Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/12/2009

CONSENSUS CLIMATIQUE AVEZ-VOUS DIT (7)

Suite n° 7

- « L’affaire du réchauffement climatique est déguisée comme de la science. Mais c’est de la propagande, pas de la science ». Paul Reiter - Spécialiste des maladies propagées par les insectes - Responsable de service à l’Institut Pasteur - ex collaborateur du GIEC.

- « La corrélation entre le réchauffement éventuel et l’augmentation de CO2 est particulièrement faible. L’énergie solaire et les mouvements océaniques sont bien plus importants dans ce processus ». Don Aitkin - PhD - ex vice-chancelier et président de l’université de Canberra.

- « Les fontes dramatiques des glaces de l’Arctique résultent plutôt des cycles naturels que du réchauffement climatique ». Vicky Pope - prévisionniste climatique au Hadley Center.

- « Le CO2 atmosphérique n’est pas la cause du réchauffement global. C’est le réchauffement qui est la cause de l’augmentation de CO2, et non le contraire ». Robert H. Essenhigh - PhD - professeur en préservation de l’énergie - Ohio State University.

- « L’activité humaine n’est pas responsable des changements climatiques, mais bien le cycle naturel. Les ordinateurs permettent à un mauvais modèle d’être précisément faux ». William Gray - PhD Sciences Géophysiques - Spécialiste des ouragans - Professeur émérite des Sciences Atmosphériques Colorado State University.

- « Il est impossible de prouver un réchauffement climatique en se fondant sur les calculs actuels. On pourrait tout aussi facilement prouver un refroidissement ». Bjarne Andresen - PhD - Physicien - Professeur au Niels Bohr Institute - Université de Copenhague.

- »La température moyenne de l’Antarctique n’a augmenté que de 0,4°C au XXe siècle, contrairement aux prévisions des modèles. La fonte des glaces dans l’Antarctique durant l’été 2008-2009 (oct à janvier) a été le plus bas jamais enregistré dans l’histoire des observations par satellite (env 30 ans). Andrew Monaghan - Chercheur au National Center for Atmospheric Research (NCAR).

- « Les phénomènes physiques associés au climat sont parmi les plus complexes qui soient, et la science ne sait pas dire grand-chose sur leur évolution future ». Christopher Essex - PhD - co directeur du programme de physique théorique - Western University (Ontario).

- « Le débat actuel au niveau mondial sur le réchauffement climatique est dénué de presque tout aspect scientifique et a été politisé. Un débat libre et ouvert serait bénéfique ». Madhav Khandekar - PhD - Météorologiste - ex chercheur en sciences de l’environnement du Canada.

- « Il n ’existe aucune preuve (…) que les activités humaines aient un quelconque effet sur le climat mondial. En outre, le prétendu consensus sur les émissions de CO2 n’a aucun fondement dans la réalité ». John Nicol - Physicien - Président Australia Climate Science Coalition - James Cook University (Australie).

- « Les récentes découvertes montrent que la Terre entre dans une période de refroidissement. Le gouvernement devrait agir avec beaucoup de prudence dans la question des ’bourses carbone’ « .  Owen McShane - Chargé de cours gestion stratégique et gestion des technologies - Auckland University.

- « Il n’est pas établi, comme le prétend le GIEC, que le CO2 soit responsable d’un quelconque réchauffement climatique. Les modèles utilisés par cet organisme sont incapables de simuler les variations de la couverture nuageuse ». Asmunn Moene - PhD - ex dirigeant du Centre de Prévisions - Institut météorologique norvégien.

(à suivre) 

Voir aussi les 6 compilations précédentes dans la catégorie « climat ».

Jo Moreau

17:52 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : réchauffement, giec, consensus, kyoto, copenhague, co2 | |  Facebook |

Commentaires

Si il est vrai qu'il y a encore pas mal d'incertitude quant à la précision des modèles mathématiques utilisés par nos climatologues, une chose est sûre, l'effet de serre existe. C'est d'ailleurs l'effet de serre naturel qui permet à la Terre de ne pas se transformer en boule de glace.
Une autre chose est également certaine, l'émission de CO2 anthropique est en train de modifier la concentration naturelle de ce gaz dans l'atmosphère. En effet les concentrations actuelles sont de 385 ppm (part par million), et elles n'ont jamais été aussi élevées depuis près d'un million d'année.
Si l'on consulte nos archives climatiques pendant cette période, le taux de CO2 n'a jamais dépassé les 280-290 ppm.
Et nul ne sait réellement comment va se comporter la machinerie climatique si nous continuons à émettre notre CO2 sans prendre en compte le principe de précaution, c'est-à-dire sans limiter nos émissions de CO2, et des autres gaz à effet de serre (méthane et protoxyde d'azote).
Maintenant il est compréhensible de s'inquiéter par rapport au possibles excès du green business, mais je pense raisonnablement qu'il va falloir qu'ils fassent très fort par rapport aux véritables oligarchies du pétrole et à leurs excès qui sont responsables de désastres écologiques, ainsi que de catastrophes humanitaires, en particulier dans les pays pauvres.

Écrit par : pascal botte | 21/12/2009

Bonjour Pascal,
Pour ce qui concerne le CO2, notons qu'il n'est pas le principal gaz à effet de serre et de loin, puisqu'on le quantifie de 5 à 10% (selon les sources) du total de ces gaz, et le CO2 d'origine antropique est une fraction de ce total de CO2 atmosphérique (Augie Auer, météorologue - université du Wyoming le quantifie à 0,117% du total des gaz à effet de serre).
D'autre part, les taux de CO2 que vous citez sont extraits des rapports du GIEC et sont eux-mêmes contestés.
Voir notamment : http://www.anenglishmanscastle.com/180_years_accurate_Co2_Chemical_Methods.pdf
Bref, le débat reste bien ouvert !!

Écrit par : aldebaran | 22/12/2009

Les commentaires sont fermés.