Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/08/2015

SUR LES EVENEMENTS CLIMATIQUES EXTREMES (8)

réchauffement climatique,climat,GIEC,CO2, Suite n° 8.  (anno 1100-1199)

"IL N'Y A DE NOUVEAU QUE CE QUI EST OUBLIE" (Melle Bertin)

Désormais, chaque inondation quelque peu catastrophique, chaque tornade, chaque anomalie météorologique est rattachée au réchauffement climatique  qui parait-il nous menace, mais dont en plus nous serions responsables !

Pourtant, la consultation de chroniques ou récits anciens est révélatrice de précédents tout aussi apocalyptiques,  et met à mal la notion même de "changements climatiques", et la définition d'un "climat stable" qu'on voudrait instaurer à tout prix.

Contexte et mise en garde, voir :  

http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2015/02/27/sur-les-evenements-climatiques-extremes-1-1140511.html

 

 

Anno 1102 : Grande chaleur et sécheresse en Angleterre.

Anno 1103 : Le 10 août, grande tempête en Angleterre.

Anno 1105 : En Angleterre, de grandes inondations provoquent une famine.

Anno 1106 : En juin, séisme et raz de marée en Angleterre. Il y eut également des tempêtes.  Venise est touchée par un tremblement de terre suivi d'un raz-de-marée.

Anno 1108 : Une grande partie de la Flandre est submergée par un raz-de-marée, forçant de nombreux habitants à l‘exil; beaucoup s‘établirent dans le Pembrokeshire sur autorisation du Roi Henry 1er. La ville et le port de Oostende sont totalement submergés.  

Anno 1109 : Crue de la Loire. 

Anno 1111 : Grande sécheresse en France.

Anno 1112 : Le 20 avril, séisme à Aix-la-Chapelle.  Grande sécheresse dans le sud de la France.  Tempêtes effroyables dans le golfe normanno-breton. Chute des tours et des pinacles des églises.

Anno 1113 : En juin il fait si chaud en Angleterre que les forêts et les champs sont en feu.  La situation est identique en Italie.

Anno 1114 : Terrible sécheresse en Bretagne.  Grande chaleur et sécheresse en Angleterre.  Un terrible ouragan détruit maisons, villages et forêts en Angleterre. La mer se retire de telle manière qu’on peut marcher sur le sable sec pendant toute une journée. Beaucoup de fleuves et rivières sont à sec, et à Londres, le niveau de la Tamise arrive au genou d’un homme.

Anno 1115 : 14/04 : (ou 1119 ?) Tempêtes effroyables dans le golfe normanno-breton. Le ciel est en feu et la lune est couleur de sang. Puis terrible tremblement de terre dans le golfe normanno-breton. Le monastère du Mont-Saint-Michel est incendié par la foudre, dont les éclats accompagnent les secousses du sol (A. Chèvremont).  Hiver doux. Vente de fraises à la Noël à Liège.

Anno 1116 : Une grande tempête frappe l’ Angleterre.

Anno 1117 : Le 3 janvier, grand tremblement de terre à Liège ressenti jusque Reims. Un deuxième séisme eut lieu le 12 mai.  Tempêtes effroyables dans le golfe normanno-breton. des églises sont détruites.  Séisme en Italie à Vérone et tout le Nord de l'Italie.  En Angleterre, des pluies incessantes et des tempêtes sont la cause d’une famine. En novembre et décembre, on note d’effroyables tempêtes notamment à Liège.  Une crue de l’Arno en Italie cause de nombreuses destructions notamment du pont de Monte Vecchio.

Anno 1118 : En janvier et février, il y a de grandes tempêtes et des orages qui font de nombreuses victimes.  En Bretagne, un grand tremblement de terre "subvertit les édifices et les arbres actuellement fichés et la cité de Nantes fut misérablement brûlée " . Un grand tremblement de terre fit s’écrouler les édifices et coucha des forêts entières, comme celle de Vertou près de Nantes.  Le 21 décembre, il y a un grand ouragan en Angleterre.  

Anno 1119 : crue de la Seine.  En Pologne et dans les pays voisins il y a de constantes inondations telles que les semailles sont rendues impossibles.

Anno 1121-1122 : Grande chaleur et sécheresse en Angleterre pendant 3 mois de printemps.  En décembre 1121, il y eut un terrible ouragan sur tout le pays.  le 10 décembre séisme (Région de Aix-la-Chapelle ?).

Anno 1122 : En Angleterre, des ouragans dévastateurs soufflent en avril et en août.

Anno 1124 : En Angleterre, de multiples tempêtes détruisent les récoltes.  En Italie des inondations surviennent à Rome. 

Anno 1125 : Nouvelles grandes inondations qui emportent les ponts en Angleterre. Pendant tout l’ été il y eut des pluies incessantes et de nombreuses villes sont inondées. Il s'ensuivit une grande famine. On rapporte les mêmes faits dans toute l'Europe notamment en Allemagne, en France  et en Italie.  En France, crue de la Seine.

Anno 1130-1131-1132 :Chaleur extrême et sécheresse en Angleterre et en France. Tous les cours d eau sont à sec et le bétail est décimé.

Anno 1133 : En France, des pluies violentes causent de nombreuses inondations.  

Anno 1134 : Séchersse extrême dans le Nord de la France.  En juin, un vent chaud assèche la Normandie. Un peu partout les gens assoiffés se jettent dans les cours d'eau et les rivières et beaucoup se noient.  En septembre en Normandie et ailleurs, beaucoup de villes et de villages sont entièrement détruits par le feu, comme Le Mans, Chartres, Alençon, Nogent et Verneuil.  Assèchement subit de la Sambre à Namur.  Raz de marée sur les côtes de la Mer du Nord en septembre ou en octobre. Une nuit, la mer envahit les terres sur une profondeur de 7 miles, renversant les villages et les habitations . La catastrophe touche la Flandre et les pays voisins.  En décembre, grandes inondations en Normandie. Les crues atteignent les toits des habitations. 

Anno 1135 : Grande chaleur et sécheresse généralisée en France et en Angleterre. « Il fit si grand chaud que la terre brûlait en divers endroits de la France ». Les pâtures et les champs sont grillés et il s’ensuivit une grande famine. Les rivières et les lacs sont à sec. Les bruyères dans les montagnes et les forêts prennent feu par l‘action du soleil. En Allemagne, le Rhin est presque entiè!rement à sec et peut être traversé à pied. Les forêts sont en feu.  Le 1 décembre l Angleterre fut balayée par un ouragan.

Anno 1136 : La sécheresse se poursuit. En France la chaleur était intense.  Eté très chaud et sécheresse en Europe orientale.  le 27 octobre, un ouragan détruit de nombreux bâtiments en France.

Anno 1137 : Eté très chaud et grande sécheresse dans toute l' Europe. Les cours d' eau sont à sec. En France, la sécheresse persiste de mars à septembre. les puits, fontaines et fleuves sont taris et beaucoup de gens meurent de soif. Dans le Nord de la France, la chaleur était étouffante. Au milieu de cette chaleur, plusieurs villes furent détruites par le feu, en Allemagne Mayence et Speyer notamment.  En Angleterre, la famine régnait et la sécheresse etait générale.  En Italie, des feux souterrains apparurent qui durèrent trois ans.

Anno 1141 : le 24 avril, séisme à Aix-la-Chapelle.  En Angleterre, une tornade détruit en partie de la ville de Wellesbourne.

Anno 1142 : En Europe orientale, un été chaud et sec cause famine et de nombreux morts.

Anno 1143 : En janvier en France, de violentes tempêtes sont la cause de grandes destructions.

Anno 1144 : Le 14 février, un ouragan fait de grands dégâts en Angleterre.  Grande sécheresse pendant plusieurs mois en Angleterre, et une grande famine en découle.

Anno 1146 : Une quinzaine de séismes secoue la région de Disibodenberg en Germanie.

Anno 1148 : L hiver 1148-1149 fut chaud et sec.  Un ouragan balaye l' Angleterre pendant 4 jours.

Anno 1149 : En Angleterre il y eut de nombreuses tempêtes. 

Anno 1150 : Grandes inondations dans la vallée du Danube, dues à des pluies abondantes. 

Anno 1151 : Crue de la Seine.  L'Europe orientale est soumise à des pluies abondantes de juin à la mi-août et à des inondations..

Anno 1152 : Grande sécheresse en Angleterre.  Eté chaud et sec en Europe orientale.

Anno 1154 : Il y eut une "horrible tempête" en Angleterre.

Anno 1155 : Au début d'avril, : violentes secousses sismiques au Mont-Saint-Michel et à Tombelaine.  Séisme en Bourgogne. "La terre fut trois fois ébranlée en une seule nuit". 

Anno 1156 : Sécheresse excessive dans le sud de la France.  En juillet, nombreuses tempêtes en Angleterre.

Anno 1157 : En Italie et en Allemagne, grandes chaleurs et sécheresse.  Une grande tempête fit de nombreuses victimes en Normandie.  Grande tempête en Italie qui fait de nombreux dégâts et victimes.  Grandes inondations en Normandie, en Italie en Allemagne et en Angleterre.  Probablement un raz-de-marée en Allemagne.

Anno 1159 : crue de la Seine.

Anno 1161 : Un raz-de-marée en Sicile fait plus de 5000 morts et de grandes destructions.  Une tornade fait de grands dégâts au village de Landavran en Bretagne.  Tremblement de terre dans le Cotentin et dans les îles Anglo-Normandes . 

Anno 1162 : En Allemagne, il y a de nombreuses inondations et des milliers de morts dus aux crues de l Elbe et de la Weser.  Le 14 mars, de grandes tempêtes soufflent en Allemagne.  Notre chronique (Bonaventure du Plesseix) marque que dans la même année il y eut une grande famine en Bretagne qui obligea les hommes à manger la terre et quelques-uns leurs propres enfants et elle ajoute pour marquer la cherté des vivres que le septier d’avoine coutoit cinquante sols, somme prodigieuse pour un temps ou on ne comptoit que treize sols quatre deniers dans un marc d’argent. (Quimperlé - A. de Blois, 1881, p. 129).

Anno 1163 : Le 21 décembre, un raz-de-marée aux Pays-Bas, fait de nombreuses victimes.

Anno 1164 : Il y a une grande tempête en Allemagne, qui détruisit de nombreuses habitations et églises.  Le 17 février, une inondation par la mer entre le Rhin et l Elbe touche 20000 personnes. L'eau salée envahit le pays sur une profondeur de 12 miles.  Nouveau raz-de-marée d’une hauteur exceptionnelle aux Pays-Bas.

Anno 1165 : Raz-de-marée en Sicile. On dénombre 12000 morts.  En été, des vents brûlants détruisent les récoltes.

Anno 1167 : Le 20 janvier séisme à Cologne.

Anno 1170 : En janvier et février , il y eut de grandes tempêtes en France.  Raz-de-marée et grandes inondations en Hollande, Frise et à Utrecht.  Il y eut une grande tempête en Allemagne qui pousse la mer à des niveaux inhabituels.  Grande tempête en décembre. 

Anno 1171 : En janvier, grande tempête en France.  En Angleterre, la mer submerge les côtes causant de grandes destructions en plusieurs endroits, et cause la mort de beaucoup d‘habitants et de bétail. En décembre, une grande tempête balaye l’Angleterre, l' Irlande, l' Ecosse et la France. La foudre cause de grands dommages.

Pendant l’ hiver 1171-1172, une terrible tempête ayant l’intensité d’un ouragan, balaye les côtes de Galles du sud et d' autres régions de l' Ouest. Le vent soufflait avec tellement de violence que le sable fut entièrement soufflé des côtes. Les vagues furent telles que les poissons furent projetés au sommet des rochers.

Anno 1172 : hiver extrêmement doux. En Belgique, à fin janvier, il y a déjà des feuilles aux arbres, à mi-février les oiseaux ont construit leur nids et couvent déjà leurs œufs.  En Irlande, de nombreux habitants sont noyés par des inondations.  En France et en Angleterre, il y eut une terrible tempête.  Raz-de-marée sans précédent. L’océan couvre la partie occidentale de l’évêché de Saint-Pol-de-Léon. A Landerneau et à Morlaix, près de 1000 personnes sont emportées par les eaux.  Des orages détruisent des maisons et des églises.  En Allemagne, crue du Rhin désastreuse.

Anno 1173 : En Hollande, une grande tempête recule les limites du Zuiderzee.  En Angleterre, il y eut une grande tempête accompagnée d’orages.

Anno 1174 : L’année fut extrêmement pluvieuse. Le Nord-Est de la France connut de grandes inondations. L’air extrêmement humide provoqua de très nombreux décès suite aux rhumes et inflammations respiratoires.

Anno 1175 : En automne en France, il y eut à nouveau de grandes inondations, notamment de la Seine, qui submergèrent un grand nombre de fermes.

Anno 1176 : La mer submerge les côtes du Lincolnshire et de Hollande, occasionnant de nombreuses morts par noyade. Il fallut 2 jours pour que la mer se retire. En Angleterre il y eut plusieurs ouragans pendant l' année.

Anno 1177 : L' été fut très chaud et sec à travers l’Europe. Les grains et semences furent perdues.  Cependant, durant les moissons il y eut des tempêtes et des orages qui causèrent la perte de nombreux bateaux en mer.  La nuit du 3 décembre, il y eut un terrible ouragan qui détruisit les maisons, les églises et les forêts.   

Anno 1178 : En janvier, la mer submerge les côtes anglaises détruisant les villes, les villages et les troupeaux   Sécheresse dans le  Quercy, suivie d'une famine.  Pendant l' hiver il y eut de grandes inondations qui détruisirent de nombreuses constructions.

Anno 1179 : Le 5 juin il y eut un grand ouragan en Angleterre. En France, crue de la Loire.  Le 1 août, important séisme (à Liège ?).

Anno 1182 : Eté chaud.

Anno 1183 : Eté très chaud et grande sécheresse. En France, une sécheresse insolite accompagna la grande chaleur de 1183 ; elle assécha en plusieurs endroits les rivières, les fontaines et les puits.

Anno 1185 : En décembre il y eut un grand ouragan.

Anno 1186 : Dès janvier, l’hiver fut particulièrement doux en Allemagne et en France. La végétation était très en avance et en France, les arbres furent en fleurs au milieu de l' hiver. En février, le temps était printanier et les poules et les oiseaux commencèrent à pondre. A la fin mai on commença à récolter le grain.  Grandes chaleurs sur l'Europe orientale.

Anno 1187 : Importantes inondations en Angleterre.  Très grandes chaleurs. Nombreux incendies en France. 

Anno 1188 : En France, été très chaud et grande sécheresse. Une sécheresse insolite accompagna la grande chaleur comme en 1183 ; elle assécha dans plusieurs endroits les rivières, les fontaines et les puits. Les mêmes phénomènes trahissent la sécheresse de 1188 : un grand nombre d’incendies se déclarèrent à Tours, à Chartres, à Beauvais, à Auxerre, à Troyes, etc.  En Angleterre, la mer submerge les côtes en causant de grands dégâts et de nombreux morts.

Anno 1189 : Un grand ouragan souffle sur l' Angleterre. 

Anno 1190 : Loudun, en France, est ravagée par un ouragan.

Anno 1193 - 1196 :

Ces quatre années furent caractérisées en France, dans les Flandres et en Angleterre par des pluies incessantes qui occasionnèrent une grande mortalité par maladies et  famine. Les habitants valides étaient si peu nombreux qu’ils ne suffisaient pas à ensevelir les morts.

Anno 1194 : des pluies accompagnées de tempêtes et d'orages ont anéanti la région de Compiègne. 

Anno 1195 : Invasion de sauterelles dans toute l’Europe jusqu' en Hongrie. Automne chaud.

Anno 1196 : il y eut de subites inondations, notamment de la Seine, en beaucoup d’endroits qui détruisirent villes, villages et leurs habitants.  Il y eut également plusieurs ouragans pendant cette période.

Anno 1198 ; A Liège, temps printanier en hiver, suivi d'une grande sécheresse. 

Anno 1199 : En Angleterre, la pluie provoque de grandes inondations qui détruisent les ponts et les habitations.

 

A SUIVRE

 

Jo Moreau

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :
https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

 

14:31 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : réchauffement climatique, climat, giec, co2 | |  Facebook |

11/08/2015

LETTRE OUVERTE AU PAPE SUR LE CLIMAT.

réchauffement climatique,GIEC,CO2,cop21,Cette lettre ouverte a été publiée par le média informatique "Contrepoints" le 31 juillet.

http://www.contrepoints.org/2015/07/31/216181-lettre-ouverte-au-pape-sur-le-climat.

Jo Moreau.

 

 

 

 

Le Pape a-t-il envisagé les conséquences désastreuses de son ralliement à l'idéologie climatique ?

Par Istvan E. Marko.

Votre Sainteté,

Si le sort de nos frères humains, de la nature et de notre environnement est d’une importance capitale, il est tout aussi impératif, dans une démarche se revendiquant de la science, que les règles fondamentales de celle-ci soient scrupuleusement respectées. Force est de constater en lisant votre encyclique, dont la parution à quelques mois de la prochaine congrégation sur le changement climatique à Paris (COP21) donne un signal fort d’encouragement aux dirigeants de notre monde et aux organismes alarmistes non-gouvernementaux, et montre que vous avez choisi de vous aligner sur les thèses officielles basées sur les conclusions du GIEC (Groupe Intergouvernemental sur l’Etude du Climat).

Au lieu de produire un rapport pour décideurs prudent et basé sur des preuves scientifiques irréfutables, cet organisme politique, émanation de l’ONU, nous propose des affirmations hautement spéculatives et purement théoriques présentées comme des vérités scientifiques affirmées. Au cours de ce processus, la science elle-même est pervertie. De nombreuses autorités politiques, morales et religieuses, toutes bien intentionnées, tentent d’offrir des solutions à des problèmes inexistants, basés sur une science tronquée et trompeuse, dont les conséquences risquent d’être dramatiques pour ceux-là mêmes que nous cherchons à aider.

Aujourd’hui, lorsque des scientifiques utilisent des modèles climatiques simplistes pour simuler des systèmes naturels d’une complexité inouïe, tel le climat de la terre, ils oublient trop facilement, ainsi que le public et les décideurs, que les modèles informatiques ne sont pas la réalité mais seulement « de bien séduisantes simulations ». Si les résultats de ces prévisions sont en désaccord avec l’observation, alors les modèles, et non pas la nature, doivent être corrigés et la théorie sous-jacente jetée et remplacée. En climatologie, science aujourd’hui corrodée par le politique, l’inverse tient lieu de règle. Je viens d’en avoir une preuve supplémentaire en écrivant au Vice-Président de la Commission européenne, Maros Šefčovič pour lui en faire part. La réponse que j’ai reçue ne peut que désespérer d’un monde politique ignare de la réalité, à moins qu’il ne soit hypocrite pour ne pas se départir du politiquement correct, ce qui in fine est encore pire.Parallèlement à l’utilisation d’une science exacte et honnête, il est impératif de tenir compte, lors des décisions en matière de politique climatique, du bien-être des plus pauvres parce qu’ils sont les plus vulnérables et les moins en mesure de se protéger. Dès lors, nous devons éviter tout choix dogmatique ou idéologique qui entraverait leur ascension hors de la pauvreté.

Il est préoccupant de constater que de nombreuses voix éminentes considèrent aujourd’hui l’humanité comme étant un fléau pour notre terre, estimant que l’homme est LE problème de notre planète. Ce n’est heureusement pas votre position. Mais il est quand même surprenant que vous défendiez une thèse qui est le fonds de commerce de ceux qui se battent pour limiter le parasite de la nature : l’homme. Affirmant que « la science du climat est totalement maîtrisée» et qu’un réchauffement climatique catastrophique dû à l’homme risque de perturber irrémédiablement notre planète d’ici l’an 2100, ces voix exigent l’abandon des combustibles fossiles, qui fournissent pourtant l’essentiel (86,3% en 2014) de l’énergie nécessaire à l’épanouissement humain, quand bien même cela signifie rester dans le dénuement ou y retourner.

L’extrême pauvreté, la faim généralisée, les maladies endémiques et une existence pénible et écourtée étaient les conditions ordinaires de l’humanité jusqu’à ces derniers deux siècles et demi.

Ces tragédies semblent normales pour les mouvements environnementaux qui préfèrent que les êtres humains vivent et soient traités comme de simples animaux se soumettant à la Nature, plutôt que de l’adapter à leur besoin tout en la respectant. La délivrance de la plus grande partie de l’humanité de la pauvreté matérielle absolue résulte notamment d’un accès à de l’énergie fiable, abondante et bon marché, générée à partir de combustibles à haute densité énergétique que sont les matières fossiles et nucléaires. En remplaçant l’animal, le muscle humain, y compris l’esclavage, le bois et la bouse séchée, les combustibles fossiles et nucléaires ont libéré les hommes des tâches associées à leur simple survie et ont engendré les immenses progrès scientifiques, technologiques et médicaux qui ont façonné notre société moderne.

Sous l’impulsion de personnes influentes et de puissantes organisations internationales, s’est répandue l’idée que la production de CO2 conduisait à un réchauffement climatique dangereux et sans précédent historique. Toujours à l’affut pour exploiter les naïfs, le système financier est devenu le paladin de la cause tant il y a de l’argent à gagner grâce aux gigantesques subsides accordés pour faire diminuer de quelques pourcents à peine la part des énergies fossiles (elle a diminué de 0,4% de 2013 à 2014 !). Pourtant, à ce jour, aucune preuve scientifique n’est venue étayer cette affirmation, basée uniquement sur les résultats de modèles climatiques plus qu’imparfaits. Ceux-ci sont tellement peu fiables que 98% d’entre eux prédisent plus du double du réchauffement réellement mesuré. Non seulement y a-t-il une divergence croissante entre les observations de la température du monde réel et les simulations des modèles, mais aucun de ces modèles n’a été capable de prédire l’absence complète de réchauffement observée au cours des 18 dernières années, un comble pour « une science totalement maîtrisée ». De plus, les erreurs des modèles ne sont pas aléatoires, mais apparaissent clairement biaisées et constamment au-dessus des températures observées. Ces modèles obéissent aux demandes de leurs maîtres et de leurs financeurs, leur offrant une fausse légitimité scientifique sur laquelle ils formulent leurs désidératas et exigent de nouvelles lois liberticides, de plus en plus contraignantes.

Les énergies renouvelables, en raison de leurs coûts élevés, de leur efficacité réduite et de leur intermittence, ne peuvent remplacer les énergies fossiles aussi simplement que l’on tente de nous le faire croire. La catastrophique transition énergétique allemande est une parfaite illustration de l’irrationalité d’une telle décision. Elle aurait dû servir d’exemple aux autres nations, tout comme le choix de Bill Gates et celui de Google d’abandonner les énergies renouvelables, après plus de 10 ans de recherches. Une telle substitution serait insupportable pour les pauvres de ce monde conduisant, non seulement à une augmentation du coût de l’énergie, mais aussi à celle des biens et des services qui en dépendent largement. La décision de remplacer les énergies fossiles par d’autres bien moins efficaces ralentira la sortie des pauvres de la précarité et pourrait même en renvoyer des millions d’autres à la misère.

Plus de 1,3 milliard d’êtres humains n’ont pas accès du tout à l’électricité et plus de 2,7 milliards vivant dans les pays en développement dépendent encore du bois et de bouse séchée pour cuisiner et se chauffer. Les fumées produites par ces combustibles naturels, ces énergies renouvelables tant vantées, tuent plus de 4 millions de personnes chaque année et en handicapent des centaines de millions d’autres annuellement. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) s‘en est vivement inquiétée et demande que l’on offre à ces malheureux un accès à une énergie « moderne ». Plus les coûts de l’énergie augmenteront, pire sera la situation des pauvres, y compris ceux des pays « riches ». Certains mourront de froid parce qu’ils ne pourront payer leurs factures d’électricité et de chauffage, comme observé au Royaume-Uni où des dizaines de milliers de personnes sont déjà mortes lors des hivers récents, en raison de la précipitation de la Grande-Bretagne à substituer l’éolien et le solaire au charbon.

Les risques associés à l’indigence et à des politiques énergétiques erronées sont bien plus importants et plus graves que les hypothétiques dangers dus au changement climatique. Une richesse adéquate permet aux hommes de prospérer dans un large éventail de climats ; la pauvreté, elle, sape toute prospérité humaine, même dans le meilleur des climats. Il en résulte que la réduction de l’utilisation de combustibles fossiles condamne les sociétés pauvres à le rester et oblige leurs habitants à se sacrifier pour le bien des « riches » de ce monde. Il s’agit là d’une injustice manifeste et intolérable.

Ce fut d’ailleurs une grande désillusion pour le mouvement environnementaliste que vous défendez dans votre encyclique lorsqu’en 2013, pour fêter les 20 ans du « Sommet de la terre » de Rio de Janeiro qui sanctifiait l’écologisme, la présidente Brésilienne Vilma Roussef est parvenue à modifier la déclaration finale afin qu’elle ne soit pas centrée sur l’écologisme politique – le changement climatique – mais au contraire sur la question de la pauvreté énergétique que je viens d’évoquer.

Tandis qu’ajouter du dioxyde de carbone dans l’atmosphère ne semble pas provoquer le réchauffement climatique catastrophique tant espéré par certains (plus d’un tiers du CO2 produit par l’homme depuis l’ère industrielle a été émis dans l’atmosphère au cours de ces 18 dernières années sans que la température globale ne change d’un iota), le CO2 a un effet positif sur la vie des plantes. Avec plus de dioxyde de carbone dans l’air, les plantes poussent davantage, font un meilleur usage des nutriments du sol et de l’eau, résistent mieux aux maladies, augmentent leur production de fruits, élargissent leur territoire et « verdissent » la Terre. Davantage de nourriture devient ainsi disponible et, les rendements agricoles augmentant, l’alimentation devient plus abordable pour les pauvres de ce monde.

 

Réduire le taux de CO2 – une action qui non seulement coûtera des trillions d’euros mais dont le résultat sur le réchauffement climatique est essentiellement nul –frappera de nouveau de plein fouet les populations pauvres que vous défendez tant, en augmentant les coûts de l’énergie et en réduisant la production alimentaire. Une telle décision est moralement inacceptable, condamnera des centaines de millions de nos frères humains à une pauvreté constante et ne peut décemment recevoir votre aval.

 

19:12 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : réchauffement climatique, giec, co2, cop21 | |  Facebook |