Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/04/2014

L' IMPORTANCE DE L'ENNUAGEMENT ET SA MODELISATION

Dans une récente livraison, SCIENCE NEWS a publié un article expliquant le rôle primordial de l’ennuagement dans le processus climatique (1).

Les difficultés rencontrées pour une modélisation correcte de l’influence des nuages sur le climat est le sujet principal de cet article, dont je reprends ci-dessous quelques passages significatifs, dans une traduction « maison ».

Il serait toutefois abusif de considérer cet article comme «sceptique », car il détaille en fait les améliorations apportées à une modélisation plus fiable de ce phénomène atmosphérique, permettant des prévisions futures plus fiables qu‘actuellement.

Jo Moreau

Les nuages mènent une sorte de double vie. Leurs molécules, comme toute l'eau présente dans l'atmosphère, contribuent à l'effet de serre en interceptant le rayonnement infrarouge émis par la Terre, pour renvoyer une partie de cette énergie vers la surface de la planète. Mais les sommets blancs des nuages renvoient aussi, collectivement, près d'un quart du rayonnement solaire qui les atteint, en un effet obscurcissant la planète.(…)

Tout compte fait, les nuages refroidissent la planète par cette réflexion du rayonnement solaire beaucoup plus qu'ils ne la réchauffent par le biais de l'effet de serre. Sans eux, la surface de la Terre serait plus chaude en moyenne d'environ 5 degrés Celsius."Les nuages sont vraiment au cœur du système climatique», explique Sandrine Bony, une scientifique du climat à l'Université Pierre et Marie Curie à Paris.(…)

Le dernier rapport du panel (GIEC AR5) , officiellement publié le 30 Janvier, estime une augmentation de température de 1,5 à 4,5 degrés dû au doublement des émissions de dioxyde de carbone. En d'autres termes, sept ans après le précédent rapport, l'incertitude a en fait augmenté. (…)

Modélisation de l'avenir. Les premières bonnes observations des nuages par satellite ont montré que les simulations climatiques obtenues par les superordinateurs utilisés pour prédire un réchauffement futur, étaient cohérentes. Mais ces simulations avaient tendance à produire trop peu de nuages et à exagérer leur pouvoir de réflexion. Les modèles ont également généré trop de tempêtes et n'ont pas réussi à reproduire les grandes tendances météorologiques. Beaucoup de problèmes découlent des simplifications que les scientifiques sont amenés à faire lors de la conception des modèles climatiques.(…)

Une résolution plus élevée est utile, dit Anthony Del Genio, qui développe des simulations à l'Institut Goddard pour les études spatiales à New York. Mais ce n'est pas le seul, ni même le meilleur moyen de faire des modèles plus réalistes. "En ce qui concerne les grandes questions de changement climatique, une résolution plus fine n'est pas nécessairement la réponse," dit-il. «La réponse est à trouver dans la Physique" (…)

Les modèles climatiques actuels représentent des processus liés aux nuages avec de nombreuses variables, y compris l'humidité, la quantité d'eau condensée en eau et en glace, le nombre de gouttelettes qui tombent à des vitesses différentes et les concentrations et tailles différentes des particules des aérosols (…)

Ces améliorations, note Ulrike Lohmann (physique des nuages), donnent une représentation plus réaliste de la complexité de la nature, mais n’ont pas nécessairement une meilleure capacité prédictive. "La tendance qui s’en dégage est que plus nous en savons, plus la marge d’incertitude est grande" dit-elle.(…)

Tous les scientifiques ne sont pas unanimes pour considérer que les nuages entraînent une rétroaction positive. Graeme Stephens (Chercheur au NASA JPL) pense que les modèles climatiques varient encore trop entre eux pour permettre aux scientifiques d’en tirer une conclusion définitive. "Il y a un accord qu’en fonction des évaluations connues, ces évaluations sont plus susceptibles d'être positives", dit-il. "Cela ne signifie pas que les évaluations d'ensemble doivent être positives." En partie à cause de l'influence de Stephens, le rapport du GIEC note que la rétroaction totale des nuages est " probablement positive » (italique dans l'original), laissant la place à un effet neutre ou légèrement négatif. (…)

En Janvier 2014, les scientifiques ont analysé la façon dont les modèles climatiques simulent la convection, et ont constaté que de nombreuses simulations aboutissent à un processus erroné. Avec comme conséquence, note l'équipe dans Nature , que ces simulations produisent trop de nuages ayant un coefficient faible de réflexion de la lumière du soleil. Les modèles qui tiennent compte d’un pouvoir de convection correct prédisent, en moyenne, sensiblement plus de réchauffement au cours du prochain siècle. Les auteurs de l'étude, à laquelle participe Bony, a conclu que le doublement du dioxyde de carbone devrait amener une augmentation de la température de 3 à 4,5 degrés, la tranche supérieure de la prévision actuelle du GIEC. Mais toutes les preuves ne vont pas dans ce sens. Depuis 1998, la température de surface de la Terre est restée à peu près constante, ce qui constitue un changement important après trois décennies de réchauffement rapide ( SN: 05/10/13, p 14. ). Si le climat était vraiment aussi sensible à l'effet de serre que Bony et ses collègues le pensent, le réchauffement aurait continué au même rythme, voire se serait accéléré. Les études sur les changements climatiques dans le passé semblent indiquer que l'effet de serre pourrait avoir moins d'impact sur la température globale que ce que de nombreux modèles prédisent. Concilier ces évidences avec les dernières conclusions des scientifiques sur les nuages est l'un des principaux défis auxquels le secteur est confronté aujourd'hui. (…)

(Notons que l’article se termine par la « phrase magique »(2)… )

(1) https://www.sciencenews.org/article/cloudy-forecast?utm_s...  

(2) http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2014/02/18/la-...

UNE CONFERENCE EXCEPTIONNELLE :

réchauffement climatique,GIEC,CO2,gaz effet de serre,

 

12:34 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, giec, co2, gaz effet de serre | |  Facebook |

14/04/2014

EXCEPTIONNEL : RICHARD LINDZEN A LOUVAIN-LA-NEUVE

Richard S. Lindzen, né le 8 février 1940, est un physicien américain , professeur de météorologie au Massachusetts Institute of Technology (MIT). Richard Lindzen est connu pour son travail sur la dynamique de la moyenne atmosphère, les effets de marée atmosphérique et la photochimie de l’ozone. Il a publié plus de 200 papiers et ouvrages scientifiques.

Il est l’un des principaux auteurs du chapitre 7 « Processus climatiques physiques et rétroactions » du troisième rapport d’évaluation du GIEC sur le changement climatique. C’est l’un des climatologues les plus renommés et respectés de sa profession.

Richard Lindzen dénonce l’alarmisme en matière de réchauffement climatique et est critique vis-à-vis des pressions politiques exercées sur les climatologues pour les conformer à ce qu’il appelle le catastrophisme climatique.

 

réchauffement climatique,CO2,GIEC,

 

 

19:50 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : réchauffement climatique, co2, giec | |  Facebook |

07/04/2014

ENREGISTREMENT DE LA CONFERENCE DU 13 FEVRIER

Je vous ai tenu au courant des pressions exercées ayant abouti à l’obligation de déplacer la présentation du livre « 15 vérités qui dérangent » au sein de l’Université Catholique de Louvain (1) et (2).

Comme vous le savez, cette présentation se tint finalement à la date prévue, devant 80 à 100 participants.

Voici l’enregistrement de la conférence, qui dure environ une heure.

http://youtu.be/WNh_1eHmNQY 

Deux orateurs prirent la parole :

Drieu GODEFRIDI (Partie épistémologique)

  1. - La composition du GIEC.
  2. - Ses compétences.
  3. - Son fonctionnement.

- Le GIEC et le scientisme

- L’influence du GIEC sur la politique mondiale.

ISTVAN MARKO (Partie scientifique)

- Historique du problème.

- Comment les graphiques sont « rappelés à l’ordre ».

- Le CO2, cause ou conséquence d’un réchauffement ?

- Les cycles solaires et le climat.

Jo Moreau.

(1) http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2014/02/07/ucl...  

(2) http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2014/02/10/ucl...  

 

13:16 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : réchauffement climatique, giec, co2 | |  Facebook |

02/04/2014

RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE : QUELQUES EVIDENCES FONDAMENTALES

Devant le matraquage idéologico-politique auquel nous sommes soumis pratiquement tous les jours, il est bon de rappeler quelques réalités fondamentales sur la question :

  1. - Le CO2 n’est pas un polluant.
  2. - Le CO2 produit par les activités humaines ne dépasse pas 5% de l’ensemble du CO2 relâché dans l’atmosphère, le reste étant produit par la nature. Le CO2 d’origine humaine représente environ 0,04% de l’ensemble des gaz à effet de serre.
  3. - Il n’existe aucune preuve scientifique que le CO2 d’origine humaine ait une quelconque influence sur les changements climatiques.
  4. - Le réchauffement global représente 0,7° C (sept dixième de degré C) sur l’ensemble du XXe siècle, et ensuite ….
  5. - Le réchauffement global n’a pratiquement plus augmenté depuis 1998 , malgré l’augmentation continue du volume de CO2 relaché par les activités humaines. Même en cas de reprise ultérieure, ceci démontre l'absence de causalité entre le CO2 et le réchauffement climatique.

Il faut toujours garder ces éléments à l’esprit quand on parle des changements climatiques.

"Imaginer que nous pouvons maîtriser le climat en tournant un bouton de réglage du CO2 est une absurdité scientifique".

KLAUS-ECKART PULS - Physicien - Météorologue. 

Jo Moreau.

                                                         ***************

réchauffement climatique,changements climatiques,GIEC,CO2,AR5,

Un livre incontournable, les auteurs :

Anne DEBEIL - Ingénieur civil Chimiste - Ingénieur conseil en sécurité et environnement.

Ludovic DELORY - Licencié en Journalisme - Essayiste et Journaliste. 

Samuel FURFARI - Ingénieur civil Chimiste - Docteur en Sciences appliquées - Maître de Conférences à l’Université Libre de Bruxelles. 

Drieu GODEFRIDI - Juriste - Docteur en Philosophie - Essayiste.  

Henri MASSON - Ingénieur Civil - Docteur en Sciences Appliquées - Professeur émérite à l’Université d’Anvers - Professeur visiteur à la Maastricht School of Management (NL). 

Lars MYREN - Ingénieur Civil Chimiste - Ingénieur conseil en sécurité et environnement. 

Alain PREAT - Docteur en Géologie - Professeur à l’Université Libre de Bruxelles. 

Istvan E MARKO - Docteur en Chimie - Professeur à l’Université Catholique de Louvain - Coordinateur scientifique de l’ouvrage. 

Préface de Carlo RIPA di MEANA - Ancien commissaire européen à l’environnement - Ancien ministre italien de l’environnement.

Il peut être commandé via votre libraire favori, ou : 

http://texquis.com/texquis-essais/22-climat-15-verites-qui-derangent.html 

Ou 

http://www.amazon.fr/Climat-15-v%C3%A9rit%C3%A9s-qui-d%C3%A9rangent/dp/2930650052/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1368784858&sr=1-1&keywords=15+v%C3%A9rit%C3%A9s+qui+d%C3%A9rangent

15:55 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, changements climatiques, giec, co2, ar5 | |  Facebook |