Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/01/2013

METHODES INTERPELLANTES AU SEIN DU GIEC.

Dans un billet récent (1), Donna Laframboise s’interroge légitimement sur certaines pratiques du GIEC, pour le moins interpellantes de la part d’un organisme qui se réclame d’une méthodologie des plus rigoureuses pour la rédaction de ses rapports.

Le GIEC rappelle volontiers son mode de fonctionnement, qui consiste à compulser la littérature scientifique existante dans des revues à comité de lecture (peer-reviews), et à en extraire les éléments nécessaires à l’élaboration de rapports d’évaluation sur l’évolution des changements climatiques, et en aucun cas à se livrer elle-même à des recherches sur le sujet.

Ces rapports sont particulièrement volumineux, aussi un résumé destiné aux décideurs en est extrait, aux accents d‘ailleurs bien plus radicaux. Ce travail est depuis de nombreuses années, à l’origine d’une orientation politique, idéologique et économique mondiale sans équivalent dans l’histoire humaine, appuyé en cela par les lobbies environnementalistes.

Mais il semblerait que cette méthode de travail proclamée ne soit pas tout-à-fait conforme à la réalité.

 Certains éléments, en effet, laissent soupçonner une certaine confusion sur la source des articles scientifiques, qui ne serait pas aussi indépendante du GIEC qu’on veut bien le proclamer.

En 2010, l’ « InterAcademy Council Investigators » (2) était avisé par un participant aux travaux du GIEC, par le fait que des scientifiques agissant au sein de cet organisme en arrivaient à rédiger eux-mêmes des articles allant dans le sens désiré. « Des lead-authors qui se basent sur de la littérature « grise » essayent, pour valider le chapitre sur lequel ils travaillent, de voir ce matériel publié dans des peer-reviews de façon à ce que leur recherche puisse apparaître dans la version finale du GIEC » (3).

A l’époque, Donna Laframboise relevait le fait que 16 des 21 articles de la revue « Climate Change » étaient cités dans le dernier rapport du GIEC, alors que le numéro concerné de cette revue n’était à ce moment pas encore paru … (4). On peut donc fortement soupçonner le fait que ce numéro de « Climate Change » a été rédigé par des membres du GIEC eux-mêmes, afin de valider des éléments non encore publiés dans la littérature scientifique de l’époque.

Et voilà que des évènements similaires se seraient reproduits récemment, et une fois de plus les responsables du GIEC semblent vouloir les ignorer.

Fin octobre 2012, des lead-authors du Working Group 2 du GIEC se sont retrouvés à Buenos-Aires. Chacun d’eux a reçu une farde de documentation qui comprenait notamment un document appelé « Special Issue on ISI-MIP results », attirant leur attention sur une future parution du « Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) Journal ».

Ce document annonce entre autres, des articles sur les évènements extrêmes, l’approvisionnement en eau et la fertilisation par le CO2, alors que les responsables du GIEC savent que ces articles n’ont pas encore été écrits, leur propre document indiquant que la date limite de soumission de ces articles est le 31 janvier 2013. Il est aussi intéressant de noter que le rédacteur en chef invité du numéro concerné de cette revue est Hans Joachim (John) Schellnhuber, un scientifique activiste très politisé.

Alors, les responsables du GIEC sont-ils clairvoyants, sont-ils déjà persuadés que l’importance primordiale de ces articles fait qu’ils ne pourront être ignorés par les lead-authors, ou veulent-ils déjà leur désigner où trouver les éléments qui comblent des lacunes gênantes dans leurs démonstrations ?

En bref, les scientifiques du GIEC s’auto-alimenteraient par un matériel nécessaire à leurs démonstrations. Nous sommes bien loins de la virginité scientifique…

(1) http://nofrakkingconsensus.com/2012/12/20/this-is-called-cheating-part-1/

 http://nofrakkingconsensus.com/2012/12/22/this-is-called-cheating-part-2/

 (2) Organe de contrôle des procédures du GIEC.

(3) http://reviewipcc.interacademycouncil.net/Comments.pdf

 (4) http://nofrakkingconsensus.com/2010/05/13/ipcc-cites-an-unpublished-journal-39-times/

réchauffement climatique,changement climatique,GIEC,CO2,IPCC,Donna Laframboise est aussi l’auteur du livre : « The Delinquent Teenager who was mistaken for the World’s Top Climate Experts ».

 

 

 

 

 

 

Jo Moreau

17:47 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : réchauffement climatique, changement climatique, giec, co2, ipcc | |  Facebook |

20/12/2012

LE CLIMAT, LA VERITE SCIENTIFIQUE ET LA POLITIQUE

Jean Michel BELOUVE est journaliste économique et politique. Il est l’auteur notamment de l‘ouvrage « La Servitude Climatique ». Dans le texte ci-dessous, il met en évidence l’accumulation d’incertitudes théoriques sur lesquelles se fonde aujourd’hui l‘étude du climat, alors qu’une orientation très importante de la politique et de l’économie mondiale en découle.

                                                   ***************** 

Il convient de noter que toute la théorie du réchauffement climatique dû à l'effet de serre engendré par les activités humaine ne repose que sur les observations concernant une seule période de l'histoire, allant de 1976 à 1996. Ni avant, ni après, il n'existe de corrélation entre concentration atmosphérique en gaz à effet de serre et évolution des températures.

Les travaux de Svensmark sur les interactions entre magnétisme solaire, rayons cosmiques et formation des nuages ont été partiellement validés par les premières expériences réalisées dans le cadre du programme CLOUD du CERN. Il a été démontré que les rayons cosmiques ont une influence importante sur les nucléations conduisant à la formation de nuages dans la partie médiane et haute de la troposphère. Cela a donné une base physico-chimique solide à la théorie de Svensmark.

Toutefois, la première phase d'expérimentation CLOUD s'est limitée à l'étude de nuclei formés à partir d'acide sulfurique, ammoniac et eau. Or ces nucléi manquent de stabilité aux températures corespondant à la couche limite en basse troposphère, et ne peuvent guère influer sur les formations nuageuses basses, les plus importantes pour l'albédo terrestre. D'autres études récentes ont montré que d'autres gaz, les amines, se substituent à l'ammoniac dans les nucléi, et donnent des gouttelettes bien plus stables. Les plus récentes phase de CLOUD ont donc porté sur l'étude de l'interaction des rayons cosmiques et de ces amines, ainsi que d'autres gaz organiques, dans les formations de gouttelettes. Deux articles scientifiques ont été déposés par l'équipe CLOUD avant le 31 juillet 2012, et sont en attente de publication. Si ces articles montrent que ces processus physico-chimiques sont dépendants du flux de rayons cosmiques, et qu'ils peuvent conduire à la formation d'aérosols pouvant s'agréger en nuages à toutes les altitudes, la théorie de Svensmark sera magnifiquement validée. Une telle découverte obligerait à remettre en question toute la programmation des modèles climatiques de circulation générale. Wait, and see !

Pour autant, l'activité solaire a été particulièrement forte de 1940 jusqu'aux premières années du XXIème siècle (et semble décliner depuis). Or les températures ont légèrement baissé de 1945 à 1975, avant de remonter vigoureusement. On ne peut donc attribuer à l'activité solaire seule la hausse de températures 1976-1996. Mais cela ne permet pas non plus d'affirmer que cette hausse est due aux émissions humaines de gaz à effet de serre. Plusieurs hypothèses peuvent expliquer cette hausse, qui est de l'ordre de 0,5° C d'après le Hadley Center, le GISS et le NCDC.

Une explication pourrait résider dans les cycles de courants océaniques, et notamment l'Oscillation Multidécennale Atlantique Nord et l'ENSO (El Ninoa, la Nina). Les océans se comportent comme des radiateurs à accumulation, qui tantôt emmagasinent de la chaleur, et tantôt la restitue. Plusieurs études scientifiques ont été publiées sur ces phénomènes, qui demeurent encore imparfaitement compris.

Mais une question se pose: quelle est la réalité du réchauffement de 0,5° C observé au niveau de la surface terrestre de 1976 à 1996 ? Cette valeur résulte de traitements statistiques appliqués à des mesures de températures faites dans des stations terrestres et océaniques. Déjà, on peut s'interroger sur la pertinence de moyenner des températures mesurées à 1,75 m au dessus du sol, et d'autres prises dans de l'eau de mer. Mais surtout, on constate que le nombre de stations terrestres a chuté considérablement entre 1970 et 1980, passant de 6000 à 2000. Or ce sont les stations les plus isolées qui ont disparu, pour des raisons d'économie probablement. Il s'ensuit que la proportion de stations en milieu urbain est beaucoup plus importante après 1980, qu'avant 1970. Les températures en ville sont fortement affectées par l'effet d'îlots de chaleur urbaine. On peut donc suspecter, comme le font Joe d'Aleo et Anthony Watts, que l'effet îlot affecte une partie importante du +0,5° C d'augmentation de température 1976-1996. D'ailleurs, les hausses de températures de la basse troposphère mesurée par les satellites depuis 1979 s'avère beaucoup moins importante (0,2° C à 0,3° C,).

Tout cela confirme combien le débat scientifique est biaisé par la prétention qu'affiche chaque clan de chercheurs de détenir la vérité, alors qu'on essaie de tirer des conclusions et des prévisions à long terme d'un système climatique hyper-complexe, dont on ne connait pas le comportement des océans et les lois de formation des nuages, et encore moins les mille et une interventions du vivant. La polémique a remplacé l'objectivité scientifique. Mais cette situation n'est pas fortuite. J'ai amplement démontré, dans "la Servitude Climatique" et divers articles, qu'elle résulte de l'action de groupes d'individus puissants, réunis d'abord au sein du Club de Rome et d'autres regroupements influents, cherchant à faire pression sur les populations en usant de menaces, ces groupes étant relayés par les écologistes politiques ennemis du capitalisme libéral et surtout par des milieux financiers et d'affaires qui ont vu dans la menace climatique l'opportunité de drainer des quantités considérables de capitaux et de faire prospérer des activités industrielles à l'efficacité douteuse.

Le seul espoir de casser ce mécanisme infernal est que la vérité scientifique finisse par s'imposer, et que cela entraine enfin une prise de conscience universelle de la manipulation planétaire qui s'exerce.

Jean Michel BELOUVE.

13:56 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : réchauffement climatique, changements climatiques, giec, co2 | |  Facebook |

04/12/2012

NOUVELLE LETTRE OUVERTE DE SCIENTIFIQUES SUR LE CLIMAT

Il existe déjà de nombreuses pétitions et lettres ouvertes de scientifiques contestant les conclusions climatiques du GIEC, et les politiques qui en découlent.

En voici une toute récente, signée par plus de 120 scientifiques de renom.

J’en ai assumé la traduction, aussi vous voudrez bien excuser quelques approximations éventuelles, et vous référer au besoin, à la version originale.

Lettre ouverte à SE Monsieur BAN KI-MOON Secrétaire Général des Nations-Unies

Le 29.11.2012

Monsieur le Secrétaire Général,

Le 09 novembre de cette année, vous avez déclaré devant l’Assemblée Générale: « Les phénomènes météorologiques extrêmes dûs au changement climatique constituent la nouvelle norme. Notre défi reste clair et urgent: Réduire les émissions de gaz à effet de serre, afin de renforcer l’adaptation aux chocs climatiques encore plus violents, et pour atteindre d’ici à 2015, un accord sur le climat qui soit juridiquement contraignant. Cela devrait être l’une des principales leçons de l’ouragan Sandy ».

Le 13 novembre, vous déclariez à Yale : « Le débat scientifique est clos. Nous ne devons plus perdre de temps sur ce débat ».

Le jour suivant, au « Al Gore Meteo Dirty Webcast », vous avez parlé de « tempêtes plus sévères, de sécheresses plus dures et d’inondations plus importantes » concluant « Il y a deux semaines, l’ouragan Sandy a frappé la côte Est des Etats-Unis. Une nation a vu la réalité du changement climatique. Les conséquences coûteront des dizaines de milliards de dollars. Le coût de l’inaction serait encore bien plus élevé. Nous devons réduire notre dépendance aux émissions de carbone ».

Nous soussignés, compétents dans des domaines liés au climat, tenons à préciser que les connaissances scientifiques actuelles ne confirment pas vos affirmations.

Le Met Office britannique a récemment publié des données qui montrent qu’il n’y a pas eu de réchauffement global statistiquement significatif depuis près de 16 ans. Durant cette période, selon le US National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), les concentrations de dioxyde de carbone (CO2) ont augmenté de près de 9% dans l’atmosphère, et en constituent aujourd’hui 0,039% . Le réchauffement climatique qui n’a pas eu lieu ne peut donc être la cause des évènements extrêmes de ces dernières années. Si il redémarre, le moment et la cause de la reprise du réchauffement climatique est inconnu. La science n’a pas de réponse définitive. Certains scientifiques soulignent qu’à terme, un refroidissement climatique lié à l’activité solaire est tout aussi possible.

Les « chocs climatiques » que vous avez mentionnés seront pires en cas de refroidissement climatique qu’en cas de réchauffement. Le climat change naturellement tout le temps, parfois de façon spectaculaire. L’hypothèse selon laquelle nos émissions de CO2 ont causé ou causeront un réchauffement dangereux n’est étayé par aucune preuve.

La fréquence et l’intensité de phénomènes météorologiques extrêmes n’a pas augmenté. Il y a peu d’indices que de dangereux phénomènes météorologiques seraient plus fréquents à l’avenir.

Le GIEC -organe de l’ONU- affirme dans son rapport spécial sur les phénomènes météorologiques extrêmes (2012) qu’il y a à ce jour une absence de signal pouvant relier les phénomènes extrêmes aux changements climatiques.. Plutôt que de consacrer des fonds à essayer d’empêcher des conditions météorologiques extrêmes, il serait plus judicieux de les réserver à renforcer nos infrastructures de manière à être en mesure de résister à ces inévitables évènements naturels, et à aider les populations à reconstruire après des catastrophes naturelles telles que l’ouragan Sandy.

Il n’y a aucune raison valable en faveur de décisions coûteuses et restrictives de politiques publiques soient proposées à la conférence climatique de l’ONU au Qatar. Une analyse rigoureuse de données d’observation non biaisées ne confirme pas les prédictions du réchauffement climatique futur montré par des modèles informatiques dont il est désormais établi qu’ils amplifient ce réchauffement et ses effets. Le rapport de la NOAA « State of Climate in 2008 » affirme que 15 ans ou plus sans réchauffement statistiquement significatif indiquerait une contradiction entre l’observation et la prévision. Seize ans sans réchauffement prouve maintenant que les modèles sont faux, si on suit les critères de leurs propres créateurs.

Sur base de ces considérations, nous vous demandons de cesser d’exploiter la détresse des familles qui ont perdu un des leurs ou leurs biens lors de la tempête Sandy, en prétendant par des déclarations inconsidérées que l’influence de l’homme est la cause de cette tempête. Elle ne l’est pas. Nous vous demandons également de reconnaître que les mesures prônées par l’ONU ou par les pays signataires de la UNFCCC*, qui visent à réduire les émissions de CO2, ne sont pas susceptibles d’exercer une influence notable sur le climat futur. Les politiques climatiques doivent donc se focaliser sur l’étude et la prévention des effets des évènements climatiques dangereux quelle qu’en soit la cause.

* United Nations Framework Convention on Climate Change.

Signé par

Habibullo I. Abdussamatov, Dr. Sci., mathematician and astrophysicist, Syun-Ichi Akasofu, PhD, Professor of Physics, Bjarne Andresen, Dr. Scient., physicist, J. Scott Armstrong, PhD, Professor of Marketing, Timothy F. Ball, PhD, environmental consultant and former climatology professor, James R. Barrante, Ph.D. (chemistry, Harvard University), Colin Barton, B.Sc., PhD (Earth Science, Birmingham, U.K.), Joe Bastardi, BSc, (Meteorology, Pennsylvania State), meteorologist, Franco Battaglia, PhD (Chemical Physics), Professor of Physics, Richard Becherer, BS , MS , PHD, Edwin X. Berry, PhD (Atmospheric Physics, Nevada), Ian Bock, BSc, PhD, DSc, Biological sciences (retired), Ahmed Boucenna, PhD, Professor of Physics (strong climate focus), Antonio Brambati, PhD, Emeritus Professor (sedimentology), Stephen C. Brown, PhD (Environmental Science, State University of New York), Mark Lawrence Campbell, PhD chemical physics; Rudy Candler, PhD (Soil Chemistry, University of Alaska Fairbanks, Alan Carlin, B.S. (California Institute of Technology), PhD, Dan Carruthers, M.Sc., Arctic Animal Behavioural Ecologist, Robert M. Carter, PhD, Professor, Marine Geophysical Laboratory, Uberto Crescenti, PhD, Full Professor of Applied Geology, Arthur Chadwick, PhD (Molecular Biology), George V. Chilingar, PhD, Professor, Ian D. Clark, PhD, Professor (isotope hydrogeology and paleoclimatology), Cornelia Codreanova, Diploma in Geography, Researcher , Michael Coffman, PhD (Ecosystems Analysis and Climate Influences, Piers Corbyn, ARCS, MSc (Physics, Imperial College London)), Richard S. Courtney, PhD, energy and environmental consultant, IPCC expert, Roger W. Cohen, B.S., M.S., PhD Physics, Susan Crockford, PhD (Zoology/Evolutionary Biology/Archaeozoology), Walter Cunningham, B.S., M.S. (Physics – Institute of Geophysics, Joseph D’Aleo, BS, MS (Meteorology, University of Wisconsin), David Deming, PhD (Geophysics), Professor of Arts and Sciences, James E. Dent; B.Sc., FCIWEM, C.Met, Willem de Lange, MSc (Hons), DPhil (Computer and Earth Sciences), Silvia Duhau, Ph.D. (physics), Solar Terrestrial Physics, Geoff Duffy, DEng (Dr of Engineering), PhD (Chemical Engineering), Don J. Easterbrook, PhD, Emeritus Professor of Geology, Ole Henrik Ellestad, former Research Director, applied chemistry, Per Engene, MSc, Biologist, Co-author – The Climate, Science and Politics (2009), Gordon Fulks, B.S., M.S., PhD (Physics, University of Chicago), Katya Georgieva, MSc (meteorology), PhD (solar-terrestrial climate physics), Lee C. Gerhard, PhD, Senior Scientist Emeritus, University of Kansas, Ivar Giaever PhD, Nobel Laureate in Physics 1973, Albrecht Glatzle, PhD, ScAgr, Agro-Biologist and Gerente ejecutivo, Fred Goldberg, PhD, Adj Professor, Royal Institute of Technology, Laurence I. Gould, PhD, Professor of Physics, Vincent Gray, PhD, New Zealand Climate Coalition, expert reviewer for the IPCC, William M. Gray, PhD, Professor Emeritus, Dept. of Atmospheric Science, Charles B. Hammons, PhD (Applied Mathematics), climate-related specialties, William Happer, PhD, Professor, Department of Physics, Hermann Harde, PhD, Professur f. Lasertechnik & Werkstoffkunde, Howard Hayden, PhD, Emeritus Professor (Physics), Ross Hays, Meteorologist, atmospheric scientist, Martin Hovland, M.Sc. (meteorology, University of Bergen), PHD, Ole Humlum, PhD, Professor of Physical Geography, Craig D. Idso, PhD, Center for the Study of Carbon Dioxide and Global Change, Sherwood B. Idso, PhD, President, Center for the Study of Carbon Dioxide, Larry Irons, BS (Geology), MS (Geology), Sr. Geophysicist, Terri Jackson, MSc (plasma physics), Albert F. Jacobs, Geol.Drs., P. Geol., Calgary, Alberta, Canada, Hans Jelbring, PhD Climatology, Stockholm University, Bill Kappel, B.S. (Physical Science-Geology), B.S. (Meteorology), Storm Analysis, Olavi Kärner, Ph.D., Dept. of Atmospheric Physics, Tartu Observatory, Leonid F. Khilyuk, PhD, Science Secretary, Russian Academy of Natural Sciences, William Kininmonth MSc, former head of Australia’s National Climate Centre, Gerhard Kramm, Dr. rer. nat. (Theoretical Meteorology), Leif Kullman, PhD (Physical geography, plant ecology, landscape ecology), Professor, Hans H.J. Labohm, PhD, Independent economist, author specialised in climate issues, Rune Berg-Edland Larsen, PhD (Geology, Geochemistry), Professor, C. (Kees) le Pair, PhD (Physics Leiden, Low Temperature Physics), Douglas Leahey, PhD, meteorologist and air-quality consultant, Jay Lehr, B.Eng. (Princeton), PhD (environmental science, Bryan Leyland, M.Sc., FIEE, FIMechE, FIPENZ, MRSNZ, Edward Liebsch, B.A. (Earth Science, St. Cloud State University); William Lindqvist, PhD (Applied Geology), Horst-Joachim Lüdecke, Prof. Dr. , PhD (Physics), Anthony R. Lupo, Ph.D., Professor of Atmospheric Science, Oliver Manuel, BS, MS, PhD, Post-Doc (Space Physics), Francis Massen, professeur-docteur en physique, Henri Masson, Prof. dr. ir., Emeritus Professor University of Antwerp, Ferenc Mark Miskolczi, PhD, atmospheric physicist, Nils-Axel Mörner, PhD (Sea Level Changes and Climate), John Nicol, PhD (Physics, James Cook University), Ingemar Nordin, PhD, professor in philosophy of science , David Nowell, M.Sc., Fellow of the Royal Meteorological Society, Cliff Ollier, D.Sc., Professor Emeritus (School of Earth and Environment , Oleg M. Pokrovsky, BS, MS, PhD (mathematics and atmospheric physiques, Daniel Joseph Pounder, BS (Meteorology, University of Oklahoma), Brian Pratt, PhD, Professor of Geology (Sedimentology), Harry N.A. Priem, PhD, Professore-emeritus isotope-geophysics, Oleg Raspopov, Doctor of Science and Honored Scientist of the Russian Federation, Curt G. Rose, BA, MA (University of Western Ontario), MA, PHD, S. Jeevananda Reddy, M.Sc. (Geophysics), Arthur Rorsch, PhD, Emeritus Professor, Molecular Genetics, Leiden University, Rob Scagel, MSc (forest microclimate specialist), Chris Schoneveld, MSc (Structural Geology), PhD (Geology), Tom V. Segalstad, PhD (Geology/Geochemistry), John Shade, BS (Physics), MS (Atmospheric Physics), Thomas P. Sheahen, B.S., PhD (Physics, Massachusetts Institute of Technology), Fred Singer, PhD, Professor Emeritus (Environmental Sciences), Frans W. Sluijter, Prof. dr ir, Emeritus Professor of theoretical physics, Jan-Erik Solheim, MSc (Astrophysics), Professor, Institute of Physics, H. Leighton Steward, Master of Science (Geology), Arlin B. Super, PhD (Meteorology – University of Wisconsin, Edward (Ted) R. Swart, D.Sc. (physical chemistry, University of Pretoria), George H. Taylor, B.A. (Mathematics, U.C. Santa Barbara), J. E. Tilsley, P.Eng., BA Geol, Acadia University, Göran Tullberg, Civilingenjör i Kemi, Brian Gregory Valentine, PhD, Adjunct professor of engineering, Bas van Geel, PhD, paleo-climatologist, Gerrit J. van der Lingen, PhD (Utrecht University), geologist and paleoclimatologist, A.J. (Tom) van Loon, PhD, Professor of Geology , Fritz Vahrenholt, B.S. (chemistry), PhD (chemistry), Prof. Dr., Michael G. Vershovsky, Ph.D. in meteorology, Gösta Walin, PhD and Docent (theoretical Physics, University of Stockholm), Anthony Watts, ItWorks/IntelliWeather, Carl Otto Weiss, Direktor und Professor at Physikalisch-Technische Bundesanstalt, Forese-Carlo Wezel, PhD, Emeritus Professor of Stratigraphy, Boris Winterhalter, PhD, senior marine researcher (retired), David E. Wojick, PhD, PE, energy and environmental consultant, George T. Wolff, Ph.D., Principal Atmospheric Scientist, Thomas (Tom) Wysmuller –NASA (Ret) ARC, GSFC, Hdq. - Meteorologist, Bob Zybach, PhD (Environmental Sciences, Oregon State University), Milap Chand Sharma, PhD, Associate Professor of Glacial Geomorphology, Valentin A. Dergachev, PhD, Professor and Head of the Cosmic Ray Laboratory, Vijay Kumar Raina, Ex-Deputy Director General, Geological Survey of India, Scott Chesner, B.S. (Meteorology, Penn State University), Richard A. Keen, PhD (climatology, University of Colorado),

Pour plus de lisibilité, j’ai abrégé les cv des scientifiques. Ils sont complets sur la version originale de cette lettre ouverte : http://opinion.financialpost.com/2012/11/29/open-climate-...

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS

Jo Moreau.

13:43 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : réchauffement climatique, changements climatiques, giec, co2, doha | |  Facebook |

03/12/2012

LES SUITES D'UNE AUDITION DEVANT LA COMMISSION CLIMAT.

réchauffement climatique,changement climatique,GIEC,CO2,politique,Le 13 mars 2012, de concert avec le chimiste Istvan Marko, le philosophe Drieu Godefridi a notamment pu exposer devant la « Commission Climat » du Parlement, le thème qu’il a magistralement développé dans son livre remarquable « Le Giec est mort, vive la Science ».

Il y démontre qu’au vu de sa composition, de ses compétences et de son fonctionnement, le GIEC n’est pas un organisme scientifique, mais une organisation politique à caractère scientiste.

Je vous avais déjà entretenu de ce sujet et de certaines réactions: http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2012/03/14/le-...

 La contre-attaque de la garde rapprochée des tenants de la Vérité Climatique était prévisible et ne tarda pas, utilisant les arguments éculés qu’on lui connaît, et relayée comme d‘habitude par des médias plus préoccupés par la défense d’une propagande idéologico-politique entièrement acquise à la cause des environnementalistes, que par une information complète et objective.

Drieu Godefridi détaille les avatars de cet épisode dans le style brillant et incisif qu’on lui connaît, dans un article publié dans le média Contrepoints, que je vous invite vivement à lire dans son intégralité : http://www.contrepoints.org/2012/11/19/104874-climatologi...

 Je me contenterai ici de reprendre sa conclusion:

(…) De cette humble incursion dans la galaxie du GIEC, tirons les constats suivants :

- La galaxie du GIEC est un fait ; sa ramification dans chacun des domaines d’activités de nos sociétés, de la faculté à la presse écrite, de la télévision à la culture, en passant par les partis politiques, le Parlement, le monde de la finance et les associations environnementales est d’une ampleur qu’on ne peut qualifier que de formidable ;

- En puissance et en rapidité, la capacité de mobilisation médiatique de la galaxie du GIEC, même à l’échelon national, est un modèle du genre ;

- La coordination, en temps et en substance, des différentes composantes de la riposte aura été parfaite ;

- Pas un seul de nos contradicteurs, à l’exception de F. Gemenne, ne prit la peine d’opposer le moindre argument à notre analyse critique de la structure mixte du GIEC ;

- L’usage de procédés et d’attaques ad hominem comme substituts à l’argumentation est systématique ;

- Le refus d’un débat public contradictoire est, à ce jour, sans exception.

On peut voir dans cette riposte protéiforme et magistralement coordonnée à ce qui n’aura été qu’une audition de deux heures, un terrible aveu de faiblesse.(…)

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

Jo Moreau.

10:31 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : réchauffement climatique, changement climatique, giec, co2, politique | |  Facebook |

26/11/2012

TROISIEME CONFERENCE SUR LE CLIMAT A L'ACADEMIE ROYALE

Ce mercredi 28 novembre se tiendra à l’Académie Royale de Belgique, la troisième et dernière des conférences consacrées à la controverse sur les changements climatiques. Au cours de celles-ci, des professeurs d’université auront développé dans le champ de leur compétence, une conception différente de celle du GIEC, ce qui est en soi un évènement dans le paysage « climatique » belge, entièrement soumis à la cause de cet organisme.

Cette réunion est ouverte à tous, et se tiendra au Palais des Académies, 1 rue Ducale à Bruxelles à partir de 17 heures. L’entrée est gratuite.

http://www.academieroyale.be/cgi?usr=wcw8cnmmdr&lg=fr...

 Le conférencier sera : Monsieur Henri MASSON, PhD, Ingénieur, Ancien vice-président de la Société Royale Belge des Ingénieurs et Industriels, Professeur d’Economie Appliquée de l’Université d’Anvers. Voir notamment : http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2012/02/07/un-...

Et son intervention portera sur "La prédictabilité du climat".

Jo Moreau.

10:10 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, changements climatiques, giec, doha, co2 | |  Facebook |

16/11/2012

LA BBC ET L'INFORMATION CLIMATIQUE

Une nouvelle affaire secoue le monde des blogs, à défaut d’émouvoir nos médias : il y a de la boue qu’il vaut mieux ne pas remuer, surtout lorsqu’on risque de y retrouver sa propre image….

Mais de quoi s’agit-il ?

La BBC a toujours été citée en exemple pour la qualité de son information, indépendante parait-il de toute influence extérieure. Dans le domaine des changements climatiques, elle a depuis longtemps suivi la voie tracée au bulldozer par le GIEC, et a très largement ouvert ses antennes aux partisans de la responsabilité humaine sur les changements climatiques.

Pour s’en justifier, elle se retranchait derrière la décision d’un séminaire de « 28 meilleurs experts scientifiques » qui furent réunis à son initiative le 26 janvier 2006, sur le thème «le changement climatique et son impact sur le développement» et sur «les défis auxquels fait face la télévision dans la couverture de cette question".

La conclusion fut que le débat scientifique était définitivement clôt, que l’homme était bien responsable du réchauffement en cours et qu‘il était dès lors inutile et même dommageable de donner la parole à ceux qui étaient en désaccord avec cette théorie.

L’identité de ces 28 experts fut toutefois officiellement tenue secrète, jusqu’à ce que récemment, un blogueur aussi efficace qu’obstiné, Monsieur Morabito, en découvre l‘énumération. http://omnologos.com/author/omnologos/

 Et là, il apparaît que parmi ces « 28 meilleurs experts scientifiques » , seuls quelques-uns peuvent se parer de cette étiquette, d’ailleurs tous aveuglement acquis aux théories du GIEC, les autres étant membres ou proches de la mouvence des activistes écologiques soit des journalistes.

Voici cette fameuse liste.

Robert May, Oxford University and Imperial College London- Membre du Comité sur les changements climatiques du Gouvernement Britannique .

Mike Hulme, Director, Tyndall Centre, University of East Anglia- Lead Author of IPCC (GIEC) AR3 -

 Blake Lee-Harwood, Head of Campaigns Greenpeace : élaboration des stratégies sur le changement climatique - Spécialiste en Sciences biologiques

Dorthe Dahl-Jensen, Professeur Niels Bohr Institute, Copenhagen

Michael Bravo, Scott Polar Research Institute, University of Cambridge

Andrew Dlugolecki, Insurance industry consultant

Trevor Evans, US Embassy Colin Challen MP, parlementaire travailliste, a fondé le Groupe Parlementaire Interpartis sur les changements climatiques. A demandé un prime time de 2 heures par semaine à la BBC sur les dangers du réchauffement climatique.

Anuradha Vittachi, journaliste - Director, Oneworld.net

Andrew Simms, Policy Director New Economics Foundation.

Claire Foster, Church of England

Saleemul Huq, Membre International Institute for Environment and Développement-Directeur fondateur de International Centre for Climate Change (Bengladesh); Lead Author IPCC (GIEC) AR2 -

Poshendra Satyal Pravat, chercheur et consultant en sciences environnementales notamment Open University; Bird-Life International.

Li Moxuan, Climate campaigner, Greenpeace China

Tadesse Dadi, Charity Tearfund Ethiopia

Iain Wright, CO2 Project Manager, British Petroleum International

Ashok Sinha, physicien; activiste environnementaliste , mouvement Stop Climate Chaos

Andy Atkins, Advocacy Director, Campagne de charité Tearfund, executive director of Friends of the Earth.

Matthew Farrow, CBI responsable des solutions environnementales incluant le réchauffement climatique - Confederation of British Industry

Rafael Hidalgo, TV/multimedia producer

Cheryl Campbell, Executive Director, Television for the Environment

Kevin McCullough, Director RWE, secteur Energies Renouvelables

Richard D North, Think Tank Institute of Economic Affairs

Steve Widdicombe, Responsable scientifique Plymouth Marine Labs, biodiversité et écosystèmes marins.

Joe Smith, Maitre de conférence en environnement The Open University, dont l’Engagement du Public et des Médias, avec de nombreuses réalisations sur le climat avec la BBC.

Mark Galloway, Director, International Broadcasting Trust. Lobbying associations environnementalistes.

Anita Neville, E3G

Eleni Andreadis, diplômée Harvard University Public and Environmental Policy -- Government Strategy - Chercheuse Friends of the Earth

Jos Wheatley, Global Environment Assets Team, Department For International Development.

Tessa Tennant, Chair, Association for Sustainable and Responsible Investment in Asia, Board member of The Calvert World Values Fund, Washington DC and an adviser to the UNEP Finance Initiative

BBC attendees: Jana Bennett, Director of Television Sacha Baveystock, Executive Producer, Science Helen Boaden, Director of News Andrew Lane, Manager, Weather, TV News Anne Gilchrist, Executive Editor Indies & Events, CBBC Dominic Vallely, Executive Editor, Entertainment Eleanor Moran, Development Executive, Drama Commissioning Elizabeth McKay, Project Executive, Education Emma Swain, Commissioning Editor, Specialist Factual Fergal Keane, (Chair), Foreign Affairs Correspondent Fran Unsworth, Head of Newsgathering George Entwistle, Head of TV Current Affairs Glenwyn Benson, Controller, Factual TV John Lynch, Creative Director, Specialist Factual Jon Plowman, Head of Comedy Jon Williams, TV Editor Newsgathering Karen O’Connor, Editor, This World, Current Affairs Catriona McKenzie, Tightrope Pictures catriona@tightropepictures.com

BBC Television Centre, London (cont) Liz Molyneux, Editorial Executive, Factual Commissioning Matt Morris, Head of News, Radio Five Live Neil Nightingale, Head of Natural History Unit Paul Brannan, Deputy Head of News Interactive Peter Horrocks, Head of Television News Peter Rippon, Duty Editor, World at One/PM/The World this Weekend Phil Harding, Director, English Networks & Nations Steve Mitchell, Head Of Radio News Sue Inglish, Head Of Political Programmes Frances Weil, Editor of News Special Events

Notons que parmi ces « scientifiques spécialistes du climat », seuls 2 d’entre eux -sauf erreur- ont publié dans des peer-review sur le sujet (un argument-choc utilisé à tort et à travers par les supporters du GIEC).

On constate que parmi les participants BBC, tous les programmes sont concernés, et donc instamment invités à ne propager que la bonne parole.

Voilà comment la BBC honore son contrat de service public, et interprète à sa façon la neutralité de l’information. Mais qu’elle se rassure : elle n’est pas la seule sur ce terrain, voir : http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2010/09/09/la-...

 Si vous désirez approfondir le problème, il vous suffit de rechercher sous Google en tapant BBC28 ou 28gate. Un autre excellent  article : http://www.contrepoints.org/2012/11/15/104449-la-bbc-entr...

 VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS

Jo Moreau.

18:55 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : réchauffement climatique, changements climatiques, giec, medias | |  Facebook |

12/11/2012

CONFERENCE SUR LE CLIMAT A L'ACADEMIE ROYALE DE BELGIQUE

Ce mercredi 14 novembre 2012 se tiendra à l’Académie Royale de Belgique, la deuxième des trois conférences consacrées à la controverse sur les changements climatiques. Au cours de celle-ci, des professeurs d’université développeront dans le champ de leur compétence une conception différente de celle du GIEC, ce qui est en soi un évènement dans le paysage « politico-climatique » belge, entièrement soumis à la cause de cet organisme.

Cette réunion est ouverte à tous, et se tiendra au Palais des Académies, 1 rue Ducale à Bruxelles de 17 à 19 heures. L’entrée est gratuite.

http://www.academieroyale.be/cgi?usr=cw6yxj4xna&lg=fr...

 Les intervenants seront :

Monsieur Henri MASSON, PhD, Ingénieur, Ancien vice-président de la Société Royale Belge des Ingénieurs et Industriels, Professeur d’Economie Appliquée de l’Université d’Anvers. Voir notamment : http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2012/02/07/un-...

Monsieur Alain PREAT, PhD, Géologue, Professeur à l’ULB (Université Libre de Bruxelles). Président du Dept Earth and Environmental Sciences.

Celui-ci a récemment accordé une interview au bulletin de l’Académie Royale, où apparaît clairement son expertise pointue et mesurée notamment dans le domaine des énergies fossiles. Il y parle aussi des changements climatiques, et de son étonnement devant certaines prises de position en ce domaine. Je relève notamment :

« (…) le GIEC fonctionne au consensus, ce qui me paraît incompatible avec une démarche proprement scientifique.(…) (…)Le GIEC est tenu de résumer son immense travail en une petite centaine de pages destinées aux décideurs politiques dont dépend l'obtention de crédits... Simplifications, intérêts, qui ne voit là un risque, un danger pour la science authentique ?Je ne dis pas du tout que le GIEC travaille mal, je dis seulement que toute démarche scientifique implique des discussions, des controverses, des doutes... et pas le consensus (…). »

Il y parle aussi de la démarche suivie lors de la conférence de mercredi :

« (…) Personne n'a le courage de dire : à ce stade de nos connaissances, on ne sait pas prévoir l'avenir du climat. Les facteurs sont tout simplement trop complexes. Et cela commence avec les données climatiques elles-mêmes : il semble ne pas y avoir de consensus sur la pertinence de ces relevés. C'est ce que je vais tenter d'expliquer lors de cette conférence à l'Académie Royale le 14 novembre prochain, que j'intitule : « La récolte des données climatiques : quelles controverses ? ».

Il faut lire le texte complet de cette interview ici : http://www.academieroyale.be/cgi?usr=ktcs6s322c&lg=fr...

 Jo Moreau

11:30 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, changements climatiques, giec, co2 | |  Facebook |

01/11/2012

SANDY, LES OURAGANS ET LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE.

réchauffement climatique,changements climatiques,co2,GIEC, L’ouragan Sandy, qui a balayé les côtes américaines, a eu la vedette dans les médias du monde entier. Les dégâts spectaculaires, certains commentaires journalistiques infondés et les témoignages des habitants « qui n’avaient jamais connu cela » ont convaincu une majorité de gens que nous étions face à un évènement unique dans l’histoire de la côte Est des USA.

Or, dans un passé pas si éloigné, le grand ouragan de 1938 (illustré par la photo ci-contre) balaya une région similaire, soit Long Island, le Connecticut, Rhode Island et le Massachusetts, pour s’éteindre au-dessus du Canada, où les vents étaient cependant encore violents . Par bonheur, il évita de justesse la ville de New York. Les dommages furent immenses dans les villes touchées, et il y eut plus de 680 morts. A certains endroits, des maisons furent emportées à 3 kilomètres de leur emplacement initial. Normal, quand on sait que cet ouragan fut classé en catégorie 3 au moment où il touchait les côtes américaines, alors que Sandy n’atteignit « que » la catégorie 1. Jusque dans les années ’50, les cicatrices étaient encore visibles dans les forêts et sur certains bâtiments touchés.

Un autre ouragan remarquable toucha New York en août 1893, y causant des dégâts considérables et de nombreux morts.

D’autres exemples existent, voir notamment http://www.livescience.com/3820-history-reveals-hurricane...

Tout ceci pour démontrer que si cet évènement n’est pas courant, il n’est pas non plus « extraordinaire » pour la région concernée.

Toutefois, dans l’environnement idéologico-écolo dans lequel nous baignons, nul doute que le réchauffement climatique (qui ne peut qu’être provoqué par l’homme) allait sortir du chapeau comme LA cause de ce phénomène météorologique.

Bingo : au cours du JT de 13 heures, la RTBF nous gratifiait d’une interview de Monsieur JP Van Ypersele -le vice-président du GIEC que le monde entier nous envie- qui ne laissait aucun doute à ce sujet : Sandy est bien l’enfant naturel du réchauffement climatique (dont l‘homme est responsable, bien entendu), suivi d’une explication saisissante et plutôt biaisée du mécanisme des ouragans.

Au même moment, dans l’émission RTL+ sur RTL-TVI, le météorologue prévisionniste Fabian Debal, pas encore touché par la Pensée Unique, disait exactement le contraire : l’ouragan Sandy n’a rien à voir avec le réchauffement climatique.

Mais je suppose que cette apparition d’un troll partisan de la Terre plate fut financée par les lobbies pétroliers….

De nombreuses études le confirment : Il n’y a aucune corrélation entre le nombre et la puissance des phénomènes extrêmes, et l’augmentation de CO2 dans l’atmosphère. Ce serait même le contraire qui se passe à l‘heure actuelle…

A ce sujet, je ne peux que vous inciter à prendre connaissance du rapport parlementaire établi à la suite de la tempête Xinthia, par Monsieur Emmanuel Garnier, Historien et Maître de Conférence à l’Université de Caen, qui met en évidence le fait qu’il y eut plus d’ouragans au XVIII e siècle qu’au XXe. Il met aussi l’accent sur la volonté des médias et d’une certaine partie du monde politique à rattacher à tout prix tout évènement extrême à la problématique du changement climatique. http://securite-commune-info.info/documents/crues/Xynthia...

De nombreux autres scientifiques partagent ce point de vue, et j’en ai évoqué quelques-uns dans un billet précédent : http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2012/05/19/les...

 Il est parfois nécessaire de relativiser les choses, en recadrant le dernier évènement dans son contexte historique.

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

Jo Moreau.

15:35 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : réchauffement climatique, changements climatiques, co2, giec | |  Facebook |

03/10/2012

DES ECOLOGISTES US OPPOSES A DES FERMES PHOTOVOLTAIQUES

CO2,énergies vertes,GIEC,réchauffement climatique,éolien,photovoltaique,Je suis favorable aux recherches sur les énergies renouvelables, pour des motifs principalement politiques et économiques. Il est important que nous devenions indépendants dans le domaine énergétique, et pour atteindre ce but, aucune source ne doit être négligée, y compris l’exploitation du gaz de schiste ou les nouvelles filières nucléaires.

Si je suis convaincu que l’éolien et le photovoltaïque ont un avenir certain dans des niches bien précises, la prétention de certains de voir ces moyens remplacer dès à présent une grande partie des sources existantes est non seulement totalement prématurée mais également dispendieuse.

Prématurée car nous ne sommes qu’aux balbutiements du développement technologique de ces moyens de production, et parce que les réserves des énergies fossiles que nous exploitons aujourd’hui sont encore largement suffisantes pour plusieurs centaines d’années, contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, et parce que d‘autres moyens alternatifs sont actuellement à l‘étude.

Aux USA, trois groupements écologistes ont envoyé une lettre commune au Bureau of Land Management, suite aux projets de construction de « fermes solaires » dans les déserts. Il s’agit des organisations Western Lands Project, Basin and Range Watch et Solar Done Right. http://online.wsj.com/article/SB1000087239639044361860457...

 La lettre dénonce le fait que ces projets, portés par l‘industrie privée, déboucheraient en fait sur une privatisation virtuelle d’espaces publics.

Mais le plus interpellant est à venir. La lettre précise « qu’ aucune évidence scientifique n’a été présentée qui prouverait que ces projets seraient de nature à réduire l’émission de gaz à effet de serre (…) et le contraire pourrait être vrai, comme le montre une étude récente du « Center for Conservation Biology University of California ». http://escholarship.ucop.edu/uc/item/2ff17896

Cette étude montre également les risques encourus par la faune et la flore de ces régions.

Dispendieuse, car l’éolien et le photovoltaïque ne survivent que grâce à l’injection massive de subventions en tous genres, primes, certificats verts, réaménagement du réseau existant, rachat obligatoire de l’électricité excédentaire produite, entre autres, tous coûts finalement à charge de l’ensemble des contribuables et consommateurs.

Cette politique ruineuse est principalement menée en Europe, portée par l’ensemble des partis politiques à la traîne électoraliste de partis écologistes et des lobbies environnementalistes. Elle est responsable, pour une part non négligeable, de la crise actuelle causée notamment par l’endettement des Etats.

La transition énergétique allemande suite à la décision de fermeture des centrales nucléaires est montrée en exemple. Or cette transition est tout, sauf exemplaire. Cela va engendrer des « coûts gigantesques pour le consommateur » , les investissements nécessaires sont estimés à environ 150 milliards d’euros (chiffres actuels) pour ce seul pays. http://www.voseconomiesdenergie.fr/actualite/panneaux-pho...

Ceci doit se combiner aux difficultés techniques, l’ensemble du réseau doit en effet se réadapter aux nouvelles implantations géographiques de la production, et aux pertes d’emplois générés par l’importation de Chine de la majeure partie des panneaux photovoltaïques, au détriment de producteurs locaux en faillite. Ainsi, le raccordement des parcs éoliens en Mer du Nord accuse de sérieux retards.

Et quand on sait que l’irrégularité de production du solaire et de l’éolien sera compensée par de nouvelles centrales au …charbon, on se dit que l’objectif écologique loin d‘être atteint.

Alors, il serait temps que le monde politique se ressaisisse, et réévalue correctement l’ensemble de la politique énergétique, indépendamment de toute idéologie et en fonction des réalités de l‘approvisionnement, des impératifs techniques et financiers qui contribuent à l‘appauvrissement de la population.

L’Union Européenne vient de faire une timide marche arrière pour les biocarburants. Il ne faut pas s’arrêter en aussi bon chemin. http://www.levif.be/info/actualite/environnement/biocarbu...

 VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

Jo Moreau.

17:14 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : co2, énergies vertes, giec, réchauffement climatique, éolien, photovoltaique | |  Facebook |

11/09/2012

RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE, QUEL CONSENSUS ? (38)

Suite n°38

Mon seul but par ce genre de billet : démontrer par des déclarations de scientifiques, que le prétendu consensus sur les conclusions climatiques émises par le GIEC, n‘existe pas. D’autres citations contredisent certaines idées reçues.

- 412 "La plupart des conclusions extrêmes sur les changements climatiques n'ont peu ou pas de fondement scientifique". Gerd-Rainer Weber - PhD - Météorologue - Sciences Atmosphériques - Reviewer IPCC 2001. http://www.google.be/search?sourceid=navclient&hl=fr&...

- 413 "Les modèles climatiques doivent encore prouver leur exactitude. Comme pour les modèles mathématiques, modifier une seule variable peut faire changer les résultats du tout au tout". Gregory Young - PhD - Physicien - ex Professeur d'Analyses Statistiques et Modélisations Mathématiques. http://www.americanthinker.com/2009/03/its_the_climate_wa...

- 414 "Depuis la fin du XXe siècle, la température moyenne de la Terre est restée globalement constante, apès une période d'environ 30 ans où elle a augmenté d'environ 3/4 d'un degré F. Les modèles climatiques, les simulations et spéculations sont dépourvues de toute justification expérimentale". Wallace Manheimer - Physique Atomique et Moléculaire - ex US Naval Research Laboratory Plasma Physics Division. http://www.aps.org/units/fps/newsletters/200907/letters.cfm

- 415 "Les volcans sous-marins libèrent beaucoup plus de CO2 dans l'atmosphère que prévu précédemment. Ceci a des implications importantes pour le cycle mondial de CO2" Christoph Helo - Dept Sciences de la Terre et des Planètes - Université Mac Gill Montreal (Canada) http://www.physorg.com/news/2011-03-deep-sea-volcanoes-do...

- 416 "Le non-respect des lois de la physique par les tenants du réchauffement climatique a comme conséquence que de nombreux physiciens considèrent la théorie du réchauffement climatique (causé par l'homme) comme une religion prônée par les écologistes, incorporée dans nos lois et constitutive d'un lavage de cerveaux". Edwin X Berry - PhD - Physicien de l'Atmosphère - Météorologue. http://www.lewrockwell.com/orig10/berry-e1.1.1.html

- 417 "Les modèles climatiques du GIEC prévoient une zone chaude à 10 kms d'altitude dans l'atmosphère. Cette zone n'a toujours pas été découverte. L'application de mesures draconiennes n'est pas justifiée par des théories incertaines". Vladislav A Bevc - PhD - Physicien - Assiciate Professor Naval Postgraduate School. http://newsgroups.derkeiler.com/Archive/Soc/soc.culture.s...

- 418 "Ce sont des causes naturelles très importantes qui influencent le climat de la Terre. L'émission de CO2 par les activités humaines n'ont rien à y voir, et ont été grandement exagérées par le GIEC". Rodney W Nichols - Physicien - ex President New York Academy of Sciences - ex President Rockefeller University. http://www.marshall.org/article.php?id=1061

- 419 "La doctrine du réchauffement global n'est plus simplement une théorie scientifique, mais est devenue un outil politique, social et populiste. Les bénéficiaires en sont les puissants et les riches. Le reste du monde est perdant". Nicholas Drapela - PhD - Ex professeur Oregon State University - Bioorganic and General Chemistry - http://www.slideshare.net/sholom770/global-warming-cracke...

- 420 "Tous les facteurs influençant le climat ne sont pas connus. Les modèles climatiques n'ont donc aucune valeur prédictive. (...) Mais aucun étudiant en sciences ne peut obtenir de diplôme s'il ne fait pas allégeance au 'réchauffement climatique' ". Roger Dewhurst - B.Sc - M.App.Sc - Géologue - Hydrogéologue (N-Z) http://www.climateconversation.wordshine.co.nz/2011/10/oc...

- 421 "Au cours du XXe siècle, l'accroissement du CO2 a été exponentiel, mais il y eut des périodes pendant lesquelles la température a stagné ou diminué. Les gaz à effet de serre ne sont pas nécessairement le générateur principal des variations climatiques". Etienne Juvigné- ex Professeur de Géologie du Quaternaire - Université de Liège (B) http://www.laicite-herstal.be/activites/juvigne.html

- 422 "La science du climat en est encore à ses balbutiements. Les facteurs qui régissent le climat mondial sont variés, pas entièrement connus et le plus souvent naturels. Notre capacité à influer sur ces facteurs est très limitée". Uberto Crescenti - PhD - Professeur de Géologie Université G. d'Annunzio - Ex Président de la Société Italienne de Géologie - Co-auteur de 'Combiamenti Climatici e Conoscenza Scientifica' http://forum.meteonetwork.it/meteorologia/93595-gli-scett...

- 423 "Le système Terre/Atmosphère possède des caractéristiques intrinsèques qui annulent les variations de temérature mondiale causées par les activités humaines". Ernest C Njau - Université de Dar-Es-Salam (Tanzanie) Dept Physique. http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0960148...

- 424 "Pour ce qui est du nombre et de l'intensité des ouragans, on ne peut comparer les constatations actuelles par satellite, avec les observations antérieures qui sont sous-évaluées". Andrew B Hagen - University of Miami - Institute for Marine and Atmospheric Studies. http://www.aoml.noaa.gov/hrd/Landsea/CAT_5_PAPER.p

A suivre.

Des records climatiques « sans précédent » ?

Anno1893: Le 10 février, une tempête cause de grandes pertes de vies humaines en Grande-Bretagne, sur la Manche et la Mer du Nord. La Hongrie est touchée par de grandes inondations fin février. Un mois d’août torride : Après une année 1892 déjà très chaude, le mois d’août est à nouveau très chaud et également très sec. Une vague de chaleur exceptionnelle concerne toutes les régions de France du 8 au 24 août. A Madrid (Espagne), on relève 44.4° c le 15 août. Le 21 septembre, une zone d’orages particulièrement violents traverse le nord du pays ainsi que les régions méditerranéennes. Des tornades sont observées sous certains orages, notamment à Maisons-Laffite (nord-ouest de Paris) et Cette (Hérault) où les ravages sont inestimables. A partir de septembre, des inondations extrêmes touchent l’Espagne et l’Italie. Une des plus violente tempête jamais observée a lieu du 16 au 19 novembre sur l’Europe et les Iles Britanniques. Un grand nombre de navires sont perdus corps et biens. Une nouvelle tempête violente frappe l’Angleterre le 12 décembre. Des évènements climatiques apocalyptiques touchent également l’Australie et les USA.

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

Jo Moreau.

17:26 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : réchauffement climatique, changements climatiques, co2, giec, climat | |  Facebook |