Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/03/2012

COMMUNIQUE DE PRESSE DU PROFESSEUR MASSON

Des évènements récents dans le monde climatique belge ont amené une certaine effervescence dans le milieu médiatique. Il y eut tout d’abord les interviews et articles GIECosceptiques accordés par les professeurs Istvan Marko et Henri Masson notamment, et ensuite l’audition devant la Commission Parlementaire « Climat et Développement durable » du même Istvan Marko et du philosophe Drieu Godefridi. (En l’absence toutefois des parlementaires Ecolo-Groen, qui préférèrent boycotter la séance).

Le fait même que certaines personnalités puissent exprimer un point de vue discordant par rapport à la Vraie Vérité Climatique complaisamment instillée parmi nos populations, et pire, qu’une certaine publicité lui fut donnée, a amené certains climatologues, médias et hommes politiques à immédiatement contre-attaquer violemment avec des arguments et amalgames souvent biaisés, et à la limite parfois diffamatoires.

Cela a incité le Professeur Masson à diffuser le communiqué de presse suivant, que je me fais un plaisir de reprendre.

Jo Moreau.


Press Release

Dans un souci d'information objective (que vous aurez peut-être l'obligeance de partager avec vos lecteurs), je vous prie de trouver ci-joint une TRES LONGUE liste d'articles décrivant des phénomènes qui plus ou moins (in)directement pourraient influencer le climat, au même titre que le CO2 anthropique. Le document provient du site WattsUpWithThat, créé et animé par Anthony Watts : http://wattsupwiththat.com/2012/01/21/the-ridiculousness-...

Certes, ce site est catalogué de "climato-sceptique", mais il consulté par des centaines de milliers de lecteurs chaque jour et a été élu meilleur site scientifique de l'année, plusieurs années de suite ; ce qui lui donne une certaine crédibilité à mes yeux. C'est aussi un parfait exemple de ce qu'une communauté peut rassembler comme informations et fournir comme travail en un temps très court, sans structure ni budget mammouth. ("Times they are A-changin'" chantait déjà Bob Dylan il y a bien longtemps, avec les conséquences que l'on sait).

Assez curieusement, ces "autres" phénomènes parfaitement naturels sont tous "minimisés" dans les modèles du GIEC, et ne sont en tout cas pas traités de façon ad-hoc d'un point de vue mathématique et physique.

Après recherches approfondies, je n'ai aucune raison de croire que leurs auteurs soient tous des "charlatans" (dixit Mr. Magnette devant 300 personnes à l’ULB le 27 mars en soirée) payés par l'industrie pétrolière (dixit Mme Oreskes, au cours de la même soirée)

Certains des auteurs de la liste ont autant de crédibilité académique et scientifique que les (soi-disant) experts du GIEC (dont seule une infime minorité est en fait constituée d’académiques attachés à des institutions de quelque renom international), et publient régulièrement dans des revues de haut niveau; certains sont même d'anciens collaborateurs du GIEC qu'ils ont quitté à cause d'un certain nombre de dérives (politiciennes) qui leur semblaient inacceptables. Ce qui les honore à mes yeux d’ancien Vice-Président de la « Fédération Européenne de l’Ethique et du Développement Durable » (l’Ethique étant placée avant le Développement Durable, mais pour moi les deux doivent aller de pair).

D'autres contributions sont des analyses "on the spot", largement discutées, sans concessions, sur des blogs spécialisés (ce qui n'est rien d'autre qu'une forme extrêmement démocratique de « peer review », bien que là aussi des dérives soient possibles, je le concède aisément).

Le contenu de ces analyses ponctuelles n'est pas toujours à proprement parler innovant (et donc en principe non publiable dans une revue scientifique), mais elles attirent l'attention sur des "évidences" provenant d'autres disciplines que la climatologie au sens strict du mot, évidences que les climatologues semblent ignorer, comme par exemple: l'importance relative de la convection et de la radiation dans les transferts de chaleur atmosphérique, le rôle des nuages et de l'océan, et de façon beaucoup moins classique mais combien déterminante, l'analyse de la résilience et de la synchronisation de systèmes complexes, les conséquences mathématiques et statistiques du caractère chaotique (au sens mathématique du terme) des séries temporelles de température, en particulier en ce qui concerne les limites de l’horizon de prédictibilité. Certes, ces disciplines ne relèvent pas de la climatologie au sens strict, mais les climatologues s'aventurent sur ce terrain sans y être vraiment préparés. Moi je ne dirais pas qu’il s’agit de charlatanisme dans ce cas, mais d'arrogance doublée d'ignorance et d’intolérance face à une "autre vérité qui dérange", ce qui malheureusement va souvent de pair.

Des bibliothèques entières ont été écrites sur les thèmes que j’évoque; de nombreuses revues spécialisées de très haut niveau existent (peut-être intellectuellement inaccessible à la plupart des climatologues qui n'ont pas reçu une formation mathématique et statistique suffisante que pour apprécier la portée réelle de ces publications). Ces publications et leurs auteurs méritent autant de considération que nos éminents climatologues belges, qui, drapés dans leur dignité outragée, ne daignent pas descendre de leur piédestal pour entamer un débat serein et purement scientifique.

N’est-ce pas du choc des idées que jaillit la lumière?

Prof Dr. Ir. Henri A. Masson

PS : Concernant les méthodes de Mme Oreskes ainsi que son sérieux scientifique comme historienne et experte auto-proclamée de questions climatiques, je vous recommande la lecture des commentaires de Fred Singer, qui est un des rares survivants personnellement mis en cause dans le livre de Mme Oreskes, commentaires qui ont été publiés récemment sur le site de « The American Thinker» http://www.americanthinker.com/2011/06/science_and_smear_...

 

11:41 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : réchauffement climatique, changements climatiques, co2, giec | |  Facebook |

Commentaires

Il faudrait peut-être rappeler que l'auteur du site WattsUpWithThat a reçu
44000 $ pour ses activités de désinformation sur le climat!

http://www.guardian.co.uk/environment/2012/feb/15/climate-sceptics-pai-heartland-institute?intcmp=122

Écrit par : Sylvain | 10/04/2012

Bonjour Sylvain,
Diable, en voilà une révélation !
Et que voulez-vous prouver avec cela ? Que les articles cités n'ont jamais existé que dans l'esprit tordu de ces méchants pétroliers ?
Quitte à conseiller des liens, je vous propose celui-ci :

http://www.guardian.co.uk/environment/2012/feb/21/peter-gleick-admits-leaked-heartland-institute-documents

Comme quoi les esprits tordus sont partout ...

Et une relecture d'un article précédent :

http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2012/02/16/les-giecosceptiques-tous-corrompus.html

Bonne soirée.

Écrit par : jo moreau | 10/04/2012

Merci pour vos conseils de lecture, mais pourquoi ne pas revenir aux bases avec ce petit guide scientifique du climato-scepticisme :

http://www.skepticalscience.com/docs/Guide_Skepticism_French.pdf

Ce sera toujours mieux que de perdre son temps à trouver une logique dans cette longue liste de liens vers wikipédia du site WattsUpWithThat.

Bonne nuit.

Écrit par : Sylvain | 11/04/2012

Les commentaires sont fermés.