Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

12/12/2010

CONSENSUS CLIMATIQUE, DISIEZ-VOUS (18)

Suite n°18

Mon seul but par ce genre de billet : démontrer par des déclarations de scientifiques, que le prétendu consensus sur les conclusions émises par le GIEC, n‘existe pas. D’autres citations contredisent certaines idées reçues.

- « Nous savons qu’il y a eu en France, plus d’ouragans au XVIIIe siècle qu’au XXe ». Emmanuel Garnier - Historien - Maître de conférence à l’Université de Caen (F). (Adhère par ailleurs globalement aux conclusions du GIEC)

- « Quant à la prétendue influence humaine sur le climat, nous devrions rendre la science indépendante de la politique, et revenir à la méthodologie scientifique. Celle-ci n’a rien à voir avec la foi ». Bob Zybach - PhD - Environmental Sciences Program - Oregon State University - Ecologie de la forêt (USA)

- « Il y a une forte corrélation entre la masse glaciaire dans les Alpes suisses, et la variabilité de l’activité solaire. Cette influence sur les masses glaciaires est bien plus importante qu’estimée auparavant ». Anne Hormes - PhD - Ex professeur associée en Géologie du Quaternaire - Centre universitaire du Svalbard (Spitzberg) (N)

- « Le scénario avancé par le GIEC (sur l’influence humaine dans les changements climatiques) est en contradiction avec les preuves empiriques des archives géologiques. (…) C’est l’activité solaire qui est à la base des changements climatiques. Tim Patterson - PhD - Paléoclimatologue - Professeur de Géologie et Directeur du Geoscience Center Carleton University - (Canada)

- « Les données livrées par les carottes glaciaires démontrent que les changements climatiques précèdent les modifications de CO2 atmosphérique de plusieurs centaines d’années » Ernst Georg Beck - Biochimiste - Professeur à Merian Schule Freiburg (D) Auteur d’une étude sur le CO2 atmosphérique.

- « (Le scandale du réchauffement global) est la plus grande et la plus efficace fraude pseudo scientifique que j’ai pu voir dans ma carrière de physicien, portée par les milliards de dollars de la corruption scientifique ». Harold Lewis - Physicien - Professeur émérite University of California (Santa Barbara).- Membre démissionnaire de l’American Physical Society.

- « Les changements climatiques induits par l’homme sont négligeables, parmi les forces globales naturelles ». George V. Chilingar - PhD - Géologue - Président de l’US Branch Académie des Sciences Naturelles (Moscou) - Professeur de Civil and Petroleum Engineering University of Southern California (USA).

- « Les changements climatiques observés sont causés par les variations du rayonnement solaire ». Willie Soon - PhD - Astrophysicien Harvard Smithsonian Center for Astrophysics (USA)

- « Les ours polaires ont toujours prospéré dans des périodes plus chaudes qu’aujourd’hui , comme au Haut Moyen Age et pendant l’optimum holocène. Susan Rockford - PhD - Paléo zoologiste - Professeur adjoint d’anthropologie University of Victoria (Canada)

- « Une combinaison de science mal interprétée et de lobbies politiques ont créé l’hystérie actuelle centrée sur le mythe du réchauffement climatique ». August Auer - Météorologue - Professeur émérite des Sciences Atmosphériques Université du Wyoming.

- « Le rôle du CO2 (dans les changements climatiques) doit être remisé au rayon des farces et attrapes. C’est bien sûr le soleil qui est l’acteur principal de ces variations ». Louis Reynaud - Spécialiste des fluctuations des glaciers - Maître de conférence et chercheur en glaciologie Université de Grenoble (F).

RECTIFICATIF : Un correspondant me signale avec raison que les déclarations attribuées à Vicky Pope (liste n°7) et à Mojib Latif (liste n°12) sont soit biaisée (Pope), soit démentie (Latif). Dont acte.

A suivre.

Voir les 17 listes précédentes dans la catégorie « climat ».

Jo Moreau (Aldebaran)

12:48 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : climat, réchauffement, politique, giec, cancun, co2, gaz effet de serre | |  Facebook |

02/12/2010

CANCUN OU LE HOLD-UP CLIMATIQUE

Maintenant que la conférence de Cancun est lancée, et que les 194 délégations internationales -sans compter les représentants des médias et ONG diverses- sont installées dans cette station mexicaine très touristique, (on parle d’un total de 25.000 personnes) j’aimerais poser deux questions tout à fait basiques sur la problématique du réchauffement climatique : quelle est l’importance du CO2 d’origine humaine dans le total des gaz à effet de serre, et dans quelle mesure ce CO2 « anthropique » est-il réellement à l’origine d’un éventuel réchauffement climatique ?

Pour rappel, les conclusions posées par le GIEC sont :

  1. Il existe un réchauffement climatique
  2. Causé par le CO2 émis par les activités humaines
  3. Dont les conséquences seront catastrophiques si aucune mesure n’est prise
  4. L’ensemble des scientifiques se rallient à ces constatations.

Chacun de ces points est contestable et contesté (voir notamment mes listes « consensus climatique… »), mais je m’attacherai ici au point 2, après toutefois avoir constaté le glissement progressif et discret de la notion de « réchauffement climatique » vers la formule de plus en plus utilisée de « changements climatiques ». Cette formulation est beaucoup plus prudente, correspond mieux aux constatations actuelles et permet de dire en définitive que quoiqu’il arrive, on l’avait prévu.

Pour ce qui concerne l’influence du CO2 d’origine humaine dans le réchauffement climatique, je me réfèrerai à des déclarations de personnalités du GIEC, afin d’éviter toute contestation quant à la validité des sources.

Le CO2 fait partie des gaz à effet de serre, accusé de tous les maux climatiques de notre planète. Voici les proportions approximatives des principaux gaz à effet de serre atmosphériques, selon les chiffres du GIEC :

  • Vapeur d’eau : 60%
  • Dioxyde de carbone (CO2) : 25%
  • Ozone : 8%
  • Méthane et oxyde nitreux : 6% + autres divers.

Il faut noter que ces proportions sont largement variables, selon les sources. Mais comme j’ai promis de m’en référer aux chiffres du GIEC ou de ses représentants, je m’en tiens donc à ce chiffre de 25% de CO2 dans l‘ensemble des gaz à effet de serre, quelle que soit son origine, naturelle ou humaine.

Le CO2 d’origine humaine est principalement dû à la combustion des carburants fossiles, charbon, pétrole et gaz naturel.

Dans une interview récente, Monsieur Van Ypersele de Strihou, climatologue et vice-président du GIEC, estimait à 5% de l’ensemble du CO2, la part qui pouvait être attribuée à l’activité humaine.

http://www.rtbf.be/tv/revoir/detail_questions-a-la-une?ui...

(déclaration vers 21’25’’du reportage)

Ce qui fait, si je compte bien, 5% de 25%, soit une fraction imputable aux activités humaines de 1,25% de l’ensemble des gaz à effet de serre… ! (Je néglige les quelques centièmes de % d’autres gaz dus à l’activité humaine tels que le méthane)

Se rend-on bien compte des sommes astronomiques mises en jeu pour cela ? On parlera à Cancun d’un fonds « vert » international, alimenté par le transfert annuel de cent milliards de dollars (je dis bien 100 milliards de dollars annuellement) des pays industrialisés vers les pays en voie de développement, pour les aider dans leur développement de technologies « vertes » …. Déjà aujourd’hui, les modifications fondamentales dans les processus et par conséquent les coûts de production industrielle en Europe, des aides et incitants divers pour les énergies dites « renouvelables » et super bonus divers, le tout payé par l’ensemble des contribuables, les coûts engendrés par les crédits-carbone et tout cela pour diminuer un tant soit peu ces 1,25%, car il est exclu de les supprimer purement et simplement ?

Toutes contraintes dont sont bien entendu exemptés les « pays en voie de développement » , en ce y compris l’Inde, la Chine et pratiquement tous nos nouveaux concurrents commerciaux.

J’aimerais qu’on m’explique, car j’ai la nette impression d’être grugé…

Ceci dit, sommes-nous absolument certains que cette part de CO2 de 1,25% du total des gaz à effet de serre, due aux activités humaines, soit bien à l’origine du réchauffement climatique ?

Et bien pas du tout.

Rejoignant en cela de nombreux autres scientifiques, Monsieur Jean Jouzel, climatologue et autre vice-président du GIEC, déclarait lors d’une interview au Figaro le 19/03/2010 :

« Q : Un des arguments avancés pour discréditer la responsabilité des gaz à effet de serre est l’idée que le réchauffement a précédé l’augmentation de la concentration de CO2 dans l’atmosphère ?

R (Jean Jouzel) : C’est d’autant plus vrai que ce sont des travaux de Nicolas Caillon auxquels j’ai été associé qui l’ont démontré. Mais on n’a jamais dit que le CO2 était à l’origine du réchauffement. Ce que l’on dit c’est qu’une fois qu’il a commencé à augmenter en Antarctique et dans l’océan austral, il a très largement participé aux grandes déglaciations qui se produisent des milliers d’années plus tard dans l’hémisphère nord.

http://blog.lefigaro.fr/climat/2010/03/-cest-lautre-auteu...

Alors, si personne ne conteste qu’il y ait bien des modifications climatiques, comme il y en a eu tout au long de l’histoire de la Terre et parfois bien plus brutales que ce que nous connaissons actuellement , quelle est en définitive la responsabilité des activités humaines, et à qui profitent les mesures plus politico-idéologiques que scientifiques brandies en tous sens ?

Et enfin, quelle est la finalité de cette lutte contre 1,25% des gaz à effet de serre, qui en définitive n’est même pas reconnu comme étant à l’origine du réchauffement climatique ?

Nageons-nous en plein délire ?

A lire également, l’excellent article de J.M. Bélouve sur les enjeux de Cancun : http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/c...

D’ ACCORD ? PAS D’ ACCORD ?? LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE .

Jo Moreau

11:58 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (31) | Tags : climat, réchauffement, politique, giec, cancun, co2 | |  Facebook |