Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/10/2013

L'EOLIEN : UN SCANDALE ECOLOGIQUE ET HUMANITAIRE

réchauffement climatique,GIEC,CO2,énergies vertes,éolien,Il n‘y a pas si longtemps, j‘écrivais un billet dénonçant les dépenses mirobolantes nécessitées par une politique énergétique initiée par des arguments scientifiques loins d’être établis : http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2013/03/27/une...

Entre autres personnalités, le Professeur Lennart Berngston -qui ne peut être taxé de « climato-scepticisme »- dénonçait les motivations financières qui animent les lobbies environnementalistes ultra-puissants, que sont notamment GREENPEACE et le WWF. http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2013/04/28/cha...

 Un article du Professeur Istvan Marko paru récemment dans "Marianne Belgique" illustre parfaitement la voie économiquement suicidaire que certains nous imposent, au nom d‘une idéologie politique parfaitement rétrograde.

Voici cet article.

Jo Moreau.

---------------------------------------------------------------------------------------------

Qu’il est difficile de tirer les leçons des erreurs du passé. Qu’il est dur de se remettre en question, de reconnaître que l’on s’est trompé, et de revenir sur des décisions idéologiques aux conséquences écologiques, économiques et sociales désastreuses.

Pour certains, c’est tout simplement impossible.

La débâcle du photovoltaïque wallon et son coût exorbitant, que nous allons devoir assumer durant de nombreuses années, n’ont pas servi de leçon à notre ministre Henry. Malgré l’échec de son premier plan d’installation d’éoliennes, il revient à la charge avec une seconde mouture. Pourquoi ? Pourquoi ne peut-il pas comprendre que la plupart des Wallons ne veulent pas de ces inutiles moulins-à-vent ? Les sirènes des lobbies de l’éolien sont-elles à ce point attirantes ? Leur pression est-elle par trop puissante ? La Wallonie est financièrement exsangue et nos ministres peinent à trouver quelques dizaines de millions d’euros. La note salée de la gestion désastreuse du photovoltaïque n’est rien, eu égard au coût exorbitant de l’implantation des éoliennes qui se chiffrera en milliards d’euros ! Les Wallons seront encore une fois les dindons de la farce. Va-t-on de nouveau se faire plumer pour satisfaire un égo et une idéologie personnels ? Les intérêts servis par cette vaste entreprise sont-ils à ce point importants ?

Mais pourquoi veut-on absolument implanter des éoliennes en Wallonie ?

Pour diminuer la quantité de CO2 émise dans l’atmosphère par l’activité de l’Homme. Suite à des modélisations climatiques – des calculs théoriques et non pas des mesures expérimentales – certains climatologues ont émis le postulat que le CO2 anthropique serait responsable d’une hypothétique augmentation de la température de la Terre.

Nous savons aujourd’hui que cette théorie et les modèles qui y ont conduit sont erronés.

En effet, il a été montré à de nombreuses reprises que l’élévation de la température de notre globe précède systématiquement l’augmentation de la concentration en CO2 dans notre atmosphère.[1] En d’autres mots, le CO2 est toujours produit après une hausse de la température. Il en est une conséquence et ne peut donc pas en être la cause ! Cet effet est vérifié pour des durées allant de millénaires à l’année ! Même au niveau de quelques mois, la variation de la concentration en CO2 dans l’atmosphère suit la fluctuation de la température, jamais l’inverse ! Rappelons que depuis plus de 15 ans, la température de notre planète n’a pas augmenté d’un iota.[2] Pendant ce temps, la concentration en CO2 n’a eu de cesse de poursuivre sa lente et monotone ascension, sans effet aucun sur la température ! Chaque année, la concentration en CO2 augmente de 3 ppm environ. Cela signifie qu’en 10 ans, 30 nouvelles molécules de CO2, par million de molécules de gaz, viennent s’ajouter aux autres. Sauf qu’il vient d’être montré par Murry Salby [3] que plus de 96% de ce CO2 est d’origine naturelle ! Cela signifie qu’une seule molécule de CO2 produite par l’homme vient s’ajouter tous les 10 ans au pool global. Une quantité ridiculement faible, sur laquelle sont focalisés tous nos efforts, tandis que nous n’avons aucune prise sur les 96% produits par la nature !

Le recours aux éoliennes pour diminuer le taux de CO2 est donc une insulte à la raison et à l’intelligence humaine !

Rappelons que la production d’électricité par les éoliennes est très faible et totalement erratique. Elle est soumise au bon vouloir du vent, un vent qui nous coûte très cher. De nombreux citoyens semblent ignorer que, même si les pales tournent, les éoliennes ne produisent pas nécessairement de l’électricité. Si l’on devait fixer sur une éolienne une ampoule qui s’allumait à chaque fois qu’elle produit 10% de sa capacité nominale, cette ampoule resterait éteinte plus de 90% du temps ! Ajoutons à cela la nécessité de centrales au gaz complémentaires pour compenser l’aléatoire de l’énergie éolienne et la production de CO2 qui devait diminuer grâce aux éoliennes explose ! Quant aux modifications coûteuses du réseau de distribution d’électricité, n’en parlons même pas.

Faire la publicité de l’électricité éolienne comme étant une énergie respectueuse de l’environnement est facile chez nous, puisque l’on ne nous présente que le produit fini. Cependant, il a fallu construire ces éoliennes, ce qui implique notamment pour les éoliennes synchrones, l’extraction et le raffinage de centaines de tonnes de métaux précieux que l’on appelle les Terres Rares ou Lanthanides. Ces Lanthanides, qui doivent atteindre une pureté minimale de 99, 999% sont nécessaires à la construction des aimants permanents des turbines éoliennes. L’impact environnemental et le scandale sanitaire associés à l’extraction et la purification de ces métaux sont purement et simplement escamotés du débat public, alors qu’ils sont épouvantables ! Pour fabriquer les aimants permanents d’une turbine éolienne de 3 Méga Watts, il faut 2 tonnes de Terres Rares. Leur production génère environ 20.000 m3 de gaz contenant de l’acide fluorhydrique, de l’acide sulfurique et du dioxyde de soufre. A cela s’ajoutent 150 m3 d’eaux usées acides, contaminées par divers métaux lourds toxiques, et quelques 2 tonnes de résidus radioactifs, dont de l’uranium et du thorium ! La radioactivité au niveau du village de Baotou (Mongolie), l’un des sites principaux d’extraction des Lanthanides en Chine, est 32 fois supérieur à la normale et atteint 2 fois la valeur de Tchernobyl ! Il n’est pas étonnant que Baotou ait été surnommé le « village du cancer » ! [4]

Les poussières radioactives, contenant des métaux lourds particulièrement toxiques, flottent dans les airs et contaminent la population et les travailleurs. Les exploitations minières détruisent le couvert végétal, décapent profondément le sol et polluent les nappes phréatiques. Pour une turbine d’éolienne, 13 tonnes de sulfate d’ammonium et 2,5 tonnes d’acide oxalique terminent dans des boues acides qui suintent constamment des sites de stockage des déchets.[5] La folie éolienne entraîne une pression de plus en plus élevée sur la production de ces Terres Rares, avec des conséquences environnementales et humanitaires inacceptables.

Comme beaucoup d’entre nous, j’ai toujours pensé que le respect de l’environnement impliquait notre planète entière. J’ai toujours cru qu’une analyse complète du cycle de vie d’un système, depuis sa naissance jusqu’à sa disparition finale, était requise afin de s’assurer de son aspect « écologique ». Il est significatif que dans le cas des éoliennes, les terribles cicatrices environnementales causées à notre Terre et l’impact négatif sur la santé humaine ne semblent pas troubler les écologistes et les autres ONG « vertes » , en particulier notre ministre écolo ! Que l’on occulte cette pollution primaire est honteux, mais tellement prévisible. Par contre, que l’on encourage la construction et l’installation de ces machines, responsables de la maladie et de la mort de dizaines de personnes, est tout simplement intolérable !

La décarbonisation est une arnaque monumentale, basée sur des calculs erronés et des prévisions idéologiques plutôt que mesures scientifiques. C’est surtout un marché juteux qui a rapporté des fortunes colossales à ceux qui exploitent le portefeuille et la naïveté sincère de la plupart d’entre nous. Les éoliennes font partie de ce marché. Elles se construisent sur la destruction de la nature et de la santé d’hommes, de femmes et d’enfants innocents. Regardons tourner une éolienne et ayons la conscience tranquille.

Vive l’écologie !

[1] O. Humlum, K. Stordahl, J.-E. Solheim Global and Planetary Change, 2013, 100, 51-69.

[2] Voir la figure 1.4 : http://climatefailfiles.files.wordpress.com/2012/12/ch1-i...

[3] http://www.youtube.com/watch?v=YrI03ts--9I&feature=pl...

[4] http://www.youtube.com/watch?v=JL4fluj004o

[5] http://ecoinfo-oldweb.grenoble.cnrs.fr/spip.php?article172

István E. Markó Professeur à l’Université catholique de Louvain L’auteur s’exprime à titre personnel

----------------------------------------------------------------------------------------------

réchauffement climatique,GIEC,CO2,énergies vertes,éolien,Un livre incontournable, qui peut être commandé via 

 

 

 

 

 

http://texquis.com/texquis-essais/22-climat-15-verites-qui-derangent.html

 

Ou 

http://www.amazon.fr/Climat-15-v%C3%A9rit%C3%A9s-qui-d%C3%A9rangent/dp/2930650052/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1368784858&sr=1-1&keywords=15+v%C3%A9rit%C3%A9s+qui+d%C3%A9rangent

18:17 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : réchauffement climatique, giec, co2, énergies vertes, éolien | |  Facebook |

Commentaires

Monsieur Moreau,

Lisez ça,

http://www.euractiv.fr/development-policy/le-financement-de-la-lutte-contr-news-531225

Écrit par : Robert | 25/10/2013

""""Nous savons aujourd’hui que cette théorie et les modèles qui y ont conduit sont erronés.""""

On n'hésite pas à mentir effrontément je vois.

Écrit par : Robert | 25/10/2013

Encore une très bonne remise au point faite par le Professeur Marko,
Réflexion que l’on peut d’ores et déjà joindre à la liste que j’avais entamée : « Quant aux « solutions » proposées pour lutter contre le faux problème climatique, pour ceux d’entre les plus convaincus qui nous diraient que de toute façon elles ne peuvent pas faire de tort, voici peut être matière à réfléchir :
http://www.lalibre.be/actu/planete/le-gouvernement-belge-appele-a-cesser-de-nuire-et-jouer-avec-la-nourriture-525d6249357090649b7a239b
http://www.lalibre.be/actu/planete/un-lien-tres-clair-entre-politiques-de-l-europe-et-accaparement-des-terres-525e2839357026746e89a07b”
Robert, merci pour votre article qui ouvre une porte sur le coût financier (qui suivant que l’on y soit sensible ou non, n’est encore rien face au coût environnemental et social de cette lutte inutile et infondée) que cela représente, soit selon l’IPC : « La planète a investi près d'un milliard de dollars PAR JOUR en 2012 pour lutter contre le réchauffement climatique. »
Et dire que de dangereux criminels voudraient que cette somme soit doublée : « Mais la somme totale représente moins de la moitié des 700 milliards de dollars annuels nécessaires. Le financement total (…) ne représente qu'une fraction infime des 5 mille milliards de dollars nécessaires d'ici 2020 ».
Il reste bien du travail de démystification !

Écrit par : Vistodelperu | 25/10/2013

Pour une fois, le professeur Marko arrive à citer un article publié dans une revue scientifique qui va dans son sens. Bravo, bravo, ca change des références vers des blogs, etc...

Pour fêter l'occasion, je vous propose une petite méthode simple pour rapidement évaluer la valeur d'un article scientifique sans avoir besoin d'être un expert du domaine.

1) Quelle est la réputation du journal? L'article de Humlum et al. a été publié dans une revue ayant un facteur d'impact de 3,1, ce qui est tout à fait correct. On est loin du score de la revue Energy and Environment souvent utilisée par les sceptiques qui a elle une facteur d'impact ridicule de 0.319. Pour rappel, une revue comme Nature est aux alentours de 30.

2) Est ce que les conclusions du papier correspondent à ce que Mr Marko en dit? Pour une fois, oui. Nos amis sceptiques ne semblent pas avoir eu besoin de tordre les conclusions d'un article pour aller dans leur sens. Oulala, quel suspens, aurait-on là un argument valable???

3) Est ce que l'article a été commenté ou réfuté? C'est une pratique courante de publier des commentaires sur un article. Ces commentaires passent par le même processus de revue par les pairs et comptent donc autant que l'article initial. Et là surprise, deux articles de commentaire sont disponibles et indiquent tous les deux que les conclusions de Humlum et al. ne sont pas supportées par les données utilisées et que l'analyse de Humlum est complètement erronée.

http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0921818113000891
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0921818113000908

Et bien c'était moins une. Je n'ai encore jamais vu un article sceptique passer avec succès l'étape 3), mais c'était bien essayé. Encore bravo, on verrait presque un progrès.

Pour ceux qui veulent quand même faire un peu de science et qui n'auraient pas accès aux articles cités ci-dessus, voici un autre démontage du papier d'Humlum:
http://www.realclimate.org/index.php/archives/2012/09/el-ninos-effect-onco2-causes-confusion/

Écrit par : Sylvain | 25/10/2013

Monsieur Moreau, Cher Jo ...(1),
Je n’avais pas encore pris connaissance de votre article sur Greenpeace. En ce qui concerne ces escrologistes, le mieux est parfois encore de laisser la parole à leurs anciens membres voir fondateurs :
alerte-environnement.fr/la-face-cachee-des-ong/la-face-cachee-de-greenpeace/10/
Le plus drôle reste la vente de semence « Monsanto » par la dite ONG-succursale Espagne. Bien que les images parlent d'elle même, désolé pour les commentaires en castillan mais le traducteur de google peut faire des miracles pour qui ne maitriserait pas la langue de Cervantès :
http://www.mitosyfraudes.org/Polit/greenpeace_vende_semillas_transgenicas_de_monsanto.html
Bonne soirée!

PS: (1)...si je peux me permettre cette familiarité qui n'a rien a envier aux courriers Ségolène-Eliot/Eliot-Ségolène)

Écrit par : Vistodelperu | 25/10/2013

Tient, Tient
Revoilà Sylvain… une arme classique à la main, si l’on ne peut s’attaquer au fond du problème, détourner la question ! Comme je le disais à un autre sur un autre article, à défaut de pouvoir noyer l’ours polaire, tentons au moins de noyer le poisson !
Le professeur Marko nous parle des effets inattendus de la promotion des éoliennes, je rappelle au passage la question des agrocarburants, et le « glaciologue » de service s’épanche sur l’article de Humlum en tentant de nous donner un cours magistral de déontologie…
Evidemment la même personne n’hésitera pas à utiliser si cela l’arrange un twitter bien placé (soit une courbe de hockey renversée… Hide de Decline, Hide de Decline !) et évitera soigneusement de parler de ce qui fait tâche dans sa belle petite théorie (par exemple le coup de chaud en arctique lors de 1917-1937).
Parlant de déontologie, je renvois les lecteurs intéressés à mes messages de l’article « LE GIEC OU LE CATASTROPHISME A TOUT PRIX” et en particulier « ma question qui dérange »…
Passé cette incartade, revenons-en à la question centrale : l’impact environnemental, social, financier (et plus que marginalement climatique !), … de tout ou partie des énergies dites renouvelables.

Écrit par : Vistodelperu | 25/10/2013

"""" l’extraction et le raffinage de centaines de tonnes de métaux précieux que l’on appelle les Terres Rares ou Lanthanides""""

Le "professeur" Marko est sans doute disposé à se séparer de tout ce qui contient des terres rares et Vistodelperu aussi sans doute. Si ça ce n'est pas de l'enfumage de première (et je suis poli), qu'est ce que c'est ?

Écrit par : Robert | 26/10/2013

« Le "professeur" Marko est sans doute disposé à se séparer de tout ce qui contient des terres rares et Vistodelperu aussi sans doute. »
Je ne parlerais ici qu’en mon nom, je suis en tout cas près à me passer de l’énergie éolienne… Je remarque par ailleurs que vous vous gardez toujours bien malgré que vous me liés à l’analyse du Professeur Marko, de commenter les articles sur la Faim.
L’argument est en outre un peu éculé, nous comprenons bien que pour vous le CO2 est un produit dangereux dont il faut se débarrasser pour sauver la planète… Etes-vous disposé à vous séparer de tout ce qui émet du CO2… à commencer par votre respiration ? Voyons soyons sérieux !
« Si ça ce n'est pas de l'enfumage de première (et je suis poli), qu'est ce que c'est ? »
Soit vous aurez mal compris, soit à nouveau il faut vous retourner la question…
Extraire des terre rares devrait avoir au regard de leur impact un usage le plus efficient possible. La « technologie » des moulins à vent les rendent, au-delà de toute autres considérations mécaniques qui réduiraient encore leur rendement, improductives, inefficaces, inutiles 80 ou 90 % du temps. En termes de rendement globale c’est un non-sens complet !

Écrit par : Vistodelperu | 26/10/2013

Vistodelperu ,

""""de commenter les articles sur la Faim.""""

vous n'allez pas me dire que l'augmentation du taux de CO2 va régler les problèmes de faim, Si ? Vous savez comment ça fonctionne une plante ? quelle est la chose dont elle a le plus besoin ?

""""Etes-vous disposé à vous séparer de tout ce qui émet du CO2""""

Vous, au moins n'avez pas peur d'être ridicule. Sans CO2, pas de vie sur terre. c'est comme l'eau, c'est indispensable mais quand il pleut trop et que les inondations détruisent tout on se rend compte qu'il y a une limite à ne pas dépasser.

Écrit par : Robert | 26/10/2013

@ Robert,

Vous devenez vraiment pathétique...
Les deux articles sur la faim sont postés plus haut et traite de la question de la promotion des agro carburants pour lutter contre un prétendu RCA et de leur influence sur la faim dans le monde... Au vu de votre commentaire sarcastique, vous ne les aurez surement pas lu (et pourtant je vous ai fourni le lien exact pas comme vous avec «Scientific American»… plus simple d’accuser les autres que de faire un effort soit même !
Vous aurez à nouveau mal lu mais c'est une constante chez vous ! Je clos précisément la question de se passer de tout ce qui est émet du CO2 par un « Voyons soyons sérieux ! » Quand je pense que vous vous permettez de traiter les gens d'idiot...
Nous avons pu admirer vos compétence en matière de glaciologie… nous allons donc voir vos compétences en matière de production végétale…
Je suis fort aise de lire que vous précisé d’emblée « Sans CO2, pas de vie sur terre. » Vous pourrez donc intervenir sur les nombreux sites qui polluent l’internet en prétendant que le CO2 est un polluant… bon travail !
Vous indiquez « comme l'eau, c'est indispensable mais quand il pleut trop et que les inondations détruisent tout on se rend compte qu'il y a une limite à ne pas dépasser ». Impressionnant, avez-vous une idée du taux d’enrichissement en CO2 que l’on peut faire en serre ? Allez je vous aide 1000-1500ppm ! Et les plantes poussent à merveille en consommant moins d’eau, photosynthèse plus efficace oblige ! Vos 400ppm dans l’atmosphère source d’hystérie me laissent de glace et même un difficile doublement nous tient loin encore de «l’inondation » dont vous parlez, un triplement nous amènerait à un optimum !

Écrit par : Vistodelperu | 26/10/2013

visto delperu

""""Les deux articles sur la faim sont postés plus haut et traite de la question de la promotion des agro carburants pour lutter contre un prétendu RCA et de leur influence sur la faim dans le monde...""""

les agro carburants c'est de la foutaise (pire une bonne excuse pour continuer à exploiter le pétrole), la marche ou le vélo c'est mieux.

"""" Sans CO2, pas de vie sur terre. » Vous pourrez donc intervenir sur les nombreux sites qui polluent l’internet en prétendant que le CO2 est un polluant… bon travail !""""

Je m'intéresse à la science pas aux blabla, de quelques bords qu'il soient. C'est clair ?


""""Impressionnant, avez-vous une idée du taux d’enrichissement en CO2 que l’on peut faire en serre ? Allez je vous aide 1000-1500ppm ! Et les plantes poussent à merveille en consommant moins d’eau, photosynthèse plus efficace oblige ! Vos 400ppm dans l’atmosphère source d’hystérie me laissent de glace et même un difficile doublement nous tient loin encore de «l’inondation » dont vous parlez, un triplement nous amènerait à un optimum !""""

Ce pseudo argument est d'une débilité confondante, comparer un milieu fermé avec un milieu ouvert. Pour votre gouverne ce n'est pas le taux de CO2 qui pose problème, c'est ce qu'il induit. Lisez les rapports du GIEC au lieu de faire le troll.


"""" Quand je pense que vous vous permettez de traiter les gens d'idiot...
Nous avons pu admirer vos compétence en matière de glaciologie…""""

Exemple SVP ?

Comme l'a dit un scientifique, savez vous pourquoi il y a tant de climatosceptiques ? Parce qu'il faut 10 secondes pour dire un ânerie et 10 minutes pour démontrer que c'est une ânerie...

Écrit par : Robert | 27/10/2013

@ Robert
Je suis content de voir que vous considérez une des mesures phare de l’Europe pour lutter contre le prétendu RCA (soit les agro carburants) comme étant de la foutaise… N’hésitez surtout pas à faire part de vos recommandations en la matière aux autorités compétentes !
Puisque vous ne revenez pas sur le thème, je suppose que vous aurez compris en quoi au travers de la question du rendement les éoliennes peuvent être affligées du même commentaire au vu de leurs impacts environnementaux, sociaux, financier…
Tout cela a au moins le mérite comme je l’écrivais précédemment de démonter le mythe selon lequel les « solutions » proposées pour lutter contre le faux problème climatique ne peuvent pas faire de tort !
Certes la marche ou le vélo pourront présenter quelques intérêts en termes de santé… A l’échelle globale, pour qui croit au RCA et tenant compte pragmatiquement que leur usage restera toujours très limité on voit mal comment le vélo et la marche règleront la thématique du transport et constitueraient une alternative crédible.

Merci par ailleurs de confirmer aux lecteurs de ce blog que tout site internet prétendant que le CO2 est un polluant est du blabla et non de la science.

« Ce pseudo argument est d'une débilité confondante, comparer un milieu fermé avec un milieu ouvert. »
Quoi que je n’apprécie pas comme vous la vulgarité et les insultes, je pourrais déjà dire que le simple terme « effet de serre » si cher aux carbophobes est bien, puisque vous m’en donnez l’occasion, pour vous paraphraser et suivant vos critères, d’une débilité confondante… Notez que des sites sceptiques l’avaient déjà relevé argumentant même, rendez-vous compte, que les mécanismes en jeu ne sont pas physiquement identique !
Pour ce qui est du CO2 fertilisant en serre (milieu fermé), notez que l’expérience d’enrichissement menée à l’échelle planétaire (milieu ouvert) semble donner des premiers résultats encourageant : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/grl.50563/abstract
« ce n'est pas le taux de CO2 qui pose problème, c'est ce qu'il induit »
Hormis ce rôle fertilisant du CO2, je ne lui connais pas d’autres propriétés dans l’atmosphère. J’ai certes entendus parler de modèles informatiques qui tentaient de lier hausse de sa teneur avec une hausse des températures mais, il semblerait que cette corrélation à vaste échelle temporelle est invalidée par l’analyse des glaces de Vostok, le CO2 suivant la température avec un décalage de 800 ans. A plus courte échelle, le dernier siècle par exemple, ce lien ne peut pas non plus être établi si l’on suit l’évolution des températures et émissions de CO2… La température pouvant augmenter lors de période de faible émission (par exemple entre 1900 et 1940) et inversement, bcp d’émissions et pas de hausse de température (boom économique de l’après-guerre, les 17 dernières années, …)

« Exemple SVP ? »
Vos commentaires sur LE GIEC OU LE CATASTROPHISME A TOUT PRIX en particulier ceux à partir du 25/10/2013 (je vous invite à les relire tous ATTENTIVEMENT en ouvrant et lisant les références que VOUS citez) parlent d’eux même…
Par ailleurs, au moment où j’écrivais « Nous avons pu admirer vos compétence en matière de glaciologie » je ne m’étais pas encore rendu compte de l’amnésie dont vous semblez souffrir et la très nette schizophrénie qui vous afflige.

Écrit par : Vistodelperu | 28/10/2013

Vikstodelperu,

Je vais vous répondre une dernière fois. Vous avez bien compris qu'en floodant il est impossible de reprendre toutes vos âneries. C'est une tactique employée par ceux qui n'ont pas de réels arguments à faire valoir mais qui contentent de noyer des critiques personnelles dans un flot de mots sans réel contenu.

""""Puisque vous ne revenez pas sur le thème, je suppose que vous aurez compris en quoi au travers de la question du rendement les éoliennes peuvent être affligées du même commentaire au vu de leurs impacts environnementaux, sociaux, financier…""""

Ni les éoliennes ni aucune énergie renouvelables pas même le nucléaire ne pourront remplacer les fossiles au niveau mondial.

On consomme 90 millions de barils de pétrole/jour et l'équivalent en charbon (moins pour le gaz). La question à se poser est la suivante : Quels sont les sacrifices que nous sommes disposés à faire pour espérer laisser un monde acceptable aux générations futures ? Il y a un immense consensus sur notre responsabilité dans le réchauffement actuel (qui n'en n'est qu'à son début ce qui fait que vous me faites doucement rigoler avec votre période chaude aux alentours des années 30 en arctique) et ce n'est pas ni *** ni *** ni vous qui changeront ce fait ainsi que les faits que nous constatons. Si un jour les températures reviennent au niveau de celles de 1970, on en reparlera...


Je vous coupe le sifflet et ne perdrez plus de temps à vous répondre.

Écrit par : Robert | 28/10/2013

@ Robert
« Je vais vous répondre une dernière fois »… Puisse cela être vrai !
Mais qui ici n’a pas « de réels arguments à faire valoir mais qui contentent de noyer des critiques personnelles dans un flot de mots sans réel contenu » ? Vos dernières prestations sur l’article LE GIEC OU LE CATASTROPHISME A TOUT PRIX n’en sont qu’un exemple.
Il vous aura fallu du temps pour arriver à la conclusion: « Ni les éoliennes ni aucune énergie renouvelables pas même le nucléaire ne pourront remplacer les fossiles au niveau mondial. » Notez que l’article de l’auteur précité ne dit autre chose si ce n’est qu’il se veut plus optimiste que vous et pense qu’a termes, avancées technologique obligent, des solutions de remplacement EFFICACES verront le jour. Parlant de « troll », malgré votre malveillance évidente, vous n’aurez effectivement pas fait avancer beaucoup le propos du présent article ni le précédent…
Je vous fais doucement rigoler avec votre période chaude aux alentours des années 30 en arctique, face au fait, il vous reste au moins cela… Au passage, pas besoin d’attendre un retour aux températures de 1970, je vous ai déjà montré qu’en arctique en particulier, les températures en 2000 étaient déjà inférieures actuellement à celle des années 30 !
« Ni Marko ni Belouve ni vous qui changeront ce fait »
Peut-être, mais au moins pouvons-nous tenter d’éviter que, sous les pressions et gesticulations grotesque de certains, l’humanité n’applique de mauvais remèdes (ce que vous validez tant pour les agro carburants que pour les éoliennes et l’on pourrait poursuivre la liste) à un malade imaginaire !
Décidément, vous ressemblez de plus en plus à un pauvre bougre pris dans un marais cage… Embourbé dans la fange de votre vulgarité et votre médiocrité, affaibli par vos lacunes en compréhension à la lecture, en analyse et en rédaction, chacune de vos tentatives ne fait que vous enfoncer un peu plus !

Écrit par : Vistodelperu | 28/10/2013

Un mois après mon dernier message ici, un petit article certes léger mais non moins intéressant. Une sorte d’avant-goût du coût sociétal des moulins à vent, panneaux « home vision » et certificats verdâtres que nous ventent et nous vendent les escrologistes de service :
http://www.rtl.be/info/economie/monargent/1050991/les-wallons-paient-la-crise-des-certificats-verts-sa-consommation-baisse-mais-il-doit-rembourser-910a-

Écrit par : Vistodelperu | 28/11/2013

Les commentaires sont fermés.