Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

31/01/2010

QUELQUES ACTUALITES PARALLELES 31/01/2010

Quelques faits d’actualité récente qui m’ont interpellé à un titre ou un autre, et qui n’ont pas ou peu reçu d’écho dans nos médias nationaux.

- ALGERIE - Depuis 3 ans, de nombreux chrétiens ont été condamnés soit pour prosélytisme, soit pour prières en dehors des lieux de culte. (France 24 - 15/01/2010)

- CHINE - La Chine défendra ses droits légitimes en mer de Chine Orientale contre les prétentions japonaises. Le champ pétrolifère et gazier de Chunxiao appartient à la Chine. Résoudre la question de la mer de Chine Orientale est crucial pour l’avenir des relations sino-japonaises, et pour la stabilité de la région. (Le Quotidien du Peuple 19/01/2010)

- CHINE - La ligne d’assemblage d’Airbus de Tianjin a livré 11 A320 en 2009, et livrera 26 appareils en 2010. (Le Quotidien du Peuple 19/01/2010)

- IRAN - Les navires occidentaux dans le Golfe constituent d’excellentes cibles en cas d’agression quelconque contre l’Iran, déclare Ahmad Vahidi, ministre iranien de la Défense. Celui-ci est recherché par Interpol pour son implication dans l’attentat contre l’Association Mutuelle Israélite en Argentine, qui a fait 85 morts et 300 blessés en 1994 à Buenos-Aires. (Ria Novosti 19/01/2010).

- NIGERIA - Près de 300 morts et des dizaines de blessés en 3 jours d’affrontements entre musulmans et chrétiens dans une ville du Nigeria. (France 24 20/01/2010)

- VENEZUELA - Hugo Chavez ordonne la suspension de la diffusion de 6 chaînes TV , qui n’ont pas voulu diffuser les communiqués gouvernementaux. (Le Quotidien du Peuple 27/01/2010)

- ETHIOPIE - Plusieurs dizaines de morts et des milliers de personnes déplacées suite à des incidents à la frontière avec le Kenya. (Chine Nouvelle 27/01/2010)

-VENEZUELA - Les ressources globales de la ceinture pétrolière de l’Orénoque sont estimées à 234 milliards de barils de pétrole brut, pouvant atteindre 314 milliards de barils. (Ria Novosti 27/01/2010)

- RUSSIE - Un nouveau gisement renfermant des dizaines de millions de tonnes de pétrole brut découvert en Russie. (Ria Novosti 27/01/2010)

 - LYBIE - La Lybie achètera pour 1,3 milliards d’euros d’armes à la Russie, dont des armes d’infanterie. (Ria Novosti 30/01/2010)

- RUSSIE - Les gardes-côtes russes ont ouvert le feu sur deux bateaux de pêche japonais près de quatre îles litigieuses du Pacifique. Aucun traité de paix n’a été signé entre les deux pays depuis la fin de la seconde guerre mondiale. (Chine Nouvelle 30/01/2010)

- RUSSIE - Les avions de l’US AIR FORCE se rendant en Afghanistan pourront traverser l’espace aérien russe. (Chine Nouvelle 30/01/2010)

- IRAN - L’administration Obama accélère le déploiement de nouvelles défenses dans le Golfe Persique, contre une éventuelle attaque iranienne par missiles. (New York Times 30/01/2010)

- FRANCE - PSA (Peugeot-Citroën) va rappeler environ 100.000 véhicules (Peugeot 104 et Citroën C1) construits dans une usine Toyota de la République Tchèque pour un défaut de la pédale d’accélération. (France 24 31/01/2010)

Autres billets similaires dans la catégorie « international ».

Vos commentaires sont bienvenus !

Aldebaran. 

16:44 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, monde, international, politique, société | |  Facebook |

23/01/2010

OPEL ANVERS : LA DEMISSION DES ELITES

La fermeture de l’usine d’Opel à Anvers n’est qu’un épisode supplémentaire de la grande désindustrialisation de l’Europe, continent en voie de régression -au même titre d’ailleurs que les USA à un degré toutefois moins visible-.

On peut en effet prédire à moyen terme la disparition quasi complète de toute industrie lourde ou manufacturière de notre continent, ou plutôt sa délocalisation vers des pays émergents, nettement plus compréhensifs quant au bien-être d’une main-d’œuvre employée souvent à la limite de l’esclavage.

Cette délocalisation massive a été rendue possible par les accords de l’OMC, débouchant sur une mondialisation exclusivement profitable aux seuls financiers, propriétaires d’entreprises dont-ils ne soupçonnent même pas le fonctionnement, et desquelles ils ponctionnent des profits maximum, quels que soient les moyens et sans aucun égard pour les pays qui ont favorisé leur développement, et à fortiori pour leurs populations.

Ce processus est parfaitement en phase avec l’idéologie financiériste actuelle, soit la confiscation systématique par quelques uns de la richesse mondiale, sans aucun return vers ceux à qui ils sont -en partie du moins- redevables.

Ceci n’a plus rien à voir avec le libéralisme, du moins « mon » libéralisme qui s‘oppose à l‘oppression de l‘individu, et ce n’est plus non plus du capitalisme, soit la fourniture aux entreprises des capitaux nécessaires à leur développement.

Cette hystérie de l’accaparement des richesses se fait avec la complicité du monde politique, dont aucun composant n’a le courage ou la volonté de s’opposer fermement et sans concession à cette vision dévoyée du fonctionnement de l’économie mondiale. Il faudrait évidemment une stature à la mesure du défi, qui se situe à un autre niveau que l’avenir de BHV.

Ils feignent de considérer ces délocalisations comme inéluctables, dans le respect des accords signés.

Aucun accord, aucun traité n’est éternel. Maintenant que nous pouvons réaliser leurs conséquences néfastes et même fatales pour notre conception de la société, il est du devoir impérieux des états européens de dénoncer ces accords, et nos hommes politiques doivent se réapproprier leur fonction essentielle : la protection du bien-être des populations qui les ont élu, qui découle du maintien d‘une activité économique puissante. Cela n’est évidemment concevable qu’au niveau de l’Union Européenne.

Voir à ce sujet : http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2009/05/11/eur...

La dénonciation des accords de l’OMC et la conception saine d’une réelle concurrence fondée sur une recherche d’équivalence des systèmes sociaux au niveau mondial, est la seule voie qui puisse renverser la vapeur et mettre un terme à la paupérisation inéluctable de nos populations. Rappelons-nous les chiffres de Monsieur Defeyt : 750.000 personnes sont sans emploi en Belgique, quel que soit le vocable sous lequel on les classe, et ce chiffre ne pourra que croître.

Il faut avoir le courage de dire tout haut ce que chacun sait ou soupçonne : sans une révision radicale de notre politique commerciale et industrielle, et de notre vision du commerce mondial, nous ne serons bientôt plus en état de payer les allocations sociales , que ce soient les indemnités de chômage ou les pensions, faute de financements suffisants.

Il faut aussi réinventer le libéralisme et le capitalisme, à mon avis seuls capables de garantir une évolution dynamique de nos sociétés, mais certainement pas dans leurs dérives hallucinantes actuelles…

Jo Moreau

D’ ACCORD ? PAS D’ ACCORD ?? LAISSEZ-MOI VOTRE COMMENTAIRE !

17:48 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : économie, belgique, mondialisation, délocalisation, chomage | |  Facebook |

20/01/2010

HAITI : MAIS OU EST DONC L'EUROPE ?

J’entends un peu partout, et surtout sur les chaînes françaises, de lourds regrets sur l’absence de visibilité de l’Europe dans les opérations de secours en Haïti, et de vertueux reproches quant à l’action américaine, qui en prenant la direction des opérations sur l’aéroport de Port-au-Prince, privilégierait l’arrivée de leurs propres aéronefs.

En trois à cinq jours, les USA ont été capables d’envoyer des équipes spécialisées de contrôleurs aériens, et des milliers de soldats pour la sécurisation des opérations, sans compter le rassemblement et le transport de centaines de tonnes de vivres et de matériels divers, des équipes de secours, d’un porte-avion aménagé en base arrière pour hélicoptères, et d’un navire-hôpital.

Face à cela, que propose l’Europe ? Rien, mis à part les initiatives disparates de quelques pays envoyant quelques équipes de sauveteurs bien courageux, qui ont sauvé pas mal de gens, mais également la démonstration éclatante de son impuissance crasse à proposer une structure efficace ainsi qu’une organisation susceptible de prendre la mesure du problème et de coordonner efficacement les efforts.

Il faut impérativement prendre conscience de l’impuissance militaire européenne, à l’origine directe de son impuissance diplomatique et de son incapacité à répondre à des situations extrêmes.

Sans les moyens logistiques des USA, l’Europe est inexistante, et tous les pays du monde en sont parfaitement conscients. S’imaginer qu’en stratégie politique internationale, on peut faire entendre sa voix ou imposer sa vision des choses sans un arrière-plan militaire très solide, relève du fantasme ou du doux rêve de ceux qui s‘imaginent vivre dans un Disneyland à l’échelle mondiale.

Mais, comme depuis de nombreuses décennies, les populations européennes sont allergiques à des dépenses militaires suffisantes, l’Europe est condamnée à traîner indéfiniment son impuissance en toutes occasions et sur tous les fronts, aussi bien politiques que stratégiques, et même humanitaires comme la démonstration en est faite aujourd‘hui.

Jo Moreau

D’ ACCORD ? PAS D’ ACCORD ?? LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE !!

19:40 Publié dans europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : international, europe, haiti, diplomatie | |  Facebook |

17/01/2010

QUELQUES ACTUALITES PARALLELES 15/01/2010

- CHINE - Shangai Jin Jiang rachète Interstate Hotels and Resorts, première chaîne hôtelière indépendante aux USA. (Le Quotidien du Peuple 22/12/2009)

- CHINE - La Chine dépassera cette année le Japon et deviendra la deuxième plus grande économie du monde, selon Yao Shujie, conseiller économique de la Banque Mondiale. (Le Quotidien du Peuple 28/12/2009)

- CHINE - 186 millions de véhicules sont désormais immatriculés en Chine. (Le Quotidien du Peuple 08/01/2010)

- MALAISIE - Une quatrième église chrétienne est détruite par le feu. (CNN 09/01/2010) 

- VENEZUELA - Rationnement de l’énergie. Interruption de fourniture de l’électricité de 2 à 4 heures par jour jusqu’en mars au minimum. (Le Quotidien du Peuple 14/01/2010)

- IRAN - L’Iran demande des dédommagements à la Grande-Bretagne et à la Russie pour l’occupation du pays durant la seconde guerre mondiale. Celle-ci fut décidée pour sécuriser les routes d’approvisionnement pour le traité « prêt bail » à l’URSS, et prévenir une éventuelle entrée en guerre de la Turquie aux côtés des forces de l’Axe. L’armée Iranienne s’opposa à cette occupation, mais sa résistance fut de courte durée. Le shah Reza Pahlavi (père) qui donna l’ordre de résister, dut abdiquer en faveur de son fils. (Ria Novosti 14/01/2010)

- CHINE - Davantage d’efforts doivent être faits pour augmenter la production de charbon, optimiser la production d’électricité et garantir l’approvisionnement en pétrole et en gaz de la Chine, déclare Li Keqiang, vice-premier ministre chinois. (Le Quotidien du Peuple 15/01/2010)

- CHINE - Derniers essais concluants. La Chine est un des rares pays qui ont maîtrisé la technique du bouclier anti-missile. (Le Quotidien du Peuple 15/01/2010)

- PALESTINE - Le Fatah ne discutera pas avec le Hamas tant que celui-ci refuse la proposition égyptienne sur la réconciliation nationale. (Xinhua 15/01/2010)

Autres billets similaires dans la catégorie « International ».

Aldebaran

20:16 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, monde, international, dépêches | |  Facebook |

12/01/2010

CONSENSUS CLIMATIQUE, DISIEZ-VOUS (8)

Suite n°8

- « L’activité humaine ne représente aucun danger pour le climat. Ce sont des motifs politiques et idéologiques qui développent des alarmes irrationnelles sur le réchauffement climatique ». Roy Spencer - PhD - Spécialiste des mesures de température par satellites - Chercheur Alabama University - ex chercheur en études climatiques à la NASA -

- «  Les médias pontifient sur le réchauffement climatique sans réelle compréhension sur les mécanismes du climat, choses que nous-mêmes ne maîtrisons pas ». Sonja A.Boehmer Christiansen - PhD - Professeur département de géographie - Hull University (G-B)

- « Le réchauffement climatique est devenu une idéologie (…) Le problème est quand les décideurs deviennent membres de cette secte, et dépensent des millions pour démontrer leur idéologie ». José Ramon Arevalo - PhD - Docteur en sciences biologiques - Professeur d’écologie université de La Laguna (ESP).

- « Plus que les émissions de CO2, les modulations du champ magnétique solaire modifient la couverture nuageuse et son pouvoir réfléchissant, ce qui entraîne des fluctuations thermiques et donc climatiques ». Nir Shaviv - PhD- Astrophysicien - Professeur de physique et sciences du climat université de Jerusalem.

- « Le rayonnement cosmique affecte la formation des nuages (…) et l’effet de serre. Le champ magnétique solaire s’est renforcé ces trois dernières décennies. Les recherches dans ce sens sont encore dans l’enfance ». David Evans - Ingénieur mathématicien - ex chercheur sur la traçabilité du carbone pour le Gouvernement Australien.

- « Les émissions de CO2 ne sont pas la cause des changements climatiques. Ceux-ci sont causés par le système dynamique Terre-Soleil-Cosmos ». Lance Endersbee - Ingénieur civil - Spécialiste des ressources hydrauliques - Professeur émérite Monash University (Melbourne).

- « Le climat change tout le temps. Cela ne constitue pas en soi une menace pour l’humanité. Intégrer les activités humaines dans ce processus est la plus grande escroquerie des temps modernes ». Fred Singer - Physique de l’atmosphère - Professeur émérite en sciences de l’environnement de l’Université de Virginie.

- « Les modèles climatiques actuels, utilisés pour prévoir des situations apocalyptiques, occultent les phénomènes naturels qui sont des causes bien plus importantes ». David Legates - Climatologue - Professeur associé de Géographie et Sciences Océaniques de l’université du Delaware.

- « Les erreurs des modèles sont un problème sérieux. Nous avons un long chemin à faire pour les corriger. Elles détériorent nos prévisions (climatiques) ». Tim Stockdale - Centre européen des prévisions à moyen terme - Membre du GIEC.

- « Les modifications climatiques (…) s’expliquent essentiellement par les liens Soleil-Terre, l’activité solaire et d’autres facteurs. Il y a tout lieu de penser que les prévisions sur le réchauffement climatique ne vont pas se réaliser ». Lev Karline - Recteur de l’université d ‘Hydrométéorologie de Saint-Petersbourg.

- « Puisque nous ne comprenons pas l’intégralité de la physique du climat, il est prématuré de la modéliser et de croire aveuglément à leurs résultats » Stewart Franks - PhD - Professeur associé en physique environnementale université de Newcastle. - Président de la Commission Internationale sur le système atmosphère/Terre.

- « Le changement climatique actuel a des causes naturelles. Rien de ce qui arrive ne peut être considéré comme anormal ». Thomas B. Gray - Météorologue - Paléoclimatologue National Océanic & Atmospheric Administration.

(à suivre)

Voir autres 7 billets précédents semblables dans la rubrique « climat » dont :

http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2009/07/30/vou...

Jo Moreau.

19:06 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : climat, réchauffement, politique, giec, copenhague | |  Facebook |

07/01/2010

UNE CARTOGRAPHIE TRES FLAMANDE

La carte éditée par la maison de la Flandre pour la réception organisée à New-York conjointement avec les Pays-Bas n’est qu’un nouvel épisode d’un long processus de la marche de la Flandre vers son autonomie. On se rappelle que la Flandre y était bordée par la mer, la France et les Pays-Bas, Bruxelles se baladant du côté d’Anvers, et la Wallonie ayant purement et simplement disparu dans les oubliettes de l’Histoire de Moeder Vlaanderen.

Quelques jours plus tard, on remettait cela dans une page promotionnelle parue dans un journal britannique. Cette fois, la Flandre était bordée par la …Belgique, dont elle s’était exclue.

Chaque semaine, ou à peu près, nous apporte ainsi une escalade dans le harcèlement communautaire, parsemé de menaces d’un conflit d’intérêts pour la modification du plan « emploi » , et de l’affaire de l’inspection des écoles francophones de la périphérie, toutes résurgences que la parenthèse Van Rompuy avait réussi à circonscrire pendant quelques mois.

Il est triste de constater à quel point nos compatriotes flamands ont été amenés à un tel degré de mépris pour les wallons. Mais en définitive, cela n’est pas étonnant, quand on constate la propagande incessante à laquelle ils sont soumis de la part de leurs médias , d’une classe politique à la traîne des plus extrémistes, d’une église qui fut toujours à la pointe du combat nationaliste, et jusqu’aux organisations culturelles ou festives qui entretinrent cette vision d’une Flandre niée et exploitée, avant de la confronter à une Wallonie peuplée de paresseux profitant des subventions des contribuables flamands.

Il faut dire que le terrain était favorable, cultivé par une bourgeoisie francophone imbue de son sentiment de supériorité aussi bien sur le terrain culturel qu’économique, et le mépris flamand d’aujourdhui se veut une réponse totalement inadaptée à celui d’hier, qui était le fait d’une classe sociale accessoirement francophone tenant les commandes d’une économie industrielle triomphante, symbole des siècles précédents, et exerçant son emprise aussi bien d’ailleurs sur la Wallonie que sur la Flandre.

Les élites flamingantes ont transformé un combat social en combat nationaliste, feignant d’ignorer la similitude avec le combat de la classe ouvrière wallonne : il s’agit là d’un scénario assez répandu dans l’Histoire.

Après l’épisode cartographique récent viendront, n’en doutons pas, de nouvelles pages à ce harcèlement, avant le grand chapitre BHV.

Le but est évident : la Flandre veut une autonomie maximale au sein d’un état confédéral Belgique et à défaut, son indépendance.

Le scénario imaginé jusqu’ici par l’opinion francophone et une partie du monde politique, était une déclaration unilatérale d’indépendance de la part du gouvernement régional flamand, avec pas mal de désavantages cependant pour l’état nouvellement créé. Celui-ci pouvait entre autres craindre la persistance d’un état fédéral Belgique, cette fois sans la Flandre, et qui profiterait ainsi des avantages politiques et économiques attachés à un nom bien établi sur le plan international, de devoir abandonner ses vues annexionnistes sur la Région de Bruxelles, et de se trouver face à des négociations à l‘issue douteuse pour sa reconnaissance sur le plan européen et mondial.

Et si au contraire, la Flandre voulait par ses harcèlements continuels, pousser la Wallonie à demander elle-même la scission du pays, dans la même dynamique où la Slovaquie défavorisée prit l’initiative de sa séparation d’avec la Tchéquie ?

Un plan machiavélique (pas tellement, tout compte fait) ou un esprit parano de ma part ?

Comme il est à peu près certain que ce harcèlement communautaire ne s’arrêtera pas, je suis de plus en plus convaincu que la solution se trouve dans une confédération "à la belge", où des régions-états seront pleinement compétents dans pratiquement tous les domaines, et finançant un gouvernement central à qui est réservé la politique étrangère, la défense, la banque nationale, un tronc commun minimal de sécurité sociale, un organe de police interfédéral.

Tôt ou tard, n’en doutons pas, cette issue s’imposera à l’aéropage politique belge. Mieux vaut dès lors ouvrir les négociations d’une manière volontaire et dans un but clairement avoué , se présenter d’égal à égal pour des négociations qui s’annoncent rudes, plutôt qu’en catastrophe et le couteau sous la gorge.

Car il ne s’agit pas bien entendu de se plier à toutes les revendications flamandes, mais d’aboutir à un accord « win-win », ce qui implique de repartir d’une feuille blanche. Car tout doit être renégocié, dans l’optique de ce nouveau paysage institutionnel belge qui ne serait plus du tout celui qui était envisagé dans les précédents accords, accords qui deviendraient dès lors obsolètes.

Le monde francophone ayant alors manifesté son ouverture à la revendication flamande, je crois possible l’abandon de part et d’autre des positions hautement symboliques, et qui font aujourd‘hui obstacle à une solution institutionnelle définitive. Je pense à l’abandon à terme des facilités linguistiques obligatoires dans les communes de la périphérie bruxelloise et d‘ailleurs, de la fixation définitive des frontières des régions devenant pratiquement des frontières d’états, de compétences clairement définies aux différents niveaux de pouvoir et ne pouvant désormais plus entrer en conflit.

La Wallonie devrait prendre conscience des bénéfices qu’elle pourra retirer de ces réformes fondamentales. La première et non la moindre sera l’obligation de concevoir une politique conforme à ses moyens, mais aussi de se réapproprier des compétences actuellement délaissées, et de pouvoir reconstituer avec ses propres citoyens des hiérarchies dans tous les domaines où ils sont complètement absents.

Voir aussi : autres billets dans la catégorie "institutionnel", dont

http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2009/06/28/les...

Jo Moreau

D’ACCORD ? PAS D’ ACCORD ?? LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE !

19:57 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, fédéralisme, institutions, confédéralisme | |  Facebook |