Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

26/11/2012

TROISIEME CONFERENCE SUR LE CLIMAT A L'ACADEMIE ROYALE

Ce mercredi 28 novembre se tiendra à l’Académie Royale de Belgique, la troisième et dernière des conférences consacrées à la controverse sur les changements climatiques. Au cours de celles-ci, des professeurs d’université auront développé dans le champ de leur compétence, une conception différente de celle du GIEC, ce qui est en soi un évènement dans le paysage « climatique » belge, entièrement soumis à la cause de cet organisme.

Cette réunion est ouverte à tous, et se tiendra au Palais des Académies, 1 rue Ducale à Bruxelles à partir de 17 heures. L’entrée est gratuite.

http://www.academieroyale.be/cgi?usr=wcw8cnmmdr&lg=fr...

 Le conférencier sera : Monsieur Henri MASSON, PhD, Ingénieur, Ancien vice-président de la Société Royale Belge des Ingénieurs et Industriels, Professeur d’Economie Appliquée de l’Université d’Anvers. Voir notamment : http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2012/02/07/un-...

Et son intervention portera sur "La prédictabilité du climat".

Jo Moreau.

10:10 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, changements climatiques, giec, doha, co2 | |  Facebook |

16/11/2012

LA BBC ET L'INFORMATION CLIMATIQUE

Une nouvelle affaire secoue le monde des blogs, à défaut d’émouvoir nos médias : il y a de la boue qu’il vaut mieux ne pas remuer, surtout lorsqu’on risque de y retrouver sa propre image….

Mais de quoi s’agit-il ?

La BBC a toujours été citée en exemple pour la qualité de son information, indépendante parait-il de toute influence extérieure. Dans le domaine des changements climatiques, elle a depuis longtemps suivi la voie tracée au bulldozer par le GIEC, et a très largement ouvert ses antennes aux partisans de la responsabilité humaine sur les changements climatiques.

Pour s’en justifier, elle se retranchait derrière la décision d’un séminaire de « 28 meilleurs experts scientifiques » qui furent réunis à son initiative le 26 janvier 2006, sur le thème «le changement climatique et son impact sur le développement» et sur «les défis auxquels fait face la télévision dans la couverture de cette question".

La conclusion fut que le débat scientifique était définitivement clôt, que l’homme était bien responsable du réchauffement en cours et qu‘il était dès lors inutile et même dommageable de donner la parole à ceux qui étaient en désaccord avec cette théorie.

L’identité de ces 28 experts fut toutefois officiellement tenue secrète, jusqu’à ce que récemment, un blogueur aussi efficace qu’obstiné, Monsieur Morabito, en découvre l‘énumération. http://omnologos.com/author/omnologos/

 Et là, il apparaît que parmi ces « 28 meilleurs experts scientifiques » , seuls quelques-uns peuvent se parer de cette étiquette, d’ailleurs tous aveuglement acquis aux théories du GIEC, les autres étant membres ou proches de la mouvence des activistes écologiques soit des journalistes.

Voici cette fameuse liste.

Robert May, Oxford University and Imperial College London- Membre du Comité sur les changements climatiques du Gouvernement Britannique .

Mike Hulme, Director, Tyndall Centre, University of East Anglia- Lead Author of IPCC (GIEC) AR3 -

 Blake Lee-Harwood, Head of Campaigns Greenpeace : élaboration des stratégies sur le changement climatique - Spécialiste en Sciences biologiques

Dorthe Dahl-Jensen, Professeur Niels Bohr Institute, Copenhagen

Michael Bravo, Scott Polar Research Institute, University of Cambridge

Andrew Dlugolecki, Insurance industry consultant

Trevor Evans, US Embassy Colin Challen MP, parlementaire travailliste, a fondé le Groupe Parlementaire Interpartis sur les changements climatiques. A demandé un prime time de 2 heures par semaine à la BBC sur les dangers du réchauffement climatique.

Anuradha Vittachi, journaliste - Director, Oneworld.net

Andrew Simms, Policy Director New Economics Foundation.

Claire Foster, Church of England

Saleemul Huq, Membre International Institute for Environment and Développement-Directeur fondateur de International Centre for Climate Change (Bengladesh); Lead Author IPCC (GIEC) AR2 -

Poshendra Satyal Pravat, chercheur et consultant en sciences environnementales notamment Open University; Bird-Life International.

Li Moxuan, Climate campaigner, Greenpeace China

Tadesse Dadi, Charity Tearfund Ethiopia

Iain Wright, CO2 Project Manager, British Petroleum International

Ashok Sinha, physicien; activiste environnementaliste , mouvement Stop Climate Chaos

Andy Atkins, Advocacy Director, Campagne de charité Tearfund, executive director of Friends of the Earth.

Matthew Farrow, CBI responsable des solutions environnementales incluant le réchauffement climatique - Confederation of British Industry

Rafael Hidalgo, TV/multimedia producer

Cheryl Campbell, Executive Director, Television for the Environment

Kevin McCullough, Director RWE, secteur Energies Renouvelables

Richard D North, Think Tank Institute of Economic Affairs

Steve Widdicombe, Responsable scientifique Plymouth Marine Labs, biodiversité et écosystèmes marins.

Joe Smith, Maitre de conférence en environnement The Open University, dont l’Engagement du Public et des Médias, avec de nombreuses réalisations sur le climat avec la BBC.

Mark Galloway, Director, International Broadcasting Trust. Lobbying associations environnementalistes.

Anita Neville, E3G

Eleni Andreadis, diplômée Harvard University Public and Environmental Policy -- Government Strategy - Chercheuse Friends of the Earth

Jos Wheatley, Global Environment Assets Team, Department For International Development.

Tessa Tennant, Chair, Association for Sustainable and Responsible Investment in Asia, Board member of The Calvert World Values Fund, Washington DC and an adviser to the UNEP Finance Initiative

BBC attendees: Jana Bennett, Director of Television Sacha Baveystock, Executive Producer, Science Helen Boaden, Director of News Andrew Lane, Manager, Weather, TV News Anne Gilchrist, Executive Editor Indies & Events, CBBC Dominic Vallely, Executive Editor, Entertainment Eleanor Moran, Development Executive, Drama Commissioning Elizabeth McKay, Project Executive, Education Emma Swain, Commissioning Editor, Specialist Factual Fergal Keane, (Chair), Foreign Affairs Correspondent Fran Unsworth, Head of Newsgathering George Entwistle, Head of TV Current Affairs Glenwyn Benson, Controller, Factual TV John Lynch, Creative Director, Specialist Factual Jon Plowman, Head of Comedy Jon Williams, TV Editor Newsgathering Karen O’Connor, Editor, This World, Current Affairs Catriona McKenzie, Tightrope Pictures catriona@tightropepictures.com

BBC Television Centre, London (cont) Liz Molyneux, Editorial Executive, Factual Commissioning Matt Morris, Head of News, Radio Five Live Neil Nightingale, Head of Natural History Unit Paul Brannan, Deputy Head of News Interactive Peter Horrocks, Head of Television News Peter Rippon, Duty Editor, World at One/PM/The World this Weekend Phil Harding, Director, English Networks & Nations Steve Mitchell, Head Of Radio News Sue Inglish, Head Of Political Programmes Frances Weil, Editor of News Special Events

Notons que parmi ces « scientifiques spécialistes du climat », seuls 2 d’entre eux -sauf erreur- ont publié dans des peer-review sur le sujet (un argument-choc utilisé à tort et à travers par les supporters du GIEC).

On constate que parmi les participants BBC, tous les programmes sont concernés, et donc instamment invités à ne propager que la bonne parole.

Voilà comment la BBC honore son contrat de service public, et interprète à sa façon la neutralité de l’information. Mais qu’elle se rassure : elle n’est pas la seule sur ce terrain, voir : http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2010/09/09/la-...

 Si vous désirez approfondir le problème, il vous suffit de rechercher sous Google en tapant BBC28 ou 28gate. Un autre excellent  article : http://www.contrepoints.org/2012/11/15/104449-la-bbc-entr...

 VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS

Jo Moreau.

18:55 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : réchauffement climatique, changements climatiques, giec, medias | |  Facebook |

12/11/2012

CONFERENCE SUR LE CLIMAT A L'ACADEMIE ROYALE DE BELGIQUE

Ce mercredi 14 novembre 2012 se tiendra à l’Académie Royale de Belgique, la deuxième des trois conférences consacrées à la controverse sur les changements climatiques. Au cours de celle-ci, des professeurs d’université développeront dans le champ de leur compétence une conception différente de celle du GIEC, ce qui est en soi un évènement dans le paysage « politico-climatique » belge, entièrement soumis à la cause de cet organisme.

Cette réunion est ouverte à tous, et se tiendra au Palais des Académies, 1 rue Ducale à Bruxelles de 17 à 19 heures. L’entrée est gratuite.

http://www.academieroyale.be/cgi?usr=cw6yxj4xna&lg=fr...

 Les intervenants seront :

Monsieur Henri MASSON, PhD, Ingénieur, Ancien vice-président de la Société Royale Belge des Ingénieurs et Industriels, Professeur d’Economie Appliquée de l’Université d’Anvers. Voir notamment : http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2012/02/07/un-...

Monsieur Alain PREAT, PhD, Géologue, Professeur à l’ULB (Université Libre de Bruxelles). Président du Dept Earth and Environmental Sciences.

Celui-ci a récemment accordé une interview au bulletin de l’Académie Royale, où apparaît clairement son expertise pointue et mesurée notamment dans le domaine des énergies fossiles. Il y parle aussi des changements climatiques, et de son étonnement devant certaines prises de position en ce domaine. Je relève notamment :

« (…) le GIEC fonctionne au consensus, ce qui me paraît incompatible avec une démarche proprement scientifique.(…) (…)Le GIEC est tenu de résumer son immense travail en une petite centaine de pages destinées aux décideurs politiques dont dépend l'obtention de crédits... Simplifications, intérêts, qui ne voit là un risque, un danger pour la science authentique ?Je ne dis pas du tout que le GIEC travaille mal, je dis seulement que toute démarche scientifique implique des discussions, des controverses, des doutes... et pas le consensus (…). »

Il y parle aussi de la démarche suivie lors de la conférence de mercredi :

« (…) Personne n'a le courage de dire : à ce stade de nos connaissances, on ne sait pas prévoir l'avenir du climat. Les facteurs sont tout simplement trop complexes. Et cela commence avec les données climatiques elles-mêmes : il semble ne pas y avoir de consensus sur la pertinence de ces relevés. C'est ce que je vais tenter d'expliquer lors de cette conférence à l'Académie Royale le 14 novembre prochain, que j'intitule : « La récolte des données climatiques : quelles controverses ? ».

Il faut lire le texte complet de cette interview ici : http://www.academieroyale.be/cgi?usr=ktcs6s322c&lg=fr...

 Jo Moreau

11:30 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, changements climatiques, giec, co2 | |  Facebook |

01/11/2012

SANDY, LES OURAGANS ET LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE.

réchauffement climatique,changements climatiques,co2,GIEC, L’ouragan Sandy, qui a balayé les côtes américaines, a eu la vedette dans les médias du monde entier. Les dégâts spectaculaires, certains commentaires journalistiques infondés et les témoignages des habitants « qui n’avaient jamais connu cela » ont convaincu une majorité de gens que nous étions face à un évènement unique dans l’histoire de la côte Est des USA.

Or, dans un passé pas si éloigné, le grand ouragan de 1938 (illustré par la photo ci-contre) balaya une région similaire, soit Long Island, le Connecticut, Rhode Island et le Massachusetts, pour s’éteindre au-dessus du Canada, où les vents étaient cependant encore violents . Par bonheur, il évita de justesse la ville de New York. Les dommages furent immenses dans les villes touchées, et il y eut plus de 680 morts. A certains endroits, des maisons furent emportées à 3 kilomètres de leur emplacement initial. Normal, quand on sait que cet ouragan fut classé en catégorie 3 au moment où il touchait les côtes américaines, alors que Sandy n’atteignit « que » la catégorie 1. Jusque dans les années ’50, les cicatrices étaient encore visibles dans les forêts et sur certains bâtiments touchés.

Un autre ouragan remarquable toucha New York en août 1893, y causant des dégâts considérables et de nombreux morts.

D’autres exemples existent, voir notamment http://www.livescience.com/3820-history-reveals-hurricane...

Tout ceci pour démontrer que si cet évènement n’est pas courant, il n’est pas non plus « extraordinaire » pour la région concernée.

Toutefois, dans l’environnement idéologico-écolo dans lequel nous baignons, nul doute que le réchauffement climatique (qui ne peut qu’être provoqué par l’homme) allait sortir du chapeau comme LA cause de ce phénomène météorologique.

Bingo : au cours du JT de 13 heures, la RTBF nous gratifiait d’une interview de Monsieur JP Van Ypersele -le vice-président du GIEC que le monde entier nous envie- qui ne laissait aucun doute à ce sujet : Sandy est bien l’enfant naturel du réchauffement climatique (dont l‘homme est responsable, bien entendu), suivi d’une explication saisissante et plutôt biaisée du mécanisme des ouragans.

Au même moment, dans l’émission RTL+ sur RTL-TVI, le météorologue prévisionniste Fabian Debal, pas encore touché par la Pensée Unique, disait exactement le contraire : l’ouragan Sandy n’a rien à voir avec le réchauffement climatique.

Mais je suppose que cette apparition d’un troll partisan de la Terre plate fut financée par les lobbies pétroliers….

De nombreuses études le confirment : Il n’y a aucune corrélation entre le nombre et la puissance des phénomènes extrêmes, et l’augmentation de CO2 dans l’atmosphère. Ce serait même le contraire qui se passe à l‘heure actuelle…

A ce sujet, je ne peux que vous inciter à prendre connaissance du rapport parlementaire établi à la suite de la tempête Xinthia, par Monsieur Emmanuel Garnier, Historien et Maître de Conférence à l’Université de Caen, qui met en évidence le fait qu’il y eut plus d’ouragans au XVIII e siècle qu’au XXe. Il met aussi l’accent sur la volonté des médias et d’une certaine partie du monde politique à rattacher à tout prix tout évènement extrême à la problématique du changement climatique. http://securite-commune-info.info/documents/crues/Xynthia...

De nombreux autres scientifiques partagent ce point de vue, et j’en ai évoqué quelques-uns dans un billet précédent : http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2012/05/19/les...

 Il est parfois nécessaire de relativiser les choses, en recadrant le dernier évènement dans son contexte historique.

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

Jo Moreau.

15:35 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : réchauffement climatique, changements climatiques, co2, giec | |  Facebook |