Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/05/2011

MICHELE MARTIN ET LA VOLONTE DU CITOYEN

Ainsi donc, Michèle Martin qui avait été condamnée à 30 ans de prison par un jury populaire, va vraisemblablement être libérée après 15 ans de détention.

Rappelons que Michèle Martin fut reconnue coupable de complicité dans les enlèvements et séquestration de Sabine et Laetitia, d’An et Eefje, de Julie et Melissa avec la circonstance aggravante d’avoir entraîné la mort de ces deux dernières, et du viol de Yancka Mackova.

Mais ce qui a été arrêté par un jury populaire va être défait par le Tribunal d’Application des Peines, car cette libération est « affaire de professionnels », comme le définit si joliment un de nos médias favoris, et dans cette décision, ni les proches des victimes, ni les citoyens qui avaient décidé de la peine, ne seront impliqués.

Une nouvelle fois, comme dans tant d’autres domaines dans notre beau pays, (et dans beaucoup d’autres d’ailleurs), on fait semblant de donner la parole au citoyen, pour aussitôt la lui confisquer au profit d’une caste d’élites autoproclamée.

Il en va ainsi en politique, quand après avoir voté pour un homme ou un programme, on estime que vous en avez fait assez. Maintenant on se tait et on laisse faire ceux qui savent : les Présidents de Partis, qui se garderont bien de redemander votre avis sur un programme de gouvernement qu’ils auront concocté en catimini, et en faveur duquel personne n’est autorisé à se prononcer.

Dans le cas de cette libération anticipée, le principe est en définitive le même : le jury populaire s’est prononcé, chacun rentre chez soi et laisse la place aux Détenteurs de la Connaissance, qui ont toute latitude pour défaire ce qui a été décidé.

Comprenons-nous bien, je ne suis pas opposé au principe des libérations anticipées, mais celles-ci devraient être le pendant de peines incompressibles. Et si la peine a été décidée par un jury populaire, que celui-ci soit également impliqué dans la décision de libération anticipée.

Il faut bien entendu maintenir l’indépendance de la Justice, mais quand des décisions de juges ne tiennent aucun compte de l’impact qu’elles peuvent avoir sur l’opinion et les sentiments des citoyens, on peut aussi s’interroger sur le privilège qui leur est donné de ne devoir rendre de comptes à personne.

Mais de quoi nous plaignons-nous, puisque nous vivons en démocratie…

D’ ACCORD, PAS D’ ACCORD ?? LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE !

Jo Moreau.

12:12 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : justice, démocratie, dutroux, peines incompressibles | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.