Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/10/2010

MAI 68, LE RETOUR ??

Un peu partout en Europe, on assiste à des mouvements sociaux de plus en plus nombreux, et rassemblant de plus en plus de participants. La motivation profonde de certains de ces mouvements échappe toutefois à des analyses rationnelles.

Le meilleur exemple me semble être la récente grève totale des aiguilleurs du ciel en Belgique, dont personne, pas même les syndicats qui d’ailleurs ne cautionnèrent pas cette grève, ne put discerner la raison objective qui la déclencha, car on ne peut retenir le déplacement de deux personnes de Bruxelles à Charleroi (50 Kms) comme une raison valable au blocage du ciel belge…

On a vu aussi, parmi d’autres, l’arrêt des usines Arcelor-Mittal à Liège et à Châtelet, avec toutefois un arrière-plan social plus affirmé, et la grève des chemins de fer « marchandise », aussitôt embrayée « par solidarité (!?) » par certains cheminots. Quoiqu’on soit conscient que cette catégorie de fonctionnaires est toujours prête à démontrer sa solidarité…

Il y a bien sûr la revendication sous-jacente d’augmentation du pouvoir d’achat, mais consciemment ou non, chacun reconnaît que le pouvoir d’achat a vu ses capacités restreintes par de nouveaux besoins inconnus il y a quelques années, tels que l‘informatique, les GSM dont on a fait un produit de mode, les écrans plats, les abonnements pour faire fonctionner tout cela et pas mal d‘autres choses encore.

Mais plus que les revendications matérielles, ce qui transparaît dans tout cela est un sentiment de gigantesque ras-le-bol, devant un avenir de plus en plus bouché.

Ras-le-bol devant l’indifférence d’un monde industriel qui, depuis la mutation du capitalisme en financiérisme, a laissé tomber la population locale en se tournant vers l’exploitation d’un étranger asiatique ou africain bien plus prometteur en profits gigantesques.

Ras-le-bol devant le spectacle de ceux qui loin de subir durement l’évolution du monde et les conséquences de la crise, continuent à s’enrichir d‘une façon qu’il faut bien qualifier d‘indécente, et ceci est un doux euphémisme !

Ras-le-bol devant l’absence de réponse du monde politique, qu’il soit de droite ou de gauche, qui a porté la mondialisation sur les fonts baptismaux et se réfugie aujourd’hui derrière elle pour tenter d’expliquer son impuissance.

Et angoisse d’une large part de nos concitoyens qui craignent de rejoindre ceux, déjà nombreux, qui ne sont plus capables de trouver un logement décent, de se chauffer, ou de payer les factures des produits dont on l’a persuadé qu’ils étaient indispensables à son bonheur, et qui n’ont même plus accès à notre système de soins de santé que-le-monde-nous-envie.

Mais le pire dans la situation actuelle est qu’on a confisqué le rêve et l’espoir à une immense majorité de la population, rêve dans un avenir meilleur, dans la certitude que la vie de nos enfants sera plus douce que la nôtre, rêve dans les progrès de la science et de la civilisation.

Et la confiscation de ces rêves -combinée aux problèmes sociaux qui ne font qu‘amplifier-, pourrait mener à une situation bien plusexplosive et incontrôlable que ce que nous connûmes en mai 68.

Voir aussi :

http://belgotopia.lalibreblogs.be/archive/2009/05/11/euro...

D’ ACCORD ? PAS D’ ACCORD ?? LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE !

Jo Moreau

17:32 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : politique, économie, valeurs, crise, inégalités sociales | |  Facebook |

05/10/2010

LE MECHANT BART LACHE LES GENTILS FRANCOPHONES

Divine surprise : le méchant Bart De Wever n’est pas le sauveur de la Belgique de papa, à la grande déception de ceux qui croyaient encore pouvoir trouver un nouvel emballage (tricolore) à un contenu pratiquement inchangé.

Une nouvelle fois, les francophones ont démontré leur formidable propension à ne rien voir, ne rien entendre et ne rien comprendre à ce qui vient de Flandre. Ils sont brusquement d’accord de tout négocier, à condition de ne garantir aucun changement. Il aurait pourtant suffit de jeter un coup d’œil sur le programme de la NVA, de la liste De Decker ou celui du Vlaams Belang, rassemblant à eux trois environ 50% de l’électorat flamand, sans compter les autonomistes à des degrés divers se retrouvant dans les partis plus traditionnels, pour réaliser le sentiment profond soufflant de l’autre côté de la frontière linguistique : les Flamands nous trouvent bien gentils, mais sont aujourd’hui impatients de nous larguer politiquement, et surtout financièrement. Et un récent sondage montre que les Bruxellois ne sont pas très éloignés d’un sentiment identique.

Que cela soit injuste, triste, révoltant, tout ce que vous voulez, n’a aucune importance dans ce débat : seule compte la réalité des choses.

Et là, nos politiciens ont démontré depuis de nombreuses années leur incapacité fondamentale à gouverner, ce qui, chacun le sait, signifie prévoir.

La démarche du MR me semble la meilleure : que voulons-nous encore gérer ensemble, dans la mesure où le séparatisme pur et simple semble soulever des difficultés légales pratiquement insurmontables dans le cadre international actuel. (Sans toutefois que je sois convaincu de leur capacité à négocier un accord de cette envergure).

L’unique solution consiste en un modèle confédéral, soit un pays composé de régions-états disposant d’une large autonomie, où seules quelques compétences sont laissées à l’Etat central Belgique, telles que la politique étrangère, la défense, la banque centrale aussi chargée de la gestion de la dette, un tronc commun minimum de sécurité sociale et quelques coquilles indispensables au niveau international.

Cela est la seule voie possible, et il faut vraiment être aveugle pour le nier. Je défends (parmi d’autres) cette issue depuis longtemps maintenant, et le monde politique francophone a eu à plusieurs reprises la possibilité de reprendre l’initiative en défendant cette thèse, mais il a malheureusement loupé cette occasion comme il en a loupé beaucoup d’autres. Evidemment, remettre en question la gestion (ou plutôt l’a-gestion) d’une Wallonie accrochée à un système réactionnaire dépendant des largesses de tiers risquait de déstabiliser un système de baronnies installé depuis des décennies.

Même si un accord miraculeux devait voir le jour, il est évident qu’il ne sera que transitoire s’il persiste à ne pas prendre en compte cette volonté flamande d’autonomie. Et aussitôt conclu, cet accord communautaire bancal sera remis en question. Ne pas le discerner est criminel pour le pays en général et pour la communauté francophone en particulier.

Pourtant, l’autonomie serait un électrochoc nécessaire pour la Wallonie, à condition d’avoir un cadre politique à même de concevoir un avenir dans cette perspective, et dont la première tâche serait de mettre un terme aux dépenses faramineuses englouties par une administration pléthorique, et des subventions tous azimuts en faveur de structures aux objectifs plus que fumeux.

Et là, de quelque côté que l’on regarde, ce n’est pas gagné…

Autres billets similaires dans la catégorie ’institutionnel’.

D’ ACCORD ? PAS D’ ACCORD ?? LAISSEZ-MOI VOTRE COMMENTAIRE !

Jo Moreau

18:49 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : politique, fédéralisme, dialogue communautaire, confédération | |  Facebook |

16/09/2010

CONSENSUS CLIMATIQUE, DISIEZ-VOUS (15)

Suite n°15

Mon seul but par ce genre de billet : démontrer par des déclarations de scientifiques dits « sceptiques », que le prétendu consensus vanté par certains sur le réchauffement climatique n‘existe pas.

- « Il n’existe aucune preuve que le CO2 soit à l’origine d’un quelconque changement climatique. Par conséquent, se soucier du CO2 n’est pas pertinent ». Piers Corbyn - Astrophysicien - Météorologue.

- « Il y a un lien net entre le magnétisme terrestre et l’évolution du climat(…) Les données utilisées par le GIEC doivent faire l’objet d’une analyse critique ». Vincent Courtillot - Géophysicien - Professeur Université Paris Vll - Directeur de l’Institut de Physique du Globe (F).

- « Après avoir réétudié le problème, j’ai modifié mon point de vue sur l’origine humaine des changements climatiques. Il n’est pas possible que le CO2 anthropique soit à l’origine de ceux-ci ». William McClenney - Géologue - ex vérificateur de l’Environnement - Victoria (AUS).

- « L’atmosphère est un système très complexe. Je suis sceptique quant à l’origine humaine sur les changements climatiques, et je suis impressionné par le nombre de collègues qui doutent également de cette origine ». Frederic Wolf - Professeur de Météorologie et Climatologie - Keen State College New Hampshire (USA)

- « Le plafonnement des émissions humaines de CO2 n’aura aucun effet sur le climat. Son seul effet sera une augmentation du chômage en Europe ». Benny Peiser - Faculté des Sciences - John Moores University (GB)

- « Dans le cadre d’une étude sur 2000 ans, le réchauffement climatique récent est conforme à la tendance naturelle, semblable à la période de réchauffement médiéval ». Craig Loehle - Docteur en Ecologie Mathématique - National Council for Air and Stream.

- « Les données récentes montrent que le rapport entre la fraction atmosphérique de CO2 et la fraction émise par les activités humaines est restée approximativement stable depuis 1850 ». Wolfgang Knorr - Professeur au Département des Sciences de la Terre - Bristol University (UK)

- « Le réchauffement climatique n’est pas la cause de la disparition des récifs coralliens ». Gary D. Sharp - PhD - Biologiste marin - Directeur scientifique du Center for Climate/Ocean Resources Study.

- « L’atmosphère de la planète Mars se réchauffe pour des causes assez proches que celles qu’on connaît sur Terre, dont la fonte des calottes glaciaires ». Lauri Fenton - Ames Research Center (NASA) (USA)

- « La méthode d’étude du GIEC est déficiente à la racine. Contrairement à ce qu’affirme le GIEC, il n’y a à ce jour aucune preuve définitive que le réchauffement actuel soit principalement dû à l’effet de serre ». Syun Ichi Akasofu - PhD - Ex-directeur de l’International Arctic Research Center - University of Fairbanks (Alaska USA) - professeur émérite de Géophysique.

- « Le réchauffement global créé par l’homme n’est qu’une hypothèse parmi d’autres (…) La question climatique est trop complexe pour que lui soit appliquée une réponse définitive ». Jean-Louis Le Mouël - Géophysicien - Physicien émérite à l’Institut de Physique du Globe - ex-Président de la Société Géologique de France.

A suivre.

Voir les 14 listes précédentes dans la catégorie « CLIMAT ».

Jo Moreau

17:17 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : climat, réchauffement, politique, giec, copenhague, co2 | |  Facebook |

09/09/2010

LA RTBF OU LA DESINFORMATION CLIMATIQUE MAJUSCULE

Je viens de regarder l’émission sur le climat concoctée ce 08 septembre par notre grand média de sévice public , et je suis encore révolté par la volonté de disqualifier de la façon la plus abjecte non seulement les scientifiques, mais avec eux tous ceux qui ne partagent pas aveuglément les thèses officielles du GIEC.

Alors que cette émission était annoncée comme présentant les thèses des tenants et des opposants de l’impact des activités humaines sur les changements climatiques, nous eûmes droit à une succession de courtes interventions enregistrées des intervenants, sans débat aucun. Mais le pire était à venir : les ¾ du temps de l’émission servirent à tenter de disqualifier parfois de façon carrément diffamatoire ceux qui apportent d’autres hypothèses aux modifications climatiques. En un mot : si vous osez contester le point de vue officiel du GIEC, c’est que vous êtes en faveur du tabagisme. (lol)

Mais revenons au début de l’émission, qui s’annonce prometteur. Intervenants en faveur du GIEC : Monsieur Van Ypersele de Strihou -qui en est le vice-président- (Climatologue) - et Monsieur André Berger, (Mathématicien) - tous deux membres de l’Institut d’Astronomie et de Géophysique de l’UCL (Université Catholique de Louvain-La-Neuve). L’autre camp sera représenté par Monsieur Vincent Courtillot (Géophysicien - Professeur à l’Université de Paris Vll - Directeur de l’Institut de Physique du Globe ) et Monsieur Laurent Cabrol, ancien présentateur Météo à la Télévision française.

Le premier sujet abordé porte sur l’augmentation éventuelle des évènements météorologiques extrêmes.

Alors que Monsieur Berger lui-même déclare que dans l’état actuel des recherches, on ne peut établir un lien certain avec le réchauffement climatique, le présentateur déclare : « on ne peut départager les tenants des changements climatiques des climato-sceptiques ». Le ton est immédiatement donné, et la Grande Confusion insinuée : on mélange la réalité de l’existence des changements climatiques avec la cause présumée de ceux-ci. Le réflexe de Pavlov va jouer : dès qu’on parle de changement climatique, il est évident que la cause ne peut qu’être les activités humaines. Et cette confusion se base sur le fait que certains sembleraient établir que le climat est quelque chose d’immuablement stable, seulement troublé ces dernières années par les activités humaines et les émissions de CO2.

Mais ô miracle, Monsieur Van Ypersele de Strihou reconnaît que les émissions humaines de CO2 ne représentent qu’environ 5% de la totalité de ce gaz à effet de serre, et conclut de façon réellement étonnante que la nature qui émet les 95 % restants, recycle celui-ci, sous-entendu qu’elle serait incapable de recycler également ces malheureux 5%… (Et comme d’habitude, le fait que l’ensemble du CO2 atmosphérique ne représente qu’une petite partie des gaz à effet de serre est escamoté, mais soit).

Dès ce préambule, Monsieur Berger met immédiatement les choses au point : les climato-sceptiques ne sont dans leur ensemble que des manipulateurs. A bon entendeur…

Vient ensuite une séquence consacrée à la fonte des glaciers et à la montée des océans, avec des conclusions qui ne verront aucune hypothèse autre que l’officielle. On y répète inlassablement qu’on n’a jamais vu historiquement de modifications aussi rapides, ce qui est évidemment faux et en contradiction avec par exemple les seules variations de la Mer du Nord dans le haut Moyen Age (transgressions marines Dunkerque ll ou lll) , ou des données établies par le CNRS, pourtant peu coupable de manipulation (voir notamment http://www.insu.cnrs.fr/a2622,climat-bascule-facon-extrem...

Monsieur Courtillot est ensuite accusé sans nuances de fraude caractérisée, sans aucune possibilité pour lui de se défendre ou de présenter ses arguments. Le voici donc définitivement disqualifié.

Une brave américaine nous déclare ensuite sans rire qu’aux USA, seuls 3 ou 4 scientifiques sérieux s’opposent aux thèses du GIEC, affirmation pour le moins interpelante pour qui veut bien lire au minimum mes billets « consensus climatique … », et qui démontre la volonté de tromper l‘opinion publique.

Vient ensuite une longue disgression sur le « Climategate« , qui est réduit à 2 mails controversés, alors que ceux qui s’intéressent un peu à ce problème savent pertinemment que ce sont 1500 mails qui ont été publiés, dont des dizaines ont ensuite été soigneusement occultés, mais évidemment cela demanderait un travail journalistique d’investigation manifestement hors de portée de notre réalisateur, ou plus exactement une recherche qu’il n’a pas envie de faire.

Je pense notamment à ces mails qui menacent de retirer du pannel des revues sélectionnées par le GIEC, celles qui publieraient encore des articles opposés aux thèses de celui-ci.

Je passe sur d’autres données clairement inexactes concernant ce qui reste un véritable scandale, pour en arriver à la conclusion que le « Climategate » fut concocté, peut-être par les services secrets (ben tiens), pour torpiller la conférence de Copenhague. Rappelons que ces mails furent divulgués par Wikileaks, qui en d’autres circonstances, bénéficie pourtant d’un grand écho et de la grande bienveillance de nos médias, lorsqu‘il diffuse des éléments conformes à l’idéologie de ceux-ci.

Alors qu’il a été montré que certaines conclusions du dernier rapport du GIEC sont tirées telles quelles de revues écologiques militantes, les erreurs sont ramenées à une faute de frappe… Consternant.

L’émission est parsemée d’une multitude d’autres affirmations fausses ou biaisées, notamment sur le rôle de Georges W. Bush (l’affreux valet des pétroliers) qui a refusé de signer les accords de Kyoto, alors qu’il n’avait aucun pouvoir de le faire sans l’aval du Congrès.

Vient enfin la longue conclusion finale et sans appel de cette triste pantalonnade : les climato-sceptiques ne sont que des gens corrompus et payés grassement par l’industrie pétrolière. Ces climato-sceptiques sont d’ailleurs représentés dans l’émission par un scientifique américain dont on cite d’autres conclusions sujettes à caution mais hors-propos, et qui sert d’épouvantail bien commode pour discréditer tous les autres. Une manipulation bien dans les habitudes de notre RTBF. On oublie d’ailleurs de mentionner les enjeux financiers des alliés du GIEC, voir notamment : http://belgotopia.lalibreblogs.be/archive/2009/10/13/al-g...

Et les magouilles probables du président du GIEC : http://belgotopia.lalibreblogs.be/archive/2010/02/04/pach...

Car à abaisser le débat au niveau des égouts, on risque d’y retrouver beaucoup de monde.

Je ne crains pas de qualifier cette émission scandaleusement tendancieuse, de nouvelle manipulation de l’opinion publique par notre RTBF , destinée à remettre impérativement nos populations dans le droit chemin de l’Eglise de Climatologie, dont il se confirme qu’elle en est devenue le porte-parole inconditionnel.

Rien de changé depuis un an, et mon précédent billet concernant ce média qui méconnait les rudiments de tout travail journalistique honnête, et dont il faut quand même rappeler qu’elle est financée par l’argent de tous : http://belgotopia.lalibreblogs.be/archive/2009/11/24/clim...

Beaucoup de choses restent à dire sur cette émission dégoulinante de soumission au seul GIEC, mais je m’arrête ici, au risque de vous lasser.

Cela m’a amené aussi à réduire au minimum les liens, mais ceux que je cite dans ce billet me semblent exemplatifs, même si d’autres ont développé certains thèmes bien mieux et plus complètement que moi.

En conclusion, la façon dont ce sujet a été traité disqualifie automatiquement à mes yeux tout autre sujet traité par la RTBF.

D’ ACCORD ? PAS D’ ACCORD ?? LAISSEZ-MOI VOTRE COMMENTAIRE !

Jo Moreau

11:08 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (44) | Tags : climat, réchauffement, politique, giec, journalisme | |  Facebook |

01/09/2010

LA TECHNIQUE DES PETITS PAS

« Ce qui passe a été et sera, et passe du prétérit au futur par un présent imperceptible » Fénélon.

Il est toujours intéressant de se référer à l’Histoire, qui permet parfois (et même souvent) de décrypter le déroulement d’évènements récents, car tout compte fait, il n‘existe pas un nombre illimité de moyens d‘arriver à ses fins.

Sans remonter à Mathusalem, il est passionnant de se remémorer le déroulement de la crise tchécoslovaque, dans l’immédiate avant-guerre, et la façon dont le Chancelier Hitler parvint à imposer sa volonté à une coalition de dirigeants européens assoiffés de compromis.

Qu’est-ce que la Tchécoslovaquie en 1938 ? Un pays formé principalement de deux nations qui furent longtemps séparées, augmentées de nombreuses minorités dont trois millions de germanophones, les Allemands des Sudètes, appelés plus simplement les Sudètes. Dans un premier temps, soit les années 20 et le début des années 30, ceux-ci, tout en réclamant leur rattachement à l’Allemagne, se répartissaient dans l’éventail des partis de l’époque, sociaux-démocrates, sociaux-chrétiens, communistes etc…

Puis survint en Allemagne l’émergence du parti national-socialiste, instrument de la politique expansionniste de Hitler. Dès 1933 se créa un parti frère dans les Sudètes, qui recueilli de plus en plus de voix au fil des élections, pour triompher lors des élections de 1938, où le parti Nazi recueilli plus de 97% des suffrages.

En 1938, nous sortons de l’Anschluss, imposé à une population autrichienne largement consentante malgré l’opposition vite réprimée d’une fraction de la classe politique, et sans réaction notable des puissances européennes.

Vint alors la technique des « petits pas », menée de main de maître par Hitler et son allié sudète, Conrad Henlein. A chaque concession du gouvernement tchécoslovaque répondait de nouvelles exigences allemandes, rendant impossible tout accord.

Par la voix de Henlein (au congrès de Breslau) , l’Allemagne exigea d’abord l’autonomie territoriale et ethnique des Sudètes, ce qui fut dans un premier temps repoussé par le gouvernement tchécoslovaque qui se montrait toutefois disposé à des concessions.

En septembre, devant l’aggravation de la situation, et vivement influencé par la Grande-Bretagne et la France, le gouvernement tchèque fit des contre-propositions à Henlein que celui-ci, pressé par Berlin, refusa en élargissant ses exigences.

Ainsi, peu à peu, chaque fois que Prague acceptait de lâcher du lest, les nazis présentait de nouvelles exigences chaque fois plus étendues. Hitler s’impatientait et Chamberlain, Premier britannique, fit deux voyages successifs en Allemagne en vue d’éviter le pire. Nous en arrivâmes ainsi à la conférence de Munich, de sinistre mémoire, entre l’Allemagne, l’Italie, la Grande-Bretagne et la France, en l’absence du principal intéressé, la Tchécoslovaquie, à qui on imposa la cession pure et simple du territoire des Sudètes au troisième Reich en échange de garanties franco-britanniques. Mais là n’était pas le but ultime de l’Allemagne, qui sous le couvert des tendances séparatistes de la Slovaquie qu’elle manoeuvrait en sous-main, finit par annexer militairement l’ensemble du territoire tchécoslovaque sans provoquer aucune réaction.

Dans la crise tchécoslovaque comme dans d’autres crises d’avant-guerre, la tactique des petits pas, voulant qu’à chaque concession réponde de nouvelles exigences, permit à Hitler d’accomplir sa volonté politique sans tirer un coup de fusil. Et lorsque la guerre éclata, c’est encore lui qui en écrivit le scénario.

Les puissances européennes qui n’avaient pas pu -ou pas voulu- discerner le but ultime du Chancelier du Reich, furent en définitive les victimes de sa grande manipulation.

A vous d’établir des parallèles avec des situations existantes, ou ayant existé, ce qui ne sera pas difficile car la technique démontre chaque jour son efficacité …

N’ HESITEZ PAS A LAISSER VOTRE COMMENTAIRE.

Jo Moreau

19:17 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : politique, fédéralisme, dialogue communautaire, international | |  Facebook |

18/07/2010

AMNISTIE OU PARDON ?

Numériser0003.jpg Des dépêches d’agence impliquent le pré-formateur Elio di Rupo dans un processus d’amnistie pour les collaborateurs condamnés après la libération.

Cela me paraît tout d’abord une interprétation très exagérée. A ma connaissance le vice-premier a simplement pris l’opinion du psychiatre Van Meerbeeck, favorable lui à une telle mesure qui favoriserait -dit-il- une réconciliation entre tous les Belges. Mais la manipulation ou la distorsion de l’information par les médias ou par des commentateurs divers n’est pas un fait nouveau.

Contrairement à la Wallonie, la question est surtout sensible du côté flamand, ce point ayant toujours été une revendication des mouvements nationalistes du nord du pays (et ce dès après la première guerre mondiale). Non pas qu’objectivement la collaboration ait été plus intense en Flandre qu’en Wallonie, le nombre de condamnations pour faits de collaboration étant proportionnellement équivalente pour chaque communauté, mais elle fut pour certains d’un autre ordre. Les collaborateurs flamands ont été pour une partie, convaincus que le régime nazi serait le vecteur d’un autre avenir pour une Flandre en-dehors de la Belgique, soit au sein du Reich, soit dans une indépendance musclée.

Ce en quoi ils devaient en définitive être bien déçus, mais pas découragés !

Mais que ce soit dans le Nord ou le Sud du pays, il y eut la masse de dénonciateurs, des assassins, des profiteurs, des traîtres à leur pays qui n’hésitèrent pas à porter l’uniforme de l’ennemi, alors qu’aucun traité de paix n’était signé. Et puis tous ceux qui adhérèrent avec enthousiasme à une idéologie dont le caractère criminel ne pouvait échapper à personne.

Une grande partie d’entre eux s’échappèrent du pays en 1944, la plupart en Amérique du Sud où ils fondèrent de véritables communautés, notamment en Argentine, où eux ou leurs descendants perpétuent encore aujourd‘hui le souvenir de leurs exploits, comme cela existe chez nous également.

Alors, quand on me parle de « réconciliation entre les Belges » en faveur de ceux qui n’avaient -et n’ont toujours- de cesse de hurler « België barst  » (que la Belgique crève) me ferait doucement rigoler, si ce n‘était si triste…

Quand je vois des milliers de spectateurs de courses cyclistes agiter en toute innocence des drapeaux flamingants qui leur ont été distribués par des représentants de mouvements extrémistes dirigés par des nostalgiques de la croix gammée, je suis révolté. (Malgré une certaine ressemblance, il ne s’agit en effet pas du drapeau de la Région flamande).

Le pardon ? Pourquoi pas, au cas par cas, pour celui qui le demande et qui est conscient de s’être trompé.

L’effacement de certaines conséquences pour les descendants ? A examiner, mais des indemnités quelconques pour quelque raison que ce soit sont à exclure.

L’amnistie ? J’aurais l’impression d’inverser les rôles, et que nous reconnaîtrions une injustice à l’égard de ces dévoyés. Je ne conçois pas d’amnistie généralisée, qui bénéficierait surtout à ceux qui n’ont en rien renié leur idéologie.

Qu’ils soient Flamands ou Wallons.

Certains faits particulièrement graves ne peuvent être passés par pertes et profits, et chacun doit être conscient que certains choix ont des conséquences irréversibles. Cela était vrai hier, et ce doit encore l’être aujourd’hui.

2006780565[1].jpg

D’ ACCORD ? PAS D’ ACCORD ?? LAISSEZ-MOI VOTRE COMMENTAIRE !

Jo Moreau.

16:08 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : politique, culture, valeurs | |  Facebook |

29/06/2010

CONSENSUS CLIMATIQUE, DISIEZ-VOUS (14)

Suite n° 14

- « Après avoir obtenu les données brutes utilisées par le GIEC (pour le calcul des courbes de température) je suis choqué par ce travail bâclé ».Peter Webster - PhD - Météorologue - Professeur Ecole des Sciences terrestres et atmosphériques - Georgia Institute of Technology (USA).

- « Les recherches sur le climat ont été influencées par la politisation, comme aucune autre branche scientifique ».Hans Von Storch - Climatologue - Professeur au Meteorogical Institute - Université de Hambourg(D)

- « Les scientifiques devraient pouvoir se détacher de leurs théories et les réviser au vu des nouvelles découvertes. La recherche (climatique) doit être basée sur des certitudes, et non sur des croyances ». Reinhard Hüttl - PhD - Directeur du German Research Center for Geosciences - Potsdam (D)

- « Les deltas des principaux fleuves mondiaux s’enfoncent d’eux-mêmes plus rapidement que la mer ne monte ». James Syvitski - PhD - Géologue - University of Colorado.

- « Le travail (du GIEC) a été trop politisé pour que la communauté paléoclimatique puisse réévaluer ses positions publiques sans perdre sa crédibilité ». Edward Wegman - PhD - Professeur de sciences statistiques - George Mason University (USA).

- « Le rayonnement solaire a bien un rôle important dans les changements climatiques ». Eigil Friis-Christensen - PhD - Physicien - Directeur du Danish National Space Center.

- « Il est difficile d’évaluer l’impact du réchauffement climatique sur le nombre et la force des cyclones, ceux-ci étant soumis à une oscillation naturelle tous les 20 à 30 ans ». Michel Desbois - Directeur de recherches - Laboratoire de Météorologie du CNRS (F).

- « On peut identifier une grande corrélation entre les taches solaires, l’activité magnétique du soleil et leur influence sur le champ magnétique terrestre, et les anomalies climatiques ». Robert Baker - PhD - Professeur agrégé Sciences Environnementales - University of New England (AUS)

-  « On ne peut lier la tendance à l’aggravation des cyclones au réchauffement climatique. La série est bien trop courte pour généraliser ». Kerry Emanuel - Climatologue - Professeur de météorologie - Massachusetts Institute of Technologie (USA).

- « Bien sûr qu’il y a un réchauffement climatique, et ceci depuis la fin du mini-âge glaciaire qui s’est terminé au XIXe siècle ». Reid Bryson - Géologue - Météorologue - Sciences de l’atmosphère - Professeur émérite Université du Wisconsin (USA)

- « J’ai entendu des histoires scandaleuses de la part de collègues qui ont essayé de faire publier des thèses en désaccord avec les vues du GIEC. Il y avait un comportement totalement contraire à l’éthique de la part de certains éditeurs ». William Briggs - Statisticien climatique - American Meteorological Society - Probability Statistics Committee.

- « Il subsiste des incohérences importantes entre les températures relevées au niveau du sol ou au niveau océanique, et les enregistrements par satellites. Philip J. Klotzbach - PhD - Dept Sciences Atmosphériques Colorado State University. (USA)

A suivre

Voir les 13 précédents billets dans la catégorie « climat ».

Jo Moreau

16:06 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : climat, réchauffement, politique, giec, copenhague | |  Facebook |

25/05/2010

CONSENSUS CLIMATIQUE, DISIEZ-VOUS (13)

Suite n°13

- « Rien n’établit que le CO2 soit la cause d’un réchauffement climatique. La plupart des changements climatiques sont le fait de variations naturelles » . George Taylor - Météorologue - Collège des Sciences Océaniques et Atmosphériques Université d’Oregon - ex-président de l’Association Américaine des Climatologues d’états.

- « La menace présumée des prétendues armes de destructions massives de Saddam Hussein a eu d’importantes conséquences géopolitiques. Prenons garde que ceux qui cherchent à amplifier les risques liés aux changements climatiques ne nous conduisent à des conséquences similaires ». Mike Hulme - Professeur de Sciences environnementales East Anglia University (GB)- ex directeur du Tyndall Centre for Climate Change Research.

- « Il n’existe aucune preuve de l’influence du CO2 dans le processus climatique ». Jarl R. Ahlbeck - PhD - Professeur associé de Technologie Environnementale Abo Akademi University (Finland) - ex membre de Greenpeace.

- « Les orientations prises quant au réchauffement climatique ne seront pas décidées sur des bases scientifiques, mais sur base d’intérêts politiques et économiques ». Benny Peiser - Professeur d’Anthropologie Sociale - Faculté des Sciences Liverpool John Moores University (GB).

- « Toutes les périodes glaciaires ont commencé par une élévation de la température globale. Le récent réchauffement est naturel et précède un nouvel âge glaciaire ». George Kukla - Paléoclimatologue - Professeur émérite de Climatologie Columbia University - Chercheur au Lamont-Doherty Earth Observatory (USA).

- « Malheureusement, la climatologie est devenue une idéologie. Il est tragique de constater que certains scientifiques -peut-être bien intentionnés- ont attisé une frénésie mondiale sur un phénomène pour le moins douteux (l’influence humaine sur les changements climatiques) ». Robert H. Austin - PhD - Physicien - Professeur Princeton University (USA).

- « Les éléments qui influencent le climat sur le long terme ne sont pas connus avec assez d’exactitude que pour déduire (l’origine) d’éventuels changements climatiques ». Jack Barrett - PhD - Professeur au King’s College London.

- « On prétend que le réchauffement climatique de ces 100 dernières années est dû aux gaz à effet de serre d’origine humaine, avec une certitude de 90% . J’en suis très surpris, sachant que les modèles utilisés sont hautement incertains ». Ben Herman - PhD - Directeur de l’Institut de Physique Atmosphérique - Université de l’Arizona (USA).

- «Pour ce qui concerne le réchauffement climatique, je suis préoccupé par le fait que nous sommes passés d’un manque total de précautions à une panique irrationnelle, et que nous prenons des décisions basées sur la peur plutôt que sur des bases scientifiques ». Daniel B. Botkin - PhD - Biologiste - Professeur d’Ecologie et de Biologie Marine University of California (Santa Barbara) - Professeur de Biologie George Mason University.

- « On peut relever la concordance historique entre l’activité solaire et le climat de la Terre ». Douglas V. Hoyt - Climatologue - Physique du Soleil.

- « Il apparaît que les résultats des modèles climatiques sont en désaccord avec les températures observées dans la troposphère ». David H. Douglass - PhD - Département de Physique et Astronomie - Université de Rochester (USA)

A suivre.

Voir les 12 précédents billets dans la catégorie « climat ».

Jo Moreau

18:48 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : climat, réchauffement, politique, giec, consensus, co2 | |  Facebook |

17/05/2010

QUELQUES ACTUALITES PARALLELES 15/05/2010

Quelques faits d’actualité récente qui m’ont interpellé à un titre ou un autre, et qui n’ont pas ou peu reçu d’écho dans nos médias nationaux.

- LIBAN - Hassan Nasrollah, secrétaire général du Hezbollah, déclare que son mouvement se réserve le droit d’utiliser n’importe quel type d’arme pour lutter contre les USA et la politique de terreur d’Israël. (IRNA 02.05.2010)

- AFRIQUE DU SUD - La police sud-africaine découvre 2,5 tonnes d’explosifs dans une maison de Johannesburg. (Chine Nouvelle 02.05.2010)

- IRAN - La commission islamique des droits de l’homme condamne l’interdiction de la burqa en Belgique. Cette loi est contraire au droit international et démontre le sentiment anti-musulman en Belgique. (IRNA 05.05.2010)

- NEW-YORK - Le président iranien Ahmadinejab a rencontré des membres de la communauté juive antisioniste. Ceux-ci ont apprécié le soutien du président iranien. (IRNA 05.05.2010)

- PALESTINE - L’Autorité Palestinienne va édicter une loi qui interdit à tout Palestinien de travailler dans les colonies juives, sous peine d’une amende de 14.000 $ ou 5 ans de prison. (France 24 - 05.05.2010)

- PAKISTAN - Le Pakistan a effectué l’essai de 2 missiles pouvant être équipés de têtes nucléaires ou conventionnelles. (IRNA 08.05.2010)

- CHINE - Xie Zhenhua, vice-ministre chinois, a réitéré la responsabilité des pays industrialisés dans le réchauffement climatique. Les pays en voie de développement commencent seulement à s’industrialiser et il serait injuste de limiter leur développement. (Chine Nouvelle 08.05.2010)

- GAZA - Le Hamas a accusé l’Egypte de torturer des Palestiniens détenus sur son territoire. Le porte-parole du mouvement a déclaré que la situation des détenus dans les prisons égyptiennes est catastrophique, et font l’objet de tortures horribles. (Guysen News 12.05.2010)

- CHINE - Nouvelle attaque au couteau dans une école chinoise : 6 enfants et 1 instituteur tués et 20 blessés dans une école maternelle du Shaanxi. Il s’agit de la 5e attaque de ce type en un mois et demi. (France24 - 12.05.2010)

- COREE DU NORD - La Corée du Nord déclare avoir obtenu des succès notables en matière de fusion thermonucléaire. Les Nords-Coréens sont proches de la création d’une bombe thermonucléaire. (RIA Novosti 12.05.2010)

- RUSSIE - La Russie va assouplir ses lois sur l’immigration pour les visiteurs « intelligents ». Attirer les scientifiques étrangers est une condition cruciale, a indiqué Monsieur Medvedev. (Ria Novosti 14.05.2010)

- RUSSIE - La Russie crée de nouvelles armes capables de parer une attaque venant de l’espace. Le ciel de Moscou sera protégé par les systèmes S-400 Triumph. (Ria Novosti 15.05.2010)

Autres billets similaires dans la catégorie « International ».

Aldebaran.

16:30 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, actualité, international, presse | |  Facebook |

06/05/2010

QUELQUES ACTUALITES PARALLELES 01/05/2010

Quelques faits d’actualité récente qui m’ont interpellé à un titre ou un autre, et qui n’ont pas ou peu reçu d’écho dans nos médias nationaux.

- GRANDE BRETAGNE - Le Conseil Musulman de Grande Bretagne invite les deux millions de musulmans du pays à utiliser leur droit de vote pour infléchir la politique dans un sens plus favorable aux musulmans. (IRNA 16.04.2010)

- COREE DU SUD - Le naufrage du navire sud-coréen en Mer Jaune a probablement été causé par une explosion extérieure au navire, déclare un expert après une première inspection de l’épave. (France 24 - 16.04.2010)

- IRAN - Le ministre des affaires étrangères de l’émirat d’Oman a déclaré que l’Iran est une source de paix et de stabilité dans la politique internationale. (IRNI 18.04.2010)

- OTAN - Les pays de l’OTAN se sentent de plus en plus menacés par une possible frappe de missiles iraniens, a déclaré le Secrétaire Général Rasmussen. (RIA NOVOSTI 19.04.2010)

- GRANDE BRETAGNE - Le nombre d’élus musulmans devrait doubler lors des prochaines élections britanniques pour atteindre un minimum de 12. (IRNI 30.04.2010)

Un peu maigrichon, cette quinzaine, résultat d’une paresse coupable…

Autres billets similaires dans la catégorie "International".

Aldebaran

18:21 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, actualité, international | |  Facebook |