Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/09/2014

LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE EN PANNE, INFO OU INTOX ?

 

réchauffement climatique,giec,co2,climat,conférence paris 2015,Il est particulièrement interpellant d’entendre les inconditionnels du réchauffement climatique mettre en doute le ralentissement  -sinon l’arrêt-  de celui-ci constaté depuis 1998, et ce, au gré des émissions ou articles répercutés par les médias,  

Ce fut encore le cas récemment, lors d’un débat télévisé (1) auquel participait Drieu Godefridi, quand son contradicteur, Monsieur Edwin Zaccai, lui rétorque à ce sujet « Je ne sais pas d’où viennent ces informations »… 

Et bien, voici quelques liens parmi bien d’autres, qui peuvent utilement l‘éclairer, émanant de personnalités ou d’institutions peu susceptibles d’être accusées de climato-scepticisme, et qui pourtant reconnaissent le plafond actuel des températures. Certaines d’entre elles alimentent d’ailleurs régulièrement les travaux du GIEC. On admirera en passant le foisonnement des explications avancées pour justifier la pause actuelle des températures atmosphériques. 

 

- Une étude de  l’Université de Washington dans la revue SCIENCE. Impute le plafond constaté  aux courants marins dans l’Atlantique. (22/08/2014)

http://www.lesoir.be/633474/article/demain-terre/environnement/2014-08-22/des-courants-marins-empechent-hausse-des-temperatures-surface-du-globe 

- la température n’a augmenté que de 0,03°c au cours de la dernière décennie. Nous ne sommes pas capables d’expliquer ce ralentissement. Toutefois, la température au plus profond des océans n’a cessé d’augmenter.

Jochem Marotzke - MAX PLANCK INSTITUTE - 29/05/2013

http://www.mpg.de/7274624/climate_change_global_warming

 

- Le plafond actuel du réchauffement climatique, ou même le léger refroidissement constaté, est dû à l’activité solaire réduite.

Peter Stauning - Institut météorologique danois - SCIENTIFIC RESEARCH 01/2014

http://www.scirp.org/journal/PaperInformation.aspx?PaperID=41752#.VCFy7JR_t8E 

 

- Le réchauffement climatique est plus réduit que prévu au cours de la période entre 2000 et 2010 à cause des dizaines de volcans crachant du dioxyde de soufre.

Université du COLORADO - 01/03/2013

http://www.colorado.edu/news/releases/2013/03/01/volcanic-aerosols-not-pollutants-tamped-down-recent-earth-warming-says-cu 

 

- La réduction de la température globale de surface dans la période 2000-2009 est due à la diminution des concentrations de vapeur d’eau  stratosphérique.

Susan Solomon - SCIENCE - 01/2010.

http://www.sciencemag.org/content/327/5970/1219.abstract 

 

- Les modèles climatiques avaient prévu un réchauffement plus important ces 15 dernières années que ce qui a été constaté, mais ont été trompés par une série de coïncidences.

Gavin A Schmidt - GODDARD INSTITUTE NASA - NATURE GEOSCIENCE 27/02/2014

http://www.nature.com/ngeo/journal/v7/n3/full/ngeo2105.html 

 

- Le réchauffement climatique a été freiné ces 12 dernières années par une augmentation des alizés sur le Pacifique.

Matthew ENGLAND - NATURE CLIMATE CHANGE - 01/2014.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/2665/Rechauffement-Climatique/article/detail/1790884/2014/02/10/Les-alizes-ont-freine-le-rechauffement-climatique.dhtml 

 

- Le réchauffement global n’a pas augmenté au XXIe siècle, et cela est du au refroidissement des eaux de surface du Pacifique équatorial.

Yu Kosaka - Université de Californie - NATURE - 09/2013 http://www.nature.com/nature/journal/v501/n7467/full/nature12534.html 

 

- Les modèles mettent en évidence le plafond de la hausse des températures et le stockage de la chaleur dans les océans.

Virginie Guemas - Institut Catalan des Sciences du CLIMAT - NATURE CLIMATE CHANGE 07/04/2013

http://www.lefigaro.fr/environnement/2013/04/11/01029-20130411ARTFIG00419-les-temperatures-font-une-pause.php 

 

- Les températures mondiales moyennes ont été relativement stables au cours des 15 dernières années.

MET OFFICE - 07/2013.

http://www.metoffice.gov.uk/research/news/recent-pause-in-warming 

 

Cet hiatus entre les relevés de températures et les modèles climatiques, qui n’ont jamais prévu ce palier,  a été nié jusqu’il y a peu par les tenants du GIEC. La censure vis-à-vis de l’opinion publique a parfaitement fonctionné, et après un bref moment de timide médiatisation,  cet élément est à nouveau occulté. 

Depuis plusieurs années, des scientifiques non inféodés à la pensée obligatoire,  dénonçaient cette discordance. Ci-dessous, vous trouverez les déclarations de quelques-uns d’entre eux, repris dans ma liste de GIECosceptiques. (2)

 

 

Thomas E PHIPPS - PhD - Physique théorique .

"Les faits, accessibles à ceux qui les cherchent, montrent que les mesures de température par satellite de la dernière décade ont  diminué. Cela n'est pas compatible avec le fait que durant la même période, les émissions humaines de CO2 ont augmenté. Dans l'hypothèse politiquement correcte où celles-ci seraient responsables du réchauffement climatique". 

http://physicsfrontline.aps.org/2009/11/10/aps-council-overwhelmingly-rejects-proposal-to-replace-societys-current-climate-change-statement/ 

 

Norman ROGERS - PhD - B.A - MSc - Physicien - ex environnementaliste radical - Conseiller Politique auprès du Heartland Institute.

"La Terre n'a pas connu de réchauffement climatique depuis 16 ans, et cela commence à être très embarrassant, surtout pour les trois piliers (de la thérorie anthropique) : les grands projets scientifiques, les ONG et les industriels actifs dans les énergies alternatives, arrosés par les milliards de dollars de l'argent public".

http://junkscience.com/2012/04/15/norman-rogers-global-warming-dogma-and-the-new-iron-triangle/ 

 

Vladimir KOTLYAKOV - PhD - Glaciologue - Géographe - Directeur Institut de Géographie de Moscou - Académie des Sciences - Sciences de l'Univers .

"Il n'y a aucune raison d'affirmer que le réchauffement climatique va se poursuivre. Les premiers signes d'un refroidissement sont déjà présents, et la tendance pourra s'accentuer dans les prochaines années".

http://www.thehindu.com/opinion/op-ed/down-to-minus-45/article4640409.ece 

 

Lennart BENGTSSON - PhD - MSc - BSc - Météorologue - ex Directeur Max Planck Institute for Météorology -  Directeur des Sciences de la Terre à l'Institut International des Sciences de l'Espace - Professeur Environmental Systems Science Center University of Reading - Professeur invité Uppsala University.

"L'homme influe sur le climat, mais rien n'indique que nous devions paniquer. La tendance actuelle du réchauffement climatique est bien en-dessous du scénario du GIEC. La question du climat a été extrêmement politisée".

http://www.dn.se/nyheter/vetenskap/vi-skapar-en-valdig-angslan-utan-att-det-ar-befogat

 

Anthony KELLY -Professeur University of Cambridge - Dept of Materials Science and Metallurgy."Le net ralentissement du réchauffement global remet en question le rôle du CO2 comme facteur prépondérant des changements climatiques, comparé notamment à l'irradiance solaire".

http://multi-science.metapress.com/content/k787m96x7127j8t0/ 

 

Thomas WIJSMULLER - Météorologue - ex Collaborateur de la NASA - Royal Dutch Weather Bureau (NL)

"Le découplage entre les quantités de CO2 relachées dans l'atmosphère et la température globale qui stagne depuis 15 ans, est la preuve de la complexité de la recherche climatique".

http://www.colderside.com/Colderside/Temp_%26_CO2.html 

 

Clive BEST - PhD - Physicien - Ex chercheur au CERN (Centre Européen pour la Recherche Nucléaire)et au Joint Research Centre (European Commission)

"Les températures n'ont plus augmenté depuis 2000, contrairement aux niveaux de CO2 dans l'atmosphère.  Cela implique que d'autres mécanismes naturels sont au moins aussi importants que le CO2 dans les changements climatiques".

http://clivebest.com/blog/?p=2208

 

James WANLISS - PhD - Physicien - Professeur associé de Physique et Sciences Informatiques Presbyterian  College (USA)

"Il n'y a pas eu de réchauffement climatique ces 15 dernières années. Malgré le penchant du GIEC à dissimuler les données incommodes, ceci ne peut être nié".

http://www.wanliss.com/2011/03/does-the-planet-really-have-a-fever/ 

 

Klaus P. HEISS - PhD – Space engineer ex expert auprès de la NASA - ex Professeur assistant Princeton University.

"L'hypothèse de l'origine humaine des changements climatiques est erronnée, cela est démontré par la stagnation des températures globales dans les dernières années, alors que les émissions de CO2 ne cessent de croître".

http://www.schmanck.de/Heiss.pdf

 

Sebastien LÜNING - PhD - Géologue - Paléontologue - co-auteur du livre "Die Kalte Sonne".

"La température globale a cessé d'augmenter depuis 1998".

http://wattsupwiththat.com/2012/02/13/german-skeptics-luning-and-vahrenholt-respond-to-criticism/ 

 

On ne sait évidemment pas quelle sera l'évolution de ce plafond de température. Mais même si le réchauffement global devait reprendre dans l'avenir, cela ne restaurera évidemment pas le lien de causalité entre le climat et les activités humaines, que certains voudraient voir confirmer envers et contre tout.

 

(1)  http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2014/09/23/debat-climatique-sur-rtl-tvi-1135049.html 

(2) Je vous rappelle ma liste de déclarations de (environ) 500 scientifiques GIECosceptiques avec les liens utiles. Elle peut vous être envoyée sur simple demande à mon adresse mail, en mentionnant « liste » en référence 

jo_moreau@yahoo.fr 

 

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS. 

 

Jo Moreau

17:10 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, giec, co2, climat, conférence paris 2015 | |  Facebook |

22/08/2014

DES MODIFICATIONS CLIMATIQUES RAPIDES DANS LE PASSE

Voici venu le temps des vacances, propice à la paresse. J’en profiterai donc pour exhumer quelques billets parus il y a déjà quelques années sur mon blog, et qui me paraissent toujours d’actualité. Celui-ci date de novembre 2011.

Un des arguments les plus fréquemment cités par les partisans de la responsabilité humaine dans les changements climatiques, consiste à déclarer que jamais dans l’histoire de la Terre, ces changements n’avaient été aussi rapides. Ce fait devait démontrer l’implication des émissions de CO2 par les activités humaines dans le réchauffement climatique. Nonobstant le fait qu’une augmentation de la température globale de 0,7°c constatée sur tout le XXe siècle puisse paraître très éloignée de la notion de modification rapide, des études relativement récentes contredisent cette affirmation.

Le Professeur Peter Ditlevsen, de l’ Institut Niels Bohr, branche de l’Université de Copenhague et par ailleurs chercheur au Ice and Climate Group , a publié en 2010 dans la revue Geophysical Research Letters une étude qui conforte le fait que des changements climatiques très brutaux ont bien eu lieu dans le passé.

L’étude des carottes de glace extraites notamment au Groenland montre qu’à la fin de la dernière époque glaciaire, la température augmenta de 10 à 15 degrés en moins de 10 ans. Ce réchauffement brutal dura environ un millénaire et tout aussi brusquement, la température a de nouveau chuté de façon drastique. Ces épisodes ne sont pas uniques, et sont imbriqués dans les cycles « période glaciaire-période interglaciaire » décrits comme les évènements de Dansgaard-Oescher, qui impliquent les courants océaniques. L’origine exacte de ces « points de basculement » fait toujours l’objet de théories diverses, et ne sont pas reproductibles dans les modèles climatiques actuels.

L’étude de Peter Ditlevsen conclut à la responsabilité de causes chaotiques, influencées peu ou prou par les tempêtes, de fortes précipitations, les fluctuations des calottes glaciaires etc. Cela démontre l’ extrême difficulté de prévoir ces changements de climat. Pour être complet, signalons que Ditlevsen n’exclut pas l’influence éventuelle du CO2 antropique comme facteur supplémentaire dans l’actuel changement climatique, mais précise que ses recherches ne concernent que le passé.

Cela fit également l’objet d’une étude du CNRS parue en 2008, sur un basculement semblable il y a environ 14700 ans par un réchauffement rapide de plus de 10°c, suivi à -12900 d’un refroidissement causant un nouvel épisode glaciaire, et enfin un nouveau réchauffement menant à la fin de la dernière période glaciaire il y a 11700 ans. Cette étude, à laquelle participèrent des paléoclimatologues du Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement, concluait quant à elle à la responsabilité des modifications radicales dans les courants atmosphériques. Les chercheurs ont montré que le climat a véritablement basculé d’une année à l’autre. « Les renversements climatiques ont véritablement eu lieu comme si quelqu’un avait appuyé sur un bouton » a constaté Dorthe Dahl-Jensen, coordinatrice du projet de forage glaciaire NorthGrip.

Les scientifiques mettent en cause notamment la présence de poussières de l’atmosphère, entraînant les modifications brutales de la circulation atmosphérique tropicale, puis polaire.

En juillet 2011, une équipe européenne (Université d’Utrecht) mettait en évidence un changement climatique brutal survenu il y a 200 millions d’années, simultanément à une extinction massive d’espèces marines et de vertébrés. Selon ces scientifiques, ce changement climatique fut causé par un largage massif de méthane (sans doute aux environs de 12.000 gigatonnes) consécutif à un épisode volcanique géant en Sibérie. Cela n’est pas un épisode unique dans l’histoire de la Terre, puisqu’il se produisit aussi il y a 55 millions d’années. Ce largage de méthane provient du plancher océanique, les bactéries qui le produisent étant stimulées par un réchauffement climatique déjà en cours.

Il peut aussi exister d’autres causes possibles, parmi lesquelles on peut citer des modifications dans le régime du Gulf Stream. Celui-ci réchauffe l’Atlantique Nord (et l’Europe par la même occasion) surtout en hiver. Certaines études font coïncider un arrêt ou un ralentissement de ce courant marin avec de brusques changements climatiques passés. Ils peuvent bien entendu aussi se produire soit par des causes extra-terrestres, comme la chute d’une météorite ou des modifications dans l‘activité solaire, soit aussi par des éruptions volcaniques « mégacolossales », parmi lesquelles l‘éruption du Lac Toba il y a 75000 ans, qui causa un mini âge glaciaire qui dura un millier d‘années.

L’étude des carottes glaciaires démontre non seulement que des modifications climatiques brutales eurent bien lieu dans le passé, mais aussi que la relative stabilité actuelle est exceptionnelle.

A cela, les tenants de la responsabilité humaine dans les modifications climatiques récentes me diront : tout cela, nous le savions déjà et il n’y a aucun point commun avec le réchauffement actuel (?). Fort bien, mais il reste une certitude absolue : lors des périodes glaciaires et interglaciaires, les activités humaines ne pouvaient en aucun cas être mises en cause…!

Sources :

http://climatechangepsychology.blogspot.com/2010/08/peter-ditlevsen-sudden-climate-change.html 

http://www.insu.cnrs.fr/co/environnement/climats-du-passe/le-climat-a-bascule-de-facon-extremement-brutale-a-la-fin-de-la-derni 

http://meetingorganizer.copernicus.org/EGU2010/EGU2010-7212.pdf

http://www.com.univ-mrs.fr/~r603365/cycle_DO_H_Rimaud2008.pdf

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS

Jo Moreau

11:11 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : réchauffement climatique, giec, co2, climat | |  Facebook |

13/08/2014

VOLCANISME SOUS-MARIN ET CHANGEMENTS CLIMATIQUES

Voici venu le temps des vacances, propice à la paresse. J’en profiterai donc pour exhumer quelques billets parus il y a déjà quelques années sur mon blog, et qui me paraissent toujours d’actualité. Celui-ci date de juillet 2011.

Il existe un nombre bien plus important de volcans sous-marins que de volcans terrestres. On ne peut évidemment établir un décompte précis, mais les estimations vont de plusieurs centaines de milliers à plusieurs millions de bouches éruptives d‘importances variées. Les découvertes technologiques récentes dans le domaine des engins sous-marins de recherche, ainsi que des appareils divers de détection, autorisent des recherches et des découvertes de plus en plus nombreuses dans ce domaine assez méconnu jusqu’à aujourd‘hui.

La plupart de ces bouches volcaniques sont localisées à la zone de subduction des plaques tectoniques, ou indépendamment de celles-ci, sur ce qu’on appelle des « points chauds » dans les océans.

Les dorsales océaniques, d ‘une longueur de plus de 65000 Kms, sont donc abondamment pourvues de ces volcans. Beaucoup d’entre eux constituent «  l’ Anneau de Feu » , soit géographiquement un arc volcanique et sismique partant des îles Tonga, au large des Philippines, du Japon, des côtes Pacifique de l’Amérique du Nord et du Sud, ou sur la dorsale du Pacifique, qui lui fait face . Il en existe ainsi dans la « Fosse des Caïmans », à plus de 7000 m de profondeur.

La dorsale médio-atlantique, est une chaîne de volcans de 15000 Kms de long, dont l’Islande forme la partie émergée. Mais on en trouve un peu partout sous la mer, comme en témoignent de nombreuses découvertes récentes, dont une gigantesque structure volcanique de 30 Kms de long sur 25 de large, située au large des côtes sud de la Sicile.

L’océan Arctique lui-même est aussi le siège d’une activité volcanique et hydrothermale beaucoup plus intense que supposé récemment. On y trouve notamment la chaîne de volcans sous-marins dite crête Gakkel longue de 1800 Kms au nord du Groenland. On peut légitimement s‘interroger quant à leur impact cyclique sur la fonte des glaces.

Où qu’ils se situent, la majorité des volcans sous-marins sont à des profondeurs telles que la pression océanique diminue le caractère explosif d’une majorité des éruptions, ce qui les rend très difficilement détectables, au profit de coulées de lave éruptive qui forme ainsi le nouveau plancher océanique. D’autres, plus proches de la surface, peuvent éjecter dans l’atmosphère aussi bien les gaz émis que de la matière.

Des recherches récentes ont aussi établi que la quantité de CO2 libéré par ces éruptions était beaucoup plus importante que prévu. Cette découverte a évidemment une influence notable sur l’étude du cycle du CO2 dans l‘atmosphère terrestre. D’autres chercheurs ont par contre mis en évidence une production importante de fer par ces volcans, ce qui favorise le phytoplancton qui lui-même joue un rôle important dans l’absorption de ce même CO2.

D’autres types de volcans sont appelés volcans (ou dômes) d’asphalte, qui déversent de l’asphalte au lieu de lave. On en a détecté dans le Golfe du Mexique et au large de la Californie. Outre l’asphalte, ces bouches volcaniques émettent d’énormes quantités de méthane, autre gaz à effet de serre. Ce phénomène est connu sous le nom de « cheminées de méthane ». On croyait auparavant que ce gaz était dissous dans l’eau, mais on a constaté récemment qu’il atteignait la surface sous forme d’un véritable bouillonnement. On estime que la quantité ainsi relarguée dans l’atmosphère terrestre est de 10 à 10.000 fois supérieure aux prévisions antérieures, et quand on sait que le méthane est un gaz à effet de serre bien plus puissant que le CO2, on imagine l‘importance de cette découverte dans la modélisation climatique. Ces relargages de méthane peuvent d’ailleurs être indépendants de phénomènes volcaniques (?), ce qui devrait être confirmé par l’étude d’autres zones marines riches en hydrocarbures.

Ainsi se dessine une toute autre image des fonds océaniques, qui se rapproche plus du « chaudron des sorcières », que du calme obscur et profond médiatisé par les films et documentaires.

On peut raisonnablement se poser pas mal de questions sur l’influence des forces en jeu dans cette intense activité volcanique, sur plusieurs composantes des changements climatiques, en commençant par l’augmentation de la température des océans, dont on sait que les plus minimes variations ont des répercussions immédiates sur notre climat et le régime des courants.

Se pose également le problème du largage dans l’atmosphère de quantités de CO2 et de méthane parmi d‘autres, beaucoup plus importantes que prévues initialement, et à côté desquelles les émissions humaines de gaz à effet de serre paraissent de plus en plus anecdotiques.

Pour ce qui concerne le niveau des océans enfin, quelle pourrait être l’influence de l’écoulement continu de lave et débris divers formant un nouveau plancher océanique, quand on sait que les îles Hawaï par exemple partent d’une profondeur de 5000 mètres sous le niveau de la mer, pour culminer à 4000 mètres d’altitude. On imagine le volume d’eau déplacé par ces phénomènes éruptifs.

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

Jo Moreau.

10:56 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : réchauffement climatique, giec, co2, climat | |  Facebook |

05/08/2014

CLIMAT : LA RTBF ET LA DESINFORMATION MAJUSCULE.

Voici venu le temps des vacances, propice à la paresse. J’en profiterai donc pour mettre au goût du jour quelques billets parus il y a déjà quelques années sur mon blog, et qui me paraissent toujours d’actualité. Celui-ci date de septembre 2010.

Je viens de regarder l’émission sur le climat concoctée ce 08 septembre par notre grand média de sévice public , et je suis encore révolté par la volonté affichée de disqualifier de la façon la plus abjecte non seulement les scientifiques, mais avec eux tous ceux qui ne partagent pas aveuglément les thèses officielles du GIEC.

Alors que cette émission était annoncée comme présentant les thèses des tenants et des opposants de l’impact des activités humaines sur les changements climatiques, nous eûmes droit à une succession de courtes interventions enregistrées des intervenants, sans débat aucun. Mais le pire était à venir : les ¾ du temps de l’émission servirent à tenter de disqualifier parfois de façon carrément diffamatoire ceux qui apportent d’autres hypothèses aux modifications climatiques. En un mot : si vous osez contester le point de vue officiel du GIEC, c’est que vous êtes en faveur du tabagisme. (lol)

Mais revenons au début de l’émission, qui s’annonce prometteur. Intervenants en faveur du GIEC : Monsieur Van Ypersele de Strihou -qui en est le vice-président- (Climatologue) - et Monsieur André Berger, (Mathématicien) - tous deux membres de l’Institut d’Astronomie et de Géophysique de l’UCL (Université Catholique de Louvain-La-Neuve). L’autre camp sera représenté par Monsieur Vincent Courtillot (Géophysicien - Professeur à l’Université de Paris Vll - Directeur de l’Institut de Physique du Globe ) et Monsieur Laurent Cabrol, ancien présentateur Météo à la Télévision française.

Le premier sujet abordé porte sur l’augmentation éventuelle des évènements météorologiques extrêmes. Alors que Monsieur Berger lui-même déclare que dans l’état actuel des recherches, on ne peut établir un lien certain avec le réchauffement climatique, le présentateur déclare : « on ne peut départager les tenants des changements climatiques des climato-sceptiques ». Le ton est immédiatement donné, et la Grande Confusion insinuée : on mélange la réalité de l’existence des changements climatiques avec la cause présumée de ceux-ci. Le réflexe de Pavlov va jouer : dès qu’on parle de changement climatique, il est évident que la cause ne peut qu’en être les activités humaines. Et cette confusion se base sur le fait que certains sembleraient établir que le climat est quelque chose d’immuablement stable, seulement troublé ces dernières années par les activités humaines et les émissions de CO2.

Mais ô miracle, Monsieur Van Ypersele de Strihou reconnaît que les émissions humaines de CO2 ne représentent qu’environ 5% de la totalité de ce gaz à effet de serre, et conclut de façon réellement étonnante que la nature qui émet les 95 % restants, recycle celui-ci, sous-entendu qu’elle serait incapable de recycler également ces malheureux 5%… (Et comme d’habitude, le fait que l’ensemble du CO2 atmosphérique ne représente qu’une petite partie des gaz à effet de serre est escamoté, mais soit).

Dès ce préambule, Monsieur Berger met immédiatement les choses au point : les climato-sceptiques ne sont dans leur ensemble que des manipulateurs. A bon entendeur…

Vient ensuite une séquence consacrée à la fonte des glaciers et à la montée des océans, avec des conclusions qui ne verront aucune hypothèse autre que l’officielle. On y répète inlassablement qu’on n’a jamais vu historiquement de modifications aussi rapides, ce qui est évidemment faux et en contradiction avec par exemple les seules variations de la Mer du Nord dans le haut Moyen Age (transgressions marines Dunkerque ll ou lll) , ou des données établies par le CNRS, pourtant peu coupable de manipulation (voir notamment 

http://www.insu.cnrs.fr/a2622,climat-bascule-facon-extremement-brutale-fin-derniere-periode-glaciaire.html  

Monsieur Courtillot est ensuite accusé sans nuances de fraude caractérisée, sans aucune possibilité pour lui de se défendre ou de présenter ses arguments. Le voici donc définitivement disqualifié.

Une brave américaine nous déclare ensuite sans rire qu’aux USA, seuls 3 ou 4 scientifiques sérieux s’opposent aux thèses du GIEC, affirmation pour le moins interpelante pour qui veut bien lire au minimum mes billets « consensus climatique … », et qui démontre la volonté de tromper l‘opinion publique.

Vient ensuite une longue dissertation sur le « Climategate« , qui est réduit à 2 mails controversés, alors que ceux qui s’intéressent un peu à ce problème savent parfaitement que ce sont 1500 mails qui ont été publiés, dont des dizaines ont ensuite été soigneusement occultés, mais évidemment cela demanderait un travail journalistique d’investigation manifestement hors de portée de notre réalisateur, ou plus exactement une recherche qu’il n’a pas envie de faire.

Je pense notamment à ces mails qui menacent de retirer du pannel des revues sélectionnées par le GIEC, celles qui publieraient encore des articles opposés aux thèses de celui-ci.

Je passe sur d’autres données clairement inexactes concernant ce qui reste un véritable scandale, pour en arriver à la conclusion que le « Climategate » fut concocté, peut-être par les services secrets (ben tiens), pour torpiller la conférence de Copenhague. Rappelons que ces mails furent divulgués par Wikileaks, qui en d’autres circonstances, bénéficie pourtant d’un grand écho et de la grande bienveillance de nos médias, lorsqu‘il diffuse des éléments conformes à l’idéologie de ceux-ci.

Alors qu’il a été montré que certaines conclusions du dernier rapport du GIEC sont tirées telles quelles de revues écologiques militantes, les erreurs sont ramenées à une faute de frappe… Consternant.

L’émission est parsemée d’une multitude d’autres affirmations fausses ou biaisées, notamment sur le rôle de Georges W. Bush (l’affreux valet des pétroliers) qui a refusé de signer les accords de Kyoto, alors qu’il n’avait aucun pouvoir de le faire sans l’aval du Congrès.

Vient enfin la conclusion finale et sans appel : les climato-sceptiques ne sont que des gens corrompus et payés grassement par l’industrie pétrolière. Ces climato-sceptiques sont d’ailleurs représentés dans l’émission par un scientifique américain dont on cite d’autres conclusions sujettes à caution mais hors-propos, et qui sert d’épouvantail bien commode pour discréditer tous les autres. Une manipulation bien dans les habitudes de notre RTBF. On oublie d’ailleurs de mentionner les enjeux financiers des alliés du GIEC, voir notamment : http://belgotopia.lalibreblogs.be/archive/2009/10/13/al-gore-un-business-qui-derange.html 

Et les magouilles probables du président du GIEC : http://belgotopia.lalibreblogs.be/archive/2010/02/04/pachaury-un-directeur-du-giec-tres-occupe.html 

Car à abaisser le débat au niveau des égouts, on risque d’y retrouver beaucoup de monde.

Je ne crains pas de qualifier cette émission scandaleusement tendancieuse, de nouvelle manipulation de l’opinion publique par notre RTBF , destinée à remettre impérativement nos populations dans le droit chemin de l’Eglise de Climatologie, dont il se confirme qu’elle en est devenue le porte-parole inconditionnel.

Rien de changé depuis un an, et mon précédent billet concernant ce média qui méconnait les rudiments de tout travail journalistique honnête, et dont il faut quand même rappeler qu’elle est financée par l’argent de tous : http://belgotopia.lalibreblogs.be/archive/2009/11/24/climategate-desinformation-et-politiquement-correct.html

Beaucoup de choses restent à dire sur cette émission dégoulinante de soumission au seul GIEC, mais je m’arrête ici, au risque de vous lasser.

Cela m’a amené aussi à réduire au minimum les liens, mais ceux que je cite dans ce billet me semblent exemplatifs, même si d’autres que moi ont développé certains thèmes bien mieux et plus complètement que moi.

En conclusion, la façon dont ce sujet a été traité disqualifie automatiquement à mes yeux tout autre sujet traité par la RTBF.

Jo Moreau

D’ ACCORD ? PAS D’ ACCORD ?? LAISSEZ-MOI VOTRE COMMENTAIRE !

12:15 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : réchauffement climatique, co2, giec, climat | |  Facebook |

30/07/2014

CLIMAT - PARIS 2015 APPROCHE : OBJECTIF ARNAQUE.

Voici venu le temps des vacances, propice à la paresse. J’en profiterai donc pour mettre au goût du jour quelques billets parus il y a déjà quelques années sur mon blog, et qui me paraissent toujours d’actualité. Celui-ci date de octobre 2009 sous le titre « Copenhague approche : objectif arnaque » . A l’approche de la conférence de Paris 2015 sur le climat, j’ai repris tel quel ce billet, en changeant simplement le nom de la ville. Les arguments sont toujours d‘actualité.

La conférence de Paris sur le réchauffement climatique approche, justifiant tous les emballements médiatiques, politiques et taxatoires.

Le débat climatique a, depuis plusieurs années maintenant, quitté le terrain scientifique pour les domaines politiques et financiers. Il est devenu l’objet de toutes les outrances et de tous les amalgames. Il justifie une modification profonde de la politique industrielle et économique des pays développés, déjà fragilisés par la concurrence discriminatoire des pays émergents. Une partie de ceux-ci vont sans doute profiter d’une distribution généreuse de fonds provenant des contribuables des pays développés, capitaux qui ne seront pas perdus pour tout le monde … (1)

Rappelons d’abord quelques faits qui eux au moins, sont incontestables.

- Le climat est tout, sauf stable. Tout au long de l’histoire de notre planète eurent lieu des modifications climatiques, parfois brutales et souvent catastrophiques.

- Il n’existe AUCUNE preuve scientifique que l’activité humaine soit à l’origine des modifications climatiques.

- Le CO2 représente environ 5% de l’ensemble des gaz à effet de serre, et la part émise par l’homme représente une partie infime de ces 5%. - Il est faux de prétendre qu’il y aurait un consensus de l’ensemble des scientifiques dans le monde, qui aille dans le sens des conclusions du GIEC, organisme onusien à l’origine de l’emballement actuel. Des dizaines de milliers de scientifiques de toutes disciplines, ont émis de sérieuses réserves quant à ces conclusions, quand ils n‘y sont pas totalement opposés. Des conclusions d’ailleurs évolutives dans le temps, et émises au conditionnel…

La presse, surtout européenne et encore plus francophone, s’est précipitée sur les scénarios catastrophistes émis par les adeptes du réchauffement climatique, comme elle s’était précipitée en son temps sur le refroidissement climatique (milieu des années’70), les chutes de météorites, ou tout scénario apocalyptique qu’on met à la mode, et qui fait vendre.

Ces mêmes médias européens ont d’ailleurs observé un black-out total sur toute information ou théorie qui irait à l’encontre, ou qui mettrait simplement en doute ce qui est devenu ce qu’il faut bien appeler la pensée unique et obligatoire.

On en est arrivé à mélanger tout et n’importe quoi dans un gigantesque « melting pot », assimilant des questions fondamentales, qui ne sont pas nécessairement liées les unes aux autres.

- Sommes-nous engagés dans des changements climatiques hors normes ?

- Allons-nous vers un réchauffement ou un refroidissement climatique ?

- Ces modifications sont-elles le fait de l’activité humaine ? Oser mettre en doute un seul de ces points est assimilé à un véritable crime contre l’avenir de l’humanité, au point qu’on qualifie les contestataires de ‘négationnistes’, servant une science ‘d’extrême droite’, et qu’on essaye de discréditer par n’importe quel moyen, alliant les sous-entendus douteux aux allégations mensongères, ou les accusant tout simplement d‘être achetés par les industries pétrolières.

Mais qui profite de cet état de fait ? Tout d’abord une partie du monde scientifique. Il suffit aujourd’hui d’abonder dans le sens du réchauffement climatique d’origine humaine pour voir s’ouvrir la manne financière. Des laboratoires qui, il y a quelques années devaient passer une bonne partie de leur temps à la chasse aux subsides, se voient aujourd’hui dotés de moyens conséquents. En quelques années, le budget global annuel destiné à la climatologie est passé de 170 millions de dollars à plusieurs milliards de dollars.

Le monde politique est évidemment soumis au même matraquage médiatique que l’ensemble de la population, et a trouvé dans le sujet un bon moyen de récolter des voix. Tout d’abord les partis écologistes (bien que certains écolos se soient distancés des conclusions actuelles du GIEC). Les autres partis ont évidemment embrayé sur un sujet très payant électoralement parlant, et aujourd’hui, chacun veut paraître plus vert que vert. La mise en œuvre d’une telle politique justifie également la multiplication de taxes dites « écologiques », affirmées ou déguisées, bénéficiant en outre de l’approbation inespérée d’une partie de la population, et qui tombent à pic dans le climat de crise que nous connaissons actuellement.

Le monde industriel s’est engouffré dans le juteux nouveau marché , par la commercialisation prématurée d’énergies « renouvelables » tels que l’éolien ou le photovoltaïque, qui n’ont technologiquement pas quitté le stade expérimental. Cette mise sur le marché fut facilitée par des subsides, incitations, primes, certificats verts et détaxations diverses supportées par l’ensemble des contribuables, sans lesquelles ces systèmes seraient à l’heure actuelle totalement invendables.

Le lobby nucléaire a bien entendu joué de la peur du CO2, pour promouvoir son énergie dite « propre ».

Le monde financier est en train de profiter largement du système mis en place, notamment via les bourses de « crédits carbone » qui brasseront bientôt des centaines de milliards de dollars, le lancement de fonds « éthiques et responsables », l’investissement dans des entreprises soi-disant écologiques.

Il y a aussi quelques particuliers qui surfent sur la vague -extrêmement rémunératrice pour certains, tels que Al Gore et son business financier-, ou d’autres que je veux croire plus idéalistes comme Yann Arthus Bertrand, Nicolas Hulot ou encore notre Alain Hubert.

Cette addition d’intérêts convergents a pris une telle dimension mondiale que je crains qu’une quelconque marche arrière soit devenue impossible, car elle mettrait en jeu la crédibilité des principaux piliers de nos sociétés : le politique, l’humanitaire et l’industriel. (sans compter une partie du monde scientifique).

Pourtant, je veux malgré tout croire que nos décideurs sont encore capables d’une analyse critique des arguments de chacun, et de s’interroger sur la pertinence des options dans lesquelles nous allons être inexorablement engagés, sur les motivations réelles de ses initiateurs et surtout prendre conscience qu’à l’heure actuelle, contrairement au bourrage de crâne savamment orchestré, il n’y a aucun consensus scientifique au niveau mondial, et que le débat reste ouvert.

L’influence de l’activité humaine sur les changements climatiques n’est absolument pas établie.

Jo Moreau.

(1) Le « Fonds Vert » prévoit le versement de 100 milliards de dollars PAR AN aux gouvernements des pays dits en voie de développement, pour la lutte contre les changements climatiques (?)

D’ACCORD ? PAS D’ACCORD ?? LAISSEZ-MOI VOTRE COMMENTAIRE .

18:17 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, giec, co2, paris 2015, climat | |  Facebook |

24/06/2014

LA PRIMAUTE DU POLITIQUE DANS LES RAPPORTS DU GIEC.

Dans un billet précédent (1), je vous faisais part des remarques désabusées de participants au dernier rapport du GIEC, dénonçant l’influence prépondérante des représentants des gouvernements au détriment des scientifiques dans la rédaction de ce rapport.

Cela n’étonnera personne que les intervenants politiques de la Grande Bretagne, la France, la Belgique et la Norvège figurent parmi les plus actifs pour orienter le rapport dans le sens le plus alarmiste possible (2).

Récemment, Robert Stavins, directeur du programme d’économie environnementale à Harvard et co-coordinating Lead Author du chapitre 13, working group III du AR5 du GIEC, a envoyé une lettre aux co-présidents de son groupe de travail exprimant son désappointement quant aux méthodes ayant abouti à la rédaction du « Résumé pour les décideurs » . Et notamment sur le processus d’approbation du texte par les représentants des gouvernements. (3)

De cette très longue lettre, j’extrais les quelques passages suivants. (traduction « maison » ).

Jo Moreau.

Robert Stavins tient d’abord à bien cibler ses critiques sur le seul chapitre de ce résumé dont il eut la responsabilité. Le rapport scientifique complet du GIEC, qui compte 2000 pages, échappe à l’approbation par les représentants des gouvernements, et ce rapport scientifique conserve toute sa confiance.

(…) Je vous écris aujourd'hui pour vous exprimer ma déception et ma frustration sur le processus et les résultats des réunions à Berlin, qui durèrent cinq longues journées et nuits de discussions, la semaine dernière, au cours desquelles les représentants des gouvernements du monde entier ont en effet, fondamentalement révisé ou rejeté des parties du « Résumé pour les décideurs (SPM) » du Groupe de travail 3 du GIEC.

(…) J'ai eu la responsabilité principale - en coordination avec mon co-auteur principal, le Dr Zou Ji - pour la rédaction du texte de la section SPM.5.2 (Coopération internationale) de la SPM, et je n’implique pas dans cette lettre Zou Ji, pour qui j'ai le plus grand respect et avec qui j'ai apprécié de travailler. Il peut ou non partager les opinions que j'exprime ci-dessous.

(…) Dans cette lettre, je ne ferai aucun commentaire sur l'examen et le processus de révision par les représentants politiques, qui a touché d'autres parties du SPM. Je note toutefois que la semaine avançant, j'ai été surpris par l’ampleur dans laquelle les gouvernements se sont sentis libres de recommander, et parfois imposer des modifications détaillées apportées au texte du SPM inspirées par des considérations politiques, par opposition à des bases scientifiques.

Les motivations générales de la plupart (mais pas de toutes) les délégations participantes ont semblé être tout à fait claires dans les séances plénières. Ces motivations ont été explicitées dans les «groupes de contact», qui se sont réunis à huis clos en petits groupes avec les principaux auteurs. (…) Dans ces groupes de contact, les représentants des gouvernements ont travaillé pour supprimer du texte ce qui pourrait compromettre leurs positions dans les négociations internationales en vertu de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Je comprends parfaitement que les représentants des gouvernements ont cherché à répondre à leurs propres responsabilités envers leurs gouvernements respectifs en défendant les intérêts de leurs pays, mais dans certains cas, cela s'est avéré être un problème pour l'intégrité scientifique du « Résumé pour les décideurs »  du GIEC. Cette interférence avec la démarche scientifique du GIEC a été particulièrement sévère dans la section SPM.5.2 sur la coopération internationale. C'est à cette section de la SPM que je vais maintenant m‘attacher.

(…) Le projet a été envoyé aux gouvernements le 7 Avril par le système des écopublication du GIEC. (…) Quand il est devenu clair que les délégués des pays n'étaient pas disposés à aller de l'avant en séance plénière avec l'examen du texte, il a été créé un groupe de contact destiné à travailler sur un texte acceptable. Un délai de 2 heures a été donné à ce groupe pour arriver à un consensus. Les travaux ont commencé à environ 23h00 (et se sont poursuivis après 01h00 le samedi 12 Avril ). Le groupe de contact était composé de représentants d'un ensemble hétérogène de pays, grands et petits, et catalogués riches ou pauvres. Par conséquent, je ne crois pas que la responsabilité dans les problèmes posés sont attribuables à un pays en particulier ou même à un ensemble de pays. Au contraire, presque tous les délégués à la réunion ont démontré la même approche, à savoir que tout texte considéré comme incompatible avec leurs intérêts et leurs positions dans les négociations multilatérales a été considéré comme inacceptable. En fait, plusieurs (peut-être la majorité) des représentants des pays du groupe de contact de SPM.5.2 ont été identifiés comme les participants dans les négociations de la CCNUCC. Cette position a créé un conflit d'intérêt irréconciliable avec le volet scientifique.

Au cours des deux heures de délibérations du groupe de contact, il est devenu clair que la seule façon dont les représentants des gouvernements réunis approuveraient un texte pour SPM.5.2 , consisterait essentiellement à enlever tout élément «controversé» (soit tout ce qui met mal à l'aise un gouvernement ), ce qui signifiait la suppression de près de 75% du texte initial, y compris de presque toutes les explications et exemples sous les rubriques. Dans plus d'un cas, des exemples ou des phrases spécifiques ont été retirées par la volonté d'un seul pays, car, en vertu des règles du GIEC, la dissidence d'un pays est suffisante pour arrêter le processus d'approbation d’un texte (…). Le processus du GIEC qui en a résulté a privilégié les intérêts politiques en sacrifiant l'intégrité scientifique.

Aucune institution ne peut satisfaire intégralement tout le monde, et cela inclut le GIEC. Dans le cas particulier, il peut y avoir un conflit inévitable entre l'intégrité scientifique et la crédibilité politique. Si le GIEC doit continuer à étudier la problématique de la coopération internationale dans les futurs rapports d'évaluation, il ne faut pas mettre les représentants des pays dans la position inconfortable et fondamentalement intenable de revoir un texte afin de donner leur approbation à l'unanimité. De même, le GIEC ne devrait pas demander aux auteurs à faire du bénévolat en sacrifiant d'énormes parts de leur temps sur des périodes pluriannuelles pour effectuer des travaux qui seront inévitablement rejetés par les gouvernements dans le « Résumé pour les décideurs« .

(…) Il est de la responsabilité des dirigeants du GIEC de transmettre au public (et aux décideurs) les résultats des travaux scientifiques solides que les centaines d'auteurs ontles cinq dernières années, et pas simplement la version limitée du « Résumé pour les décideurs » tel que produit la semaine dernière.

Robert N. Stavins, Albert Pratt Professor of Business & Government, John F. Kennedy School of Government, Harvard University Director, Harvard Environmental Economics Program

(1) http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2014/05/03/le-...  

(2) http://www.dailymail.co.uk/news/article-2592992/Britains-...  

(3) http://www.huffingtonpost.com/robert-stavins/is-the-ipcc-...

17:26 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, giec, co2, climat | |  Facebook |

16/05/2014

CLIMAT : 15 VERITES QUI DERANGENT

 

réchauffement climatique,GIEC,CO2,climat,

 

Le succès du livre a nécessité une ré-édition actualisée, qui vient d’être publiée. J’en rappelle les auteurs :

Anne DEBEIL - Ingénieur civil Chimiste - Ingénieur conseil en sécurité et environnement.

Ludovic DELORY - Licencié en Journalisme - Essayiste et Journaliste.

Samuel FURFARI - Ingénieur civil Chimiste - Docteur en Sciences appliquées - Maître de Conférences à l’Université Libre de Bruxelles.

Drieu GODEFRIDI - Juriste - Docteur en Philosophie - Essayiste.

Henri MASSON - Ingénieur Civil - Docteur en Sciences Appliquées - Professeur émérite à l’Université d’Anvers - Professeur visiteur à la Maastricht School of Management (NL).

Lars MYREN - Ingénieur Civil Chimiste - Ingénieur conseil en sécurité et environnement.

Alain PREAT - Docteur en Géologie - Professeur à l’Université Libre de Bruxelles.

Istvan E MARKO - Docteur en Chimie - Professeur à l’Université Catholique de Louvain - Coordinateur scientifique de l’ouvrage.

Préface de Carlo RIPA di MEANA - Ancien commissaire européen à l’environnement - Ancien ministre italien de l’environnement.

Pour ceux qui ne possèderaient pas encore ce livre incontournable, il peut être commandé via :

http://texquis.com/texquis-essais/22-climat-15-verites-qu...

Ou

http://www.amazon.fr/Climat-15-v%C3%A9rit%C3%A9s-qui-d%C3...

Ou encore en le réservant chez votre libraire préféré.

La nouvelle édition sera fournie d’office.

16:59 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, giec, co2, climat | |  Facebook |

03/05/2014

LE CLIMAT ET LA MANIPULATION POLITIQUE

Depuis sa fondation, les conclusions climatiques du GIEC ont été contestées non seulement de l’extérieur, mais également par des scientifiques membres du panel de cet organisme, dont plusieurs ont choisi de ne plus collaborer (1).

Il est évident que le GIEC ne se contente pas du volet scientifique de l’étude et des effets du réchauffement climatique, mais profitant de son aura d’organisme onusien, tente d’imposer des orientations politiques et économiques aux gouvernements mondiaux. Il n’est pas inutile de rappeler l’objectif qui lui avait été fixé à l’origine : « Mieux comprendre les risques liés au changement climatique d’origine humaine » . Ce cadre bien défini allait orienter tous les travaux qui allaient suivre par la suite, sous la forme de rapports compilant les études conformes à l’objectif fixé, parues dans les revues scientifiques et surtout le « condensé destiné aux décideurs politiques », de plus en plus catastrophiste au fil des années.

L’orientation politique du GIEC a été clairement mise en évidence à plusieurs reprises, notamment par Drieu Godefridi dans son livre « Le GIEC est mort, vive la Science » (2) , ou encore dans le livre édité par un collectif de scientifiques belges « Climat, 15 vérités qui dérangent ».

Le caractère scientiste du GIEC est encore renforcé par les convictions idéologiques d’une partie des scientifiques qui en font partie, car si la Science est neutre, il n’en est évidemment pas de même des scientifiques, qui au même titre que les historiens par exemple, interprètent les phénomènes observés et surtout leurs conséquences en fonction de leur propre conception philosophique ou politique.

"Nous devons présenter des scénarios effrayants, proférer des affirmations simplistes et catastrophiques sans prêter attention aux doutes que nous pourrions avoir. Chacun d'entre nous doit choisir entre l'efficacité et l'honnêteté ". Stephen Schneider (National Center for Atmospheric Research Boulder, Colorado) à Discover Magazine en 1989.

Le dernier rapport du GIEC (AR5) vient de sortir, et les prédictions apocalyptiques qu’il contient nous glacent le sang. « Sécheresses, inondations, maladies, migrations, pénuries alimentaires, risques de conflit, etc. : le deuxième volet du cinquième rapport du groupe intergouvernemental d'experts de l'ONU sur l'évolution du climat (GIEC), publié lundi 31 mars, recense les impacts déjà observables du changement climatique. » (3)

Alors que les signaux liant les activités humaines aux changements climatiques sont de plus en plus ténus, le GIEC semble engagé dans une fuite en avant de plus en plus absurde. Le palier constaté dans le réchauffement global depuis 1998 se prolonge, la mer libre en Arctique se fait attendre, l’augmentation des évènements extrêmes est contestée et leur imputabilité à un réchauffement global mise en doute même par des scientifiques oeuvrant pour le GIEC.

Comment ne pas penser à la phrase célèbre de Georges Mandel en Juin 40 : « De défaite en défaite, nous allons vers la victoire finale ».

Et bien entendu, ce rapport ne nous apporte toujours aucune preuve scientifique de la causalité entre les émissions humaines de CO2 et les changements climatiques …

Notons toutefois que les « scénarios effrayants » dont il est question ci-dessus et qui furent abondamment repris par nos médias, sont extraits du « condensé pour les décideurs », car en fait le rapport complet est plus circonspect sur beaucoup de points.

Récemment, d’autres membres du panel du GIEC ont à leur tour exprimé leur indignation devant les méthodes employées pour aboutir aux conclusions exposées dans le dernier condensé destiné à orienter le monde politique (4).

« J’en tremble encore« . .déclare Giovanni Baiocchi, économiste à l’Université du Maryland, dont les travaux ont servi à la formulation de la synthèse.« Cela aura comme conséquence que des chercheurs remettent en cause leur participation future au processus développé par le GIEC »

Alors que le rapport complet de 2000 pages est principalement rédigé par des scientifiques, le résumé pour décideurs qui compte 33 pages, a été publié le 13 avril dernier après 5 jours de négociations, et résulte d’un consensus politique entre les représentants des gouvernements et de marchandages avec le monde scientifique. Et ce principalement sur les responsabilités à imputer aux uns et aux autres dans le processus des changements climatiques.

Une autre personnalité participant à ces négociations, David Victor, politologue à l’Université de San Diego, déclare qu’une fois encore, la balance a penché nettement en faveur des politiques au détriment des scientifiques. En définitive, des chapitres entiers ont ainsi été retirés de la synthèse.

On peut donc ironiquement affirmer que ce rapport n’est pas « pour les décideurs », mais « par les décideurs »…

Et quand on connaît l’orientation et le coût actuel des politiques industrielle et énergétique qui ont cette synthèse comme base, on peut légitimement en être plus effrayé que par l’avenir climatique qu’on nous promet !

Jo Moreau 

(1) Parmi d’autres : Richard S LINDZEN - PhD - Titulaire chaire météorologie Massachusets Institute of Technologie - ex lead author IPCC 2001 AR3 « En dépit de toute la mise en scène sur le réchauffement climatique, de plus en plus de gens réalisent que statistiquement, les températures moyennes du globe n’ont pas augmenté de façon significative depuis la fin des années 90 »

Yuri IZRAEL - Vice-président du GIEC jusqu‘en 2008- Conseiller scientifique auprès du gouvernement russe -ex vice-président de l’Organisation Météorologique Mondiale - ex director of the Institute of Global Climate and Ecology Russian Academy of Sciences. « Il n’y a aucun lien prouvé entre réchauffement global et activités humaines ».

John CHRISTY - PhD - Climatologue - Professeur de Sciences de l’Atmosphère - Director of the Earth System Science Center university of Alabama - Climatologue de l’Etat d’Alabama - ex rédacteur principal auprès du GIEC (2001) et collaborateur en 1994,1996 et 2007. « Je ne vois pas la preuve évidente que l’activité humaine soit la cause unique du réchauffement climatique. Je vois plutôt l’utilisation aveugle de modèles climatiques ».

Philip LLOYD - Ingénieur chimiste - Research Professor Energy Institute University of Technology Capetown - ex coordinating lead author au GIEC- « La quantité de CO2 que nous produisons est insignifiante au vu des échanges naturels air-eau-sol. Les résumés (du GIEC) ont distordu la science. Le processus est tellement vicié que le résultat équivaut à une fraude ».

Chris FIELD - Professeur de Biologie et Environnement Université de Stanford (USA) - Lead author auprès du GIEC AR4. « Concernant les effets du réchauffement climatique en Afrique repris dans le rapport du GIEC, je ne trouve dans ce rapport aucune preuve de ce qui est avancé » .

Hans OERLEMANS - Glaciologue - Météorologue - Universiteit van Utrecht (NL) ex Director Institute for Marine and Atmospheric Research - Lead Author GIEC AR1 - AR2 - AR3 "La partie du rapport du GIEC consacrée aux glaciers de l'Himalaya n'est pas fiable. Ce n'est pas là une manière de travailler".

Roger PIELKE Sr - PhD - Météorologue - ex Professeur Colorado State University - Contributing Autor IPCC démissionnaire en 1995. "Les modèles n'ont pas démontré leur capacité à prédire les changements climatiques globaux et régionaux".

(2) http://giec-est-mort.com/  

(3) http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/03/31/nouveau-...  

(4) http://news.sciencemag.org/climate/2014/04/scientists-licking-wounds-after-contentious-climate-report-negotiations

 

UNE CONFERENCE EXCEPTIONNELLE A LOUVAIN-LA-NEUVE CE 07 MAI :

réchauffement climatique,climat,CO2,GIEC,AR5,

 

19:24 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, climat, co2, giec, ar5 | |  Facebook |

30/01/2014

PEER REVIEW, CLIMAT ET DEONTOLOGIE

Quatre évangiles sont reconnus et retenus parmi les textes du Nouveau Testament : Matthieu, Marc, Luc et Jean. La Bible est donc le résultat d’une sélection de textes, retenus comme écrits de référence par les communautés chrétiennes, tandis que d‘autres ont été rejetés , notamment les évangiles de Pierre et Thomas. Le principe du « peer reviewed » avait vu le jour…

Quel est le principe de fonctionnement du « peer review », ou révision par les pairs ?

Nous avons déjà pu apprécier à quel point la publication d’un article dans une revue scientifique pratiquant le « peer review » constitue pour certains le sommet, et même la condition absolue pour se voir accorder l’autorisation d’émettre un avis sur un sujet donné (dans notre cas : le réchauffement, pardon, les changements climatiques).

Mais pas dans n’importe quelle publication pratiquant le « peer review »… Pour ces censeurs sourcilleux de la pensée scientifique, encore faut-il que cette revue réponde à certains critères.

Comment cela fonctionne-t-il ? Le scientifique (ou le groupe de scientifiques) soumet son étude à l’éditeur de la revue qu‘il aura choisi (ou à plusieurs d‘entre eux). Celui-ci transmet alors le texte à des évaluateurs, experts dans la matière traitée , qui font partie de son comité de relecture : ce sont les pairs. Le nombre de relecteurs, et les critères qu’ils doivent respecter, varie en fonction de la revue. Cela va de deux experts, départagés par un troisième si leurs avis sont divergents, à l’ensemble des chercheurs de la branche concernée pour certaines autres revues.

Ceux-ci ont pour mission de juger la qualité scientifique de l’article, et la validité méthodologique de la démonstration exposée. En fonction de leur avis, l’article sera alors accepté ou rejeté, quoique l‘éditeur conserve la décision définitive. Il restera à l’auteur heureux à régler la participation financière réclamée par la revue pour la publication de son étude, et à attendre patiemment celle-ci. Car le processus peut prendre de plusieurs mois à plusieurs années.

Alors, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes scientifiques ?

Et bien, beaucoup de scientifiques et non des moindres ne sont pas de cet avis. Un des plus récents n’est autre que Randy Schekman, dernier prix Nobel de Médecine.

Il déclare que son équipe n’enverra plus de document de recherche à Nature, Science ou Cell dans la mesure où ces revues à comité de relecture faussent le processus scientifique, et constituent une tyrannie qui doit être brisée.

Il accuse ces revues de sélectionner les études qu’elles publient, par exemple en fonction du fait que ces articles soit « représentent la bonne science, ou parce qu’ils sont provocateurs ». D’autres chercheurs de son laboratoire émettent un avis semblable, mais reconnaissent que sans ces articles, ils auraient des problèmes pour ouvrir les bonnes portes dans leur carrière future, ou pour l’obtention de crédits de recherche. (1)

Pierre Marage, vice-recteur à l’Université Libre de Bruxelles et Vincent Yzerbyt, son équivalent à l’Université Catholique de Louvain ainsi que Nicolas Tajjedine également de l’UCL ne disent pas autre chose quant à leur importance. « Publier ? c’est ça qui assure les carrières scientifiques. Et à tous les niveaux d’ailleurs. Pour un jeune, publier est essentiel parce que cela lui permet d’enrichir son CV, de poursuivre une carrière, d’être reconnu par ses pairs. Pour quelqu’un de plus expérimenté, c’est le principal critère pour obtenir des financements et faire prospérer son laboratoire.(…)A partir du moment où vous travaillez dans une institution publique, c’est de l’argent de la collectivité dont il est question. Il est donc légitime qu’à un moment donné, les pouvoirs subsidiants puissent contrôler ce qu’il se fait et attendre des résultats. On peut difficilement donner à des chercheurs des masses gigantesques d’argent sans attendre un retour sur investissement. » (2)

On réalise immédiatement la pression qui pèse sur les épaules des chercheurs, et le pouvoir écrasant qui se trouve dans les mains d’un éditeur de revue scientifique.

En fait, qui sont ces « pairs » ?

Dans le « Journal of the Royal Society of Médecine », Richard Smith tente d’apporter une réponse (2), et celle-ci est édifiante. J’en extrais le paragraphe suivant. Ce peut être quelqu’un qui fait exactement le même type de recherche que l‘auteur, et est dans ce cas un concurrent direct. Un expert issu de la même discipline ? Un expert sur la méthodologie ? Ou alors un expert consciencieux, qui vous demandera les données brutes, qui refera les analyses et vérifiera les références pour vous suggérer éventuellement des améliorations sur votre texte ? Inutile de préciser qu’une expertise semblable est extrêmement rare … Nous avons peu de données quant à l’efficacité réelle du processus, mais nous avons la preuve de ses défauts. En plus d'être peu efficace pour la détection de défauts graves et presque inutile pour la détection des fraudes, il est lent, coûteux, distrait le chercheur de son laboratoire, est très subjectif, tient de la loterie, et peut facilement abuser. Vous soumettez une étude pour un journal. Elle entre dans un système qui est en fait une boîte noire, puis une réponse plus ou moins justifiée sort à l'autre extrémité. La boîte noire est comme la roulette, et les profits et pertes peut être grands. Pour un universitaire, une publication dans un journal important comme Nature ou Cell équivaut à toucher le jackpot.

Richard Horton, rédacteur en chef de la revue britannique « The Lancet » , a déclaré de son côté que : « Les éditeurs et les scientifiques insistent sur l'importance cruciale de l'évaluation par les pairs. Nous la dépeignons au public comme si c'était un processus quasi-sacré qui aide à faire de la science notre accès le plus objectif à la vérité. Mais nous savons que le système d'évaluation par les pairs est biaisé, injuste, non fiable, incomplet, facilement truqué, souvent insultant, souvent ignare, parfois bête, et souvent erroné » .

Fichtre …

Le « peer review » n’est pas une garantie contre la manipulation ou la fraude.

Je ne reviendrai pas sur le récent cas « Seralini », dont l’étude sur la toxicité des OGM vient d’être retirée de la revue « Food and Chemical Toxicology ». La controverse qui l’accompagne démontre à suffisance tout l’influence idéologique et politique qui transparait dans la discussion scientifique et risque de la polluer, de quelque bord qu’elle provienne d’ailleurs.

De nombreux cas de fraudes ont eux été clairement établis, et je ne citerai que celle commise par Diederick Stapel, chercheur et professeur à l’Université de Tilburg, qui pendant une dizaine d’années a publié plus de 137 articles dans des revues à relecture, dont 55 au minimum contiennent des données inventées ou falsifiées. (4)

Dans le domaine climatique, que nous a appris le « Climategate » ?

En 2009, la divulgation de mails échangés entre des chercheurs du Climatic Research Unit (CRU), grand pourvoyeur de données au GIEC, a brièvement secoué le monde scientifique avant d’être enfoui dans un silence confortable. Les chercheurs incriminés furent ensuite blanchis par une commission du Parlement britannique.

Quelques phrases relevées dans certains de ces mails :

« Je ne veux voir aucun de ces papiers repris dans le prochain rapport du GIEC. Kevin et moi les écarterons, même si nous devons redéfinir ce qu’est la littérature peer-review. » (5)

« C'est le danger de toujours reprocher aux sceptiques de ne pas publier dans la littérature peer reviewed . De toute évidence, ils ont trouvé une solution à cela : infiltrer un journal. Alors, que faisons-nous à ce sujet? Je pense que nous devons cesser de considérer "Climate Research" comme une revue à prendre en référence. Nous devrions peut-être encourager nos collègues dans le milieu de la recherche climatique à ne plus prendre cette revue en considération. Nous devrions aussi attirer l’attention de nos collègues plus raisonnables qui actuellement siègent au comité de rédaction ... » (6)

« Hans von Storch est en partie à blâmer (pour la publication d’articles sceptiques dans Climate Research). Cela encourage la publication d’inepties scientifiques. Nous devrions prendre contact avec les éditeurs et leur montrer que leur journal est perçu comme faisant de la désinformation. J’emploie le terme ’perçu’, que cela soit vrai ou non c‘est la perception à l‘ extérieur qui compte. Nous devrions pouvoir rassembler un groupe d’environ 50 scientifiques pour signer une telle lettre ». (7)

Dans une autre suite de mails (8), les scientifiques du CRU réagissent à la parution d’un article de McIntyre dans Geophysical Research Letters, oû ils expriment leurs préoccupations au vu des relations du rédacteur en chef du journal James Saiers, avec l’Université de Virginia (et probablement Pat Michaels). « Si Saiers est un sceptique, alors il doit être éjecté via les canaux officiels du Journal. » (Saiers a effectivement été évincé).

Voilà qui doit permettre à chacun de se faire sa propre idée sur les pressions auxquelles sont soumis les éditeurs de journaux à comité de relecture. Et accessoirement sur la déontologie des champions de la Vraie Science du CRU. Et enfin sur l’opportunité de blanchir ces personnages comme l’a fait le Parlement britannique, qui -notons-le - avait à juger ses propres compatriotes agissant au sein de la prestigieuse université East Anglia.

D’autres anomalies …

Le professeur Paul Brookes, professeur agrégé à l’Université de Rochester- Medical Center a prononcé l'évaluation la plus accablante, concentrant ses flèches sur Nature Publishing Group (NPG): «Vous pouvez avoir tous les poids lourds (scientifiques) de votre côté, mais si vous contestez quelque chose qui a paru dans un Journal du NPG, vous aurez à vous battre d’abord pour entr’ouvrir la porte, suivi par une bataille rangée pour obtenir que quelque chose soit publié. NPG n'aime pas quand vous trouvez des erreurs qui auraient échappé à l'examen par les pairs ». Le professeur Brookes avait sous un pseudo, créé un site web : science-fraud.org qui avait pour but de dénoncer des documents suspects dans la littérature scientifique. En six mois, il avait répertorié environ 500 articles, et son site comptait plusieurs milliers de visiteurs quotidiens. Lorsque sa véritable identité fut découverte, des e-mails furent envoyés aux scientifiques concernés pour les inciter à déposer plainte pour diffamation, qualifiant son site comme étant « un site de haine et constituant une menace pour la communauté scientifique (!) ». Cette dénonciation fut également envoyée à ses supérieurs académiques, aux éditeurs qui l’avaient publié ainsi qu’à ses collègues qui auraient aussi pu être des « peer reviewers ». Son site fut fermé à la suite de cette cabale. (9)

« (…)les relecteurs des revues scientifiques ont souvent encouragé des pratiques irrégulières ainsi qu « une incitation à passer sous silence les résultats n'allant pas dans le bon sens ou les expériences n'ayant pas mis en évidence l'effet escompté, comme si cette absence de résultat n'était pas un résultat en soi ! "Il n'était pas rare que les revues plaident fortement en faveur de sujets intéressants, élégants, concis et irrésistibles, sans doute aux dépens de la rigueur scientifique."« (10)

Conclusion

Alors, toutes les revues scientifiques sont-elles à mettre à la poubelle, et tous les relecteurs sont-ils pourris ? Evidemment non, et je m’en voudrais de suivre le même cheminement intellectuel qu’affectionnent les partisans du GIEC à l‘encontre de leurs contradicteurs. J’ai simplement voulu montrer les failles d’un système en définitive très humain, soumis à des pressions en tous genres, intellectuelles ou financières auxquelles il est parfois difficile de résister. Comme aurait pu dire Winston Churchill, c’est un mauvais système mais c’est le moins mauvais de tous. Il appartient aux scientifiques eux-mêmes d’apprécier la manière dont-ils pourraient l’améliorer…

Je voulais aussi souligner le fait que publier dans une revue à comité de relecture ne constitue nullement une garantie de qualité ou de bien-fondé de la théorie présentée -combien de ces articles ne se sont-ils pas révélés obsolètes après un temps plus ou moins long-, et à contrario, que les arguments présentés en-dehors de ce système ne sont certainement pas à rejeter sans plus.

(1) http://www.theguardian.com/science/2013/dec/09/nobel-winn... 

(2) http://www.lalibre.be/actu/belgique/les-dessous-de-la-fra... 

(3) http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1420798/

(4) http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2012/12/09/le-scandale-stapel-ou-comment-un-homme-seul-a-dupe-le-systeme-scientifique/

 

(5) http://consume.free.fr/climategate/1089318616.html

(6) http://consume.free.fr/climategate/1047388489.html

(7) http://consume.free.fr/climategate/1051190249.html

(8) http://consume.free.fr/climategate/1106322460.html

(9) http://www.timeshighereducation.co.uk/features/feature-lets-review-the-peer-review-process/2003180.fullarticle

(10) http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2012/12/09/le-scandale-stapel-ou-comment-un-homme-seul-a-dupe-le-systeme-scientifique/

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS

Jo Moreau

10:36 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : climat, peer review, giec, climategate | |  Facebook |

12/07/2013

LA CLIMATOLOGIE, UNE SCIENCE EXACTE ?

Depuis maintenant de nombreuses années, un groupe de climatologues proches du GIEC -quand ils n’en sont pas les porte-parole- ont réussi à s’imposer (principalement dans le monde francophone), comme interlocuteurs exclusifs des médias et du monde politique pour tout ce qui concerne l’évolution climatique future, déniant aux autres scientifiques toute expertise en ce domaine s‘ils n‘ont pas publié sur ce sujet précis dans des « peer-revue » dûment validées par eux.

Il s’agit d’un véritable hold-up sur un sujet scientifique primordial, le concept de la responsabilité humaine dans l’évolution du climat ayant suscité dans le monde entier des prises de décision politiques, énergétiques et économiques fondamentales engageant des centaines de milliards de dollars, alors que cette théorie n’est basée que sur des corrélations mises en évidence par des modèles informatiques contestés, et qu’aucune preuve scientifique n’a définitivement validée.

Ils appuyent aussi cette prétention sur l’affirmation, exprimée ou sous-entendue, que les 2500 personnes collaborant avec le GIEC seraient climatologues, ce qui est un travestissement outrancier de la réalité car ils n‘y sont en réalité qu‘une toute petite minorité.

Mais qu’est-ce que la climatologie ?

Il s’agit d’une science dont le développement, lié aux craintes exprimées par la médiatisation outrancière des changements climatiques, est assez récent, et qui tente de prévoir le climat à moyenne et longue échéance sur base de l’évolution connue du climat passé, des relevés météorologiques actuels, des extrapolations qu’on peut en tirer, et des études récentes en la matière. Il s’agit donc de déduire des tendances à plus ou moins long terme, par opposition à la météorologie qui définit les prévisions à très court terme.

Le moyen employé est une modélisation informatique, alimentée par différents éléments plus ou moins connus et étudiés, mais les simulations, si chères à de nombreux "climatologues", ne sont pas des preuves, et nous sommes en fait très éloignés d‘une science dite « exacte ».

Quels sont les facteurs qui peuvent influencer le climat ? Notons en vrac :

  • - l’ennuagement.
  • - les jet-streams.
  • - les échanges thermiques océan/atmosphère.
  • - la dynamique des océans.
  • - l’influence des courants océaniques.
  • - les phénomènes EL Nina et El Nino, et les variations cycliques propres à l’Océan Indien.
  • - l’impact de la libération par les océans de certains gaz à effet de serre, comme le CO2 et le méthane.
  • - l’activité solaire, et les différents cycles qui l’influencent.
  • - l’assombrissement global (diminution du rayonnement solaire sur la surface terrestre)
  • - le rayonnement cosmique
  • - le magnétisme planétaire et solaire
  • - le volcanisme terrestre et sous-marin
  • - les variations de l’orbite terrestre
  • - les différents cycles climatiques terrestres, tels que grandes et petites glaciations et déglaciations.
  • - les variations de l’axe de rotation de la Terre
  • - l’étude des interactions des différents gaz atmosphériques
  • - et bien entendu l’éventuel effet de serre.

La liste n’est pas exhaustive, et précisons que l’étude de ces éléments en est encore au stade des balbutiements, et sont dès lors très loins d’être complètement décrits et connus.

Mais alors, les scientifiques qui oeuvrent dans chacun des phénomènes spécifiques influençant le climat, que j’ai cités ci-avant, sont-ils moins aptes que les climatologues à exprimer un avis pertinent ?

Et en définitive, qu’est-ce qu’un "climatologue". Est-il plus compétent qu'un chimiste de l'atmosphère? Un biologiste étudiant les organismes vivant dans les océans et subissant les effets du "changement climatique"? Un géologue examinant les carottages glaciaires ou les couches géologiques ? Un Physicien des ondes? Un astrophysicien spécialiste des rayons cosmiques? Un historien qui étudie les écrits anciens décrivant les variations du climat ? Un mathématicien étudiant la structure des modèles informatiques ?

D’autre part, il apparait que le titre de « climatologue » s’acquiert plus fréquemment par l’expérience acquise « sur le tas » et les centres d‘intérêt affichés, que par un diplôme en bonne et due forme.

On peut définir le climatologue comme étant un généraliste, qui doit s’appuyer sur ces différentes spécialités pour tenter d’en tirer des projections qui ne seront fiables que lorsque toutes ces spécialités scientifiques seront parfaitement étudiées en ce qui concerne leurs effets sur le climat terrestre, ce qui n’est pas pour demain.

Oui, les scientifiques étudiant ces différents thèmes (parmi d’autres) sont dès lors parfaitement qualifiés pour donner leur avis sur l’influence de leur domaine spécifique sur l’évolution du climat. Ces avis sont parfois divergents sur les causes, et même parfois contradictoires ? Il faut accepter et encourager ce débat, qui est la négation d’un consensus quelconque, notion totalement incompatible avec la recherche scientifique .

Il faut aussi considérer que les conséquences et les implications du débat climatique intéressent également la philosophie, l’économie, et bien entendu la politique.

Les climatologues dont nous parlons se basent principalement sur des impressions et des corrélations orientées, qu‘ils présentent comme des certitudes.

Mais ni la croyance ni les sentiments n’ont leur place dans le domaine scientifique.

Jo Moreau.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

réchauffement climatique,changements climatiques,climat,GIEC,IPCC,CO2,Un livre incontournable, qui peut être commandé via

http://texquis.com/texquis-essais/22-climat-15-verites-qu...

Ou http://www.amazon.fr/Climat-15-v%C3%A9rit%C3%A9s-qui-d%C3...

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

16:26 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : réchauffement climatique, changements climatiques, climat, giec, ipcc, co2 | |  Facebook |