans le cercle polaire".

NEW YORK TIMES - 05/07/1907.

- «Le 5e âge de glace est commencé. La race humaine devra lutter contre le froid pour son existence».

LOS ANGELES TIMES - 23.10.1912.

- « L’Océan Arctique se réchauffe. Les icebergs sont de plus en plus rares, et les phoques fuient des eaux trop chaudes. Tout ceci conclut à un changement radical des conditions climatiques. Des grandes masses de glaces ont été remplacées par des moraines de terre et de pierres alors qu’à d’autres endroits, des glaciers ont entièrement disparus ».

WASHINGTON POST - 02/11/1922.

- « L’Arctique semble se réchauffer. Les rapports des pêcheurs et des explorateurs convergent : nous assistons à un changement radical des conditions climatiques dans ces régions.(…) L’expédition en Arctique a constaté des conditions de glace exceptionnelles. On n’avait jamais constaté auparavant aussi peu de glaces. L’expédition a pu naviguer aussi loin que 81°29’ sur une mer libre de glaces ».

MONTHLY WEATHER REVIEW - 11/1922.

- "Chaleur extraordinaire dans l'Arctique au cours de ces dernières années. Si cela continue, la calotte polaire pourrait fondre entièrement, et le nord des Etats-Unis connaîtraient un climat sub-tropical".

THE PITTSBURGH PRESS - 03/12/1922.

- "Le Pôle Nord va-t-il fondre entièrement ? On y assiste à un changement radical des conditions climatiques".

DAILY NEWS - 16/04/1923. 

- « Le Professeur Gregory, de l’Université de Yale, déclare qu’une nouvelle époque glaciaire a débuté. Il était le représentant américain au Congrès des sciences Pan-Pacifique et a averti que l’Arctique allait recouvrir le Canada, que l’Amérique du Nord disparaîtrait jusqu’aux grands lacs, et d’énormes parties de l’Asie et de l’Europe seraient anéanties ».

CHICAGO TRIBUNE -  09/08/1923.

- « Le constat de l’évolution de la chaleur solaire et de l’avance des glaciers au cours des dernières années ont donné lieu à des conjectures sur l’avènement possible d’un nouvel âge glaciaire ».

TIMES MAGAZINE - 10/09/1923.

-  « Le rapport Mac Millan démontre les signes d’un nouvel age glaciaire ».

NEW YORK TIMES - 18/09/1924.

- « La plupart des géologues pensent que le monde se réchauffe, et qu’il continuera à se réchauffer ».

LOS ANGELES TIMES - 1929.

- « Si ces constatations sont vraies, alors nous sommes engagés dans un nouvel âge de glace ».

THE ATLANTIC MAGAZINE 1932.

-  « L’Amérique connaît la plus longue période de chaleur depuis 1776 ».

NEW YORK TIMES - 27/03/1933.

- « La tendance persistante est à un climat plus chaud. Notre climat change-t-il ? ».

FEDERAL WEATHER BUREAU - 1933.

- « Le réchauffement climatique, causé par les émissions de CO2, est bénéfique pour l’humanité de diverses façons, notamment par la production de chaleur et d’énergie ».

Bulletin trimestriel du ROYAL METEOROLOGICAL SOCIETY - 1938.

- « Les experts décortiquent 20 années de réchauffement du climat. Chicago est au premier rang des milliers de villes de par le monde qui sont touchées par une mystérieuse tendance d’un climat plus chaud au cours de ces deux dernières décennies ».

CHICAGO TRIBUNE - 1938.

- « Ceux qui affirment que les hivers étaient plus rudes quand ils étaient jeunes ont raison. Les météorologues n’ont aucun doute que le monde se réchauffe, au moins pour l’époque actuelle ».

WASHINGTON POST - 1939.

- « Les scientifiques ont confirmé le fait que les régions arctiques autour du Spitzberg se réchauffent au rythme de près de 1° tous les deux ans. Les glaciers reculent, tandis que le sol qui était profondément gelé toute l’année subit maintenant un dégel pendant l’été arctique ».

WODONGA SENTINEL - 29/09/1939.

- « Un mystérieux réchauffement de l’Arctique est en cours. Les températures y ont augmenté de 10°F depuis 1900. Le niveau de la mer au Spitzberg s’élève pendant la même période de 1 à 1 et demi millimètre par an » .

THE ARGUS - 31/05/1947.

- « Nous avons appris que le monde s’est réchauffé au cours du dernier demi-siècle ».

NEW YORK TIMES - 10/08/1952.

- « Les hivers se font plus doux, les étés plus secs, les glaciers reculent et les déserts s’étendent ».

US NEWS AND WORLD - 1954.

- « Les glaciologues sont unanimes pour constater que les fronts glaciaires reculent. Dans le Sud du Groenland, des milliers d’hectares de terres couvertes de glace au début du siècle sont aujourd hui dégagées. ».

SCIENCE ET AVENIR - Septembre 1957.

- « Après une semaine de discussions sur les causes du changement climatique, une assemblée de spécialistes mondiaux semble conclure un accord unanime sur un point : le climat se refroidit ».

NEW YORK TIMES -30/01/1961.

- « Comme un canoë entraîné vers une énorme chute, la Terre et ses habitants est engagée sur la pente descendante d’une immense vague climatique qui nous plonge vers un nouvel âge glaciaire ».

LOS ANGELES TIMES - 23/12/1962.

- « Les glaces de l’Arctique fondent et l’Océan du Pôle Nord pourrait être libre de glaces dans 10 ou 20 ans ».

NEW YORK TIMES - 20/02/1969.

- Préparez vos caleçons longs et vos petites laines contre le temps froid. Le pire est à venir ».

WASHINGTON POST - 1970.

-  "Dans dix ans, les habitants des villes devront porter des masques à gaz pour survivre à la pollution atmosphérique… D'ici 1985, la pollution de l'air aura réduit de moitié la quantité de lumière du soleil atteignant la croute terrestre." 

LIFE MAGAZINE janvier 1970.

- « Le monde s’est refroidit pendant environ 20 ans. Si cette tendance se perpétue, le monde sera de 4°C plus froid en 1990 que les températures moyennes globales normales, et de 11°C en 2000. C’est environ deux fois ce qui est nécessaire pour nous entrainer vers un âge de glace. ».

Kenneth WATT, écologiste.« Journée de la Terre », conférence à Swarthmore University 04/1970.

 -"Il est déjà trop tard pour éviter les grandes famines." – 

Denis HAYES, écologiste, ex directeur du National Renewable Energy Laboratory,organisateur du Jour de la Terre 04/1970.

- "La population va inévitablement et complètement dépasser tous les petits accroissements de production de nourriture que nous faisons. Le taux de mortalité augmentera jusqu'à ce qu'au moins 100 à 200 millions de personnes par an meurent de faim pendant les dix prochaines années."

Paul EHRLICH, biologiste à l'université de Stanford. Le Jour de la Terre 04/1970.

-  "La plupart des gens qui vont mourir dans le plus grand cataclysme de l'histoire de l'humanité sont déjà nés… [D'ici 1975] certains experts sentent que les disettes dépasseront le niveau actuel de faim et de sous-nutrition et s'intensifieront en des famines de proportions inimaginables. D'autres experts, plus optimistes, pensent que la collision ultime nourriture-population n'aura pas lieu avant les années 1980."

Paul EHRLICH - biologiste à l‘Université de Stanford. « Le Jour de la Terre 04/1970 ».

-  "Les démographes sont presque tous unanimes sur le sinistre calendrier suivant : d'ici 1975 des famines généralisées commenceront en Inde ; elles se répandront pour englober en 1990 toute l'Inde, le Pakistan, la Chine et le Proche-Orient, l'Afrique. D'ici l'an 2000, ou probablement plus tôt, l'Amérique du Sud et l'Amérique centrale vivront des conditions de famine… D'ici l'an 2000, dans 30 ans, le monde entier, à l'exception de l'Europe de l'Ouest, l'Amérique du Nord, et l'Australie, sera affamé."

Peter GUNTER, Professeur à l'université du Nord Texas. « Le Jour de la Terre 04/1970 ».

- "Considérant le niveau actuel d'accumulation d'azote, ce n'est qu'une question de temps avant que la lumière ne soit filtrée par l'atmosphère et qu'aucune de nos terres ne soit exploitable." – 

Kenneth WATT, écologiste. « Le Jour de la Terre 04/1970 ».

- "D'ici à l'an 2000, si la tendance actuelle se maintient, nous utiliserons du pétrole brut à un tel taux… qu'il n'y aura plus de pétrole brut. Vous roulerez jusqu'à la station service pour faire le plein, et on vous répondra 'je suis vraiment désolé, on est à sec'".  Kenneth WATT, écologiste. « Le Jour de la Terre 04/1970 ».

- "La couverture nuageuse va continuer à s'épaissir au fur et à mesure que plus de poussières, fumées et vapeur d'eau seront crachées par les cheminées d'usines et les avions. Protégée de la lumière du soleil, la planète sera fraiche, la vapeur d'eau tombera et gèlera, et une nouvelle ère glaciaire fera son apparition." .

NEWSWEEK MAGAZINE à l’occasion du Jour de la Terre en 04/1970.

-  "Le monde s'est brusquement refroidit depuis à peu près vingt ans. Si la tendance actuelle se confirme, la température moyenne du globe aura baissé de 4 degrés en 1990, et de 11 degrés en 2000. C'est à peu près deux fois ce qu'il faudrait pour nous retrouver dans une ère glaciaire."

Kenneth WATT, écologiste. « Le Jour de la Terre 04/1970 ».

- « Dans 10 ans, toute vie animale dans les mers aura disparu. Des zones côtières devront être évacuées en raison de la puanteur des poissons morts ».

Paul EHRLICH - Environnementaliste - Center for Conservation Biology - 1970.

- « (en 1995) environ 75 à 85 pour cent de toutes les espèces animales se seront éteintes ».

Dr S. DILLON RIPLEY - Secrétaire Smithsonian Institution - militant écologiste - Look Magazine - avril 1970.

-  « Les USA et l’URSS ont entamé des recherches à grande échelle afin de déterminer la raison du refroidissement de l’Arctique, de l’épaississement inquiétant de la glace de mer, et si cette couverture de glace en augmentation pouvait contribuer à l’apparition d’une période glaciaire ».

NEW YORK TIMES - 18/07/1970.

- « Dans les prochaines 50 années, la poussière rejetée dans l’atmosphère par la combustion des combustibles fossiles occultera tant le rayonnement solaire, que la température de la Terre pourrait diminuer de six degrés. Des émissions massives pendant plus de 5 à 10 ans pourraient être suffisantes pour déclencher un âge de glace »

WASHINGTON POST - 09/07/1971.

- « Je suis prêt à parier que l’Angleterre n’existera plus en l’an 2000. Ce sera un groupe d’iles pauvres habitées par 70 millions d’êtres souffrant de la faim ».

Paul EHRLICH  - Environnementaliste - Center for Conservation Biology - Discours devant  l’Institut Britannique de Géologie en septembre 1971.

- « Arrivée d’un nouvel âge de glace. Le climat se refroidit déjà. Un jour, au milieu de l’été peut-être dans un avenir assez proche, une gelée meurtrière va fondre sur les champs de blé du Saskatchewan, des Dakotas et sur les steppes russes ». 

LOS ANGELES TIMES - 24/10/1971.

- « Un spécialiste de l’Arctique, Bernt Balchen, pionnier de l’exploration polaire, déclare qu’une tendance générale au réchauffement du Pôle Nord est en train de faire fondre la calotte polaire et pourra produire un Océan Arctique sans glace d’ici l’an 2000 ».

LOS ANGELES TIMES  - 16/05/1972.

- ‘Un refroidissement global a été constaté au cours des quarante dernières années ».

TIME MAGAZINE - 1974.

-  « Le refroidissement climatique est engagé. Il aura pour conséquence des changements climatiques provoquant des catastrophes aux dimensions inégalées ».

FORTUNE MAGAZINE - 1974 - article couronné par l’Association Américaine des Sciences.

- « Un changement climatique (refroidissement global) très important est en cours en ce moment, et ce n’est pas seulement d’un intérêt académique. Si cela continue, il aura une incidence sur l’ensemble de l’humanité, pouvant déboucher sur un milliard de personnes affamées. Les effets apparaissent déjà de manière assez radicale ».

FORTUNE MAGAZINE - février 1974.

- « Les climatologues sont de plus en plus inquiets. Les aberrations météorologiques qu’ils constatent peuvent être les signes avant-coureurs d’un nouvel âge de glace ».

TIME MAGAZINE - 24/06/1974.

- « Plusieurs climatologues ont publié une déclaration constatant que le changement climatique  en cours est tel que les plus optimistes ont acquis la certitude d’une défaillance majeure de l’agriculture dans une dizaine d’années. Si les décideurs ne tiennent pas compte de cette catastrophe imminente, il en résultera des morts en masse par la famine, et probablement dans l’anarchie  et la violence ».

NEW YORK TIMES - 29/12/1974.

- « Il y a consensus parmi les climatologues du monde entier. Une fois que le refroidissement climatique aura commencé, plus rien ne pourra l’arrêter ».

Douglas COLLIGAN  - Science Digest 1975.

- « Le climat présente actuellement des symptômes alarmants. Il y a tout lieu de craindre que la terre subira un refroidissement dramatique au cours des 100 prochaines années ».

ACADEMIE DES SCIENCES US - 1975.

- « Un nombre important d’études convergentes aboutissent à la conclusion d’un refroidissement du climat terrestre. Il n’y a désormais plus de doute sur le fait que les changements en cours ces dernières années sont plus qu’une fluctuation statistique mineure ».

NATURE - 06/03/1975.

- « Des indices apparemment disparates représentent les signes avant-coureurs de changements fondamentaux dans le climat mondial, déclarent les scientifiques. Après trois quarts de siècle de conditions climatiques extraordinairement douces, la Terre semble se diriger vers un refroidissement. Les météorologues ne s’entendent pas sur les causes et l’étendue de ce refroidissement, ainsi que sur son impact sur la météorologie locale. Mais ils sont presque unanimes sur l’impact négatif qu’aura ce refroidissement mondial sur la production agricole pour  la fin du siècle. les famines consécutives pourraient être catastrophiques ». 

NEWSWEEK - 28/04/1975.

- « Les scientifiques s’interrogent sur la raison du changement climatique mondial en cours. Un refroidissement majeur est considéré comme inévitable ».

NEW YORK TIMES - 21/05/1975.

- « Le continuel et rapide refroidissement de la Terre depuis la seconde guerre mondiale est en phase avec l’augmentation de la pollution atmosphérique due à l’industrialisation, la mécanisation, l’urbanisation et l’explosion démographique. La menace d‘un nouvel âge de glace est, avec la guerre nucléaire, une cause d‘extinction de masse et de misère pour l‘humanité».

Nigel CALDER, dans INTERNATIONAL WILDLIFE en Juin 1975.

- « Les signes avant-coureurs abondent. Par exemple la persistance inattendue de la banquise et son épaississement dans les eaux autour de l’Islande, ou la migration vers le sud du tatou du Midwest, une créature appréciant la chaleur. Depuis les années 1940, la température mondiale moyenne a diminué d’environ 2,7°C ».

George J KUKLA - climatologue Université de Columbia- Time Magazine 24/06/1975.

- « Les fermes US peuvent être atteintes par le refroidissement global ».

US NEWS AND WORLD REPORT - 1976.

- « Le refroidissement actuel a déjà tué des centaines de milliers de personnes. S’il continue, il provoquera une famine mondiale, un chaos généralisé et une guerre mondiale (…) Tout cela pourrait survenir avant l’an 2000 ».

Lowell PONTE  - PhD - Journaliste d'investigation scientifique (1976).

- Se fondant sur huit indices climatiques, une équipe internationale de spécialistes a conclu que le refroidissement observé ces 30 dernières années se poursuivait, au moins dans l’hémisphère Nord.

NEW YORK TIMES - 05/01/1978.

- La preuve a été donnée et discutée de la tendance au refroidissement climatique dans l’hémisphère Nord depuis environ 1940, d’une ampleur de plus de 0,5°C, en raison principalement du refroidissement à des latitudes moyennes et élevées.

Bulletin de AMERICAN METEOROLOGICAL SOCIETY - Novembre 1980.

- « Il existe un réchauffement climatique d’une ampleur sans précédent ».

NEW YORK TIMES - 1981.

- Les experts déclarent que la tendance au réchauffement planétaire apporterait des vagues de chaleur, la sécheresse détruira les terres agricoles. Suivant ce scénario, la station balnéaire de Ocean City dans le Maryland perdra 39 pieds de rivage en 2000, et un total de 85 pieds dans les 25 prochaines années.

SAN JOSE MERCURY NEWS  - 11/06/1986.

- « D’ici à 2008, le Side Highway Ouest qui longe la rivière Hudson à New York sera sous eau. Dans les rues, les fenêtres seront renforcées de rubans adhésifs à cause des vents violents. Les oiseaux auront disparu. La criminalité augmentera à cause de la chaleur. L’effet de serre causera des évènements météo extrêmes. New York souffrira de la sécheresse, et vous aurez dans les restaurants des affichettes disant : « Eau uniquement sur demande ».

JAMES HANSEN - Climatologue - ex Directeur de l’Institut Goddard (NASA) - Témoignage devant le Congrès US - 06/1988.  

- « En 2035, il y aura des palmiers à New York, la Hollande est sous les eaux, le Bangladesh a cessé d’exister. Il y a des déserts brûlants en Europe Centrale. Ceci est basé  sur les projections actuelles ».

JEREMY RIFKIN - expert en prospective scientifique (Washington Post 07/1988).

- Le réchauffement climatique pourrait forcer les Américains à construire 86 nouvelles centrales -dont coût 110 milliards de $- pour alimenter tous les climatiseurs qui seront nécessaires. A l’aide des modèles informatiques, les chercheurs ont conclu que les températures augmenteraient de 2 degrés d’ici 2010.

ASSOCIATED  PRESS -15/05/1989. 

- « Des officiels des Nations-Unies s’attendent à des désastres, déclarant que l’ augmentation des gaz à effet de serre pourrait amener la disparition de certaines nations – des nations entières pourraient s’éteindre à cause de la montée des eaux si le réchauffement climatique ne cesse de s’accentuer jusqu’aux années 2000. Les inondations côtières et l’absence consécutive de récoltes créera des exodes d’éco-réfugiés, engendrant de graves troubles politiques », prévient Brown, le directeur du bureau de New York au Programme environnemental des Nations-Unies. Il ajoute que les gouvernements ont un délai de 10 ans  pour résoudre le problème des émissions de gaz à effet de serre. » 

ASSOCIATED PRESS - 30/06/1989.

- « New-York ressemblera sans doute à la Floride dans une quinzaine d’année. » 

ST LOUIS POST DISPATCH 19/09/1989.  

- « Nous avons besoin de l’appui du public, et pour cela, capter l’attention des médias. Nous devrons donc présenter des scénarios effrayants, faire des déclarations dramatiques simplistes et taire tous les doutes que nous pourrions avoir.. Chacun de nous doit décider quel est le bon équilibre entre être efficace et être honnête ».

Stephen SCHNEIDER - Lead Author GIEC - DISCOVER MAGAZINE 10/1989.

- « En 1995, l’impact des gaz à effet de serre aura ravagé les métropoles d’Amérique du Nord et d’Eurasie à cause des périodes de sécheresse critique, causant de mauvaises récoltes et des révoltes alimentaires. (…) En 1996 la  Platte River du Nebraska sera à sec, tandis qu’un blizzard noir de taille continentale arrêtera le trafic du pays, videra les maisons et arrêtera les ordinateurs. (…) La police mexicaine contrôlera les immigrants illégaux américains qui chercheront à s’établir en Amérique Latine. » 

Michael OPPENHEIMER - Directeur du programme Schiences, Technologie et Environnement - Professeur de géoscience Université de Princeton- "Dead Heat' . Sint Martin’s Press 1990.

- « Je pense que nous sommes confronté à un grave dilemme. Quand vous réalisez le peu de temps qu’il nous reste – à peine 10 ans pour sauver les forêts tropicales, et dans de nombreux cas seulement 5 ans. Madagascar disparaitra largement dans 5 ans si rien n’est entrepris. » 22 avril 1990, ABC, The Miracle Planet.

- « La planète pourrait faire face à ‘une catastrophe écologique et agricole’ d’ici la prochaine décennie si la tendance au réchauffement climatique continue ainsi. » 15/10/1990 -

CARL SAGAN - Astronome - fondateur de l'exobiologie.

- "En 2000, la production pétrolière américaine et britannique sera réduite à pratiquement rien. Les pénuries alimentaires règneront suite à l’appauvrissement de la couche d’ozone et au réchauffement climatique. L’appauvrissement en ozone et le réchauffement climatique menacent les réserves alimentaires, mais le Nord riche jouira d’un sursis temporaire en achetant les produits du Sud. Des émeutes parmi les affamés conduiront à l’instabilité politique, qui sera contenue au Nord par la puissance militaire. Un triste avenir donc, inévitable à moins que de changer notre façon de vivre… Au niveau d’exploitation actuelle il n’y aura probablement plus de forêts tropicales dans 10 ans. Si des mesures ne sont pas prises dès maintenant,l’effet de serre pourrait être irréversible d’ici 12 à 15 ans.» 

EDWARD GOLDSMITH - Ecologiste - 5000 Jours pour sauver la planète. 1991.

- « L’arrivée imminente d’un nouvel âge glaciaire ne fait plus de doute parmi la communauté scientifique. Les destructions qu’il provoquera sont inimaginables ».

NEWSWEEK - 11/1992.

- « Un brusque ralentissement de la vigueur du système de circulation des courants océaniques pourrait entraîner une chute des températures en Europe en l’espace de 10 ans. (…) Les températures hivernales dans la région de l’Atlantique Nord chuteraient de plus de 20°F d’ici 10 ans. Dublin subirait le climat du Spitzberg, les conséquences pourraient être dévastatrices ».

Wallace S BROEKER - Professeur des sciences de la Terre et de l’Environnement Université de Columbia - Science Magazine 01/12/1997.

- « Un rapport paru la semaine dernière indiquait que dans une dizaine d’années, la malaria sera courante sur les côtes espagnoles. Les effets du réchauffement climatiques reviennent s’installer dans les pays développés. » 

THE GARDIAN - 11/09/1999.

- Dans quelques annees, une averse de neige sera un évènement extrêmement rare. Les enfants ne sauront tout simplement plus ce qu’est la neige ». 

Dr David VINER - ex chercheur principal Unité de recherche Climatique - Université d’East Anglia.- 2000.

 

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

 

11:46 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : changements climatiques, réchauffement climatique, co2, giec, climat | |  Facebook |

08/07/2015

RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE : QUEL CONSENSUS ? (49)

Suite n°49

(Voir les 48 listes précédentes dans la catégorie « climat »)

Mon seul but par ce genre de billet : démontrer par leurs déclarations, que contrairement à un prétendu consensus, de nombreux scientifiques et spécialistes du climat contestent tout ou partie des conclusions climatiques émises par le GIEC. 

D’autres citations contredisent certaines idées reçues.

545 - "Le climat est un système hyper complexe d'interactions de l'atmosphère avec les océans et la biosphère. (...) Ce système est intrinsèquement instable(...) Je ne pense pas que la faible concentration du CO2 (d'origine humaine) dans l'atmosphère soit responsable du réchauffement de la Terre".

Gérard Bodifée - PhD - Astrophysicien. (B)

http://de-bron.org/content/gerard-bodif%C3%A9e-klimaatinterview

546 - "Seul le GIEC prévoit une augmentation des températures d'ici 2100, se basant uniquement sur les émissions de CO2. Les phénomènes naturels cycliques n'ont pas été pris en compte dans les modèles climatiques".

Dietrich E. Koelle - Physicien - Applications satellitaires - Technical University Berlin - Directeur Etudes Avancées MBB Munich.

http://notrickszone.com/2015/02/02/german-analysis-current-warm-period-is-no-anthropogenic-product-major-natural-cycles-show-no-signs-of-warming/#sthash.GEcAgO1R.gu6zK4Vg.dpbs

547 - "En citant des exagérations grotesques, des reportages trompeurs (...) les extrémistes verts discréditent leur propre cause sur les changements climatiques".

Martin W Lewis - PhD - BSc Etudes environnementales - Maître de conférence dépt Histoire Université de Stanford.

http://thebreakthrough.org/index.php/journal/issue-4/the-education-of-an-ecomodernist

548 - "Les changements climatiques ont toujours existé, même quand l'homme n'était pas encore apparu sur Terre. La contribution humaine aux changements climatiques n'en est pas la seule cause".

David Phillips - Climatologue - Service météorologique du Canada.

http://www.thespec.com/news-story/2223375-weather-guru-says-climate-change-will-require-lifestyle-adaptation/

549 - "La théorie de l'origine humaine du réchauffement climatique a été politisée. C'est une entreprise qui génère des millions de dollars chaque année".

Bernie Rayno - BS - Météorologue.

http://www.accuweather.com/en/features/trend/climate-change-debate-looking/1457226

550 - "Je suis préoccupé par les agendas politiques impliqués dans le débat sur le réchauffement climatique (...) Si les chercheurs vous disent qu'il n'y a pas de problème, ils ne recevront plus de crédits pour leurs recherches".

Mike Clay - Météorologue en chef News Channel. 

http://www.tampabay.com/features/media/outlook-cloudy-on-climate/1079148

551 -  "D'ici 30 ans, c'est un refroidissement climatique et non un réchauffement qui affectera les habitants de la planète".

Vladimir Melnikov - Directeur  Russian Institute of Earth Cryosphere.

http://fr.sputniknews.com/international/20150321/1015274355.html

552 - "Je pense que le problème du réchauffement climatique est une affaire politique, et il est plus prudent de rester en-dehors de ce débat".

Brad Sowder - Météorologue KOCO TV5 - 

http://wattsupwiththat.com/2012/04/16/facts-about-the-forecast-the-facts-campaign-theyre-just-another-mouthpiece-of-the-center-for-american-progress/

553 - "Le GIEC exerce un monopole dans le domaine de la climatologie (...) Contester ses conclusions peut signifier pour les scientifiques concernés la remise en cause de leur crédibilité et de leur carrière".

JANSSENS JAN Spécialiste du soleil - Services météorologiques de l'Espace - Solar Terrestrial Centre d'excellence (B)

http://users.telenet.be/j.janssens/Klimaat/Commentaarmedia.html

554 - "Les causes du réchauffement (climatique) n'ont rien à voir avec l'homme ou le CO2"

Werner Munter - Expert spécialiste des avalanches (CH) 

http://www.lematin.ch/suisse/La-these-officielle-Une-foutaise/story/19748787

http://echelledejacob.blogspot.be/2014/11/cest-de-larrogance-de-croire-quen.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+LchelleDeJacob+%28L%27%C3%89chelle+de+Jacob%29

555 - "Les températures moyennes ont augmenté d'environ un demi degré sur tout le XXe siècle, et le CO2 libéré dans l'atmosphère a également augmenté. Cela ne signifie nullement que ces deux faits soient liés, ni que les activités humaines soient impliquées".

Jan Meeus- Astronome - Spécialiste en mécanique céleste - Mathématicien - ex météorologue (B)

http://skepp.be/nl/levensbeschouwing-evolutie/skeptisch-kritisch-denken/interview-met-jean-meeus#.VWnCd9LtlBd

556 - "Il n'y a eu aucune augmentation de la fréquence ou de l'intensité des sécheresses, des inondations, des vagues de chaleur, des ouragans, des tornades. Les dossiers sur ces phénomènes sont accessibles à tous, et ils sont irréfutables".

Herbert E Stevens - BSc - Météorologue - ex prévisionniste à Weather Channel (USA)

http://www.providencejournal.com/article/20140714/NEWS/307149918

557 - "Vu les incitants financiers et carriéristes, Il est facile de prédire que certains prévisionnistes climatiques et certainement les politiciens qui les suivent, vont continuer à alimenter l'hystérie climatique à un public non averti".

Anthony J Sadar - BS - Météorologue - Professeur Geneva College (USA) - 

http://www.washingtonexaminer.com/why-the-coming-ice-age-became-global-warming-then-climate-change/article/2550565

A SUIVRE

Jo Moreau

 

réchauffement climatique,climat,CO2,GIEC,

Les auteurs :

Anne DEBEIL - Ingénieur civil Chimiste - Ingénieur conseil en sécurité et environnement.

Ludovic DELORY - Licencié en Journalisme - Essayiste et Journaliste.

Samuel FURFARI - Ingénieur civil Chimiste - Docteur en Sciences appliquées - Maître de Conférences à l’Université Libre de Bruxelles.

Drieu GODEFRIDI - Juriste - Docteur en Philosophie - Essayiste.

Henri MASSON - Ingénieur Civil - Docteur en Sciences Appliquées - Professeur émérite à l’Université d’Anvers - Professeur visiteur à la Maastricht School of Management (NL).

Lars MYREN - Ingénieur Civil Chimiste - Ingénieur conseil en sécurité et environnement.

Alain PREAT - Docteur en Géologie - Professeur à l’Université Libre de Bruxelles.

Istvan E MARKO - Docteur en Chimie - Professeur à l’Université Catholique de Louvain - Coordinateur scientifique de l’ouvrage.

Préface de Carlo RIPA di MEANA - Ancien commissaire européen à l’environnement - Ancien ministre italien de l’environnement.

 

Pour ceux qui ne possèderaient pas encore ce livre incontournable, il peut être commandé via :

http://texquis.com/texquis-essais/22-climat-15-verites-qui-derangent.html 

Ou 

http://www.amazon.fr/Climat-15-v%C3%A9rit%C3%A9s-qui-d%C3%A9rangent/dp/2930650052/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1368784858&sr=1-1&keywords=15+v%C3%A9rit%C3%A9s+qui+d%C3%A9rangent 

 

 

Ou encore en le réservant chez votre libraire préféré.

10:39 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, climat, co2, giec | |  Facebook |

24/06/2015

SUR LES EVENEMENTS CLIMATIQUES EXTREMES (7)

événements climatiques extrêmes,climat,GIEC,réchauffement climatique,CO2,Suite n° 7.  (anno 1000-1099)

 

"IL N'Y A DE NOUVEAU QUE CE QUI EST OUBLIE" (Melle Bertin)

 

Désormais, chaque inondation quelque peu catastrophique, chaque tornade, chaque anomalie météorologique est automatiquement rattachée au réchauffement climatique qui, parait-il, nous menace, mais dont en plus nous serions responsables !

Et ceux qui avalisent aveuglément les conclusions du GIEC font des déclarations péremptoires à ce sujet.

Pourtant, la consultation de chroniques ou récits anciens est révélatrice de précédents tout aussi apocalyptiques.

Contexte et mise en garde, voir : 

1140511.htmlhttp://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2015/02/27/sur-les-evenements-climatiques-extremes-1-

 

 

Anno 1000 : (environ) Troisième transgression dunkerquienne, moins importante toutefois que les deux précédentes de -200 et +400. La mer s’engouffre dans l’estuaire de l’Yser (Flandre).Le 29 mars, important séisme ressenti à Liège, Gand et jusqu'à Soissons. La sécheresse qui régnait depuis l'année précédente perdure sur l' Europe orientale.

Anno 1003 : Pluies continues et inondations généralisées. En France, la Loire atteint un niveau jamais vu  et le pays environnant est ravagé. La population craint un nouveau déluge.

Anno 1010 : Cette année vit des pluies extraordinaires dans le sud de la France. Le Nord vit une alternance de sécheresses et d'abondantes averses.

Anno 1012 : Les côtes d’Allemagne et d’Angleterre sont submergées par un raz-de-marée. Des pluies continuelles sur l' Europe du Nord causent d'importantes crues du Rhin et du Danube qui occasionnent d‘immenses dommages.

Anno 1013 : En Angleterre, un ouragan accompagné d'orages et un tremblement de terre firent de grands dégâts. Le 18 novembre, séisme à Liège (ressenti jusque Reims ?).

Anno 1014 : Le 29 septembre, un raz de marée en Mer du Nord engloutit définitivement le bourg de Knoc et des villages côtiers, faisant plusieurs milliers de morts. L’ancien bourg se trouve à environ un kilomètre au large des côtes actuelles (Knokke). Aux Pays Bas, on dénombre plusieurs milliers de morts. En Angleterre, le 03 octobre, la mer envahit de nombreux villages côtiers faisant d’innombrables victimes.

Anno 1016 : En Europe , des tornades tuent de nombreuses personnes. Une famine s’ensuivit.

Anno 1018 : Été très chaud et sécheresse en France.

Anno 1020 : Grandes inondations en Allemagne. L' Elbe et la Weser quittent leur lit et font de grands dégâts.

Anno 1022 : En Europe, l' été fut excessivement chaud et sec. Beaucoup de gens suffoquaient et mouraient brutalement. Il y eut d’innombrables tempêtes qui firent aussi de nombreuses victimes.

Anno 1025 : En Angleterre, les pluies continues provoquent une famine. En Flandre, il y a des pluies continuelles d’octobre à avril, suivies d’une famine.

Anno 1026 : Le 16 février séisme à Gand. Chaleur et sécheresse en Italie qui causent de grandes pertes parmi les gens et le bétail. 

Anno 1029 : crue de la Loire.

Anno 1030  – 1032 

En France, de 1030 à 1032, le rythme des saisons semble s’être inversé. Il y eut un froid intense en été, et une chaleur oppressante durant l’hiver. La pluie et le froid sévirent hors saison, et les semailles furent rendues impossibles pendant trois ans.

La misère qui s’ensuivit fut indescriptible.

A cela s’ajouta une grande peur de fin du monde, qui coïncidait avec le 1000e anniversaire de la crucifixion. On compta des milliers de morts dus à la faim et les survivants étaient trop faibles que pour enterrer les cadavres.

Il y eut d’horribles épisodes de cannibalisme, et on vit de la viande humaine proposée sur le marché de Tournus. Dans le malheur qui les frappait, on vit des paysans exhumer des cadavres dans les cimetières afin d’en ronger les os.

Un des pires épisodes qu’on vit et qui démontre l’horreur de cette période eut lieu près de la ville de Macon, dans les bois de Chatanay. Un voyageur et sa femme s’arrêtèrent près d’une cabane qu’on croyait occupée par un saint ermite. A peine en eurent-ils franchi le seuil que la femme découvrit dans un coin de la pièce un amoncellement de crânes. Le couple s’enfuit vers la ville, et une enquête établit que l’ ermite avait tué et dépecé pour les dévorer 48 hommes, femmes et enfants.

L’herbe, les racines et la terre étaient l’ordinaire des classes les plus pauvres pendant ces années terribles, avec comme conséquence que les gens ne ressemblaient plus à des êtres humains. Les estomacs étaient distendus, et tous les os se voyaient derrières la peau, tandis que leur voix devint aigue et haut perchée. Des hordes de loups quittèrent les forêts pour se répandre dans les villes, et attaquaient pour les dévorer les survivants sans défense. Les sols furent détrempés de telle sorte pendant trois ans que toute culture fut interdite.

Anno 1031 : Inondations en Angleterre dues aux pluies incessantes, suivies de famine. Il y eut de terribles tempêtes et des côtes furent submergées par la mer. 

Anno 1033 : En France grande crue de la Loire.

Anno 1035 : L' Europe orientale est affectée par un été très chaud et une grande sécheresse. Il ne pleut pas pendant 6 mois.

Anno 1039 : Séismes désastreux dans le golfe normanno-breton, en Angleterre et en Anjou.

Anno 1040 : Grandes inondations en Allemagne.

Anno 1042 : Le 02 novembre un énorme raz de marée ravage la Flandre et la Zélande.

Anno 1043 : Grandes tempêtes et pluies abondantes en France et en Allemagne qui furent la cause de pauvres récoltes.

Anno 1045 : Grande sécheresse en France. Submersion des côtes de Flandre par la mer.

Anno 1046 : Inondations en Angleterre.

Anno 1047 : Nombreuses tempêtes et tornades en Angleterre, qui compromirent les récoltes. Plusieurs villes furent dévastées par les orages.

Anno 1052 : Le 20 décembre, il y eut un tel ouragan en Angleterre que des églises ainsi qu' une quantité innombrable de maisons furent détruites et les forêts dévastées.

Anno 1053 : Année de chaleur et de sécheresse en Angleterre, jusque dans le Nord de la France. En Suisse, dans de nombreuses régions, les champs et les pâturages étaient brûlés. Il s'ensuivit une famine pendant deux ans.

Anno 1055 : Une énorme tempête détruit des centaines de maisons à Londres.

Anno 1063 : En avril, une énorme tempête sévit pendant 4 jours en Europe de l'Ouest en faisant d immenses dégâts.

Anno 1064 : En Ecosse, une grande tempête fait des dégâts importants à Edimbourg.

Anno 1068 : Grandes inondations dans le Nord de la France.

Anno 1078 : En janvier et février; le Sud de la France fut dévasté par des grandes tempêtes et des orages violents. Eté très chaud et grande sécheresse en France : la vendange s’avança d’un mois ; c’est un signe de chaleurs précoces et d’une intensité moyenne de 24° à 25° au moins, et d’une intensité extrême de 35° au moins. Le vin fut abondant et fort bon.

Anno 1080 : Le 1 décembre, séisme à Mayence. Les murs sont ébranlés. Au cimetière du Monastère de St Victor, les cercueils sont projetés hors de terre.

Anno 1081 : Le 27 mars, important séisme (à Liège ?).

Anno 1083 : En Allemagne, la chaleur du soleil fut telle que non seulement nombre de gens moururent, mais même les poissons crevèrent dans les cours d eau. 

Anno 1085 : L année fut caractérisée par des températures anormales, des tempêtes et des orages qui furent fatals à plusieurs personnes.

Anno 1086 : En Angleterre, il y eut des inondations généralisées dues à la pluie, et de nombreux villages furent engloutis par des glissements de terrain . La famine ajouta ensuite de nombreux morts à ces calamités.

Anno 1087 : En Angleterre, il y eut une multitude de tornades et d’orages.

Anno 1090 : Grande sécheresse en France.

Anno 1091 : Tremblement de terre dans le golfe normanno-breton, en Angleterre et dans l'Anjou. Un seisme accompagné d’une tornade et d’un orage survint à Coutances. En Angleterre, un ouragan survint le 05 octobre venant du sud ouest, qui détruisit des églises et des centaines de maisons à Londres et dans tout le pays.

Anno 1093 : Inondations en Angleterre et en Irlande dues à des pluies violentes. Toutes les plaines étaient sous eau.

Anno 1094 : Dans toute l Europe et en Angleterre, les averses de pluie ne cessèrent pas d octobre à avril. La famine qui s ensuivit fut telle qu’on ne parvenait pas à enfouir les morts à temps. En France, il s'ensuivit un été très chaud et une sécheresse extraordinaire.

Anno 1095 : Il y eut des tempêtes extraordinaires en Angleterre. Un séisme survint le 10 septembre (région de Gembloux ?).

Anno 1097 : Dans le Nord de la France, de grandes inondations y rendirent les semailles impossibles.

Anno 1099 : En Angleterre et en Ecosse, le 03 novembre vit des tempêtes et une submersion des côtes par la mer. Dans le Kent, un immense banc de sable se forme, connu sous le nom de Goodwin Sands. De nombreuses agglomérations sont englouties avec leurs habitants.

 

A SUIVRE

 

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

 

Jo Moreau.

15/06/2015

SUR LES EVENEMENTS CLIMATIQUES EXTREMES (6)

événements climatiques extrêmes,GIEC,climat,CO2,réchauffement climatique,Suite n° 6.  (anno 900 - 999)

"IL N'Y A DE NOUVEAU QUE CE QUI EST OUBLIÊ" (Melle Bertin)Ë

Désormais, chaque inondation quelque peu catastrophique, chaque tornade, chaque anomalie météorologique est rattachée au réchauffement climatique  qui parait-il nous menace, mais dont en plus nous serions responsables !

Et ceux qui avalisent aveuglément les conclusions du GIEC font des déclarations péremptoires à ce sujet.

Pourtant, la consultation de chroniques ou récits anciens est révélatrice de précédents tout aussi apocalyptiques.

Contexte et mise en garde, voir

1140511.htmlhttp://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2015/02/27/sur-les-evenements-climatiques-extremes-1-

 

Anno 912 : Grandes inondations en Saxe dues à des pluies incessantes.

Anno 918 : Trois mois de pluies incessantes causent de grandes inondations en Ecosse et en Irlande.

Anno 919 : Une violente tempête cause de nombreux dégâts dans le sud est de l’Angleterre.

Anno 921 : Eté très chaud et grande sécheresse en France. L’année 921 fut remarquable par le nombre des orages. Des chaleurs intenses et une sécheresse extrême régnèrent, presque sans interruption, pendant les mois de juillet, août et septembre.

De terribles tempêtes suivent l été chaud en Europe et en Angleterre.

Anno 922 : Tremblement de terre à Cambrai. "des maisons sont renversées".

Anno 934 : En Allemagne, une tornade fait de grandes destructions à Trier. 

Anno 935 : De grandes inondations font de nombreux morts dans le Hampshire.

Anno 939 : Tremblement de terre à Cologne.

Anno 942 : Grandes inondations en Angleterre et en Irlande.

Anno 944 : Une grande tempête détruit 1500 habitations à Londres.

Anno 947 : Tempête à Reims pendant toute une nuit, accompagnée d'éclairs continuels et d'un tremblement de terre.

Anno 951 : Une grande tempête accompagnée d’orages détruit Southampton.

Anno 954 : Plusieurs tremblements de terre en Gaule et en Germanie.

Anno 956 : En Allemagne, chute miraculeuse d'énormes blocs de glace.

Anno 973 : Une grande crue de la Tamise cause de nombreux morts.

Anno 987 : Eté très chaud et grande sécheresse dans toute l'Europe et l'Angleterre en juillet août et septembre. L’extrême chaleur de l’été de 987 occasionna de grandes pertes dans les récoltes.

Anno 988 : La grande chaleur et la sécheresse continuent dans toute l’Europe et aggravent la famine.

Anno 989 : La chaleur et la sécheresse se poursuivent au printemps, empêchant les semailles.De grandes crues succèdent à deux étés brûlants, accompagnées de tempêtes violentes qui font de grands dégâts.

Anno 993 : Chaleur extrême et sécheresse du 24 juin au 09 novembre en France. Les récoltes sont brûlées et il s'ensuit des épidémies.En Allemagne, il y eut de nombreux morts et le bétail fut décimé.

Anno 994 : En Europe Eté très chaud mais gelées en juillet et grande sécheresse. En 994, la disette des pluies tarit les fleuves, fit périr les poissons dans la plupart des étangs, dessécha beaucoup d’arbres, brûla les prairies et les moissons. Une grande tempête détruisit de nombreux bâtiments à Londres y causant plusieurs centaines de morts.

Anno 995 : Les mêmes conditions de chaleur extrême et de sécheresse persistèrent en 995. "les arbres prennent feu sous l'action du soleil".

Anno 996 : Grande tempête qui fit de nombreux dégâts à Colchester.    

Anno 999 : Chaleur et sécheresse sur l'Europe orientale, les cours d'eau sont à sec.

 

A suivre.

 

Jo Moreau.

 

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

 

01/06/2015

SUR LES EVENEMENTS CLIMATIQUES EXTREMES (5)

évènements extrêmes,climat,GIEC,réchauffement climatique,Suite n° 5.  (anno 800 - 899)

 

"IL N'Y A DE NOUVEAU QUE CE QUI EST OUBLIE" (Melle Bertin)

Désormais, chaque inondation quelque peu catastrophique, chaque tornade, chaque anomalie météorologique est rattachée au réchauffement climatique  qui parait-il nous menace, mais dont en plus nous serions responsables !

Et ceux qui avalisent aveuglément les conclusions du GIEC font des déclarations péremptoires à ce sujet.

Pourtant, la consultation de chroniques ou récits anciens est révélatrice de précédents tout aussi apocalyptiques.

Contexte et mise en garde, voir : 

 

http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2015/02/27/sur-les-evenements-climatiques-extremes-1-1140511.html

 

Anno 800 : En Angleterre, le 09 janvier, arriva un "ouragan prodigieux d'une force irrésistible" qui venait d’Afrique. Il détruisit "une infinité de villes, maisons, villages et forêts". La même année, la mer inonda de grandes étendues de terre.

Anno 801 : tremblement de terre dans la région du Rhin, en Gaule et en Germanie.

Anno 803 : tremblement de terre à Aix-la-Chapelle et dans les régions voisines.

Anno 808 : L' hiver chaud 808-809 entraîne de grandes inondations "telles qu’on n’en a jamais connues" à travers l Europe.

Anno 809 : Crue de la Loire, qui oblige les villageois à se réfugier sur les hauteurs.

Anno 813 : En Angleterre, de grandes crues de la rivière Severn causent plus de 2000 morts.

Anno 815 : Crue du Rhin.

Anno 817 : Crue de la Seine.

Anno 820 : La France connut des pluies abondantes et de grandes inondations.En Europe de l’Ouest, l'été fut anormalement froid. Des pluies excessives causent de nombreuses crues. Ces averses continuelles empêchèrent les semailles d’automne. La pluie et l’humidité pourirent les grains et les légumes. Les basses températures combinées aux pluies excessives empêchèrent les semailles de printemps en de nombreuses régions. En 818 et 820, suite aux pluies continuelles en France, et la corruption de l’air pendant deux ou trois ans, un grand tourment s’abattit sur les hommes et le bétail. Il y eut de grandes inondations, et l’air stagnait. 

Anno 821 : pluies abondantes en France.

Anno 823 : En juin, terrible tempête de grêle. Chute de blocs de glace de plus de 4 mètres en Bourgogne.

Tremblement de terre dans la région d' Aix-la-Chapelle.

Anno 829 : en mars, tremblement de terre dans la région d'Aix-la-Chapelle.

Anno 831: crue de la Seine.

Anno 834 : crue de la Seine.

Anno 838 : Le 18 janvier, tremblement de terre en Germanie.

Dans toute l’Eurtope, l’hiver fut caractérisé par le vent et la pluie. Les orages furent constatés de janvier à la mi-février accompagnés de pluies diluviennes qui occasionnèrent de grandes inondations dans l‘Ouest de l‘Europe. , jusqu’à ce qu'en mars, une chaleur extraordinaire assécha la terre. L’année fut caractérisée par des changements atmosphériques très inhabituels.

Aux Pays-Bas, un raz-de-marée engloutit la presque totalité de la Frise. Le pays fut presque nivelé par d’énormes quantités de sable.

Anno 840 : Allemagne - Crue catastrophique du Rhin due à des pluies torrentielles.

Anno 841 : Le sud de l'Allemagne fut ravagé par la grêle, des tornades et des températures inhabituelles.

En France, le Maine-et-Loire fut également touché par une terrible tempête accompagnée d'orages et de pluies diluviennes.

Anno 842 : Les 22 et 29 octobre, tremblements de terre dans les îles anglo-normandes. Bruits souterrains dans toute la Rance. 

Anno 844 : L' Europe bénéficia d'un hiver exceptionnellement doux et de longues périodes de ciel bleu.

Anno 845 : les 22 et 28 mars, la région de Worms est secouée par des tremblements de terre.

Anno 846 : En France, une crue catastrophique de la rivière Yonne en Bourgogne cause d’immenses dégâts.

Anno 850 à 855 : Pendant ces années, une vague de chaleur accompagnée d'une extrême sécheresse et de famine dans de nombreux pays d'Europe, dont la France, l' Italie et l'Allemagne. "On pouvait voir des parents manger leurs propres enfants., et des enfants manger leurs parents".

En 855, la région de Mayence est secouée à une vingtaine de reprises par des tremblements de terre.

Anno 856 : Grande crue du Pô en Italie.

En Angleterre, il y eut des pluies torrentielles et des inondations. 

Sécheresse pendant l' hiver.

Anno 858 : important tremblement de terre le 01 janvier dans plusieurs régions, notamment à Worms et à Mayance causant d'importants dégats.

Anno 859 : une série de tremblements de terre secoue la région de Mayence pendant toute l'année.

Anno 861 : La crue de la rivière Medway en Angleterre occasionne de grandes pertes.

Anno 864 : Angleterre - grandes crues de la rivière Humber.

Anno 866 : Crue de la Seine en février.

Anno 867 : le 9 octobre, tremblements de terre "dans plusieurs régions".

Anno 870 : Allemagne - chaleur torride dans le sud-est. Nombreux morts dus à la chaleur extrême.

Mayence est secouée à deux reprises par des tremblements de terre.

Anno 872 : Europe et Angleterre - Grande vague de chaleur étouffante et de sécheresse. Les cultures sont détruites et des orages violents sont la cause de nombreux dégâts.

le 3 décembre, tremblement de terre à Mayence.

Anno 873 : Eté torride en Europe. Invasion de sauterelles en Allemagne et en Espagne.

Anno 874 : En Europe, grande sécheresse. Celle du long été de 874 fit manquer les foins et les blés. En France, il y eut également une invasion de sauterelles. Elles étaient si nombreuses que le soleil en fut obscurci. un tiers de la population mourut de la chaleur et de famine.

Anno 876 : En Saxe, de grandes tempêtes causèrent de grands dommages et de nombreux morts.

Anno 881 : le 30 décembre, important tremblement de terre  à Mayence qui secoue les immeubles.

Anno 885 : En Angleterre, une crue de la rivière Dee détruit de nombreux villages.

Anno 886 : crue de la Loire en février, et crue de la Seine en mars.

Anno 889 : Des pluies torrentielles en Italie et en Allemagne causent la destruction de nombreux villages et des centaines de morts. Crue de la Seine en France.

Anno 892 : Europe - Les mois d’avril et de mai 892 furent en proie à une extrême sécheresse.

Anno 896 : Crue du Rhin.

 

A SUIVRE

Jo Moreau.

10:52 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : évènements extrêmes, climat, giec, réchauffement climatique | |  Facebook |

21/05/2015

LA CONFERENCE DE PARIS 2015 SUR LE CLIMAT ARRIVE TROP TARD.

cop21,climat,climat paris 2015,réchauffement climatique,GIEC,La conférence de Paris sur le climat, qui au même titre que ses devancières dont les plus récentes sont Bali en 2007, Poznan en 2008, Copenhague en 2009, Cancun en 2010, Durban en 2011, Rio de Janeiro et Doha en 2012, Varsovie en 2013, Montreal, New York et Lima en 2014, sera comme annoncé à chaque fois, la toute dernière occasion pour sauver la planète.

Malheureusement, ce sera trop tard... ! 

Non seulement, les épisodes météo catastrophiques (comme nous n'en avons jamais connus auparavant) se succèdent à un rythme de plus en plus rapide, ainsi que le prédisait d'ailleurs judicieusement Madame J. Hèque il y a peu (1), et même le petit bon Dieu, par la voix de son représentant sur Terre, nous adressait récemment un avertissement solennel.

"Le sommet sur le climat (de Paris 2015) est sans doute la dernière possibilité de limiter à 2°C le réchauffement de la planète"

(Dirigeants mondiaux religieux et politiques réunis au Vatican - 28 avril 2015) .

Le 30 juin 1989 déjà, Monsieur Noël BROWN, expert environnemental à l' ONU, lançait un avertissement solennel :

« Des officiels des Nations-Unies s’attendent à des désastres, déclarant que l’ augmentation des gaz à effet de serre pourrait amener la disparition de nations entières à cause de la montée des eaux si le réchauffement climatique n'est pas maitrisé jusqu’aux années 2000. Les inondations côtières et l’absence consécutive de récoltes créeront des exodes d’éco-réfugiés, engendrant de graves troubles politiques », prévient Brown, le directeur du bureau de New York au Programme environnemental des Nations-Unies. Il ajoute que les gouvernements ont un délai de 10 ans pour résoudre le problème des émissions de gaz à effet de serre. » 

Ce délai qui expirait en 1999 est donc largement dépassé et la liste des nations englouties par la montée des eaux ne cesse de s'allonger. Le précédent malheureux de l'Atlantide n'aura donc servi à rien !

« Je pense que nous sommes confrontés à un grave dilemme. Quand vous réalisez le peu de temps qu’il nous reste – à peine 10 ans pour sauver les forêts tropicales, et dans de nombreux cas seulement 5 ans. Madagascar disparaitra largement dans 5 ans si rien n’est entrepris. » 22 avril 1990, ABC, The Miracle Planet.

Les géographes, stupides et persistant dans leur négationnisme borné, refusent encore aujourd'hui de supprimer Madagascar de la cartographie nouvelle.

L'astronome américain bien connu, Carl Sagan, déclarait quant à lui le 15 octobre 1990 :

« La planète pourrait faire face à ‘une catastrophe écologique et agricole’ d’ici la prochaine décennie si la tendance au réchauffement climatique continue ainsi. » 

Depuis l'an 2000 donc, nous sommes plongés dans la catastrophe sans le savoir. Ou alors, faut-il penser que le réchauffement climatique n'a pas continué "ainsi" ? Non, bien sûr, quelle bêtise allez-vous inventer là ?

 " L’appauvrissement en ozone et le réchauffement climatique menacent les réserves alimentaires, mais le Nord riche jouira d’un sursis temporaire en achetant les produits du Sud. Des émeutes parmi les affamés conduiront à l’instabilité politique, qui sera contenue au Nord par la puissance militaire. Un triste avenir donc, inévitable à moins que de changer notre façon de vivre… Au niveau d’exploitation actuelle il n’y aura probablement plus de forêts tropicales dans 10 ans. Si des mesures ne sont pas prises dès maintenant, l’effet de serre pourrait être irréversible d’ici 12 à 15 ans. » Edward Goldsmith, 5000 Jours pour sauver la planète. 1991.

Depuis 2006, l'effet de serre est donc irréversible. Cela est aggravé par la disparition des forêts tropicales depuis 2001, ce qui a rendu impossible le recyclage salvateur du CO2.  

Le GUARDIAN lançait un avertissement angoissé dans son édition du 11/09/1999 :

« Un rapport paru la semaine dernière indiquait que dans une dizaine d’années, la malaria sera courante sur les côtes espagnoles. Les effets du réchauffement climatique reviennent s’installer dans les pays développés. » 

L'épidémie décime donc la péninsule ibérique depuis 2009, et le tourisme s'est effondré en fonction de la panique qui a gagné les vacanciers européens.

 Al Gore - Prix Nobel de la Paix - nous affirmait en 2007 : 

« Il n’y aura plus de glace au Pôle Nord d’ici 2013 environ en raison du réchauffement climatique d’origine humaine ».

Dès l'an prochain, il me revient qu'il proposera d'y organiser les championnats du monde de natation.

"Le Président Obama a 4 ans pour sauver la planète", déclarait péremptoirement le climatologue Jim Hansen, directeur à la NASA, le 18 janvier 2009. Le Président avait donc jusqu'en 2013. Malheureusement il semble bien qu'il ait perdu son temps dans des problèmes tout-à-fait secondaires comme le nucléaire iranien...

"Sauver la planète d'un réchauffement climatique catastrophique est une question d'heures".

Elisabeth May - Leader écologiste au Canada - 2009.

La relativité de l'écoulement du temps est connue depuis Einstein. Evidemment, tout le monde ne peut pas se payer une Rolex. 

Le Premier Ministre britannique, Monsieur Gordon Brown, lançait un avertissement solennel le 19 octobre 2006 :

"Il ne reste que 50 jours pour sauver le monde du réchauffement climatique".

Janvier 2007 fut donc le début du naufrage climatique mondial, ce que chacun d'entre nous peut constater quotidiennement.

"Nous avons 500 jours pour éviter le chaos climatique" 

Affirmation de Monsieur Laurent Fabius - Ministre français des Affaires Etrangères le 12 mai 2014.

La conférence de Paris 2015 arrive donc 65 jours trop tard. Il constate ainsi lui-même l'inutilité absolue de cette conférence, ce qui n'a pu qu'attrister profondément son Président. Quoique celui-ci peut maintenant user de son scooter sans arrière-pensée.

"Si nous n'agissons pas avant 2012, ce sera trop tard".

Et c'est Monsieur Rajendra Pachauri - Président du GIEC, qui le constatait le 18 novembre 2007. Devant le constat inéluctable de son inutilité future, le GIEC a dès lors décidé de se saborder.

 

Toutes ces déclarations, parmi bien d'autres, démontrent l'inutilité absolue de la conférence climatique prévue à Paris en décembre 2015.

Quand on connait les frais énormes engendrés par ces grandes foires épisodiques rassemblant des dizaines de milliers de spécialistes on ne peut plus fiables (2), nul doute que l'annulation de cette conférence devenue parfaitement inutile va être annoncée dans les prochains jours. 

Je me suis largement inspiré de : 

http://dailycaller.com/2015/05/04/25-years-of-predicting-the-global-warming-tipping-point/ 

(1) http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2014/12/27/2015-annus-horribilis-1138095.html

(2)  http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2014/09/10/tourisme-climatique-et-priorites-humanitaires-1134589.html

Jo Moreau

11:15 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cop21, climat, climat paris 2015, réchauffement climatique, giec | |  Facebook |

09/05/2015

UNE ATTAQUE-SUICIDE LE 11 MAI 1940

Le 10 mai 1940, sans déclaration de guerre, l'Allemagne attaque la Belgique, la Hollande et le Luxembourg, pays neutres.

Ce même jour, à 4.15 h du matin, des parachutistes allemands transportés par planeurs atterrissent  sur le toit de la forteresse d'Eben Emael, en bordure du canal Albert, ce qu'aucun stratège n'avait prévu et le toit ne comportait donc aucune défense... Très rapidement, les tourelles d'artillerie de la forteresse sont mises hors service par l'emploi de charges creuses, dont c'était la première utilisation sur un champ de bataille.

Eben Emael, réputée la plus puissante forteresse d'Europe, est neutralisée en quelques heures. (1)

Le canal Albert devait servir de fossé antichar, mais trois ponts ne sont pas détruits et sont pris intacts par les parachutistes allemands, les ponts de Veldwezelt, de Vroenhoven et de Briegden.

Le pont de Kanne est lui finalement détruit, et les paras allemands y subissent de lourdes pertes devant les troupes belges.

Leur bombardement par l'aviation est alors envisagé.

En mai 1940, l'aviation militaire belge (Aéronautique militaire) comprend au total 370 appareils complètement dépassés, principalement des chasseurs biplans Gloster Gladiator, Fairey Fox, Renard R31, et Fiat CR42, dont la majorité furent détruits au sol lors des bombardements du 10 mai.

canal albert,mai 1940,

Les seuls appareils récents sont une dizaine de Hawker Hurricane.

14 Fairey Battle, appareils monomoteurs de reconnaissance et de bombardement léger équipent la 5e escadrille.

La Belgique, soucieuse de sa neutralité et du caractère essentiellement défensif de son armée, avait renoncé à s'équiper de bombardiers spécifiques (ainsi d'ailleurs que de blindés moyens ou lourds) afin de ne pas se voir accusée d'abriter des armes offensives.

Les Fairey Battle, dont la conception date de 1932, sont complètement obsolètes en 1940 et furent d'ailleurs retirés du service par la RAF après la campagne de France. Il s'agit au départ d'un monomoteur triplace (pilote + radio navigant ou observateur + mitrailleur arrière), transformé en biplace pour la Belgique, l'observateur disparaissant de l'équipage. L'appareil ne pouvant dépasser 350 kms/heure, les missions de bombardement n'auraient pu s'effectuer que de nuit.

canal albert,mai 1940,

 

Après une succession ahurissante d'ordres et de contre-ordres, arriva le 11 mai l'ordre d'attaquer les 3 ponts du canal Albert demeurés intacts. Trois pelotons de trois appareils furent constitués, qui devaient être escortées par 6 biplans Gloster Gladiator. Chaque Battle était équipé de bombes de 50 kgs ("Pour détruire des ponts, pourquoi pas des oranges", aurait déclaré un des pilotes...). Ils décollent vers 05.45 h du matin de la base de Aalter.

Le premier peloton, devant attaquer le pont de Veldwezelt, est attaqué en chemin par des appareils allemands et deux appareils sont abattus. Seul le troisième atteint son objectif et est accueilli par un violent barrage de flak. Il effectue deux passages et largue ses bombes qui atteignent l'objectif, sans gros dégâts... Il parviendra à rejoindre sa base.

Le deuxième peloton a le pont de Vroenhoven comme objectif. Ils évoluent souvent en rase-mottes, et sont pris sous le feu de la DCA belge, pour qui tout aéronef ne pouvait qu'être Allemand... En cours de route, ils mitraillent une colonne de blindés de la 4e Panzerdivision sous le feu nourri de la flak. Sur l'objectif, les bombes de deux appareils ne se décrochent pas, et il faut un second passage au milieu du déchaînement de la flak pour que les bombes de deux appareils atteignent l'objectif. Deux appareils, gravement touchés, sont abattus. 

Le troisième peloton doit atteindre le pont de Briegden.  Dès avant l'objectif, un appareil atteint par la DCA doit faire demi-tour. Un autre, également atteint, s'écrase en feu. Le troisième appareil atteint l'objectif, et effectue son passage en rase-motte. L'appareil est criblé de balles, et son pilote parvient à le faire regagner les lignes belges, où il effectue un atterissage sur le ventre. Le pilote s'aperçoit alors qu'il s'est posé sur ses bombes, qui ne se sont pas décrochées lors de l'attaque...

Inutile de préciser que tous les chasseurs biplans d'escorte furent abattus par des Messerschmitt 109.

La mission fut un cuisant et sanglant échec, aucun des trois ponts ne fut détruit. Ils furent attaqués ensuite, toujours sans succès, par la RAF et l'aviation française.

Il est bon de méditer aujourd'hui sur la manière dont un grand nombre d'hommes furent envoyés au massacre avec des armements insuffisants, ou obsolètes pour des raisons budgétaires.

canal albert,mai 1940,

 

Jo Moreau

 

(1) http://www.fort-eben-emael.be/fr/au-sujet-du-fort/son-histoire/l-attack

 

16:29 Publié dans Belgique, histoires belges | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : canal albert, mai 1940 | |  Facebook |

05/05/2015

SUR LES EVENEMENTS CLIMATIQUES EXTREMES (4)

évènements extrêmes,climat,GIEC,réchauffement climatique,Suite 4.

 

"IL N'Y A DE NOUVEAU QUE CE QUI EST OUBLIE" (Melle Bertin)

Désormais, chaque inondation quelque peu catastrophique, chaque tornade, chaque anomalie météorologique est rattachée au réchauffement climatique  qui parait-il nous menace, mais dont en plus nous serions responsables !

Et ceux qui avalisent aveuglément les conclusions du GIEC font des déclarations péremptoires à ce sujet.

Pourtant, la consultation de chroniques ou récits anciens est révélatrice de précédents tout aussi apocalyptiques.

Contexte et mise en garde, voir : 

1140511.htmlhttp://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2015/02/27/sur-les-evenements-climatiques-extremes-1-

 

Anno 605 : En Angleterre il y eut de grandes chaleurs et une extrême sécheresse. Ces conditions touchèrent également l' Italie ce qui occasionna des famines.

Anno 607 : Grandes inondations sur toute l’Europe de l' Ouest.

Anno 649 : Angleterre : Un raz de marée occasionne de grands dommages dans le Cheshire et Lancashire.

Anno 669 : Dans le Kent, grandes inondations dues à la crue de la rivière Medway. 

Anno 675 : Eté très chaud et grande sécheresse en France. Il y eut 3 mois sans aucune pluie. Les puits et sources furent complètement à sec jusque fin août.

Anno 680 : En Angleterre une famine fait suite à trois années de grande sécheresse. « Sous le règne de Ethelwald, roi des Saxons, les gens se languissaient de faim et de longs jeûnes. Alors, il gravirent les falaises, se prirent les mains et se jetèrent sur les rochers ou dans la mer ». 

Anno 685: La mer inonde de grandes surfaces de terre en Irlande.

Anno 690 : En Italie, la Ligurie et Venise sont victimes de très grandes inondations dues à de grandes tempêtes, orages et averses de pluie « telles qu’on n’en avait plus vues depuis Noé ».

Anno 693 : Grandes inondations en Irlande dues à des averses continuelles.  

Anno 700 : Eté très chaud et grande sécheresse  en France. L'Auvergne est particulièrement touchée.

Anno 701 : Angleterre : Des dizaines d habitations sont détruites par une tempête à Lincoln.

Anno 709 : Le plateau continental bascule et la mer envahit la forêt de Scissy près de Saint-Malo. La pointe du Finistère s’écorne. La presqu’île du Four et du Château deviennent île. Plusieurs milliers de personnes disparaissent dans les eaux.

Anno 712 : Des grandes inondations dévastent l' Europe de l' Ouest.

Anno 717 : En Italie, le Tibre déborde et submerge les murailles de plusieurs villes, détruisant habitations et récoltes.

Anno 719 : La mer submerge de grandes étendues en Irlande.

Anno 730 : En Ecosse, Edinburgh est ravagée par des inondations. 

Anno 732 : En France, grande crue de la Loire en octobre suite à des pluies diluviennes. Des villages entiers sont emportés.

Anno 737 : Grande sécheresse en Angleterre.

Anno 738 : Ecosse - A Glasgow 400 familles sont noyées dans de grandes inondations.

Anno 741 : Grande sécheresse en Angleterre.

Anno 743 : Grande sécheresse et tremblement de terre en Angleterre.

Anno 753 : Il y eut à travers la France une horrible tempête qui dura 22 heures. 300 personnes furent tuées aussi par les orages.

Anno 762 : Angleterre- chaleur extrême et grande sécheresse.

Anno 763 : Europe orientale : grande sécheresse sur tout l'hiver 763-764.

Anno 772 : Grande sécheresse en Irlande.

Angleterre - une grande tempête détruit Wells.

Anno 775 : Europe - Grandes chaleurs et sécheresse - les sources sont taries.

Anno 776 : Irlande - des pluies continuelles causent de grandes inondations.

Anno 780 : Crue de la Loire. Roanne est inondée.

Anno 781 : Angleterre - une grande tempête ravage Coventry.

Anno 783 : Eté très chaud et grande sécheresse. En Allemagne et en France, l' été est si brûlant que de nombreuses personnes meurent en raison de la chaleur.

Anno 785 : Irlande - Darwood : Une inondation submerge Molana Island. 

Anno 788 : Une crue du Tibre en Italie cause des dommages inestimables.

Anno 793 : Angleterre - des tempêtes et des orages notamment dans le Northumberland causent ensuite une grande famine.

 

(A SUIVRE)

 

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

 

Jo Moreau



13:44 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : évènements extrêmes, climat, giec, réchauffement climatique | |  Facebook |

27/04/2015

L' EFFET DE SERRE VERSION GIEC N' EXISTE PAS.

effet de serre,CO2,réchauffement climatique,GIEC,climat,Dans un article précédent, Mercurius démontrait que rien ne permettait de conclure à un quelconque effet de serre dans le bilan thermique de la Terre. (1)

 

Dans le présent billet, ce scientifique remet en cause la théorie même de l'effet de serre tel que défini par le GIEC.

 

Bonne lecture !

 

Jo Moreau.

 

 

La théorie de l' effet de serre a été élaborée pour la première fois par Arrhenius en 1896 pour lier une éventuelle élévation de température à l'augmentation de la teneur en CO2 dans l'atmosphère  résultant de l'activité humaine. Cet effet, considéré initialement comme bénéfique, donna lieu à partir de 1990 à une série de rapports d'évaluation de plus en plus alarmistes rédigés par le GIEC.

 

Pour les partisans de cette théorie, l' effet de serre est un phénomène radiatif  causé par des gaz tels que la vapeur d'eau ou le CO2, qui absorbent une fraction du rayonnement infrarouge émis par la Terre, et le ré-émettent ensuite dans toutes les directions et notamment vers la surface terrestre dont la température serait, de ce fait, plus élevée qu'en l'absence de gaz absorbant l'infrarouge. Ces gaz sont dès lors qualifiés de "gaz à effet de serre".

 

Pour mettre en évidence ce phénomène, certains climatologues ont eu l' idée saugrenue de calculer la température "théorique" qu'aurait la Terre en l'absence d'atmosphère, pour la comparer à la température "moyenne globale" résultant de mesures dans une série de stations météorologiques situées principalement dans l' hémisphère nord. L' idée est saugrenue car une Terre sans atmosphère est nécessairement sans océans. C'est une Terre morte sans courants marins, sans nuages et sans vents qui sont des éléments déterminants du climat. On voit mal, dès lors, l'intérêt d'une telle comparaison si ce n'est de présenter la différence comme la manifestation d'un "effet de serre".

 

Comme un modèle scientifiquement valable tenant compte de la vitesse de rotation de la Terre, de l'inclinaison de son axe de rotation et de sa capacité calorifique donnerait lieu à des difficultés de calcul insurmontables, certains climatologues ont imaginé un modèle "simplifié" impliquant une distribution uniforme de l'énergie sur toute la surface terrestre. Un tel modèle, négligeant l'existence d'un hémisphère non éclairé et la variation d'ensoleillement en fonction de la latitude n'a aucun sens physique et une température uniforme  n'est évidemment pas équivalente à une température moyenne.  Poursuivant néanmoins dans cette orientation erronée, les climatologues théoriciens concluent, moyennant certaines approximations, que pour maintenir une température constante, la Terre en l'absence d'atmosphère devrait dissiper sous forme de rayonnement infrarouge un flux énergétique correspondant,  d'après la relation de Stefan-Boltzmann, à une témpérature de -18°C.

 

Bien que cette valeur soit erronée, elle est très souvent comparée à la température "moyenne globale" de +15°C résultant de mesures effectuées dans une série de stations météorologiques. La différence de 33°C est alors présentée comme la manifestation d'un "effet de serre". Il est clair cependant que les prémisses étant fausses, la conclusion n'a aucun sens et que cette différence ne peut justifier un quelconque "effet de serre".

 

Quel peut être le rôle de la vapeur d'eau dont la teneur très variable est de l'ordre de 1% en moyenne et du CO2 qui n'intervient qu'en proportion de 0,04% dans une atmosphère constituée à près de 99% d'azote et d'oxygène ? Toutes ces molécules en agitation constante s'entrechoquent et subissent chacune, dans le domaine des températures et pressions atmosphériques habituelles, plusieurs milliards de collisions par seconde. L' énergie du rayonnement infrarouge émis par la Terre et absorbé par la vapeur d'eau et le CO2 va donc se répartir sur l'ensemble des molécules atmosphériques dont l'énergie cinétique va augmenter. La vapeur d'eau et le CO2 ne vont donc pas ré-émettre sous forme de rayonnement l'énergie absorbée, et on peut en conclure que l'effet de serre tel que défini par le GIEC n'existe pas. 

 

Cette énergie absorbée initialement par la vapeur d'eau et le CO2 peut-elle néanmoins servir à réchauffer la surface terrestre par l' émission d'un rayonnement thermique en provenance des basses couches atmosphériques ? Cet effet, parfois envisagé, ne peut cependant se produire car le rayonnement thermique émis par un corps à une température quelconque ne peut être absorbé par un corps plus chaud. De plus, le rayonnement thermique est une propriété quasi exclusive des solides, l'émissivité des liquides est très faible et à fortiori celle des gaz est pratiquement nulle dans le domaine des températures et pressions atmosphériques.

 

Si l'énergie absorbée par la vapeur d'eau et le CO2 ne peut réchauffer la surface terrestre, dans quelle mesure peut-elle réchauffer les basses couches atmosphériques ? Pour estimer cette contribution, il faut connaître la fraction d'énergie dissipée par la Terre sous forme radiative. Or, en présence d'une atmosphère, le bilan thermique de la Terre est complexe.

 

Pour maintenir une température constante, la Terre doit émettre vers l'atmosphère autant d'énergie qu'elle en reçoit du Soleil.  Trois mécanismes y contribuent : convection de l'air, évaporation de l'eau des océans suivie de condensation en altitude, et enfin rayonnement thermique. Seul ce dernier mécanisme peut donner lieu à une absorption d'énergie par la vapeur d'eau et le CO2. Son importance relative varie de 8 à 41% selon les auteurs. Il subsiste donc à ce sujet une très grande incertitude. Tenant compte de la fraction du rayonnement émis par la Terre à la température "moyenne globale" de 15°C et du coefficient d'absorption du CO2, on peut calculer, sur la base de la théorie cinétique des gaz, que la présence de 0,04% de ce gaz conduirait à une élévation de température des basses couches atmosphériques de quelques millièmes ou dix-millièmes de degré selon l'estimation de la fraction d'énergie dissipée sous forme radiative.

 

 

En conclusion, on peut affirmer que 

 

- L' effet de serre tel que défini par le GIEC n'existe pas.

 

- La présence de CO2 dans l'atmosphère ne peut contribuer par aucun mécanisme au réchauffement de la  surface terrestre. 

 

- La contribution du CO2 au réchauffement des basses couches atmosphériques est négligeable.

 

Mercurius

 

(1)  http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2014/11/28/bilan-thermique-de-la-terre-et-effet-de-serre-1137166.html

 

10:17 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : effet de serre, co2, réchauffement climatique, giec, climat | |  Facebook |

20/04/2015

POURQUOI NOUS AVONS UN BESOIN VITAL DE CO2

Marko[1].jpgCe 16 avril, le quotidien belge "L' ECHO" publiait de larges extraits d'un article de Istvan Markö, sur le rôle capital du CO2 dans la vie de notre planète.

 

Voici l'article complet du coordinateur scientifique du livre " Climat, 15 vérités qui dérangent".

 

Jo Moreau.

 

 

Le CO2 n'est ni un poison, ni un polluant.

 

Non, non non et non !! Je le répète et le répéterai sans cesse :  le CO2 n'est ni un poison, ni un polluant ! Il ne l'a jamais été et il ne le sera jamais ! Malgré les nombreuses campagnes de désinformation, menées par des ONG environnementalistes sans scrupule, qui n'hésitent pas à endoctriner nos jenes têtes blondes dès le début de leurs études, en dépit des accusations médiatiques injustes relayées par certains journalistes trop occupés pour vérifier leurs sources les plus fondamentales ou déjà acquis à "la cause", et nonobstant sa condamnation par certains politiciens dogmatiques et aux connaissances scientifiques hésitantes, le CO2 est et reste ce qu'il a toujours été : l'une des molécules les plus importantes de la vie ! Pas de CO2 et pas de vie sur Terre telle que nous la connaissons. 

 

Le CO2, c'est avant tout "la nourriture" des plantes. C'est leur aliment de base. La photosynthèse, cette merveilleurse transformation que les plantes ont appris à maîtriser, utilise la lumière du soleil et le CO2 pour fabriquer sucres, cellulose et amidon et donner vie à nos végétaux. Pas de CO2, pas de plantes et donc pas d'herbivores, ni de carnivores, ni ... d'humains. Le CO2 est vraiment source de vie ! Nous savons aujourd'hui que nos végétaux sont affamés en CO2. De nombreux scientifiques ont montré que la quantité de CO2 dans l'air était plus importante auparavant et que nos plantes souffrent d'un manque chronique de gaz carbonique. Elles ont faim. Tous ceux qui cultivent dans une serre botanique industrielle savent très bien que la quantité de CO2 à l'intérieur de la serre est environ trois fois plus élevée (1100 à 1200 ppmv) que celle présente dans l'atmosphère que nous respirons (un peu moins de 400 ppmv en 2015). Dans ces conditions, les végétaux poussent plus vite, sont plus robustes, apprécient une température plus élevée et consomment moins d'eau. 

 

On observe un verdissement de la planète.

 

Cette dernière propriété explique aussi pourquoi, depuis plus de 30 ans, on observe un verdissement de la planète de plus de 20%. Oui, vous lisez bien ! Il y a 20% de verdure en plus sur Terre aujourd'hui qu'il n'y en avait il y a trente ans. Malgré la déforestation continue - qui n'est une réalité qu'en certains endroits de la planète- et l'action des hommes, les plantes poussent plus vite et en plus grand nombre car elles ont enfin davantage de nourriture. L'un des résultats les plus visibles (par satellite) de ces conditions favorables à la croissance des plantes est le recul de certains déserts, dont celui du Sahel. L'autre est l'augmentation constante de la production mondiale de céréales pour lesquelles une hausse du taux de CO2 atmosphérique est un formidable bonus. Une belle gifle pour ceux qui veulent diminuer la quantité de CO2 présent dans l'atmosphère. La Nature nous donne un tout autre message : encore du CO2 ! Plus de CO2 !

 

Pour vivre, la plupart des animaux, en ce compris les humains, ont besoin d'oxygène. Celui-ci est produit notamment par les arbres et les végétaux, mais en quantités relativement faibles. La majorité de l'oxygène que nous respirons provient du phytoplancton. Ces minuscules organismes marins utilisent la lumière du soleil et le CO2 atmosphérique pour se nourrir. Ils rejettent en même temps d'importantes quantités d'oxygène. Plus de 75% de l'oxygène présent dans l'atmosphère provient de ce phytoplancton et donc, du CO2 qu'ils utilisent ! Pas de CO2, pas de phytoplancton et donc pas assez d'oxygène pour vivre ! A l'inverse de ce que l'on tente d'imprimer dans nos esprits depuis des lustres, les forêts ne sont pas les "poumons" de la Terre, à peine quelques petites alvéoles pulmonaires. Les vrais poumons, ce sont les phytoplanctons !

 

Pas d'augmentation récente du réchauffement global.

 

Malgré toutes ces qualités vitales à notre survie, le CO2 est devenu la bête noire des climatologues alarmistes du GIEC (Groupement Intergouvernemental pour l'Etude du Climat) et des ONG environnementalistes qui accusent le CO2 produit par l'Homme (uniquement celui-là, bien sûr) d'être responsable de l'augmentation de la "température moyenne" de notre globe depuis le début de l'ère industrielle. Le CO2 est un "gaz à effet de serre" dont la puissance phénoménale de réchauffement est égale à ...1 ! La vapeur d'eau est dix fois plus puissante et certains fréons plus de 10.000 fois !

 

Le problème de cette théorie fumeuse est que depuis plus de 18 ans, la "température moyenne" de notre Terre n'a pas augmenté d'un iota ! Durant cette période, plus d'un tiers du CO2 total émis depuis le début de l'ère industrielle a été relâché dans l'atmosphère. Si ce gaz était vraiment responsable d'un quelconque réchauffement climatique anthropique, on s'attendrait à tout le moins à observer une hausse vigoureuse des températures. Rien de tout cela ne se produit. Nada. Comme le disait le grand physicien Richard Feynman : "Lorque votre théorie, aussi belle et géniale soit-elle, est invalidée par l'expérience, c'est qu'elle est fausse. Il faut s'en débarrasser et en formuler une meilleure". Exit la théorie du GIEC sur le CO2. Exit le GIEC aussi ?

 

La vraie question reste cependant : pourquoi le GIEC, l'ONU, de nombreuses ONG, certains politiciens, de grandes compagnies électriques et d'autres veulent-elles à tout prix la peau du CO2 anthropique ? La raison est double : politique et financière (pour changer).

Politique parce que de nombreuses organisations, dont l'ONU, ont trouvé dans la lutte contre le changement climatique et donc contre le CO2, un thème unifiant qui leur ouvre la possibilité d'une gouvernance mondiale à laquelle elles aspirent depuis plusieurs générations. Le CO2 est un problème mondial qui ne peut être résolu que par une action mondiale, et qui mieux qu'un gouvernement mondial pourrait y pourvoir ? Le document qui sera discuté au prochain sommet du climat à Paris en décembre 2015 n'est rien de moins qu'un pas gigantesque en ce sens. On y trouve même la volonté d'instaurer un tribunal climatique mondial. A quand le rationnement du nombre de respirations par humain par jour ?

 

Le GIEC, la politique et la finance.

 

Politique parce que certaines élites occidentales ne veulent pas que les pays émergents quittent leur état de pauvreté et de dépendance actuelles. Ils risqueraient de devenir de nouvelles puissances et leur feraient de l'ombre, voire relègueraient leurs rêves idéologiques à l'arrière-plan. Quel meilleur moyen de ralentir leur développement économique et technologique que de leur proposer d'investir dans la sauvegarde de notre Terre commune en utilisant directement des énergies renouvelables et en appliquant les principes du développement durable ? Moyennant finances, bien entendu, via des transferts de richesse directs consentis par les pays "riches". Ainsi on maintient les pays émergents dans leur état actuel de précarité, voire on l'accentue, tout en condamnant les pays "riches" à s'appauvrir (le dernier rapport du GIEC préconise expressément la "décroissance", ce concept "scientifique" bien connu, pour les pays "riches"). Malthus serait fier de ses enfants !

 

Financier parce que la gigantesque arnaque du développement durable et de son corollaire, les énergies renouvelables, repose exclusivement sur la peur générée dans le grand public -et continuellement maintenue à grand renfort de publicité dans tous les médias- du réchauffement climatique dû au CO2 produit par l'Homme. C'est une crainte soigneusement entretenue qui permet aux gouvernements de créer de nouveaux impôts "verts", de financer avec l'argent du contribuable des éoliennes inutiles et d'investir dans des énergies renouvelables aussi ridicules que superflues, emplissant ainsi les poches de certains industriels peu scrupuleux, voire mafieux, avec l'argent des honnêtes citoyens. Quant aux ONG, elles reçoivent maintes subventions pour maintenir cette peur dans l'esprit du public.

 

La chasse au CO2 n'a évidemment rien à voir avec son misérable "effet de serre", ni avec un quelconque réchauffement de la planète. Tout cela n'est que politique nauséabonde et combines financières en tous genres. Qui sont les perdants ? Les pauvres des pays riches. Qui sont les gagnants ? Les riches des pays pauvres. Sans l'imaginaire toxicité du CO2 et de ses effets néfastes sur l'environnement, toute cette gigantesque supercherie se dégonflerait comme une baudruche percée. Tant d'intérêts sont cependant en jeu que leurs bénéficiaires ont certainement prévu de larges quantités de rustines pour colmater les fuites et maintenir en l'air aussi longtemps que possible ce claudiquant attelage.

 

Istvan E. Markö

L'auteur s'exprime à titre personnel.  

 

Pour ce qui concerne le récent "palier" des températures terrestres, voir notamment :

http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2014/09/24/le-rechauffement-climatique-en-panne-info-ou-intox-1135103.html

 

19:57 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |