Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

16/05/2009

ETHIQUE et CONSULTANCE.

Nous voici submergés par la révélation d’affaires en tous genres, qu’en fait tout le monde ou à peu près connaissait ou à tout le moins, soupçonnait.

Le détonateur médiatique, d’ailleurs initié par un citoyen blogueur -Olivier Baum-, en fut clairement le voyage californien de nos élites parlementaires accompagnées de leurs épouses , et qui n’était que le dernier voyage d’une longue série, ceci dans un contexte de crise profonde et de pauvreté croissante.

Le cas Donfut met le doigt sur la multiplication des consultants en tous genres, souvent liés au monde politique quant ils n’en sont pas tout simplement issus. J’aimerais qu’on m’explique la nécessité de faire appel à des consultants, quand les hommes politiques disposent d’une administration pléthorique, souvent doublée de cabinets ministériels, refuges rémunérateurs pour les copains et assimilés. En quoi ces consultants -grassement payés par l’argent du contribuable- font-ils un travail plus efficace que ce que les administrations sus-nommées auraient pu effectuer ?

Dans le cas Donfut, un ministre, coiffant une casquette de consultant, se fait un plantureux second salaire pour un travail qu’il aurait parfaitement pu accomplir dans le cadre de ses fonctions, à condition qu’il ait été nommé à la bonne place .

Il y a donc un carrousel rémunérateur à caractère maffieux à exploiter : spécialiste (auto-proclamé ou non) dans un domaine particulier, je me fais nommer ministre dans un tout autre domaine, et je deviens en plus consultant dans ma spécialité pour un autre copain ministre…

Le cas Chastel, qu’il soit ou non justifiable, met le doigt sur les milliers d’ ASBL (sans but lucratif ??) subsidiées par l’argent des contribuables (j’emploierai toujours cette phraséologie, car l’argent de l’état, de la région, de la communauté, c’est le mien, c’est le vôtre), ASBL dont personne ne contrôle ni la justification, ni le travail effectué, ni l’usage fait des fonds confiés.

La seule COCOF subsidie plus de 3700 ASBL…. Ceci est favorisé par notre système électoral, où nos adversaires actuels pourraient bien devenir nos alliés d’après élections, et chaque parti (y compris Ecolo, qui ne participe pas mais qui sait et se tait) a avantage à faire profil bas.

Le système uninominal à deux tours , de par le fait même qu’il n’y a plus d’alliance indispensable à la formation d‘un gouvernement régional, est plus à même d’éliminer pas mal de ces magouilles, même s‘il ne s‘agit pas de la solution à tout.

14:54 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : éthique, belgique, wallonie, particratie | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.