Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

04/02/2010

PACHAURI, UN DIRECTEUR DU GIEC TRES OCCUPE

Je rappelle que le GIEC est un organisme onusien créé pour étudier l’impact des activités humaines sur les changements climatiques.

Ses conclusions servent de base de décision aux gouvernements du monde, pour cibler les mesures à prendre pour maîtriser le climat (?). Comme l’OMS le fit récemment pour la grippe H1N1.

Ceux qui me lisent régulièrement connaissent mes réserves (…) sur la pertinence des travaux de cet organisme, et surtout sur son allergie à toute contradiction et son refus du débat scientifique. Ils savent aussi que ses dirigeants ne manquent pas une seule occasion d’accuser publiquement -et sans nuance- les contradicteurs d’être des scientifiques corrompus inféodés à l’industrie pétrolière, voire de négationnistes.

 Cela m’ôte tout scrupule pour vous entretenir aujourd’hui des activités diverses du Président du GIEC, Monsieur Rajendra K. PACHAURI.

Fin décembre, il a été mis en cause par le Sunday Telegraph et soupçonné de profiter de sa position à la tête du GIEC pour avoir favorisé le financement d’un organisme qu’il dirige, le Energy and Resources Institute (TERI), pour des recherches sur les conséquences de la prétendue fonte précipitée des glaciers de l’Himalaya.

Or il vient d'être prouvé que ce phénomène (déjà considéré comme ridicule par un grand nombre de glaciologues) a été considérablement amplifié par diverses manipulations cautionnées par le GIEC, qui n’a reconnu sa responsabilité dans ce nouveau scandale que contraint et forcé.

Mais en attendant, le TERI, dont Monsieur PACHAURI est directeur, a bénéficié de financements divers, dont 310.000 dollars par la Carnegie Corporation, via une fondation islandaise, et d’une bonne partie d’un fonds de 2,5 millions de livres sterling de l’Union Européenne, grâce à ces prévisions aussi fantaisistes qu’alarmistes … (source : Times Online).

Mais le Dr PACHAURI met ses compétences à la disposition de bien d’autres sociétés et organismes.

Il est également directeur d’une société « Fortune 500 » : l’Indian Oil Corporation Limited, (allons bon ,…), est membre du Conseil d’Administration de l’Institut des Stratégies Environnementales Mondiales (Japon), président de l’Institut Asiatique de l’Energie, membre du Conseil Consultatif du Premier Ministre de l’Inde, membre du conseil consultatif externe du Chicago Climate exchange (bourse carbone de Chicago, qui contrôle également les bourses carbones européenne et asiatique).

(On notera que le Chicago Climate Exchange est détenu à raison de 10% par la firme d’investissements de Al Gore, 10 autres % étant contrôlés par le géant financier Goldman Sachs).

Il fut Président de l’Association Internationale d’Economie Energétique, Membre de nombreux comités et conseils dont ceux de la Société Internationale de l’Energie Solaire, le World Resources Institute, le World Energy Council. Il fut également Membre de plusieurs instituts de recherche. (Source : Chicago Climate Exchange - External Advisory Board) .

Cela ouvre la porte à de sérieuses interrogations sur l’indépendance d’esprit de ce brillant co-Prix Nobel de la Paix 2007, dont le co-nominé fut, on s’en souvient, l‘autre scintillant affairiste Al Gore.

Mais contrairement aux sinistres scientifiques « négationnistes » du climat, Monsieur Pachauri doit sûrement être blanc comme neige (Non, pas celle qui fond dans l’Himalaya…).

Voir aussi : http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2009/10/13/al-...

Autres billets dans la catégorie « climat ».

Jo Moreau

18:16 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : climat, réchauffement, politique, giec, consensus | |  Facebook |

Commentaires

Un très court résumé qui laisse de coté la nomination de Pachauri comme conseiller spécial de la Asian Development Bank qui elle finance les construction de centrales au charbon en Chine et en Malaysie et partout dans l'univers asiatique.

On sait que Maurice Strong, le père du mouvement vert et secrétaire du sommet de RIO, secrétaire de la Banque Mondiale et ami de Rockefeller est associé avec son ex employeur (Strong a été président de Power Cortporation et vice-président de la WWF et dirigeant de Pétro-Canada) Paul Desmarais et le célèbre ex PM Brian Mulroney dans une entreprise qui construit ces fameuses centrales au charbon dans le secteur asiatique. La boucle est alors bouclée car Maurice Strong est aussi au CA de la Chicago Climate Exchange, la bourse que Gore a fondé avec ses amis de Goldman sarhs...

Écrit par : Fernand Trudel | 04/02/2010

Intéressant. Félicitation pour votre blog, tout ce qui peut contester de près ou de loin la supercherie du "réchauffisme planétaire" est bon à prendre, surtout qu'une incroyable désinformation a lieu, c'est incroyable, jamais dans l'histoire une religion (on peut le dire) n'a eu autant d'impact sur les foules et les politiques publiques. Le combat contre la secte écologique est de tous les instants.

Écrit par : Tomichi | 07/02/2010

Merci pour votre commentaire, megavideo. N'hésitez pas, lancez-vous !!!

Écrit par : aldebaran | 16/04/2010

mon Fran�ais n'est pas tr�s bon,mais je peut comprendre ce que vous voulze dire ! merci beaucoup pour cet grand effort

Écrit par : relocation | 15/04/2012

Les commentaires sont fermés.