Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/01/2013

METHODES INTERPELLANTES AU SEIN DU GIEC.

Dans un billet récent (1), Donna Laframboise s’interroge légitimement sur certaines pratiques du GIEC, pour le moins interpellantes de la part d’un organisme qui se réclame d’une méthodologie des plus rigoureuses pour la rédaction de ses rapports.

Le GIEC rappelle volontiers son mode de fonctionnement, qui consiste à compulser la littérature scientifique existante dans des revues à comité de lecture (peer-reviews), et à en extraire les éléments nécessaires à l’élaboration de rapports d’évaluation sur l’évolution des changements climatiques, et en aucun cas à se livrer elle-même à des recherches sur le sujet.

Ces rapports sont particulièrement volumineux, aussi un résumé destiné aux décideurs en est extrait, aux accents d‘ailleurs bien plus radicaux. Ce travail est depuis de nombreuses années, à l’origine d’une orientation politique, idéologique et économique mondiale sans équivalent dans l’histoire humaine, appuyé en cela par les lobbies environnementalistes.

Mais il semblerait que cette méthode de travail proclamée ne soit pas tout-à-fait conforme à la réalité.

 Certains éléments, en effet, laissent soupçonner une certaine confusion sur la source des articles scientifiques, qui ne serait pas aussi indépendante du GIEC qu’on veut bien le proclamer.

En 2010, l’ « InterAcademy Council Investigators » (2) était avisé par un participant aux travaux du GIEC, par le fait que des scientifiques agissant au sein de cet organisme en arrivaient à rédiger eux-mêmes des articles allant dans le sens désiré. « Des lead-authors qui se basent sur de la littérature « grise » essayent, pour valider le chapitre sur lequel ils travaillent, de voir ce matériel publié dans des peer-reviews de façon à ce que leur recherche puisse apparaître dans la version finale du GIEC » (3).

A l’époque, Donna Laframboise relevait le fait que 16 des 21 articles de la revue « Climate Change » étaient cités dans le dernier rapport du GIEC, alors que le numéro concerné de cette revue n’était à ce moment pas encore paru … (4). On peut donc fortement soupçonner le fait que ce numéro de « Climate Change » a été rédigé par des membres du GIEC eux-mêmes, afin de valider des éléments non encore publiés dans la littérature scientifique de l’époque.

Et voilà que des évènements similaires se seraient reproduits récemment, et une fois de plus les responsables du GIEC semblent vouloir les ignorer.

Fin octobre 2012, des lead-authors du Working Group 2 du GIEC se sont retrouvés à Buenos-Aires. Chacun d’eux a reçu une farde de documentation qui comprenait notamment un document appelé « Special Issue on ISI-MIP results », attirant leur attention sur une future parution du « Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) Journal ».

Ce document annonce entre autres, des articles sur les évènements extrêmes, l’approvisionnement en eau et la fertilisation par le CO2, alors que les responsables du GIEC savent que ces articles n’ont pas encore été écrits, leur propre document indiquant que la date limite de soumission de ces articles est le 31 janvier 2013. Il est aussi intéressant de noter que le rédacteur en chef invité du numéro concerné de cette revue est Hans Joachim (John) Schellnhuber, un scientifique activiste très politisé.

Alors, les responsables du GIEC sont-ils clairvoyants, sont-ils déjà persuadés que l’importance primordiale de ces articles fait qu’ils ne pourront être ignorés par les lead-authors, ou veulent-ils déjà leur désigner où trouver les éléments qui comblent des lacunes gênantes dans leurs démonstrations ?

En bref, les scientifiques du GIEC s’auto-alimenteraient par un matériel nécessaire à leurs démonstrations. Nous sommes bien loins de la virginité scientifique…

(1) http://nofrakkingconsensus.com/2012/12/20/this-is-called-cheating-part-1/

 http://nofrakkingconsensus.com/2012/12/22/this-is-called-cheating-part-2/

 (2) Organe de contrôle des procédures du GIEC.

(3) http://reviewipcc.interacademycouncil.net/Comments.pdf

 (4) http://nofrakkingconsensus.com/2010/05/13/ipcc-cites-an-unpublished-journal-39-times/

réchauffement climatique,changement climatique,GIEC,CO2,IPCC,Donna Laframboise est aussi l’auteur du livre : « The Delinquent Teenager who was mistaken for the World’s Top Climate Experts ».

 

 

 

 

 

 

Jo Moreau

17:47 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : réchauffement climatique, changement climatique, giec, co2, ipcc | |  Facebook |

Commentaires

Merci pour le bel article !

Écrit par : Jack | 07/06/2013

Les commentaires sont fermés.