Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

30/01/2016

INTERVIEW DU PROFESSEUR ISTVAN MARKO



11:26 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : réchauffement climatique, cop 21, co2 | |  Facebook |

18/01/2016

LE CO2 ET LE CLIMAT AVEC ET SANS EFFET DE SERRE.

 

réchauffement climatique,co2,climat,effet de serre,

Le consensus

Les scientifiques qui s’intéressent au climat, tant partisans qu’adversaires d’un réchauffement climatique d’origine anthropique, s’accordent sur les points suivants :

  • Le climat peut changer comme il l’a toujours fait et continuera à le faire
  • Pour maintenir une température constante la Terre doit dissiper l’énergie reçue du Soleil et le bilan énergétique de la Terre doit tenir compte des différents mécanismes possibles.
  • Une partie de l’énergie dissipée par la Terre l’est sous forme de rayonnement thermique qualifié aussi de rayonnement du « corps noir ».
  • Certains gaz présents dans l’atmosphère, et notamment le CO2, peuvent absorber une fraction de ce rayonnement thermique.
  • Le CO2 ayant absorbé une fraction de ce rayonnement pourrait avoir une influence sur la température de la surface terrestre ou des basses couches atmosphériques.

Le débat entre partisans et adversaires d’un changement climatique d’origine anthropique serait rapidement clôturé si on pouvait donner une base quantitative à tous ces phénomènes sur lesquels il y a accord d’un point de vue qualitatif.

Poser le problème en termes quantitatifs requiert la connaissance de :

- la quantité d’énergie solaire reçue par la Terre au sommet de l’atmosphère,
- la fraction de cette énergie émise par la Terre sous forme de rayonnement thermique
- la fraction de ce rayonnement thermique absorbée par le CO2.

Plusieurs de ces grandeurs sont mal connues et ne font l’objet que d’estimations souvent contestées. Pour poser le problème en termes quantitatifs il est cependant indispensable d’accepter certaines estimations même incertaines. Nous les considérerons alors comme hypothèses de base communes aux partisans et adversaires d’un changement climatique d’origine anthropique.

Hypothèses de base communes

Il est essentiel de connaître la quantité d’énergie solaire reçue par la Terre. La valeur de 340 W/m2 au sommet de l’atmosphère est généralement citée. Cette valeur n’est pas mesurée mais calculée en admettant une distribution uniforme de l’énergie sur toute la surface terrestre sans tenir compte ni d’un hémisphère non éclairé, ni d’une variation en fonction de la latitude. Elle est certainement surestimée mais une valeur correcte compte de la vitesse de rotation de la Terre et de l’inclinaison de son axe de rotation donnerait lieu à des difficultés de calcul insurmontables. Faute de mieux nous utiliserons donc cette valeur qui agrée aux partisans d’un changement climatique d’origine anthropique.

La seconde hypothèse concerne le bilan énergétique de la Terre. Le modèle le plus complet et le souvent cité est celui proposé par la NASA. Dans ce cas également il accepté par les partisans d’un changement climatique d’origine anthropique D’après ce bilan 30 % de l’énergie reçue par la Terre au sommet de l’atmosphère seraient réfléchis par les nuages, l’atmosphère et la surface terrestre (c’est l’albédo de la Terre). L’atmosphère et les nuages absorberaient en plus 19 % du rayonnement solaire transmis et finalement 51 % seulement seraient absorbés par la terre et les océans. Cette énergie serait dissipée ensuite par évaporation de l’eau des océans (23 %), par convection de l’air (7 %) et par rayonnement thermique (21 %). Bien que l’incertitude reste très grande concernant l’importance relative de ces trois mécanismes, nous utiliserons ce bilan pour déterminer quantitativement l’influence du CO2 dans un éventuel changement climatique.

La troisième valeur requise pour atteindre cet objectif est la fraction du rayonnement thermique de la Terre absorbée par ce gaz. Si on considère la Terre comme un corps noir à 15°C la loi de Wien prévoit que le rayonnement émis devrait présenter un maximum d’intensité à 10 µm et l’équation de Planck permet de calculer que 95 % du spectre seraient compris entre 5 et 40 µm. Parmi les principaux constituants atmosphériques seuls CO2 et H2O peuvent absorber le rayonnement dans ce domaine de longueurs d’onde. En particulier, le CO2 présente une bande d’absorption centrée à 15 µm qui permet l’excitation de la molécule initialement linéaire à un état de vibration impliquant sa déformation. En intégrant l’équation de Planck dans le domaine de 14 à 16 µm on calcule que 9,3 % du rayonnement thermique de la Terre est émis dans cet intervalle de longueurs d’onde à 15°C. fin de compte le CO2 ne pourrait absorber que 9,3 % de 21 % soit un peu moins de 2 % de l’énergie totale reçue du Soleil au sommet de l’atmosphère terrestre et donc environ 6 W/m2.

La divergence d’opinion entre partisans et adversaires d’un changement climatique d’origine anthropique se manifeste fondamentalement à propos du mécanisme de désactivation des molécules de CO2 excitées par absorption d’une fraction du rayonnement thermique de la Terre. Les premiers, en effet, invoquent la théorie de l’effet de serre à l’appui de leur thèse alors que les seconds contestent cette théorie.

La théorie de l’effet de serre

Rappelons d’abord la définition de l’effet de serre proposée par les partisans de la théorie du réchauffement climatique d’origine anthropique.

« L’effet de serre est un phénomène radiatif causé par des gaz tels la vapeur d’eau ou le CO2 qui absorbent une fraction du rayonnement infrarouge émis par la Terre et le ré-émettent ensuite dans toutes les directions et notamment vers la surface terrestre dont la température serait, de ce fait, plus élevée qu’en l’absence de gaz absorbant l’infrarouge. Ces gaz sont dès lors qualifiés de  gaz « à effet de serre ».

Si les 2 % de l’énergie solaire absorbés par le CO2 sont ré-émis dans toutes les directions, comme le supposent les partisans de la théorie de l’effet de serre, il n’y en aurait pas plus de la moitié qui atteindrait la surface terrestre soit environ 3 W/m2. Sachant qu’un être humain au repos dissipe 60 à 100 W sous forme de chaleur l’augmentation de température due à un éventuel effet de serre serait bien inférieure à celle résultant de la présence d’un être humain occupant une surface d’un m2.

Encore faudrait-il que la surface terrestre puisse absorber spécifiquement le rayonnement infrarouge de longueur d’onde 15 µm qui serait ré-émis par le CO2. Ce serait possible pour les 71 % de la surface terrestre occupés par les océans car l’eau liquide présente une large bande d’absorption centrée à 13 µm. Connaissant le coefficient d’absorption de cette bande on peut calculer que l’absorption de ce rayonnement serait pratiquement totale sur une épaisseur de 15 microns. L’absorption d’énergie par cette couche très superficielle ne pourrait évidemment contribuer au réchauffement des océans. Elle ne pourrait qu’accentuer un peu la dissipation d’énergie par évaporation à raison d’un mg par m2 et par seconde environ. D’autre part, la partie émergée de la surface terrestre se comporterait comme un corps noir plutôt que d’absorber spécifiquement le rayonnement infrarouge de longueur d’onde 15 µm par transition entre niveaux d’énergie bien définis. On peut en conclure que l’effet de serre tel que défini par les partisans de la théorie du réchauffement climatique d’origine anthropique ne pourrait conduire à un réchauffement de la surface terrestre.

 

La théorie cinétique des gaz

A la théorie de l’effet de serre on peut objecter que la probabilité de désactivation radiative du CO2 (avec ré-émisssion du rayonnement absorbé) est pratiquement nulle étant donné le nombre considérable de collisions entre molécules de l’air à des pressions voisines d’une atmosphère et à la température de 15 °C.

L’atmosphère est constituée principalement d’azote (78 %) et d’oxygène (21 %) sous forme de molécules biatomiques N2 et O2. Le troisième constituant par ordre d’abondance est l’argon Ar (environ 1 %). Le CO2 n’intervient que pour environ 0,04 %. Toutes ces molécules n’ont pratiquement pas d’interaction entre elles, si ce n’est qu’étant en constante agitation elles entrent en collisions les unes avec les autres. La théorie cinétique des gaz permet de calculer qu’à la température de 15°C les molécules atmosphériques sont animées de vitesses de l’ordre de 500 m par seconde et qu’à cette température et à la pression d’une atmosphère, chacune subit plusieurs milliards de collisions par seconde. La théorie cinétique des gaz permet aussi de calculer l’énergie cinétique moyenne des molécules biatomiques N2 et O2 qui vaut Ec = 5/2 k T (où k est la constante de Boltzmann et T la température en degrés Kelvin). L’énergie du niveau de vibration du CO2 est aussi connue : elle vaut Ev = h c / λ (où h est la constante de Planck, c la vitesse de la lumière et λ la longueur d’onde du rayonnement absorbé, dans ce cas 15 µm). Un calcul simple permet de constater que cette dernière valeur n’est que de 30 % supérieure à l’énergie cinétique moyenne des molécules environnantes. Comme ces dernières présentent une large distribution d’énergie cinétique il s’en trouve certaines qui en ont suffisamment pour amener les molécules de CO2 à ce niveau de vibration lors d’une collision. Cette conversion d’énergie cinétique de translation des molécules N2 ou O2 en énergie de vibration des molécules de CO2 est réversible. Ce ne sont pas toujours les mêmes molécules de CO2 qui vibrent mais leur proportion reste constante à une température donnée car un équilibre dynamique s’établit par suite des très nombreuses collisions. Dans ces conditions les molécules de CO2 qui auraient absorbé une fraction du rayonnement thermique émis par la Terre se désactiveront par collision en transférant leur énergie aux molécules environnantes et non en émettant un rayonnement de longueur d’onde 15 µm. On peut donc en conclure que l’effet de serre tel que défini par les partisans d’un réchauffement climatique d’origine anthropique n’existe pas.

Connaissant le coefficient d’absorption du CO2 et sa teneur dans l’air on peut calculer que l’absorption du rayonnement de longueur d’onde 15 µm est pratiquement saturée sur une épaisseur atmosphérique de 10 m. L’absorption du rayonnement thermique de la Terre entre 14 et 16 µm (à raison de 6 W/m2) est sélective par les molécules de CO2 mais suite aux collisions avec les molécules environnantes cette énergie se répartit sur l’ensemble des molécules contenues dans une colonne d’air de 10 m de hauteur. L’équation d’état des gaz parfaits permet de calculer le nombre de molécules dans 10 m3 d’air à 15°C et il apparaît que chacune ne subira en moyenne par seconde qu’une augmentation d’énergie cinétique inférieure à  0,001 %. Cette augmentation insignifiante accentuera les mouvements de convection de l’air qui ont déjà lieu en l’absence de CO2 et ne pourrait conduire qu’à une augmentation locale de température de l’ordre du dix millième de degré. Il est important de remarquer que cette valeur est calculée en tenant compte de la totalité du CO2 atmosphérique et pas seulement de la fraction d’origine anthropique dont l’effet serait encore plus infime. Par ailleurs, si l’absorption du rayonnement de longueur d’onde 15 µm n’était saturée que sur une épaisseur atmosphérique supérieure à 10 m l’effet serait encore plus faible car il se répartirait sur un nombre plus grand de molécules environnantes.

Conclusion

De cet exposé on peut conclure que :

1° L’effet de serre, tel que défini par les partisans d’un changement climatique d’origine anthropique, n‘existe pas car les molécules de CO2 ayant absorbé une fraction du rayonnement thermique de la Terre se désactivent par collisions et non par ré-émission du rayonnement absorbé.

2° L’absorption par le CO2 d’une fraction du rayonnement thermique de la Terre conduit par collisions avec les molécules environnantes à une augmentation infime de leur énergie cinétique moyenne correspondant à une augmentation locale de la température des basses couches atmosphériques de l’ordre de 0,0001 °C.

3° Le CO2 ne peut en aucune manière conduire à un réchauffement de la surface terrestre et son influence sur la température des basses couches atmosphériques est insignifiante.

Mercurius.

 

11:44 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : réchauffement climatique, co2, climat, effet de serre | |  Facebook |

04/12/2015

UN PEU DE SCIENCE POUR LES CLIMATOLOGUES AMATEURS

réchauffement climatique,gaz effet de serre,GIEC,CO2,La physique est un coupe-gorge pour les imprudents qui s'y risquent insuffisamment armés.

Marcel Boll, vulgarisateur des sciences modernes (1896-1971)

 

Les basses couches atmosphériques.

L'atmosphère est constituée principalement d'azote N2 (78 %) et d'oxygène O2 (21 %) sous forme de molécules biatomiques. Le troisième constituant par ordre d'abondance est l'argon Ar (environ 1 %). Le CO2 n'intervient que pour environ 0,04 %. Quant à la vapeur d'eau H2O elle intervient dans des proportions très variables de 0,1 à 5 % selon les régions. Ces molécules ont des dimensions de l'ordre de 0,1 nm à 0,2 nm et, à la pression d'une atmosphère, elles sont distantes de 400 nm en moyenne. Cette distance étant très supérieure à leurs dimensions elles n'ont pratiquement pas d'interaction entre elles, si ce n'est qu'étant en constante agitation elles entrent en collisions les unes avec les autres.

 

La théorie cinétique des gaz.

La théorie cinétique des gaz permet de calculer qu'à la température de 15°C les molécules atmosphériques sont animées de vitesses de l'ordre de 500 m par seconde, qu'elles entrent en collision les unes avec les autres et qu'à cette température et à la pression d'une atmosphère, chacune subit plusieurs milliards de collisions par seconde. L'atmosphère étant constituée essentiellement de molécules biatomiques N2 et O2 la théorie cinétique des gaz permet aussi de calculer leur énergie cinétique moyenne qui vaut Ec = 5/2 k T (où k est la constante de Boltzmann et T la température en degrés Kelvin).

En plus des mouvements de translation toutes les molécules atmosphériques (sauf les molécules monoatomiques comme l'argon) peuvent être animées de mouvements de vibration si leur énergie est suffisante. Ces vibrations impliquent une variation périodique de la longueur de la liaison pour les molécules biatomiques N2 et O2 et, en plus pour les molécules triatomiques comme le CO2 ou H2O une variation prériodique de l'angle de la liaison. En particulier, la molécule de CO2 qui est linéaire en l'absence de vibration (O=C=O) peut en vibrant se déformer et passer par un état anguleux. En accord avec la théorie quantique les niveaux énergétiques de vibration sont discontinus et leur excitation requiert l'absorption d'une quantité d'énergie bien déterminée correspondant à la transition entre niveaux.

L'énergie requise pour permettre cette transition peut provenir de collisions intermoléculaires ou de l'absorption d'un rayonnement électromagnétique de longueur d'onde bien déterminée. En particulier l'état de vibration amenant une déformation de la molécule de CO2 peut être atteint par absorption d'un rayonnement infrarouge de longueur d'onde 15 µm. L'énergie de cet état de vibration peut être calculée. Elle vaut Ev = h c / λ (où h est la constante de Planck, c la vitesse de la lumière et λ la longueur d'onde du rayonnement absorbé). Cette valeur n'est pas beaucoup plus élevée que l'énergie cinétique moyenne des molécules environnantes N2 et O2 qui peut aussi être calculée (voir ci-dessus). Comme ces molécules N2 et O2 présentent une large distribution d'énergie cinétique il s'en trouve certaines qui en ont suffisamment pour amener les molécules de CO2 à ce niveau de vibration lors d'une collision. La fonction de distribution de Maxwell-Boltzmann permet d'estimer cette fraction à 30 % des molécules de N2 et O2 à 15°C et on peut en déduire que 30 % des molécules de CO2 sont vibrationnellement excitées à cette température. Ce ne sont évidemment pas toujours les mêmes molécules de CO2 qui vibrent mais leur proportion reste constante à une température donnée. Cela résulte du fait que par suite des très nombreuses collisions un équilibre dyènamique s'établit permettant une conversion réversible d'énergie cinétique de translation des molécules N2 et O2 en énergie de vibration des molécules de CO2.

 

La théorie du corps noir.

Tout corps solide à une température supérieure au zéro absolu (-273,16°C) émet un rayonnement appelé rayonnement du corps noir ou rayonnement thermique qui peut apparaître dans le domaine visible aux hautes températures mais se limite au domaine infrarouge pour des températures voisines de la température ambiante. Ce rayonnement se présente toujours sous forme d'un spectre continu avec une forte variation d'intensité du côté des courtes longueurs d'onde (hautes énergies), passage par un maximum qui se déplace en fonction de la température et perte progressive d'intensité du côté des grandes longueurs d'onde (faibles énergies). Il est dû à l'oscillation de dipôles électriques formés par le noyau et le nuage électronique des atomes qui, en accord avec les lois de l'électromagnétisme, émettent un rayonnement de fréquence égale à la fréquence d'oscillation. En 1900 Plack proposa une équation pour décrire ce phénomènej en introduisant l'idée révolutionnaire pour l'époque, qu'à chaque longueur d'onde le rayonnement ne peut être émis que sous forme de "quanta" (c'est à dire de petits paquets d'énergie).

Si on considère la Terre comme un corps noir à 15°C la loi de Wien λmax = C / T (où C est une constante et T la température en degrés Kelvin) prévoit que le rayonnement émis devrait présenter un maximum d'intensité à 10 µm et l'équation de Planck permet de calculer que 95 % du spectre seraient compris entre 5 et 40 µm. Parmi les principaux constituants atmosphériques seuls CO2 et H2O peuvent absorber le rayonnement dans ce domaine de longueurs d'onde. En particulier, le CO2 présente une bande d'absorption centrée à 15 µm et en intégrant l'équation de Planck dans le domaine de 14 à 16 µm on calcule que 9,3 % du rayonnement thermique de la Terre est émis dans cet intervalle de longueurs d'onde à 15°C.

 

La théorie de l'effet de serre.

Les partisans d'un réchauffement climatique d'origine anthropique considèrent le CO2 comme principal responsable de ce phénomène par suite d'un "effet de serre". La théorie de l'effet de serre n'est pas nouvelle. Elle a été élaborée pour la première fois par Arrhenius en 1896 pour lier une éventuelle élévation de température à l'augmentation dans l'atmosphère de la teneur en CO2 résultant de l'activité humaine. Cet effet, considéré initialement comme bénéfique, donna lieu à partir de 1990 à une série de rapports d'évaluation de plus en plus alarmistes rédigés par le GIEC.

Pour les partisans de cette théorie "l'effet de serre est un phénomène radiatif causé par des gaz tels la vapeur d'eau ou le CO2 qui absorbent une fraction du rayonnement infrarouge émis par la Terre et le ré-émettent ensuite dans toutes les directions et notamment vers la surface terrestre dont la température serait, de ce fait, plus élevée qu'en l'absence de gaz absorbant l'infrarouge. Ces gaz sont dès lors qualifiés de gaz "à effet de serre".

Pour maintenir une température constante la Terre soit émettre vers l'atmosphère autant d'énergie qu'elle en reçoit du Soleil. La contribution du CO2 à un éventuel "effet de serre" dépend de la quantité d'énergie émise par la Terre sous forme de rayonnement thermique et de la fraction de ce rayonnement absorbée. D'après le bilan énergétique établi par la NASA 30 % de l'énergie reçue par la Terre au sommet de l'atmosphère seraient réfléchis pas les nuages, l'atmosphère et la surface terrestre (c'est l'albédo de la Terre). L'atmosphère et les nuages absorberaient 19 % du rayonnement solaire et finalement 51 % seulement seraient absorbés par la terre et les océans. Cette énergie serait dissipée ensuite par évaporation de l'eau des océans (23 %), par convection de l'air (7 %) et par rayonnement thermique (21 %). Seul ce dernier mécanisme pourrait donner lieu à un éventuel "effet de serre" et 9,3 % seulement de ce rayonnement thermique est émis dans le domaine d'absorption du CO2 (voir ci-dessus). En fin de compte ce gaz ne pourrait absorber qu'un peu moins de 2 % de l'énergie totale reçue du Soleil au sommet de l'atmosphère terrestre.

 

Influence du CO2 sur le climat.

Si 2 % de l'énergie totale reçue du Soleil sont absorbés par le CO2 et émis dans toutes les directions, comme le supposent les partisans de la théorie de l'effet de serre, il n'y en aurait pas plus de 1 % qui atteindrait la surface terrestre sous forme d'un rayonnement de longueur d'onde 15 µm. En effet, les niveaux d'énergie étant discontinus, c'est un rayonnement identique à celui qui a été absorbé qui serait émis. Si un tel évènement se produisait ce rayonnement ne pourrait être absorbé par les 71 % de la surface terrestre occupée par les océans puisqu'il n'est pas absorbé par l'eau. Cela réduirait à moins de 0,3 % la fraction d'énergie reçue du Soleil qui pourrait être restituée à la Terre par le CO2. Encore faudrait-il que le rayonnement infrarouge de longueur d'onde 15µm soit absorbé spécifiquement par la surface émergée, ce qui est très improbable. On peut en conclure que l'effet de serre tel que défini ci-dessus ne pourrait conduire à un réchauffement climatique d'origine anthropique.

De plus, à l'encontre de l'hypothèse envisagée ci-dessus, il est très peu probable que les molécules de CO2 ayant absorbé une fraction du rayonnement thermique de la Terre se désactivent par émission d'un rayonnement. En effet, ces molécules de CO2 vibrationnellement excitées subissent de très nombreuses collisions pouvant donner lieu à la conversion de leur énergie de vibration en énergie cinétique de translation des molécules environnantes. Il en résulte nécessairement une augmentation de l'énergie cinétique moyenne des molécules de N2 et O2 mais un calcul basé sur cette conversion énergétique montre que cette augmentation ne serait que de 0,001% ce qui correspondrait à une augmentation de température de quelques dix millièmes de degré seulement. L'absorption par le CO2 d'une fraction du rayonnement thermique émis par la Terre ne peut donc conduire qu'à une élévation insignifiante des basses couches atmosphériques.

Mercurius.

 

Autres billets de Mercurius sur belgotopia :

http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2014/11/28/bilan-thermique-de-la-terre-et-effet-de-serre-1137166.html

http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2015/04/27/l-effet-de-serre-version-giec-n-existe-pas-1142619.html

 

 

 

12:33 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : réchauffement climatique, gaz effet de serre, giec, co2 | |  Facebook |

25/11/2015

LES EVENEMENTS CLIMATIQUES EXTREMES DU PASSE (12)

climat ancien,climat,changements climatiques,GIEC,CO2,Suite n° 12. (anno 1500-1599)

"Le contenu de la mémoire est fonction de la vitesse de l'oubli"

Désormais, chaque inondation quelque peu catastrophique, chaque tornade, chaque anomalie météorologique est rattachée au réchauffement climatique qui parait-il nous menace, mais dont en plus nous serions responsables !

Pourtant, la consultation de chroniques ou récits anciens est révélatrice de précédents tout aussi apocalyptiques, et relativise la notion même de "changements climatiques", ainsi que la définition d'un "climat stable" qui n'a jamais existé mais qu'on voudrait instaurer à tout prix.

Contexte et mise en garde, voir :
http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2015/02/27/sur-les-evenements-climatiques-extremes-1-1140511.html
----------------------------------------------------------------------------

Anno 1499-1504 5 années de sécheresse sur le Sud de la France

Anno 1500 : Eté chaud - inondations dans la vallée du Rhône. Grande tempête sur Rome, qui cause de nombreuses destructions.

Anno 1501 : Des pluies presque continuelles, qui commencent à tomber en novembre 1500, et se prolongent jusqu'à la fin 1501, produisent une grande famine. "Le resal de blé atteind la somme de 10 livres, et la queue de vin, d'ordinaire à douze sous onze deniers, se vend jusqu'à quatre livres cinq sols huit deniers". Inondations en Allemagne suite à une crue de l'Elbe.

Anno 1502-1503 : Inondations dans le bassin de l'Eure. Années chaudes et vendanges précoces. La sécheresse persiste dans le Sud de la France.

Anno 1503 : En Angleterre, sévère sécheresse en été.

Anno 1504 : En Italie, l’hiver est aussi doux que le printemps. Année chaude et sèche.
« l’un des plus chauds du demi-millénaire » « Ciel de cuivre et terre de feu ». Le bétail doit descendre des montagnes. Processions dans le Lyonnais où les cours d’eau sont à sec. Eté brûlant dans le Sud de la France. Sécheresse sévère en Angleterre. Des processions sont également organisées en Italie. En Bourgogne, l’été fut extrêmement chaud et sec. Il y eut de nombreux incendies. Vendanges le 17 septembre. Année très chaude dans l’hémisphère nord. Le 23 août, séisme en Rhénanie et en Belgique orientale.

Anno 1505 : En Hongrie, la sécheresse amena une famine telle que les parents tuaient leurs propres enfants pour les manger.

Hiver 1505-1506 très doux en France, les rosiers fleurissent en janvier dans le Midi de la France.

Anno 1506 : Du 15 au 26 janvier, nombreuses tempêtes violentes accompagnées d'orages en Angleterre.

Anno 1508 : De juin à août, d'importantes inondations affectent toute la Transylvanie et sont suivies d'une famine. Inondations en Ardèche. Nombreuses tempêtes en Angleterre. Tempêtes de grêle catastrophiques en Allemagne.

Anno 1509 : Grandes inondations aux Pays-Bas. Séisme en Haute Provence. Chaleur et sécheresse dans le Sud de la France. En juillet, le Rhône atteint un bas niveau exceptionnel.

Anno 1510 : Chaleur excessive en Angleterre. Grandes inondations en Roumanie. Tempête de grêle en Italie, "qui détruisit les oiseaux, les poissons et le bétail". Tempête de grêle en France. "Des nuages noirs envahirent le ciel, et il fit nuit en plein jour. Face à l'étonnement et à la terreur de tous, un violent orage et l'averse de grêle se déclencha. Il fit de nombreuses victimes parmi les animaux et les gens". En Allemagne et aux Pays-Bas, il y eut une tempête et des orages extraordinaires, qui déclenchèrent une panique générale.

Anno 1511 : Tremblement de terre dans le Frioul. Des chutes de matériaux font plusieurs victimes à Venise. Inondations destructrices en Irlande. Grandes inondations en Roumanie.

Anno 1512 : Eté froid, la région de Metz est particulièrement touchée.

Anno 1514 : En France, il n'y eu ni pluie ni rosée du 12 Février au 12 Mai. Grandes inondations aux Pays-Bas.

Anno 1515 : Le 1 janvier, tempête destructrice au Danemark. Les forêts sont ravagées et de nombreuses constructions détruites. Il y a de nombreuses victimes. Enormes inondations en Allemagne et en Pologne.

Anno 1516 : En France, été très chaud d'avril à octobre. Vendanges très précoces, chaleur énorme, rivières très basses, du « jamais vu » sécheresse, échaudage. Chaleur et sécheresse en Angleterre. La sécheresse se poursuit en hiver.

Anno 1517 : La chaleur et la sécheresse persistent en Angleterre.

Anno 1518 : Le 10 mai, violente tempête en Angleterre. Ouragan en Suisse, disparition de la Tour Bayard près de Neuchâtel. L'été est humide et pluvieux sur le Sud de la France. Le 10 août, ouragan et submersion des côtes sur l île de Ré.

Anno 1519 : La Bretagne essuya de si furieuses tempêtes que plusieurs clochers et plusieurs forêts furent renversées.

Anno 1520 : Le 18 juin, tempête destructrice sur l'Angleterre. Chaleur et sécheresse en Provence. Des processions pour la pluie sont organisées.

Anno 1521 : Au printemps,Chaleur, sécheresse et grande mortalité en Provence. "La même année connut la plus grande sécheresse qu'une vie d'homme ait jamais vue". Invasion de sauterelles à Tarascon.

Anno 1523 : Sécheresse en france. En Provence, "les pluies furent tellement rares pendant l'année qu'on n'avait jamais vu pareille aridité". Chaleur excessive au mois d'août en italie. Eté pluvieux en Angleterre.

Anno 1524 : En France, grande sécheresse, chaleur torride du 25 mai au 24 juin. L'année du "Grand desluge". Au commencement de Janvier, les eaux passent par dessus les murs de Metz. Dégâts immenses à Pont-à-Mousson, Saint-Nicolas, Varangéville, Thionville et Sierck. Les rivières furent si grandes " qu'on ne les avoit jamais vues si hors des rives"(ou 1540). Terrible inondation à Naples. L'hiver 1524-1525 est doux et sec en Belgique.

Anno 1525 : Année chaude et sèche, sécheresse meurtrière, incendie de Troyes.

Anno 1527 : Grandes inondations en Angleterre, suite à des pluies ininterrompues en novembre et décembre 1526 et janvier 1527. causant de grandes pertes parmi les grains et le bétail. Il s'ensuit une sécheresse de février au 12 avril, et ensuite de nouvelles pluies journalières jusqu'en juin. Le 2 décembre, violente tempête de grêle à Rome.

Anno 1528 : Suite à un hiver et un printemps pluvieux, l'Angleterre est en proie à des inondations particulièrement destructrices.

Anno 1529 : Il n'y eut nulle gelée en hiver, et il fit aussi chaud en mars que d'ordinaire à la Saint-Jean. Retour d'un froid inhabituel en avril. En juin, inondations en Suisse par la crue du Rhin. Inondations en Roumanie. En octobre, crue de la Tamise.

Anno 1530 : Hiver chaud et doux en Provence. Grandes inondations à Paris, Rouen, en Jura et en Suisse. Printemps sec et doux. En avril inondation dans la vallée de l’Elbe. En été, inondations à Bâle (juillet) et en Thuringe (août). L'été est extraordinairement chaud en France. automne sec et doux. Inondations à Rome (octobre), à Paris, Belgique, Pays Bas et Angleterre (novembre). En novembre-décembre, inondations suite à un raz-de-marée aux Pays-Bas et en Flandre . On dénombre de 100.000 à 400.000 morts . Calais, Anvers, Dunkerque, Gravesend (Angleterre) et les côtes danoises sont ravagées. Les 4 et 5 novembre, violentes tempêtes en Angleterre. Les maisons et les forêts sont détruites.

Anno 1531 : Grandes inondations. Pluies excessives et « ambulatoires ». Récoltes désastreuses. En janvier, inondations en Ile de France. en avril inondations à Augsbourg. En mai inondations en Saxe, à Dresde, en vallée de l’Elbe. Sécheresse et famine dans la vallée du Rhône. En juillet inondations aux Pays-Bas. Crue du Lot à St-Céré. « On monte les chevaux au 1er étage des maisons pour pas qu’ils ne se noient » . Important tremblement de terre à Lisbonne. 30.000 morts.

Anno 1532 : Nouveau raz-de-marée aux Pays-Bas.

Anno 1533 : Inondations catastrophiques en Europe orientale, suivies d'une famine.

Anno 1534 : Le 26 avril, début d'importantes inondations en Pologne. Eté brûlant en France.

Anno 1535 : En France, pluies ininterrompues pendant 2 mois.

Anno 1536 : La sécheresse sévit en Bretagne du printemps jusqu’en décembre. Eté brûlant et très sec, vendanges très précoces chaleur et sécheresse extrêmes, rivières à sec (2 Sèvres). Nombreuses tempêtes. 24 navires sont détruits sur les côtes de la Provence, où règne une sécheresse telle que tous les cours d'eau, lacs et fontaines sont à sec.

Anno 1537 : Eté excessivement pluvieux en Angleterre. Chaleur et sécheresse en Provence accompagnée d'une invasion de sauterelles. "Le bétail périt, les fruits se pourissent. Les bouchers abattent les bêtes aussi bien malades que saines ". Le 22 août ouragan et submersion des côtes de l' île de Ré.

Anno 1537-1538 : L'Europe occidentale et centrale a connu le plus doux hiver 1537-1538 dans la mémoire vivante. Entre Noël et Nouvel An des fraises mûres se vendent sur le marché à Liège. (...) En 1538, les merles premières aurait sifflé en Février. Eté chaud et sec, vendanges très précoces. Incendie de Troyes. Eté extrêmement chaud en Italie, en France et en Angleterre où règne la sécheresse.

Anno 1539 à 1544 : Etés anormalement chauds et secs en Europe orientale. Invasion de sauterelles.

Anno 1539 : En décembre et janvier, il fait si chaud en Europe que les jardins sont couverts de fleurs. Sécheresse en Angleterre.

Anno 1540 : Année dite "chaude année", printemps très chaud et extrêmement sec. A la fin de mai, on mangea des cerises. Mois de juin très chaud tout du long.
La moisson se fait le 15 Juin, et les vendanges en Août. Le 25 juin on était au milieu des moissons. Vin extrêmement chargé de sucre. Il s’agit de l’année la plus chaude dans les Alpes. En Bretagne, le beau temps et la chaleur durèrent depuis le mois de février jusqu'au 19 septembre. Dans cet intervalle, il ne plut que six fois. Année remarquable par son extrême abondance de toutes choses nécessaires à la vie. Sécheresse anormale en Provence: aucune pluie de mai à septembre. Les puits sont à sec. Rhin et Seine franchissables à pied sec. Anticyclone bloquant dominant toute l’Europe occidentale. Automne 1540: septembre et octobre chauds et secs. La sécheresse dura 7 mois sur l'ensemble de l' Europe. Chaleur et sécheresse excessive sur l'Angleterre. Le niveau de la Tamise était si bas que l'eau de mer remonta jusque Londres. En Suisse, vif retrait du glacier de Grindelwald.

Anno 1541 : Eté extraordinairement chaud en France. Sécheresse en Angleterre.

Anno 1542 : Séisme en Italie au Nord-est de Florence. Eté très chaud sur le Nord de l'Italie.
Terrible tempête sur Budapest.

Anno 1543 : Importantes inondations dans le Vivarais et le Dauphiné, telles que de mémoire d'homme on n'avait jamais connu.

Anno 1544 : « La ville de Rennes essuya aussi, cette année-là, un tremblement de terre si violent que les meubles s'entrechoquaient dans les maisons ; mais ni le mois ni le jour de cet événement n'ont été marqués ». En novembre, crue du Rhône. Avignon, Arles et Tarascon sont dévastées.

Anno 1545 : En juillet, un ouragan dévaste Derbyshire. Eté très chaud et sec en France, vendanges précoces tandis que la chaleur persiste en automne.

Anno 1546-1548 : Sécheresse persistante en France. les moissons sont compromises.

Anno 1546 : Dans les Flandres, violent orage et une tempête de grêle cause de grandes destructions à Malines (ou 1547).

Anno 1547 : En Provence, la sécheresse était si grande que "le peuple allait de ville en ville en procession".

Anno 1548 : Année très pluvieuse avec de nombreuses inondations en France et en Angleterre. Les 4 août et 5 septembre, de violentes tempêtes de grêle causent de grands dommages à Louvain.

Anno 1549 : Des pluies continuelles causent des inondations en Angleterre.

Anno 1550 : En Ecosse au milieu de l'hiver, les cours d'eau sont à sec, tandis qu'en été elles débordent et entrainent constructions et bétail vers la mer. De nombreuses tempêtes de grêle de la taille d'oeufs de pigeon ravagent les récoltes. Une disette règne sur tout le pays. Eté chaud et sec en Provence. Le 18 décembre en Angleterre, crue de la Tamise.

Anno 1551 : Inondations importantes en Allemagne. un grand nombre d'habitants et le bétail sont balayés par une terrible tempête. Les nuages se déchirent et déversent de violentes et inhabituelles averses avec une "étrange violence". Un grand nombre de villages sont ravagés. Inondations dans le Pays de Galles. Printemps et été chauds et secs en Provence. En certains endroits, la sécheresse empêche les moulins de fonctionner.

Anno 1552 : L'hiver est chaud et sec en Italie. Le 13 janvier, suite à une violente tempête, la mer inonde les côtes du Kent, décimant le bétail. Grandes inondations aux Pays-Bas également. En juin, chaleur et sécheresse dans le Nord de la France.


Anno 1553 : En janvier, le Rhin cause d'importantes inondations aux Pays-Bas et en Allemagne. Au printemps, invasion de sauterelles en Provence, qui font "de grands maux". Eté très chaud et grande sécheresse.

Anno 1554 : En Irlande, pluies continues en hiver, cause de grandes inondations.
Le 22 mars, séisme en Limbourg hollandais. En mai, invasion de sauterelles à Arles.

Anno 1555 : L'année est excessivement pluvieuse sur toute l'Europe. En mai et juin, invasion de sauterelles sur la Camargue qui détruisent une grande partie des blés. Le 21 septembre, inondations en Angleterre suite à la crue de la Tamise.

Anno 1556 : Grande sécheresse en France. Il ne pleut pas du 26 mars jusqu’au 10 août. Printemps très chaud. Brusque coup de chaleur. Blés échaudés. Eté brûlant. Vendanges extrêmement précoces. Incendies de forêt en Normandie. Partout, les cours d’eau s’assèchent. En Italie, la chaleur est excessive. Séisme dans le Comté de Nice :150 morts . En Angleterre, le 29 décembre, a lieu une terrible tempête accompagnée d’orages.

Anno 1557/ En avril et mai, il y eut une telle sécheresse en Provence qu'il n'y eut aucune pluie pendant onze semaines. Inondations dans le Languedoc en septembre. Les gens croyaient vivre leurs derniers jours. L' Angleterre connait également des pluies excessives.

Anno 1558 : L'année connait de nombreuses tempêtes. En mars, un ouragan destructeur souffle sur l' Angleterre. Le 18 juin, une violente tempête souffle sur Calais pendant 5 jours. Eté chaud et sec en Angleterre. La Tamise est presque à sec. Terrible tempête (tornade ?) près de Nottingham le 11 juillet. Les habitations et les églises sont détruites. Un enfant est enlevé des bras de sa mère et projeté vers le ciel.

Anno 1559 : Après un hiver particulièrement doux, le printemps est très chaud dès le mois de mars. Eté très chaud et très sec, vendanges très précoces en France. En Provence, il ne plut point pendant sept mois entiers. Le 5 septembre, terrible tempête en Angleterre.

Anno 1560 : En Provence, l'été fut d'une chaleur excessive, suivi de pluies abondantes. Séisme à Perpignan. Terrible tempête en Angleterre. En Suisse, le lac de Constance déborde.

Anno 1561 : En février, grande tempête sur Londres. Le 21 avril importantes inondations à Bruxelles. En juin, violents orages sur Londres.

Anno 1562 : Gros orage « accablant » l’Europe centrale. 63 sorcières en sont jugées responsables et envoyées au bûcher. En avril chute d’énormes blocs de glace sur le Beaujolais.

Anno 1563 : Le 9 janvier, importante tempête sur Leicester. Plusieurs tempêtes toucheront L'Angleterre cette année, notamment en juin, et du 1 au 12 décembre. Importante sécheresse en Provence. Le Rhône et la Durance se passent sans bateau. La terre ne peut être cultivée. Les puits et fontaines sont taries.

Anno 1564 : Le 24 janvier, grande tempête de grêle sur Louvain. Le 17 juillet, tempête de grêle sur l'Essex. Séisme dans le Comté de Nice : 500 morts. Raz de marée dans la région de la Côte d' Azur. Le 20 septembre, importante crue de la Tamise. Grandes pertes dans le bétail. Le 26 décembre, importante tempête de grêle sur l'Angleterre.

Anno 1565 : Le 20 mai, importante tempête de grêle sur plusieurs régions en Angleterre. Le 16 juillet, nouvelle tempête de grêle. Le 24 décembre, un ouragan provoque de grands dommages suite à des inondations par la mer et la Tamise. En Provence, un procès est engagé contre les sauterelles pour qu'elles soient chassées du territoire.

Anno 1566 : Le printemps est excessivement pluvieux sur une grande partie de l'Europe. Ensuite, sécheresse en Angleterre durant tout l'été. Une tempête de grêle en Essex détruit les récoltes. Aucune pluie sur Avignon pendant 6 mois.

Anno 1567 : Un violent orage détruit l'arsenal de Venise. En mai, juin et juillet pluies continuelles sur la région parisienne. L' automne est extrêmement sec en France. Violent orage et ouragan sur Paris.

Anno 1568 : Printemps excessivement pluvieux sur l'Angleterre. Eté extrêmement chaud, causant de grandes pertes dans le bétail. Grandes inondations à Rome, suite à la crue du Tibre, détruisant une partie de la ville et causant 1500 morts. Le 18 mars, ouragan sur l'Angleterre et les Pays-Bas causant de grandes destructions. Le 1 novembre, la mer submerge de nombreuses îles aux Pays-Bas.(confusion avec 1570 ?).

Anno 1569 : Nombreuses inondations en France et en Angleterre. Le 13 juillet, grande tempête et orages sur l'Angleterre. Le 30 octobre, une tornade sur le Northamptonshire détruit tout sur son passage. Pluies excessives sur l'Italie.

Anno 1570 : Le nord de la France connut une chaleur étouffante pendant tout l'été. Le 5 octobre, ouragan et raz de marée en Angleterre, le port de Liverpool est détruit.
Raz de marée aux Pays-Bas et en Flandre du 10 au 12 novembre, plus de 20.000 morts sont dénombrés. L' eau atteint une hauteur exceptionnelle. Elle fut de 4m15 dans l’église de Scheveningen. Nombreuses destructions à Anvers. Il semble qu'une grande partie de l'Europe fut touchée par des tempêtes exceptionnelles. Crue subite du Rhône en décembre.

Anno 1571 : Sécheresse continuelle sur la Provence. Eté chaud et pluvieux. le 17 juillet, violente tempête sur l'Allemagne. Eté extrêmement pluvieux et venteux sur l'Angleterre. en août, grandes inondations sur la Flandre, l'Allemagne et la France.
Le 5 octobre, inondations en Angleterre. Le bétail est décimé et de nombreuses constructions sont détruites. Le 17 décembre, le Rhin déborde en Allemagne.

Anno 1573 : En Bretagne, les arbres se couvrirent de fleurs en janvier et abritèrent en février les nids des oiseaux. A Pâques, les blés étaient prêts pour la moisson. Le 7 juin, tempête et ouragan en Angleterre. le 1 septembre, raz-de-marée en Hollande.
L'hiver est particulièrement chaud.

Anno 1574 à 1577 Grandes chaleurs et sécheresse en Europe orientale. la famine est si grande que "les gens s'entretuent pour un morceau de pain".

Anno 1574 : A Leyden, la tempête d'équinoxe brise les digues. Le 4 septembre, grande tempête sur Londres. Le 18 novembre, ouragan en Angleterre.

Anno 1575 : Le 30 juillet, violente têmpête et grêle sur l'Angleterre. Nombreux morts et le bétail est décimé.

Anno 1577 : Le 17 mars, le Yorkshire est le théatre d'une "étrange tempête" qui détruit les forêts, les habitations et les églises. Le 4 août, tornade sur le Suffolk. Les éclairs et le bruit semèrent la terreur dans la population.

Anno 1578 : Le temps est exceptionnellement chaud sur la Belgique. En France, grande sécheresse de mai à août après un court épisode de pluie du 24 au 27 avril. Sécheresse "affreuse" sur la Provence. Prières pour implorer la pluie.

Anno 1579 : Séisme dans le centre et le sud-ouest de la France. En septembre et novembre, nombreuses tempêtes en Angleterre, qui causent des inondations marines. Tempêtes en Allemagne qui causent de grands dommages.

Anno 1580 : Le 6 avril, séisme dans le Pas de Calais, ressenti aussi en Angleterre et en Flandre. Plusieurs victimes. Plus de 30 vaissaux sont coulés sur la Manche. Deux séismes en Catalogne. Eté caniculaire sur le sud de la France, entrecoupé d'inondations et de tempêtes.

Anno 1581 : Le 26 mars, tempête sur Paris et en Beauce, de nombreux arbres sont abattus. Nouvel été caniculaire en Provence.

Anno 1582 : Le 12 août, violente tempête sur Norfolk accompagnée de grêle, qui ruina de nombreuses constructions et églises. Le 29 décembre, violente tempête sur l'Angleterre.

Anno 1583 : Printemps et été chaud et très sec sur l'Angleterre et la France. La sécheresse est épouvantable sur le Dauphiné, le Languedoc et la Provence.

Anno 1584 à 1588 : Grandes chaleurs et sécheresses en Europe orientale. La famine qui s'ensuit est terrible.

Anno 1584 : Le 24 juillet, violente tempête accompagnée d'orages et de grêle pendant 12 heures sur Chester. Le 12 novembre à 7 h. du soir, violent tremblement de terre au Mont-Saint-Michel.
L'hiver 1584 - 1585 est particulièrement doux.

Anno 1585 : L'hiver est très chaud en Provence. On voit des fleurs en janvier.

Anno 1586 : Fin septembre, ouragan destructeur sur l'Angleterre.

Anno 1587 : Inondations à Derby, détruisant ponts et constructions. Eté très chaud sur la Provence.

Anno 1588 : Le 24 janvier, brouillard particulièrement dense sur Paris et sa région. Il était si sombre et épais que deux personnes marchant ensemble dans les rues ne pouvaient se voir l'une l'autre. Un grand nombre d'oiseaux furent retrouvés morts après qu'ils eurent heurté des obstacles. Le 30 mai, violente tempête sur les côtes de l'Angleterre.

Anno 1589 : en février et en août, sévères tempêtes de grêle sur Londres. Le 8 septembre, rupture du barrage glaciaire de Mattmark. Vallée de Saas inondée. Le 11 décembre, ouragan et submersion des côtes de l'île de Ré.

Anno 1590 : L'été est si chaud et sec qu'il entraine beaucoup de problèmes en Angleterre et en Europe. (...) Même les Espagnols et les Italiens assurent que leur pays n'a jamais connu une telle chaleur en été. Les feux de forêt, landes et les villages incendiés sont à l'ordre du jour. Il n'ya pas d'eau ou de boue permettant de lutter contre les incendies. L'air est saturé par les fumées des feux de tourbe. Les sources et cours d'eau sont à sec. Nombreux incendies de forêts en Allemagne qui détruisent villes et villages. La Bohême est également ravagée par les incendies.

Anno 1591 : Le 24 février, ouragan et submersion des côtes de l' ile de Ré. Printemps et été venteux et sec en Angleterre, asséchant les cours d'eau. Le 5 octobre, aurore boréale rouge-sang à Nuremberg. « un incendie dans le ciel ».

Anno 1592 : Sécheresse extrême en Angleterre. Le manque d'eau provoque une grande mortalité dans le bétail. La Tamise est pratiquement à sec à Londres. L'hiver 1592-1593 particulierement doux en Belgique, avec seulement 5 jours de gelées.

Anno 1593 : Le 21 mars, grande tempête sur l'Angleterre, qui provoque la destruction de forêts et bâtiments. Le 15 juin, violente tempête sur l'Allemagne. Les orages causent plusieurs incendies, et des gens sont tués par la chute de gros grêlons.

Anno 1594-1598 : Fréquentes ruptures du barrage glaciaire du Ruitor (Italie).

Anno 1595 : En février, l'Allemagne, l'Angleterre, la Hollande et le reste de l'Europe sont l'objet de pluies intenses qui provoquent des inondations extraordinaires qui submergent de nombreux villages, et causent de grandes pertes humaines et parmi le bétail. Ce fut la cause d'une famine qui força la population à manger les animaux les plus divers, comme des rongeurs, les chiens et les chats, des reptiles etc... Ces conditions persistèrent en 1596. En Suisse, rupture du Glacier de Giétroz, Martigny est submergée.

Anno 1596 : Persistance des conditions de 1595. En Angleterre, tout l'été connait des pluies abondantes. 29 décembre : Crue de la Seine. Le pont de Meniers est emporté.

Anno 1598 : Mars est très chaud et sec. En France et en Angleterre, l'été est très chaud et sec. avec une grande abondance d'insectes. En décembre, grandes inondations en Italie.

Anno 1599 : En Angleterre, le printemps est particulièrement froid et sec. Ensuite, été chaud et sec, vendanges précoces également en France, suivi d'un automne extrêmement chaud et sec. En Provence, grande sécheresse de juin à septembre, suivie de pluies torrentielles.

A SUIVRE

Jo Moreau.

climat ancien,climat,changements climatiques,GIEC,CO2,

 

12:34 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : climat ancien, climat, changements climatiques, giec, co2 | |  Facebook |

12/11/2015

MODIFICATIONS CLIMATIQUES BRUTALES DANS L'HISTOIRE

réchauffement climatique,GIEC,climat,COP21,CO2,Un des arguments les plus fréquemment utilisés pour impliquer les activités humaines dans le réchauffement climatique récent, consiste à proclamer que dans l’histoire de la Terre, jamais ces changements n’avaient été aussi rapides. Nonobstant le fait qu’une augmentation de la température globale de 0,7°c constatée sur tout le XXe siècle puisse paraître très éloigné de la notion de modification rapide, des études relativement récentes contredisent cette affirmation.

Le Professeur Peter Ditlevsen, de l’ Institut Niels Bohr, branche de l’Université de Copenhague et par ailleurs chercheur au Ice and Climate Group , a publié en 2010 dans la revue Geophysical Research Letters une étude qui conforte le fait que des changements climatiques très brutaux ont bien eu lieu dans le passé (1).

L’étude des carottes de glace extraites notamment au Groenland montre qu’à la fin de la dernière époque glaciaire, la température augmenta de 10 à 15 degrés en moins de 10 ans. Ce réchauffement brutal dura environ un millénaire et tout aussi brusquement, la température a de nouveau chuté de façon drastique. Ces épisodes ne sont pas uniques, et sont imbriqués dans les cycles période glaciaire-période interglaciaire décrits comme les évènements de Dansgaard-Oescher, qui impliquent les courants océaniques. L’origine exacte de ces « points de basculement » fait toujours l’objet de théories diverses, et ne sont pas reproductibles dans les modèles climatiques actuels.

L’étude de Peter Ditlevsen conclut à la responsabilité de causes chaotiques, influencées peu ou prou par les tempêtes, de fortes précipitations, les fluctuations des calottes glaciaires etc. Cela démontre l’ extrême difficulté de prévoir ces changements de climat. Pour être complet, signalons que Ditlevsen n’exclut pas l’influence éventuelle du CO2 antropique comme facteur supplémentaire dans l’actuel changement climatique, mais précise que ses recherches ne concernent que le passé.

Mais je soupçonne fort qu'il s'agit là d'une utilisation prudente de la "phrase magique", utilisée par nombre de chercheurs pour préserver leur réputation, et leur ouvrir la possibilité de publier leur étude dans une revue à comité de lecture ? (2)

Cela fit également l’objet d’une étude du CNRS parue en 2008, sur un basculement semblable il y a environ 14700 ans par un réchauffement rapide de plus de 10°c, suivi à -12900 d’un refroidissement causant un nouvel épisode glaciaire, et enfin un nouveau réchauffement menant à la fin de la dernière période glaciaire il y a 11700 ans (3). Cette étude, à laquelle participèrent des paléoclimatologues du Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement, concluait quant à elle à la responsabilité des modifications radicales dans les courants atmosphériques. Les chercheurs ont montré que le climat a véritablement basculé d’une année à l’autre. « Les renversements climatiques ont véritablement eu lieu comme si quelqu’un avait appuyé sur un bouton » a constaté Dorthe Dahl-Jensen, coordinatrice du projet de forage glaciaire NorthGrip.

Les scientifiques mettent en cause notamment le contenu en poussières de l’atmosphère, entraînant les modifications brutales de la circulation atmosphérique tropicale, puis polaire.

En juillet 2011, une équipe européenne (Université d’Utrecht) mettait en évidence un changement climatique brutal survenu il y a 200 millions d’années, simultanément à une extinction massive d’espèces marines et de vertébrés (4). Selon ces scientifiques, ce changement climatique fut causé par un largage massif de méthane (sans doute aux environs de 12.000 gigatonnes) consécutif à un épisode volcanique géant en Sibérie. Cela n’est pas un épisode unique dans l’histoire de la Terre, puisqu’il se produisit aussi il y a 55 millions d’années. Ce largage de méthane provient du plancher océanique, les bactéries qui le produisent étant stimulées par un réchauffement climatique déjà en cours.

Il peut aussi exister d’autres causes possibles, parmi lesquelles on peut citer des modifications dans le régime du Gulf Stream. Celui-ci réchauffe l’Atlantique Nord (et l’Europe par la même occasion) surtout en hiver. Certaines études font coïncider un arrêt ou un ralentissement de ce courant marin avec de brusques changements climatiques passés.

Ils peuvent bien entendu aussi se produire soit par des causes extra-terrestres, notamment la chute de météorites ou de comètes sur notre planète, de modifications de l‘activité solaire, un bombardement de particules cosmiques, soit aussi par des éruptions volcaniques « mégacolossales », parmi lesquelles l‘éruption du Lac Toba il y a 75000 ans, qui causa un mini âge glaciaire qui dura un millier d‘années.

Dans une période plus récente, David Hodell, du département de Géologie de l'Université de Floride, implique ainsi des changements climatiques, caractérisés par une sécheresse implacable, à la fin brutale de la civilisation Maya vers les années 900 (5).

L’étude des carottes glaciaires met en évidence non seulement l'existence de modifications climatiques brutales dans le passé, mais également le fait que la période de relative stabilité actuelle est exceptionnelle.

A cela, les tenants de la responsabilité humaine dans les modifications climatiques récentes me diront : tout cela, nous le savions déjà et il n’y a aucun point commun avec le réchauffement actuel (?). Cela ne les empêche pas de persister à utiliser cet argument en toutes occasions. Cependant, il reste une certitude absolue : lors des périodes glaciaires et interglaciaires, les activités humaines ne pouvaient en aucun cas être mises en cause…!

(1) http://climatechangepsychology.blogspot.com/2010/08/peter-ditlevsen-sudden-climate-change.html

(2) http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2014/02/18/la-phrase-magique-merveilleux-conte-climatique-1124655.html

(3) http://www.insu.cnrs.fr/co/environnement/climats-du-passe/le-climat-a-bascule-de-facon-extremement-brutale-a-la-fin-de-la-derni

(4) http://meetingorganizer.copernicus.org/EGU2010/EGU2010-7212.pdf

(5) http://www.nature.com/nature/journal/v375/n6530/abs/375391a0.html

 

Jo Moreau

 

Un nouveau livre sous la direction du Professeur Istvan Marko.

Peut être commandé via 

http://www.amazon.fr/Faillite-du-climatisme-Oyster-Club/dp/2251503072/r

réchauffement climatique,GIEC,climat,COP21,CO2,

12:13 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, giec, climat, cop21, co2 | |  Facebook |

06/11/2015

RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE : QUEL CONSENSUS ? (50)

Suite n°50

(Voir les 49 listes précédentes dans la catégorie « climat »).

Mon seul but par ce genre de billet : démontrer que contrairement à un prétendu consensus, de nombreux scientifiques et spécialistes du climat ont émis un avis personnel et contestent tout ou partie des conclusions climatiques émises par le GIEC. 

D’autres citations contredisent certaines idées reçues.

558 - "Un article de "Nature" prétendait que la preuve scientifique de l'influence du CO2 (sur le climat) était établie. Les mesures démontrent exactement le contraire".

Siegfried Dittrich - Physicien - Chimiste (D).

http://notrickszone.com/2015/03/08/german-physical-chemistry-scientist-on-nature-article-of-proof-of-co2-forcing-measurements-show-exact-opposite/#sthash.PSNu9mK9.dpbs

559 - "Nous croyons que la théorie de l'impact du CO2 émis par l'homme sur un changement climatique mondial catastrophique n'est pas étayée".

Harold H Doiron - PhD - Physicien - Mathématicien - Ex collaborateur à la NASA. 

http://www.therightclimatestuff.com/BoundingClimateSensitivityForRegDecisions.pdf

560 - "Le climat est devenu un sujet complètement artificiel calé sur un calendrier diplomatique et politique".

Philippe Verdier - Master en développement durable - Présentateur météo TV - Chef du service météo France Télévision.

https://www.dailymotion.com/video/x2vp3yz_teaser-climat-investigation-philippe-verdier_news?start=4

561 - "Les scientifiques qui émettent des doutes sur l'exactitude des modèles climatiques (du GIEC) sont stigmatisés et assimilés à ceux qui nient les crimes nazis".

Gordon Brown - PhD - Physicien - Professeur de physique Duke University.

http://gradyent.blogspot.be/2013/12/global-warming-spitting-in-wind.lhtm

562 - "Malgré les tentatives de lier tous les événements météorologiques au réchauffement climatique, la température de la Terre a été globalement stable depuis 2002".

Bill Steffen - Météorologue en chef Wood TV.

http://gradyent.blogspot.be/2013/12/global-warming-spitting-in-wind.html

563 - "Le climat change et a toujours changé. (...) Même si l'influence humaine peut avoir de notables conséquences, elle est peu de chose au vu de l'ensemble du système climatique".

Steven E Koonin - PhD - Physique théorique- Directeur du Centre pour la science Université de New York. Ex sous-secrétaire pour la science du gouvernement Obama.

http://www.wsj.com/articles/climate-science-is-not-settled-1411143565

564 - "L'évolution du climat ne peut s'évaluer que sur un grand nombre d'années, voire des décennies ou des millénaires, et sur de vastes étendues géographiques".

Scott Sabol - Météorologue - WJW FOX 8.

http://sabolscience.blogspot.be/2012/04/dallas-tornadoes-global-warming.html

565 - "La diminution de l'activité solaire conduira à un mini âge glaciaire vers 2030, semblable à celui connu par notre planète vers 1645".

Valentina Zharkova - PhD - Astrophysique - Astronomie - Northumbria University (GB).

http://www.ras.org.uk/news-and-press/2680-irregular-heartbeat-of-the-sun-driven-by-double-dynamo

566 - "Nous allons tout droit vers des hivers très rudes, vers un mini âge de glace"

Richard Harrison - PhD - Physique spatiale - Scientifique en chef Rutheford Appleton Laboratory (GB)

http://www.lefigaro.fr/sciences/2015/07/13/01008-20150713ARTFIG00193-une-mini-periode-glaciaire-pourrait-toucher-la-terre-a-partir-de-2030.php

567 - "On n'a pas assez de données pour dire que l'homme est seul responsable du réchauffement climatique".

Luc Trullemans - Météorologue (B)

http://www.sudinfo.be/1398094/article/2015-10-16/luc-trullemans-ne-croit-pas-au-rechauffement-climatique-cause-par-l-homme-oui-je?utm_medium=twitter&utm_source=twitterfeed

568 - "Je suis bouleversé par la quantité de mauvaise science publiée simplement parce qu'elle abonde dans le sens de l'idéologie dominante des catastrophes climatiques (...) causées par le CO2"

Jim Steele - MSc - Environnementaliste - Biologiste.

http://www.mercurynews.com/pacifica/ci_24317137/avid-environmentalist-challenges-climate-change-alarmists-book-event

 

A  SUIVRE

Voir la liste complète arrêtée au 10/10/2015 : 

http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2015/10/10/550-scientifiques-giecosceptiques-1146796.html 

 

Jo Moreau

 

Un nouveau livre sous la direction du Professeur Istvan Marko. Peut être commandé via :

http://www.amazon.fr/Faillite-du-climatisme-Oyster-Club/dp/2251503072/r 

réchauffement climatique,giec,co2,cop21,consensus

 

12:03 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, giec, co2, cop21, consensus | |  Facebook |

28/10/2015

UN NOUVEAU LIVRE

Sous la direction du Professeur Istvan Marko, un nouvel ouvrage à vous procurer toutes affaires cessantes :

Peut être commandé via :

http://www.amazon.fr/Faillite-du-climatisme-Oyster-Club/dp/2251503072/r

 

31QXczVQ2tL._SX240_BO1,204,203,200_.jpg

12:44 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

LES EVENEMENTS CLIMATIQUES EXTREMES DU PASSE (11)

réchauffement climatique,climat,évènements extrêmes,Suite n° 11.  (anno 1400-1499)

"Le contenu de la mémoire est fonction de la vitesse de l'oubli"

Désormais, chaque inondation quelque peu catastrophique, chaque tornade, chaque anomalie météorologique est rattachée au réchauffement climatique  qui parait-il nous menace, mais dont en plus nous serions responsables ! 

Pourtant, la consultation de chroniques ou récits anciens est révélatrice de précédents tout aussi apocalyptiques,  et relativise la notion même de "changements climatiques", ainsi que la définition d'un "climat stable" qui n'a jamais existé mais qu'on voudrait instaurer à tout prix.

Contexte et mise en garde, voir 

http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2015/02/27/sur-les-evenements-climatiques-extremes-1-1140511.html

----------------------------------------------------------------------------

Anno 1400 : Tempête violente sur la Frise.

Anno 1401 : En mai, violente tempête sur la Picardie avec des averses de grêle de la taille d'oeufs d'oies.  En juin, plusieurs tempêtes sur la région parisienne. Tempête très violente sur Nantes.  En décembre : inondations dans la vallée du Rhône.  En Allemagne, pluies continuelles de mars à septembre. Pas un seul jour sans pluie. Il s'ensuivit une famine.

Anno 1402 : La Loire déborde. Saumur est inondée.  En mars (ou juin), grande tempête accompagnée d'orages sur l'Angleterre, ou des bâtiments sont ruinés.

Anno 1403 : Inondations dans la vallée du Rhône.  Le 25 novembre, violente tempête sur les côtes de la Mer du Nord.

Anno 1404 : Février -mars : inondations dans la vallée du Rhône.  En juin, inondations dans le bassin de l'Eure. Un épais brouillard couvre toute la France.  Le 19 novembre, une grande partie de la Flandre et des Pays-Bas est sous eau. Des vagues monstrueuses rompent les digues.

Anno 1405 : La Seine déborde. Grandes inondations à Paris.  Inondations dans la vallée du Rhône.  La Loire déborde. Tours est inondée. La Bourgogne est durement frappée par les inondations.

Anno 1406 : L'Angleterre est affectée tout l'été par un vent chaud du sud.

Anno 1407 : En janvier, inondations dans le bassin de l'Eure.  En février : inondations dans la vallée du Rhône.  La Loire déborde. Nantes est inondée.

Anno 1408 : En janvier, inondations dans le bassin de l'Eure.  Le 5 septembre, une terrible tempête de grêle touche le Nord de la France.  En Angleterre, inondation par la rivière Wear qui cause de grands dommages.

Anno 1409 : En septembre-octobre, inondations dans la vallée du Rhône.

Anno 1410 : Violent séisme en Catalogne.

Anno 1411 : Le 25 janvier, terrible tempête sur la région parisienne.  Sécheresse en automne.  Aucune pluie à Arles depuis août 1411 jusqu'en été 1412.

Anno 1412 : En Angleterre, le 12 octobre, il y eut trois avancées successives de la mer sans reflux entre elles. Ceci influença également le niveau de la Tamise.  Procession pour la pluie à Montpellier le 14 août.

Anno 1413 : Le 25 novembre, une violente tempête souffla sur Londres, de nombreux immeubles furent détruits. 

Anno 1414 : Eté très sec en France.

Anno 1415 : En février, la Loire déborde. Nantes est inondée.  Inondations à Lyon. En mars inondations dans le bassin de l'Eure.

Anno 1417 : Le 07 août tempête d'une rare violence dans le Jura.

La France connait une succession d'étés très chauds entre les années 1417 et 1439 .

Anno 1418 : Inondations dans le bassin de l'Eure.  Une grande tempête occasionna de grandes pertes de navires de la flotte anglaise.

Anno 1420 : Hiver anormalement doux et printemps précoce en Europe orientale.  En France, après un hiver doux, grande sécheresse au printemps, surtout dans le Sud ouest.  La récolte de céréales est ruinée.  Eté excessivement chaud en France et en Allemagne.  L'automne fut également très doux.  Fréquents séismes en Catalogne.

Anno 1421 : Le (18)19 novembre  grandes inondations aux Pays-Bas. Le 18 novembre, une terrible tempête, dévaste les côtes hollandaise, belge et allemande. La marée qui en résulte, appelée « Raz de marée de la Ste Elisabeth » défonce les fragiles digues de protection, et inonde les polders. Cette tempête est sûrement l’une des catastrophes météorologiques les plus meurtrières de l’Histoire en Europe occidentale : environ 100 000 personnes perdent la vie, noyées dans les eaux froides et sombres en furie de la Mer du Nord. Ce terrible raz-de-marée est à l’origine de la formation du Biesbos, une région de réserve naturelle aux Pays-Bas.(certains situent ces faits en 1446).  En décembre inondations dans le bassin de l'Eure. Du 4 au 13 Décembre, inondation à Metz. l'eau pénètre dans la ville basse par dessus les murs de la ville. La Loire déborde, Tours est inondée.

Anno 1422 : Chaleur et sécheresse en France.

Anno 1423 : Pluies continuelles en France durant l'été, de telle sorte que les fruits n'arrivent pas à maturité.

Anno 1424 : En janvier La Loire déborde, Tours est inondée. Eté chaud. Raz de marée aux Pays-Bas.  Arles et Tarascon sont inondées.  Inondations dans le bassin de l'Eure.

Anno 1426 : En avril-mai, grande sécheresse avant la période des moissons. Les paturages sont déssechés. Sécheresse pendant 5 mois à Marseille. en juin inondations dans le bassin de l'Eure.  La Loire déborde Tours est inondée.  En septembre, l'Angleterre subit une terrible tempête.

Anno 1427 : Tremblement de terre en Catalogne. La série des méga-séismes commence le 23 février et ensuite les 2,13,14,15,17,19,21,22 mars. Celui du 15 détruisit la ville de Amer en partie.  Aux Pays-Bas, l'été fut tellement pourri qu'il n'y eut pas 4 jours de suite sans pluie. Tremblement de terre qui se fait sentir depuis Montpellier jusqu'en Hollande. La ville de Nantes est en partie détruite. 13 villages engloutis dans la contrée de Dol, 55 en Hollande (Chèvremont).  Les pluies continuelles en Angleterre débutent en avril jusqu'en novembre, et amènent famine et mortalité. Un hiver très doux s'ensuit tel que le 6 décembre, les végétaux sont en fleur. De telles conditions atteignent également la Belgique et l'Italie.  Crue de la Seine. L'île de la Cité et l'île Saint Louis sont sous eau. Dans la ville l'eau atteint le premier étage des habitations.

Anno 1428 : Le 02 février, Prats de Mollo est détruite par un tremblemet de terre. en France, le printemps est pluvieux et l'été est froid. La Loire déborde Nantes est inondée.

Anno 1429 : En février, la Loire déborde Orléans est inondée.  Sécheresse au printemps sur la Provence.

Anno 1433 : Crue du Danube.  Grande crue du Rhône qui ravage la région de Arles et décime le bétail.

Anno 1434 : En janvier inondations dans le bassin de l'Eure.  Été très chaud . Fonte accélérée des glaciers. La douceur persiste jusqu'à Noël.  Le 7 octobre, une terrible tempête souffle pendant 7 heures sur la région parisienne. Il y a de nombreux dégâts aux bâtiments et aux forêts. Rien qu'à Vincennes, plus de 300 arbres sont abattus.

Anno 1436 : En été, le sud de la France est affectée par une forte chaleur humide.

Anno 1438 : En Angleterre, l'été est caractérisé par de terribles tempêtes et des pluies diluviennes qui provoquent une famine. grosse sécheresse du 25 juillet à fin septembre. Hausse brutale du prix du blé en France.  De jeunes enfants sont dévorés par les chiens.

Anno 1439 : Grande inondation dans le Lincolnshire.

Anno 1440 à 1442 : Étés très chauds en France - vendanges précoces.

Anno 1442 : En avril inondations dans le bassin de l'Eure.  Chaleur intense d'avril à juin dans la région de Metz.  Eté très chaud.

Anno 1443 : Le 1 février, l'église Saint Paul (Angleterre) est détruite par une tempête accompagnée d'orage violent (ou 1444).  La chaleur et la sécheresse persistent sur le Sud de la France. Les moines de Montmajour sont appelés en procession contre la sécheresse. L'hiver qui suit est caractérisé par une grande sécheresse.

Anno 1444 : Nombreuses processions en Provence pour avoir de la pluie. L'été fut très sec et très chaud. Les prés et les jardins sont brûlés.

Anno 1445 : La sécheresse se poursuit dans le Sud de la France. En Angleterre, Bristol est touchée par une violente tempête.

Anno 1446 : L' été connait une chaleur désastreuse en Provence.

Anno 1447 : Été très chaud et sécheresse en France et en Angleterre.

Anno 1448 : Grande sécheresse dans le Jura.  Le Rhône et la Seine sont à leur niveau le plus bas.  Le 25 mai, Un tremblement de terre est ressenti de Perpignan à Barcelone.

Anno 1449 : le 23 avril séisme en Mer du Nord.  Crue de la Seine . Paris est inondée. Tempête d'une rare violence à Nantes.

Anno 1450 : Tremblement de terre à Perpignan.

Anno 1454 : Grande tempête sur la Bretagne.

Anno 1456 : Tremblement de terre à Naples et sa région. 30.000 morts.  Chutes de pluie abondantes dans le Sud de la France.  Chaleur et sécheresse en Europe orientale suivie d'une famine.

Anno 1458 : Chaleur et grande sécheresse sur la France. Quasi aucune pluie de mai à octobre. Vendanges très précoces.

Anno 1459 : Chaleur et sécheresse en Provence. Procession pour la pluie à Arles.

Anno 1460 : Inondations dans le bassin de l'Eure. Chaleur et sécheresse en Europe orientale.  En Angleterre, l'été est excessivement pluvieux, et les cultures et fruits n'arrivent pas à maturité. Il y a des inondations "telles qu'on n'en a pas vues depuis plusieurs centaines d'années", qui détruisent tout, bâtiments et cultures.

Anno 1462 : Processions pour la pluie partout en Provence. L'hiver semble avoir été sec partout.

Anno 1463 : Chaleur et sécheresse en Europe orientale.

Anno 1466 : Chaleur excessive en France et sécheresse en Bretagne. Des tempêtes et orages éclatent un peu partout.  Tremblement de terre en Catalogne et dans toute l'Espagne.

Anno 1467 : Inondations importantes dans le Lincolnshire.

Anno 1468 : Grandes inondations aux Pays-Bas.  Sécheresse en Bretagne.

Anno 1469 : En mars, pluies abondantes et orages dans le Nord de la France. Grenoble est inondée. Inondations dans la vallée du Rhône.

Anno 1471 : En mai, violents orages de grêle en Irlande. A la Madelaine, les raisins sont mûrs entre le 22 et le 31 Juillet.  En novembre, inondations dans la vallée du Rhône. Deux arches du pont d Avignon sont détruites.

Anno 1472-1475 : Chaleur et sécheresse sur l'Europe.

Anno 1473 : L’été de 1473 fut caniculaire et généra une sécheresse « sur presque toute la Terre » (sic) : la chaleur se prolongea depuis le mois de juin jusqu’en décembre. En Lorraine, les raisins sont mûrs le 8 juillet. A Dijon, les vendanges ont lieu le 29 août. Dans la région de Metz, les cerises sont mûres dès le 1er mai. « En ladicte année, depuis le mois de jung jusques au mois de septembre, fist si grant challeur, que les anciens ausquelx il souvenoit de soixante ans et plus, disoient qu’ilz ne avoient jamais veu faire si grant challeur. Et en furent les biens si avanciés, qu’il convint faire au mois de somaitras, qui est le mois de jung, la fenal ; la moysson au mois de jullet qui est le mois de fenal, et la vendange au mois d’aoust qui est le mois de moysson ».  La chaleur et la sécheresse sont si intenses que les cours d’eau sont à sec. Les forêts prennent feu, dont la forêt de Harz, en Allemagne. En Hongrie, le Danube peut être traversé à pied sec. Les légumes ne peuvent être récoltés à cause de la sécheresse. Il n’y eut ni froid, ni gelées jusqu’en février de l‘année suivante. Invasion de criquets en Roumanie.

Anno 1474 : La chaleur et la sécheresse se poursuivent en Europe. "La terre semble en feu". 

Anno 1475 : Grande inondation en Angleterre. La campagne à l'embouchure de la rivière Humber est noyée, et de nombreux villages sont détruits.

Anno 1476 : En mars, inondations dans la vallée du Rhône.  En été, "la chaleur fut si grande qu'on ne pouvait durer; certains prés ressemblaient à des terres labourables". 

Anno 1477 : Grandes chaleurs intermittentes et sécheresse en Angleterre.  L'Italie est victime d"un rayonnement solaire inhabituel, qui assèche les cours d'eau et provoque une famine.  Tempête très violente sur la région parisienne.  Grandes inondations aux Pays-Bas.  Tremblement de terre en Auvergne.

Anno 1478 à 1480 : Grandes chaleurs et sécheresses en Europe orientale. Les cours d'eau sont à sec et les forêts s'embrasent.

Anno 1479 : Invasion de sauterelles à Avignon en aout, qui se poursuivra l'année suivante.

Anno 1480 : Inondations dans le bassin de l'Eure.  En France, il n'y eut ni froid ni neige avant Noël.

Anno 1481 : Inondations catastrophiques sur les côtes des Pays Bas.

Anno 1482 : A la Saint Pierre, on vend des raisins mûrs le 2 Juillet sur la place de Metz. 

Anno 1483 : Grandes inondations dans le Gloucestershire par la crue de la rivière Severn. Les habitants, hommes femmes et enfants sont surpris pendant leur sommeil et emportés par les flots (ou 1485).  La région parisienne est touchée par une tempête violente.

Anno 1484 : En janvier inondations dans le bassin de l'Eure.

Anno 1487 : Sécheresse printanière et estivale prolongée. "Le Rhône est au plus bas qu'on le vit jamais".

Anno 1490 : En janvier, crue du Danube. En février : inondations dans la vallée du Rhône.  Tremblement de terre en Auvergne.

Anno 1491 : En Bourgogne, l'hiver est suivi par une vague de chaleur.  Grande chaleur et sécheresse en Europe orientale.  L'Irlande est touchée pendant tout l'été par d'abondantes chutes de pluies occasionnant des inondations, et suivies par une famine.

Anno 1493 : Grande chaleur et sécheresse en Europe orientale. L'été est très chaud sur la Belgique. Dans le pays de Liège, le grain et le vin sont vendus très bon marché. Chaleur et sécheresse en France également, sans pluie de mai à août.

Anno 1494 : Grande chaleur et sécheresse en Europe orientale, la famine règne. Tremblement de terre dans le comté de Nice.

Anno 1495 : Nombreuses tempêtes dans le Sud de la France.

Anno 1497 : En janvier inondations dans la vallée du Rhône.  En septembre,Tornade dans la vallée de la Moselle. Grands dégâts sur de nombreux bâtiments et églises.  « ung estorbillon de vent sy grant et sy impetueus environ les iiij heures aprez midy, […] et ne durait pas cestuy vent ung grant deuré et ne plut comme rien » . Ce coup de vent toucha également les côtes de la Manche et de la Mer du Nord. Inondations dans le bassin de l'Eure.

Anno 1498 : Chaleur extrème en juillet et en août en France et en Angleterre. La sécheresse est telle qu'à Metz, la Moselle n'est plus qu'un ruisseau. Au 15 Mai, les vignes sont en fleurs. Des grappes sont même cueillies le 17 Juin en France. La sécheresse est extrême.

Anno 1499-1504 : 5 années de sécheresse sur le Sud de la France.

 

A  SUIVRE

Jo Moreau 

 

réchauffement climatique,climat,évènements extrêmes,Le succès du livre a nécessité une ré-édition actualisée.

J’en rappelle les auteurs :

Anne DEBEIL - Ingénieur civil Chimiste - Ingénieur conseil en sécurité et environnement.

Ludovic DELORY - Licencié en Journalisme - Essayiste et Journaliste.

Samuel FURFARI - Ingénieur civil Chimiste - Docteur en Sciences appliquées - Maître de Conférences à l’Université Libre de Bruxelles.

Drieu GODEFRIDI - Juriste - Docteur en Philosophie - Essayiste.

Henri MASSON - Ingénieur Civil - Docteur en Sciences Appliquées - Professeur émérite à l’Université d’Anvers - Professeur visiteur à la Maastricht School of Management (NL).

Lars MYREN - Ingénieur Civil Chimiste - Ingénieur conseil en sécurité et environnement.

Alain PREAT - Docteur en Géologie - Professeur à l’Université Libre de Bruxelles.

Istvan E MARKO - Docteur en Chimie - Professeur à l’Université Catholique de Louvain - Coordinateur scientifique de l’ouvrage.

Préface de Carlo RIPA di MEANA - Ancien commissaire européen à l’environnement - Ancien ministre italien de l’environnement.

Pour ceux qui ne possèderaient pas encore ce livre incontournable, il peut être commandé via :

http://texquis.com/texquis-essais/22-climat-15-verites-qui-derangent.html 

Ou 

http://www.amazon.fr/Climat-15-v%C3%A9rit%C3%A9s-qui-d%C3%A9rangent/dp/2930650052/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1368784858&sr=1-1&keywords=15+v%C3%A9rit%C3%A9s+qui+d%C3%A9rangent

 

Ou encore en le réservant chez votre libraire préféré.

 

12:03 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, climat, évènements extrêmes | |  Facebook |

18/10/2015

COP 21 APPROCHE, CHRONIQUE D'UN ECHEC ANNONCE

réchauffement climatique,COP 21,climat,GIEC,La conférence de Paris sur le réchauffement climatique -appelée COP 21- approche, source d'une surenchère médiatique et politique envahissante. Comme chacun sait, ce sera la 21e dernière chance qui nous est offerte de sauver la planète.

Depuis de nombreuses années, le débat climatique a délaissé le terrain scientifique pour les domaines politiques et financiers (1). Il est devenu l’objet de toutes les outrances et de tous les amalgames. Porté par des lobbies idéologico-politiques ultra-puissants, tels que Greenpeace ou le WWF, il  justifie le profond changement d'orientation de la politique industrielle et économique des pays développés voulue par ces groupes de pression omniprésents dès l'école primaire, pour s'imposer dans les médias et jusque dans l'état-major de nos partis politiques.

La Conférence de Paris est une véritable aubaine largement instrumentalisée par le pouvoir politique français, qui voit là  l'occasion de redorer un blason particulièrement terni sur le plan intérieur, et d'affirmer son existence sur le plan international. Ainsi, il ne se passe pratiquement plus de jour sans annonces climato-dramatiques  dans les médias. On se souvient aussi de l'invitation impérative de Monsieur Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères, aux commentateurs météo (2) chargés de répandre la Seule Vérité, et la punition récente infligée aux dissidents tels que Philippe Verdier (3). On notera à ce sujet le silence assourdissant de ses honorés confrères, pour lesquels la liberté d'expression ne se conçoit que conformément à leurs propres opinions. Les voix qui réclament la pénalisation du scepticisme quant aux conclusions du GIEC se font de plus en plus nombreuses, et témoignent d'un ....climat général pour le moins inquiétant. (4) 

Ces mêmes médias principalement francophones ont d’ailleurs imposé un black-out presque total sur toute information ou théorie qui irait à l’encontre de ce qu’il faut bien appeler  "la pensée unique et obligatoire". 

On en est arrivé à mélanger tout et n’importe quoi dans un gigantesque « melting pot ». Quelques questions fondamentales, qui ne sont pas nécessairement liées les unes aux autres, en font partie :

- Sommes-nous engagés dans des changements climatiques ?

- Allons-nous vers un réchauffement ou un refroidissement climatique ?

- Ces modifications sont-elles le fait de l’activité humaine ?

Oser mettre en doute  un seul de ces points est assimilé à un véritable crime contre l’avenir de l’humanité, au point que les contestataires sont qualifiés de ‘négationnistes’, servant une science "d’extrême droite", de défenseurs de la Terre plate et qu’on tente de les discréditer par n’importe quel moyen, alliant les sous-entendus douteux aux allégations mensongères, ou en les accusant tout simplement d‘être corrompus et achetés par les multinationales pétrolières.

Malgré les gigantesques efforts de propagande entrepris pour rallier l'opinion, on peut prévoir l'échec de la Conférence de Paris sur le climat, ce qui fut d'ailleurs le sort des 20 grand'messes qui l'ont précédée. Bien entendu, le communiqué final proclamera un "accord historique", qui sera dénoncé après quelques jours et en premier lieu par les ...écologistes.

L'engagement de la réduction des émissions de CO2 sera contournée par un grand nombre de pays. Déjà, parmi les plus grands émetteurs de gaz à effet de serre, la Chine ne prévoit aucune réduction avant 2030, tandis que les USA prennent 2005 comme date de référence, à condition bien sûr que le Congrès ratifie l'accord ce qui est loin d'être acquis. L' Inde ne promettra probablement rien, et seuls les contribuables européens porteront la lourde charge de l'image de la bonne conscience climatique que veut donner notre vertueux continent au reste du monde.

On peut toutefois prévoir un accord sur deux points:

- La date et l'identité du pays organisateur de COP22. (5)

- Le principe de la libération du "Fonds Vert". 

Le "Fonds Vert pour le climat" fut concrétisé à la conférence de Durban. Il prévoyait le transfert annuel (!) de 100 milliards de dollars provenant des contribuables des pays développés, vers les pays émergents soi-disant les plus menacés par les changements climatiques. Ceci devait les aider à en maîtriser les conséquences, qui évidemment ne peuvent être que catastrophiques. Or à ce jour, on ne parle plus de versement annuel, et le Fonds Vert ne comprend "que" 65 milliards de dollars. Mais on peut légitimement se poser deux questions : Quelles seront les personnalités bénéficiaires de cette manne, et qui sera chargé d'en contrôler publiquement l'utilisation ?

Bonne question, disait l'autre, et je vous remercie de l'avoir posée.

Jo Moreau.

 

(1) http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/03/31/20002-20150331ARTFIG00016-le-climat-un-marche-a-100milliards-de-dollars-pour-la-finance.php

(2) http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/coulisses/2014/06/02/25006-20140602ARTFIG00072-fabius-rencontre-les-presentateurs-meteo-pour-parler-du-changement-climatique.php

(3) http://www.lepoint.fr/medias/livre-sur-le-climat-missive-a-hollande-verdier-ecarte-de-france-2-13-10-2015-1973243_260.php

(4) http://blogs.mediapart.fr/blog/georges-menahem/050413/un-tribunal-onu-jugeant-les-crimes-contre-lenvironnement-peut-nous-sauver-des-catastrophes-clim

(5) http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2015/09/15/paris-prochaine-destination-du-tourisme-climatique-1146031.html

 

 

réchauffement climatique,COP 21,climat,GIEC,Un livre incontournable, écrit par 

Istvan Marko , Docteur en Chimie, Professeur à l’Université Catholique de Louvain, coordinateur scientifique de l’ouvrage.

Anne Debeil, Ingénieur civil Chimiste, Ingénieur conseil en Sécurité et Environnement, Gestion de l’eau.

Ludovic Delory, Licencié en Journalisme, Essayiste et Journaliste.

Samuel Furfari, Ingénieur civil Chimiste, Docteur en Sciences Appliquées, Maître de Conférences à l’Université Libre de Bruxelles.

Drieu Godefridi, Juriste, Docteur en Philosophie, Essayiste et Administrateur de Sociétés.

Henri Masson, Ingénieur civil, Docteur en Sciences Appliquées, Professeur à l’Université de Maastricht.

Lars Myren, Ingénieur civil Chimiste, Ingénieur conseil en Sécurité et Environnement.

Alain Préat, Docteur en Géologie, Professeur à l’Université Libre de Bruxelles.

La préface est écrite par Carlo Ripa di Meana, ancien Commissaire européen à l’Environnement et ancien ministre italien de l’Environnement.

Le livre peut être commandé via :

http://texquis.com/texquis-essais/22-climat-15-verites-qui-derangent.html

Ou

http://www.amazon.fr/Climat-15-v%C3%A9rit%C3%A9s-qui-d%C3%A9rangent/dp/2930650052/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1368784858&sr=1-1&keywords=15+v%C3%A9rit%C3%A9s+qui+d%C3%A9rangent

17:29 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : réchauffement climatique, cop 21, climat, giec | |  Facebook |

10/10/2015

550 SCIENTIFIQUES GIECOSCEPTIQUES

Parmi des milliers d'autres ...

Je reprends ici l' intégralité de ma liste de scientifiques sceptiques en tout ou en partie quant aux conclusions du GIEC, arrêtée à ce jour, et qui regroupe une cinquantaine de publications précédentes sur mon blog. Je compte en publier une mise à jour dans un an environ, puisqu'elle est en constante évolution... 

Dernière mise à jour : 01/10/2015

Suite aux mises à jour successives, les commentaires publiés ne sont pas nécessairement repris dans les liens mentionnés.

 

Liste en cours d’élaboration depuis 2009. Certains liens peuvent donc être obsolètes,

Les personnalités reprises doivent être reconnues comme scientifiques, -(ou ayant acquis une expertise certaine dans le domaine climatique, et/ou les conséquences notamment économiques des rapports du GIEC)- et avoir émis un avis personnel relativement récent sur la question (en fonction de la date d'édition).

Ne sont donc pas repris ceux qui apparaissent uniquement comme signataires d’une pétition ou d’une lettre ouverte, ou dont la source de la citation n‘est pas suffisamment fiable.

 

L'usage de la présente liste est libre, merci toutefois d'en mentionner la source :http://belgotopia.blogs.lalibre.be/climat/

 

Jo Moreau,

 

ABDUSSAMATOV KHABIBULLO - Physicien - Spécialiste de l’impact de l’activité solaire sur le climat - Chercheur en Physique Solaire à l’Observatoire Pulkovo de St Petersbourg (Russie).

« L’augmentation de la concentration en CO2 est la conséquence et non la cause du changement climatique ».

http://en.rian.ru/russia/20070115/59078992.html

AHLBECK JARL R. - PhD - Professeur associé de Technologie Environnementale Abo Akademi University (Finland) - ex membre de Greenpeace.

« Il n’existe aucune preuve de l’influence du CO2 dans le processus climatique ».

http://www.factsandarts.com/articles/no-significant-global-warming-since-1995/

AHLGREN GORAN - PhD - Professeur de Chimie Organique - Secrétaire Général Stockholminitiativet (S)

« Au cours de ces dernières années, les observations montrent de façon écrasante que les émissions de gaz à effet de serre n’ont aucun rôle perceptible dans les changements climatiques ».

http://www.newsmill.se/artikel/2011/11/30/klimathotet-har-blivit-en-politisk-ideologi

AITKIN DON - PhD - Historien - Politologue - ex Vice-chancelier et Président de l’Université de Canberra.- Membre de l’Australian Science and Technology Council.

« La corrélation entre le réchauffement éventuel et l’augmentation de CO2 est particulièrement faible. L’énergie solaire et les mouvements océaniques sont bien plus importants dans ce processus »

http://www.garnautreview.org.au/ca25734e0016a131/WebObj/D0843363GeneralSubmission2-ProfessorDonAitkin/$File/D08%2043363%20General%20Submission%202%20-%20Professor%20Don%20Aitkin.pdf

AKASOFU SYUN-ICHI - PhD - Géophysicien - ex Directeur de l’International Arctic Research Center - University of Fairbanks (Alaska USA) Professeur émérite de Géophysique-

« La méthode d’étude du GIEC est déficiente à la racine. Contrairement à ce qu’affirme le GIEC, il n’y a à ce jour aucune preuve définitive que le réchauffement actuel soit principalement dû à l’effet de serre ».

http://wattsupwiththat.com/2009/09/01/dr-syun-akasofu-20-points-of-context-on-global-warming-politics-and-the-economy-of-the-world/

ALDRIN EDWIN - ScD Astronautique - BS Génie Mécanique - Astronaute Apollo 11.(USA)

"Je ne crois pas que l'homme soit à l'origine des changements climatiques. Si nous sommes dans une période de réchauffement, un refroidissement peut survenir ultérieurement".

http://www.populartechnology.net/2010/06/nasa-astronauts-skeptical-of-man-made.html

ALEKLETT KJELL - PhD - Professeur de Physique Uppsala University (S) Dirige le Global Energy System Research.

"Le GIEC a une grande responsabilité dans le fait que des milliers de chercheurs dans le monde ont consacré des années de recherche pour calculer des augmentations de température d'après des scénarios totalement irréalistes".

http://aleklett.wordpress.com/2009/12/07/%E2%80%9Dthe-un%E2%80%99s-future-scenarios-for-climate-are-pure-fantasy%E2%80%9D-%E2%80%9Dfns-framtidsscenarier-for-klimatet-ar-rena-fantasier%E2%80%9D/

ALEXANDER RALPH B. - PhD - Physicien - Ex Professeur Detroit State University (USA)- Auteur de ‘Global Warming False Alarm’

« La plupart des variations climatiques ne peuvent être expliquées par l’effet de serre »

http://www.amazon.com/Global-Warming-False-Alarm-Assertion/dp/0984098909

ALEXANDER WILLIAM JR - Professeur émérite Civil and Biosystems Engineering - University of Pretoria(SA).Ex membre du comité scientifique de l’ONU sur les catastrophes naturelles (1994-2000).

« Les modèles climatiques ne débouchent sur aucune preuve établie et vérifiable sur une issue dramatique de changement climatique. Rien ne prouve que les coûteuses mesures proposées auront un effet significatif sur le climat ».

 

http://climatescienceinternational.org/index.php?option=com_content&view=article&id=18

ALLISON JOCK - PhD - Ex Directeur de Recherches en Sciences Agricoles (NZ)

« Le fait que la zone de glace de l’Arctique serait en baisse globale se fonde sur des données partielles ».

http://www.odt.co.nz/news/dunedin/159014/temperatures-rise-climate-discussed

ANDERSON CHARLES R - PhD - Physique des matériaux

« L’augmentation du CO2 dans l’atmosphère est plus un phénomène naturel qu’une conséquence des activités humaines ».

http://objectivistindividualist.blogspot.com/p/false-catastrophic-man-made-global.html

ANDRESEN BJARNE - PhD - Physicien - Professeur de Physique au Niels Bohr Institute - University of Copenhague (DK).

« Il est impossible de prouver un réchauffement climatique en se fondant sur les calculs actuels. On pourrait tout aussi facilement prouver un refroidissement ».

http://www.sciencedaily.com/releases/2007/03/070315101129.htm

ARCHIBALD DAVID - Géologue - Spécialiste de l’Interaction solaire sur le climat.(AUS)

« Le soleil est le véritable responsable des changements climatiques ».

http://anhonestclimatedebate.wordpress.com/tag/david-archibald/

AREVALO JOSE RAMON - PhD - Docteur en Sciences Biologiques - Professeur d’Ecologie Université de La Laguna (SP)

« Le réchauffement climatique est devenu une idéologie (…) Le problème est quand les décideurs dépensent des millions pour démontrer leur idéologie ».

http://www.eldia.es/2010-03-14/criterios/22--Invento-amenaza.htm

ARMSTRONG J SCOTT - PhD - Spécialiste en Management et en Prévisions à long terme.- Professeur University of Pennsylvania

"Le GIEC et les scientifiques du climat ont ignoré la littérature scientifique sur les principes de la prévision. Nous n'avons trouvé aucune référence sur les méthodes utilisées".
http://en.wikipedia.org/wiki/J._Scott_Armstrong

http://ff.org/images/stories/sciencecenter/armstrong_presentation.pdf

http://science.house.gov/sites/republicans.science.house.gov/files/documents/hearings/Report%20for%20Congressional%20hearing-R14%20%282%29%20armstrong%20update.pdf

ARNOLD NEIL - Modélisation de l’atmosphère - Professeur de Physique et Astronomie University of Leicester (UK)

« Les flux de plasma -ou le vent solaire- sont à l’origine des changements climatiques. Ils sont responsables de la désorganisation de la circulation des courants d’air chaud dans l’atmosphère ».

http://rsta.royalsocietypublishing.org/content/361/1802/127.full.pdf

ARYA RITESH - PhD - Géologue - Spécialiste de l'hydrogéologie de l'Himalaya (India)

"Le changement climatique suit un processus cyclique. Nous sommes entrés dans une période de refroidissement qui pourrait déboucher à terme vers un petit âge glaciaire".
http://ritesharya.com/?page_id=2

AUER AUGUST H. - BS météorologie - MS Sciences atmosphériques - Météorologue - Professeur émérite des Sciences Atmosphériques Université du Wyoming. - Chief meteorologist Meteorogical Service of New Zealand Limited (+)

« Une combinaison de science mal interprétée et de lobbies politiques ont créé l’hystérie actuelle centrée sur le mythe du réchauffement climatique ».

http://nzclimatescience.net/index.php?option=com_content&task=view&id=37&Itemid=30

AUSTIN ROBERT H. - PhD - Physicien - Professeur Princeton University (USA)

« Malheureusement, la climatologie est devenue une idéologie. Il est tragique de constater que certains scientifiques -peut-être bien intentionnés- ont attisé une frénésie mondiale sur un phénomène pour le moins douteux (l’influence humaine sur les changements climatiques) ».

http://www.tradtalk.com/forums/archive/index.php/t-18012.html

AVERY DENNIS - Directeur du Center for Global Food Issues - Hudson Institute - ex Senior Agricultural Analyst US Department of State.- Co-auteur de « Unstoppable Global Warming »

« Les changements climatiques sont le résultat de cycles naturels, que l’homme ne peut maîtriser. Nous nous dirigeons maintenant vers un refroidissement du climat ».

http://www.hudson.org/index.cfm?fuseaction=publication_details&id=7678

AVIAKIANE SERGUEI - PhD - Physicien – Mathématicien.

"L'activité solaire a contribué à l'effet de serre (...) Le rôle des activités humaines est exagéré".

http://french.ruvr.ru/2013_07_15/Qu-est-ce-qui-nous-atten...

BACHKINE VLADIMIR - Institut de Biologie - Académie des Sciences de Russie.

"Le réchauffement de la planète tant évoqué ces dernières années n'est pas tant un problème scientifique qu'un stratagème marketing. Ce n'est pas de la science mais de la politique".

http://french.ruvr.ru/2013_03_03/Le-monde-menace-par-un-n...

BAKER ROBERT - PhD - Professeur agrégé Sciences Environnementales - University of New England (AUS)

« On peut identifier une grande corrélation entre les taches solaires, l’activité magnétique du soleil et leur influence sur le champ magnétique terrestre , et les anomalies climatiques ».

http://insciences.org/article.php?article_id=981

BALIUNAS SALLIE - PhD - Astrophysicienne - Astronome Harvard Smithsonian Center for Astrophysics (USA)

« La récente tendance au réchauffement climatique ne peut être provoquée par l’augmentation du CO2 atmosphérique due aux activités humaines ».

http://www.marshall.org/experts.php?id=38

BALL TIMOTHY - PhD - Climatologue - Président du Projet Ressources Naturelles (Canada) ex Professeur Climatologie Université de Winnipeg (Canada)

« Le réchauffement global n’est pas dû au fait que l’homme produise du CO2. Il s’agit là du plus grand mensonge organisé de l’histoire de la science. C’est un problème qui ne repose sur aucune base scientifique ».

http://educate-yourself.org/cn/globalwarmingdeception05feb07.shtml

BALLING ROBERT - PhD - Professeur de Géographie - Arizona State University - Office of Climatology.

"L'impact du réchauffement climatique est beaucoup moins sévère qu'on le croit, et est loin d'être catastrophique. La science est devenue de plus en plus biaisée".

http://books.google.co.uk/books?id=lWQdP4_7SycC

BARRANTE JAMES R - PhD - Professeur émérite chimie/physique Southern Connecticut State University - Auteur de "Global Warming for Dim Wits".

"Les gaz à effet de serre ne contrôlent pas le climat, c'est le climat qui contrôle les gaz à effet de serre".

http://books.google.be/books?id=f-L7X5-5eaYC&pg=PR4&lpg=PR4&dq=james+r+barrante+climate&source=bl&ots=avagzbRKGD&sig=7Y5XMJEuDtx62uBL5tFtCUye_uE&hl=fr&sa=X&ei=gji_UNLiOKjp0QHQ8YCAAw&ved=0CEwQ6AEwAzgK

BARRETT JACK - PhD - Physical Chemistry - Professeur au King’s College London (UK).

«  Les éléments qui influencent le climat sur le long terme ne sont pas connus avec assez d’exactitude que pour déduire (l’origine) d’éventuels changements climatiques ».

http://www.barrettbellamyclimate.com/page42.htm

BARTON COLIN - BSc - PhD - Sciences de la Terre - Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (AUS).« Une analyse scientifique dépassionnée des données disponibles (sur les changements climatiques) montre que nous n’avons aucune conclusion définitive sur les facteurs interactifs extrêmement complexes qui influencent le climat ».

http://www.abc.net.au/news/stories/2010/02/04/2810162.htm?site=email

BASTARDI JOE - BSc - Météorologue State College - Collaborateur météo de médias TV (USA).

« Les phénomènes météorologiques extrêmes ont toujours existé, et ne peuvent être imputés à l’activité humaine ».

http://www.statecollege.com/news/columns/can-america-last-only-if-we-use-the-lessons-of-the-past-792940/

BATTAGLIA FRANCO - PhD - Professeur de Physique et Chimie de l'Environnement Université de Modène (I)

"Le réchauffement climatique global n'est pas un phénomène anormal. Y voir une responsabilité humaine découle d'une science fausse".
http://peppecaridi2.wordpress.com/2009/11/28/clima-intervista-a-franco-battaglia-e-da-dieci-anni-che-dico-che-il-global-warming-e-un-bluff/

BAUGH JAMES E - PhD - Physicien et Mathématicien - Professeur associé Dept Mathematics and Computer Sciences - Georgia State University (USA)

"L'effet spécifique des émissions humaines de CO2 sur la température globale peut être qualifiée de minime, comparé aux autres facteurs naturels tels que les variations de la luminosité solaire, l'orbite terrestre, le volcanisme et les variations chaotiques générales".

http://physics.jamesbaugh.com/

BECK ERNST GEORG - Biochimiste - Professeur à Merian Schule Freiburg (D) Auteur d’une étude sur le CO2 atmosphérique. (+)

« Les données livrées par les carottes glaciaires démontrent que les changements climatiques précèdent les modifications de CO2 atmosphérique de plusieurs centaines d’années ».

http://www.pensee-unique.fr/001_180_years_accurate_Co2_Chemical_Methods.pdf

BECKER GARY - Prix Nobel d’économie - Professeur Université de Chicago (USA).

« Ce qui menace la planète, ce n’est pas le réchauffement climatique mais les politiques économiques stupides qui pourraient en dériver, poussées par des politiciens en quête d’une bonne cause« .

http://www.chicagobooth.edu/capideas/apr09/5.aspx

BEENSTOCK MICHAEL - Analyste - Professeur en Sciences Economiques - Statistiques et Probabilités Université de Jérusalem (Isr)

« Il n’existe pas d’effet permanent du à l’émission des gaz à effet de serre, mais uniquement un effet limité.».

http://economics.huji.ac.il/facultye/beenstock/Nature_Paper091209.pdf

BEER CHRISTIAN - Max Planck Institute for Biochemistry (D)

« Il y a des signes montrant que le système climatique s’adapte et s’autorèglemente. Ceci n’est pas pris en compte dans les modèles du GIEC ».

http://www.theresilientearth.com/?q=content/climate-co2-sensitivity-overestimated

BELL LARRY - Professor Space Architecture - University of Houston - Auteur de « Climate of corruption : Politics and Power behind the Global Warming Hoax ».

Il n'existe aucune preuve scientifique d'une influence dangereuse des activités humaines sur le climat".

http://www.forbes.com/sites/larrybell/2014/02/24/lets-be-...

BELLAMY DAVID - Botaniste Environnementaliste - ex-Maître assistant Univ Durham (UK):

« Le réchauffement global est pour une large part un phénomène naturel. Le monde est en train de dépenser d’énormes sommes d’argent pour stabiliser quelque chose qui ne peut l’être ».

http://www.nzcpr.com/guest57.htm

BENDER MORRIS - BS - MS - Météorologue - Princeton University (USA) Geophysical Fluid Dynamics - National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA)

"Nous devrons attendre au moins 60 ans avant de pouvoir établir avec certitude que l'augmentation de la fréquence des ouragans est bien due aux gaz à effet de serre".

http://www.riskfrontiers.com/pdf/Translation%20-%20Is%20t...

BENGTSSON LENNART - PhD - MSc - BSc - Météorologue - ex Directeur Max Planck Institute for Météorology -

Directeur des Sciences de la Terre à l'Institut International des Sciences de l'Espace - Professeur Environmental Systems Science Center University of Reading - Professeur invité Uppsala University.

"L'homme influe sur le climat, mais rien n'indique que nous devions paniquer. La tendance actuelle du réchauffement climatique est bien en-dessous du scénario du GIEC. La question du climat a été extrêmement politisée".

http://www.dn.se/nyheter/vetenskap/vi-skapar-en-valdig-an...

BERAN MAX - Hydrologue - Dept of Continuing Education - University of Oxford (UK)

"Dans la science du changement (climatique) global, il est trop fréquent de voir la démonstration s'effondrer dès qu'on prend le temps et l'effort de creuser derrière les gros titres. Il en est ainsi pour les pseudo-tendances d'augmentation des tempêtes".

http://www.john-daly.com/guests/max-beran.htm

BERK JUSTIN - MS Météorologie - Professeur de Météorologie Stevenson University (USA) Météorologue auprès de médias TV.

"Comme scientifique, je crois dans les cycles naturels et la variabilité. La théorie du réchauffement global a quelques défauts. Les rapports alarmistes véhiculés par les médias peuvent avoir été exagérés".

http://anhonestclimatedebate.wordpress.com/2009/03/05/global-warming-may-stop-for-years-or-decades/

BERNIER ANDRE - BS - Météorologue (USA)

"Le plus important problème est le refroidissement climatique, qui nous attend dans les prochaines décennies".
http://andrebernier.com/?p=430

BERRY EDWIN X - PhD - Physicien de l'Atmosphère - Météorologue

"Le non-respect des lois de la physique par les tenants du réchauffement climatique a comme conséquence que de nombreux physiciens considèrent la théorie du réchauffement climatique (causé par l'homme) comme une religion prônée par les écologistes, incorporée dans nos lois et constitutive d'un lavage de cerveaux".

http://www.lewrockwell.com/orig10/berry-e1.1.1.html

BEST CLIVE - PhD - Physicien - Ex chercheur au CERN (Centre Européen pour la Recherche Nucléaire)et au Joint Research Centre (European Commission)

"Les températures n'ont plus augmenté depuis 2000, contrairement aux niveaux de CO2 dans l'atmosphère. Cela implique que d'autres mécanismes naturels sont au moins aussi importants que le CO2 dans les changements climatiques".

http://clivebest.com/blog/?p=2208

BEVC VLADISLAV A - PhD - Physicien - Associate Professor Naval Postgraduate School.

"Les modèles climatiques du GIEC prévoient une zone chaude à 10 Kms d'altitude dans l'atmosphère. Cette zone n'a toujours pas été découverte. L'application de mesures draconiennes n'est pas justifiée par des théories incertaines".

http://newsgroups.derkeiler.com/Archive/Soc/soc.culture.slovenia/2009-10/msg00001.html

BLOEMERS PETER - Professeur émérite Biochimie - Université de Nymegen (NL)

"La plus grande menace générée par la théorie impliquant la responsabilité humaine dans le réchauffement climatique, est l'énorme dommage économique découlant d'investissements inutiles".

http://zapruder.nl/portal/artikel/global_warming_sucks/

BODIFEE GERARD - PhD – Astrophysicien.

"Le climat est un système hyper complexe d'interactions de l'atmosphère avec les océans et la biosphère. (...) Ce système est intrinsèquement instable(...) Je ne pense pas que la faible concentration du CO2 (d'origine humaine) dans l'atmosphère soit responsable du réchauffement de la Terre".

 

http://de-bron.org/content/gerard-bodif%C3%A9e-klimaatint...

BOEHMER CHRISTIANSEN SONJA - PhD - Professeur Département de Géographie - Hull University (UK) - Editrice de la revue ‘Energy and Environment‘.

« Les médias pontifient sur le réchauffement climatiques sans réelle compréhension sur les mécanismes du climat, choses que nous-mêmes ne maîtrisons pas ».

http://www.fcpp.org/publication.php/3348

BOHNAK KARL - Météorologue - Chief Meteorologist WLUC TV-

"Ne tombez pas dans le piège d'un 'consensus scientifique' qui soutiendrait la thèse des gaz à effet de serre causant un réchauffement inhabituel de la planète. La science n'est pas conduite par la règle de la majorité".

http://anhonestclimatedebate.wordpress.com/tag/global-war...

BORCHERT HORST - PhD - Physicien - Directeur Dept of Physics - Johannes Gutenberg Institute (D)

« Le réchauffement climatique est causé par l’activité naturelle à la surface du soleil, et non par les activités humaines ».

http://iopscience.iop.org/1755-1315/6/29/292024/pdf/ees9_6_292024.pdf

BORISENKOV EUGEN - Géophysicien - Russian Academy of Sciences.

 

 "Il existe un cycle de 200 ans de réchauffement suivi de refroidissement climatique, causé par des variations de la luminosité solaire".

http://www.gao.spb.ru/english/astrometr/index1_eng.html

BORLAUG NORMAN - Norman Borlaug - Agronome - Prix Nobel de la Paix - Concepteur de la "Révolution Verte".

"Le véritable désastre ne sera pas le réchauffement climatique soutenu par des modèles informatiques douteux, mais bien le refroidissement global".
http://climaterealists.com/?id=4053

BOSNICH BRICE - PhD - Ex Professeur de Chimie University of Chicago - Membre Royal Society

"Les chances qu'il existe un réchauffement climatique catastrophique causé par les émissions humaines de CO2 sont extrêmement faibles".

http://www.bishop-hill.net/blog/2012/2/12/a-letter-to-paul-nurse.html

BOTKIN DANIEL B. - PhD - Biologiste - Professeur d’Ecologie et de Biologie Marine University of California (Santa Barbara) - Professeur de Biologie George Mason University (USA) -

« Pour ce qui concerne le réchauffement climatique, je suis préoccupé par le fait que nous sommes passés d’un manque total de précautions à une panique irrationnelle, et que nous prenons des décisions basées sur la peur plutôt que sur des bases scientifiques ».

http://www.danielbbotkin.com/category/global-warming-and-life/

BOUCENNA AHMED - PhD - Physicien - Professeur Faculté des Sciences Université de Setif (Algérie) Physique atmosphérique et Océanique. "Nous contestons le fait que le réchauffement climatique soit le fait de l'homme. Cette théorie est en contradiction avec le second principe de la thermodynamique. Les changements climatiques actuels sont le fait d'un phénomène naturel".

http://arxiv.org/ftp/arxiv/papers/0808/0808.0897.pdf

BOUCHOUIEV VITALI- Directeur de l’Institut de Stratégie Énergétique (Moscou)

« Le réchauffement climatique actuel n’est pas lié aux activités humaines. Les changements cycliques se sont produits et continueront à se produire ».

http://fr.rian.ru/discussion/20091218/185699571.html

BOUWER LAURENS - PhD - Sciences de l'Environnement - ex Chef de Projet Dutch National Climate Change Research Vrije Universiteit Amsterdam - ex Lead Author IPCC AR3 et AR4."La survenance d'évènements (climatiques extrêmes) varie en fonction de la variabilité naturelle du climat. Le signal du changement climatique d'origine humaine est suceptible d'être noyé parmi les autres causes".

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1539-6924.20...

BOYARSKI VIKTOR - Glaciologue - Directeur de l'Institut russe de Recherches Arctiques et Antarctiques.

"Il n'y aura pas de catastrophe globale due à la fonte des glaciers dans les siècles à venir. Une élévation catastrophique du niveau des océans ne pourra être provoquée que par un évènement dans le système Terre- Soleil, ou une collision avec un astéroïde".

http://french.ruvr.ru/2013_05_06/Le-rechauffement-climatiq...h/

BRASSELL SIMON C - PhD - Prof of Geological Sciences Indiana University - Biochemistry and Molecular Organic Geochemistry (USA)

"Le changement climatique n'est pas un problème de l'âge industriel. Les preuves de modifications parfois brutales du climat avant même l'apparition de l'homme pourrait influer sur la compréhension du réchauffement actuel".

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/10/15/AR2006101500672.html

BRECK BOB - BS Météorologie et Océanographie - Météorologue de médias.

"La théorie du CO2 (responsable des changements climatiques) est un peu comme la religion : elle ne peut être prouvée et est basée sur la foi".

http://bobbreck.blogspot.com/

BREKKE PAL - PhD - Astrophysicien - Physique Solaire - Senior adviser du Norwegian Space Center - Auteur de « Our Explosive Sun » (N)

« Quiconque déclare que le débat (sur le réchauffement climatique) est clos, et que les conclusions sont définitives, a une approche fondamentalement non scientifique ».

« Ni le CO2, ni le rayonnement solaire ne peuvent à eux seuls expliquer les variations climatiques de ces 150 dernières années ».

http://curry.eas.gatech.edu/santafe/papers/Sun_climate_SantaFe.pdf

BRIGGS WILLIAM M. - PhD - Statisticien climatique - American meteorological society - Probability statistiques committee.

« J’ai entendu des histoires scandaleuses de la part de collègues qui ont essayé de faire publier des thèses en désaccord avec les vues du GIEC. Il y avait un comportement totalement contraire à l’éthique de la part de certains éditeurs ».

http://wmbriggs.com/blog/?cat=6

BRIGNELL JOHN - PhD - BSc - Ex professeur d' Instrumentation Industrielle University of Southampton.

"La normalité n'existe pas en climatologie. Le 'consensus' est une terminologie politique, pas scientifique. Les résultats publiés en faveur du réchauffement climatique sont basés sur des relevés plus que douteux"

http://numberwatch.co.uk/lying.htm

BRINER JASON - PhD - Professeur associé de Géologie - University of Buffalo

"Il y a 4 à 9000 ans, l'atmosphère était plus chaude qu'aujourd hui. La calotte glaciaire du Groenland était la plus réduite de l'histoire récente, tandis qu'il y a 3 à 5000 ans, les océans étaient plus chauds".

http://www.sciencedaily.com/releases/2013/11/131122165523...

BROERE ADRIAAN- Géophysicien - Ingénieur - ex spécialiste Technologie Satellitaire (NL)

"L'influence de l'homme sur le climat est négligeable. Le rayonnement solaire est le principal responsable du niveau des températures terrestres".

http://www.rotary.nl/purmerendpolderland/nieuws/archief/b...

BROMWICH DAVID H - PhD - Professeur Dept Géographie Ohio State University - Chercheur au Byrd Polar Research Center.

"Il est difficile de mettre en évidence l'impact des activités humaines sur le climat de l'Antarctique".

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/climatologie-1/d/antarctique-le-point-faible-des-modeles-climatiques_10482/

BROSNAHAN JOHN W. - Physicien - Professeur émérite Université du Colorado Dept Astrophysique.

« Je n’ai constaté aucun lien scientifique entre le CO2 d’origine humaine et le réchauffement climatique. Des modèles informatiques incomplets négligent un trop grand nombre de variables ».

http://icecap.us/images/uploads/Brosnahan.pdf

BROWN GORDON - PhD - Physicien - Professeur de physique Duke University.

"Les scientifiques qui émettent des doutes sur l'exactitude des modèles climatiques (du GIEC) sont stigmatisés et assimilés à ceux qui nient les crimes nazis".

http://gradyent.blogspot.be/2013/12/global-warming-spitti...lhtm

BROWN HAROLD - Spécialiste en Sciences Agricoles - Professeur émérite University of Georgia - Chercheur au Georgia Public Policy Foundation

« Le changement climatique est la norme. L’homme s’est toujours adapté aux changements climatiques et vouloir contrôler le climat futur est coûteux, inadéquat et futile ».

http://talkgwinnett.net/main/index.php?option=com_content&id=2243

BRYSON REID  - PhD - Sciences de l‘Atmosphère - Géologue - Météorologue - Professeur émérite de Météorologie à l‘Université du Wisconsin. (USA )(+)

« Je ne fais pas partie dudit consensus, qui croit que la science du réchauffement climatique causé par l’homme ne se discute plus. En fait, il y a peu de vraie science dans cette histoire ».

« La focalisation sur l’origine humaine du réchauffement climatique est totalement absurde. Cette théorie n’est pas de la science car il n’y a pas de preuve scientifique qui la soutienne ».

« Bien sûr qu’il y a un réchauffement climatique, et ceci depuis la fin du mini-âge glaciaire qui s’est terminé au XIXe siècle ».

http://www.wecnmagazine.com/2007issues/may/may07.html

BURGER GERD - Potsdam Institute of Climate Impact Research (D)

Le réchauffement climatique constaté au XXe siècle n'est statistiquement pas significatif".
http://www.sciencemag.org/content/316/5833/1844.1.full

BUTINA DARKO - PhD - Chimie organique de synthèse - Expert en modélisation moléculaire et en analyse des données de température.

"Chacun des aspects de la théorie d'un réchauffement climatique d'origine humaine est erroné, et basé sur des hypothèses et des arguments non validés".

http://wattsupwiththat.com/2013/04/17/on-the-scales-of-wa...

BURROWS BILL - Climatologue - Membre du Royal Meteorological Society (Canada)

 

 « Sans doute consacrons-nous trop de ressources pour corriger l’impact humain sur les changements climatiques, sans certitude que nous y soyons vraiment pour quelque chose ».

http://www.washingtontimes.com/news/2004/jul/18/20040718-115714-6334r/?page=all

CAMPBELL MARK- - PhD - Chimie Physique - Professeur US Naval Academy

"Les médias favorisent les alarmistes du réchauffement climatique, et ignorent ou marginalisent ceux qui constatent qu'il n'existe aucune évidence convaincante de l'influence éventuelle du CO2 produit par l'homme sur le climat".
http://www.globalwarminghoax.com/print.php?news.100

CARLIN ALAN - PhD - BS - Physicien - Ex collaborateur US Environmental Protection Agency.

"L'hypothèse du GIEC d'un réchauffement de la planète causé par les activités humaines ne découle pas d'une méthode scientifique. Il existe d'autres hypothèses beaucoup plus crédibles".

http://www.carlineconomics.com/

CARTER ROBERT (BOB) - Paléoclimatologie - Professeur à la James Cook University (Aus).

Auteur de « Climate the conter- consensus »

« Il y a tout lieu de douter que le moindre réchauffement climatique soit en cours, et plus encore qu’il soit causé par l’activité humaine ».

http://www.greatglobalwarmingswindle.com/pdf/2007%2005-03%20AusIMM%20corrected.pdf

CASEY JOHN L - Ingénieur en astronautique - ex consultant NASA - auteur de "Cold Sun"

"La baisse du niveau des océans en 2010-2011 combinée à l'arrêt du réchauffement climatique met en évidence l'influence du soleil sur le climat terrestre".

http://www.spaceandscience.net/sitebuildercontent/sitebui...2011globalsealevelriseisending.pdf

CASEY THIMOTHY- BSc - Géologue.

“La théorie de l'effet de serre n'a aucune confirmation expérimentale directe, ni preuves empiriques de nature matérielle. Ainsi, la notion de réchauffement de la planète dû aux activités humaines, qui repose sur cette théorie, n'a aucun fondement réel".

http://greenhouse.geologist-1011.net/

CAZENAVE ANNY - PhD - Géophysicienne - Astronomie fondamentale - Chercheur au CNRS et au CNES "Il est difficile d'attribuer la hausse du niveau des océans au changement climatique. D'autres causes peuvent expliquer ce phénomène".

http://www.larecherche.fr/content/actualite/article?id=8516

CHAPMAN PHILIP K - BS Physique et Mathématiques - MS Astronautique - Physicien - Astronaute Apollo 14 -

"Tous ceux qui luttent contre le réchauffement climatique devraient réfléchir à ce que nous devrions faire si nous nous trouvions plutôt confrontés à un prochain refroidissement global".
http://www.populartechnology.net/2010/06/nasa-astronauts-skeptical-of-man-made.html

CHARVATOVA IVANKA CSc (PhD) - Astrophysicienne - Geophysical Institute of Czech Academy of Sciences.

"Le GIEC privilégie un réchauffement climatique causé par les gaz à effet de serre, et ignore une série de phénomènes climatiques causés par le rayonnement cosmique, le géomagnétisme, les forces de gravitation solaire. Nous sommes engagés dans un processus de refroidissement qui pourrait durer jusqu'à la fin du XXIe siècle".

http://suite101.com/article/top-scientist-says-new-solar-...

CHESNER SCOTT- BS - Météorologue.

« Impliquer l’influence des activités humaines sur l’évolution du climat est totalement absurde ».

http://www.ketknbc.com/news/ketk-interviews-dr-bill-gray-...

CHILINGAR GEORGE V. - PhD - Géologue - Président de l’US Branch Académie des Sciences Naturelles (Moscou) - Professeur de civil and petroleum Engineering University of Southern California

« Les changements climatiques induits par l’homme sont négligeables, parmi les forces globales naturelles ».

http://books.google.be/books?id=FbvNhOUVMBkC&printsec=frontcover&dq=george+v+chil ingar+climat&source=bl&ots=bCxgZ0_76-&sig=TvH-

http://hockeyschtick.blogspot.be/2015/07/new-paper-finds-...

CHRISTOFIDES ANTONIS - Sciences de la Terre - Water Resources - National Technical University of Athens (GR)

« Il n’y a aucune raison de croire à la responsabilité humaine au changement climatique, car rien ne met ce phénomène en évidence ».

http://itia.ntua.gr/antonis/

CHRISTY JOHN - PhD - Climatologue - Professeur de Sciences de l’Atmosphère - Director of the Earth System Science Center university ofAlabama - Climatologue de lEtat dAlabama - ex rédacteur principal auprès du GIEC (2001) et collaborateur en 1994,1996 et 2007.

« Je ne vois pas la preuve évidente que lactivité humaine soit la cause unique du réchauffement climatique. Je vois plutôt lutilisation aveugle de modèles climatiques ».

http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/7081331.stm

CHYLEK PIETR - PhD - Physicien - Chef d équipe au Los Alamos National Laboratory - Spécialiste de Physique de l’Atmosphère et des Glaces Polaires - ex Professeur de différentes universités 2009:

« La région arctique s’est réchauffée plus vite pendant le réchauffement de 1910-1940 que pdt le réchauffât de 1970-2008. Pdt la période de refroidissement 1940-1970 l’ampliation arctique a été extrêmement intense. Nous suggérons que la variabilité multi décennale de la circulation thermo haline de l’océan atlantique est la cause principale de la variation de température arctique. Le réchaufft actuel est calqué sur les oscillations naturelles de la température des océans (périodes de 60 à 80 ans) ».

http://www.sierrafoot.org/global_warming/global_warming_greenland.html

CLARK IAN - PhD -Hydrogéologue - Professeur Arctic Paleohydrology and Geology Université d’Ottawa.

« C’est la variation de l’activité solaire qui est le principal responsable des changements climatiques, comme dans le passé. Le climat a toujours changé suite à des causes naturelles, et continuera à le faire ».

http://www.iedm.org/files/ianclark1105.pdf

CLARK ROY - PhD - Chemical Physics - Consultant - Ex Ingénieur Principal Boeing

"De petits changements dans la constante solaire, causés par le cycle des taches solaires, sont suffisants pour modifier la température des océans et donc le climat de la Terre. Il est impossible de démontrer que les changements de concentration de CO2 aient causé des changements climatiques".

http://tallbloke.wordpress.com/2010/08/03/roy-clark-a-null-hypothesis-for-co2/

CLAY MIKE - Météorologue en chef News Channel.

"Je suis préoccupé par les agendas politiques impliqués dans le débat sur le réchauffement climatique (...) Si les chercheurs vous disent qu'il n'y a pas de problème, ils ne recevront plus de crédits pour leurs recherches".

http://www.tampabay.com/features/media/outlook-cloudy-on-climate/1079148

COFFMAN MICHAEL - PhD - Forest Science - Biology.

"L'establishment environnementaliste utilise une réthorique basée sur une science manipulée (l'homme responsable des changements climatiques) pour imposer son propre agenda à tous".

http://www.redicecreations.com/radio/2008/01jan/RICR-0801...

COGELS OLIVIER - Docteur en Sciences Agronomiques et Hydrologie - Professeur extraordinaire Université Catholique de Louvain (B) - Expert en Gestion des Ressources en Eau -

"Ceux qui osent douter de la responsabilité humaine dans les changements climatiques sont traités de négationnistes, d'assassins ou de constructeurs de chambres à gaz. Il n'existe pas de preuve scientifique que le CO2 émis par l'homme est en train de bouleverser le climat".

http://www.lalibre.be/debats/opinions/article/555294/apres-copenhague-changeons-de-cap.html

COHEN ROBERT - Météorologue American Meteorological Society - Météorologie Marine et Océanique.

« Le CO2 n’est pas le principal facteur dans les changements climatiques ».

http://www.theconservativeforum.com/November2008.html

COHEN ROGER - PhD - Physicien - Membre American Physical Society.

« Je fais allusion à l’arrogance, au refus du débat, aux mensonges éhontés, à la défense insensée d’une science falsifiée et à la politisation qui règnent au GIEC ».

https://anhonestclimatedebate.wordpress.com/tag/roger-cohen/

COLEMAN JOHN- Météorologue - KUSI TV (USA) – Fondateur “The Weather Channel”

"Je suis totalement convaincu qu'il n'y a aucune base scientifique à la responsabilité du CO2 dans l'évolution du climat".

http://www.kusi.com/story/13167480/the-amazing-story-behi...

COLEMAN TIM - PhD - Sciences de l’atmosphère - Professeur associé University of Alabama.

« Nous en sommes arrivés au point où chaque évènement météo est relié à la théorie des gaz à effet de serre causés par l’homme. Tout ce qui arrive servira à conforter cette théorie falsifiée ».

http://www.alabamawx.com/?p=30733

COLLINS PATRICK - Professeur Azabu University - Chercheur au Institute of Space and Astronautical Science (Japan).

« Les gouvernements ont dépensé des centaines de millions de dollars soi-disant pour lutter contre le réchauffement global, alors qu’une période glaciaire est sans doute à nos portes ».

http://www.iceagenow.com/Reviews.htm

http://transterrestrial.com/papers/collinsff_IAA_Nagoya.pdf

COMPAGNUCCI ROSA - Professeur Department of Atmospheric Sciences University of Buenos Ayres - Membre GIEC Working Group 2.

« Quant à lemploi de modèles pour prédire le climat futur, la principale objection est que le système atmosphère/océans est complexe et non-linéaire ».

(est cependant d’accord avec le caractère anthropique des changements climatiques)

http://rhcompagnucci.com.ar/wp-content/uploads/2009/07/compagnucci_gw_2009.pdf

CONKLIN JOSEPH - Météorologue - Collecte et analyse des observations météo de surface.

« D’autres expertises (que celle du GIEC) existent, et le débat n’est pas clos. La recherche scientifique devrait être indépendante de la politique ».

http://www.i-newswire.com/meteorologist-launches-climatepolice/a92121

CONNOLLY MICHAEL - PhD - MSc - Physique - Chimie - Biologie (IRL)"Le climat ne sera nullement influencé par le fait que nous augmentions ou diminuions nos émissions de CO2 (...) Le CO2 n'a aucun impact sur les températures atmosphériques".

http://oprj.net/articles/atmospheric-science/25

http://globalwarmingsolved.com/2013/11/summary-the-physics-of-the-earths-atmosphere-papers-1-3/

CORBYN PIERS – MSc - Astrophysicien - Météorologue - Editeur de « Weather Action ».

« Il n’existe aucune preuve que le CO2 soit à l’origine d’un quelconque changement climatique. Par conséquent, se soucier du CO2 n’est pas pertinent ».

http://climaterealists.com/index.php?id=1771

COSGROVE LARRY - BS - Météorologue - Spécialiste des prévisions à long terme.

"Il est possible que les activités humaines ne soient pas le facteur le plus important dans le réchauffement climatique"

.http://www.easternuswx.com/bb/index.php?/topic/137214-more-trouble-at-the-national-hurricane-center/

 

COTTON WILLIAM R. - PhD - Physique des Nuages - Professeur en Sciences Atmosphériques Colorado State University. (USA)

"L' effet de serre n'est qu'un facteur affectant le climat parmi beaucoup d'autres. Je ne crois pas aux prévisions climatiques à long terme".
http://ff.org/centers/csspp/library/co2weekly/20070109/20070109_06.html

COURTILLOT VINCENT - Géophysicien - Professeur université Paris Vll - Directeur de l’Institut de physique du Globe (F)

« Il y a un lien net entre le magnétisme terrestre et l’évolution du climat (…) Les données utilisées par le GIEC doivent faire l’objet d’une analyse critique ».

http://vincentcourtillot.blogspot.com/

COURTNEY RICHARD – PhD - Relecteur expert du GIEC AR4 - Consultant en Science du limat et de l’Atmosphère.

« Aucune preuve convaincante du réchauffement climatique causé par l’homme n’a été découverte » (décl de 2001 confirmée en 2006 par pétition au gvt canadien)

http://switchboard.nrdc.org/blogs/pgutis/public_enemies.html#comment1162

CREPET REGIS - Géographe - Climatologue - Collaborateur de la "Chaine Meteo".

"Les cycles naturels ainsi que les phénomènes extérieurs tels que les cycles solaires ou les variations de l'orbite terrestre ont une influence sur les changements climatiques nettement supérieurs aux activités humaines".

http://actualite.lachainemeteo.com/actualite-meteo/2014-0...

CRESCENTI UBERTO - PhD - Professeur de Géologie Université G. d'Annunzio - Ex Président de la Société Italienne de Géologie - Co-auteur de 'Combiamenti Climatici e Conoscenza Scientifica'

"La science du climat en est encore à ses balbutiements. Les facteurs qui régissent le climat mondial sont variés, pas entièrement connus et le plus souvent naturels. Notre capacité à influer sur ces facteurs est très limitée".

http://forum.meteonetwork.it/meteorologia/93595-gli-scettici-prof-uberto-crescenti.html

CRIPWELL JAMES - Physicien - ex Spécialiste de l'analyse du spectre infrarouge Dept Physique University of Cambridge. (GB)

"Quelle que soit l'origine du réchauffement climatique, il n'est pas dû au CO2"

http://www.timcurtin.com/pdfs/tim_curtins_submission_11_May_2011.pdf

CROCKFORD SUSAN - PhD - Paléozoologue - Professeur adjoint d’Anthropologie University of Victoria (Canada).

« Les ours polaires ont toujours prospéré dans des périodes plus chaudes qu’a ujourd’hui, comme au Haut moyen âge et pendant l’optimum holocène ».

http://scienceandpublicpolicy.org/originals/some_things_we_know_and_don_t_know_about_p olar_bears.html

CULROSS CLAUDE - PhD - Chimie organique

"Les fondements mêmes de la question du réchauffement climatique sont erronés, et nous allons dépenser des sommes énormes pour rien".

http://jer-skepticscorner.blogspot.com/2009/07/power-to-people_6025.html

CUNNINGHAM WALTER- BS - MS - Géophysicien - ex Astronaute Apollo 7.

"L'influence des activités humaines sur le climat constitue une nouvelle hypothèse sur le problème. Pour être validée, elle doit être confirmée par des preuves irréfutables, et survivre à toutes les réfutations. L'hypothèse des gaz à effet de serre émis par l'homme ne satisfait à aucun de ces critères".

http://www.chron.com/opinion/outlook/article/Climate-chan...

CURRY JUDITH - PhD - Climatologue - Sciences Geophysiques Georgia Institute of Technology - Membre du Conseil scientifique de la NASA.

« Quant aux changements climatiques, les scientifiques doivent abandonner le dogme du consensus et en revenir à des concepts scientifiques. Je ne fais plus confiance aux conclusions du GIEC » .

http://climateresearchnews.com/2010/10/climate-realist-judith-curry-responds-to-critics-on-her-blog/

D’ALEO JOSEPH – BS- MS - Climatologue - ex Professeur de Météorologie Lyndon State Collège (USA).

« Le traitement des données (par le GISS et utilisées par le GIEC) est une parodie de science commise par des scientifiques pour faire avancer un agenda politique pro-réchauffement ».

http://www.weatherbell.com/weather-news/new-paper-finds-n...measurements-began-in-1979/

DAVIS ROBERT E - PhD - Climatologue - Professeur agrégé de Climatologie - Université de Virginie (USA) Ex collaborateur du GIEC (1995)

"Il est terriblement difficile de voir tout élément de preuve de réchauffement climatique dans les 150 dernières années".

http://www.ideasinactiontv.com/tcs_daily/2005/05/climate-cycle-or-climate-psychic.html

DECKER FREDERIC - Géographe - Météorologue à Meteo News.

"La machine climatique mondiale est extrêmement complexe (...) Les scientifiques du GIEC sont majoritairement d'accord entre eux. Mais de nombreux climatologues ou Instituts indépendants émettent régulièrement des théories contradictoires".

http://www.atlantico.fr/decryptage/signaux-mediatiques-co...

DE FREITAS CHRIS - PhD - Professeur associé de géologie et sciences environnementales Université de Auckland (NZ) - Vice-Président de la Meteorogical Society (NZ)

« Il n’y a aucune preuve solide que l’accroissement du CO2 dû aux activités humaines soit à l’origine ou entraînerait des changements dangereux du climat mondial ».

http://www.nzherald.co.nz/environment/news/article.cfm?c_id=39&objectid=10569629

DE JAGER CORNELIS - PhD - Physicien du Soleil - ex Secrétaire Général du International Astronomical Union.

"Le grand minimum solaire prochain sera similaire à celui qui a causé le petit âge glaciaire, et durera approximativement jusqu'à l'an 2100".

http://journalofcosmology.com/ClimateChange111.html

DE LANGE WILLEM - PhD - Professeur département des Sciences de la Terre et des Océans - université Waikato (New Zealand)

« Les changements climatiques ont une origine principalement naturelle. Il n’y a aucune preuve d’une hypothèse catastrophiste due à l’activité humaine ».

http://www.nzcpr.com/guest147.htm

DEMING DAVID - PhD - Géophysicien - Géologue - Professeur Géophysique Université Oklahoma.

« Il y a aujourd’hui un parti pris écrasant dans les médias concernant le réchauffement climatique. Toutes les catastrophes naturelles sont aujourd’hui rattachées à ce réchauffement, peu importe la plausibilité des faits ».

http://lewrockwell.com/orig9/deming3.html

DENT JAMES - BSc - Météorologue - Hydrologue - ex collaborateur UK Meteorological Office - World Meteorological Organisation

"Lier la température du globe à la concentration de CO2 dans l'atmosphère est une hypothèse simpliste à l'extrême. Le bilan thermique de l'atmosphère est très complexe".

http://www.eadt.co.uk/news/features/climate_change_and_my...056

DERGACHEV VA- PhD - Cosmic Ray Laboratory - Physico Technical Institute - Académie des Sciences de Russie (RUS)

"La stabilisation de la température de la planète dans la dernière décennie alors que la quantité des gaz à effet de serre dans l'atmosphère n'a cessé d'augmenter, est en contradiction avec la notion selon laquelle le réchauffement global est dû aux activités humaines".

http://www.journalogy.net/Publication/44280477/reconstruc...data-of-deep-boreholes-global-warming

DESBOIS MICHEL - Directeur de recherche - laboratoire de Météorologie du CNRS (F).

« Il est difficile d’évaluer l’impact du réchauffement climatique sur le nombre et la force des cyclones, ceux-ci étant soumis à une oscillation naturelle tous les 20 à 30 ans ».

(est cependant d’accord avec le caractère anthropique des changements climatiques)

http://www.linternaute.com/actualite/savoir/05/cyclones/desbois.shtml

DEWHURST ROGER - B.Sc - M.App.Sc - Géologue - Hydrogéologue (N-Z)

"Tous les facteurs influençant le climat ne sont pas connus. Les modèles climatiques n'ont donc aucune valeur prédictive. (...) Mais aucun étudiant en sciences ne peut obtenir de diplôme s'il ne fait pas allégeance au 'réchauffement climatique' ".

http://www.climateconversation.wordshine.co.nz/2011/10/ocean-acidification-and-then-what/#more-11662

DILLEY DAVID - BS - Météorologue - Membre du National Weather Association - Auteur de "Global Warming, global cooling, Natural cause found".

"Les variations climatiques sont le fait de causes naturelles. Nous nous dirigeons vers un refroidissement climatique similaire à celui qui prit fin au XlX e siècle".

http://laterredufutur.over-blog.com/article-le-climat-pourrait-devenir-similaire-comme-au-debut-du-xix-eme-siecle-53189917.html

DITLEVSEN PETER - PhD - Professeur au Niels Bohr Institute - Université de Copenhague - Chercheur au Ice and Climate Group.

"Des changements climatiques très rapides ont déjà eu lieu dans le passé. Cela peut être dû à différentes influences chaotiques de fluctuations dynamiques. Ceci ne préjuge pas du climat futur dans l'optique de l'augmentation du CO2 atmosphérique".
http://climatechangepsychology.blogspot.com/2010/08/peter-ditlevsen-sudden-climate-change.html

DITTRICH SIEGFRIED - Physicien - Chimiste (D)

"Un article de "Nature" prétendait que la preuve scientifique de l'influence du CO2 (sur le climat) était établie. Les mesures démontrent exactement le contraire".

http://www.eike-klima-energie.eu/news-cache/klimaerwaermu...

http://notrickszone.com/2015/03/08/german-physical-chemis...

DLUGI RALPH - Géophysicien - Arbeitzgruppe Atmosphärische Prozesse - Munich Meteorologisches Institut der Universität

"Les modèles atmosphériques utilisés par le GIEC n'apportent aucune évidence sur l'existence d'un soi- disant effet de serre".
http://climate.aib.org.uk/article/55793/Another-paper-on-the-Fallacy-of-the-Greenhouse-Effect

DOIRON HAROLD H - PhD - Physicien - Mathématicien - Ex collaborateur à la NASA.

"Nous croyons que la théorie de l'impact du CO2 émis par l'homme sur un changement climatique mondial catastrophique n'est pas étayée".

http://www.therightclimatestuff.com/BoundingClimateSensit...

DOMINGOS DELGADO - Scientifique environnementaliste - fondateur du Numerical Weather Forecast Group.

« Créer une idéologie basée sur le CO2 est un dangereux non-sens. L’alarmisme actuel sur les changements climatiques (…) est un prétexte pour des intérêts industriels et politiques majeurs. Le fait que cela devienne une idéologie est préoccupant ».

http://www.eurotrib.com/story/2008/1/23/12131/3091

DONZE TERRY- BS - Géophysicien - Prospection minière - Ex Président Denver Geophysical Society.

"Le soleil est le principal moteur du changement climatique, par les cycles d'activité solaire, les modifications du champ magnétique, son influence sur l'ennuagement".

http://www.oredigger.net/news/8-news/2053-a-new-perspecti...

DOUGLASS DAVID H.- PhD - Physicien - Département de Physique et astronomie - Université de Rochester (USA)

« Il apparaît que les résultats des modèles climatiques sont en désaccord avec les températures observées dans la troposphère ».

http://www.pas.rochester.edu/~douglass/papers/Published%20JOC1651.pdf

DOUGLAS DIANE - PhD - Paléoclimatologue - Archéologue.

« Ce sont des mécanismes naturels, qui sont les facteurs principaux du climat ».

http://www.survivingearth.com/?p=197

DRAPELA NICHOLAS - PhD - Ex professeur Oregon State University - Bioorganic and General Chemistry -

"La doctrine du réchauffement global n'est plus simplement une théorie scientifique, mais est devenue un outil politique, social et populiste. Les bénéficiaires en sont les puissants et les riches. Le reste du monde est perdant".

http://www.slideshare.net/sholom770/global-warming-cracked-open

DRIANCOURT XAVIER - PhD - Spécialiste des modélisations - Computers Sciences and Statistics.

« La gigantesque et triste farce mondiale qu’est l’affaire du réchauffement climatique pose la question de l’évolution de la méthode scientifique au XXle siècle, surtout lorsque des décisions politiques lourdes de conséquences peuvent en découler ».

http://blog.turgot.org/index.php?post/Xavier-Driancourt

DUBOIS DONALD - PhD - Spécialiste en modélisation informatique.

"Les modèles climatiques peuvent amener des conclusions trompeuses, par la présence d'hypothèses sous- jacentes présentes lors de leur programmation".
http://www.takeonit.com/question/69.aspx

DUFFY GEOFFREY G. - PhD - Professeur émérite au dépt chemical § matériels engeneering University of Auckland :

« Les variations climatiques sont intimement liées au taux d’ennuagement, lui-même corrélé à l’activité solaire et aux rayons cosmiques ».

http://www.climaterealists.org.nz/node/601

DUHAMEL JONATHAN - MSc - Géologue - Recherches minières

"Dire que le CO2 est le principal facteur dans les changements climatiques est une affirmation ne reposant sur aucune preuve".

http://tucsoncitizen.com/wryheat/2013/04/01/hansen-burnin...

DUNKLEE TOM - Météorologue - Chief Atmospheric Scientist - Global Climate Center.

« Un sentiment d’anxiété et de peur a remplacé le raisonnement scientifique dans la théorie du réchauffement climatique global »

http://www.peakregistrations.com/midcseminar09/Downloads/Dunklee_Mid-C_2009.pdf

DURAN JACQUES - Physicien - Directeur de recherche au CNRS - Ex vice président Chargé de la recherche Université Pierre et Marie Curie.

Largement GIECosceptique, son site « Pensée Unique » est à consulter sans modération.

http://www.pensee-unique.fr/index.html

DURRENBERGER ROBERT - PhD - Ex président de American Association of State Climatologists - Professeur émérite de Géographie Arizona State University (USA)

« Après toute la désinformation menée par Al Gore et ses amis, les vrais climatologues doivent montrer la nature réelle du problème ».

http://dalje.com/en-world/mankind-not-responsible-for-global-warming/108866

DUTTON DENIS - Ex professeur de philosophie à University of Canterbury (N-Z)

"Les visions du catastrophisme climatique doivent moins à la climatologie scientifique, qu'à la vision biblique de la condamnation de l'homme : Repentez-vous et recyclez !"

http://www.nytimes.com/2010/01/01/opinion/01dutton.html?pagewanted=all

DYSON FREEMAN J- Physique théorique - Mathématicien - Professeur émérite à l’Université de Princeton. Auteur de « Many colored glass »

« La menace du réchauffement climatique est largement exagérée au vu de la faiblesse et de la superficialité de nos connaissances et du manque de données ».

http://www.edge.org/3rd_culture/dysonf07/dysonf07_index.html

EASTERBROOK DON J. - PhD – Géologue - Professeur émérite de géologie Western Washington University.

« Depuis quelques années, l’Océan Pacifique se refroidit. Ceci est à mettre en corrélation avec le refroidissement de la planète qui se constate depuis quelques années, et qui résulte d’une oscillation régulière ».

http://icecap.us/index.php/go/political-climate/the_portland_state_university_study_of_shrinking_...

ECONOMIDES MICHAEL J - PhD - Professeur au Chemical and Biomolecular Engineering University of Houston - Editeur de Energy Tribune - co auteur du livre « Power Politics »

"Les seules "preuves" de l'implication des activités humaines dans le réchauffement climatique sont données par des modèles informatiques dont les résultats dépendent des paramètres qu'on y introduit. Et cela ne constitue pas des preuves."
http://www.canadafreepress.com/index.php/article/17478

ELLESTAD OLE HENRIK- Chimie - Physique - ex Directeur de recherche Centre de Recherche Industrielle - ex Directeur Conseil de la Recherche (N)

« Le CO2 atmosphérique a été analysé depuis le XIXe siècle, et ces mesures ont montré des niveaux nettement plus élevés qu’aujourdhui. Le GIEC a rejeté ces mesures sans justification adéquate , leur préférant des analyses glaciaires beaucoup plus incertaines.

http://www.idunn.no/ts/samtiden/2009/02/art15

EMANUEL KERRY - Climatologue - Professeur de météorologie - Director of the Program in Atmosphere, Oceans and Climate Massachusetts Institute of Technology (USA).

« On ne peut lier la tendance à l’aggravation des cyclones au réchauffement climatique. La série est bien trop courte pour généraliser ».

http://www.chron.com/business/technology/article/Hurrican...1755364.php

ENDERSBEE LANCE - Ingénieur civil - Spécialiste des ressources hydrauliques - Professeur émérite Monash University (Melbourne). +

« Les émissions de CO2 ne sont pas la cause des changements climatiques. Ceux-ci sont causés par le système dynamique Terre-Soleil-Cosmos ».

http://icecap.us/images/uploads/Globalclimatechangehasnaturalcauses.pdf

EPSTEIN DAVE - météorologue - membre du American meteorological society - professeur au Framingham State Collège (USA).

« Le climat mondial est influencé par l’activité volcanique, la variable de l’activité solaire, les courants océaniques, les régimes des vents. Le rôle des activités humaines est éclipsé par la variabilité naturelle ».

http://www.colby.edu/colby.mag/issues/49/article/950/last-page-where-is-science-behind-climate-change-claims/

ERPICUM MICHEL - Docteur en Sciences Géographiques - Climatologue - Directeur du Laboratoire de Climatologie Université de Liège (B)

"Les outils météo satellitaires sont trop récents pour que les climatologues puissent prétendre disposer de séries de données modernes assez longues et complètes, pour affirmer un dérèglement de la météo et un changement de la fréquence, comme de l'intensité, des phénomènes météo catastrophiques".

http://m.levif.be/info/actualite/environnement/la-transit...

ERREN HANS - Géophysicien - Consultant en Engineering (NL)

"La théorie des gaz à effet de serre, développée au XIXe siècle notamment par Svante Arrhenius, était entachée d'une erreur fondamentale. La correction qu'il a ensuite apportée n'a jamais été prise en compte".

http://www.klimatosoof.nl/errenontgroeningsdag

ESSENHIGH ROBERT H. - PhD - Professor of Mechanical Engineering Ohio State University (USA).

« Le CO2 atmosphérique n’est pas la cause du réchauffement global, mais en est la conséquence. Tenter de contrôler les émissions de CO2 est un gaspillage de temps et de ressources.

http://www.dailykos.com/story/2006/07/05/224682/-Global-warming-counteroffensive-send-out-the-skeptics

ESSEX CHRISTOPHER - PhD - co Directeur du programme de Physique Théorique - Western University (Ontario). Co auteur de « Taken by Storm » 

« Les phénomènes physiques associés au climat sont parmi les plus complexes qui soient, et la science ne sait pas dire grand-chose sur leur évolution future ».

http://www.goodreads.com/book/show/2273780.Taken_by_Storm

EVANS DAVID - PhD -ex-collaborateur du bureau australien sur leffet de serre auprès du protocole de Kyoto (1999-2005)

« De nouvelles données font que je ne crois plus à linfluence prépondérante du CO2 dans le réchauffement climatique ».

« Le rayonnement cosmique affecte la formation des nuages () et leffet de serre. Le champ magnétique solaire sest renforcé ces trois dernières décennies. Les recherches dans ce sens sont encore dans lenfance ».

http://opinion.financialpost.com/2011/04/07/climate-models-go-cold/

EVERETT JOHN T - PhD - Directeur Fisheries Research Division du NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) - Ecosystem Analyst - IPCC Lead author and reviewer.

"Les changements climatiques ont toujours existé, avec des niveaux de CO2 bien plus élevés qu'aujourd'hui. Je préfère le climat actuel, même avec un éventuel réchauffement, que la prochaine ère glaciaire qui s'annonce".

http://www.climatechangefacts.info/ClimateChangeDocuments/StatementOralJohnEverett.htm

EWERT FRIEDRICH-KARL - Géologue - Professeur émérite Université de Paderborn (D)

"Les évolutions des températures dans les 100 dernières années ont des causes principalement naturelles. Si contribution d'origine humaine il y a, elle ne peut être que marginale"
Friedrich-Karl Ewert - Géologue - Professeur émérite Université de Paderborn (D)

http://www.eike-klima-energie.eu/uploads/media/How_natural.pdf

FARONA MICHAEL F - PhD - Professeur émérite de Chimie University of Akron & University of North Carolina (USA)

"Je suis sceptique quant à l'influence des activités humaines sur le réchauffement climatique".

http://www.theledger.com/article/20080103/COLUMNISTS03/801030456

FENTON LAURI - PhD - Astronomie et Sciences Planétaires - Ames Research Center . NASA (USA)

« L’atmosphère de la planète Mars se réchauffe pour des causes assez proches de celles qu’on connaît sur Terre, dont la fonte des calottes glaciaires ».

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/univers/d/mars-son-atmosphere-se-rechauffe-aussi_10658/

FIELD CHRIS - Professeur de Biologie et Environnement Université de Stanford (USA) - Lead author auprès du GIEC AR4.

« Concernant les effets du réchauffement climatique en Afrique repris dans le rapport du GIEC, je ne trouve dans ce rapport aucune preuve de ce qui est avancé » .

(est cependant d’accord avec le caractère anthropique des changements climatiques)

http://blogs.telegraph.co.uk/news/jamesdelingpole/100025341/climategate-mad-sunday

FLORIDES GEORGIOS A - PhD - Maître de conférences - Cyprus University of Technology.

"Le rôle du soleil dans le réchauffement climatique a été sous-estimé à tort, au profit du rôle de la responsabilité humaine".

http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1364032113003651

FORBES VIV - PhD - Sciences appliquées – Géologue.

"Prévoir et contrôler le climat a toujours été un objectif fallacieux.(...) Le changement climatique et les conditions météo extrêmes ont mis en danger chaque génération d'êtres humains, mais nous sommes les premiers à sacrifier nos économies sur les autels des dieux du climat".

http://australianconservative.com/2011/01/adapting-to-climate-is-the-best-policy/

FOSTER BOB - Géologue - Ingénieur (AUS)

"C'est étonnant de voir les scientifiques se battre pour défendre un consensus, celui de la responsabilité humaine dans les changements climatiques".

http://jennifermarohasy.com/2009/08/global-cooling-has-begun-bob-foster/

FOX GEOFF Météorologue

"Ma vie serait plus facile si je croyais (à la responsabilité de l'homme dans les changements climatiques). Ce débat est devenu un combat politique plutôt qu'un débat scientifique".

http://www.geofffox.com/MT/archives/2012/01/24/i-deny-im-...

FOX MICHAEL R - PhD - ex professeur Chimie et Energie - Chercheur domaine Nucléaire

"L'hystérie actuelle sur le réchauffement climatique doit plus à la peur, aux agendas politiques, à des modèles informatiques divergents entre eux ou avec le climat réel, que sur des preuves scientifiques établies".

http://www.hawaiireporter.com/science-corruption-at-the-national-academies-of-science/123

FRANK NEIL - PhD - Météorologue - ex directeur du National Hurricane Center (USA)

"La façon dont les scientifiques du GIEC ont marginalisé leurs confrères qui ne partagent pas leurs conclusions sur le réchauffement climatique est particulièrement inquiétante".

http://www.chron.com/disp/story.mpl/editorial/outlook/6795858.html

FRANK PATRICK - PhD - Chimiste - Auteur de "A Climate of Belief"

"L'affirmation selon laquelle le CO2 d'origine humaine est le principal responsable du réchauffement climatique actuel est scientifiquement insoutenable. Les modèles climatiques ne sont pas fiables".

http://wattsupwiththat.com/2011/06/02/earth-itself-is-tel...in-doubled-or-even-quadrupled-atmospheric-co2/

FRANKS STEWART - PhD - Professeur associé en Physique Environnementale Université de Newcastle (AUS)- Président de la Commission Internationale sur le système Atmosphère/Terre.

« Les rapports alarmants, qu’ils viennent du CSIRO ou du GIEC ont en commun le fait que ce sont des déclarations politiques déguisées en science. Puisque nous ne comprenons pas l’intégralité de la physique du climat, il est prématuré de la modéliser et de croire aveuglément à leurs résultats ».

http://www.dailytelegraph.com.au/news/opinion/climate-doomsayers-hotair/story-e6frezz0-1111113000394

FRAUENFELD OLIVER - PhD - Sciences de l'environnement - Professeur Sciences de la Terre University of Texas - Author IPCC AR4.

"Beaucoup plus de progrès sont nécessaires pour notre compréhension du climat, et notre capacité à le modéliser (...) Jusque là, la variabilité du climat restera incertaine et controversée".

http://denierlist.wordpress.com/2012/11/26/dr-oliver-w-frauenfeld/

FRICKE MARTIN - Physique nucléaire - Senior Fellow American Physical Society.

"Des études récentes démontrent le caractère erroné de l'influence des émissions humaines de CO2 sur les changements climatiques".

http://templeofmut.wordpress.com/2010/08/02/scientist-tra...challenges-ca-politicos/

FRIEDMAN PETER - PhD - Associate Professor Mechanical Engineering (experimental fluide mechanics) University of Massachusett.

"La tendance constatée d'un modeste réchauffement climatique est compatible avec le calendrier et l'ampleur des cycles naturels des températures que la Terre connait depuis des milliers d'années".

http://www.southcoasttoday.com/apps/pbcs.dll/article?AID=/20080221/OPINION/802210309/-1/NEWS06

FROLOV IVAN - PhD - Océanographe - Directeur de l'Institut de Recherches sur l'Arctique et l'Antarctique de St Petersbourg (Russie)

"Les variations de la distribution des glaces de mer dans l'Arctique répondent à des cycles naturels".
http://www.lecerclepolaire.com/saving/Frolov.html

FULKS GORDON J. - PhD - Physicien.

« L’idée d’un réchauffement climatique catastrophique réduit la science à un jeu politico-économique. La tactique de la peur et la science tronquée sont au service de lucratifs contrats »

http://climaterealists.com/index.php?id=5653

FUNK MARTIN - Glaciologue - Professeur de glaciologie Ecole Polytechnique de Zürich (CH)

« Le recul des glaciers est dû en partie à des changements climatiques naturels, causés par les cycles de variation de température de l’Atlantique Nord ».

(Admet toutefois une certaine responsabilité humaine)

http://archives.tdg.ch/actu/suisse/homme-entierement-responsable-fonte-glaciers-2010-07-05

FUREDI FRANK - PhD -Professeur de Sociologie University of Kent - Auteur de plusieurs ouvrages sur la Politique de la Peur.

"Les déclarations du GIEC sur le climat ont été adoptées par les médias occidentaux et de nombreux décideurs comme émanant d'un oracle divin. Tout doute à ce sujet est considéré comme acte de mauvaise foi ou comme un déni".

http://www.spiked-online.com/index.php?/site/article/4216/

GALAM SERGE - PhD - docteur en physique - directeur de recherche au CNRS - auteur de « Les scientifiques ont perdu le nord ».

« La cause des évolutions climatiques actuelles est encore inconnue. L’influence humaine n’est pas prouvée ».

http://voir.ca/societe/2009/06/11/serge-galam-coup-de-froid-2/

GALLET YVES - Directeur du Laboratoire de Paléomagnétisme de l’Institut de Physique du Globe - Chercheur au CNRS (F)

« Les fluctuations du champ magnétique terrestre pourraient être à l’origine de certaines variations climatiques ».

http://www.larecherche.fr/content/recherche/article?id=8303

GARNIER EMMANUEL - Historien - Maître de conférence à l’Université de Caen (F) - Auteur de « Les dérangements du temps »

« Nous savons qu’il y a eu en France, plus d’ouragans au XVIIIe siècle qu’au XXe. »

(Ne peut toutefois être rangé parmi les GIECosceptiques)

http://securite-commune-info.info/documents/crues/Xynthia_RappParlemHistoire040710.pdf

GAULDIE RW - PhD - Professeur émérite Hawai Institute of Geophysics and Planetology.

« Pour l’évaluation scientifique du réchauffement global, seul l’examen de tous les paramètres est correct. Or le gouvernement (néo-zélandais) ne prend en compte qu’un seul point de vue, celui qui conforte sa politique de lutte (contre le réchauffement climatique) ».

http://www.stitchnz.com/pub/inno2abstract.pdf

GEE DAVID - PhD - Géologue - Président du comité scientifique du Congrès International de Géologie - Professeur émérite des Sciences de la Terre et Géophysique à l’Université de Uppsala (S)

« Combien d’années la planète doit-elle se refroidir pour que nous commencions à comprendre qu’elle ne se réchauffe pas ? ».

http://clareswinney.wordpress.com/tag/dr-david-gee/

GEORGIEVA KATYA - MSc - PhD - Météorologue - Physique du climat - Professeur Space Research and Technologies Institute - Bulgarian Academy of Sciences.

"Il est donc possible que le rôle du soleil dans le réchauffement global est bien plus important que récemment admis".

http://iopscience.iop.org/1755-1315/6/9/092016/pdf/ees9_6...

GERHARD LEE C. - PhD - Senior Scientist Université du Kansas - Géologue au Kansas Geological Survey. (USA)

« Il n’existe aucune donnée définitive liant les niveaux de CO2 aux changements climatiques »

http://icecap.us/index.php/go/new-and-cool/fact_based_climate_debate/

GERLICH GERHARD - Professeur de Physique Théorique - Institut fur Mathematische Physik - Braunschweig.

« L’effet de serre dû au CO2 (…) décrit un mécanisme fictif dans lequel l’atmosphère terrestre se comporte comme une pompe à chaleur (…) Selon la 2e loi de la thermodynamique, une telle machine planétaire ne peut jamais exister ».

http://arxiv.org/PS_cache/arxiv/pdf/0707/0707.1161v4.pdf

GERVAIS FRANCOIS - Physicien - Professeur émérite Université de Tours - ex relecteur du GIEC - Auteur de "L'Innocence du Carbone".

"Dans l'histoire de la Terre, il n'y a pas de corrélation entre le taux de CO2 et la température.(...)

Quantité de soi-disant "preuves" attribuées au soi-disant réchauffement climatique d'origine humaine, ne sont nullement probantes".

http://www.pcfbassin.fr/Fichiers%20PDF/Environnement/Ques...

GIAEVER IVAR – PhD - Prix Nobel de Physique - Professeur émérite au Rensselaer Polytecnic Institute et Professeur honoraire à l Université d’Oslo (N)

« Le réchauffement global est devenu une nouvelle religion ».

http://www.ibtimes.com/articles/214181/20110915/ivar-giae...hoax-dissent-nobel-prize-winner-physicist-re.htm

GIEGENGACK ROBERT - PhD - Professeur de Sciences de la Terre - University of Pennsylvania (USA).

« Certains changements climatiques du passé ont été aussi rapides que n’importe quoi en cours aujourd’hui. Cela résulte de découvertes récentes ».

http://www.dailypennsylvanian.com/node/52079

GLASSMAN JEFFREY A - PhD - Ex Division Chief Scientist Hughes Aircraft Cy - Consultant sur les anomalies de communication par satellite (USA)

"Les erreurs de modélisation du GIEC suffisent à rejeter l'hypothèse de l'influence humaine sur le réchauffement climatique. Le CO2 n'a aucun effet mesurable sur le climat".

http://www.rocketscientistsjournal.com/2009/03/_internal_modeling_mistakes_by.html#more

GLATZLE ALBRECHT - PhD - Agrobiologiste - Directeur scientifique de INTTAS (Paraguay)

« On commence à douter que la très faible proportion des gaz à effet de serre d’origine humaine aurait un effet notable sur le climat planétaire ».

http://australian-politics.blogspot.com/2009/07/greenhouse-gases-and-livestock-email.html

GLOBIG Thomas - Météorologue - ex collaborateur de l'Institut de Météorologie Freie Universität Berlin (D)

"Dire que l'hiver froid que nous avons connu est la conséquence du réchauffement climatique, et de la fonte des glaces de l'Arctique, est un pur non-sens".

http://www.readers-edition.de/2013/03/31/der-kalte-marz-2...fur-3-am-29-03-2013/

GOKLANY INDUR M - PhD - Analyste Science et Technologie du Gouvernement US - Ex représentant US auprès du GIEC.(USA)

« Les sommes énormes engagées pour lutter contre le réchauffement climatique auraient été bien plus efficaces si elles avaient été engagées directement contre ses effets, notamment la gestion de l’eau et la faim dans le monde ».

http://www.cato.org/pubs/pas/pa-609.pdf

GOLDBERG FRED - PhD – Professeur adjoint Royal Institute of Technology - Materials, Energy and Technology expert – Swedish Polar Institute (S)

"Le changement climatique est affecté principalement par l'activité solaire et les fluctuations des courants marins, et non par les activités humaines. La Terre pourrait connaître un futur refroidissement".

http://www.fcpp.org/pdf/FB050ClimateChangeintheRecentPastApr52007.pdf

GOLDENBERG STANLEY - M.D - Météorologue à la division de Hurricane Research Division de la NOAA - ex Directeur au National Hurricane Center.(USA)

« Un certain nombre d’experts en climatologie des ouragans y compris moi-même sommes en profond désaccord avec les conclusions du rapport du GIEC à ce sujet ».

http://www.climatedepot.com/a/1406/US-Government-Scientis...conclusions-of-this-report

GOLDSTEIN MEL - PhD - Météorologue - Ex professeur de météorologie Western Connecticut State University (USA)

« Quand vous êtes chaque jour dans les prévisions météo, vous réalisez le peu de fondement de nos modèles informatiques ».

http://www.sacredheartspectrum.com/2.17079/northeast-s-headed-to-a-winter-wonderland-.2441064? MMode=true

GOLUBCHIKOV SERGEI ***

http://en.rian.ru/analysis/20071108/87175828.html

GOULD LAURENCE - PhD - Physicien - Professeur à Hartford University (USA) - Correspondant de l'American Physical Society

"L'origine humaine du réchauffement climatique n'est absolument pas établie. Cette théorie est loin de faire l'unanimité dans le monde scientifique".
http://uhaweb.hartford.edu/LGOULD/NES%20APS%20Spring%202008%20Newsletter_On% 20AGWA %20Claims.pdf

GRAY VINCENT R. - PhD Chimie Physique - fondateur du New Zealand Climate Science Coalition.

Relecteur auprès du GIEC AR4.

« Rien ne montre un réchauffement exceptionnel du globe et encore moins une éventuelle origine humaine ».

http://www.friendsofscience.org/assets/documents/GlobalWarmingScam_Gray.pdf

GRAY WILLIAM - PhD Sciences Géophysiques - Spécialiste des Ouragans - Professeur émérite des Sciences Atmosphériques Colorado State University.

 « L’activité humaine n’est pas responsable des changements climatiques, mais bien le cycle naturel. Les ordinateurs permettent à un mauvais modèle d’être précisément faux ».

http://rayharvey.org/index.php/2010/01/dr-william-gray-and-dr-kevin-trenberth-debate-global-warming-part-1/

GREEN KENNETH P - Docteur en Sciences Environnementales - Chercheur American Enterprise Institute.- Expert reviewer IPCC 2001

« Les modèles informatiques (montrant un réchauffement climatique) contiennent des hypothèses non fondées. Les projections informatiques sur l’évolution du climat qui en découlent sont assimilables à des horoscopes ».

http://www.nationalreview.com/articles/217555/clouds-global-warming-hysteria/kenneth-green

GREGORY JONATHAN - PhD - Physicien - Lead author AR 4 et AR5 IPCC- NCAS - University of Reading Dept Meteorology - (est par ailleurs favorable à la thèse du réchauffement climatique anthropique)."L'influence des activités humaines -pourtant croissantes- est faible voire nulle sur la hausse du niveau des océans lors du XXe siècle".
http://journals.ametsoc.org/doi/abs/10.1175/JCLI-D-12-003...

GREYBER HOWARD - PhD - Astrophysicien - Membre actif de International Astronomical Union.

« Il n'y a pas de preuve que les émissions de CO2 soient responsables d'un réchauffement climatique. La corrélation ne constitue pas une preuve de causalité. Les modèles climatiques générés par ordinateur ne sont actuellement pas crédibles".
http://www.nytimes.com/2007/09/30/opinion/30iht-edletters.html

GRIFFIN MICHAEL - PhD - Astrophysicien - ex Directeur à la NASA.

« Supposer que le réchauffement climatique est un problème contre lequel il faut combattre est supposer que le climat actuel est le meilleur que nous puissions avoir, et que nous devons faire en sorte qu’il ne change plus jamais ».

http://en.wikipedia.org/wiki/Michael_D._Griffin

HACKBART EUGENIO - Météorologue - directeur du Metsul Meteorologia Center (Brésil)

« Les médias colportent un battage publicitaire sans précédent sur le réchauffement global. Les médias et les scientifiques ignorent les faits importants qui inclinent pour une variation naturelle du climat ».

http://www.metsul.com/secoes/visualiza.php?cod_subsecao=33&cod_texto=557

HAGEN ANDREW B - University of Miami - Institute for Marine and Atmospheric Studies.

"Pour ce qui est du nombre et de l'intensité des ouragans, on ne peut comparer les constatations actuelles par satellite, avec les observations antérieures qui sont sous-évaluées".

http://www.aoml.noaa.gov/hrd/Landsea/CAT_5_PAPER.pdf

HAGER KLAUS - Climatologue - Chargé de cours Université d'Augsbourg (D) Expert en instruments météo et de mesure.

"On trompe les gens sur le climat. L'influence humaine est très faible (...) Le rôle du CO2 dans les changements climatiques est surévalué".

http://www.augsburger-allgemeine.de/bayern/Meteorologe-fi...id32569342.html

http://notrickszone.com/2015/01/12/university-of-augsburg...ridiculous-a-deception/#sthash.5shLcToM.6dr0AVnA.dpbs

HALL CHARLES - PhD - Professeur Suny college of environnemental science - State university of New York -

« Environ 2/3 des orateurs (du congrès international de géologie 08/2008) exprimaient un rejet complet des conclusions du GIEC. Ceci a été un choc pour moi. Je n’avais pas conscience qu’ils étaient si nombreux ».

http://www.theoildrum.com/node/4442

HAPPER WILLIAM - PhD - Physicien - Professeur de Physique Université de Princeton - ex directeur du Bureau US de recherche sur l’Energie. Auteur de ’The truth about greenhouse gases »

« Le débat climatique est instrumentalisé par les gouvernements. L’impact d’un réchauffement climatique est exagéré».

http://wattsupwiththat.com/2011/08/18/new-gwpf-briefing-paper/

HARDE HERMANN - PhD - Professeur Lasertechnik und Werkstoffkünde Helmut Schmidt Universität Hamburg (D).

"L'influence des émissions de CO2 sur le réchauffement global ne devrait pas dépasser 0,45°c avec une incertitude de 30%, ce qui est 7 fois inférieur aux prévisions du GIEC".

http://meetingorganizer.copernicus.org/EGU2011/EGU2011-45...

HARIG CHRISTOPHER - PhD - Géophysicien - Research Associate - Princeton University (USA)

"Il n'existe aucune certitude sur la cause principale de la fonte des glaces du Groenland".

http://phys.org/news/2012-11-embracing-noise-greenland-co...

HARMON MARK - PhD - Professeur Sciences Forestières - Oregon State University (USA)

"Dans le processus du réchauffement climatique, la quantité de CO2 naturellement libérée par la décomposition de matières organiques dans le sol ne peut être intégrée dans les modèles, et rend ceux-ci aléatoires".

http://www.greencarcongress.com/2011/06/sierra-20110606.html

HARRISON RICHARD - PhD - Physique spatiale - Scientifique en chef Rutheford Appleton Laboratory (GB)

"Nous allons tout droit vers des hivers très rudes, vers un mini âge de glace",

http://www.lefigaro.fr/sciences/2015/07/13/01008-20150713...

HAYDEN HOWARD C. - PhD - Professeur émérite de Physique - Université du Connecticut. - Auteur de « A Primer on CO2 and Climate »

« Les alarmistes du réchauffement global se sont appuyés sur une version pathétique de la science dans laquelle les modèles informatiques ont la préséance sur les données».

http://blog.mises.org/10939/physicist-howard-haydens-one-letter-disproof-of-global-warming-claims/

HAYS ROSS - Sciences atmosphériques – Météorologue - NASA Columbia Scientific Balloon Facility -

« Le débat sur le réchauffement dans l’Antarctique occidental est faussé par la localisation périphérique des stations de mesures, qui ne donnent pas un relevé correct de l’intérieur du continent ».

http://wattsupwiththat.com/2009/01/22/antarctic-warming-part-2-a-letter-from-a-meteorologist-on-the-ground-in-antarctica/

HEISS KLAUS P - PhD – Space engineer ex expert auprès de la NASA - ex Professeur assistant Princeton University.

"L'hypothèse de l'origine humaine des changements climatiques est erronnée, cela est démontré par la stagnation des températures globales dans les dernières années, alors que les émissions de CO2 ne cessent de croître".

http://www.schmanck.de/Heiss.pdf

HELO CHRISTOPH - Dept Sciences de la Terre et des Planètes - Université Mac Gill Montreal (Canada)

"Les volcans sous-marins libèrent beaucoup plus de CO2 dans l'atmosphère que prévu précédemment. Ceci a des implications importantes pour le cycle mondial de CO2"

http://www.physorg.com/news/2011-03-deep-sea-volcanoes-dont-lava.html

HENDERSON DAVID - Économiste - Ex directeur du département Economie et statistiques de l’OCDE

"Une majorité d'économistes considère comme certaine la responsabilité humaine sur les changements climatiques. Ceci n'est pas un bon point de départ, et ils devraient prendre en compte les énormes incertitudes qui subsistent".

http://climateresearchnews.com/2009/03/economists-and-climate-science-a-critique-by-david- henderson/

HERMAN BEN - PhD - Directeur de l’Institut de Physique Atmosphérique - Université de l’Arizona - Expert en Radiation Atmosphérique (USA)

« On prétend que le réchauffement climatique de ces 100 dernières années est dû aux gaz à effet de serre d’origine humaine, avec une certitude de 90%. J’en suis très surpris, sachant que les modèles utilisés sont hautement incertains ».

http://pielkeclimatesci.wordpress.com/2008/08/18/ccsp-dra...herman-of-the-university-of-arizona/

HERRERA VICTOR MANUEL VELASCO - PhD - Géophysicien - Chercheur à Institute of Geophysics - National Autonomous University of Mexico.

« Les prédictions climatiques du GIEC sont erronées, car basées sur des modèles informatiques ne tenant pas suffisamment compte de l’activité solaire. Nous nous dirigeons vers un petit âge glaciaire caractérisé par une sécheresse ».

http://www.dailytech.com/Another+Scientist+Predicts+Global+Cooling/article12711.htm

HERTZBERG MARTIN - PhD - Chimie Physique - Ex météorologue US Navy - Expert international en combustion et explosions.

"Les preuves scientifiques montrent que la théorie du réchauffement climatique causé par les activités humaines est complètement fausse".
http://www.summitdaily.com/article/20091107/COLUMNS/911069993

HISSINK LOUIS - MSc - Géologue - ex consultant Western Mining Group - recherches dans la physique des plasmas.

"La science du climat diffusée par le GIEC ignore totalement les millions d'ampères générés par les 'courants de Birkeland'. Cette source d'énergie peut expliquer le réchauffement récent".
http://fgservices1947.wordpress.com/

HOLLARS DENNIS - PhD - Astrophysicien - Physique des plasmas - Etude et production de cellules solaires.

"Même s'il y avait un réchauffement climatique à l'échelle planétaire, nous n'en maîtrisons pas suffisamment les paramètres pour déterminer quelle en est la cause".

http://blogs.mercurynews.com/vindu/2007/01/23/big-week-for-global-warming-news/

HONG FUHAI - PhD - Professeur d'Economie - Université Technologique de Nanyang (Singapour)

"Il semble que les médias et les organisations environnementales ont tendance à accentuer ou même exagérer les dommages causés par le changement climatique".

http://ajae.oxfordjournals.org/content/early/2014/02/24/a...

HORMES ANNE - PhD - Ex professeur associée en géologie du quaternaire - Centre Universitaire du Svalbard (N)

« Il y a une forte corrélation entre la masse glaciaire dans les Alpes suisses, et la variabilité de l’activité solaire. Cette influence sur les masses glaciaires est bien plus importante qu’estimée auparavant ».

http://westinstenv.org/palbot/2008/01/19/the-role-of-solar-activity-on-holocene-glacier-length-variability-in-the-swiss-alps/

HORN ART - Météorologue - Professeur de météorologie Naugatuck Valley Community collège - collaborateur de programmes météo radio-tv (USA)

« Les modèles informatiques ne sont pas des preuves. Leurs résultats dépendent des paramètres qui y sont programmés »

 http://www.energytribune.com/articles.cfm/2665/The-End-of-Global-Warming

HOVLAND MARTIN- MSc - PhD - Géologie marine - Météorologie - Reviewer IPCC AR4 et AR5 - ex Professeur Centre de Géobiologie Université de Bergen (N)

"Le réchauffement climatique annoncé a en fait régressé au cours des dernières années. A sa place, nous avons des températures normales et à certains endroits plus basses que la normale".

http://www.abcnyheter.no/meninger/borger/2012/05/18/klima...

HOYT DOUGLAS V.- MS - Climatologue - Physique du Soleil.

« On peut relever la concordance historique entre l’activité solaire et le climat de la Terre ».

http://www.warwickhughes.com/hoyt/climate-change.htm

HUGHES TERRY Glaciologue -Professeur émérite dept Sciences de la Terre - Institut sur les changements climatiques - Université du Maine.

"Les chercheurs et les hommes politiques s'entendent pour créer la peur d'une catastrophe climatique qui n'arrivera jamais. (...) La majorité des scientifiques travaillant sur le climat sont disposés à prostituer leur science en donnant aux politiciens ce qu'ils attendent pour gagner des votes.

http://www.thecollegefix.com/post/20751/

HULME MIKE - Professeur de sciences environnementales East Anglia University (UK) - ex directeur du Tyndall Centre for Climate Change Research. Lead author IPCC AR3- Auteur de « Why we disagree about climate change »

« Il est devenu difficile de distinguer les arguments politiques des arguments scientifiques sur les changements climatiques dus aux activités humaines. La qualité du débat aussi bien politique que scientifique en souffre».

(est cependant d’accord avec le caractère anthropique des changements climatiques)

http://online.wsj.com/article/SB10001424052748704107104574571613215771336.html

HUMLUM OLE - PhD - Professeur Physical Geography Institute of Géosciences - University of Oslo (N) – University of Svalbard – Dép de Géologie,

«Les variations de la température de surface des océans précèdent de 11 à 12 mois les variations du CO2 atmospherique, Les émissions humaines de CO2 n'ont pas d'influence dans ces variations ».

http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0921818...

HUNT WILLIAM - PhD - Professeur associé North Carolina State University (USA) - Honorary Research Fellow University of Auckland (NZ) – Research Scientist National Oceanic and Atmospheric Administration - Auteur de “Global Warming Challenged”

"Des scientifiques et les activistes ont sauté dans le train du réchauffement climatique, avec la perspective d'obtenir des subventions pour leurs recherches et les projecteurs des médias".

http://www.newswithviews.com/NWVexclusive/exclusive113.htm

HUTTL REINHARD- PhD - Directeur Scientifique du German Research Center for Geosciences - Potsdam - Président du German Academy of Science and Engineering (D).

« Les scientifiques devraient pouvoir se détacher de leurs théories et les réviser au vu des nouvelles découvertes. La recherche (climatique) doit être basée sur des certitudes, et non sur des croyances. Trop de scientifiques veulent aujourd’hui faire de la politique ».

http://blogs.telegraph.co.uk/news/jamesdelingpole/1000324...do-know-its-all-over/

IDSO CRAIG - PhD - Géographe - Center for Study of carbon dioxid and global Change.

« Le réchauffement global est causé par l’augmentation de l’activité solaire et les variations du champ magnétique ».

http://co2climate.e-monsite.com/rubrique,le-role-du-soleil,406638.html

ITOH KIMINORI - PhD - Professeur de Chimie/Physique de l’Environnement Université Yokohama. Co-auteur du livre « Lies and traps in the Global Warming affairs ». Ex réviseur expert auprès du GIEC AR4

« La peur du réchauffement causé par l’homme est le pire scandale de l’histoire. Lorsque les gens connaîtront la vérité, cela fera des déçus de la science et des scientifiques ».

http://pielkeclimatesci.wordpress.com/2008/06/17/guest-weblog-by-dr-kiminori-itoh-of-yokohama-national-university/

IZRAEL YURI - Vice-président du GIEC jusqu‘en 2008- Conseiller scientifique auprès du gouvernement russe -ex vice-président de l’Organisation Météorologique Mondiale - ex director of the Institute of Global Climate and Ecology Russian Academy of Sciences.

« Il n’y a aucun lien prouvé entre réchauffement global et activités humaines ». (05/2005)

http://en.rian.ru/analysis/20050623/40748412.html

JACKSON TERRI – MSc - Physicienne - Climatologue - Independant Climate Research Group (GB)

« La Terre est maintenant entrée dans une période de refroidissement global qui durera au moins 20 ans ».

http://www.belfasttelegraph.co.uk/news/environment/pouring-cold-water-on-global-warming-14299972.html

JACOBS ALBERT F. - Msc - Géologue - Ex directeur de Friends of Science Society (Canada)

« Le réchauffement climatique causé par l’homme est un dogme (…) Les corrélations historiques et géologiques entre les courbes de température et les taux de CO2 ne permettent pas de déterminer où se trouve la cause et où est l’effet ».

http://www.friendsofscience.org/assets/files/documents/07.pdf

JANSSENS JAN Spécialiste du soleil - Services météorologiques de l'Espace - Solar Terrestrial Centre d'excellence (B)

"Le GIEC exerce un monopole dans le domaine de la climatologie (...) Contester ses conclusions peut signifier pour les scientifiques concernés la remise en cause de leur crédibilité et de leur carrière".

http://users.telenet.be/j.janssens/Klimaat/Commentaarmedi...

JAWOROWSKI ZBIGNIEW - Physicien - Ex chercheur Biophysical Group of the Institute of Physics, University of Oslo; the Norwegian Polar Research Institute and the National Institute for Polar Research in Tokyo - ex président du laboratoire central des Nations Unies sur les effets radiologiques.

« Toute la théorie sur l’influence humaine sur le réchauffement global, et ses conséquences scientifiques, politiques et économiques, est basée sur les études des carottes glaciaires qui donnent une fausse idée des niveaux de CO2 atmosphérique ».

http://www.warwickhughes.com/icecore/zjmar07.pdf

JELBRING HANS - PhD - Climatologue - Section Paléogéophysique et Géodynamique - Stockholm University (S)

« Les principes scientifiques de base démontrent que le réchauffement climatique n’est pas causé par les gaz à effet de serre d’origine humaine ».

http://www.tech-know.eu/NISubmission/pdf/Politics_and_the_Greenhouse_Effect.pdf

JENSEN DENNIS - PhD - Physique et Science des Matériaux - Ex chercheur au CSIRO - Chercheur et Analyste Defence Science and Technology Organisation (AUS)

"Il y a une grande incertitude sur le fait que les activités humaines modifient le climat mondial".

http://www.dennisjensen.com.au/media/opinion-pieces/22/let%E2%80%99s-skip-the-politics-of-fear-and-discuss-what-really-works

JOHANNESSEN OLA - Océanographe - Président de l’Académie pour la recherche polaire - Professeur à l’Université de Bergen (N)

« Pour ce qui concerne la fonte des glaces, il faut compter avec la variabilité naturelle et ne pas tout attribuer au réchauffement climatique ».

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5inGfVX69zbp-Gs4_y0FEdtLKMLeA

JOHNSON CLAES - PhD - Professeur en Mathématiques appliquées et modélisations - Royal Institute of Technology (S)

« Le climat global dépend de l’interaction atmosphère-océans, du rayonnement solaire, des forces gravitationnelles entre la Terre et la Lune et de la rotation de la Terre. L’influence du CO2 est une pure fiction ».

http://www.csc.kth.se/~cgjoh/climatethermoslayer.pdf

JOHNSON MARK - Météorologue - WEWS TV.

"Le réchauffement climatique est moins rapide que ce qui nous avait été annoncé, et n'est pas la cause de conditions météo extrêmes. La méthodologie utilisée et les conclusions qu'on en tire sont inexactes".

Mark Johnson - Météorologue - WEWS TV.

http://saintignatiuseye.org/2014/01/31/mark-johnsons-talk...questions/

JOHNSTONE JAMES A, - PhD - Climatologue - Joint Institute for the Study of the Atmosphere - University of Washington.

"Le réchauffement constaté sur la côte et les eaux de surface du Pacifique Nord Est depuis le début du XXe siècle est le résultat de changements de la circulation atmosphérique, et non à l'effet de serre dû aux émissions de CO2".

http://www.pnas.org/content/early/2014/09/16/1318371111.a...

JUVIGNE ETIENNE - ex Professeur de Géologie du Quaternaire - Université de Liège (B)

"Au cours du XXe siècle, l'accroissement du CO2 a été exponentiel, mais il y eut des périodes pendant lesquelles la température a stagné ou diminué. Les gaz à effet de serre ne sont pas nécessairement le générateur principal des variations climatiques".

http://www.laicite-herstal.be/activites/juvigne.html

KALMANOVITCH NORM ***

http://www.au.agwscam.com/pdf/Climate%20Sceptic%20Turns%2...

KAPITSA ANDREI - Géographe - Géologue - Spécialiste de l’Antarctique - Membre de l’Académie des Sciences de Russie.(+)

« Les théoriciens de Kyoto ont mis la charrue avant les bœufs. (L’étude des carottes glaciaires démontre que) c’est le réchauffement global qui est la cause de hauts niveaux de CO2 dans l’atmosphère et non l’inverse ».

http://www.hindu.com/2008/07/10/stories/2008071055521000.htm

KARLEN WIBJORN - PhD - Professeur émérite de Géographie physique et de Géologie du Quaternaire Université de Stockholm.(S)

« Les propositions visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre pour contrôler les températures n’ont aucun sens »

http://www.rediff.com/money/2009/dec/08prove-humans-caused-global-warming-say-experts.htm

KARLINE LEV - Recteur de l’université d’Hydrométéorologie de Saint-Petersbourg. (RUS)

 

«  Les modifications climatiques (…) s’expliquent essentiellement par les liens Soleil-Terre l’activité solaire et d’autres facteurs. Il y a tout lieu de penser que les prévisions sur un réchauffement climatique ne vont pas se réaliser ».

http://fr.rian.ru/science/20090516/121600906.html

KARLSTROM ERIC T. - PhD - Professeur de Géographie Physique et Environnementale - State University of California.

"L'hypothèse de la responsabilité humaine dans le réchauffement climatique est maintenant réfutée par beaucoup de scientifiques dans le monde".

http://www.naturalclimatechange.us/

KARNER OLAVI - PhD - Tartu observatory - dept of atmospheric physics - (Estonia)

« L’irradiance solaire a un rôle prépondérant sur les variations de température de la troposphère. Il n’y a aucune influence humaine sur les changements climatiques ».

http://www.aai.ee/~olavi/2001JD002024u.pdf

KASER GEORG - PhD - Glaciologue - Professeur Institute of Meteorology and Geophysics Université Innsbruck (A) Lead Author IPCC AR4.

"Le réchauffement climatique n'est pas responsable du recul du glacier du Kilimandjaro. Le motif est le changement du régime des précipitations de neige dû à la déforestation".

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/f/fiche-article-les...19504.php

KATZ JONATHAN- PhD - Physicien - Professeur de Physique Washington University.

"La coïncidence du réchauffement climatique récent avec l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre suggère, mais ne prouve pas un lien de causalité. Nous ne savons pas prédire le climat futur, et ne pourrons pas le faire dans un avenir prévisible".

http://wuphys.wustl.edu/~katz/climate.html

KAUFFMAN JOEL M - PhD - Professeur émérite de Chimie Organique Université des Sciences de Philadelphie.

"Il n'existe aucun lien entre les récents niveaux de CO2 et les températures atmosphériques".

http://www.lewrockwell.com/orig8/kauffman5.html

KEALEY TERENCE - BS - Biochemistry - Vice Chancellor University of Buckingham.

"Les scientifiques du GIEC qui diffusent la théorie du réchauffement climatique ne voient aucune contradiction entre la partialité de leurs arguments, et leur responsabilité devant la vérité".

http://wattsupwiththat.com/2010/12/29/terence-kealey-what...

KEAR DAVID - Géologue - ex directeur du département de recherches scientifiques et industrielles de Nouvelle Zélande.

« Je n’approuve pas l’idée que le réchauffement global soit le fait de l’homme ».

http://www.rotoruadailypost.co.nz/news/scientist-says-climate-change-is-science-fiction/976760/

KEEN RICHARD - PhD - Climatologue - Professeur adjoint dept des Sciences Océanographiques et Atmosphériques - Université du Colorado- (USA)

« La température terrestre s’est refroidie depuis 1998, en contradiction avec les prévisions du GIEC ».

http://greenfyre.wordpress.com/2008/10/25/climate-change-and-picking-cherries-with-richard-keen/

KEENAN DOUGLAS J - Mathématicien - Spécialiste en analyse des statistiques.

"Le GIEC fait une erreur fondamentale dans la façon d'analyser les données climatiques, et tire des conclusions sur l'importance des changements de température fondées sur une hypothèse de base insoutenable".

http://wattsupwiththat.com/2011/04/06/warming-or-cooling-heads-or-tails/

KELLER WILLIAM E- PhD - Physicien - ex collaborateur Low Temperature Physics Group - Los Alamos National Laboratory.

"S'il est vrai que la condensation de CO2 dans l'atmosphère est en augmentation, il ne représente que 0,04% des gaz atmosphériques. Une étude récente estime que la contribution du dégazage des océans est plus importante que l'augmentation dûe aux activités humaines".

http://www.santafenewmexican.com/opinion/my_view/article_...

KELLOW AYNSLEY - PhD - Professeur Université de Tasmanie - Spécialiste en politique environnementale - ex contributing author auprès du GIEC AR4 . (AUS)

"Le 'Climategate' a mis en évidence la pression exercée par des membres influents du GIEC sur les éditeurs, mais aussi la rétention de données. Cela mène à de graves problèmes de fiabilité scientifique".
http://blog.sethroberts.net/2009/12/06/aynsley-kellow-on-climategate/

KELLY ANTHONY-Professeur University of Cambridge - Dept of Materials Science and Metallurgy."Le net ralentissement du réchauffement global remet en question le rôle du CO2 comme facteur prépondérant des changements climatiques, comparé notamment à l'irradiance solaire".

http://multi-science.metapress.com/content/k787m96x7127j8...

KELLY MICHAEL - PhD - Professeur University of Cambridge (UK) - Solid State Nanoscale Science

"Il faut être prudent dans le débat climatique, quand des milliards de dollars risquent d'être investis à tort. Il y a un scepticisme de principe à adopter sur les causes du réchauffement global".

http://www.climateconversation.wordshine.co.nz/2011/06/prof-kelly-shows-the-middle-way/

http://www.dailymail.co.uk/news/article-2995239/Why-Royal-Society-wrong-climate-change-devastating-critique-world-s-leading-scientific-organisation-one-Fellows.html

KEMM KELVIN - PhD - Diplômé en physique nucléaire.- CEO Stratek Business Strategic Consultants (SA)

« Dès le début, le GIEC fut plus une entité politique que scientifique. Pourtant, la grande majorité des scientifiques y sont compétents, mais ce que le public voit est une version filtrée et approuvée par les représentants des gouvernements ».

http://www.engineeringnews.co.za/article/india-challenges-global-warming-fears-2008-07-25

KETTLEY JOHN - Ex météorologue au UK Meteorological Office - Météorologue à la BBC.

"Le climat change, parce qu'il a toujours changé. Personne ne peut prévoir l'évolution future du http://radicholeva.wordpress.com/2010/04/26/a-stormy-conversation-with-weatherman-john-kettley/

KHANDEKAR MADHAV - PhD - Météorologue - ex chercheur en sciences de l’environnement du Canada. - Ex examinateur expert du GIEC (2007)

« Le débat actuel au niveau mondial sur le réchauffement climatique est dénué de presque tout aspect scientifique et a été politisé. Un débat libre et ouvert serait bénéfique ».

http://pielkeclimatesci.wordpress.com/2011/05/11/guest-we...rise%E2%80%99-by-madhav-khandekar/

KHILYUK LEONID - PhD - Professeur d’Engineering et modélisation Southern California University - Secrétaire Scientifique Académie des Sciences Naturelles (Russie)

« Les océans dégagent de grandes quantités de CO2 suite à l’augmentation de la température globale. La cause et l’effet du réchauffement climatique sont mal compris par de nombreux scientifiques ».

http://www.informaworld.com/smpp/content~content=a713849842

KININMONTH WILLIAM - Msc - Météorologue - ex Directeur du Australian National Climate Centre - ex représentant de l’Australie à l’Organisation Météorologique Mondiale. Auteur de « Climate Change, a natural hazard »

« Les modèles climatiques du GIEC sont simplistes. Ils occultent les facteurs naturels comme notamment l’activité solaire ».

http://www.multi-science.co.uk/climatechange.htm

KIRKBY JASPER - Physicien des particules - CERN (Centre Européen de Recherche Nucléaire)

« Le réchauffement climatique constaté le siècle dernier peut être expliqué en partie ou en totalité par le rayonnement solaire ou cosmique ».

http://www.nationalpost.com/news/story.html?id=975f250d-ca5d-4f40-b687-a1672ed1f684

KIRTEK JR - Météorologue - Membre de American Meteorological Society -

« Le film d’Al Gore -Une vérité qui dérange- n’est pas un documentaire. Un documentaire doit présenter les faits objectivement sans éditorial ou insertion de séquences de fiction ».

http://www.review-mag.com/archive/680- 689/686/weather_forecasters_mixed_views_global_warming.htm

KLOTZBACH PHILIP J. - PhD - Dept Atmosphéric Science Colorado State University .

« Il subsiste des incohérences importantes entre les températures relevées au niveau du sol ou au niveau océanique, et les enregistrements par satellites ».

http://scienceandpublicpolicy.org/images/stories/papers/reprint/alt_explanation.pdf

KNAPPENBERGER PAUL C - MS Environmental Sciences - ex chercheur Virginia State Climatology Office

"Notre compréhension du fonctionnement du climat terrestre est incomplète. De nombreux processus sont trop complexes que pour être introduits dans les modèles utilisés".

http://www.masterresource.org/2009/01/global-warming%E2%80%94not-all-it-is-made-out-to-be/

KNIGHT PAUL - Météorologue - Climatologue de l’Etat de Pennsylvanie - Pennsylvania State University Dept Météorology (USA) -

« La modélisation de l’évolution climatique en est encore dans ses balbutiements. Elle ne prend pas en compte des mécanismes très importants tels que l’ennuagement ».

http://www2009.ems.psu.edu/WeatherWorld/people/soundoff/knight/soundoff.html

KNORR WOLFGANG - Professeur au Département des sciences de la Terre - Bristol University (UK).

« Les données récentes montrent que le rapport entre la fraction atmosphérique de CO2 et la fraction émise par les activités humaines est resté stable depuis 1850 ».

http://www.wunderground.com/blog/GetReal/comment.html?entrynum=167&theprefset=BLO GCOMMENTS&theprefvalue=100

KOELLE DIETRICH - Physicien - Applications satellitaires - Technical University Berlin - Directeur Etudes Avancées MBB Munich.

"Seul le GIEC prévoit une augmentation des températures d'ici 2100, se basant uniquement sur les émissions de CO2. Les phénomènes naturels cycliques n'ont pas été pris en compte dans les modèles climatiques".

http://notrickszone.com/2015/02/02/german-analysis-curren...

KOERMER JAMES P - PhD - Météorologue - ex Directeur de Atmospheric Sciences US Air Force - Professeur de Météorologie Plymouth State University.(USA)

"L'hystérie du réchauffement global est basée sur des prédictions non établies de modèles climatiques, eux- mêmes bâtis sur des processus approximatifs de phénomènes physiques extrêmement complexes"

http://goliath.ecnext.com/coms2/gi_0199-7599803/Climate-change-dissenters-excerpts- from.html

KOMITOV BORIS - PhD - Institute of Astronomy - Bulgarian Academy of Sciences

"La tendance au réchauffement climatique après 1975 est plutôt consécutive à l'activité solaire qu'aux activités humaines".
http://en.scientificcommons.org/58962306

KOONIN STEVEN E - PhD - Physique théorique- Directeur du Centre pour la science Université de New York. Ex sous-secrétaire pour la science du gouvernement Obama."Le climat change et a toujours changé. (...) Même si l'influence humaine peut avoir de notables conséquences, elle est peu de chose au vu de l'ensemble du système climatique".

http://www.wsj.com/articles/climate-science-is-not-settle...

KOTLYAKOV VLADIMIR- PhD - Glaciologue - Géographe - Directeur Institut de Géographie de Moscou - Académie des Sciences Sciences de l'Univers .

"Il n'y a aucune raison d'affirmer que le réchauffement climatique va se poursuivre. Les premiers signes d'un refroidissement sont déjà présents, et la tendance pourra s'accentuer dans les prochaines années".

http://www.thehindu.com/opinion/op-ed/down-to-minus-45/ar...

KOUFFELD ROB - PhD - Professeur émérite Energie - Technical University Delft (NL)

"Le rôle du CO2 d'origine humaine est mineur dans l'évolution du climat terrestre".

http://www.youtube.com/watch?v=I7c_TtaeBhA

KRAMM GERHARD - PhD - Géophysicien - Atmospheric Science Group of Geophysical Institute - University of Alaska.

"L'influence de l'effet de serre comme cause des changements climatiques est un mythe basé sur des modèles erronnés et des assimilations incluant une 'température globale' simpliste".

http://www.gi.alaska.edu/~kramm/

KROONENBERG SALOMON - PhD - Géologue - ex Professeur de Geologie Université de Delft (NL)

« Depuis 1998, la température moyenne s’est globalement stabilisée, alors que les émissions de CO2 anthropique dans l’atmosphère se sont poursuivies. Ceci n’est pas conforme aux prédictions du GIEC ».

http://climategate.nl/2010/10/05/interview-salomon-kroonenberg-delft-integraal/#more-5027

KUKLA GEORGE - Paléoclimatologue - Professeur émérite de climatologie Columbia university - Chercheur au Lamont-Doherty Earth Observatory (USA)

« Toutes les périodes glaciaires ont commencé par une élévation de la température globale. Le récent réchauffement est naturel et précède un nouvel âge glaciaire ».

http://www.gelfmagazine.com/archives/an_unrepentant_prognosticator.php

KUNDZEWICZ ZBIGNIEW - PhD - DSc - Geophysicien - Potsdam Institute of Climate - Professor of Earth Sciences - Lead Author IPCC -

"Il n'est pas possible d'attribuer les tendances d'inondations d'origine pluviale au changement climatique d'origine humaine (...) Nous ne pouvons avoir qu'une confiance limitée dans les projections de l'évolution de l'amplitute ou de la fréquence des inondations résultant du changement climatique. (cfr AR5 IPCC).

http://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/02626667.2013...

KUSANO KANYA - Physicien - Directeur de la Japan Agency for Marine & Earth Science & Technology.

« Les rayons cosmiques modulés par les cycles magnétiques solaires, pourraient avoir un impact à grande échelle sur le climat terrestre (…) Le réchauffement climatique causé par l’homme reste une hypothèse indémontrable».

http://www.theregister.co.uk/2009/02/25/jstor_climate_report_translation/page3.html

 

http://environmentalrepublican.blogspot.com/2005/03/kyoto-debunked-again.html

LEBLANC SMITH GUY - PhD - ex Principal Research Scientist Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (AUS)

"(Pour ce qui concerne les changements climatiques) je reste convaincu que la preuve ne peut reposer sur des hypothèses, et que l'humanité n'a aucun contrôle sur les changements climatiques.

http://www.garnautreview.org.au/ca25734e0016a131/WebObj/D...DrGuyLeBlancSmith/$File/D08%2041990%20Response%20to%20iss...

LEGATES DAVID - PhD -Climatologue - Professeur associé de Géographie et Sciences Océaniques Université du Delaware.- ex Delaware State Climatologist (USA)

« Les études actuelles montrent en fait peu de signes d’une empreinte humaine dans les changements climatiques ».

http://www.agu.org/pubs/crossref/1997/97GL02207.shtml

LE GOFF JACQUES - Agrégé d’histoire - Spécialiste du Moyen-Age.

« Aujourd’hui l’écologie, la peur du réchauffement climatique engendrent des visions de transes et de cauchemars comme au Moyen-Age la peur du diable, de l’antéchrist ou de la fin du monde ».

http://blog.passion-histoire.net/?p=5213

LEHR JAY - PhD - Sciences de l’environnement - Science director of Heartland Institute (USA)

« L’impact des activités humaines sur les changements climatiques est insignifiant. Mais cela a généré une activité industrielle déficitaire, qui ne survit que par les subventions dont elle profite ».

http://www.mannkal.org/downloads/scholars/global-warming.pdf

LEIGHTON-STEWARD H - BS - MS - Géologue environnementaliste - ex cadre industrie énergétique.

"Il existe des corrélations entre la température terrestre et des facteurs naturels (taches et cycles solaires, variations magnétiques et courants océaniques) bien meilleures que la corrélation entre climat et les niveaux de CO2"

http://www.wnd.com/2011/12/376005/

LE MOUËL JEAN-LOUIS - Géophysicien - Physicien émérite à l’institut de physique du globe - ex président de la société géologique de France.

« Le réchauffement global créé par l’homme n’est qu’une hypothèse parmi d’autres (…) La question climatique est trop complexe pour que lui soit appliquée une réponse définitive ».

http://www.knowtex.com/nav/vincent-courtillot-et-jean-louis-le-mouel-defendent-le-role-du-soleil_15560

LENOIR YVES - Chercheur à l’Ecole Nationale Supérieure des Mines - Laboratoire d’Automatique des Systèmes (F) Ex membre de Greenpeace - Militant écologiste - Auteur de « Climat de Panique ».

« Les changements climatiques doivent peu à l’effet de serre. Le GIEC génère sa propre légitimité et bâtit des projets scientifiques destinés d’abord à lever des fonds ».

http://www.dissident-media.org/infonucleaire/climat.html

LEONOV YURI - Directeur Institute of Geology - Russian Academy of Sciences.

"L'impact des activités humaines sur les changements climatiques sont si minimes qu'on peut les assimiler à une erreur statistique".

http://en.rian.ru/analysis/20070928/81541029.html

LE PAIR KEES- PhD - Physicien - ex Directeur Stichting voor de Technische Wetenschappen (NL)

"Les émissions humaines de CO2 ne contribuent pas significativement aux variations climatiques, aucune preuve scientifique ne cautionne cette théorie".

http://www.clepair.net/climate%20change.html

LEROUX MARCEL - PhD - Climatologue - Professeur émérite de Climatologie à l’Université Lyon lll- ex Directeur du Labo de Climatologie, Risques et Environnement du CNRS (F) (+).

« L’effet de serre n’est pas la cause du réchauffement climatique. Le réchauffement global est une imposture scientifique ».

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_2002_num_111_624_1661

LEVITIN ANATOLY - PhD - Directeur du Laboratoire des Variations Géomagnétiques - Institut du Magnétisme Terrestre - Académie des Sciences (Russie)

« Les changements climatiques découlent d’un processus naturel soumis à des cycles. Les activités humaines y ont un apport négligeable ».

http://en.rian.ru/analysis/20100715/159827763.html

LEWIS HAROLD - Physicien - professeur émérite University of California (Santa Barbara) - Membre démissionnaire de l’American Physical Society.

« (Le scandale du réchauffement global) est la plus grande et la plus efficace fraude pseudo scientifique que j’ai pu voir dans ma carrière de physicien, portée par les milliards de dollars de la corruption scientifique ».

http://qbit.cc/physics-professor-harold-lewis-calls-global-warming-pseudoscientific-fraud-resigns-from- american-physical-society/

LEWIS JOHN D - PhD - ex professeur associé en Philosophie, Politique et Economie Duke University (USA)

"Aujourd'hui, de nombreux scientifiques contestent la responsabilité de l'homme dans un désastre climatique. Les politiciens poursuivent une autre orientation, guidés par une morale fondée sur le sacrifice, promulguant des lois qui imposent cet 'idéal' ".

http://www.capitalismmagazine.com/science/climate-science/5412-rational-science-versus-sacrificial-politics.html

LEWIS MARTIN W - - BSc Etudes environnementales - Maître de conférence dépt Histoire Université de Stanford

"En citant des exagérations grotesques, des reportages trompeurs (...) les extrémistes verts discréditent leur propre cause sur les changements climatiques".

http://thebreakthrough.org/index.php/journal/issue-4/the-education-of-an-ecomodernist

LI JIANPING Directeur du State Key Laboratory de Modélisation Numérique pour les Sciences atmosphériques et Les Dymaniques Géophysiques des Fluides à  l’Institut des Sciences Atmosphérique de l’Académie des Sciences Chinoise à Pékin.

"La température de l'hémisphère Nord va baisser doucement au cours des prochaines décennies".

http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/environnemen...

LINDZEN RICHARD S. - PhD - Titulaire chaire météorologie Massachusets Institute of Technologie - ex lead author IPCC 2001 AR3

« En dépit de toute la mise en scène sur le réchauffement climatique, de plus en plus de gens réalisent que statistiquement, les températures moyennes du globe n’ont pas augmenté de façon significative depuis la fin des années 90 »

http://wattsupwiththat.files.wordpress.com/2009/10/cooler_heads_lindzen-talk-pdf.pdf

LINK PETER- PhD - Géologue – Paléoclimatologue

"L'affirmation selon laquelle le CO2 émis par l'homme est une cause majeure du réchauffement climatique n'est soutenu par aucune preuve scientifique valable".

http://www.evergreenteaparty.com/home/?p=1035

LINO GERALDO LUIS - Géologue - auteur de « the global warming fraud »

« Des sommes énormes ont été gaspillées pour imposer l’idée que le réchauffement climatique était causé par les activités humaines. Le seul problème est que cette théorie n’est pas appuyée par la méthode scientifique ».

http://climaterealists.com/index.php?id=6528

LIN ZHEN SHAN - Université normale de Fujian - Collège de Géographie -(China)

"Le réchauffement climatique a beaucoup de causes controversées, naturelles ou d'origine humaine. Toutes des questions doivent encore être définies".

http://www.google.be/search?sourceid=navclient&hl=fr&...8&rlz=1T4GGLR_frBE284BE285&q=lin+zhen+shan#q=lin+...&bih=480

LLOYD PHILIP - Ingénieur chimiste - Research Professor Energy Institute University of Technology Cape Town (SA) - ex coordinating lead author IPCC,

« La quantité de CO2 que nous produisons est insignifiante au vu des échanges naturels air-eau-sol. Les résumés (du GIEC) ont distordu la science. Le processus est tellement vicié que le résultat équivaut à une fraude ».

http://www.businessday.co.za/Articles/Content.aspx?id=87726

 

http://multi-science.atypon.com/doi/abs/10.1260/0958-305X.26.3.417

 

LOBERT GERHARD - Physicien - Ex project leader of Aeronautics (D)

"Le changement climatique est piloté par l'activité solaire, et non par les émissions de CO2".

http://jennifermarohasy.com/2009/03/atmospheric-greenhous...

LOEHLE CRAIG - Docteur en Ecologie Mathématique - National Council for Air and Stream -

« Dans le cadre d’une étude sur 2000 ans, le réchauffement climatique récent est conforme à la tendance naturelle, semblable à la période de réchauffement médiéval. Il entre parfaitement dans la tendance naturelle des réchauffements et refroidissements climatiques. »

http://wattsupwiththat.com/2010/09/28/loehle-vindication/

LOMBORG BJORN - PhD - Political Science - Professeur adjoint Copenhagen Business School Auteur de « Cool it »

"Bon nombre de mesures actuellement envisagées pour stopper le réchauffement climatique vont coûter des centaines de milliards de dollars, et sont souvent basées sur des facteurs émotionnels et non sur des hypothèses strictement scientifiques".

http://lomborg.com/

LOUKINE VALERI - Glaciologue - Directeur adjoint Institut russe de Recherches Arctiques et Antarctiques.

"L'Europe entière postule l'existence d'un réchauffement climatique dû à l'augmentation des gaz à effet de serre. Mais les chercheurs occidentaux se fourvoient".

http://french.ruvr.ru/2013_05_06/Le-rechauffement-climati...

LOVELOCK JAMES Sciences de l'atmosphère - Militant écologique - Auteur de la théorie "Gaïa". "J'ai cessé d'être un alarmiste sur le réchauffement climatique. Le changement climatique ne se déroule pas comme prévu. La température globale est stable depuis le début du millénaire, malgré l'augmentation du CO2 atmosphérique".

http://www.jameslovelock.org/new10.html

LOWE JONATHAN - BSc - Analyses statistiques appliquées à la météo.

"Il y a une relation claire entre la couverture nuageuse et la température de la journée. En Australie, l'ennuagement a diminué depuis 1950, tandis que la température augmentait en conséquence".
http://gustofhotair.blogspot.com/

LÜDECKE HORST-JOACHIM– PhD - Physicien – Professeur émérite de Processus Informatiques – Hochschule für Technik und Wirtschaft des Saarlandes (D)

“Le soleil est sans doute le principal responsable des variations de température constatées aux XIXe et XXe siècle”

http://climaterealists.com/attachments/ftp/Lu_ArXiv_EuE.pdf

LÜNING SEBASTIEN - PhD - Géologue - Paléontologue - co-auteur du livre "Die Kalte Sonne".

"La température globale a cessé d'augmenter depuis 1998".

http://wattsupwiththat.com/2012/02/13/german-skeptics-luning-and-vahrenholt-respond-to-criticism/

LUPO ANTHONY - PhD - Physicien - Professeur de Sciences de l’Atmosphère - Université du Missouri - Membre de l’American Meteorology Society. Reviewer IPCC AR4

« Je ne crois pas qu’il y ait des preuves valides pour accuser l’influence de l’activité humaine sur le réchauffement climatique ».

http://www.pitch.com/kansascity/sure-global-warming-has-skeptics-but-how-many-teach-science-at-mizzou/Content?oid=2189236

MACDONALD JAMES - Météorologue - ex Chief Meteorologist for Travelers Weather Service.

"Les modèles climatiques sur lesquels se fondent les sombres prédictions qui découleraient du réchauffement climatique contiennent des hypothèses erronées et ne tiennent pas compte de nombreuses variables naturelles qui régissent notre climat".

http://sppiblog.org/tag/james-macdonald

MAGNUSON JOHN - - PhD - Systèmes écologiques des Lacs et Cours d'eau - Professeur émérite Zoologie et Limnologie University of Wisconsin (USA)

"La tendance au réchauffement climatique remonte au minimum à la moitié du XlXe siècle".

http://www.rtflash.fr/climat-tendance-rechauffement-est-ancienne/article

MAKAREVICH PAVEL - Biologiste - Académie des Sciences section biologie marine (Russie)

« Les changements climatiques sont liés à des cycles naturels et à l’activité solaire ».

http://climaterealists.com/?id=4511

MALBERG HORST - PhD - Professeur de météorologie et climatologie - Freie Universität Berlin Institut de météorologie (D)

« Depuis 1998 jusqu’aujourd’hui (2008), la température globale a baissé de 0,2°c, voire 0,3°c, dans l’hémisphère sud, alors que les émissions de CO2 anthropique n’ont fait qu’augmenter ».

http://notrickszone.com/2011/07/08/prof-horst-mahlberg-cl...dominated-by-the-sun/

MALMGREN BJORN - PhD - Professeur émérite en Géologie marine et Paléoclimatologie- Göteborg University (S)

« La fréquence des ouragans sur l’Atlantique a été anormalement faible au cours des années 1970 et 1980. L’augmentation constatée depuis 1995 est un retour à la normale, selon un cycle de 270 ans ».

http://www.nature.com/nature/journal/v447/n7145/edsumm/e070607-11.html

MAMASSIS NIKOS - Sciences de la Terre - Water Resources National Technical University of Athens (Grèce)

« Affirmer que l’homme est responsable des changements climatiques est de la désinformation ».

http://hk-climate.org/

MANGINI AUGUSTO - Physicien de l’Environnement - Expert en Paléoclimat Professeur Université de Heidelberg.

« Je considère la partie du rapport du GIEC qui parle de paléoclimat comme fausse. Je peux en parler en tant qu’expert ».

http://www.faz.net/aktuell/wissen/klima/weltklimabericht-ihr-kennt-die-wahren-gruende-nicht-1433559.html

MANHEIMER WALLACE - Physique Atomique et Moléculaire - ex US Naval Research Laboratory Plasma Physics Division.

"Depuis la fin du XXe siècle, la température moyenne de la Terre est restée globalement constante, apès une période d'environ 30 ans où elle a augmenté d'environ 3/4 d'un degré F. Les modèles climatiques, les simulations et spéculations sont dépourvues de toute justification expérimentale".

http://www.aps.org/units/fps/newsletters/200907/letters.cfm

MANNS FRANCIS T - PhD - Géologue (Canada) – Manager Artesian Geological Research,

"Le climat change et changera toujours. Si il y a corrélation entre l'augmentation de CO2 et un réchauffement climatique, corrélation ne signifie pas automatiquement causalité. Il y a d'autres hypothèses que le CO2 pour expliquer les changements climatiques".

http://energyfanatics.com/2009/04/19/global-warming-causes-effects/

MANUEL OLIVER K – BS, MS, PhD – Space Physics - Chimie Nucléaire - University of Missouri (USA)

« Les changements climatiques sont liés à la variabilité des champs magnétiques solaires ».

http://www.omatumr.com/abstracts2005/The_Suns_Origin.pdf

MARKO ISTVAN E - PhD- Docteur en chimie- Professeur Institut de la Matière Condensée et Nanosciences - Université Catholique de Louvain (B) – co-auteur de “15 vérités qui dérangent”,

"Après 20 ans de recherches, on est très loin d'avoir une réponse sur le rôle du CO2 émis par les combustibles fossiles dans le réchauffement climatique. Affirmer que le taux de CO2 augmente la température du globe est erronné".

http://www.contrepoints.org/2011/12/10/59762-echec-du-sommet-climatique-de-durban-interview-exclusive-du-chimiste-istvan-marko

MAROHASY JENNIFER - PhD - Chercheur associé Centre for Plant and Water Science - Central Queensland University (AUS).

"La climatologie en est à ses balbutiements. Il y a de nombreuses causes aux changements climatiques, et il n'existe aucun consensus à ce sujet".

http://jennifermarohasy.com/about/

MAROTZKE JOCHEM - PhD - Managing Director Max Planck Institute for Meteorology - Professeur honoraire University of Hamburg (D)

"Notre capacité à prédire sans risque l'effet des activités humaines sur le climat pour les années futures est très limité".

http://www.mpg.de/4772346/atlantic_circulation?filter_order=LT&research_topic=UK

MARSH NIGEL - Spécialiste du rayonnement cosmique - Center for Sun-Climate research - Danish National space center (DK)

« Les effets du rayonnement solaire sur les changements climatiques sont historiquement mis en évidence, et sont sans doute prépondérants ».

http://www.lund.irf.se/workshop/abstracts/abstract_oral_marsh.pdf

MARUYAMA SHIGENORI - Géologue - Professeur Sciences de la Terre Tokyo Institute of Technology.

"Les idéologues qui manipulent les alarmistes du réchauffement climatique sont guidés par un désir de contrôle et de manipulation politique et économique. Le mythe du politiquement correct met en danger à la fois la Terre, et les êtres humains qui y vivent".

http://www.ofitexto.com.br/produto/aquecimento-global-.html

MASHNICH GALINA - Physique du Soleil - Institute of Solar Terrestrial Physics - Russian Academy of Sciences

"Les cycles solaires sont responsables des changements climatiques. Nous nous dirigeons maintenant vers un refroidissement".

http://www.nature.com/nature/journal/v436/n7053/full/436897a.html

MASSEN FRANCIS - Physicien - Professeur en Sciences Physiques et Mathématiques (LUX)

"Le problème des changements climatiques a été artificiellement gonflé par les milieux scientifiques, politiques et environnementaux qui tous y voient un intérêt".

http://www.europaforum.public.lu/fr/actualites/2008/09/debat-turmes-massen- oberweis/index.html

MASSON HENRI - Docteur en Sciences Appliquées - Professeur émérite Université d'Anvers. - co-auteur de “15 vérités qui dérangent”,

"Les commentaires que l'on peut faire sur un morceau de courbe résultant d'une superposition de phénomènes périodiques sont totalement vides de sens, démontrant une fois de plus l'amateurisme des analyses de données effectuées par le GIEC".

 

http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2012/02/07/un-autre-regard-sur-les-anomalies-detemperature-globale.html

MAUE RYAN - Météorologue - Florida State University - Center for Ocean-Atmosphere Prediction Studies.

« Les prévisions alarmistes du GIEC sont infondées ».

http://climateaudit.org/2010/02/11/shoveling-into-the-wind-blizzards-and-global-warming/

MAUNDER JOHN - PhD - Climatologue - ex président de la commission de Climatologie de l’Organisation météorologique mondiale.

« Il est très important de prendre en compte tous les facteurs influant les changements climatiques , et pas seulement l’influence présumée des activités humaines ».

http://sites.google.com/site/climatescience/home

MAYFIELD MAX - MS - Météorologue - Ex directeur du National Hurricane Center (Floride) - Président régional de l’Organisation Météorologique Mondiale.- Spécialiste des tempêtes tropicales et des ouragans

« La récente augmentation de la fréquence des ouragans en Atlantique Nord n’a rien à voir avec le réchauffement climatique, mais bien avec le cycle naturel de l’oscillation Nord- Atlantique ».

http://www.examiner.com/atlantic-hurricanes-in-national/former-hurricane-center-director-global-warming-ruled-out-from-katrina-and-2005-season

McANENEY JOHN - PhD - Sciences de l'Environnement - Directeur Risk Frontiers - Macquarie University (AUS)

"(en Australie) Il n'y a pas d'augmentation du nombre des catastrophes naturelles depuis 1950. Le concept du changement climatique responsable d'une augmentation de phénomènes météorologiques extrêmes est une fiction".

http://www.theage.com.au/environment/climate-change/clima...

McCLENNEY WILLIAM F. - Géologue - ex vérificateur de l’Environnement - Victoria (AUS).

« Après avoir réétudié le problème, j’ai modifié mon point de vue sur l’origine humaine des changements climatiques. Il n’est pas possible que le CO2 anthropique soit à l’origine de ceux-ci ».

http://icecap.us/images/uploads/McClenneyPart_I.pdf

McINTYRE STEPHEN - BSc - Mathématiques - Actif dans les recherches minières - Auteur du blog "Climate Audit" - A collaboré à la dénonciation des erreurs dites "Courbe crosse de hockey"

"La reconstitution des températures des 1000 dernières années est une base importante des conclusions du GIEC. Ces données ont été manipulées, et des données indésirables ont été supprimées".

http://www.climateaudit.info/pdf/mcintyre-scitech.pdf

McKITRICK ROSS - Professeur économie de l’environnement - University of Guelph (Canada)

Reviewer auprès du GIEC AR4.

« Je ne sais pas ce qu’il se passe (au GIEC), mais ce n’est pas de la science ».

http://www.thegwpf.org/images/stories/gwpf-reports/mckitrick-ipcc_reforms.pdf

McSHANE OWEN - Director Centre for Resource Management Studies - Etude des solutions environnementales - (NZ)

« Les théories contestées basées sur les gaz à effet de serre ont engendré la croyance dans un ‘développement durable’ extrêmement coûteux. Admettre leur erreur serait mettre en péril beaucoup de carrières construites sur ces sables mouvants ».

http://breakingviewsnz.blogspot.com/2011/11/owen-mcshane-unwinding-sustainable.html

MEEUS JAN - Astronome - Spécialiste en mécanique céleste - Mathématicien - ex météorologue (B)

"Les températures moyennes ont augmenté d'environ un demi degré sur tout le XXe siècle, et le CO2 libéré dans l'atmosphère a également augmenté. Cela ne signifie nullement que ces deux faits soient liés, ni que les activités humaines soient impliquées".

http://skepp.be/nl/levensbeschouwing-evolutie/skeptisch-k...meeus#.VWnCd9LtlBd

MELNIKOV VLADIMIR - Directeur Russian Institute of Earth Cryosphere

"D'ici 30 ans, c'est un refroidissement climatique et non un réchauffement qui affectera les habitants de la planète".

http://fr.sputniknews.com/international/20150321/10152743...

MERRIFIELD BRUCE - PhD - Physical Organic Chemistry - Member of Visiting Committee for Physical Sciences University of Chicago (USA)

"Le problème du réchauffement climatique mérite une étude approfondie, quoiqu'il apparaisse probable que l'agent principal en soit le rayonnement solaire, et non les activités humaines".

http://www.americanthinker.com/2007/07/global_warming_and_solar_radia_1.html

MEYER SHARON - BS - Météorologue - Director Weather Dept WOAX TV.

"Même si nous arrêtions l'usage de tous les combustibles fossiles, nous n'arrêterions pas les changements climatiques, fluctuations qui ont toujours existé".

http://www.sevendaysvt.com/vermont/weather-or-not/Content...

MIALL ANDREW - PhD-Géologue-Professeur de Géologie Université de Toronto - Ex Président de l'Académie des Sciences du Canada.

"Le mythe du CO2 responsable du réchauffement climatique a largement été répandu par Al Gore et son documentaire de 2006. Or les relevés historiques montrent que le réchauffement climatique précède l'augmentation des niveaux de CO2".
http://www.mcgilltribune.com/news/speaker-on-campus-andrew-miall-discusses-global- warming-myths-1.1627497

MICHAELS PATRICK J - PhD - ex Professeur de Sciences Environnementales de l’Université de Virginie- ex climatologue de l’Etat de Virginie.

« L ‘Antarctique fond de moins en moins depuis 1980, et nous sommes parvenus à un minimum historique de fonte des glaces ».

http://www.forbes.com/sites/patrickmichaels/2012/01/05/is-global-warming-a-bipolar-disorder/

MICHEL FRED - PhD - Directeur de l’Institut des Sciences Environnementales - Professeur associé des Sciences de la Terre - Carleton university (Canada)

« Les changements climatiques sont inévitables. Le climat est en constante évolution et continuera à changer, quoique nous fassions ».

http://www.canada.com/nationalpost/news/story.html?id=e78b213c-f196-4aad-baff-12b91884ddb2&p=2

MIOSSEC ALAIN - Recteur de l’Académie de Rennes - Professeur de géographie université de Nantes - ex directeur de l’Institut de Géographie (F)

« Les photos de Yann Arthus Bertrand sont traumatisantes et sans aucun rapport avec la réalité. Je regrette leur large diffusion dans les écoles ».

http://www.notre- planete.info/actualites/actu_2518_catastrophes_naturelles_geographes_changement_climatique.php

MISKOLCZI FERENC – PhD - Physicien de l’Atmosphère - ex Directeur de Recherche à la NASA.

« L’influence des gaz à effet de serre sur le réchauffement climatique est surestimé par le GIEC. L’excès éventuel de CO2 n’a aucun effet. Il faut rechercher d’autres causes à ce réchauffement ».(est aussi théorie saturation maximale gaz effet de serre)

http://met.hu/idojaras/IDOJARAS_vol111_No1_01.pdf

MOENE ASMUNN - PhD - ex Dirigeant du Norwegian Weather Analyses Centre - Norwegian Meteorological Institute (N)

« Il n’est pas établi comme le prétend le GIEC, que le CO2 soit responsable d’un quelconque réchauffement climatique. Les modèles utilisés par cet organisme sont incapables de simuler les variations de la couverture nuageuse ».

http://home.c2i.net/asmoene/

MOGIL MICHAEL - BS - MS - Météorologie (USA)

"Ceux-là même qui nous disent de ne pas lier les vagues de froid aux changements climatiques, utilisent les vagues de chaleur pour nous démontrer la réalité du réchauffement de la planète".

http://voices.yahoo.com/weather-101-climate-change-revisited-7381898.html?cat=9

MONCE MICHAEL - PhD - Physicien - Professeur de Physique Connecticut College Dept Physics, Astronomy, Geophysics.

"Le réchauffement global constaté depuis 1840 suivait le petit âge glaciaire. Il n'est pas nécessaire de faire intervenir le CO2 émis par l'homme. Je pense que les tendances de la température doivent plus à la variabilité naturelle qu'à des causes humaines".

http://davidappell.blogspot.be/2009/03/you-may-have-seen-...

MOORE PATRICK - PhD - Docteur en science - Président de Greenpeace Canada démissionnaire en 1986- Fondateur de l’organisation de consultance « Greenspirit »(Canada)

« Il n’existe aucune preuve que les activités humaines soient la cause du réchauffement global. Des milliers de scientifiques rejettent cette théorie, basée sur des prédictions découlant de modèles informatiques».

http://www.climatedepot.com/a/9508/Greenpeace-Founder-Dr-...ManMade-Global-Warming-Calls-it-Obviously-a-Natural-Phenomenon

MORNER NIELS-AXEL - PhD - océanographe - professeur émérite paléo géophysique et de géodynamique - université de Stockholm.- Expert-reviewer du GIEC démissionnaire en 02/2012.- Auteur de « The greatest lie ever told ».

« Le GIEC est instrumentalisé à des fins politiques. Sur les 300 dernières années, il existe des variations cycliques du niveau des océans, mais aucune tendance significative ».

http://www.spectator.co.uk/essays/7438683/rising-credulity.thtml

MORRIS JULIAN - MSc - Environment and Resource Economics - Visiting Professor of Economics - University of Buckingham.

"Le climat semble être un système chaotique dont nous ne pouvons modéliser toutes les variables. Au vu de l'incertitude de l'effet des gaz à effet de serre sur le climat, rien n'établit que même une réduction drastique de leur émission aura un effet quelconque".

http://www.policynetwork.net/sites/default/files/which_policy_to_address_climate_change.pdf

MOTL LUBOS - PhD - Physique théorique - ex Professeur Adjoint Harvard University.

« Les causes des changements climatiques sont multiples, et aucune n’explique à elle-seule un processus qui existe depuis que la Terre existe ».

http://motls.blogspot.com/

MULLIS KARI - PhD - Biochimiste - Prix Nobel de Chimie.

« C’est une erreur de croire que l’on peut prévoir l’évolution du climat à 10 ou 30 ans, alors que notre connaissance de ses mécanismes est très parcellaire ».

http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http://www.globalwebpost.com/farooqm/study_res/mullis/method.html&title=%5B2%5D

MUMPER MARY - PhD - Professeur assistant Faculté de Chimie - Frostburg State University of Maryland (USA)

« Je suis en désaccord avec l’affirmation du GIEC impliquant le CO2 d’origine humaine dans le processus du réchauffement climatique ».

http://tomnelson.blogspot.com/2009/04/american-thinker-blog-global-warming.html

MUNTER WERNER - Expert spécialiste des avalanches (CH)

"Les causes du réchauffement (climatique) n'ont rien à voir avec l'homme ou le CO2"

http://echelledejacob.blogspot.be/2014/11/cest-de-larroga...

MURTY TAD - PhD - Océanographe - Professeur adjoint Civil Engineering and Earth Sciences - University of Ottawa (Canada)-

« Au début, je croyais fermement au réchauffement global, jusqu’à ce que j’y travaille moi-même ».

http://www.ff.org/centers/csspp/pdf/20050919.pdf

NAGOVITSYN YURI- PhD - MS - Astrophysicien - Astronome Pulkovo Observatory - Russian Academy of Science.

"L'activité solaire est à la baisse. Nous pourrions entrer dans une période de refroidissement climatique d'une durée de 200 à 250 ans".

http://english.ruvr.ru/2013_04_22/Cooling-in-the-Arctic-w...

NAKAMURA MOTOTAKA - ScD - Météorologue - Dynamique du climat - Senior Scientist Japan Agency for Marine-Earth Science - Research Scientist University of Hawai.

"L"hémisphère Nord pourrait entrer dans une période de refroidissement climatique aux environs de 2015".

http://journals.ametsoc.org/doi/abs/10.1175/JCLI-D-12-004...

N'DOFFENE DIOUF Arona Coumba ***

http://www.enqueteplus.com/content/changement-climatique-...

NICHOLS RODNEY W - Physicien - ex President New York Academy of Sciences - ex President Rockefeller University.

"Ce sont des causes naturelles très importantes qui influencent le climat de la Terre. L'émission de CO2 par les activités humaines n'ont rien à y voir, et ont été grandement exagérées par le GIEC".

http://www.marshall.org/article.php?id=1061

NICOL JOHN - PhD - Physicien - Président Australia Climate Science Coalition - ex Lecturer in Physics James Cook University (AUS)

« Il n’existe aucune preuve (…) que les activités humaines aient un quelconque effet sur le climat mondial. En outre, le prétendu consensus sur les émissions de CO2 n’a aucun fondement dans la réalité ».

http://www.canadafreepress.com/index.php/article/4941

NJAU ERNEST C - Université de Dar-Es-Salam (Tanzanie) Dept Physique.

"Le système Terre/Atmosphère possède des caractéristiques intrinsèques qui annulent les variations de température mondiale causées par les activités humaines".

http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0960148106002254

NORDIN INGEMAR - PhD - Professeur en Philosophie de la Science - Linköpings University (S)

« La recherche sur le climat est aujourd’hui le meilleur exemple de la corruption de la science, (…) et de l’impact politique sur la recherche scientifique ».

http://www.theclimatescam.se/about/

O’BRIEN JAMES J. - PhD - Professeur émérite de météorologie et océanographie - Florida state university.- Director of the Center for Ocean-Atmospheric Prédiction -

« Le système climatique comprend toute l’atmosphère, les océans, les terres émergées, les systèmes glaciaires et l’influence solaire. Les modèles actuels ne sont pas capables d’une protection correcte ».

http://energycommerce.house.gov/107/hearings/07252002Hearing676/OBrien1145.htm

OERLEMANS HANS - Glaciologue - Météorologue - Universiteit van Utrecht (NL) ex Director Institute for Marine and Atmospheric Research - Lead Author GIEC AR1 - AR2 - AR3

"La partie du rapport du GIEC consacrée aux glaciers de l'Himalaya n'est pas fiable. Ce n'est pas là une manière de travailler".
http://climategate.nl/2010/02/03/oerlemans-in-eenvandaag-over-ipcc-dit-is-geen-manier-van-werken/

OLLIER CLIFF - PhD - Géologue - Professeur émérite Ecole des sciences de la Terre - University of Western Australia (AUS)

« La machine de propagande du GIEC est somptueuse. Il devient de plus en plus difficile d’obtenir des crédits si on ne s’affirme pas en faveur des thèses du réchauffement climatique dû à l’homme ».

http://www.lavoisier.com.au/articles/greenhouse-science/method/ollier2008-28.php

ONG PERRY - PhD - Director of Institute of Biology - University of Philippines - Activiste écologique - President of the Wildlife Conservation Society of the Philippines"Le réchauffement climatique est faussement présenté comme exclusivement causé par les activités humaines. Ceci est non scientifique, car omet les nombreuses variables qui interviennent dans ce processus".

http://www.up.edu.ph/upnewsletter.php?issue=41&i=639

ORRELL DAVID - PhD - Mathématicien - Spécialiste de la prévision de systèmes complexes.

"Quant à l'évolution du climat, nous ne pouvons pas faire de prévision à long terme, car le bilan de ce type de prévision est mauvais. Il n'existe pas de modèle fiable du climat".

http://www.nationalpost.com/news/story.html?id=07407be3-1f9f-4f41-a16a-5a286a5b374c

OSOKIN NIKOLAI - Chercheur Geographical Institute - Russian Academy of Sciences.

"Le réchauffement dans l'Arctique se ralentit. Nous pouvons donc dire que la glace va s'arrêter de fondre".

http://www.cdi.org/russia/johnson/russia-oil-arctic-790.cfm

OU TINGHAI- Géographie physique - Université de Göteborg Dept Sciences de la Terre.

"Les modèles climatiques donnent une piètre image de l'évolution réelle des évènements climatiques qui ont eu lieu en Chine entre 1961 et 2000. (...) Il est donc extrêmement important d'étudier leurs performances dans le but d'améliorer nos possibilités de prévoir les changements climatiques futurs".

http://www.gu.se/english/about_the_university/current/Cal...eventId=1780317368

OVERLAND JAMES - PhD - Océanographe - Chercheur au NOAA Pacific Marine Environnemental Laboratory.

"Les changements constatés dans le réchauffement atmosphérique et de surface de la Mer de Bering semblent dus à la variabilité climatique naturelle".

James Overland - PhD - Océanographe - Chercheur au NOAA Pacific Marine Environnemental Laboratory.

http://www.washingtonpost.com/national/energy-environment/study-links-changing-winds-to-warming-in-pacific/2014/09/22/3b0200a0-428b-11e4-8042-aaff1640082e_story.html

PAGE NORMAN- PhD – Géologue

"Des centaines de milliards de dollars sont gaspillés pour rentabiliser des énergies renouvelables et contrôler les émissions de CO2, alors qu'il n'est pas établi que celui-ci ait une quelconque influence sur le climat".

http://climatesense-norpag.blogspot.be/

PALDOR NATHAN - PhD - Océanographe - Professeur de Météorologie Dynamique et de Physique Océanographique - Université de Jerusalem.(ISR)

« Depuis le début de l’ère industrielle, les températures se modifient dans une ampleur comparable à ce qu’elles ont toujours oscillé dans l’histoire climatique de la Terre. La récente hausse n’a rien d’extraordinaire ».

http://www.sciencebits.com/HUdebate

PALL TONY - BSc - Météorologue (USA)

"La théorie de la responsabilité humaine sur le réchauffement climatique, n'est pas prouvée. Je n'adhère pas à cette théorie, et ceux qui partagent cette opinion font l'objet d'une véritable chasse aux sorcières".

http://www.quintonreport.com/2012/01/29/witch-hunt-agains...

PALMER MORGAN - Météorologue KIRO7 TV.

"A cause de l'argent, le débat sur le réchauffement global a quitté le domaine scientifique pour devenir politique".

http://www.kltv.com/story/7332826/local-meteorologists-de...

PALTRIDGE GARTH W.- PhD - Physicien de l’Atmosphère - Professeur émérite et ex Directeur de l’Institut des recherches de l’Antarctique et de l’océan Pacifique - Université de Tasmanie (AUS) - Auteur de « The Climate Capper »

« Le scepticisme sur les conséquences catastrophiques d’un réchauffement climatique, est au moins aussi respectable que ce qui est devenu le politiquement correct sur la question. La question du réchauffement global a été considérablement exagérée ».

http://www.science.org.au/scientists/interviews/p/gp.html

PARKER EUGENE - PhD - Astrophysicien - ex Professeur d’Astrophysique University of Chicago - A développé les théories du vent solaire et de la « Spirale de Parker ».

« Le réchauffement climatique est devenu une question politique. Toute autre cause (que le CO2 d’origine humaine) sur le sujet est un intrus qui bouleverse l’orthodoxie établie ».

http://discovermagazine.com/2007/jul/the-discover-interview-henrik-svensmark

PATTERSON TIM - PhD - Paléoclimatologue - Professeur de Géologie et Directeur du Geoscience Center Carleton University (Canada).

 

« Le scénario avancé par le GIEC (sur l’influence humaine dans les changements climatiques) est en contradiction avec les preuves empiriques des archives géologiques. (…) C’est l’activité solaire qui est à la base des changements climatiques ».http://www.ideasinactiontv.com/tcs_daily/2005/01/the-geol...PAVLOPOULOS THEODORE G - PhD - Physicien - Spécialiste des lasers US Navy - Member of New York Academy of Sciences (USA)

"Le rôle essentiel de l'océan comme source de CO2 n'a pas été reconnu par les écologistes, en raison de leur conviction que seul l'être humain est coupable du changement climatique".

http://exposingthesystem.com/energy-independence_272.html

PEACOCK ALAN - Economie Politique - ex Chief Economic Adviser Dept Trade and Industry - ex Professeur University of Buckingham.

"Quelle que soit la cause du changement climatique, il y a une incertitude considérable sur son calendrier et l'ampleur de son impact. Le danger principal dans une discussion rationnelle est la position tranchée des environnementalistes extrémistes, qui sont d'astucieux lobbyistes politiques".

http://www.scotsman.com/news/sir-alan-peacock-keeping-a-c...

PEDEN JAMES A. - Physicien de l’Atmosphère .

« Beaucoup de scientifiques sont en train de chercher un moyen de revenir doucement en arrière (sur les causes humaines du réchauffement) sans ruiner leur carrière.

http://www.middlebury.net/op-ed/global-warming-01.html

PEDERSEN JENS - PhD - Danish Technical University - National Space Institute.

"Il y a tant d'incertitudes sur la formation des nuages que ce pourrait être un élément important du réchauffement climatique".
http://physicsworld.com/cws/article/news/45982

PEISER BENNY- Professeur d’anthropologie sociale - Faculté des sciences Liverpool John Moores University (GB)

« Les orientations prises quant au réchauffement climatique ne serait pas décidés sur des bases scientifiques, mais sur base d’intérêts politiques et économiques ».

«  Le plafonnement des émissions humaines de CO2 n’aura aucun effet sur le climat. Son seul effet sera une augmentation du chômage en Europe ».

http://network.nationalpost.com/np/blogs/fpcomment/archive/tags/Benny+Peiser/default.aspx

PEKAREK AL - PhD - Professeur associé de Géologie et Sciences Atmosphériques - St Cloud State University (Minnesota) USA

«  Le climat est un système cyclique, et il semble que nous soyons à l’aube d’une période de refroidissement climatique »

http://www.youtube.com/watch?v=w1ddnRPSuSY&feature=youtu.be&t=5m22s

PEREZ MARIA EUGENIA - Professeur de Géographie - Université Complutense de Madrid (SP)

"Le relevé des températures servant à l'établissement du réchauffement global est faussé par la localisation des stations, et la courte période de collecte de certaines d'entre elles"

http://www.tenerifenews.com/index.php/jonathan-power/9035

PHILLIPS DAVID - Climatologue - Service météorologique du Canada.

"Les changements climatiques ont toujours existé, même quand l'homme n'était pas encore apparu sur Terre. La contribution humaine aux changements climatiques n'en est pas la seule cause".

http://www.thespec.com/news-story/2223375-weather-guru-says-climate-change-will-require-lifestyle-adaptation/

PHIPPS THOMAS E - PhD - Physique théorique .

"Les faits, accessibles à ceux qui les cherchent, montrent que les mesures de température par satellite de la dernière décade ont diminué. Cela n'est pas compatible avec le fait que durant la même période, les émissions humaines de CO2 ont augmenté. Dans l'hypothèse politiquement correcte où celles-ci seraient responsables du réchauffement climatique".

http://physicsfrontline.aps.org/2009/11/10/aps-council-overwhelmingly-rejects-proposal-to-replace-societys-current-climate-change-statement/

PIELKE ROGER Sr - PhD - Météorologue - ex Professeur Colorado State University - Contributing Autor IPCC démissionnaire en 1995.

"Les modèles n'ont pas démontré leur capacité à prédire les changements climatiques globaux et régionaux".

http://pielkeclimatesci.wordpress.com/2011/09/29/can-clim...providing-skillful-predictions-of-course/

PIELKE ROGER Jr - PhD - Sciences Politiques - Director of Center for Science and Technology Policy - University of Colorado. (USA)

"Chaque fois que vous lisez que les changements climatiques sont dûs à l'homme, les décideurs, les scientifiques et le public devraient considérer les projections et les rapports du GIEC comme des conneries".

http://rogerpielkejr.blogspot.com/

PINAULT JEAN LOUIS - Hydrogéologue - Sciences de la Terre.

"Les cycles solaires et leur influence sur les océans suffit à expliquer -par la résonance gyrale océanique- le réchauffement climatique de la deuxième moitié du XXe siècle, et ensuite la stagnation de la température moyenne"

http://climateguy.blogspot.be/2014/05/dr-jean-louis-pinau...

PITTE JEAN-ROBERT - Géographe - Président de l’Université Paris VI (F)

« Il faut condamner le bourrage de crâne médiatique sur le changement climatique, un sujet qui souffre d’une grande démagogie ».

http://www.notre- planete.info/actualites/actu_2518_catastrophes_naturelles_geographes_changement_climatiqu e.php

PLIMER IAN - PhD - Géologue - Professeur émérite des Sciences de la Terre - Université de Melbourne.(AUS)- Auteur de « Heaven and Earth : Global Warming, the missing science ».

« La théorie du réchauffement climatique causé par l’activité humaine est la plus dangeureuse, la plus ruineuse et constitue la plus grande manipulation de l’histoire ».

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2094_Ian_Plimer_rechauffement_climatique.php

POKROVSKY OLEG – BS MS PhD – Mathematics and Atmospherics Physics Voeikov Main Geophysical Observatory(Russie)

« L’Arctique ne se réchauffe pas, il se refroidit depuis 1998 (…) Le système climatique est très complexe et le GIEC ne détient pas la vérité absolue ».

http://en.rian.ru/Environment/20100423/158714403.html

POLYAKOV IGOR - PhD - Océanographie physique - Research Professor International Arctic Research Center - University of Alaska (USA)

"L'apport d'eau chaude venant de l'Atlantique dans l'Océan Arctique commence à décroître, et celui-ci est en passe de se refroidir".

http://soa.arcus.org/abstracts/fate-early-2000s-arctic-warm-water-pulse

POTSMA JOSEPH E - MSc - Astrophysique et Astronomie (Canada)

"On oublie trop souvent que la théorie de l'effet de serre n'est qu'une théorie. Admettre son exactitude requiert d'admettre que les lois de la thermodynamique sont fausses".

http://www.tech-know.eu/uploads/Understanding_the_Atmosphere_Effect.pdf

PRATT BRIAN - PhD - Sédimentologiste - Paléontologue dept des Sciences Géologiques University of Saskatchewan (Canada)

« Dans les débats publics sur les changements climatiques, on ignore la question fondamentale : qu’est-ce qu’un climat normal ? Je ne peux accepter le fait que le réchauffement global soit causé par une origine humaine ».

http://icecap.us/images/uploads/Pratt-TheProfessionalEdge119.pdf

PREAT ALAIN - Géologue - Professeur de Géologie ULB (Université Libre de Bruxelles) Dept Sciences de la Terre et de l'Environnement (B)- co-auteur de “15 vérités qui dérangent”,

"Le GIEC fonctionne au consensus (sur les changements climatiques), ce qui me parait incompatible avec une démarche proprement scientifique. La science, c'est non seulement le doute permanent, mais aussi l'ouverture constante à la critique, à la réfutation toujours possible".

http://www.academieroyale.be/mailingDetail/s22iF1319f77hIO731022fkh7qJ731074fnSEpo733fMiC7F

PRIEM HARRY - PhD - Professeur émérite de Géologie Planétaire et de Géophysique Université de Utrecht (NL) - ex directeur du Netherlands Institute for Isotope Geosciences.

« Il est absurde de mettre (le réchauffement climatique) sur le dos du seul CO2- L’urbanisation, l’évolution de l’utilisation des terres, la déforestation, le volcanisme, l’activité solaire ont une influence beaucoup plus importante pour l’évolution du climat ».

http://www.warwickhughes.com/priem/hpriem.htm

PULS KLAUS-ECKART - Physicien - Météorologue.

"Imaginer que nous pouvons maîtriser le climat en tournant un bouton de réglage du CO2 est une absurdité scientifique".

http://www.powerlineblog.com/archives/2012/05/the-belief-...absurdity.php

QUIRCK TOM - PhD - Physicien (AUS)

« La hausse des concentrations en CO2 atmosphérique ne peut être imputée à l’activité humaine. (…) Les mesures des températures terrestres sont soumises à beaucoup d’incertitudes dont les effets des ilots de chaleur, et le manque de mesures océaniques ».

http://jennifermarohasy.com/author/tom-quirk/

RAAL DAVID - Professeur émérite Chemical Engineering University of Kazulu Natal (SA)

"Les avertissements quasi-hystériques du GIEC sur les gaz à effet de serre, avec le soutien actif de l'ONU et de nombreux organismes gouvernementaux, sont devenus un nouveau dogme fondé sur une science fausse et une information trompeuse".

David Raal - Professeur émérite Chemical Engineering University of Kazulu Natal (SA)

http://hiltonratcliffe.com/blog/

RACHAFI SAID - PhD - Physicien - ex professeur à l’Université catholique de Louvain (B)et à la faculté des sciences de Tanger.(Maroc)

« La climatologie est la moins exacte des sciences contemporaines. Que des experts se permettent de jeter des fatwas sur les contradicteurs du rapport du GIEC est vraiment navrant ».

http://www.objectifliberte.fr/2011/07/le-consensus-du-gie...

RADHAKRISHNA BP- PhD - Géologue - Ex directeur Geological Society of India -

« Il semble que nous exagérions la question du réchauffement climatique comme s’il s’agissait d’un phénomène nouveau, alors qu’il s’est déjà produit de nombreuses fois conformément aux cycles glaciaires ».

(admet toutefois une certaine influence humaine sur les changements climatiques)

http://dalje.com/en-world/mankind-not-responsible-for-global-warming/108866

RAGHAVAN S - Ex Directeur Général adjoint Département Météorologique Indien.

"Les médias répercutent souvent l'idée que l'été actuel est plus chaud que tous ceux qui l'ont précédé, et l'interprètent comme étant l'illustration du changement climatique. Dans la plupart des cas, cette perception n'est pas correcte".

http://pielkeclimatesci.wordpress.com/2012/09/14/were-200...1901-by-s-raghavan/

RAICHE ART - PhD - ex Chief Research Scientist Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (AUS)

"L'hypothèse de l'origine humaine du réchauffement climatique n'est pas de la vraie science. Ce sont les données observées qui doivent mener à des convictions, et non manipuler les données pour se conformer aux convictions".

http://www.quadrant.org.au/blogs/doomed-planet/2011/09/the-fall-of-csiro

RAINA VIJAI KUMAR - Glaciologue - ex Directeur Division Glaciologie du Geological survey of India - Auteur d’un livre blanc pour le gouvernement Indien.

« Les glaciers himalayens, et ceux du reste du monde, ont avancé et reculé sans aucun lien avec un réchauffement ou un refroidissement climatique ».

http://business.in.com/article/real-issue/v-k-raina-the-man-who-came-in-from-the-cold/10532/1

RANCOURT DENIS - PhD - Ex professeur de Physique Université Ottawa (Canada) - (activiste militant).

« Le mythe du réchauffement climatique est un leurre destiné à escamoter d’autres forces bien plus destructrices de la planète ».

http://activistteacher.blogspot.com/2007/02/global-warming-truth-or-dare.html

RAO UDIPI RAMACHANDRA - PhD - Ex Professeur Physical Research Laboratory - Chairman Karnataka Science and Technology Academy - President Center for Space Physics (India)

"L'impact du rayonnement cosmique sur le climat est bien plus important, et celui du CO2 bien moindre qu'estimé par le GIEC".

http://www.thehindu.com/todays-paper/tp-national/article1107174.ece

 

RAOULT DIDIER - Biologiste - Professeur de microbiologie Faculté de Médecine de Marseille.

"Les prévisions des phénomènes complexes restent impossibles. Prédire le climat ne fait pas exception (...) Pourtant, on continue à affoler les populations".

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/didier_raoult/le-c...

RAPP DONALD - PhD - Physicien - ex Research Professor University of Southern California - ex Consultant Jet Propulsion Laboratory (USA)

"Des fluctuations climatiques ont toujours existé. Le réchauffement récent est compatible avec cet historique. Les évidences liées au réchauffement global (retrait des glaciers, réchauffement de la surface des océans) ont commencé avant les émissions humaines de CO2".

http://home.earthlink.net/~drdrapp/Climate.6A.pdf

RASMUSSEN SUNE OLANDER - Glaciologue - Climatologue- Professeur associé Niels Bohr Institute - University of Copenhague (DK)

"L'étude des carottes de glaces dans l'Antarctique a mis en évidence le fait que la concentration de CO2 dans l'atmosphère a augmenté à la suite de la hausse des températures, avec un retard de quelques centaines d'années".

http://news.ku.dk/all_news/2012/2012.7/rise_in_temperatures_and_co2/

RASPOPOV OLEG M - PhD - Géophysicien - Pushkov Institute of Terrestrial Magnetism.

"Le récent réchauffement climatique peut être le résultat des effets des cycles solaires de 90 et 210 ans, observés au cours du dernier millénaire, qui se caractérisent par une dynamique non-linéaire".

http://www.journalogy.net/Publication/44280424/long-term-...factor-for-global-warming-in-the-20th-century

RATCLIFFE HILTON - DSc - Astrophysicien - Mathématicien (South Africa) - Auteur de ‘The Virtue of Heresy’

« La responsabilité humaine dans le réchauffement climatique est un mythe, et ceux qui y croient relayent en fait une propagande politique »

http://www.examiner.com/article/interview-south-african-a...drives-our-climate

RAYNO BERNIE - BS – Météorologue.

"La théorie de l'origine humaine du réchauffement climatique a été politisée. C'est une entreprise qui génère des millions de dollars chaque année".http://www.accuweather.com/en/features/trend/climate-chan...REDDY JEEVANANDA- MSc - Géophysicien (India)

"(Pour ce qui concerne le régime des pluies) ce n'est pas une bonne idée de prendre en référence le réchauffement climatique. Aussi loin que remontent nos observations, elles correspondent à des cycles naturels. Depuis le début du XXIe siècle, le soi-disant réchauffement global a été très faible".
http://economictimes.indiatimes.com/cmtofartfb/7267379.cms?msid=7267379

REICHHOLF JOSEF - Biologiste - Professeur en Sciences Environnementales Université de Munich - Directeur du Conservatoire Zoologique de Munich. (D)

« Un climat plus doux ne posera aucun problème majeur à l’ensemble de l’humanité, et sera bon pour la diversité ».

http://www.spiegel.de/international/germany/0,1518,481707,00.html

REID JOHN - PhD - Physicien de l’Atmosphère - chercheur en Océanographie théorique.

« Le GIEC affirme que la planète se réchauffe suite au CO2 émis par les activités humaines. Cela est une fraude initiée par l’abandon de la méthode scientifique ».

http://climaterealists.com/index.php?id=4194

REITER PAUL - Spécialiste des maladies propagées par les insectes - responsable de service à l’Institut Pasteur (Paris)- ex collaborateur du 3e rapport GIEC (2001).

« L’affaire du réchauffement climatique est déguisée comme de la science. Mais c’est de la propagande, pas de la science ».

http://www.institut.veolia.org/fr/cahiers/conference-developpement-durable/activistes/reiter.aspx

REYNAUD LOUIS - Spécialiste des fluctuations des glaciers - Maître de conférence et chercheur Université de Grenoble (F)

« Le rôle du CO2 (dans les changements climatiques) doit être remisé au rayon des farces et attrapes. C’est bien sûr le soleil qui est l’acteur principal de ces variations ».

http://www.glaciers-climat.fr/Louis_Reynaud.html

REYNEN JEF - Professeur honoraire Mechanical Engineering - Delft University (NL)

"Basées sur des modèles (climatiques) fondamentalement faux, les politiques gouvernementales devraient être immédiatement reconsidérées".

http://www.tech-know-group.com/papers/IR-absorption_updat...

RHOADS John- Professeur émérite de Physique - Midwestern State University.

"Le climat terrestre n'est pas statique. Je ne crois pas au concept suivant lequel l'homme pourrait influencer sa variabilité".

http://www.spe.org/tech/2011/06/carbon-capture-and-seques...

RIAZANOVA NATALIA - Directrice du laboratoire de géo-écologie - Université des Relations Internationales de Moscou (MGIMO).

"La Russie doit se préparer à un refroidissement du climat survenant après une brève période de réchauffement".

http://french.ruvr.ru/2014_04_19/Quel-remede-contre-le-re...

RIDD PETER - PhD - Physique des Océans - Professeur de Physique James Cook University - Conseiller scientifique Australian Environment Foundation

"Quoique les modèles climatiques aient une valeur considérable pour notre compréhension de la physique du climat, on ne peut affirmer qu'ils sont fiables pour des prédictions à long terme".
http://www.onlineopinion.com.au/view.asp?article=11387&page=1

RIDLEY MATT - BA - Zoologie - Journaliste et auteur scientifique.

"Contrairement à ce qu'indiquent des modèles climatiques invérifiables, la tendance actuelle nous montre pour la fin du siècle un réchauffement climatique très faible".

http://www.mattridley.co.uk/blog/low-climate-sensitivity....

RITTAUD BENOIT - Mathématicien - Maître de conférence à l’université Paris XIII.- Auteur de ‘Le Mythe Climatique’.

« Le consensus sur la responsabilité humaine quant aux changements climatiques est en train de s’effriter. Les données scientifiques sont plus fragiles et moins concluantes qu’on le croit ».

http://www.lefigaro.fr/environnement/2010/03/18/01029-201...le-carbocentrisme-.php

ROBERTSON Stanley - PhD - Physicien - ex Professeur de Physique Southwestern Oklahoma State University.

"Une idée largement admise est que le CO2 produit par les activités humaines est responsable du réchauffement climatique survenu le siècle dernier. C'est une question quantitative simple de montrer que cela est complètement faux".

http://wattsupwiththat.com/2013/03/25/dispelling-myths-ab...

ROGERS NORMAN- PhD - B.A - MSc - Physicien - ex environnementaliste radical - Conseiller Politique auprès du Heartland Institute.

"La Terre n'a pas connu de réchauffement climatique depuis 16 ans, et cela commence à être très embarrassant, surtout pour les trois piliers (de la thérorie anthropique) : les grands projets scientifiques, les ONG et les industriels actifs dans les énergies alternatives, arrosés par les milliards de dollars de l'argent public".

http://junkscience.com/2012/04/15/norman-rogers-global-wa...

RORSCH ARTHUR - PhD - Professeur émérite de génétique moléculaire Leiden University (NL)-

« La climatologie est une science malade. Ceci n’est plus de la science authentique, mais une croyance. Les mails du ‘climategate’ démontrent l’intention de tromper ».

http://www.eike-klima-energie.eu/uploads/media/EE_21-4_paradigm_shift_output_limited_3_Mb.pdf

ROSENFELD DANIEL - PhD - Physique des nuages - Professeur Institute of Earth Sciences - University of Jerusalem.

"Il n'y a aucune certitude que les activités humaines aient une quelconque influence sur le réchauffement climatique. (...) Ceci est motivé par des méthodes d'observation limitées et des modèles climatiques peu évolués".

http://www.reportingclimatescience.com/news-stories/artic...say-researchers.html

ROSSI GEORGES - Professeur de Géographie Université de Bordeaux - Chercheur au CNRS (F)

"L'idée (de la responsabilité humaine dans les changements climatiques) est devenue un dogme au sens propre, sur lequel même les scientifiques ne peuvent émettre de doutes sans passer pour des fumistes, être cloués au pilori, leurs résultats écartés des publications et leur carrière mise entre parenthèses".

http://www.abdistri.com/fileadmin/user_upload/ruptures/Hi...matique_Georges_Rossi_de_l_Universite__769__de_Bordeaux.pdf

ROSSITER CALEB « Les affirmations assénées avec certitude sur les causes et les conséquences du réchauffement climatique ont été terriblement exagérées, de manière irresponsable ».

Caleb Rossiter - PhD - Professeur adjoint Dept Mathématiques et statistiques - American University Washington DC.

http://online.wsj.com/news/articles/SB1000142405270230338...

RUSSELL JOELLEN - PhD - Océanographe - Professeur Assistant en Géosciences - University of Arizona (USA)

« Les modèles climatiques (utilisés par le GIEC) n’ont pas correctement intégré les effets de la circulation océanique, donc l’erreur a été compensée en surestimant l’importance du rôle de l’homme dans la fonte de la glace polaire ».

(est cependant d’accord avec le caractère anthropique des changements climatiques)

http://www.scribd.com/doc/2603317/Global-Warming-US-Senate-Report

RUSSELL TOM - Météorologue - Membre de American Meteorological Society - Membre de National Weather Association.

« L’augmentation du CO2 atmosphérique n’est pas la cause du réchauffement climatique, mais en est la conséquence ».

http://www.pennlive.com/editorials/index.ssf/2009/10/cooling_off_time_to_take_a_dif.html

RUTAN BURT - Ingénieur en Aérospatiale - Concepteur d’engins spatiaux et en Aéronautique;

« Les changements climatiques ne sont pas causés par les activités humaines. Au plus on analyse les données alarmistes, au plus on constate des conclusions erronées.

http://en.wikipedia.org/wiki/Burt_Rutan

SABOL SCOTT - Météorologue.- WJW FOX 8 -

"L'évolution du climat ne peut s'évaluer que sur un grand nombre d'années, voire des décennies ou des millénaires, et sur de vastes étendues géographiques".

http://sabolscience.blogspot.be/2012/04/dallas-tornadoes-...

SADAR ANTHONY J - BS - Météorologue - Professeur Geneva College (USA) – Auteur de “In global warming we trust”

"Vu les incitants financiers et carriéristes, Il est facile de prédire que certains prévisionnistes climatiques et certainement les politiciens qui les suivent, vont continuer à alimenter l'hystérie climatique à un public non averti".

http://www.washingtonexaminer.com/why-the-coming-ice-age-...change/article/2550565

SALBY MURRAY - Professeur Sciences Atmosphériques - Macquarie University (AUS)

"Les émissions naturelles de CO2 représentent 96% du total des émisSsions de CO2. Ces émissions, indépendantes des activités humaines, sont non maîtrisables".

http://www.thesydneyinstitute.com.au/podcast/global-emiss...natural-sources/

SCAFETTA NICOLA - PhD - Physicien - Chercheur au dépt Physique Duke University (USA)

« Au minimum 60% du réchauffement climatique récent est induit par des cycles naturels présents dans le système solaire »

http://wattsupwiththat.com/2010/03/14/dr-nicolas-scaffeta-summarizes-why-the-anthropogenic-theory- proposed-by-the-ipcc-should-be-questioned/

SCHAUPMEYER CLIVE - B.Sc - M.Sc - Agrologist - Climate Studies (Canada)

« Essayer de modifier un changement climatique d'origine probablement naturelle en gaspillant de l'argent est un crime moral, alors qu'il y a dans le monde tant de problèmes de santé publique et d'approvisionnement en eau » .

http://www.ipetitions.com/petition/nomorenobel/signatures?page=4

SCHLUCHTER CHRISTIAN - Professeur émérite Université de Berne (CH) Géologie du Quaternaire – Paléoclimatologue.

"Le soleil est le principal facteur du changement climatique (...) Des changements climatiques extrêmes et soudains ont été vus dans le passé (...) Le CO2 n'est pas la réponse à de nombreuses questions".

http://www.derbund.ch/wissen/natur/Unsere-Gesellschaft-is...

SCHMITT HARRISON - PhD - Géologue – Professeur adjoint Engineering University of Wisconsin - Astronaute Apollo 17 -

« La déclaration du NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) qui dit que les

Changements climatiques dus au CO2 émis par l’homme sont irréversibles pour les 1000 prochaines années, ne repose sur aucune base historique ou scientifique ».

http://www.examiner.com/weather-in-denver/astronaut-harrison-schmitt-climate-change-alarmists- intentionally-mislead?cid=parsely#parsely

SCHNARE DAVID - PhD - Chairman of the CoalitionS Environment and Land Use Committee (USA)

"Rien ne prouve que les niveaux de température observés ces 40 dernières années ne découleraient pas de causes naturelles".

http://www.masterresource.org/2010/03/what-real-scientist...scientists/

SCHONEVELD CHRIS - PhD - Géologue (NL)

"Il y a une similitude remarquable entre la croyance au surnaturel, et la croyance en la responsabilité de l'homme dans le réchauffement climatique. Toutes deux font appel à une adhésion aveugle de leurs partisans".

http://web.me.com/chrisschoneveld/Global_Warming/Why_the_climate_change_message_has _so_much_appeal.html

SCHWOEGLER BRUCE - BS - Météorologue (USA)

« Je ne crois pas que les changements climatiques soient liés en tout ou en partie aux activités humaines »

http://wwe.wgbh.org/programs/Greater-Boston-11/episodes/Jan-12-2011Winter-wonderland-23649

SCIAKY PETER - Géologue (USA)

« Le réchauffement climatique actuel n’est pas le premier dans l’histoire de la Terre. Il y a des tas de raisons pour lutter contre la pollution; le réchauffement global n’en est pas une ».

http://www.heartland.org/custom/semod_policybot/pdf/21396.pdf

SEGALSTAD TOM - Géologue - Professeur associé Géologie Environnementale Université dOslo - Directeur du Geological Muséum université dOslo - ex relecteur (démissionnaire) auprès du GIEC (2001)-

« Le GIEC profère des absurdités. La recherche de laccumulation dun mythique CO2 pour expliquer sa durée de vie non mesurable et lutiliser pour des modèles informatiques qui prouveraient linfluence des énergies fossiles, est une pure fiction ».

http://folk.uio.no/tomvs/esef/esef0.htm

SEITZ FREDERICK - PhD - Physicien - ex président de la National Academy of Sciences (USA)

« Les variations de température de ces 100 dernières années sont en grande partie imputables à des variations naturelles ».

http://www.oism.org/pproject/s33p36.htm

SEMENOV VLADIMIR - PhD - Météorologie marine - Chercheur au GEOMAR - Helmholz Institute (D).

"Un travail de recherche qui remettait en question l'exactitude des modèles informatiques utilisés pour prédire le réchauffement climatique a été censuré par des climatologues".

http://www.thetimes.co.uk/tto/environment/article4141528....

SHADE JOHN – BS – MS - Physique atmosphérique- ex météorologue - Consultant en statistiques. (GB)

« L’allégation selon laquelle 97% des climatologues croient en l‘origine humaine du réchauffement climatique est mensongère ».

http://climatelessons.blogspot.com/

SHAIDUROV VLADIMIR - Expert en modélisations - Membre de l'Académie des Sciences de Russie.

"Le récent réchauffement global est dû à des modifications de l'ennuagement et des changements dans la quantité de cristaux de glace dans la haute atmosphère, et non aux gaz à effet de serre dûs aux activités humaines".

http://www2.le.ac.uk/ebulletin/news/press-releases/2000-2009/2006/03/nparticle-bxh-khs-ykd

SHARCK WALTER - PhD -Océanographe - Spécialiste en Biologie Marine.

« Je suis sceptique quant à l’influence humaine sur les changements climatiques. Nous devons toutefois lutter contre les dommages que nous causons à l’environnement ».

http://www.bairdmaritime.com/index.php?option=com_content&view=section&layout=blog&i d=22&Itemid=124

SHARMA MILAP CHAND- PhD - Glacial Geomorphology Jawaharlal Nehru University (India)

"Le réchauffement global n'est pas la cause du retrait des glaciers. Il s'agit là d'un simple épisode cyclique".

http://www.mumbaimirror.com/index.aspx?Page=article&s...

SHARP GARY D. - PhD - Biologiste marin - ex Professeur Fisheries Center University of British Columbia - Directeur Scientifique du Center for Climate/Océan Ressources Study

« La campagne de peur (sur le rôle du CO2) lancée par des intérêts divers masque les enjeux réels de l’influence de l’homme sur la pollution, ou l’utilisation abusive de l’agriculture au profit des biocarburants ».

http://www.amazon.com/review/RO8OAQPWAXH7B

SHAVIV NIR - PhD - Astrophysicien - Professeur de Physique et sciences du climat université de Jerusalem. (ISR)

« Les modulations du champ magnétique du soleil modifient la couverture nuageuse et son pouvoir réfléchissant, ce qui entraîne des fluctuations thermiques et donc climatiques. Le rôle du CO2 antropique est anecdotique ».

http://www.agu.org/pubs/crossref/2005/2004JA010866.shtml

SHEAHEN THOMAS - PhD - Physicien MIT Massachusetts Institute of Technology (USA)

« Beaucoup de scientifiques s’élèvent contre l’affirmation selon laquelle il y aurait consensus sur l’origine humaine du réchauffement climatique ».

http://www.canadafreepress.com/index.php/article/6321

SIITAM PAAVO - MSc - Professeur émérite biologie-chimie-physique à Cobourg (Ontario) -

« Le protocole de Kyoto est fondé sur de la science imparfaite, et est sans réel fondement scientifique ».

http://www.oism.org/news/s49p1493.htm

SIERRA CARLOS - PhD - Chercheur section Biogéochimie Institut Max Planck - Ex chercheur Oregon State University.

"Les projections climatiques n'intègrent pas un élément majeur : les énormes quantités de CO2 dégagées par les matières végétales en décomposition. Ce dégagement est de nature à compenser d'une certaine manière l'action de recyclage du CO2 par les forêts".

http://oregonstate.edu/ua/ncs/archives/2011/jun/climate-p...release

SIMONS FREDERIK- PhD - Géophysicien - Professeur assistant Géosciences - Princeton University (USA)- "L'accélération de la perte de glace annuelle au Groenland est beaucoup plus faible que suggéré antérieurement".

http://phys.org/news/2012-11-embracing-noise-greenland-co...

SIMPSON JOANNA - PhD - Météorologue - Spécialiste de l’Atmosphère - ex NASA.: +

« Maintenant que je ne fais plus partie d’aucune organisation, et que je ne reçois plus de financement, je peux parler librement. Je reste sceptique quant à l’influence humaine sur les chgts climatiques. Cette thèse se fonde quasi exclusivement sur des modèles climatiques, dont nous connaissons la fragilité concernant le système air-terre ».

http://pielkeclimatesci.wordpress.com/2008/02/27/trmm-tro...potential-in-climate-controversy-by-joanne-simpson-privat...

SINGER FRED - PhD - Physique de l’Atmosphère - Professeur émérite en Sciences de l’Environnement - Université de Virginie. Relecteur auprès du GIEC AR3 et AR4 - Auteur de « Hot talk, Cold science ».

« Le climat change tout le temps. Cela ne constitue pas en soi une menace pour l’humanité. Intégrer les activités humaines dans ce processus est la plus grande escroquerie des temps modernes ».

http://www.pbs.org/wgbh/warming/debate/singer.html

SLUIJTER FRANS - Professeur émérite Physique Théorique - Technische Universiteit Eindhoven (NL)

"On nous suggère que nous avons dans les mains le contrôle du climat si nous réduisons le CO2. Mais cela est un concept politisé, comme le sont toutes les recherches sur le climat".

http://www.wbs.n**l/system/files/sluijter_-_klimaatbeleid_een_slecht_gewete...

SMIT HAJO - Météorologue - Sciences du climat et de l’Environnement - ex membre du comité néerlandais du GIEC (1990).(NL)

« Les modèles climatiques sont au plus bons à expliquer les changements climatiques après coup ».

http://www.klimatbalans.info/HajoSmit.pdf

SMITH GRAHAM - PhD - Professeur associé - Dépt de Géographie - University of Western Ontario-

« (Dans l’affaire du réchauffement climatique) c’est la tromperie et l’affirmation de dogmes idéologiques au nom de la science qui me choque ».

http://ecomythsmith.blogspot.com/2011/10/is-damage-already-done.html

SMITH LEONARD - PhD - Statisticien et Analyste Climatique - London School of Economics and Political Science.

"Les modèles climatiques n'ont pas une fiabilité suffisante que pour imposer des solutions aux décisionnaires".
http://www.nature.com/news/2010/100120/full/463284a.html

SOBEL JOE - PhD - Météorologue - Prévisionniste

"On augmente artificiellement le nombre de tempêtes tropicales, en y incorporant les sous-orages tropicaux, afin de conforter l'hypothèse du réchauffement climatique".

http://newsbusters.org/node/12668

SOLHEIM JAN ERIK- Astrophysicien - Professeur émérite Institute of Theorical Astrophysics - University of Oslo (N)

"Le réchauffement climatique depuis 1850 est principalement dû à des variations découlant de la persistance de cycles naturels".

http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0921818...

SOLOMON EVAN A. - PhD - Sciences de la Terre - Institut d’Océanographie - University of California (USA)

« La quantité de méthane larguée par les océans a été fortement sous-évaluée et non prise en charge par le GIEC. Sa contribution dans le réchauffement climatique est plus importante que prévu ».

http://www.nature.com/ngeo/journal/v2/n8/abs/ngeo574.html

SOLOMON STANLEY - PhD - Professeur Université du Colorado - Chercheur au National Center for Atmospheric Research (USA)

« Les hautes couches de l’atmosphère terrestre se sont refroidies de façon inattendue, depuis la faible activité solaire qui dure depuis 2007, et qui pourrait se prolonger durant les 10 à 30 prochaines années ».

https://www2.ucar.edu/atmosnews/news/2383/shrinking-atmospheric-layer-linked-low-levels-solar-radiation

SOON WILLIE - PhD - Astrophysicien Harvard Smithsonian Center for Astrophysics (USA)

« Les changements climatiques observés sont causés par les variations du rayonnement solaire, et non par les variations de CO2 dans l’atmosphère »

http://www.examiner.com/seminole-county-environmental-new...agw-theory-challenges-peers-to-take-back-climate-science

SOROCHTIN OLEG - Chercheur à l’Institut d’Océanographie - Académie des Sciences de Russie -

« Les vraies raisons du changement climatique sont notamment le rayonnement solaire, la précession terrestre, l’instabilité des courants océaniques, les fluctuations de la salinité des eaux de surface arctiques etc… Le CO2 et les gaz à effet de serre n’entrent pas en ligne de compte ».

http://en.rian.ru/analysis/20080103/94768732.html

SOWDER BRAD - Météorologue KOCO TV5 -

"Je pense que le problème du réchauffement climatique est une affaire politique, et il est plus prudent de rester en-dehors de ce débat".

http://wattsupwiththat.com/2012/04/16/facts-about-the-forecast-the-facts-campaign-theyre-just-another-mouthpiece-of-the-center-for-american-progress/

SPANN JAMES - Météorologue - Collaborateur météo de médias audiovisuels.

« Le réchauffement climatique n’est pas causé par les activités humaines. Il trouve son origine dans les variations cycliques du climat terrestre ».

http://en.wikipedia.org/wiki/James_Spann

SPENCER ROY- PhD - Climatologue - Chercheur Université Alabama - Spécialiste des mesures de températures par satellites - Auteur de « Climate Confusion ».

« L’activité humaine ne représente aucun danger pour le climat. Ce sont des motifs politiques et idéologiques qui développent des alarmes irrationnelles sur le réchauffement climatique ».

http://www.drroyspencer.com/2012/02/ten-years-after-the-warming/STANHILL GERALD - PhD - Climatologue - Professeur de Physique Environnementaliste - Institut des Sciences Environnementales Israël. (ISR)

« Le GIEC n’est absolument pas représentatif de la communauté scientifique. Il occulte notamment l’influence solaire et l’influence du global dimming (diminution de l’ensoleillement de la surface terrestre).

http://www.wikiberal.org/w/images/1/12/A_Perspective_on_Global_Warming%2C_Dimming%2C_and_Brightening.pdfSTARCK WALTER - PhD - Spécialiste en sciences océaniques - Chercheur en biologie des massifs coraliens (AUS)

"Dans un monde au bord du chaos économique, l'obsession permanente au sujet du réchauffement climatique et de la lutte contre le CO2 est proche du trouble mental, et des obsessions en cours au Moyen- Age".

http://www.quadrant.org.au/blogs/doomed-planet/2011/01/who-are-the-climate-denialists-now

STEFFEN BILL - - Météorologue en chef Wood TV

"Malgré les tentatives de lier tous les événements météorologiques au réchauffement climatique, la température de la Terre a été globalement stable depuis 2002".

http://gradyent.blogspot.be/2013/12/global-warming-spitti...

STEVENS HERBERT E - BSc - Météorologue - ex prévisionniste à Weather Channel (USA)

"Il n'y a eu aucune augmentation de la fréquence ou de l'intensité des sécheresses, des inondations, des vagues de chaleur, des ouragans, des tornades. Les dossiers sur ces phénomènes sont accessibles à tous, et ils sont irréfutables".

http://www.providencejournal.com/article/20140714/NEWS/30...

STEWARD LEIGHTON - MSc - Géologue - Auteur de "Fire, Ice and Paradise".

"Le CO2 n'est pas un facteur majeur du réchauffement climatique, pas plus aujourd'hui que dans les variations du passé".

http://www.plantsneedco2.org/default.aspx?act=documentdet...

STILBENE PETER - Professeur de Physique et Chimie - KTH Institute of Technology Stockholm (S)

« Les politiciens liés au GIEC et les médias donnent une image fausse d’un prétendu consensus scientifique sur les scénarios climatiques du GIEC, alors que ceux-ci sont critiquables« .

http://www.theclimatescam.se/about/

STILBS PETER - PhD - Professeur de Chimie Physique - Institut Royal de Technologie - Stockholm (Suède)

« Le GIEC rejette tous les modèles non-conformes aux leurs. Nous sommes face à un scandale scientifique profond ».

http://www.vof.se/folkvett/20091pseudovetenskapligt-klimat-i-vof

STOCKDALE TIM - Centre européen des prévisions à moyen terme - Membre du GIEC.

« Les erreurs des modèles sont un problème sérieux. Nous avons un long chemin à faire pour les corriger. Elles détériorent nos prévisions« .

http://www.newscientist.com/article/dn17742-worlds-climat...rss&nsref=online-news

STOCKWELL DAVID RB - PhD - Research Scientist National Center for Ecological Analysis and Synthesis - University of California.

"L'accumulation d'anomalies solaires explique le changement climatique, sans avoir besoin de recourir à la théorie des gaz à effet de serre".

http://vixra.org/pdf/1108.0032v1.pdf

STOTT PHILIP - Professeur émérite de Biogéographie - School of Oriental and African Studies - University of London. (UK)

« Le concept de réchauffement global dû à l’homme va peu à peu s’éteindre d’une mort lente,comme tant d’autres récits qui l’ont précédé, mais il conservera toujours un groupe d‘adeptes fidèles à cette foi. Il faut espérer que la science ne sortira pas trop endommagée de cet épisode de réchauffement global . Le climat continuera à changer comme il l’a toujours fait ».

http://thegwpf.org/opinion-pros-a-cons/1305-global-warming-the-death-of-a-grand-narrative.html

SVENSMARK HENRIK - Physicien - directeur du Center for Sun Climate Research - chercheur au Centre danois de la Recherche Spatiale.

« L’activité humaine a un impact négligeable sur le climat par rapport à l’activité solaire ».

http://www.dailymotion.com/video/xdmyog_meteorologie-le-secret-des-nuages-p_tech

SWART EDWARD R- PhD - DSc - Physical Chemistry - Computer Science - ex President Rhodesia Scientific Association.

"Les scientifiques impliqués dans la théorie du réchauffement climatique causé par l'homme ont négligé le respect des principes de la véritable démarche scientifique".

http://www.amazon.ca/review/R395YL9ML12IE7

SYVITSKI JAMES - PhD - Océanographe -  Géologue - Professeur en Sciences Géologiques University of Colorado -

« Les deltas des principaux fleuves mondiaux s’enfoncent d’eux-mêmes plus rapidement que la mer ne monte ».

http://www.geolsoc.org.uk/gsl/sinkingdeltas;jsessionid=436E6C2F344CBE63DA34568E1666041A

TABEAUD MARTINE - Géographe - Climatologue - Professeur de Géographie université de la Sorbonne (F)

« Une température ne définit pas à elle seule un climat. Le réchauffement de l’atmosphère de moins de 1°C a provoqué surtout un échauffement des esprits ».

http://gaetan.delacheze.free.fr/rechauffement/va-2010.pdf

TAKEDA KUNIHIKO - PhD - Vice Chancelier Institute of Sciences and Technologies Research - University of Chubu (Japan) - Auteur de ‘Why are Lies accepted on Environmental Issues‘.

« Le CO2 n’a rien à voir avec le réchauffement global, quelle qu’en soit la quantité produite par l’activité humaine ».

http://www.japantimes.co.jp/text/fl20080722jk.html

TAPPING KENNETH - PhD - Radioastronome - Sciences de l’Espace - Herzberg Institute of Astrophysics (Canada)

« Le climat terrestre est entièrement dépendant de l’activité solaire ».

http://www.nrc-cnrc.gc.ca/eng/education/astronomy/tapping/2011/2011-10-05.html

TAYLOR GEORGE – BA - Météorologue - College des Sciences Océaniques et Atmosphériques Université de l’Oregon - ex Président de l’Association Américaine des Climatologues d’Etats.

« Rien n’établit que le CO2 soit la cause d’un réchauffement climatique. La plupart des changements climatiques sont le fait de variations naturelles ».

http://www.sosforests.com/?p=455

TAYLOR MITCHELL - PhD - Biologiste - Spécialiste des ours polaires Ministère de l’Environnement Gouvernement du Nunavut (Canada)

« Les ours polaires en tant qu’espèce ne sont pas menacés d‘extinction (…) Le réchauffement de l’Arctique n’est pas dû à l’augmentation du CO2, mais aux courants qui amènent l’eau chaude du Pacifique et à l’effet des vents soufflant de la Mer de Bering ».

http://www.fcpp.org/publication.php/2571

TAYLOR PETER - BA Natural sciences - biologiste - membre du British association of nature conservationists - ex conseiller environnemental auprès de l’ONU.

« L’homme n’est pas responsable des changements climatiques. Les solutions présentées à l’appui de ce mensonge sont la véritable menace à laquelle nous sommes confrontés ».

http://ethos-uk.com/index.html

TENNEKES HENDRIK - ex Directeur de l’Institut Royal Météorologique des Pays Bas - Professeur émérite de Météorologie à la Vrij Universiteit Amsterdam (NL) - Professeur émérite d‘Aerospace Engineering Pennsylvania State University .

« La description que fait Al Gore sur la hausse des océans est totalement absurde. Penser que l’on peut agir sur le climat comme on agit en tournant le bouton d’un thermostat est ridicule ».

http://www.telegraaf.nl/binnenland/article6024018.ece?cid=mailart

THEON JOHN S - PhD - ex senior Nasa Atmospheric scientist - ex Science consultant Institute for Global Environmental Strategies.

"Notre compréhension du système climatique est rudimentaire et insuffisamment fiable que pour élaborer des politiques gouvernementales qui coûtent des milliards de dollars, et n'auront en définitive aucun effet sur les changements climatiques".

http://heartland.org/sites/all/modules/custom/heartland_migration/files/pdfs/24892.pdf

THIEME HEINZ - Dipl Ing - Spécialiste des systèmes complexes de physique dans le secteur énergétique.

"Il n'y a pas de preuve irréfutable ni de l'existence d'un effet de serre, ni de son lien éventuel avec le réchauffement global présumé".

http://groups.yahoo.com/group/energyresources/message/122055

THOENES DIRCK - PhD- Professeur émérite d’Ingéniérie et Chimie - University of Technology - Eindhoven (NL) - Co Auteur de ‘Man made global warming: unravelling a dogma’

« Aucune corrélation n’est prouvée entre les modifications de la température moyenne mondiale et la moyenne de CO2 atmosphérique ».

http://climategate.nl/2011/10/10/knaw-begrijpt-het-broeikaseffect-niet/

THUNE WOLFGANG - PhD - Météorologue - Sociologue

"Il est temps de revenir à la réalité, et de ne pas gaspiller nos énergies à combattre une catastrophe climatique qui reste à prouver".

http://www.derwettermann.de/allgemein/25-jahre-%e2%80%93-...die-klimakatastrophe/

TICHKOV ARKADI - Académie des Sciences de Russie - Directeur adjoint Institut de Géographie.

"Tous les changements (climatiques) ont un caractère cyclique (...) Nous sommes touché à chaque fois par le changement de circulation des courants atmosphériques qui influent sur la température et les précipitations".

http://french.ruvr.ru/2014_01_24/Baisse-de-l-activite-sol...

TIPLER FRANK - PhD - Physicien mathématicien - Professeur à Tulane university of New Orléans (USA)

« La théorie du réchauffement climatique causé par l’homme est une pseudo-science. Comme l’astrologie, n’importe quel évènement confirme cette théorie ».

http://www.urgentagenda.com/PERMALINKS%20IV/DECEMBER%2008/22.P.WARMING.html

TOL RICHARD - PhD - Prof of the economics of climate change vrije universiteit Amsterdam (NL) prof associé Hamburg centre for marine and atmosphéric science (D)- Lead author IPCC AR4- démissionnaire du GIEC en 2014

« Le GIEC est passé dune institution scientifique à une institution politique qui prétend être scientifique. Le problème le plus important est le choix des auteurs et des membres du bureau, qui nest pas basé sur la qualité académique, mais sur la couleur politique ».

Richard Tol est toutefois partisan du caractère anthropique des changements climatiques .

http://www.rechauffementmediatique.org/wordpress/2010/06/15/regard-critique-sur-le-giec/

http://www.trust.org/item/20140327153632-brwr1/?source=hptop

TRIPP TOM - Spécialiste en applications du magnésium - Lead author pannel technique du GIEC.

« Malgré ce qui se dit dans les médias, il n’y a aucun consensus scientifique sur les causes des changements climatiques ».

http://www.zoominfo.com/search#search/profile/person?personId=17661037&targetid=profile

TSONIS ANASTASIOS - PhD - Physicien - Professeur Département des Sciences Mathématiques Milwaukee University - Spécialiste de la théorie du chaos appliquée à la météorologie.

« L’influence des activités humaines sur les changements climatiques est loin d’être établie ».

https://pantherfile.uwm.edu/aatsonis/www/

URIARTE ANTON - PhD - Géographe - Spécialiste en Climatologie- Ex professeur Université du Pays Basque (SP) - Fellow du Royal Meteorological Society.

"Le CO2 émis par les activités humaines n'a aucune influence sur le climat. Le GIEC utilise des données inappropriées pour ses modèles informatiques".
http://antonuriarte.blogspot.com/

VAHRENHOLT FRITZ - PhD – BS - Docteur en Chimie - Professeur honoraire Université de Hambourg - ex relecteur du GIEC (2007) - ex activiste écologique

"Les variations de l'activité solaire sont bien plus importantes pour le climat que l'évolution du taux de CO2. Les prévisions alarmistes du GIEC relèvent de l'utilisation irrationnelle de la peur à des fins politiques".

http://www.bild.de/politik/inland/globale-erwaermung/die-...politik-22467268.bild.html

VALENTINE BRIAN GREGORY - PhD - ex professeur adjoint Science Engineering University of Maryland - US Dept Energy and Renewable Energy Program.

"La théorie de l'effet de serre fut démystifiée à plusieurs reprises depuis 1900, notamment par le Philosophical Magazine, appuyé par la Royal Society".

http://joannenova.com.au/2009/06/the-wong-fielding-meetin...

VAN DER LINGEN GERRIT- PhD - Géologue - Paléoclimatologue -

«  L’élément déterminant de notre climat est le soleil. En analysant les cycles de taches solaires, certains astrophysiciens prédisent un refroidissement plutôt qu’un réchauffement, et les conséquences en seraient bien pires ».

http://www.climatescience.org.nz/images/PDFs/ruminantsnotkyotovillains.pdf

VAN GEEL BAS - PhD - Paléobiologiste - Institut de la biodiversité Universiteit van Amsterdam (NL)

« Le rôle du soleil dans les changements climatiques est grandement sous-estimé. Il existe bien une forte corrélation entre l’activité solaire et le climat ».

http://www.youtube.com/watch?v=Zu-Cy2eeGkg

VAN KOOTEN CORNELIS G - PhD - Professeur Etudes Environnementales et Climatiques University of Victoria (Canada).

"Il n'existe aucune preuve d'un lien direct entre les émissions de CO2 et le réchauffement climatique. D'autres facteurs semblent plus importants que l'impact du CO2".

http://www.vkooten.net/

VAN LOON AJ TOM - PhD - Géologue - Professeur de Géologie Adam Mickiewicz University (PL)

"Le réchauffement climatique auquel nous serions confrontés n'est certainement pas exceptionnel. Des recherches récentes montrent que ces périodes de réchauffement ont eu lieu plus fréquemment que nous le pensions".

http://www.geo.uu.nl/ngv/geonieuws/geonieuwsnr.php?nummer...

VEIZER JAN - Professeur émérite de Géologie Université d’Ottawa-Membre du Royal Society of Canada :

« Le principal gaz à effet de serre est la vapeur d’eau. 5% seulement du CO2 émane de l’activité humaine ».

http://www.sciencebits.com/files/articles/GACV32No1Veizer.pdf

VERDIER PHILIPPE - Master en développement durable - Présentateur météo TV - Chef du service météo France Télévision.

"Le climat est devenu un sujet complètement artificiel calé sur un calendrier diplomatique et politique".

https://www.dailymotion.com/video/x2vp3yz_teaser-climat-i...

VILLARINI GABRIELE - PhD - Dept Civil and Environmental Engineering - Princeton University (USA).

"La constatation de l'augmentation des tempêtes tropicales de l'Atlantique Nord ne découle pas de la variabilité du climat, mais bien des méthodes d'observation utilisées".

http://www.agu.org/pubs/crossref/2011/2010JD015493.shtml

VILLEGAS JULIAN RAMIREZ - International Center for Tropical Agriculture (Columbia) -Institute for Climate and Atmospheric Science - University of Leeds.

"Quand on compare les résultats donnés par les modèles, avec les données météo réelles provenant des régions tropicales, on constate des divergences de plus de 2°C pour les températures, et plus de 20% pour les précipitations. Or ces modèles forment la base du rapport 2014 du GIEC"

http://iopscience.iop.org/1748-9326/8/2/024018/

VIVIAN ROBERT - Docteur en glaciologie - ex directeur du département de Géographie et Environnement Université de Cergy Pontoise. (+)

« Le GIEC a un discours plus géopolitique que scientifique. Les glaciers sont en extension dans certains endroits et en recul dans d’autres ».

http://virtedit.free.fr/article.html

VON STORCH HANS - Climatologue - Professeur au Meteorological Institute - Université de Hambourg (D) - Directeur Institut pour la Recherche Côtière -

« Les recherches sur le climat ont été influencées par la politisation, comme aucune autre branche scientifique ».

(ne conteste pas l’influence humaine sur les chgts climatiques)

http://rogerpielkejr.blogspot.com/2009/12/guest-post-by-hans-von-storch.html

WALIN GOSTA - PhD - Physique Théorique - Professeur émérite d’océanographie - Sciences de la Terre Goteborg University (S)

« On ne peut exclure le fait que les changements climatiques aient des explications naturelles, et que l’homme n’y soit pour rien ».

http://sv.wikipedia.org/wiki/G%C3%B6sta_Walin_(klimatforskare)

WALKER LEN - Ingénieur Civil - Institut australien des ressources minières.

«  Le débat sur les changements climatiques souffre de l’exclusivité donnée aux scientifiques financés par les gouvernements ».

http://www.theage.com.au/news/business/cool-heads-needed-...warming/2007/01/18/1169095910210.html?page=fullpage#conte...

WANG BIN - PhD - Géophysicien - Dynamique des fluides - Professeur de Météorologie International Pacific Research Center - University of Hawaii .

"Les oscillations climatiques naturelles contribuent plus aux précipitations de la mousson que le réchauffement global".

http://www.sciencedaily.com/releases/2013/03/130320155251...

WANLISS JAMES - PhD - Physicien - Professeur associé de Physique et Sciences Informatiques Presbyterian College (USA)

"Il n'y a pas eu de réchauffement climatique ces 15 dernières années. Malgré le penchant du GIEC à dissimuler les données incommodes, ceci ne peut être nié".

http://www.wanliss.com/2011/03/does-the-planet-really-have-a-fever/

WATERHOUSE NEIL - PhD - Physicien - Mesures des Températures - ex membre du National Research Council (Canada)

« L’hystérie portant le réchauffement global est alimentée par une science simpliste de pacotille ».

http://network.nationalpost.com/np/blogs/fpcomment/archive/2009/11/11/letters-no-evidence-ice-caps-are- melting.aspx

WATSON ROBERT - PhD - Paléoclimatologie - Sciences atmosphériques - Conseiller scientifique au ministère britannique de l’Environnement - ex membre du GIEC démissionnaire en 2002.

« Il est temps pour le GIEC de s’attaquer à ses erreurs, ou de perdre toute crédibilité ».

http://www.nature.com/news/2010/100616/full/news.2010.302.html

WATTS ANTHONY - Collaborateur météo de stations radio (USA). Créateur du blog climato sceptique de référence ‘Watts Up With That‘.

« Je ne crois pas que les activités humaines aient une influence sur les changements climatiques ».

http://wattsupwiththat.com/

WAX CHARLES L - PhD - Climatologue - Professeur Dept Geosciences Mississippi State University Ex président American Association of State Climatologists.

« Les changements climatiques sont dus aux cycles solaires et autres phénomènes naturels, et non aux gaz à effet de serre émis par les activités humaines ».

http://deltafarmpress.com/management/changing-climate-natural-phenomenon

WEBER GERD RAINER - PhD - Météorologue - Sciences Atmosphériques - Reviewer IPCC 2001.

"La plupart des conclusions extrêmes sur les changements climatiques n'ont peu ou pas de fondement scientifique".

http://www.google.be/search?sourceid=navclient&hl=fr&ie=UTF-8&rlz=1T4GGLR_frBE284BE285&q=gerd+rainer+weber+climate+change

WEBSTER PETER - PhD - Météorologue - Professeur Ecole des Sciences Terrestres et Atmosphériques - Georgia Institute of Technology (USA)

« Après avoir obtenu les données brutes utilisées par le GIEC (pour le calcul des courbes de température) je suis choqué par ce travail bâclé ».

http://rogerpielkejr.blogspot.com/2010/06/peter-webster-on-pnas-paper-very-likely.html

WEINSTEIN LEONARD - ScD - Physicien - Chercheur au NASA Langley Research Center - National Institute of Aerospace (USA)

« Toute analyse scientifique raisonnable doit conclure que la théorie des changements climatiques causés par les gaz à effet de serre est fausse. Le grand problème actuel se situe plutôt dans la lutte contre la pollution ».

http://climaterealists.com/index.php?tid=163

WEST BRUCE J - PhD - Physicien - Professeur adjoint Duke University

"Le soleil influence le climat d'une façon bien plus significative que ne le laisse apparaître le GIEC".

http://mechatronics.ece.usu.edu/foc/event/FOC_Day@USU/200...

WHITEHOUSE DAVID - PhD - Astrophysicien - ex correspondant météo de la BBC.

« Les chercheurs (climatologues) peaufinent un modèle informatique sur le climat en écrèmant les données pour obtenir le résultat désiré. Ils négligent les dernières données sur l’influence du soleil sur le climat terrestre ».

http://www.thegwpf.org/the-observatory/3373-global-warmin...last.html

WIIN-NIELSEN AKSEL - PhD - Professeur émérité Sciences Géophysiques Université Copenhague (DK) - Ex directeur Organisation Météorologique Mondiale.(+)

« Le GIEC devrait cesser son alarmisme climatique hors preuves scientifiques ».

/?/

WIJSMULLER THOMAS- Météorologue - ex Collaborateur de la NASA - Royal Dutch Weather Bureau (NL)

"Le découplage entre les quantités de CO2 relachées dans l'atmosphère et la température globale qui stagne depuis 15 ans, est la preuve de la complexité de la recherche climatique".

http://www.colderside.com/Colderside/Temp_%26_CO2.html

WILD MARTIN - Climatologue - Senior Scientist Institute for Atmospheric and Climate Science (CH)

"Quant aux modifications du climat, les données enregistrées montrent clairement l'influence des variations de l'ennuagement dues à l'influence du rayonnement solaire, et donc de la chaleur atteignant la surface de la planète ".

http://www.snf.ch/nfp/nccr/F/visibilite/Pages/Climat.aspx

WILSON IAN - Astronome - ex Operations Astronomer Hubble Space Telescope Institute

"Depuis 1880 environ il y a eu 4 périodes d'une trentaine d'années : 2 périodes de refroidissement climatique : de 1886 à 1915 et de 1946 à 1975, et 2 périodes de réchauffement climatique : de 1916 à 1945 et de 1976 à 2005. Ceci est régi par les phénomènes El Nino et El Nina".

http://beforeitsnews.com/stories/by/0000000000048432

WIMBERLEY TERRY (Edward) - PhD – Professor of Ecological Studies Florida Gulf Coast University.

"Le CO2 n'est pas la principale cause du réchauffement climatique, mais bien l'interaction de l'activité solaire et la pénétration des rayons cosmiques dans l'atmosphère terrestre"

http://www.napleschamber.org/Chamber/articles_Detail.aspx?id=694

WINGHAM DUNCAN - PhD - Physicien - Professeur de Physique Climatique University collège of London - Directeur du Dept des Sciences de la Terre. Directeur du Centre pour l’Observation Polaire et la Modélisation. (UK)

« La banquise antarctique est globalement stable ou en expansion. Certains changements n’ont rien à voir avec le réchauffement climatique mais sont liés à des variations naturelles ».

http://www.canada.com/nationalpost/story.html?id=b228f4b0-a869-4f85-ba08-902b95c45dcf&k=0

WINTERHALTER BORIS – PhD - ex Professeur de Géologie Marine - Université d’Helsinki.(F)

« L’influence du rayonnement cosmique et des vents solaires forment une meilleure explication des changements climatiques que la tentative du GIEC d’impliquer l’influence humaine sur les gaz à effet de serre ».

http://www.kolumbus.fi/boris.winterhalter/science.htm

WISKEL BRUNO - BSc- Géologue - Auteur de « The Sky is not falling » - Accréditation professionnelle auprès de Association of Professional Engineers Geologists and Geophysicists of Alberta (Canada)

« Le réchauffement climatique a maintenant quitté le débat scientifique pour devenir une religion. L’ensemble des fonds destinés à la recherche sont canalisés dans la promotion de l’alarmisme climatique ».

http://www.theprosperousfarmer.com/books.htm#Sky

WOJICK DAVID E - PhD - Energy and Environnemental consultant (USA)

« L’hypothèse de la responsabilité des activités humaines sur les changements climatiques est une fausse alarme alimentée par des modèles informatiques manipulés ».

http://www.heartland.org/full/17190/Another_False_Alarm_on_Global_Warming.html

WOLF FREDERIC - Professeur de Météorologie et Climatologie - Keen State College New Hampshire (USA)

« L’atmosphère est un système très complexe. Je suis sceptique quant à l’origine humaine sur les changements climatiques, et je suis impressionné par le nombre de collègues qui doutent également de cette origine ».

/?/

WOLFF GEORGE T - PhD - Sciences Environnementales - Principal Scientist Air Improvement Resource (USA)

"Les conclusions (sur les changements climatiques) du GIEC ont été contestées par beaucoup de scientifiques, pour cause de partialité et d'examen insuffisant par les pairs".

http://icecap.us/images/uploads/USChamberWolffAttachment.pdf

WOLFRAM THOMAS - Physicien - Professeur émérite University of Missouri - Dept Physics and Astronomy.

"La science n'est pas déterminée par un vote à la majorité. (Pour ce qui concerne le réchauffement climatique) des mots tels que consensus ou incontestable n'y ont pas leur place".

http://www.aps.org/publications/apsnews/201101/letters.cfm

WOODCOCK LESLIE - PhD - Ex Professor of Chemical Thermodynamics - University of Manchester - ex NASA researcher.

"La théorie de l'origine humaine des changements climatiques est une hypothèse sans fondement (...) Si vous interrogez des scientifiques n'ayant aucun intérêt dans la question, ils vous diront que rien ne valide cette théorie".

http://www.yorkshireeveningpost.co.uk/news/latest-news/to...-professor-1-6536732

YOUNG GREGORY - PhD - Physicien - ex Professeur d'Analyses Statistiques et Modélisations Mathématiques.

"Les modèles climatiques doivent encore prouver leur exactitude. Comme pour les modèles mathématiques, modifier une seule variable peut faire changer les résultats du tout au tout".

http://www.americanthinker.com/2009/03/its_the_climate_warming_models.html

ZAGONI MIKLOS - Physicien - Chercheur en science de l’environnement.- Reviewer IPCC

« Les gaz à effet de serre ne peuvent pas créer le moindre réchauffement climatique (…) Si réchauffement il y a, il ne peut provenir que de causes naturelles (…) sans que l’homme en soit responsable ».

http://globalwarmingwatch.blogspot.com/2009/04/climate-sceptics-party-needs-all-help.html

ZAITSEV YOURI - Académie des Sciences (Russie) - Institut d'Etudes Spatiales

"Le climat terrestre a toujours varié. Il est très difficile de déterminer les causes de ces changements, et il n'est nullement établi que l'homme en soit responsable".
Youri Zaitsev - Académie des Sciences (Russie) - Institut d'Etudes Spatiales.

http://en.rian.ru/analysis/20070928/81541029.html

ZELENY LEV - Directeur Institute of Space Research - Russian Academy of Sciences.

"Avant d'appliquer le protocole de Kyoto, nous devrions étudier l'influence de tous les facteurs (du climat) et ne retenir que les résultats non équivoques. Car que faire si c'est le soleil qui est responsable du réchauffement climatique".

http://en.rian.ru/analysis/20070928/81541029.html

ZHARKOVA VALENTINA - PhD - Astrophysique - Astronomie - Northumbria University (GB)

"La diminution de l'activité solaire conduira à un mini âge glaciaire vers 2030, semblable à celui connu par notre planète vers 1645".

Valentina Zharkova - PhD - Astrophysique - Astronomie - Northumbria University (GB)

http://www.ras.org.uk/news-and-press/2680-irregular-heart...

ZICHICHI ANTONIO - Physicien - Professeur émérite de Physique Université de Bologne - Ex Président de l'Institut National Italien de Physique Nucléaire.(I)

"On ne peut exclure l'origine naturelle des changements climatiques. Les modèles montrant un réchauffement sont incohérents et non valides".

http://www.zoominfo.com/#!search/profile/person?personId=103648371&targetid=profile

ZIEGLER PETER A- PhD - Géologue - Professeur Global Geology University of Basel (CH) (+)

"Le concept d'émissions de CO2 contrôlant le climat est devenu un axiome défendu avec une ferveur religieuse par le GIEC, et des organisations telles que Greenpeace et le WWF".

http://www.friendsofscience.org/assets/documents/Ziegler-...

ZORITA EDUARDO - PhD - Paléoclimatologue - Chercheur à l’Institut pour la recherche côtière GKSS (D) contributing author IPCC AR4.

« Les chercheurs en sciences du climat sont souvent tentés de modifier leurs données pour être en phase avec la vision politiquement correcte sur les changements climatiques« .

http://online.wsj.com/article/SB10001424052748704107104574572093483921568.html

ZYBACH BOB - PhD - Environmental Sciences Program Oregon State University - Ecologie de la forêt (USA)

« Quant à la prétendue influence humaine sur le climat, nous devrions rendre la science indépendante de la politique, et revenir à la méthodologie scientifique. Celle-ci n’a rien à voir avec la foi ».

http://westinstenv.org/sosf/2009/12/16/the-copenhagen-climate-challenge/

 

 

 

GELBSPAN ROSS- éditeur du Boston Globe - 07/2000 :

« Non seulement les journalistes n’ont pas à rendre compte de ce que disent les scientifiques sceptiques, ils ont la responsabilité de ne pas en rendre compte ».

 

L'usage de la présente liste est libre. Merci toutefois d'en mentionner la source : http://belgotopia.blogs.lalibre.be/climat/