Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

18/06/2009

DIDIER REYNDERS RESPONSABLE DE L'ECHEC ?

Maintenant que les élections sont derrière nous, il faut s’interroger sur les raisons de ce qu’il faut bien appeler l’échec relatif du MR.

Je suis persuadé que le cumul de mandats de Didier Reynders entre le poste de ministre des finances, très exposé ces derniers mois, et celui de président de parti, soit figure de proue lors de la campagne électorale, est la première et principale cause de la fuite des électeurs MR potentiels vers d‘autres horizons.

Il y eut d’abord la crise financière, où il fut bien sûr fortement impliqué dans le sauvetage des banques, et qui est apparu comme le sauvetage des banquiers aux yeux d’une propagande au raz des pâquerettes.

Mais ni le MR, ni DR ne fut capable de renverser cette impression aux yeux d’une large couche de la population pour laquelle il reste étroitement lié au déroulement de cette crise.

DR a été largement médiatisé ces derniers mois dans l’affaire Fortis, et s’il a donné l’image d’un homme apte à prendre une décision dans un environnement « paniqué », il est aussi apparu comme quelqu‘un qui se cramponne coûte que coûte à son objectif, refusant même ne fut-ce que d’envisager d’autres éventualités.

Cette attitude rigide a sûrement incommodé les partisans d’une solution « belgo-belge », nombreux parmi la population même s’il s’agissait d’une position sentimentale, ce qui reste d’ailleurs à démontrer. Plusieurs acteurs du monde financier en effet étaient favorables à cette solution.

La confusion entre les actes d’un ministre des finances se retrouvant au centre d’une crise, et d’un président de parti en campagne électorale, confusion largement entretenue par ses adversaires (mais c’est de bonne guerre) est certainement une cause première de la défection d’une bonne partie du corps électoral.

Il faut en tirer une conclusion, bien dans l’air du temps : le cumul de mandats entre celui de président de parti, et celui de ministre surtout dans un poste sensible, doit être banni. Non seulement et surtout pour des motifs éthiques, mais également pour des motifs de stratégie politique.

Reste son attitude vis-à-vis du PS, que beaucoup ressentirent comme une attitude méprisante vis-à-vis non seulement d’un parti, mais aussi d’une partie non négligeable de la population. Une phrase malheureuse lors de moments cruciaux, peut avoir des conséquences énormes, et un président de parti ou son staff, doit être capable de maîtriser ce qui peut apparaître comme un sentiment de supériorité ou de dédain.

On pouvait aussi pointer son langage corporel lors de plusieurs débats télévisés, quand il arborait un large sourire condescendant aux propos de son adversaire principal.

Il y a ensuite le laxisme apporté à rechercher ou à poursuivre la grande fraude financière, qui n’est peut-être pas à imputer à DR personnellement, mais dont on peut au moins penser qu’il ne fut pas à la pointe du combat…

Enfin, le MR donne l’image d’un rassemblement de personnalités, mais aussi d’une réelle absence de vision commune d’un projet pouvant apporter des solutions concrètes aux problèmes que rencontrent -ou craignent de rencontrer- de nombreux citoyens. Et si des propositions existent, elles ne reçurent pas la publicité nécessaire.

Donc DR apparaît bien comme le responsable -direct ou indirect- de l’échec, combiné à l’incompétence de son bureau de « propagande et contre-information », pour autant que celui-ci existe ...

Il apparaissait déjà bien avant la date du scrutin, qu’une très importante partie des électeurs (30 à 40%) étaient indécis. L’image donnée par DR et son appareil ne fut pas propice à rallier un nombre suffisant de ces indécis.

Jo Moreau

D’ACCORD ? PAS D’ACCORD ?? Laissez-moi votre commentaire.

18:52 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mr, élections, cumul, didier reynders, politique | |  Facebook |