Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/06/2017

DES COURS DE SCIENCE OBLIGATOIRES DANS TOUS LES CURSUS.

climat,réchauffement climatique,giec,co2,

Dans un article du 25 mai 2016, le Dr Timothy Ball se penche sur la méconnaissance du public des principes de base de la méthode scientifique , et de la perméabilité à la manipulation politique qui en découle.

J'en reprends ici des extraits, dans une traduction "maison".

Jo Moreau.


La science est omniprésente directement et indirectement dans toutes les phases de la vie moderne. Elle est de plus en plus présente dans les prises de décisions sociales, politiques et économiques prises par eux ou pour eux. 

Les "climato-sceptiques" s'efforcent d'amener la majorité des gens à prendre conscience des problèmes qui découlent de l'histoire du réchauffement planétaire causé par les activités humaines telle qu'elle est prônée par le GIEC. Le problème est beaucoup plus large parce qu'il se rapporte au manque de compétences scientifiques dans une majorité de la population. Des changements obligatoires dans la réflexion et les programmes d'études sont nécessaires.
J'ai été impliqué dans de nombreuses discussions sur les programmes d'études. Elles ont globalement échoué dans la réalisation de programmes utiles à l'élève et à la société, parce qu'ils étaient contrôlés par des gens qui veillent prioritairement à ce qui les intéressait ou qui les confortaient dans leur boulot, plutôt que donner à l'élève les outils nécessaires pour devenir un citoyen informé et efficace. 

Les étudiants ne disposent pas des outils nécessaires pour éviter d'être exploités. En effet, parfois, je pense que le système les maintient dans l'ignorance afin qu'il puisse les exploiter une fois devenus adultes. Les peuples de la forêt tropicale enseignent à leurs enfants ce dont ils ont besoin pour survivre dans le monde réel et dangereux dans lequel ils vivent. Nous ne faisons cela à aucun niveau. La plupart des jeunes apprennent plus sur la vie et eux-mêmes dans les jobs d'été à temps partiel, toute autre expérience étant jugée inutile et socialement coûteuse.

Michael Crichton, plus connu pour ses romans à base scientifique comme Jurassic Park, était diplômé de Harvard Medical School. Il a écrit un roman intéressant, "State of Fear", qui illustre la façon dont les écologistes abusent de la science et du réchauffement climatique pour l'accomplissement d'un agenda politique. Cette utilisation dévoyée fonctionne car 85 pour cent de la société n'est pas capable de distinguer la réalité. 
Je savais dès le début que l'objectif était de «prouver» à tout prix que l'homme était responsable du réchauffement planétaire (AGW). Je fus ainsi très tôt en phase avec le commentaire de Richard Lindzen, soit que le "consensus" sur le sujet a été atteint avant même que la recherche n'ait commencé.


Crichton a également prononcé un discours au Commonwealth Club à San Francisco le 15 septembre 2003. Voici ses remarques préliminaires.
"On m'a demandé de parler de ce que je considère comme le défi le plus important pour l'humanité, et j'ai une réponse fondamentale. Le plus grand défi pour l'humanité est le défi de distinguer la réalité de la fantaisie, la vérité de la propagande. Percevoir la vérité a toujours été un défi pour l'humanité, mais à l'ère de l'information (ou parallèlement, l'âge de la désinformation), cela prend une importance et une urgence particulières".


Nous devons décider quotidiennement si les menaces auxquelles nous sommes confrontés sont réelles, si les solutions qu'on nous propose sont judicieuses, si les problèmes qu'on nous présente sont en fait de véritables problèmes ou des non-problèmes. Chacun d'entre nous a sa vision du monde, et nous savons tous que cette vision est partiellement formatée par ce que les autres personnes et la société nous disent, en partie générée par notre état émotionnel, et en partie par nos véritables perceptions de la réalité. 
Le thème principal de son discours est l'utilisation politique de l'environnementalisme comme religion pour l'endoctrinement et le contrôle. Sa conclusion est :


"Parce qu'en fin de compte, la science nous offre le seul moyen de sortir de la politique. Et si nous autorisons la science à devenir politisée, nous sommes perdus. Nous allons entrer dans la version Internet des âges sombres, une ère de peurs mouvantes et de préjugés sauvages, transmis à des personnes qui ne connaissent pas mieux. Ce n'est pas un bon avenir pour la race humaine: c'est notre passé. Il est donc temps d'abandonner la religion de l'environnementalisme et de revenir à la science de l'environnementalisme, et fonder nos décisions en matière de politique publique sur ce seul aspect".

Comment résolvez-vous le problème alors que 85% des gens ne comprennent pas la science? Je suis d'accord avec Crichton au sujet de l'environnementalisme, mais c'est un problème plus large. Chaque facette de la société est influencée par la science et la technologie, et est susceptible de manipulation politique.
Pour moi, la réponse évidente est d'avoir des cours obligatoires en sciences. Ils devraient exister dès le primaire, au lycée et au collège, et à l'université. Tout le monde devrait savoir ce qu'est la science, comment cela fonctionne et comment elle a évolué. 


Si tout le monde connaissait la méthode scientifique, je n'aurais pas dû faire face aux défis que j'ai rencontrés lors de ma première présentation devant le Canadian Parliamentary Committee.
L'audience portait sur la question de l'ozone. Je ne voulais pas y assister parce que je savais que c'était un théâtre conçu pour exploiter politiquement un problème environnemental, mais je n'avais pas le choix.
J'ai été regroupé avec deux autres scientifiques et nous avons eu moins de temps de présentation au total que cinq «Amis de la Terre». Je me suis également rendu compte que les politiciens connaissaient peu ou rien de la science. Cependant, la présentation d'un des scientifiques m'a le plus dérangé. Il a présenté des données sur les niveaux d'ozone sur Toronto pendant une période où je savais que de telles mesures n'existaient pas. Je me suis rendu compte qu'il s'agissait en fait de données générées par un modèle informatique. Il n'a pas expliqué cela aux politiciens qui pensaient qu'il s'agissait de données réelles. 
J'ai moi-même expliqué qu'une hypothèse scientifique était semblable à de la spéculation basée sur quelques faits choisis. La science créait constamment des hypothèses qui, en cette période d'hystérie environnementale, ont reçu l'attention des médias, mais ont également attiré des personnes qui cherchaient des fonds de recherche. J'ai exposé que je pourrais produire plusieurs hypothèses basées sur quelques faits, illustrant des catastrophes mondiales. J'ai donné un exemple, l'effondrement potentiel du champ magnétique de la Terre et les dommages qui en résulteraient aux plantes et aux animaux sans la protection qu'il fournit. Je voulais savoir ce que mon gouvernement avait prévu pour protéger les citoyens.


Le défi pour les politiciens scientifiquement peu avertis, était de décider laquelle de ces spéculations menaçantes méritait leur attention. La réponse actuelle est de financer ceux qui vont faire avancer leur carrière. Ils le font en partie en raison de la nature de la politique, mais aussi parce qu'ils sont mal équipés pour poser un meilleur jugement. S'ils connaissaient et comprenaient la science et comment cela fonctionne, ce serait différent.


Si les gens savaient que la science implique de poser des questions constamment et, à l'occasion seulement, trouver des réponses, leur compréhension s'améliorerait considérablement. Les quelques réponses acceptables ne sont que celles qui ont résisté aux défis et finalement produit des prédictions précises. Ce que tous les "sceptiques" devraient faire, c'est montrer au public, en grande partie non scientifique, quand une hypothèse climatique n'a pas répondu à la plupart des contestations, et a produit des prédictions incorrectes.

Dr Timothy BALL - PhD - Climatologue - Président du Projet Ressources Naturelles (Canada) ex Professeur de Climatologie Université de Winnipeg (Canada)

http://drtimball.com/2016/compulsory-courses-for-any-curriculum-the-science-dilemma/

 

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :
https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

12:27 Publié dans climat, sciences | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : climat, réchauffement climatique, giec, co2 | |  Facebook |

Écrire un commentaire