Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/02/2014

UCL : BLACK-OUT SUR UN LIVRE ET ECHOS MEDIATIQUES

réchauffement climatique,GIEC,CO2,UCL,Par le passé, j’ai suffisamment critiqué les médias dans leur ensemble, pour leur information orientée qui ignorait totalement les GIECosceptiques, soit ceux qui mettaient en doute tout ou partie des conclusions du GIEC. (climato-sceptiques ? Mais que je n’aime pas ce mot, aurait pu dire Monsieur Beulemans). Aujourd’hui, j’aimerais signaler certaines réactions réconfortantes, même si elles sont très limitées.

Depuis peu déjà, une certaine évolution se faisait jour, et on a pu constater plusieurs apparitions des iconoclastes du climat sur le petit écran. Une d’entre elles fut l’occasion mémorable de voir le Professeur Jean-Pascal Van Ypersele, par ailleurs vice-président du GIEC, refuser de se voir confronté à son confrère le Professeur Istvan Marko.

Les évènements récents survenus à l’Université Catholique de Louvain (1), à Louvain-La-Neuve, ont fait réagir deux médias belges parmi les plus importants , le quotidien « La Libre Belgique » et la station de radio « BEL RTL ».

Je reprends ci-dessous les passages qui me semblent importants, et réconfortants pour l’indépendance de certains d’entre eux. Indépendance tempérée cependant, car le journaliste de « La Libre » ne peut s’empêcher d’y ajouter certaines considérations de son cru ….(voir l’article complet) . Mais soit, il faut un début à tout…

Dans l’article de LA LIBRE BELGIQUE. (2)

À l'UCL, un professeur qui dérange Après la "vérité qui dérange" d'Al Gore sur le climat, voici le climato-sceptique qu'on fait taire.

(…) Ainsi, une rencontre était prévue le 13 février avec István Markó, professeur (climato-sceptique) de chimie à l'UCL et co-auteur de "Climat: 15 vérités qui dérangent" (Texquis Essais). Une semaine avant le jour J, la DUC publie sur sa page Facebook ce très laconique : "Il apparaît que pour cet événement, l’ampleur de la polémique nous empêche de l’organiser sereinement, ne fût-ce que sur le plan matériel." (…) Le nombre de chaises disponibles ou la qualité du "drink" final semblent assez peu en cause. En coulisses, on évoque des pressions d'autres professeurs de l'alma mater. Ceux-ci, mécontents des théories mettant en doute le réchauffement climatique avancées par leur collègue, ont fortement encouragé la DUC à annuler la soirée. Alors, l'université, qui préfère mettre en avant sa "marque" Jean-Pascal van Ypersele, climatologue couronné avec Al Gore du prix Nobel de la paix en 2007, aurait-elle une brebis galeuse en son sein? "Pas un instant on a imaginé une levée de boucliers", s'étonne Geoffrey Wolters, directeur de la DUC contacté par LaLibre.be. "Les attaques allaient dans un sens très dogmatique, sur le mode 'Comment peut-on donner la parole à quelqu'un qui profère des thèses pareilles?'." (…) Un peu dépassé par les événements, le staff de la librairie laisse tomber. "On a mis les pieds dans quelque chose pour quoi on n'était pas taillés", déplore M. Wolters. Quant au principal intéressé, il regrette cette "loi du silence climatique" qu'on lui impose. Si István Markó dit ignorer qui se cache derrière l'annulation, il précise quand même à LaLibre.be que (…)"avoir fait pression sur la DUC, c'est honteux! Je suis étonné, pour ne pas dire plus, qu'on en arrive à interdire un débat sur un sujet scientifique où le politique a pris le dessus." Du côté de l'université, le recteur Bruno Delvaux rappelle qu'"on ne fait pas de pression sur les académiques". En vertu de la sacro-sainte liberté académique, la vénérable institution n'a pas à empêcher ce "brillant professeur de chimie" de parler. "Cette liberté académique est une valeur essentielle reconnue par la Cour constitutionnelle de Belgique et par la charte européenne des Droits de l'Homme", poursuit Bruno Delvaux.

BEL-RTL séquence du journal parlé de 18 h du 07 février

- Journaliste : Le climat est tendu au sein de l’Université entre ceux qui défendent les thèses du réchauffement climatique , dont Jean-Pascal Van Ypersele le vice-président du GIEC et ceux que l’on appelle les climato-sceptiques, la preuve, l’annulation de la présentation d’un livre ‘Le climat, 15 vérités qui dérangent ».

- Virginie Bouchonville, directrice de la librairie où devait avoir lieu cette présentations :  On a eu des pressions de professeurs. Des menaces c’est un grand mot, mais on nous a sommé d’annuler la conférence, çà oui.

- Istvan Marko, Professeur de Chimie et co-auteur du livre : C’est très choquant, mais il s’agit d’une partie relativement faible de mes collègues à l’ UCL. D’autres collègues m’ont d’ailleurs fait signe de leur soutien.

- Bruno Delvaux, Recteur de l’Université:  C’est une bisbrouille que je regrette, car elle sort du débat scientifique, dans sa forme d’abord, sur le fond ensuite, mais d‘abord dans sa forme. … on s’adresse à des cénacles qui rassemblent l’expertise pour faire tel ou tel commentaire ou appréciation

-  Journaliste : - Le professeur Marko se dit déçu, mais il n’en restera pas là et compte bien faire la présentation du livre en un autre lieu…

Des réactions médiatiques réconfortantes, disais-je, mais pas d’enthousiasme excessif ! Le droit d’exprimer publiquement une opinion climatique divergeante est, et continuera d’être l’objet d’un combat de tous les jours.

Ah, si des faits identiques avaient concerné une publication de Greenpeace au sein d’une université de Sotchi, à quelle indignation vertueuse n’aurions-nous pas assisté dans la totalité de notre presse ?! Mais tout ceci se passe aux portes de Bruxelles…

On ne s’attaque pas impunément à d’hyper-puissants lobbies politico-écologiques, financiers et industriels.

(1) http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2014/02/07/ucl...

(2) http://www.lalibre.be/actu/planete/a-l-ucl-un-professeur-...

Jo Moreau

réchauffement climatique,GIEC,CO2,UCL,http://texquis.com/texquis-essais/22-climat-15-verites-qui-derangent.html 

Ou 

http://www.amazon.fr/Climat-15-v%C3%A9rit%C3%A9s-qui-d%C3%A9rangent/dp/2930650052/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1368784858&sr=1-1&keywords=15+v%C3%A9rit%C3%A9s+qui+d%C3%A9rangent

09:59 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : réchauffement climatique, giec, co2, ucl | |  Facebook |

Commentaires

Comme Professeur Emerite de Chimie à la KUL je ne puis que regretter le refus de la présentation du livre du Professeur Istvan Marko à l'UCL par des professeurs de l'UCL pour des raisons de "sécurité". Que le contenu du livre du Professeur Marko plaise ou pas aux opposants de la
théorie du Professeur Marko ,ce refus n'est q'une pauvre excuse et est
tout à fait contraire à l'esprit de la science et dès lors indigne d'une université qui se respecte.

Écrit par : Marcel Van Beylen | 12/02/2014

Comme Professeur Emérite de Chimie à la KUL je ne puis que regretter
le refus de le présentation du livre du Professeur Istvan Marko à
à l'UCL par des professeurs de l'UCL pour des raisons de "sécurité".
Que le contenu du livre plaise ou pas aux opposants de la théorie du
Professeur Marko, ce refus n'est q'une pauvre excuse et tout à fait
contraire à l'esprit de la science et dès lors indigne d'une université
qui se respecte.

Écrit par : Marcel Van Beylen | 12/02/2014

Merci, cher professeur émérite de la KUL, d'avoir pris votre "plume" pour defendre la liberté de pensée et d'expression! Cela me ramène au fait que nous constatons de plus en plus que c'est la jeune génération qui se laisse si facilement embrigader par des theories utopistes. Les anciens en ont vu d'autres, et comprennent qu'il faut toujours garder les portes ouvertes à toutes les opinions, que le "politiquement correct", qui a l'air si beau, n'est pas toujours aussi pur et peut franchement être dangereux et néfaste, type les theories de Malthus et l'eugénisme qui en suivirent et qui ont mené à la deuxième guerre mondiale.

Écrit par : Anne | 13/02/2014

Le comportement de JP Van Yperseele et celui de ses collègues qui le soutiennent est inacceptable. Cela rappelle la sombre période de l'Inquisition, avec une "science" officielle et obligatoire, ou encore, plus récemment, celle du lyssenkisme en ex-URSS.

Si les thèses du GIEC étaient correctes, et validées par les données d'observation, pouquoi diantre refuser le débat scientifique? Peut-être parce ce que les thèses du GIEC ne reposent que sur de la science fausse, et qu'elles sont réfutées par Mère Nature? Et que, dans un vrai débat scientifique public, JP Van Yperseele est toujours perdant car ses arguments n'ont aucune crédibilité, même s'ils sont proférés de manière incantatoire....

Un petit document satirique pour illustrer mon propos: http://www.contrepoints.org/2013/10/15/142693-il-faut-donner-le-prix-nobel-de-physique-au-giec

Pour ceux qui ont l'esprit ouvert et non pollué par la propagande réchauffiste, voici un petit document sur la problématique climatique, avec les liens vers les sources primaires. http://dropcanvas.com/#wJc9FpE34332em

Et, en prime, voici l'avis vitriolé d'un vrai climatologue, non auto-proclamé, Marcel Leroux:
http://www.biokurs.de/treibhaus/180CO2/Echanges-meridiens-Chang-clim.pdf

Bonne lecture aux courageuses et aux courageux qui liront jusqu'au bout.

Écrit par : Jean-Pierre | 14/02/2014

Bardinet,

Leroux n'était pas climatologue mais géographe.

Écrit par : Robert | 15/02/2014

Robert,

Leroux était climatologue ET géographe.

Marcel Leroux, Professeur émérite – Université Jean Moulin – Lyon
Laboratoire de Climatologie, Risques, Environnement (LCRE-UMR 5600)

Et ce fut un excellent climatologue, bien meilleur que ceux du GIEC qui veulent nous convaincre que leurs modèles foireux sont parfaits, alors qu'ils ne savent même pas modéliser l'ennuagement, le cycle de l'eau, la cryosphère, les courants marins, ....

Écrit par : jipebe29 | 16/02/2014

Les commentaires sont fermés.