Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/10/2014

CLIMAT ET AUTRES APOCALYPSES (3)

réchauffement climatique,CO2,GIEC,A l’approche de la Conférence de Paris 2015 sur le climat, les déclarations affolantes sur les catastrophes climatiques qui nous attendent vont se multiplier.

Cependant, des prédictions apocalyptiques ne sont pas l’apanage de ces dernières années. La lecture des médias illustre abondamment les tendances mouvantes du monde scientifique ou écologique quant au devenir désolant de notre planète, et ce, en fonction des époques, et surtout de la période de référence prise en considération pour les observations, ou imposée aux modèles climatiques selon ses convictions. Je vous en livre quelques exemples dans cette série de billets. Bonne lecture, et bon amusement !

« Il n’y a de nouveau que ce qui est oublié » (Melle BERTIN).

Suite n°3

- « Dans 10 ans, toute vie animale dans les mers aura disparu. Des zones côtières devront être évacuées en raison de la puanteur des poissons morts ». Paul EHRLICH - Environnementaliste - Center for Conservation Biology - 1970.

- « (en 1995) environ 75 à 85 pour cent de toutes les espèces animales se seront éteintes ». Dr S. DILLON RIPLEY - Secrétaire Smithsonian Institution - militant écologiste - Look Magazine - avril 1970.

- « Les USA et l’URSS ont entamé des recherches à grande échelle afin de déterminer la raison du refroidissement de l’Arctique, de l’épaississement inquiétant de la glace de mer, et si cette couverture de glace en augmentation pouvait contribuer à l’apparition d’une période glaciaire ». NEW YORK TIMES - 18/07/1970.

- « Dans les 50 prochaines années, la poussière rejetée dans l’atmosphère par la combustion des combustibles fossiles occultera tant le rayonnement solaire, que la température de la Terre pourrait diminuer de six degrés. Des émissions massives pendant plus de 5 à 10 ans pourraient être suffisantes pour déclencher un âge de glace » WASHINGTON POST - 09/07/1971.

- « Je suis prêt à parier que l’Angleterre n’existera plus en l’an 2000. Ce sera un groupe d’iles pauvres habitées par 70 millions d’êtres souffrant de la faim ». Paul EHRLICH - Environnementaliste - Center for Conservation Biology - Discours devant l’Institut Britannique de Géologie en septembre 1971

- « Arrivée d’un nouvel âge de glace. Le climat se refroidit déjà. Un jour, au milieu de l’été peut-être dans un avenir assez proche, une gelée meurtrière va fondre sur les champs de blé du Saskatchewan, des Dakotas et sur les steppes russes ». LOS ANGELES TIMES - 24/10/1971.

- « Un spécialiste de l’Arctique, Bernt Balchen, pionnier de l’exploration polaire, déclare qu’une tendance générale au réchauffement du Pôle Nord est en train de faire fondre la calotte polaire et pourra produire un Océan Arctique sans glace d’ici l’an 2000 ». LOS ANGELES TIMES - 16/05/1972.

- ‘Un refroidissement global a été constaté au cours des quarante dernières années ». TIME MAGAZINE - 1974.

-  « Le refroidissement climatique est engagé. Il aura pour conséquence des changements climatiques provoquant des catastrophes aux dimensions inégalées ». FORTUNE MAGAZINE - 1974 - article couronné par l’Association Américaine des Sciences.

- « Un changement climatique (refroidissement global) très important est en cours en ce moment, et ce n’est pas seulement d’un intérêt académique. Si cela continue, il aura une incidence sur l’ensemble de l’humanité, pouvant déboucher sur un milliard de personnes affamées. Les effets apparaissent déjà de manière assez radicale ». FORTUNE MAGAZINE - février 1974.

- « Les climatologues sont de plus en plus inquiets. Les aberrations météorologiques qu’ils constatent peuvent être les signes avant-coureurs d’un nouvel âge de glace ». TIME MAGAZINE - 24/06/1974.

- « Plusieurs climatologues ont publié une déclaration constatant que le changement climatique en cours est tel que les plus optimistes ont acquis la certitude d’une défaillance majeure de l’agriculture dans une dizaine d’années. Si les décideurs ne tiennent pas compte de cette catastrophe imminente, il en résultera des morts en masse par la famine, et probablement dans l’anarchie et la violence ». NEW YORK TIMES - 29/12/1974.

- « Il y a consensus parmi les climatologues du monde entier. Une fois que le refroidissement climatique aura commencé, plus rien ne pourra l’arrêter ». Douglas COLLIGAN - Science Digest 1975

- « Le climat présente actuellement des symptômes alarmants. Il y a tout lieu de craindre que la terre subira un refroidissement dramatique au cours des 100 prochaines années ». ACADEMIE DES SCIENCES US - 1975

- « Un nombre important d’études convergentes aboutissent à la conclusion d’un refroidissement du climat terrestre. Il n’y a désormais plus de doute sur le fait que les changements en cours ces dernières années sont plus qu’une fluctuation statistique mineure ». NATURE - 06/03/1975

- « Des indices apparemment disparates représentent les signes avant-coureurs de changements fondamentaux dans le climat mondial, déclarent les scientifiques. Après trois quarts de siècle de conditions climatiques extraordinairement douces, la Terre semble se diriger vers un refroidissement. Les météorologues ne s’entendent pas sur les causes et l’étendue de ce refroidissement, ainsi que sur son impact sur la météorologie locale. Mais ils sont presque unanimes sur l’impact négatif qu’aura ce refroidissement mondial sur la production agricole pour la fin du siècle. les famines consécutives pourraient être catastrophiques ». NEWSWEEK - 28/04/1975.

- « Les scientifiques s’interrogent sur la raison du changement climatique mondial en cours. Un refroidissement majeur est considéré comme inévitable ». NEW YORK TIMES - 21/05/1975.

- « Le continuel et rapide refroidissement de la Terre depuis la seconde guerre mondiale est en phase avec l’augmentation de la pollution atmosphérique due à l’industrialisation, la mécanisation, l’urbanisation et l’explosion démographique. La menace d‘un nouvel âge de glace est, avec la guerre nucléaire, une cause d‘extinction de masse et de misère pour l‘humanité». Nigel CALDER, dans INTERNATIONAL WILDLIFE en Juin 1975.

- « Les signes avant-coureurs abondent. Par exemple la persistance inattendue de la banquise et son épaississement dans les eaux autour de l’Islande, ou la migration vers le sud du tatou du Midwest, une créature appréciant la chaleur. Depuis les années 1940, la température mondiale moyenne a diminué d’environ 2,7°C ». George J KUKLA - climatologue Université de Columbia- Time Magazine 24/06/1975.

- « Les fermes US peuvent être atteintes par le refroidissement global ». US NEWS AND WORLD REPORT - 1976.

à suivre.

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS

Jo Moreau

 

réchauffement climatique,CO2,GIEC,Un livre incontournable, écrit par :

Anne DEBEIL - Ingénieur civil Chimiste - Ingénieur conseil en sécurité et environnement.

Ludovic DELORY - Licencié en Journalisme - Essayiste et Journaliste.

Samuel FURFARI - Ingénieur civil Chimiste - Docteur en Sciences appliquées - Maître de Conférences à l’Université Libre de Bruxelles.

Drieu GODEFRIDI - Juriste - Docteur en Philosophie - Essayiste.

Henri MASSON - Ingénieur Civil - Docteur en Sciences Appliquées - Professeur émérite à l’Université d’Anvers - Professeur visiteur à la Maastricht School of Management (NL).

Lars MYREN - Ingénieur Civil Chimiste - Ingénieur conseil en sécurité et environnement.

Alain PREAT - Docteur en Géologie - Professeur à l’Université Libre de Bruxelles.

Istvan E MARKO - Docteur en Chimie - Professeur à l’Université Catholique de Louvain - Coordinateur scientifique de l’ouvrage.

Préface de Carlo RIPA di MEANA - Ancien commissaire européen à l’environnement - Ancien ministre italien de l’environnement.

 

Pour ceux qui ne le possèderaient pas encore, il peut être commandé via :

http://texquis.com/texquis-essais/22-climat-15-verites-qui-derangent.html 

Ou 

http://www.amazon.fr/Climat-15-v%C3%A9rit%C3%A9s-qui-d%C3%A9rangent/dp/2930650052/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1368784858&sr=1-1&keywords=15+v%C3%A9rit%C3%A9s+qui+d%C3%A9rangent

 

 

Ou encore en le réservant chez votre libraire préféré.

 

12:55 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, co2, giec | |  Facebook |

15/10/2014

CLIMAT ET AUTRES APOCALYPSES (2)


réchauffement climatique,climat,CO2,GIEC,A l’approche de la Conférence de Paris 2015 sur le climat, les déclarations affolantes sur les catastrophes climatiques qui nous attendent vont se multiplier.

Cependant, des prédictions apocalyptiques ne sont pas l’apanage de ces dernières années.

La lecture des médias illustre abondamment les tendances mouvantes du monde scientifique ou écologique quant au devenir désolant de notre planète, et ce, en fonction des époques, et surtout de la période de référence prise en considération pour les observations, ou imposée aux modèles climatiques selon ses convictions. Je vous en livre quelques exemples dans cette série de billets. Bonne lecture de ce 2e épisode, et bon amusement !

« Il n’y a de nouveau que ce qui est oublié » (Melle BERTIN).

Suite n°2

- « Un mystérieux réchauffement de l’Arctique est en cours. Les températures y ont augmenté de 10°F depuis 1900. Le niveau de la mer au Spitzberg s’élève pendant la même période de 1 à 1 et demi millimètre par an » . THE ARGUS - 31/05/1947.

- « Nous avons appris que le monde s’est réchauffé au cours du dernier demi-siècle ». NEW YORK TIMES - 10/08/1952.

- « Les hivers se font plus doux, les étés plus secs, les glaciers reculent et les déserts s’étendent ». US NEWS AND WORLD 1954.

- « Les glaciologues sont unanimes pour constater que les fronts glaciaires reculent. Dans le Sud du Groenland, des milliers d’hectares de terres couvertes de glace au début du siècle sont aujourd hui dégagées. ». SCIENCE ET AVENIR - Septembre 1957.

- « Après une semaine de discussions sur les causes du changement climatique, une assemblée de spécialistes mondiaux semble conclure un accord unanime sur un point : le climat se refroidit ». NEW YORK TIMES -30/01/1961-

- « Comme un canoë entraîné vers une énorme chute, la Terre et ses habitants est engagée sur la pente descendante d’une immense vague climatique qui nous plonge vers un nouvel âge glaciaire ». LOS ANGELES TIMES - 23/12/1962.

- « Les glaces de l’Arctique fondent et l’Océan du Pôle Nord pourrait être libre de glaces dans 10 ou 20 ans ». NEW YORK TIMES - 20/02/1969.

- Préparez vos caleçons longs et vos petites laines contre le temps froid. Le pire est à venir ». WASHINGTON POST - 1970.

- "Dans dix ans, les habitants des villes devront porter des masques à gaz pour survivre à la pollution atmosphérique… D'ici 1985, la pollution de l'air aura réduit de moitié la quantité de lumière du soleil atteignant la croute terrestre." LIFE MAGAZINE janvier 1970

- « Le monde s’est refroidit pendant environ 20 ans. Si cette tendance se perpétue, le monde sera de 4°C plus froid en 1990 que les températures moyennes globales normales, et de 11°C en 2000. C’est environ deux fois ce qui est nécessaire pour nous entrainer vers un âge de glace. ». Kenneth WATT, écologiste.« Journée de la Terre », conférence à Swarthmore University 04/1970

- "La population va inévitablement et complètement dépasser tous les petits accroissements de production de nourriture que nous faisons. Le taux de mortalité augmentera jusqu'à ce qu'au moins 100 à 200 millions de personnes par an meurent de faim pendant les dix prochaines années." Paul EHRLICH, biologiste à l'université de Stanford. Le Jour de la Terre 04/1970. 

-"Il est déjà trop tard pour éviter les grandes famines." – Denis HAYES, écologiste, ex directeur du National Renewable Energy Laboratory,organisateur du Jour de la Terre 04/1970.

- "Le monde s'est brusquement refroidit depuis à peu près vingt ans. Si la tendance actuelle se confirme, la température moyenne du globe aura baissé de 4 degrés en 1990, et de 11 degrés en 2000. C'est à peu près deux fois ce qu'il faudrait pour nous retrouver dans une ère glaciaire." Kenneth WATT, écologiste. « Le Jour de la Terre 04/1970 »

- "La plupart des gens qui vont mourir dans le plus grand cataclysme de l'histoire de l'humanité sont déjà nés… [D'ici 1975] certains experts sentent que les disettes dépasseront le niveau actuel de faim et de sous-nutrition et s'intensifieront en des famines de proportions inimaginables. D'autres experts, plus optimistes, pensent que la collision ultime nourriture-population n'aura pas lieu avant les années 1980." Paul EHRLICH - biologiste à l‘Université de Stanford. « Le Jour de la Terre 04/1970 »

- "Les démographes sont presque tous unanimes sur le sinistre calendrier suivant : d'ici 1975 des famines généralisées commenceront en Inde ; elles se répandront pour englober en 1990 toute l'Inde, le Pakistan, la Chine et le Proche-Orient, l'Afrique. D'ici l'an 2000, ou probablement plus tôt, l'Amérique du Sud et l'Amérique centrale vivront des conditions de famine… D'ici l'an 2000, dans 30 ans, le monde entier, à l'exception de l'Europe de l'Ouest, l'Amérique du Nord, et l'Australie, sera affamé." Peter GUNTER, Professeur à l'université du Nord Texas. « Le Jour de la Terre 04/1970 »

- "Considérant le niveau actuel d'accumulation d'azote, ce n'est qu'une question de temps avant que la lumière ne soit filtrée par l'atmosphère et qu'aucune de nos terres ne soit exploitable." – Kenneth WATT, écologiste. « Le Jour de la Terre 04/1970 ».

- "La couverture nuageuse va continuer à s'épaissir au fur et à mesure que plus de poussières, fumées et vapeur d'eau seront crachées par les cheminées d'usines et les avions. Protégée de la lumière du soleil, la planète sera fraiche, la vapeur d'eau tombera et gèlera, et une nouvelle ère glaciaire fera son apparition." . NEWSWEEK MAGAZINE à l’occasion du Jour de la Terre en 04/1970.

- "D'ici à l'an 2000, si la tendance actuelle se maintient, nous utiliserons du pétrole brut à un tel taux… qu'il n'y aura plus de pétrole brut. Vous roulerez jusqu'à la station service pour faire le plein, et on vous répondra 'je suis vraiment désolé, on est à sec'". Kenneth WATT, écologiste. « Le Jour de la Terre 04/1970 »

(à suivre)

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS

Jo Moreau

16:14 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique | |  Facebook |

07/10/2014

CLIMAT ET AUTRES APOCALYPSES (1)

réchauffement climatique,climat,A l’approche de la Conférence de Paris 2015 sur le climat, les déclarations affolantes sur les catastrophes climatiques qui nous attendent vont se multiplier.

Cependant, des prédictions apocalyptiques ne sont pas l’apanage de ces dernières années. La lecture des médias illustre abondamment les tendances mouvantes du monde scientifique ou écologique quant au devenir désolant de notre planète, et ce, en fonction des époques, et surtout de la période de référence prise en considération pour les observations, ou imposée aux modèles climatiques selon ses convictions. Je vous en livre quelques exemples dans cette série de billets.

Bonne lecture, et bon amusement !

« Il n’y a de nouveau que ce qui est oublié » (Melle BERTIN).

- « Les observations convergent : la neige fond sur les rochers, la vie végétale progresse, l’eau de mer se réchauffe, le climat se radoucit au Pôle. Quelle est la cause de la mer libre de glaces ? ». Dr KANE - ARCTIC EXPLORATIONS - 1857

- « Les conclusions de la dernière expédition allemande vers le pôle Nord ont été publiées. (…) Une mer libre de glaces et peuplée de baleines y fut découverte ». NEW YORK TIMES - 21/10/1871.

- « Les géologues prédisent la possibilité d’un nouvel âge de glace ». NEW YORK TIMES - Février 1895

- « Les glaciers disparaissent lentement. Leur anéantissement final est un fait scientifique ». LOS ANGELES TIMES - 1902.

- « Le 5e âge de glace est commencé. La race humaine devra lutter contre le froid pour son existence ». LOS ANGELES TIMES - 23.10.1912

- « L’Océan Arctique se réchauffe. Les icebergs sont de plus en plus rares, et les phoques fuient des eaux trop chaudes. Tout ceci conclut à un changement radical des conditions climatiques. Des grandes masses de glaces ont été remplacées par des moraines de terre et de pierres alors qu’à d’autres endroits, des glaciers ont entièrement disparus ». WASHINGTON POST - 02/11/1922.

- « L’arctique semble se réchauffer. Les rapports des pêcheurs et des explorateurs convergent : nous assistons à un changement radical des conditions climatiques dans ces régions.(…) L’expédition en Arctique a constaté des conditions de glace exceptionnelles. On n’avait jamais constaté auparavant aussi peu de glaces. L’expédition a pu naviguer aussi loin que 81°29’ sur une mer libre de glaces ». MONTHLY WEATHER REVIEW - 11/1922

- « Le Professeur Gregory, de l’Université de Yale, déclare qu’une nouvelle époque glaciaire a débuté. Il était le représentant américain au Congrès des sciences Pan-Pacifique et a averti que l’Arctique allait recouvrir le Canada, que l’Amérique du Nord disparaîtrait jusqu’aux grands lacs, et d’énormes parties de l’Asie et de l’Europe seraient anéanties ». CHICAGO TRIBUNE - 09/08/1923.

- « Le constat de l’évolution de la chaleur solaire et de l’avance des glaciers au cours des dernières années ont donné lieu à des conjectures sur l’avènement possible d’un nouvel âge glaciaire ». TIMES MAGAZINE - 10/09/1923

- « Le rapport Mac Millan démontre les signes d’un nouvel age glaciaire ». NEW YORK TIMES - 18/09/1924.

- « La plupart des géologues pensent que le monde se réchauffe, et qu’il continuera à se réchauffer ». LOS ANGELES TIMES - 1929

- « Si ces constatations sont vraies, alors nous sommes engagés dans un nouvel âge de glace ». THE ATLANTIC MAGAZINE 1932.

- « L’Amérique connaît la plus longue période de chaleur depuis 1776 ». NEW YORK TIMES - 27/03/1933.

- « La tendance persistante est à un climat plus chaud. Notre climat change-t-il ? ». FEDERAL WEATHER BUREAU - 1933.

- « Le réchauffement climatique, causé par les émissions de CO2, est bénéfique pour l’humanité de diverses façons, notamment par la production de chaleur et d’énergie ». Bulletin trimestriel du ROYAL METEOROLOGICAL SOCIETY - 1938.

- « Les experts décortiquent 20 années de réchauffement du climat. Chicago est au premier rang des milliers de villes de par le monde qui sont touchées par une mystérieuse tendance d’un climat plus chaud au cours de ces deux dernières décennies ». CHICAGO TRIBUNE - 1938.

- « Ceux qui affirment que les hivers étaient plus rudes quand ils étaient jeunes ont raison. Les météorologues n’ont aucun doute que le monde se réchauffe, au moins pour l’époque actuelle ». WASHINGTON POST - 1939.

- « Les scientifiques ont confirmé le fait que les régions arctiques autour du Spitzberg se réchauffent au rythme de près de 1° tous les deux ans. Les glaciers reculent, tandis que le sol qui était profondément gelé toute l’année subit maintenant un dégel pendant l’été arctique ». WODONGA SENTINEL - 29/09/1939

(à suivre)

Jo Moreau.

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

réchauffement climatique,climat,Un livre incontournable ...

Les auteurs :

Anne DEBEIL - Ingénieur civil Chimiste - Ingénieur conseil en sécurité et environnement.

 

Ludovic DELORY - Licencié en Journalisme - Essayiste et Journaliste.

 

Samuel FURFARI - Ingénieur civil Chimiste - Docteur en Sciences appliquées - Maître de Conférences à l’Université Libre de Bruxelles.

 

Drieu GODEFRIDI - Juriste - Docteur en Philosophie - Essayiste.

 

Henri MASSON - Ingénieur Civil - Docteur en Sciences Appliquées - Professeur émérite à l’Université d’Anvers - Professeur visiteur à la Maastricht School of Management (NL).

 

Lars MYREN - Ingénieur Civil Chimiste - Ingénieur conseil en sécurité et environnement.

 

Alain PREAT - Docteur en Géologie - Professeur à l’Université Libre de Bruxelles.

 

Istvan E MARKO - Docteur en Chimie - Professeur à l’Université Catholique de Louvain - Coordinateur scientifique de l’ouvrage.

 

Préface de Carlo RIPA di MEANA - Ancien commissaire européen à l’environnement - Ancien ministre italien de l’environnement.

 

Pour ceux qui ne possèderaient pas encore ce livre incontournable, il peut être commandé via :

 

http://texquis.com/texquis-essais/22-climat-15-verites-qu...

 

Ou

 

http://www.amazon.fr/Climat-15-v%C3%A9rit%C3%A9s-qui-d%C3...

 

Ou encore en le réservant chez votre libraire préféré.

15:51 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, climat | |  Facebook |

24/09/2014

LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE EN PANNE, INFO OU INTOX ?

 

réchauffement climatique,giec,co2,climat,conférence paris 2015,Il est particulièrement interpellant d’entendre les inconditionnels du réchauffement climatique mettre en doute le ralentissement  -sinon l’arrêt-  de celui-ci constaté depuis 1998, et ce, au gré des émissions ou articles répercutés par les médias,  

Ce fut encore le cas récemment, lors d’un débat télévisé (1) auquel participait Drieu Godefridi, quand son contradicteur, Monsieur Edwin Zaccai, lui rétorque à ce sujet « Je ne sais pas d’où viennent ces informations »… 

Et bien, voici quelques liens parmi bien d’autres, qui peuvent utilement l‘éclairer, émanant de personnalités ou d’institutions peu susceptibles d’être accusées de climato-scepticisme, et qui pourtant reconnaissent le plafond actuel des températures. Certaines d’entre elles alimentent d’ailleurs régulièrement les travaux du GIEC. On admirera en passant le foisonnement des explications avancées pour justifier la pause actuelle des températures atmosphériques. 

 

- Une étude de  l’Université de Washington dans la revue SCIENCE. Impute le plafond constaté  aux courants marins dans l’Atlantique. (22/08/2014)

http://www.lesoir.be/633474/article/demain-terre/environnement/2014-08-22/des-courants-marins-empechent-hausse-des-temperatures-surface-du-globe 

- la température n’a augmenté que de 0,03°c au cours de la dernière décennie. Nous ne sommes pas capables d’expliquer ce ralentissement. Toutefois, la température au plus profond des océans n’a cessé d’augmenter.

Jochem Marotzke - MAX PLANCK INSTITUTE - 29/05/2013

http://www.mpg.de/7274624/climate_change_global_warming

 

- Le plafond actuel du réchauffement climatique, ou même le léger refroidissement constaté, est dû à l’activité solaire réduite.

Peter Stauning - Institut météorologique danois - SCIENTIFIC RESEARCH 01/2014

http://www.scirp.org/journal/PaperInformation.aspx?PaperID=41752#.VCFy7JR_t8E 

 

- Le réchauffement climatique est plus réduit que prévu au cours de la période entre 2000 et 2010 à cause des dizaines de volcans crachant du dioxyde de soufre.

Université du COLORADO - 01/03/2013

http://www.colorado.edu/news/releases/2013/03/01/volcanic-aerosols-not-pollutants-tamped-down-recent-earth-warming-says-cu 

 

- La réduction de la température globale de surface dans la période 2000-2009 est due à la diminution des concentrations de vapeur d’eau  stratosphérique.

Susan Solomon - SCIENCE - 01/2010.

http://www.sciencemag.org/content/327/5970/1219.abstract 

 

- Les modèles climatiques avaient prévu un réchauffement plus important ces 15 dernières années que ce qui a été constaté, mais ont été trompés par une série de coïncidences.

Gavin A Schmidt - GODDARD INSTITUTE NASA - NATURE GEOSCIENCE 27/02/2014

http://www.nature.com/ngeo/journal/v7/n3/full/ngeo2105.html 

 

- Le réchauffement climatique a été freiné ces 12 dernières années par une augmentation des alizés sur le Pacifique.

Matthew ENGLAND - NATURE CLIMATE CHANGE - 01/2014.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/2665/Rechauffement-Climatique/article/detail/1790884/2014/02/10/Les-alizes-ont-freine-le-rechauffement-climatique.dhtml 

 

- Le réchauffement global n’a pas augmenté au XXIe siècle, et cela est du au refroidissement des eaux de surface du Pacifique équatorial.

Yu Kosaka - Université de Californie - NATURE - 09/2013 http://www.nature.com/nature/journal/v501/n7467/full/nature12534.html 

 

- Les modèles mettent en évidence le plafond de la hausse des températures et le stockage de la chaleur dans les océans.

Virginie Guemas - Institut Catalan des Sciences du CLIMAT - NATURE CLIMATE CHANGE 07/04/2013

http://www.lefigaro.fr/environnement/2013/04/11/01029-20130411ARTFIG00419-les-temperatures-font-une-pause.php 

 

- Les températures mondiales moyennes ont été relativement stables au cours des 15 dernières années.

MET OFFICE - 07/2013.

http://www.metoffice.gov.uk/research/news/recent-pause-in-warming 

 

Cet hiatus entre les relevés de températures et les modèles climatiques, qui n’ont jamais prévu ce palier,  a été nié jusqu’il y a peu par les tenants du GIEC. La censure vis-à-vis de l’opinion publique a parfaitement fonctionné, et après un bref moment de timide médiatisation,  cet élément est à nouveau occulté. 

Depuis plusieurs années, des scientifiques non inféodés à la pensée obligatoire,  dénonçaient cette discordance. Ci-dessous, vous trouverez les déclarations de quelques-uns d’entre eux, repris dans ma liste de GIECosceptiques. (2)

 

 

Thomas E PHIPPS - PhD - Physique théorique .

"Les faits, accessibles à ceux qui les cherchent, montrent que les mesures de température par satellite de la dernière décade ont  diminué. Cela n'est pas compatible avec le fait que durant la même période, les émissions humaines de CO2 ont augmenté. Dans l'hypothèse politiquement correcte où celles-ci seraient responsables du réchauffement climatique". 

http://physicsfrontline.aps.org/2009/11/10/aps-council-overwhelmingly-rejects-proposal-to-replace-societys-current-climate-change-statement/ 

 

Norman ROGERS - PhD - B.A - MSc - Physicien - ex environnementaliste radical - Conseiller Politique auprès du Heartland Institute.

"La Terre n'a pas connu de réchauffement climatique depuis 16 ans, et cela commence à être très embarrassant, surtout pour les trois piliers (de la thérorie anthropique) : les grands projets scientifiques, les ONG et les industriels actifs dans les énergies alternatives, arrosés par les milliards de dollars de l'argent public".

http://junkscience.com/2012/04/15/norman-rogers-global-warming-dogma-and-the-new-iron-triangle/ 

 

Vladimir KOTLYAKOV - PhD - Glaciologue - Géographe - Directeur Institut de Géographie de Moscou - Académie des Sciences - Sciences de l'Univers .

"Il n'y a aucune raison d'affirmer que le réchauffement climatique va se poursuivre. Les premiers signes d'un refroidissement sont déjà présents, et la tendance pourra s'accentuer dans les prochaines années".

http://www.thehindu.com/opinion/op-ed/down-to-minus-45/article4640409.ece 

 

Lennart BENGTSSON - PhD - MSc - BSc - Météorologue - ex Directeur Max Planck Institute for Météorology -  Directeur des Sciences de la Terre à l'Institut International des Sciences de l'Espace - Professeur Environmental Systems Science Center University of Reading - Professeur invité Uppsala University.

"L'homme influe sur le climat, mais rien n'indique que nous devions paniquer. La tendance actuelle du réchauffement climatique est bien en-dessous du scénario du GIEC. La question du climat a été extrêmement politisée".

http://www.dn.se/nyheter/vetenskap/vi-skapar-en-valdig-angslan-utan-att-det-ar-befogat

 

Anthony KELLY -Professeur University of Cambridge - Dept of Materials Science and Metallurgy."Le net ralentissement du réchauffement global remet en question le rôle du CO2 comme facteur prépondérant des changements climatiques, comparé notamment à l'irradiance solaire".

http://multi-science.metapress.com/content/k787m96x7127j8t0/ 

 

Thomas WIJSMULLER - Météorologue - ex Collaborateur de la NASA - Royal Dutch Weather Bureau (NL)

"Le découplage entre les quantités de CO2 relachées dans l'atmosphère et la température globale qui stagne depuis 15 ans, est la preuve de la complexité de la recherche climatique".

http://www.colderside.com/Colderside/Temp_%26_CO2.html 

 

Clive BEST - PhD - Physicien - Ex chercheur au CERN (Centre Européen pour la Recherche Nucléaire)et au Joint Research Centre (European Commission)

"Les températures n'ont plus augmenté depuis 2000, contrairement aux niveaux de CO2 dans l'atmosphère.  Cela implique que d'autres mécanismes naturels sont au moins aussi importants que le CO2 dans les changements climatiques".

http://clivebest.com/blog/?p=2208

 

James WANLISS - PhD - Physicien - Professeur associé de Physique et Sciences Informatiques Presbyterian  College (USA)

"Il n'y a pas eu de réchauffement climatique ces 15 dernières années. Malgré le penchant du GIEC à dissimuler les données incommodes, ceci ne peut être nié".

http://www.wanliss.com/2011/03/does-the-planet-really-have-a-fever/ 

 

Klaus P. HEISS - PhD – Space engineer ex expert auprès de la NASA - ex Professeur assistant Princeton University.

"L'hypothèse de l'origine humaine des changements climatiques est erronnée, cela est démontré par la stagnation des températures globales dans les dernières années, alors que les émissions de CO2 ne cessent de croître".

http://www.schmanck.de/Heiss.pdf

 

Sebastien LÜNING - PhD - Géologue - Paléontologue - co-auteur du livre "Die Kalte Sonne".

"La température globale a cessé d'augmenter depuis 1998".

http://wattsupwiththat.com/2012/02/13/german-skeptics-luning-and-vahrenholt-respond-to-criticism/ 

 

On ne sait évidemment pas quelle sera l'évolution de ce plafond de température. Mais même si le réchauffement global devait reprendre dans l'avenir, cela ne restaurera évidemment pas le lien de causalité entre le climat et les activités humaines, que certains voudraient voir confirmer envers et contre tout.

 

(1)  http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2014/09/23/debat-climatique-sur-rtl-tvi-1135049.html 

(2) Je vous rappelle ma liste de déclarations de (environ) 500 scientifiques GIECosceptiques avec les liens utiles. Elle peut vous être envoyée sur simple demande à mon adresse mail, en mentionnant « liste » en référence 

jo_moreau@yahoo.fr 

 

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS. 

 

Jo Moreau

17:10 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, giec, co2, climat, conférence paris 2015 | |  Facebook |

23/09/2014

DEBAT CLIMATIQUE SUR RTL-TVI

 

Drieu Godefridi, co-auteur du livre « CLIMAT, 15 VERITES QUI DERANGENT » a participé à un mini-débat sur la chaîne belge RTL-TVI.

Voici le lien permettant d’y accéder : 

http://www.rtl.be/rtltvi/video/508383.aspx?CategoryID=0 

 

Rappelons que Drieu Godefridi est également l’auteur du livre « LE GIEC EST MORT, VIVE LA SCIENCE », également aux éditions Texquis.

 Jo Moreau

réchauffement climatique,conférence paris 2015,giec,co2réchauffement climatique,conférence paris 2015,giec,co2

 

11:13 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, conférence paris 2015, giec, co2 | |  Facebook |

10/09/2014

TOURISME CLIMATIQUE ET PRIORITES HUMANITAIRES.

réchauffement climatique,conférence climat,giec,co2Le 23 septembre, une nouvelle grand’messe climatique est convoquée à New-York par le Secrétaire Général de  l’ONU Monsieur Ban Ki-Moon. Les dirigeants politiques mondiaux, ceux de la finance et de l’industrie ainsi que la société civile sont invités à y participer « pour donner un nouvel élan à la lutte contre les changements climatiques » .

La prochaine étape est prévue à Paris en décembre 2015, où on espère cette fois imposer des normes restrictives impératives aux Etats qui douteraient de l’existence d’un thermostat climatique sur lequel l’homme règlerait à volonté la température ambiante. Tout ceci sera appuyé, n’en doutons pas, par des interventions médiatiques de plus en plus apocalyptiques à l’approche de cette date.

Tout ce beau monde préfère occulter un fait incontestable : le réchauffement global plafonne depuis 1998, en dépit de tous les modèles climatiques qui n’ont pas prévu ce phénomène embarrassant, parmi d‘autres réalités tout aussi déconcertantes et tout aussi occultées d‘ailleurs.

Dans le billet repris ci-dessous, Viv Forbes s’émeut du fait que la seule Australie a envoyé une équipe de 114 personnes dont son Premier Ministre à la Conférence de Copenhague. Que dire alors des Belges, dont la délégation à Copenhague comptait 120 personnes, à Cancun, 108 participants, les autres conférences à l’avenant. Un somptueux « Magical Climatic Tour » !

La seule conférence de Rio +20 en 2012 a rassemblé à elle seule 50.000 participants, dont plus d’une centaine de chefs d’états.

Ces dernières années dans le monde, des millions de personnes sont mortes dans des conflits armés, d’autres dans des famines ou par manque d’eau potable, et jusque dans nos pays des citoyens meurent de froid car ils n’ont pas les moyens de se chauffer ou même de s’abriter, tandis que des populations entières sont parquées dans des camps de réfugiés.

Personne n’est mort par la faute du réchauffement climatique. (Un réchauffement global de 0,7°C -sept dixièmes de degré- sur tout le XXe siècle) .

Alors, où sont les priorités, et est-il judicieux que les contribuables continuent à financer directement ou indirectement les séjours de nos (ir)responsables dans des paradis touristiques souvent tropicaux, afin qu’ils fassent acte de présence dans des conclaves cycliques qui débouchent d’ailleurs sur autant d’échecs ? Il serait aussi amusant de calculer « l’empreinte écologique » de ces gigantesques conventions destinées à rebooster le catastrophisme climatique.

Voici les passages significatifs du billet publié par Viv Forbes dans le site WUWT de Anthony Watts (1) (traduction maison)

Jo Moreau.

Il y a vingt-deux ans, un groupe de militants verts se faisant appeler "Le Sommet de la Terre" s'est réuni à Rio et a inventé une façon de visiter le monde aux frais des contribuables : initier des conférences sans fin sur les alarmes menaçant l'environnement.

(…) Mais ils ont découvert le plus juteux des filons avec leur création appelée "Réchauffement Global", et ses sous-branches "Changement Climatique" et "Phénomènes Météorologiques Extrêmes".

Ces «nobles causes» ont généré une profusion de comités de pilotage, comités de référence, les comités politiques, sous-groupes scientifiques, des comités de travail, les évaluateurs et les organismes de pointe, et ont généré des réunions avec 20.000 participants de 178 pays en des lieux tels que Rio, Berlin, Genève , Kyoto, Buenos Aires, Bonn, La Haye, Marrakech, New Delhi, Milan, Montréal, Nairobi, Bali, Poznan, Copenhague, Cancun, Durban, Qatar, Doha, Varsovie, Stockholm, Lima, Abu Dhabi et New York.

Le circuit des Conférences climatiques est devenu une véritable aubaine pour les compagnies aériennes, les hôtels et restaurants raffinés, plus encore que les Jeux olympiques ou le G20.

Les contribuables du monde entier ont financé depuis 21 ans des dépenses inutiles, qui auraient été bien mieux employées dans une infrastructure pour la maîtrise des inondations, l'approvisionnement en eau potable des populations victimes de la sécheresse endémique, et à la lutte contre la pollution.

(1) http://wattsupwiththat.com/2014/08/25/cut-the-costly-climate-chatter/ 

D’ACCORD, PAS D’ACCORD ? LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE…

11:34 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, conférence climat, giec, co2 | |  Facebook |

25/08/2014

METEOROLOGUES A MONTREAL : ISTVAN MARKO REPLIQUE.

réchauffement climatique,GIEC,CO2,météorologues montreal,Les medias ont abondamment relaté la récente réunion à Montreal de 1000 météorologues (?), qui faute de pouvoir nous livrer des prédictions fiables pour la semaine prochaine, nous ont dépeint l’apocalypse qui nous attend en 2050. Dans la foulée du « résumé pour les décideurs » que nous a concocté le GIEC (1), bien plus affolant que le rapport complet AR5, nos 1000 météorologues nous ont donc prédit une hausse de la température moyenne de 2°C, des turbulences aériennes rendant les voyages en avion pour le moins inconfortables, toujours plus de vagues énormes etc… (Notons que le mécanisme de ces vagues énormes, connues depuis toujours par les navigateurs et dénommées « vagues scélérates », n’est toujours pas connu avec certitude et je ne vois pas sur quelles statistiques fiables pourraient se fonder nos météorologues, qui constatent dès à présent leur augmentation), une succession accrue des périodes de canicule ou de froid polaire etc...

Et bien entendu, le coupable est désigné : les activités humaines.

Le quotidien belge « La Dernière Heure » (titre sans rapport avec ce qui précède…) a eu la bonne idée d’ouvrir ses colonnes au Professeur Istvan Marko, de l‘Université Catholique de Louvain, par ailleurs coordinateur scientifique de l‘ouvrage : Climat, 15 vérités qui dérangent (2). Voici quelques extraits.

Jo Moreau

"ON NE PARLE PLUS DE SCIENCE , MAIS DE RELIGION."

Istvan Marko, chimiste et qualifié de climato-sceptique, réagit à l’alarmisme et expose ses craintes pour la science.

Cet alarmisme à outrance est tout-à-fait déplacé. Si on les écoute, c’est l’apocalypse! (…). Le GIEC commence seulement à le reconnaître, du bout des lèvres : la température mondiale n’a pas bougé d’un iota en 18 ans (…) Leurs modèles se sont plantés. Il y a de plus en plus d’articles scientifiques qui remarquent que ces modèles sont faux ». (…)

Le scientifique ne s’oppose pas à la recherche, au contraire. « Il y a la science, des gens qui essaient de comprendre, c’est tout-à-fait louable. Mais ici, on ne parle plus de science; c’est de la religion, un dogme. Evidemment, il faut se rendre compte des intérêts économiques et politiques qui se trouvent derrière. »

(…) (La conférence de météorologie à Montreal) est organisée par l’Organisation météorologique mondiale, qui est l’un des parents du GIEC. Selon le chimiste, de nombreux chercheurs n’oseraient pas s’opposer à ce « dogme », de peur de voir leurs recherches non financées, leur carrière freinée. « Aujourd’hui, je suis malheureux de voir que la vraie science va être galvaudée, que la perception du public à l’égard des scientifiques sera négative, lorsque les prédictions du GIEC ne se réaliseront pas. Tout cela est extrêmement gênant ».

 

(1) http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2014/06/24/la-primaute-du-politique-dans-les-rapports-du-giec-1131972.html  

(2) https://www.facebook.com/15VeritesQuiDerangent 

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

11:17 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : réchauffement climatique, giec, co2, météorologues montreal | |  Facebook |

22/08/2014

DES MODIFICATIONS CLIMATIQUES RAPIDES DANS LE PASSE

Voici venu le temps des vacances, propice à la paresse. J’en profiterai donc pour exhumer quelques billets parus il y a déjà quelques années sur mon blog, et qui me paraissent toujours d’actualité. Celui-ci date de novembre 2011.

Un des arguments les plus fréquemment cités par les partisans de la responsabilité humaine dans les changements climatiques, consiste à déclarer que jamais dans l’histoire de la Terre, ces changements n’avaient été aussi rapides. Ce fait devait démontrer l’implication des émissions de CO2 par les activités humaines dans le réchauffement climatique. Nonobstant le fait qu’une augmentation de la température globale de 0,7°c constatée sur tout le XXe siècle puisse paraître très éloignée de la notion de modification rapide, des études relativement récentes contredisent cette affirmation.

Le Professeur Peter Ditlevsen, de l’ Institut Niels Bohr, branche de l’Université de Copenhague et par ailleurs chercheur au Ice and Climate Group , a publié en 2010 dans la revue Geophysical Research Letters une étude qui conforte le fait que des changements climatiques très brutaux ont bien eu lieu dans le passé.

L’étude des carottes de glace extraites notamment au Groenland montre qu’à la fin de la dernière époque glaciaire, la température augmenta de 10 à 15 degrés en moins de 10 ans. Ce réchauffement brutal dura environ un millénaire et tout aussi brusquement, la température a de nouveau chuté de façon drastique. Ces épisodes ne sont pas uniques, et sont imbriqués dans les cycles « période glaciaire-période interglaciaire » décrits comme les évènements de Dansgaard-Oescher, qui impliquent les courants océaniques. L’origine exacte de ces « points de basculement » fait toujours l’objet de théories diverses, et ne sont pas reproductibles dans les modèles climatiques actuels.

L’étude de Peter Ditlevsen conclut à la responsabilité de causes chaotiques, influencées peu ou prou par les tempêtes, de fortes précipitations, les fluctuations des calottes glaciaires etc. Cela démontre l’ extrême difficulté de prévoir ces changements de climat. Pour être complet, signalons que Ditlevsen n’exclut pas l’influence éventuelle du CO2 antropique comme facteur supplémentaire dans l’actuel changement climatique, mais précise que ses recherches ne concernent que le passé.

Cela fit également l’objet d’une étude du CNRS parue en 2008, sur un basculement semblable il y a environ 14700 ans par un réchauffement rapide de plus de 10°c, suivi à -12900 d’un refroidissement causant un nouvel épisode glaciaire, et enfin un nouveau réchauffement menant à la fin de la dernière période glaciaire il y a 11700 ans. Cette étude, à laquelle participèrent des paléoclimatologues du Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement, concluait quant à elle à la responsabilité des modifications radicales dans les courants atmosphériques. Les chercheurs ont montré que le climat a véritablement basculé d’une année à l’autre. « Les renversements climatiques ont véritablement eu lieu comme si quelqu’un avait appuyé sur un bouton » a constaté Dorthe Dahl-Jensen, coordinatrice du projet de forage glaciaire NorthGrip.

Les scientifiques mettent en cause notamment la présence de poussières de l’atmosphère, entraînant les modifications brutales de la circulation atmosphérique tropicale, puis polaire.

En juillet 2011, une équipe européenne (Université d’Utrecht) mettait en évidence un changement climatique brutal survenu il y a 200 millions d’années, simultanément à une extinction massive d’espèces marines et de vertébrés. Selon ces scientifiques, ce changement climatique fut causé par un largage massif de méthane (sans doute aux environs de 12.000 gigatonnes) consécutif à un épisode volcanique géant en Sibérie. Cela n’est pas un épisode unique dans l’histoire de la Terre, puisqu’il se produisit aussi il y a 55 millions d’années. Ce largage de méthane provient du plancher océanique, les bactéries qui le produisent étant stimulées par un réchauffement climatique déjà en cours.

Il peut aussi exister d’autres causes possibles, parmi lesquelles on peut citer des modifications dans le régime du Gulf Stream. Celui-ci réchauffe l’Atlantique Nord (et l’Europe par la même occasion) surtout en hiver. Certaines études font coïncider un arrêt ou un ralentissement de ce courant marin avec de brusques changements climatiques passés. Ils peuvent bien entendu aussi se produire soit par des causes extra-terrestres, comme la chute d’une météorite ou des modifications dans l‘activité solaire, soit aussi par des éruptions volcaniques « mégacolossales », parmi lesquelles l‘éruption du Lac Toba il y a 75000 ans, qui causa un mini âge glaciaire qui dura un millier d‘années.

L’étude des carottes glaciaires démontre non seulement que des modifications climatiques brutales eurent bien lieu dans le passé, mais aussi que la relative stabilité actuelle est exceptionnelle.

A cela, les tenants de la responsabilité humaine dans les modifications climatiques récentes me diront : tout cela, nous le savions déjà et il n’y a aucun point commun avec le réchauffement actuel (?). Fort bien, mais il reste une certitude absolue : lors des périodes glaciaires et interglaciaires, les activités humaines ne pouvaient en aucun cas être mises en cause…!

Sources :

http://climatechangepsychology.blogspot.com/2010/08/peter-ditlevsen-sudden-climate-change.html 

http://www.insu.cnrs.fr/co/environnement/climats-du-passe/le-climat-a-bascule-de-facon-extremement-brutale-a-la-fin-de-la-derni 

http://meetingorganizer.copernicus.org/EGU2010/EGU2010-7212.pdf

http://www.com.univ-mrs.fr/~r603365/cycle_DO_H_Rimaud2008.pdf

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS

Jo Moreau

11:11 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : réchauffement climatique, giec, co2, climat | |  Facebook |

13/08/2014

VOLCANISME SOUS-MARIN ET CHANGEMENTS CLIMATIQUES

Voici venu le temps des vacances, propice à la paresse. J’en profiterai donc pour exhumer quelques billets parus il y a déjà quelques années sur mon blog, et qui me paraissent toujours d’actualité. Celui-ci date de juillet 2011.

Il existe un nombre bien plus important de volcans sous-marins que de volcans terrestres. On ne peut évidemment établir un décompte précis, mais les estimations vont de plusieurs centaines de milliers à plusieurs millions de bouches éruptives d‘importances variées. Les découvertes technologiques récentes dans le domaine des engins sous-marins de recherche, ainsi que des appareils divers de détection, autorisent des recherches et des découvertes de plus en plus nombreuses dans ce domaine assez méconnu jusqu’à aujourd‘hui.

La plupart de ces bouches volcaniques sont localisées à la zone de subduction des plaques tectoniques, ou indépendamment de celles-ci, sur ce qu’on appelle des « points chauds » dans les océans.

Les dorsales océaniques, d ‘une longueur de plus de 65000 Kms, sont donc abondamment pourvues de ces volcans. Beaucoup d’entre eux constituent «  l’ Anneau de Feu » , soit géographiquement un arc volcanique et sismique partant des îles Tonga, au large des Philippines, du Japon, des côtes Pacifique de l’Amérique du Nord et du Sud, ou sur la dorsale du Pacifique, qui lui fait face . Il en existe ainsi dans la « Fosse des Caïmans », à plus de 7000 m de profondeur.

La dorsale médio-atlantique, est une chaîne de volcans de 15000 Kms de long, dont l’Islande forme la partie émergée. Mais on en trouve un peu partout sous la mer, comme en témoignent de nombreuses découvertes récentes, dont une gigantesque structure volcanique de 30 Kms de long sur 25 de large, située au large des côtes sud de la Sicile.

L’océan Arctique lui-même est aussi le siège d’une activité volcanique et hydrothermale beaucoup plus intense que supposé récemment. On y trouve notamment la chaîne de volcans sous-marins dite crête Gakkel longue de 1800 Kms au nord du Groenland. On peut légitimement s‘interroger quant à leur impact cyclique sur la fonte des glaces.

Où qu’ils se situent, la majorité des volcans sous-marins sont à des profondeurs telles que la pression océanique diminue le caractère explosif d’une majorité des éruptions, ce qui les rend très difficilement détectables, au profit de coulées de lave éruptive qui forme ainsi le nouveau plancher océanique. D’autres, plus proches de la surface, peuvent éjecter dans l’atmosphère aussi bien les gaz émis que de la matière.

Des recherches récentes ont aussi établi que la quantité de CO2 libéré par ces éruptions était beaucoup plus importante que prévu. Cette découverte a évidemment une influence notable sur l’étude du cycle du CO2 dans l‘atmosphère terrestre. D’autres chercheurs ont par contre mis en évidence une production importante de fer par ces volcans, ce qui favorise le phytoplancton qui lui-même joue un rôle important dans l’absorption de ce même CO2.

D’autres types de volcans sont appelés volcans (ou dômes) d’asphalte, qui déversent de l’asphalte au lieu de lave. On en a détecté dans le Golfe du Mexique et au large de la Californie. Outre l’asphalte, ces bouches volcaniques émettent d’énormes quantités de méthane, autre gaz à effet de serre. Ce phénomène est connu sous le nom de « cheminées de méthane ». On croyait auparavant que ce gaz était dissous dans l’eau, mais on a constaté récemment qu’il atteignait la surface sous forme d’un véritable bouillonnement. On estime que la quantité ainsi relarguée dans l’atmosphère terrestre est de 10 à 10.000 fois supérieure aux prévisions antérieures, et quand on sait que le méthane est un gaz à effet de serre bien plus puissant que le CO2, on imagine l‘importance de cette découverte dans la modélisation climatique. Ces relargages de méthane peuvent d’ailleurs être indépendants de phénomènes volcaniques (?), ce qui devrait être confirmé par l’étude d’autres zones marines riches en hydrocarbures.

Ainsi se dessine une toute autre image des fonds océaniques, qui se rapproche plus du « chaudron des sorcières », que du calme obscur et profond médiatisé par les films et documentaires.

On peut raisonnablement se poser pas mal de questions sur l’influence des forces en jeu dans cette intense activité volcanique, sur plusieurs composantes des changements climatiques, en commençant par l’augmentation de la température des océans, dont on sait que les plus minimes variations ont des répercussions immédiates sur notre climat et le régime des courants.

Se pose également le problème du largage dans l’atmosphère de quantités de CO2 et de méthane parmi d‘autres, beaucoup plus importantes que prévues initialement, et à côté desquelles les émissions humaines de gaz à effet de serre paraissent de plus en plus anecdotiques.

Pour ce qui concerne le niveau des océans enfin, quelle pourrait être l’influence de l’écoulement continu de lave et débris divers formant un nouveau plancher océanique, quand on sait que les îles Hawaï par exemple partent d’une profondeur de 5000 mètres sous le niveau de la mer, pour culminer à 4000 mètres d’altitude. On imagine le volume d’eau déplacé par ces phénomènes éruptifs.

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

Jo Moreau.

10:56 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : réchauffement climatique, giec, co2, climat | |  Facebook |

05/08/2014

CLIMAT : LA RTBF ET LA DESINFORMATION MAJUSCULE.

Voici venu le temps des vacances, propice à la paresse. J’en profiterai donc pour mettre au goût du jour quelques billets parus il y a déjà quelques années sur mon blog, et qui me paraissent toujours d’actualité. Celui-ci date de septembre 2010.

Je viens de regarder l’émission sur le climat concoctée ce 08 septembre par notre grand média de sévice public , et je suis encore révolté par la volonté affichée de disqualifier de la façon la plus abjecte non seulement les scientifiques, mais avec eux tous ceux qui ne partagent pas aveuglément les thèses officielles du GIEC.

Alors que cette émission était annoncée comme présentant les thèses des tenants et des opposants de l’impact des activités humaines sur les changements climatiques, nous eûmes droit à une succession de courtes interventions enregistrées des intervenants, sans débat aucun. Mais le pire était à venir : les ¾ du temps de l’émission servirent à tenter de disqualifier parfois de façon carrément diffamatoire ceux qui apportent d’autres hypothèses aux modifications climatiques. En un mot : si vous osez contester le point de vue officiel du GIEC, c’est que vous êtes en faveur du tabagisme. (lol)

Mais revenons au début de l’émission, qui s’annonce prometteur. Intervenants en faveur du GIEC : Monsieur Van Ypersele de Strihou -qui en est le vice-président- (Climatologue) - et Monsieur André Berger, (Mathématicien) - tous deux membres de l’Institut d’Astronomie et de Géophysique de l’UCL (Université Catholique de Louvain-La-Neuve). L’autre camp sera représenté par Monsieur Vincent Courtillot (Géophysicien - Professeur à l’Université de Paris Vll - Directeur de l’Institut de Physique du Globe ) et Monsieur Laurent Cabrol, ancien présentateur Météo à la Télévision française.

Le premier sujet abordé porte sur l’augmentation éventuelle des évènements météorologiques extrêmes. Alors que Monsieur Berger lui-même déclare que dans l’état actuel des recherches, on ne peut établir un lien certain avec le réchauffement climatique, le présentateur déclare : « on ne peut départager les tenants des changements climatiques des climato-sceptiques ». Le ton est immédiatement donné, et la Grande Confusion insinuée : on mélange la réalité de l’existence des changements climatiques avec la cause présumée de ceux-ci. Le réflexe de Pavlov va jouer : dès qu’on parle de changement climatique, il est évident que la cause ne peut qu’en être les activités humaines. Et cette confusion se base sur le fait que certains sembleraient établir que le climat est quelque chose d’immuablement stable, seulement troublé ces dernières années par les activités humaines et les émissions de CO2.

Mais ô miracle, Monsieur Van Ypersele de Strihou reconnaît que les émissions humaines de CO2 ne représentent qu’environ 5% de la totalité de ce gaz à effet de serre, et conclut de façon réellement étonnante que la nature qui émet les 95 % restants, recycle celui-ci, sous-entendu qu’elle serait incapable de recycler également ces malheureux 5%… (Et comme d’habitude, le fait que l’ensemble du CO2 atmosphérique ne représente qu’une petite partie des gaz à effet de serre est escamoté, mais soit).

Dès ce préambule, Monsieur Berger met immédiatement les choses au point : les climato-sceptiques ne sont dans leur ensemble que des manipulateurs. A bon entendeur…

Vient ensuite une séquence consacrée à la fonte des glaciers et à la montée des océans, avec des conclusions qui ne verront aucune hypothèse autre que l’officielle. On y répète inlassablement qu’on n’a jamais vu historiquement de modifications aussi rapides, ce qui est évidemment faux et en contradiction avec par exemple les seules variations de la Mer du Nord dans le haut Moyen Age (transgressions marines Dunkerque ll ou lll) , ou des données établies par le CNRS, pourtant peu coupable de manipulation (voir notamment 

http://www.insu.cnrs.fr/a2622,climat-bascule-facon-extremement-brutale-fin-derniere-periode-glaciaire.html  

Monsieur Courtillot est ensuite accusé sans nuances de fraude caractérisée, sans aucune possibilité pour lui de se défendre ou de présenter ses arguments. Le voici donc définitivement disqualifié.

Une brave américaine nous déclare ensuite sans rire qu’aux USA, seuls 3 ou 4 scientifiques sérieux s’opposent aux thèses du GIEC, affirmation pour le moins interpelante pour qui veut bien lire au minimum mes billets « consensus climatique … », et qui démontre la volonté de tromper l‘opinion publique.

Vient ensuite une longue dissertation sur le « Climategate« , qui est réduit à 2 mails controversés, alors que ceux qui s’intéressent un peu à ce problème savent parfaitement que ce sont 1500 mails qui ont été publiés, dont des dizaines ont ensuite été soigneusement occultés, mais évidemment cela demanderait un travail journalistique d’investigation manifestement hors de portée de notre réalisateur, ou plus exactement une recherche qu’il n’a pas envie de faire.

Je pense notamment à ces mails qui menacent de retirer du pannel des revues sélectionnées par le GIEC, celles qui publieraient encore des articles opposés aux thèses de celui-ci.

Je passe sur d’autres données clairement inexactes concernant ce qui reste un véritable scandale, pour en arriver à la conclusion que le « Climategate » fut concocté, peut-être par les services secrets (ben tiens), pour torpiller la conférence de Copenhague. Rappelons que ces mails furent divulgués par Wikileaks, qui en d’autres circonstances, bénéficie pourtant d’un grand écho et de la grande bienveillance de nos médias, lorsqu‘il diffuse des éléments conformes à l’idéologie de ceux-ci.

Alors qu’il a été montré que certaines conclusions du dernier rapport du GIEC sont tirées telles quelles de revues écologiques militantes, les erreurs sont ramenées à une faute de frappe… Consternant.

L’émission est parsemée d’une multitude d’autres affirmations fausses ou biaisées, notamment sur le rôle de Georges W. Bush (l’affreux valet des pétroliers) qui a refusé de signer les accords de Kyoto, alors qu’il n’avait aucun pouvoir de le faire sans l’aval du Congrès.

Vient enfin la conclusion finale et sans appel : les climato-sceptiques ne sont que des gens corrompus et payés grassement par l’industrie pétrolière. Ces climato-sceptiques sont d’ailleurs représentés dans l’émission par un scientifique américain dont on cite d’autres conclusions sujettes à caution mais hors-propos, et qui sert d’épouvantail bien commode pour discréditer tous les autres. Une manipulation bien dans les habitudes de notre RTBF. On oublie d’ailleurs de mentionner les enjeux financiers des alliés du GIEC, voir notamment : http://belgotopia.lalibreblogs.be/archive/2009/10/13/al-gore-un-business-qui-derange.html 

Et les magouilles probables du président du GIEC : http://belgotopia.lalibreblogs.be/archive/2010/02/04/pachaury-un-directeur-du-giec-tres-occupe.html 

Car à abaisser le débat au niveau des égouts, on risque d’y retrouver beaucoup de monde.

Je ne crains pas de qualifier cette émission scandaleusement tendancieuse, de nouvelle manipulation de l’opinion publique par notre RTBF , destinée à remettre impérativement nos populations dans le droit chemin de l’Eglise de Climatologie, dont il se confirme qu’elle en est devenue le porte-parole inconditionnel.

Rien de changé depuis un an, et mon précédent billet concernant ce média qui méconnait les rudiments de tout travail journalistique honnête, et dont il faut quand même rappeler qu’elle est financée par l’argent de tous : http://belgotopia.lalibreblogs.be/archive/2009/11/24/climategate-desinformation-et-politiquement-correct.html

Beaucoup de choses restent à dire sur cette émission dégoulinante de soumission au seul GIEC, mais je m’arrête ici, au risque de vous lasser.

Cela m’a amené aussi à réduire au minimum les liens, mais ceux que je cite dans ce billet me semblent exemplatifs, même si d’autres que moi ont développé certains thèmes bien mieux et plus complètement que moi.

En conclusion, la façon dont ce sujet a été traité disqualifie automatiquement à mes yeux tout autre sujet traité par la RTBF.

Jo Moreau

D’ ACCORD ? PAS D’ ACCORD ?? LAISSEZ-MOI VOTRE COMMENTAIRE !

12:15 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : réchauffement climatique, co2, giec, climat | |  Facebook |