Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

25/07/2009

DE LA RESPONSABILITE DU JOURNALISTE

Je fus un jour partie prenante d’un mouvement social couvert par nos chaînes TV. Je fus effrayé de constater le compte rendu qu’elles en firent, dénotant une méconnaissance profonde non seulement de l’historique de l’entreprise concernée (une des principales de notre pays), mais également des motivations du personnel.

Il s’agissait là d’un problème que je connaissais bien, et je réalisai alors l’ampleur de ce qu’on pouvait me faire avaler sur des sujets que je ne maîtrisais pas…

La presse d’opinion, pour autant qu’elle existe encore en Belgique, a parfaitement le droit d’avoir une lecture de l’actualité conforme à ses convictions philosophiques. Le lecteur en est averti, et sait que Radio Vatican a une autre conception de la problématique du préservatif que l’Humanité.

Mais la presse se voulant neutre, et à fortiori les chaînes TV ou radio, devenues les seules sources d’information pour la majorité du public, ont des obligations plus fondamentales vis-à-vis du citoyen, et notamment un devoir d’objectivité. Voilà le grand mot lâché, auquel beaucoup de journalistes rétorqueront d’une manière définitive que l’objectivité n’existe pas, ce qui les dispense de tout effort en ce sens, et les autorise à une véritable manipulation de l’information, consciente ou non.

Il en est de même de l’expression de la vérité. « La vérité n’existe pas », entend-on alors de toutes parts. Je prétends dans la foulée que la vérité existe bien, mais qu’on peut en faire des lectures très différentes, et participer dès lors à la manipulation.

Celle-ci peut s’exercer de différentes manières.

Par exemple en interviewant des spécialistes très orientés politiquement, en ne précisant pas cette orientation quand celle-ci peut influer sur l‘opinion affichée. Que par exemple Madame Anne Morelli soit une habituée des plateaux et présentée comme historienne et spécialiste de l’histoire des religions, cela est la réalité et je n’ai rien à y redire. La manipulation commence quand on omet de préciser qu’elle se définit elle-même comme étant d’une sensibilité d’extrême-gauche, ce qui est son droit le plus strict, mais mériterait aussi l‘avis parallèle d‘un confrère ayant une autre lecture du problème soulevé.

L’influence de la RTBF lors des négociations communautaires de l’Orange Bleue mériterait à elle-seule un billet, notamment dans le choix des personnalités interviewées quotidiennement…

Un autre exemple de manipulation est le choix orienté des dépêches qui seront reprises à l’antenne.

La vision d’un évènement dans le sens le plus large du terme peut varier drastiquement suivant le JT regardé, depuis la RTBF en passant par RTL, France 2, LCI etc… Désolé, mais cela n’est pas normal.

Certains faits, indispensables à la compréhension d’un évènement, sont totalement passés sous silence par certains médias et non par d‘autres, donnant ainsi une version parfaitement biaisée de l‘actualité.

Un exemple récent de manipulation, au départ cette fois-ci de l‘agence de presse : le crash récent du Tupolev iranien (donc le précédent...).

Que ce soient les commentaires des JT de la RTBF ou de RTL-TVI, ou des dépêches reprises sur les sites web des journaux en ligne, ce crash est mis en parallèle avec l’embargo américain sur les marchandises à destination de l’Iran, rejetant ainsi implicitement la responsabilité du crash sur les USA par le biais d’ une rédaction plutôt alambiquée du communiqué. Or il s’agissait d’un avion de construction russe, et je ne vois vraiment pas la relation de cause à effet… On peut aussi constater que la dépêche d’agence concernée a été reprise à l’identique, que ce soit sur les journaux ou à la télé. Plus aucun travail de journalisme: il s’agit d’une utilisation telle quelle d‘une dépêche d‘agence, d‘un service « fast food » si je peux m’exprimer ainsi.

Les journalistes, ou leurs chefs de rédaction, ne font apparemment l’objet d’aucune surveillance, ni d’aucune sanction. Ils n’ont en fait de comptes à rendre qu ‘à eux-mêmes, hormis le cas flagrant de fausse nouvelle. Mais même ce cas de figure ne fera l’objet que d’une simple mise au point. D’autre part, il ne peut être question d’une surveillance du travail journalistique, ce qui mènerait droit à la censure si prisée des dictatures. C’est donc bien au journaliste lui-même qu’ incombe l’obligation d’analyse et de répercuter une information la plus objective possible, ce qui doit être une obligation pour la presse dite neutre. Il faut alors que le journaliste se fasse violence pour ne pas entacher la réalité par la projection de ses propres convictions.

Or il faut réaliser que la manipulation de l’information est un des plus grands dangers que court notre démocratie. Les médias forment, ou déforment l’opinion publique. Hormis les cas de manipulation à proprement parler, dirigée consciemment ou non (?) par les opinions personnelles du journaliste, se pose également le fait que l’information n’est pratiquement plus vérifiée. Aussitôt servie, aussitôt régurgitée, impliquée dans une véritable course de vitesse avec la concurrence, et surtout avec l’influence désastreuse d’internet et de ses fantasmes.

Il y a aussi la tentation de paraître brillant à l’antenne. Que ne ferait-on pour placer un bon mot qui fera l’admiration des confrères, mais qui amène à tourner en dérision des hommes ou des institutions, et finalement à déconsidérer ceux-ci aux yeux du citoyen avec les conséquences désastreuses qui peuvent en découler.

Le journaliste d’un média dit neutre a une énorme responsabilité, qu’il n’assume que de plus en plus épisodiquement et imparfaitement.

Les « véritables » journalistes (opinion personnelle) sont peu à peu écartés de l’antenne, pour des motifs divers, et il faut bien constater l’amateurisme de certains nouveaux présentateurs(trices) de journaux TV , qui débitent des énormités sans même s’en rendre compte, que ce soit sur le fond ou dans la forme, dénotant une carence certaine dans ce qui devrait être une honnête culture générale. Et là, les exemples abondent…

Jo Moreau

D’ACCORD ? PAS D’ACCORD ?? Laissez-moi votre commentaire !

09:09 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : politique, presse, journalisme, opinion, manipulation, télévision | |  Facebook |

Commentaires

Je suis d'accord avec l'auteur. J'ai, à maintes reprises, pu constater des bourdes ou des informations fausses dans des matières que je connais professionnellement. Dès lors, quel crédit accorder quand il s'agit de sujets qui vous sont plus éloignés ?
Un bémol cependant, il arriva aussi que des reportages ou des conférences de presse auxquelles j'ai assisté furent rendus avec beaucoup de talent.

Écrit par : Danheux | 25/07/2009

Les commentaires sont fermés.