Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/07/2011

VOLCANISME SOUS-MARIN ET CHANGEMENTS CLIMATIQUES

ash_rock_molten_lava_200[1].pngIl existe un nombre bien plus important de volcans sous-marins que de volcans terrestres. On ne peut évidemment établir un décompte précis, mais les estimations vont de plusieurs centaines de milliers à plusieurs millions de bouches éruptives d‘importances variées. Les découvertes technologiques récentes dans le domaine des engins sous-marins de recherche, ainsi que des appareils divers de détection, autorisent des recherches et des découvertes de plus en plus nombreuses dans ce domaine assez méconnu jusqu’à aujourd‘hui.

La plupart de ces bouches volcaniques sont localisées à la zone de subduction des plaques tectoniques, ou indépendamment de celles-ci, sur ce qu’on appelle des « points chauds » dans les océans.

Les dorsales océaniques, d ‘une longueur de plus de 65000 Kms, sont donc abondamment pourvues de ces volcans. Beaucoup d’entre eux constituent «  l’ Anneau de Feu » , soit géographiquement un arc volcanique et sismique partant des îles Tonga, au large des Philippines, du Japon, des côtes Pacifique de l’Amérique du Nord et du Sud, ou sur la dorsale du Pacifique, qui lui fait face . Il en existe ainsi dans la « Fosse des Caïmans », à plus de 7000 m de profondeur.

La dorsale médio-atlantique, est une chaîne de volcans de 15000 Kms de long, dont l’Islande forme la partie émergée. Mais on en trouve un peu partout sous la mer, comme en témoignent de nombreuses découvertes récentes, dont une gigantesque structure volcanique de 30 Kms de long sur 25 de large, située au large des côtes sud de la Sicile.

L’océan Arctique lui-même est aussi le siège d’une activité volcanique et hydrothermale beaucoup plus intense que supposé récemment. On y trouve notamment la chaîne de volcans sous-marins dite crête Gakkel longue de 1800 Kms au nord du Groenland. On peut légitimement s‘interroger quant à leur impact cyclique sur la fonte des glaces.

Où qu’ils se situent, la majorité des volcans sous-marins sont à des profondeurs telles que la pression océanique diminue le caractère explosif d’une majorité des éruptions, ce qui les rend très difficilement détectables, au profit de coulées de lave éruptive qui forme ainsi le nouveau plancher océanique. D’autres, plus proches de la surface, peuvent éjecter dans l’atmosphère aussi bien les gaz émis que de la matière.

Des recherches récentes ont aussi établi que la quantité de CO2 libéré par ces éruptions était beaucoup plus importante que prévu. Cette découverte a évidemment une influence notable sur l’étude du cycle du CO2 dans l‘atmosphère terrestre. D’autres chercheurs ont par contre mis en évidence une production importante de fer par ces volcans, ce qui favorise le phytoplancton qui lui-même joue un rôle important dans l’absorption de ce même CO2.

D’autres types de volcans sont appelés volcans (ou dômes) d’asphalte, qui déversent de l’asphalte au lieu de lave. On en a détecté dans le Golfe du Mexique et au large de la Californie. Outre l’asphalte, ces bouches volcaniques émettent d’énormes quantités de méthane, autre gaz à effet de serre. Ce phénomène est connu sous le nom de « cheminées de méthane ». On croyait auparavant que ce gaz était dissous dans l’eau, mais on a constaté récemment qu’il atteignait la surface sous forme d’un véritable bouillonnement. On estime que la quantité ainsi relarguée dans l’atmosphère terrestre est de 10 à 10.000 fois supérieure aux prévisions antérieures, et quand on sait que le méthane est un gaz à effet de serre bien plus puissant que le CO2, on imagine l‘importance de cette découverte dans la modélisation climatique. Ces relargages de méthane peuvent d’ailleurs être indépendants de phénomènes volcaniques (?), ce qui devrait être confirmé par l’étude d’autres zones marines riches en hydrocarbures.

Ainsi se dessine une toute autre image des fonds océaniques, qui se rapproche plus du « chaudron des sorcières », que du calme obscur et profond médiatisé par les films et documentaires.

On peut raisonnablement se poser pas mal de questions sur l’influence des forces en jeu dans cette intense activité volcanique, sur plusieurs composantes des changements climatiques, en commençant par l’augmentation de la température des océans, dont on sait que les plus minimes variations ont des répercussions immédiates sur notre climat et le régime des courants aussi bien marins qu'aériens.

Se pose également le problème du largage dans l’atmosphère de quantités de CO2 et de méthane parmi d‘autres, beaucoup plus importantes que prévues initialement, et à côté desquelles les émissions humaines de gaz à effet de serre paraissent de plus en plus anecdotiques.

Pour ce qui concerne le niveau des océans enfin, quelle pourrait être l’influence de l’écoulement continu de lave et débris divers formant un nouveau plancher océanique, quand on sait que les îles Hawaï par exemple partent d’une profondeur de 5000 mètres sous le niveau de la mer, pour culminer à 4000 mètres d’altitude. On imagine le volume d’eau déplacé par ces phénomènes éruptifs. (Photo NOAA) 

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

Jo Moreau.

16:37 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : changement climatique, giec, cancun, co2, gaz effet serre | |  Facebook |

Commentaires

le monde du silence !! il est évident que les apprentis sorciers n'ont jamais tenus compte des phénomènes naturels c'est plus facile de dire que tout est de notre faute !! même si nous y contribuons quand même d'une certaine façon à ..une certaine pollution

Écrit par : jacques legrand | 19/07/2011

Ian Plimer insiste sur le volcanisme sous-marin, comme sur les changements antérieurs dans l'atmosphère terrestre.

Mais Piers Corbyn, sur la foi d'une observation de ces mêmes changements, nie tout effet du gaz carbonique sur la température.

Les bouches à asphalte seraient-elles une raison de mettre e cause l'hypothèse dominante d'une origine fossile du pétrole ?

Écrit par : sebaneau | 02/08/2011

Je suis très étonné que le CO2 et le méthane, dans cette note très intéressante sur les volcans marins, soient encore tenus comme éléments à surveiller car acteurs de l'effet de serre!
M'appuyant sur les excellents billets de Jean MARTIN de PU, il semblerait que même l'effet de serre ne soit pas ce que l'on en dit! En conséquence la responsabilité humaine n'étant plus une cause dans les changements climatiques, pourquoi continuer cette auto flagellation ?
La Chaîne ARTE a rediffusé début Août, un film sur la thèse de SVENMARK. Non seulement l'homme est prétentieux lorsqu'il croit être capable de modifier le climat car nous sommes ridiculement minuscules face au grand système qui gère tout.On est subjuguer en apprenant le rôle des bras spiraux de la galaxie que le système solaire croise tous les 140 millions d'années donnant lieu à périodes de refroidissement alternés tels que les géologues le révèlent très bien dans le livre ouvert de notre croûte terrestre.
Merci pour ce blog

Écrit par : BLARD Jean-Louis | 10/08/2011

Merci à Jacques, Sebaneau et Blard pour leur intérêt et leurs commentaires. Je connais la théorie de Gerlich et Tscheuschner (notamment) mettant en doute l'effet de serre, ou de Miscolczi sur la saturation de GES dans l'atmosphère. Les récentes conclusions de Svensmark sont également prometteuses. Toutefois, je ne me permet pas de prendre position en faveur de telle ou telle théorie, faute de compétence scientifique en la matière. Je me contente de prétendre que le débat n'est pas clôt, et de penser que l'homme n'est vraiment pour rien dans l'évolution du climat.

Écrit par : jo moreau | 11/08/2011

A voir sans faute sur Daily Motion "Le secret des nuages", documentaire sur le travail de Svensmark remettant largement en avant le rôle du soleil et surtout notre appartenance au "grand tout", galaxie, bras spiraux, étoiles etc. dont nous dépendons. Le scientifique danois n'a toujours pas compris pourquoi il a dû attendre 16 mois que l'on daigne le publier...Cherchez l'erreur côté nouveau dogme, type je pense giec, je mange giec, je... Quelle tristesse!!!
Duramen pseudo de JLB

Écrit par : BLARD Jean-Louis | 17/08/2011

Interrogation complémentaire face à cette partition des "pour" et des "contre". Que se passe-t-il dans l'esprit de ceux qui pensent connaître la "vérité", les réchauffistes, pour en être arrivés à créer un tel malaise qui supplante toute idée critique, toute discussion sereine ??? Il me semble que chacun s'intéresse à la découverte d'une explication logique et non à la "victoire" d'un clan contre un autre!!! C'est à la connaissance scientifique de donner le fin mot de l'épisode. Que l'on soit pour ou contre, lorsque je vois et entends dans le film "Le secret des nuages", le scientifique Nir Chaviv, déclarer : "Il y a 500 millions d'années, la températures sur terre était de 5°C de moins qu'aujourd'hui et le CO2 était 10 fois plus important..." C'est un fait vérifié et en face de cela on continue de nous expliquer quotidiennement que ce "maudit" CO2 est le démon de notre malheur ??? Je crois rêver! Le même scientifique qui fait remarquer que chaque fois que le système solaire traverse un des bras spiraux de notrre galaxie cela correspond à une période de refroidissement tout à fait bien identifiée par la géologie. Qui peut encore dire que cela est un effet du CO2 ? Les glaces sur Mars, parait-il, ont beaucoup fondues ces derniers temps, c'est qu'il doit y avoir des petits hommes verts qui s'y cachent et qui ont larguer du CO2 en excès ? Pourquoi pas, si la température monte, c'est qu'il y a un homme ou un martien pollueur! Le travail de Svensmark me semble remarquable, car il replace les phénomènes dans le bon sens. A regarder trop bas au niveau de ses pieds, l'homme à cru qu'il pouvait se donner un pouvoir exorbitant, changer le climat! Or les premières conclusion du scientifique danois, remettent l'homme à sa juste place, le climat, le notre, est piloté non pas par nos pieds mais par le soleil qui lui-même est piloté par le "grand tout" depuis là-haut très haut, là où naissent et meurent les étoiles.
Ruy Blas avait bien raison d'être amoureux d'une étoile...

DURAMEN

Écrit par : BLARD Jean-Louis | 21/08/2011

Et bien c'est un très bon article!
C'est la première fois que je lis ce blog, et je suis déjà sous le charme .
Est-ce que tu vas à nouveau écrire à ce sujet ?!
Encore bravo !!
A très bientôt !

Écrit par : Appartement Lyon | 09/02/2013

en effet très bon article, qui remet les choses un peu en proportions, bravo, Anne

Écrit par : Anne Debeil | 23/09/2013

Les commentaires sont fermés.