Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

10/09/2009

JE SUIS SIONISTE ET LIBERAL.

Visiteur curieux de forums en tous genre, et spectateur comme beaucoup de la vie politique en particulier, je suis interpellé par la tactique adoptée par certains qui consiste à vider un mot de sa signification première, pour lui en substituer une autre, plus conforme à leur propre vision des évènements.

Ce glissement sémantique est particulièrement vicieux, et se passe dans l’indifférence générale.

Le sionisme est un mouvement visant à l’établissement d’un état juif en Palestine (Larousse).

Un sioniste est donc un partisan de l’existence de l’état d’Israël.

Point à la ligne, ni plus, ni moins.

Peu à peu, ce terme a été détourné par ceux qui combattent l’état d’Israël, et se proclament dès lors antisionistes. Ceci équivaut, il faut bien s’en rendre compte, à être favorable à la destruction de cet état (et de ses habitants si possible).

Ils assimilent de cette manière tous les Israéliens, et par extension tous les juifs dans le monde censés être sionistes, non seulement aux extrémistes partisans du « grand Israël« , mais également à la conspiration juive mondiale, responsable de tous les maux de la terre.

 L’antisionisme est devenu le paravent commode de l’antisémitisme pur et simple.

Le meilleur exemple en est donné par l  « humoriste » Dieudonné, et son « parti antisioniste ». Il aurait pu l’appeler « pro palestinien » ou autrement, mais le terme « antisioniste », qui est rassembleur d’une partie de la population aussi bien autochtone qu’allochtone, permet désormais tous les débordements envers une autre catégorie de citoyens. Il adhère ainsi aux thèses terroristes du mouvement fondamentaliste Hamas, qui dans sa charte prône la destruction de l‘état d‘ Israël et l’éradication des juifs (notamment art 7 du chapitre premier). Par assimilation, il rend ce mouvement acceptable aux yeux d’un maximum de gens et notamment d’hommes et de femmes politiques belges.

Petit à petit, un sioniste n’est plus simplement un partisan de l’existence d’un état pour les juifs, mais est devenu à leurs yeux, et maintenant aux yeux d’une partie de la population, une monstruosité nazie exécutant l’holocauste des palestiniens.

Evidemment, tous les extrémistes juifs sont sionistes, mais tous les sionistes ne sont pas extrémistes !

Un autre exemple, moins tragique mais tout aussi insidieux sur le plan politique, se trouve dans l’utilisation actuelle par la gauche européenne, et belge en particulier, du terme libéralisme utilisé par eux dans le sens de financiérisme débridé ayant mené à la crise actuelle. Par extension, le terme « libéral » (associé au bain de sang social) est utilisé comme repoussoir contre les mouvements politiques et les hommes prônant la doctrine libérale.

On se souvient de la levée de boucliers ayant accueilli à gauche la déclaration du maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, qui déclarait quelques jours avant le déclenchement de la crise actuelle qu’il était favorable au libéralisme, car il défendait la démocratie politique, les libertés individuelles et la libre entreprise. C’est évidemment un acte de foi qu’il n’oserait plus poser aujourd’hui …!

Quand on entend Elio Di Rupo -dans un bel élan populiste- pourfendre le libéralisme dans tous ses discours, mélangeant joyeusement idéologie et adversaire politique, j’ai toujours envie de lui demander : puisque vous luttez contre le libéralisme, que proposez-vous à la place ? Mais je n’assiste pas à ses meetings...

Bien sûr, tous les partisans des magouilles financières ayant débouché sur la crise sont libéraux (quoique …), mais tous les libéraux etc… !

Ce sont à mes yeux deux exemples de glissements sémantiques vers les interprétations les plus extrémistes de ces idéologies, afin d’y englober tous leurs partisans, utilisés par certains qui en vicient la signification afin de la faire coller à leurs propres fantasmes politiques.

 D’autres exemples existent , dans toutes les sphères de la vie sociale et politique, à vous de les découvrir …

Quant à moi, et bien je suis un sioniste libéral, dans les significations premières et seules valables, de ces mots devenus maudits pour certains.

Jo Moreau

D ‘ ACCORD ? PAS D’ACCORD ?? Laissez-moi votre commentaire.

16:09 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : politique, sionisme, libéral, extrémisme | |  Facebook |

Commentaires

En disant pas mal de vérités, vous vous permettez de glisser soit des mensonges volontairement, soit vous faites preuve de mauvaise foi ... en effet, Dieudonné est certes provocateur, faut le suivre etc ... on peut l'accuser de tout ce qu'on veut, mais il n'est pas antisémite ... pas assez con pour ça oserai-je dire !
Peut être que le fait d'être un vrai antisioniste en gêne beaucoup ... mais cela finit par faire poser des questions à des gens qui ne se sont jamais intéressés au problème.

Pour vous rassurer, Dieudo est moins antisioniste que becaucoup de juifs antisionistes ... surtout moins farouchement !

Je dirai que de telles accusations gratuites ne sont pas pour aider à la lutte contre tous les racismes dont l'antisionisme.
Rassurez-vous encore, vous n'êtes pas le seul à dire ce genre de choses contre Dieudonné.
Je ne suis pas juif et si je l'étais, je souhaiterai que tous les français luttent autant contre l'antisémitisme (hé oui) que Dieudonné.
D'ailleurs, je ne suis pas loin de penser que beaucoup de juifs sont certains que Dieudo n'est pas antisémite, mais que pour faire vivre l'idéologie sioniste ...il n'y a rien de mieux que de faire croire à l'antisémitisme à tout va ... je dis cela en pensant à la citation de Herzl !

Bref, il vaut mieux chercher l'antisémitisme là où il se trouve ...

Écrit par : Vigon | 10/09/2009

Bonjour Vigon,
Tout d'abord merci de rester correct dans un débat où souvent les insultes volent bas...
Nous sortons toutefois du débat, qui est l'emploi correct des termes, et si l'on ne veut pas dire ce que l'on dit, et bien il faut changer de vocabulaire.
Antisioniste veut bien dire adversaire du droit des juifs de disposer d'un état, et à ce titre partisan de la destruction -disons de la disparition- de l'état d'Israël.

Écrit par : aldebaran | 11/09/2009

Heu, cela dit, est-ce qu'il n'est pas problématique d'associer
"état juif" à "état d'Israel".

Peut-on réellement imaginer fonder un état de droit qui soit un état "racial" (comme un "état juif") ?
Est-ce qu'un état démocratique ne devrait pas etre celui de tous ses citoyens, quels que soient leurs origine, race, religion, ethnie, langue, ou culture?

Et dans ce cadre, ne peut-on pas etre antisioniste en étant partisan de l'existence de l'état d'Israel mais en n'acceptant pas qu'il puisse etre défini comme un état juif et qui donc de facto fait de certains de ses citoyens des citoyens de seconde catégorie?
En tant que libéral, il me semble que vous devriez adhérer à l'idée qu'un état est là pour garantir les droits de tous ses citoyens indépendamment de leurs caractéristiques, non?

Écrit par : Patrick | 11/09/2009

Bonjour Patrick,
Je m'accroche toujours à la définition exacte de sionisme.
Maintenant, qu'est ce qu'un état "juif", en sachant que les juifs ne constituent pas une race.
Grand débat : qu'est ce que c'est qu'être juif ? En sachant que pas mal de fondateurs de l'état d'Israël étaient communistes, et/ou non-croyants.
Tous les citoyens israéliens sont égaux devant la loi, qu'ils soient israélites, arabes (20% de la population) ou autres, et ont d'ailleurs des élus au parlement et l'arabe est la seconde langue nationale. Maintenant, qu'il y ait des discriminations internes, cela est évident mais ne dépend pas de la structure même de l'état. C'est la rédaction de la résolution 818 qui parle de la scission de la Palestine entre "un état juif et un état arabe".

Écrit par : aldebaran | 11/09/2009

bonjour

personnelement je suis toute a fait d'accord avec vigon
et si il faut faire des mannifestation en belgique j'y participerais vous pouvez me contacté

Écrit par : valentin | 20/09/2009

Bonjour,

Qui peut expliquer mieux que des rabbins la différence entre judaïsme et sionisme ?
Je vous encourage donc à lire la réponse :

http://www.jewsagainstzionism.com

Cordialement

Écrit par : Jojo | 26/09/2009

Bonjour Jojo,
Je n'ai jamais prétendu confondre sionisme et judaïsme.
Je suis parfaitement au courant qu'une fraction de juifs orthodoxes sont opposés au sionisme, comme le Hamas, émanation des Frères Musulmans, ne revendique nullement la création d'un état palestinien, pour des raisons religieuses similaires.
Tout mon propos tend à s'opposer au "détournement" des mots de leur sens véritable, pour des raisons avouables ou non.

Écrit par : aldebaran | 27/09/2009

Bonjour Aldebaran,

Judaïsme : religion pratiquée par des croyants dont les aïeux n'étaient pas tous originaires de Palestine et qui croient dans la Torah.

Sionisme : nationalisme basé sur la race (et c'est là que commence la confusion) qui a notamment collaboré avec le régime nazi dans le cadre de la Haavara (*) ou "Transfer agreement" pour commencer à créer l'état d'Israël et qui a collaboré à la persécution et à la mort de plusieurs centaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants dans des conditions immondes uniquement parce que ces derniers étaient de confession juive.

La création d'un état dit "juif" par des hommes étant totalement incompatible avec l'enseignement de la Torah, les deux mots (judaïsme et sionisme) ont donc des significations parfaitement distinctes (dit autrement : il est difficile de soutenir que l'on croit dans la Torah et de soutenir la création d'un état dit "juif").

Je suis donc parfaitement d'accord avec toi : confondre les deux mots est soit une preuve d'ignorance soit le résultat d'un dessein pervers.

(*)
http://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/Holocaust/haavara.html
http://www.transferagreement.com/index.php
http://www.jewsagainstzionism.com/resources/onlinebooks/Holocaust%20Victims%20Accuse.pdf

Écrit par : Jojo | 27/09/2009

Jojo,
Je ne sais pas d'où vous tirez votre définition du sionisme (ou plutôt je m'en doute parfaitement bien), en sachant que "juif"n'est pas une race.
Quant à moi, je m'en tiens à la définition des dictionnaires, déjà rappelée dans mon billet: mouvement visant à l'établissement d'un état juif en Palestine. Point à la ligne.
Quant à rentrer dans le débat : qui est juif et qui ne l'est pas, je ne m'y risquerais pas.
(Un dernier détail, je ne suis pas juif ...).
Je clôture ici mes interventions, ce billet ayant pour seule ambition le repositionnement des mots dans la langue française.

Écrit par : aldebaran | 28/09/2009

Aldebaran,

Le Larousse a une définition, "The Encyclopedia Of Race and Racism" publiée par la maison d'édition Macmillan en a une autre :
"...Le Sionisme est un mouvement politique institué pour promouvoir la création d'un état juif. Il est basé sur l'idée que les Juifs, où qu'ils habitent, constituent un seul peuple. Il s'est développé en Europe à la fin du XIX ème siècle sur fond de montée du nationalisme et de sentiments anti juifs, tout spécialement dans des régions sous domination du Tsar où vivaient un grand nombre de Juifs, mais aussi en France, où l'affaire Dreyfus a révélé un ressentiment trés répandu des Juifs même dans une démocratie moderne où ils étaient comparativement bien assimilés. Parce qu'il définit le Juif non pas par une pratique religieuse, linguistique, un lieu de naissance ou une culture, mais en fonction de qui descend la personne, le Sionisme est une idéologie de race...."
http://www.amazon.com/Encyclopedia-Race-Racism-Set/dp/002866020X

L'ONU, dans sa résolution 3379 du 10/11/1975 avait également conclu :
"...Considère que le sionisme est une forme de racisme et de discrimination raciale".
http://www.un.org/french/documents/view_doc.asp?symbol=A/RES/3379%28XXX%29&Lang=F

Cordialement

Écrit par : Jojo | 28/09/2009

Jojo, je m'en tiens aux définitions des dictionnaires de langue française, puisque mon propos découle de l'usage de la langue française.
(De plus, la définition que vous citez n'est pas non plus exacte quand elle définit le juif "en fonction de qui descend la personne", excluant par là même les convertis au judaïsme)
Pour la résolution de l'ONU de 1975, un petit oubli de votre part : elle a été annulée par l'Assemblée Générale du 16/12/1991, le Secrétaire général Kofi Annan assimilant la résolution de 1975 à de l'antisémitisme pur et simple.
Encore une fois, je ne veux pas me laisser entraîner dans des considérations politiques, mais lutter contre l'usage abusif du terme sioniste ou antisioniste.

Écrit par : aldebaran | 29/09/2009

Aldebaran

Ce n'était pas un oubli. L'important n'est pas de savoir si la résolution est annulée ou pas (de toutes les façons l'état sioniste ignore toutes les résolutions de l'ONU qui le condamnent), l'important est que cela a été dit dans l'enceinte de l'ONU et adopté à la majorité des membres.

Nota : Ce n'est pas le secrétaire, mais l'assemblée de l'ONU qui a déclaré nulle la résolution de 1975 et...
...le 16/12/91, le secrétaire des Nations Unies était Javier Pérez de Cuéllar, pas Kofi Annan.

Il est d'ailleurs très intéressant de comparer les deux résolutions : la résolution 3379 est argumentée,
http://www.un.org/french/documents/view_doc.asp?symbol=A/RES/3379%28XXX%29&Lang=F
en revanche la résolution 46/86 du 16/12/91 tient sur 2 lignes et ne donne aucune explication (à chacun de se faire la sienne...)
Nota : Il n'est pas fait état d'antisémitisme.
http://www.un.org/french/documents/view_doc.asp?symbol=A/RES/46/86&Lang=F

Pour revenir à votre préoccupation : si vous jugez qu'accuser Israël d'être un état raciste, c'est de l'antisémitisme pur et simple, je crains que vous n'arriviez à éclairer ceux qui lise ce blog sur la différence qu'il faut faire entre les termes judaïsme, sionisme, antisémitisme, etc.

La lumière est peut-être là :
http://www.sefarim.fr/

Cordialement

Écrit par : Jojo | 29/09/2009

Jojo,
Vous sortez une nouvelle fois du débat.
Vous avez raison pour ce qui concerne Kofi Annan. Je m'étais basé sur l'article "sionisme" de Wikipedia, sous le sous-titre "l'antisionisme anticolonialiste ou anti-impérialiste", en donnant à la phrase une explication qu'elle n'a sans doute pas.
Cela dit, je ne "juge"rien, sauf qu'employer à tort et à travers les termes, c'est en dénaturer le sens dans un but politique pour ce qui nous concerne.
Encore une remarque :
Peut-être Israël aurait-il (avant que les évènements ne prennent une tournure aussi extrême) respecté les résolutions de l'ONU, si toutes les parties avaient accepté la première d'entre elles, soit la résolution 181 (adopté par la majorité, à laquelle vous tenez tant) prévoyant le partage de la Palestine.
Je termine ici mes interventions sur le thème de la sémantique, en réaffirmant mon opinion : je suis favorable à l'existence de l'état d'Israël, et je suis en conséquence sioniste.

Écrit par : aldebaran | 30/09/2009

Aldebaran,

Ne sachant pas à quoi vous faites allusion quand vous dites "...si toutes les parties avaient accepté la première d'entre elles...", il m'est difficile de répondre précisément.

Je vais toutefois essayer en vous rappelant que plusieurs mythes, fabriqués lors de la création d'Israël (comme par ex: les palestiniens sont partis volontairement, répondant aux appels des dirigeants arabes qui leur promettaient un retour rapide après la victoire), ont été détruits par ceux que l'on a appelé les "nouveaux historiens israéliens", en particulier grâce à l'ouverture des archives israéliennes en 1978.

Je mets deux liens ci-dessous, mais une recherche dans google (*) avec "nouveaux historiens israéliens" vous donnera d'autres informations à ce sujet.
http://www.cartografareilpresente.org/article346.html
http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2336213&rubId=786

(*) J'ai découvert en faisant moi-même la recherche qu'on avait inventé un nouveau terme : le "post-sionisme".
Ca se complique pour vous : ça vous fait un mot de plus dont vous allez devoir faire maîtriser l'emploi et celui-là, il n'est pas piqué des vers. Il s’agit, je cite, d’une critique – née au sein même de la société israélienne – de ce que le sionisme aurait voulu être et qu’il ne fut pas, et de ce qu’il fut sans l’avoir voulu.
http://www.amazon.fr/Critique-post-sionisme-R%C3%A9ponses-historiens-isra%C3%A9liens/dp/2848350350

Bonne chance.

Cordialement

Écrit par : Jojo | 30/09/2009

SIONISME C'est l'exemple le plus raciste dans tous l'estoire de l'humanite, le sinisme c'est la vrais choa que tous le monde le sais aujourdui et proteger pas un systeme mafia politique et mediatique , commançant par le sarko et fini par obama, les nazi ils onts fais mal a l'homanite pendant 5ans mais moin de ce qu'ils onts fait les israelien depuis les annee 1948 et meme avant, oui les juifs ils onts un droit en palistine, mais avec tous les statistique israeliene entrouve que il ya que 10000habitant juifs en palistine dans les annee 1900 , et ajrdui ils ya plus que 11000000, tous d'origine de tous les pays de monde almand, français canadiens afriquians.... tous ils sonts la acouse d'une relegion date de 2000 avant!!c'est comme on dite qu'ils y avez une avez une religion en itaie ilya 2000ans et tous les gens qui croi a cette religion aujrdui vont venir en italie et chasser tous les italien de leurs paye!! ce qui ce passe mantnt en palistine , et meme si en regarde la societe israelien en trouve que la majorite ne sonts pas mediteranien ils sonts la selement pour massacrer les palistinienes au nom de joda!!

Écrit par : adam | 24/10/2009

Aldebaran,

Je rappelle la définition de ton Larousse pour le sionisme : mouvement visant à l'établissement d'un état juif en Palestine.

La définition de mon Larousse (édition 1981) est différente : doctrine, mouvement visant à l'établissement du plus grand nombre possible de Juifs dans une communauté nationale autonome ou indépendante en Palestine.

La différence entre les deux définitions est de taille.

Pour le prouver, je mets en lien un débat (passionné) entre un Juif Français et Shlomo Sand, un Israélien de confession juive qui condamne le sionisme en utilisant des mots très forts comme raciste et fascisant.

Pour résumer mon propos, Shlomo soutient la définition de mon Larousse et condamne la définition du tien.
http://www.youtube.com/watch?v=--5DoCcKv8M&feature=PlayList&p=FB1197FF2BA80DFF&index=0
http://www.youtube.com/watch?v=HnkR215-A7g&feature=PlayList&p=FB1197FF2BA80DFF&index=1

Quelle est la date d'édition de ton Larousse ?

Shalom

Écrit par : Jojo | 08/11/2009

Jojo,
Votre discussion, pour être passionnante, n'en est pas moins épuisante...surtout pour un non-juif. Je ne discerne pas bien ce que vous voulez me démontrer ! Je viens de consulter le lien internet "Lexilogos", qui reprend plusieurs définitions de dictionnaires, dont Larousse : "Mouvement dont l'objet fut la constitution, en Palestine, d'un Etat juif". La seule chose contre laquelle je veux lutter est le détournement de la signification des mots, tels qu'ils sont utilisés dans la langue française. On peut par contre discuter à perte de vue sur la pertinence de l'existence de beaucoup d'états, à commencer par l'état Belgique ...!

Écrit par : aldebaran | 08/11/2009

Aldebaran,

Qu'est-ce que je veux démontrer ?...

Tu sembles oublier les propos de ton premier post. Je te les rappelle :

"...Peu à peu, ce terme a été détourné par ceux qui combattent l’état d’Israël, et se proclament dès lors antisionistes. ....
...L’antisionisme est devenu le paravent commode de l’antisémitisme pur et simple..."

"...Petit à petit, un sioniste n’est plus simplement un partisan de l’existence d’un état pour les juifs, mais est devenu à leurs yeux, et maintenant aux yeux d’une partie de la population, une monstruosité nazie exécutant l’holocauste des palestiniens..."

J'ai simplement voulu démontrer que l'on peut être antisioniste sans être antisémite et juger le sionisme comme une idéologie raciste sans être traité d'antisémitisme.

Pour ce qui concerne la "monstruosité nazie", je renvoie au site des rabbins qui explique le rôle des sionistes durant l'holocauste:
http://www.jewsagainstzionism.com/antisemitism/holocaust/gedalyaLiebermann.cfm
http://www.jewsagainstzionism.com/antisemitism/nazisupport.cfm

Pour ceux qui ne lisent pas l'anglais, les pages traduites avec google:
http://translate.google.fr/translate?prev=hp&hl=fr&js=y&u=http%3A%2F%2Fwww.jewsagainstzionism.com%2Fantisemitism%2Fholocaust%2FgedalyaLiebermann.cfm&sl=en&tl=fr&history_state0=
http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&tl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.jewsagainstzionism.com%2Fantisemitism%2Fnazisupport.cfm

Un petit clin d'oeil: nous venons de fêter les 20 ans de la chute du "mur de la honte" en Allemagne. De jeunes palestiniens qui doivent avoir une vingtaine d'année et qui ne manquent pas de courage, ont voulu fêter cet événement à leur façon :
http://www.youtube.com/watch?v=9xh4ouc8Lac

שלום

Écrit par : Jojo | 08/11/2009

Je complète mon précédent post :

concernant ton propos :
"...Petit à petit, un sioniste n’est plus simplement un partisan de l’existence d’un état pour les juifs, mais est devenu à leurs yeux, et maintenant aux yeux d’une partie de la population, une monstruosité nazie exécutant l’holocauste des palestiniens..."

Le rapport Goldstone qui condamne Israël pour les crimes commis durant l’offensive de Gaza fin 2008 a été adopté le 5/11/09 par l'assemblée générale de l'ONU, par 144 voix pour et 18 contre (la Belgique s'est abstenue).

Je cite le communiqué de l'ONU "...Les actions d’Israël équivalent à des crimes de guerre, selon les experts, et pourraient constituer des crimes contre l’humanité..."

Le communiqué de presse de l'ONU:
http://www.un.org/News/fr-press/docs/2009/Conf090915-GAZA.doc.htm

שלום

Écrit par : Jojo | 08/11/2009

Je ne vois vraiment pas le rapport, et vous essayez de m'entrainer dans des propos qui ne sont pas les miens. Je m'en tiens à la définition du sionisme. Qu'Israel soit, à tort ou à raison, condamné pour crimes de guerre n'a rien à voir avec son droit à l'existence, conformément à la résolution 181 de l'ONU. Ni l'Allemagne, ni le Japon n'ont été rayé de la carte parce qu'ils ont été condamnés pour crimes de guerre. Sur ce, je connais votre position et vous connaissez la mienne, et une poursuite de ce dialogue n'apportera rien au schmilblik. Restons-en là si vous voulez bien.

Écrit par : aldebaran | 08/11/2009

Aldebaran,

Aa-tu écrit ça dans ton premier post ?

"...Peu à peu, ce terme a été détourné par ceux qui combattent l’état d’Israël, et se proclament dès lors antisionistes. ....
...L’antisionisme est devenu le paravent commode de l’antisémitisme pur et simple..."

"...Petit à petit, un sioniste n’est plus simplement un partisan de l’existence d’un état pour les juifs, mais est devenu à leurs yeux, et maintenant aux yeux d’une partie de la population, une monstruosité nazie exécutant l’holocauste des palestiniens..."

Oui ou non ?

Répondre à ces propos est-ce rester dans le débat ou sortir du débat ?

שלום

Écrit par : Jojo | 08/11/2009

Oui Jojo, je l'ai écris.
Mais vous avez entièrement raison, et j'ai tout à fait tort. Vos écrits sont paroles d'évangile, (ou du moins de tout autre livre saint qui vous convient), et je bats ma coulpe.
Vous m'avez convaincu et plus jamais je ne recommencerai.
Mais par pitié, f....-moi la paix !

Écrit par : aldebaran | 09/11/2009

Les commentaires sont fermés.