Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/09/2017

LA GRANDE RELIGION CLIMATIQUE.

réchauffement climatique,changements climatiques,dérèglements climatiques,GIEC,climat,développement,

Sylvie Brunel est professeur à l' université Paris-Sorbonne. Agrégée en Géographie, Docteur en économie, spécialiste des questions de développement, elle a travaillé pendant 15 ans dans l'humanitaire.
Elle a dénoncé l'évolution de certaines ONG "qui utilisent les victimes pour capter des budgets".

Auteur d'un nombre impressionnant d'articles et d'ouvrages principalement consacrés à l'alimentation, la croissance et le développement des pays africains, l'article qui suit a paru originellement dans "La Revue", magazine du groupe "Jeune Afrique" en novembre 2015, soit avant la conclusion de la COP21, et également sur le site de la Société de Géographie (1) .

Sylvie Brunel y dénonce magistralement l'imposture des grandes messes internationales sur le climat dont le but inavoué est d'imposer une gouvernance mondiale. Elle énumère tous les poncifs à la mode, depuis le développement durable en passant par les énergies renouvelables, les bâtiments dits à énergie positive, les villes durables, l'agriculture «climato-intelligente » et dénonce leur récupération par le capitalisme de connivence.

Cet article devrait être largement diffusé parmi nos décideurs et nos enseignants, complices involontaires (ou non) de la soumission béate de nos sociétés à l'idéologie politique diffusée par les nouveaux prophètes des ONG environnementalistes.

Bonne lecture !

Jo Moreau.

Pourquoi organiser régulièrement de grandes messes planétaires sur l’environnement qui débouchent au mieux sur une accumulation de voeux pieux ? Prendre solennellement des engagements dont seuls vos successeurs auront à assumer les coûts et la difficulté de mise en œuvre est un exercice dans lequel certains gouvernements excellent. On se souvient de Jacques Chirac jurant en 1988 que les Parisiens se baigneraient dans la Seine cinq ans plus tard. Il est vrai que c’est le même qui confiait la même année que les promesses n’engageaient que ceux qui y croyaient…

Les sommets consacrés au climat illustrent parfaitement cet aphorisme. En 2002, lors du Sommet mondial pour le développement durable, à Johannesburg, Jacques Chirac toujours, décidément inspiré, déclare : «Notre maison brûle et nous regardons ailleurs.» Les participants ne parvenant pas à s’entendre, l’incendie se poursuit tranquillement pendant la décennie suivante.
Aujourd’hui, il n’est pas de sujet plus chaud que le climat, devenu la grande religion planétaire depuis qu’il se serait déréglé, bien évidemment a cause des hommes, qui ont toujours adoré se placer au centre de l’univers. Ce terme de «dérèglement», sans cesse employé, interpelle : y a-t-il dans l’histoire géologique de la Terre une période où le climat aurait été «réglé»? Existe-t-il un optimum climatique, une sorte de paradis perdu qu’il faudrait à tout prix recréer? Quand et où le climat de la Terre a-t-il été idéal pour les hommes, qui se sont obstinés à vivre dans les déserts, à occuper les montagnes et les régions glacées, à subir la chaleur tropicale et les blizzards new-yorkais ?

Le «petit âge glaciaire» qui frappe l’hémisphère Nord du XIVe au XIXe siècle provoque des hivers terribles où la Tamise, la Seine ou le port de New York gèlent. Il suscite bon nombre de guerres, de drames et d’exodes, mais on ne parle pas encore de «réfugiés climatiques». Et s’achève dans la deuxième moitié du XIXe siècle, au moment où la révolution industrielle entraîne le décollage économique de l’Europe. Que les deux événements soient liés paraît hautement hypothétique car les quantités de gaz à effet de serre envoyées dans l’atmosphère restent encore très limitées et très localisées. Mais cette crise climatique, responsable de ce que l’historien Jean Delumeau qualifie de «malheur des temps», laisse dans la mémoire des hommes une empreinte si négative que, dans les années 1970, la grande peur planétaire concerne un apparent refroidissement de la planète, alors en pleine explosion démographique. Comment nourrir une population qui s’accroît à grande vitesse (l’apogée est atteint en 1963 avec +2.2% par an contre —1,2% par an aujourd’hui) si les récoltes ne sont pas au rendez-vous? Les experts se demandent comment agir.

Ils n’auront pas à le faire. La Terre se réchauffe, les mers montent. En 1988 les Nations Unies créent un obscur organisme dont l’acronyme, depuis, a fait recette : le GIEC ou Groupement intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat. Sa mission : démontrer la responsabilité de l’homme dans le changement climatique. Il va s’en acquitter avec brio, au point de recevoir en 2007 le prix Nobel de la Paix, conjointement avec Al Gore qui vient de ficeler son film Une Vérité qui dérange, montage apocalyptique sur ce qu’on appelle désormais le dérèglement climatique. Dès lors, le sentiment de l’urgence et la peur du lendemain vont dicter la grande dramaturgie planétaire du climat.

Les Mayas faisaient des sacrifices humains pour séduire les dieux de la pluie. Ils auraient annoncé la fin du monde pour 2012. Nostradamus prévoyait de terribles événements pour 2015. Le Jour d’après, Noé, Pacific Rim, 2012… Hollywood a renoué avec la scénographie du désastre et la menace du déluge glacial a remplacé celle des Indiens et des communistes pour drainer les spectateurs. L’évolution du climat s’inscrit ainsi dans la vieille tradition de la mobilisation planétaire qui, de bug informatique en menace terroriste, trouve toujours des sujets pour faire trembler le monde des nantis et légitimer les mesures les plus impopulaires.

En 1992 se tient à Rio de Janeiro le Sommet de la Terre, deuxième du nom. Le premier avait eu lieu à Stockholm en 1972. Il avait donné naissance au concept d’«éco-développement», avec la création des premiers ministères de l’Environnement dans les pays riches, mais les inquiétudes concernant la planète avaient été aussitôt évincées par les préoccupations de la guerre froide. Rio est au contraire la première grande réunion internationale après la disparition de l’Union Soviétique qui, en faisant tomber le rideau de fer, crée pour la première fois un espace mondial où les ONG peuvent se déployer et s’organiser en réseaux grâce à l’apparition d’internet. Face à la montée des pays émergents, qui prétendent imiter le mode de vie des pays riches, le Nord développé se mobilise. Le concept (foireux) d’empreinte écologique et de limitation des ressources met l’environnement au premier rang, devant l’économie et le social. Le Sommet ce de Rio accouche ainsi des trois conventions phares de ce qu’on appelle désormais le développement durable: une sur la désertification, l’autre sur la biodiversité, la troisième enfin, celle qui va connaître la plus grande notoriété, sur le changement climatique.

Portée tous les cinq ans par les rapports du GIEC, plus catégoriques et alarmistes à chaque nouvelle livraison, la menace climatique s’impose dans l’agenda international. Les sommets mondiaux se succèdent, intercalés de réunions censées les préparer. La COP21 à Paris est ainsi la 21e réunion des «parties», les États, depuis Rio. Depuis un quart de siècle, un nombre incalculable de sherpas climato-assermentés parcourt donc le monde pour tenter de bâtir une gouvernance mondiale.

Le bilan s’avère hélas peu glorieux. La parution du quatrième rapport du GIEC, en 2007, débouche en 2009 sur le grand Sommet de Copenhague, quinzième du genre (COP15), qualifié de «réunion de la dernière chance» pour sauver la planète. Mais les participants ne parviennent pas à trouver un terrain d’entente. Seul lot de consolation: la création d’un «fonds vert» doté de 100 milliards de dollars par an (autant que l’aide publique au développement, APD), destiné à permettre aux pays en développement de s’adapter au changement climatique. En 2020. En 2015, le fonds n’a pu réunir encore que 5 milliards de… promesses de dons. Le processus rappelle celui de l’APD, censée depuis 1970 atteindre 0,7% du PNB des pays riches, et qui n’a jamais dépassé la moitié, la plupart des pays, hormis les Scandinaves, se situant bien en deçà de cette moyenne.

Comment agir face au changement climatique ? Schématiquement, par deux types d’actions. Les premières, dites mesures d’atténuation (mitigation en anglais), consistent à tenter de limiter le volume de gaz à effet de serre, au premier rang desquels l’oxyde de carbone, envoyé par l’activité humaine dans l’atmosphère, avec l’espoir de ralentir le réchauffement de la planète. Enclencher la transition énergétique, décarboner l’économie, le défi est de taille. Le capitalisme sachant parfaitement recycler les grandes peurs humaines, cela se traduit en pratique par une guerre des technologies dites propres, qui oppose anciens pays industrialisés et nouveaux pays émergents. Énergies renouvelables, bâtiments dits à énergie positive, villes durables, agriculture «climato-intelligente »… tous les domaines de l’activité humaine sont concernés.

En misant sur un découplage croissant entre activité humaine et consommation d’énergie fossile, l’atténuation ouvre ainsi un formidable champ au progrès technique. Mais elle comporte aussi ses moines en robe de bure, pour lesquels seuls l’ascèse et le renoncement, entendez la décroissance, sont des options tolérables. «La meilleure énergie est celle qu’on ne consomme pas», «le transport le plus respectueux pour la planète est celui qu’on ne fait pas». De telles formules font florès. On pourrait ajouter que l’être humain le plus vertueux est le pauvre qui ne mange pas, ne se déplace pas, ne se soigne pas. L’effacement de l’homme devient la seule voie acceptable pour la «planète», qui d’ailleurs s’en contrefout.

Pour atténuer la violence de leur vision du monde, les nouveaux prophètes (qui ne s’appliquent pas toujours leurs propres règles) prônent à l’envi le lien social, censé pallier la quête vaine et sans fin du «toujours plus», l’accumulation boulimique de biens matériels. L’expérience montre cependant que le lien social fonctionne essentiellement sur l’utilisation, si possible gratuite, des biens que les mauvais citoyens s’obstinent à vouloir posséder (donc à produire, à acheter et autres activités répréhensibles). On ne passe plus le permis, on n’a plus de voiture mais en compte sur le covoiturage et le si efficace TGV (à l’électricité nucléaire), l’appartement gracieusement prêté, les légumes du bon paysan de proximité. Le café, le chocolat et autres denrees tropicales ont eux le droit de traverser la planète, le commerce de l’«équitable», judicieusement mis en oeuvre par quelques organismes péremptoires, permettant d’absoudre leur consommation. Cigarettes, alcools et diverses substances échappent quant à eux aux oukases de ceux qui refusent la société de consommation.

Le second type d’action s’appelle l’adaptation. Pendant longtemps, elle a eu mauvaise presse car elle supposait implicitement que l’atténuation avait échoué. Mais comme même une diminution radicale des émissions de CO2 ne l’empêcherait pas de rester plus d’un siècle dans l’atmosphère, il vaut mieux dès à présent préparer les territoires aux conséquences du changement climatique. L’adaptation ne se satisfait pas de solutions toutes faites et demande une grande connaissance des territoires à l’échelle locale. Comprenant que, guerre économique oblige, le discours vertueux des pays riches n’allait quand même pas jusqu’à partager avec eux les technologies propres, les pays dits en développement exigent désormais des réparations pour les «pertes et dommages» que l’industrialisation du méchant Nord aurait causé au gentil Sud. Après que les méfaits de la colonisation ont expliqué toutes les difficultés d’une partie du monde, le concept de «dette écologique» a remplacé celui de combat anti-impérialiste.

L’humanité sur le banc des accusés

Entre atténuation et adaptation, l’architecture mondiale de la gouvernance du changement climatique (pardonnez la pédanterie) progresse cahin-caha, de plus en plus touffue et complexe, mais elle progresse: remise en question des pratiques jugées néfastes, comme les subventions au charbon, multiplication des textes et des mécanismes de financement écologique, ainsi que des organismes censés les mettre en œuvre… le climat est devenu une usine à gaz portée par une forêt de publications dressant l’interminable liste des désastres s’abattant sur la planète et contribuant ainsi activement à la déforestation qu’elles dénoncent. Tandis que se multiplient les COP (sur le climat, mais aussi sur la biodiversité, les océans, etc.), surgissent de multiples prophètes qui appellent leurs concitoyens à la rédemption en battant leur coulpe sur leur vie passée. Pour les climate born again, le succès d’audience est assuré.

En 2014, la publication du cinquième rapport du GIEC enfonce le clou une fois de plus: le changement climatique est une réalité tangible et son origine anthropique ne fait plus de doute. Multiplication des épisodes violents, fonte accélérée du pôle Nord (la recharge du pôle Sud faisant curieusement moins de gros titres), sixième grande extinction de la biodiversité, montée trop rapide des mers menaçant les deltas, les estuaires et certains États insulaires, la planète est définitivement malade. Responsable? L’humanité bien sûr, trop nombreuse et trop avide, et sur laquelle la punition du ciel a déjà commencé à s’abattre. Toutes les catastrophes naturelles, de Katrina à la Nouvelle-Orléans en 2005, au Vanuatu en 2015, tous les exodes et toutes les migrations sont désormais analysés comme des manifestations du fameux dérèglement climatique. Car l’anthropocène a commencé. L’homme façonne la planète. La messe du climat est dite et les rares climatosceptiques qui bougent encore, excommuniés.

Le Sommet de Paris mobilise donc pendant dix jours à proximité de Paris 40 000 délégués issus de 195 pays. Une fois de plus, l’enjeu du Sommet est crucial : aboutir à un accord international contraignant, visant à limiter les émissions mondiales de gaz à effet de serre, de façon à rester en dessous de la limite fatidique de 450 ppm (parties par million), considérée comme déterminante pour ne pas dépasser 2°C d’augmentation des températures par rapport à l’ère préindustrielle. Il y avait 270 ppm en 1870, 350 en 1990. 400 ont été atteints en 2010 selon l’observatoire d’Hawaii, entraînant une hausse de température de 0,8 degré en un siècle.

Pour la France, le Sommet de Paris représente autant un défi interne (relégitimer un gouvernement en mal de popularité) qu’international: réaffirmer sa place dans le monde, alors qu’elle apparaît comme un des pays les moins généreux en matière d’accueil des migrants et que son choix du nucléaire fait grincer les dents vertes. Pour l’Europe aussi, un succès apporterait la preuve qu’elle est bien le chef de file du développement durable, elle qui a pris les engagements les plus ambitieux en matière de climat. Chaque pays doit prendre ses propres engagements pour initier la transition énergétique. Représentant 40% des émissions à eux deux, les États-Unis et la Chine affirment qu’ils réduiront leurs émissions… après-demain, 2025 pour les premiers, 2030 pour la seconde.

Les résultats du Sommet ne sont pas encore connus, mais l’expérience montre qu’ils s’enlisent généralement dans des arguties sans fin sans parvenir à imposer au monde un accord international contraignant. Les intérêts respectifs des États en présence divergent tant qu’il ne peut exister de consensus planétaire. Que la Russie, le Canada et tous les pays nordiques bénéficient du changement climatique, qui leur ouvre de nouvelles routes, de nouvelles terres cultivables et de nouvelles ressources minières, est indéniable. Qu’un certain nombre de pays en développement en souffrent, parce qu’ils subissent la perte des glaciers pour les nations andines, la montée des eaux pour les petits États insulaires du Pacifique, la multiplication des épisodes violents pour ceux situés aux basses latitudes, l’est tout autant, même si le sous-développement, la mauvaise gouvernance et la corruption rendent infiniment plus vulnérables aux maux de la nature. Les îles tropicales souffriraient moins de la montée des eaux si elles cessaient de dilapider leur corail en matériaux de construction, de détruire leurs mangroves, de polluer leurs lagons, de tolérer la surpêche. Les agriculteurs africains seraient beaucoup plus capables de faire face aux aléas climatiques s’ils étaient correctement rémunérés pour leur travail et sécurisés sur leurs terres.

Qu’il faille une politique de coopération généreuse à l’égard des pays pauvres, personne n’en doute, mais trop souvent, le climat a bon dos pour se défausser de ses propres responsabilités. Demander au Nord de «réparer les pertes et dommages» dus au changement climatique-devenu la nouvelle grille de lecture de tous les aléas et de toutes les catastrophes- est plus facile que de gérer avec sagesse des villes et des campagnes en mutation rapide, surtout quand les pauvres voient rarement la couleur des financements exigés en leur nom.

Les politiques climatiques souffrent de ce que Hardin qualifiait en 1968 de «tragédie des biens communs»: un certain nombre de ressources étant en libre accès, comme la haute mer, l’intérêt des fameuses «parties» est de se les approprier avant les autres. Intérêt individuel immédiat s’oppose souvent à l’intérêt collectif lointain. Si je prélève la ressource, je m’enrichis immédiatement, tant pis si la collectivité en subit les conséquences néfastes à long terme. Comment exiger des investissements coûteux immédiats aux industriels, aux collectivités locales, aux transporteurs, aux agriculteurs, quand leur impact sur le changement climatique reste fondamentalement incertain et ne se fera de toute façon pas sentir avant plusieurs décennies?

Pourtant, les travaux d’Elinor Ostrom, Prix Nobel d’économie en 2009 (avec Oliver Williamson), montrent que les communautés d’acteurs locaux, lorsqu’elles sont associées aux bénéfices de la protection de leurs ressources, s’engagent collectivement dans des démarches visant à en assurer l’exploitation durable. La recherche de l’efficience énergétique et écologique, dans l’irrigation et dans les itinéraires techniques mis en œuvre en agriculture par exemple est aussi déjà une réalité. La même évolution s’observe dans les nouvelles technologies, où la préoccupation de produire propre avec moins, de repenser le cycle de vie des produits, leur recyclage ou leur réutilisation, se généralise partout, y compris dans les pays émergents. L’exemple de la Chine ou de la Corée du Sude le montre: à partir d’un certain niveau de vie, la protection de l’environnement devient une préoccupation, car les classes moyennes sont soucieuses de leur cadre de vie et ne veulent plus subir les ravages d’un environnement dégradé. Partout, sauf là où la lutte contre la misère est la première des priorités, la recherche de la durabilité devient ainsi une réalité.

S’en sortir par le développement

Voilà pourquoi le discours culpabilisateur, qui jette l’opprobre sur certains et victimise les autres, est une stratégie beaucoup moins efficace que celle qui consiste à montrer les bienfaits des politiques respectueuses de l’environnement. Celles-ci s’imposent d’elles-mémes quand elles permettent de faire des économies et de créer des opportunités. Pendant longtemps, c’est l’idée de rareté, d’épuisement des ressources («nous n’avons pas de planète de rechange») qui a dicté le discours du développement durable. Pour éviter l’apocalypse annoncée, les masses étaient censées s’amender, au besoin par la contrainte.

Mais le discours malthusien, porté par les prix élevés des matières premières et du pétrole, a justifié au contraire la recherche effrénée de nouvelles sources d’énergie, tels les hydrocarbures non conventionnels, la mise en œuvre de puits de pétrole profonds ou offshore. Paradoxalement, la planète croule désormais sous les matières premières (pétrole compris) dont les prix s’effondrent. Ce qui a d’ailleurs pour conséquence d’ajourner nombre d’investissements miniers dans l’acier, le fer ou le charbon: l’abondance des sources d’énergie et la chute des prix jouent en faveur de la lutte contre le changement climatique en limitant l’emballement des émergents. Brésil, Chine, Russie, Afrique du Sud, les Brics (hormis l’Inde, importatrice), pays pétroliers et exportateurs de produits agricoles et miniers, voient leur croissance ralentir et émettent donc moins.

Pourtant, voir dans de telles crises la solution serait une erreur: il faut de la croissance pour financer la lutte contre la pauvreté et les politiques de redistribution. L’aspiration au développement reste une demande mondiale, notamment pour les pauvres qui, selon la formule du Programme des Nations unis pour le développement (PNUD), n’ont ni avoir, ni savoir, ni pouvoir, et ne peuvent en conséquence exercer leur capacité de choix. Les modèles alternatifs ne sont pas crédibles car ils reposent trop souvent sur l’exploitation du pauvre par le pauvre, comme le montre le micro-crédit tant vanté, qui aboutit trop souvent à la perpétuation de micro-activités assorties à des macro-endettements liés aux taux d’usure pratiqués.

Faire l’apologie des nouvelles sociétés connectées ne doit pas faire oublier que l’analphabétisme, les problèmes de faim et de santé restent une réalité, que l’accès à l’énergie (même pour brancher une lampe) reste un rêve inaccessible pour un milliard de pauvres. Or la consommation immense d’énergie de la société connectée, les serveurs colossaux de Google ou de Facebook ne sont pas plus «amis de la planète» que ces énergéticiens tant décriés que sont les firmes pétrolières, premières aujourd’hui à investir dans la recherche d’énergies renouvelables.

Le secteur productif reste donc la base du développement, qu’il s’agisse de l’agriculture (60 % de la population mondiale) ou de l’industrie: sans transformation sur place des matières premières, aucun pays ne peut sortir du sous-développement, car il subit la fluctuation extrême des cours et ne reçoit qu’une faible part de la valeur ajoutée produite. Quand l’agriculture est en crise, les pénuries alimentaires guettent. Quand l’industrialisation fait défaut, la vulnérabilité des pays devient insurmontable. L’économie traditionnelle a donc encore de beaux jours devant elle : en Afrique, les seuls pays qui se développent sont ceux qui mettent en place une économie diversifiée. Pour pouvoir répartir, il faut produire, créer des emplois, une classe moyenne. Et quand la classe moyenne se renforce, la volonté de préserver l’environnement devient une réalité. Pour répartir, il faut produire. Pour protéger, il faut répartir. Toute vision qui fait l’impasse sur l’un des trois volets est vouée à l’échec.

La bonne nouvelle, c’est que le progrès durable se généralise : le nombre de pauvres et de malnutris chute, l’espérance de vie s’allonge, la classe moyenne compte de plus en plus d’humains. Lutter contre le changement climatique en mettant en œuvre des politiques d’atténuation et d’adaptation à l’échelle locale, avec des acteurs maîtres de leur destin et sensibilisés aux enjeux de la protection de leur environne¬ment, devient une réalité universelle et partagée. Ainsi, que les sommets onusiens débouchent généralement sur d’apparents échecs ne doit pas faire oublier qu’ils contribuent à l’apparition d’une conscience écologique planétaire.

Sylvie Brunel.

 

(1) https://socgeo.com/2015/11/01/la-grande-religion-climatique/

 

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :
https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

05/07/2017

LA CHASSE A L' HERESIE CLIMATIQUE AU XXIe SIECLE.

climat,censure,giec,CO2,réchauffement climatique,

Frank Furedi - PhD -Professeur de Sociologie à l'Université du Kent - Auteur de plusieurs ouvrages sur la Politique de la Peur - est un sociologue qui explore les réactions de notre société face à la peur, le risque et l'inconnu. Il pose la question : la persécution de la dissidence est-elle un danger pour la démocratie, la liberté et la vérité elle-même ? Il traite du déni appliqué notamment au débat climatique, alors que les GIECosceptiques sont traités de "deniers" outre Atlantique, ou de "négationnistes" dans nos belles contrées.

Voici de larges extraits de son texte (1), dans une traduction "maison".

Bonne lecture,

Jo Moreau.


La société contemporaine est plus à l'aise avec des valeurs floues plutôt qu'avec une seule valeur à laquelle chacun pourrait adhérer. Au lieu de LA vérité, la société préfère une interprétation sur LES vérités. La célébration du non-jugement et de la différence peut être interprétée comme une tentative d'éviter d'avoir à poser des jugements moraux. Les éducateurs informent constamment les étudiants universitaires - en particulier dans les sciences sociales et humaines - qu'il n'existe ni réponse exacte ni erronée. Au lieu d'un code moral explicite, la société occidentale cherche à contrôler le comportement à travers une rhétorique diffuse qui évite de prendre position face à des questions existentielles fondamentales.

Paradoxalement, l'absence de clarté morale encourage le développement de comportements intolérants. Dans un monde où les moralistes professent la difficulté de distinguer clairement le bien du mal, il est important qu'une frontière soit tracée entre un comportement acceptable et inacceptable. L'Holocauste a été extrait de son tragique contexte historique, et transformé en une métaphore générique du mal. La pollution de l'environnement est associée à une représentation très visuelle de la dépravation morale. La découverte de nouveaux tabous fait partie du travail des chasseurs d'hérésie aujourd'hui. Les très rares exemples de mal indiscutable - la pédophilie, l'Holocauste, la pollution - sont constamment mis en évidence pour cibler les actes de transgression morale potentielle.

Au cours des deux décennies de ce 21e siècle, l'acte de déni est devenu la caractéristique la plus assimilée à l' hérésie .

La stigmatisation du déni a dépassé le domaine des controverses historiques entourant les actes de génocide, à d'autres sujets de débat. Le déni a acquis le statut d'un blasphème qui peut s'appliquer à diverses controverses. Un adversaire des climato-sceptiques constate que les formulations «changement climatique »,« réchauffement climatique », « impacts humains » contiennent en eux-même une forme de déni (dans le sens où elles admettraient des causes naturelles plutôt que l'exclusive responsabilité humaine).

Il semble que les croisés de la morale, dénonçant l'acte de déni à l'occasion de sujets de plus en plus diversifiés, ne peuvent plus le différencier d'une divergence d'opinion. L'inflation rhétorique des conséquences du déni est éclairée par le désir de construire une idéologie plausible du mal. Le terme même «déni» implique que ce qui est en jeu est le statut de la vérité. Ceux qui nient refusent délibérément de reconnaître la vérité évidente, ce qui les exclut d'avoir voix au chapitre.

Malheureusement, ne pas accepter une sagesse révélée est souvent interprété non pas comme un désaccord, mais comme un acte de déni - et avec la stigmatisation du déni, cette accusation a acquis la forme d'un blasphème laïc. La revue "Nature" a justifié ainsi son rejet d' un livre écrit par un auteur sceptique sur la pensée écologiste dominante : "Le texte emploit la stratégie de ceux qui, par exemple, font valoir que les homosexuels ne meurent pas du sida, que les juifs n'ont pas été sélectionnés par les nazis pour l'extermination, et ainsi de suite." La suggestion selon laquelle il existe une stratégie commune du déni utilisé dans ces trois problèmes à forte charge émotive trahit l'imagination conspirative des chasseurs d'hérésie.

La stigmatisation du déni est une ouverture vers une demande de censure, tendant à réduire au silence toute personne qui émet des doutes quant à la représentation catastrophique du changement climatique. De tels sceptiques sont fréquemment stigmatisés comme «deniers du réchauffement de la planète» et leur comportement est souvent comparé à celui des négationnistes antisémites de l'Holocauste. Certains avocats de la cause prônent une politique de tolérance zéro sur la justification de leur croisade: l'argumentaire utilisé pour condamner l'hérétique fait généralement appel à une autorité sacrée qui ne doit pas être remise en cause. Selon ce modèle, la «preuve écrasante» sert d'équivalent à la vérité religieuse révélée et ceux qui osent interpeller les «scientifiques de réputation incontestée» - c'est-à-dire une nouvelle caste sacerdotale - sont coupables de blasphème.

Les chasseurs d'hérésie qui accusent leurs adversaires d'un "déni écologique" préviennent également que «le temps pour disserter est révolu». Il semble que le déni écologique ou le refus d'adopter un discours écologique soit le préalable à une longue liste de «crimes écologiques». Ceux qui combattent la nouvelle hérésie ne peuvent souvent pas résister à la tentation de refuser tout débat. Certains prétendent que, comme les négateurs de l'Holocauste, ceux qui refusent d'avaliser le récit sacré sur le réchauffement climatique devraient simplement être réduits au silence dans les médias. "Il arrive un moment dans le journalisme où la recherche d'équilibre devient irresponsable", affirme Scott Pelley, journaliste de CBS, en justifiant cette censure orientée. De ce point de vue liberticide, les médias ont la responsabilité de réduire au silence les deniers du réchauffement planétaire par tous les moyens nécessaires.

Les combattants du déni ne se contentent pas seulement de réduire leurs adversaires au silence. Dans la tradition de la chasse à l'hérésie, ils veulent aussi infliger des châtiments à ceux qui nient la vraie vérité.

Le journaliste australien Margo Kingston a écrit "David Irving a été arrêté en Autriche pour déni de l'Holocauste" peut-être "y a-t-il lieu de faire en sorte que le déni du changement climatique soit une infraction". Pourquoi? Parce que c'est un «crime contre l'humanité, après tout». David Roberts, un journaliste du magazine en ligne Grist , voudrait également voir les climato-sceptiques poursuivis au même titre que les criminels de guerre nazis. Avec le ton au vitriol caractéristique des inquisiteurs dogmatiques, il note que «nous devrions avoir des procès pour crimes de guerre pour ces bâtards», en ajoutant «une sorte de Nüremberg du climat».

Les arguments utilisés par les inquisiteurs dogmatiques suggèrent que le déni constituait l'arme employée par la religion traditionnelle pour classer des idées immorales ou dangereuses. Il y a longtemps, les théocrates se sont rendus compte que l'autorité de leur système de croyance serait renforcée si elle s'appuyait sur le fait que « Dieu punit l'impiété ». En outre, ils doivent également être punis en raison de l'impact néfaste que leur blasphème a sur les autres. Les inquisiteurs d'aujourd'hui ont adopté un point de vue semblable et insistent pour que, puisque les gens doivent être protégés contre l'incrédulité, sa répression constitue un comportement responsable.

(1) https://iainews.iai.tv/articles/21st-century-heresy-hunting-auid-491

 

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :


https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

12:39 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : climat, censure, giec, co2, réchauffement climatique | |  Facebook |

30/06/2017

LE PROFESSEUR WERNER KIRSTEIN S'EXPRIME SUR LE CLIMAT.

réchauffement climatique,climat,giec,CO2,

Le Professeur Werner KIRSTEIN est un climatologue retraité de l'Institut de Géographie de l' université de Leipzig, et "climato-sceptique" de longue date. Il vient d'accorder une interview à la chaîne RT en langue allemande, interview reprise par Pierre Gosselin sur son excellent site (1). (Pour autant que de besoin, rappelons que de nombreux climatologues et paléoclimatologues contestent les conclusions du GIEC).

Je vous la livre ici dans une traduction "maison".

Bonne lecture !

Jo Moreau.

La chaîne RT en langue allemande a récemment diffusé une interview du climatologue à la retraite, le Prof. Werner Kirstein, concernant la décision du Président Donald Trump de se retirer de l'accord de Paris, et sur l'état actuel de la «science» du climat.

Kirstein est l'un des critiques les plus en vue d'Allemagne en matière d'aléas climatique. Il soutient que le réchauffement des dernières décennies est principalement dû à des causes naturelles consécutives à la fin du "petit âge glaciaire", et n'est donc pas surprenant.

Une invention.

Dans l'interview RT, au sujet du retrait récemment annoncé par Trump, Kirstein dit qu'il n'est pas surprenant que, dans le parti républicain, il y ait eu un certain nombre de politiciens qui, depuis 20 ans, n'ont pas cru aux changements climatiques dus aux activités humaines. Et qu'au cours des dix dernières années, "des centaines de scientifiques américains soutiennent que c'est une invention ", et ils l'ont même confirmé dans une lettre envoyée à l'ancien président Obama.

Kirstein conteste les allégations du GIEC selon lesquelles l'homme est responsable du récent changement climatique, nous rappelant que, dans le passé, le CO2 a toujours varié et que la part des activités humaines est insignifiante par rapport au CO2 émis par la nature.

Kirstein rappelle que le CO2 est « un gaz inoffensif », et la conclusion du GIEC établissant une corrélation entre la température globale et le CO2 sur la période de 1970 à 2000 est une erreur.

"Quand je me retourne et que je regarde l'histoire, il n'y a absolument aucune relation entre le CO2 et la température".

Le GIEC, fondamentalement corrompu, s'appuie sur le marketing.

Sur la question de savoir pourquoi il y a tant de panique répandue par les médias sur une catastrophe climatique, Kirstein met en cause des intérêts économiques, et bien entendu les gouvernements peuvent toujours trouver des scientifiques disposés à suivre les scénarios-catastrophe - nommant l' Institut PIK Potsdam par exemple. (2)

Il considère le GIEC comme une organisation portée principalement par des sociologues qui ont pour tâche de commercialiser les changements climatiques. Il cite Vincent Gray (3): " Le GIEC est fondamentalement corrompu ." Kirstein précise au journaliste: " Cela dit tout, n'est-ce pas? "Il ajoute:" Aujourd'hui, vous ne trouverez pas de scientifiques au GIEC, mais bien des scientifiques politiciens ".

Kirstein rappelle qu'il existe une grande différence entre l'environnement et le climat, et que si l'environnement doit être protégé, il n'a aucun rapport avec le climat.

La science climatique est mensongère.

Il n'est pas possible de faire croire aux gens que le CO2 est la cause d'une catastrophe climatique.

Au sujet du "consensus", Kirstein dit qu'il n'est pas le seul sceptique en Allemagne, ni dans le monde entier. Parmi les scientifiques qui insistent sur le fait que les activités humaines sont la cause des changements climatiques, il souligne que la plupart d'entre eux s'intéressent au financement.

Je connais certains collègues qui ne sont pas à Leipzig, et d'autres ici à Leipzig, qui profitent de financements. Dans les discussions privées, j'ai entendu: «Eh bien, vous savez, comment suis-je censé gagner ma vie?»

Il résume le facteur moteur de la recherche climatique, en utilisant un dicton célèbre: " Ne mord pas la main qui te nourrit".

Werner Kirstein.

Photo RT.

(1) http://notrickszone.com/2017/06/27/retired-40-year-veteran-german-climatologist-co2-a-scapegoat-ipcc-a-marketing-organization/#sthash.BPv48Lm2.dpbs

(2) Potsdam Institute for Climate Impact Research.

(3) Vincent Gray - PhD Chimie Physique - fondateur du New Zealand Climate Science Coalition.


BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :
https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

10:38 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, climat, giec, co2 | |  Facebook |

29/06/2017

DES COURS DE SCIENCE OBLIGATOIRES DANS TOUS LES CURSUS.

climat,réchauffement climatique,giec,co2,

Dans un article du 25 mai 2016, le Dr Timothy Ball se penche sur la méconnaissance du public des principes de base de la méthode scientifique , et de la perméabilité à la manipulation politique qui en découle.

J'en reprends ici des extraits, dans une traduction "maison".

Jo Moreau.


La science est omniprésente directement et indirectement dans toutes les phases de la vie moderne. Elle est de plus en plus présente dans les prises de décisions sociales, politiques et économiques prises par eux ou pour eux. 

Les "climato-sceptiques" s'efforcent d'amener la majorité des gens à prendre conscience des problèmes qui découlent de l'histoire du réchauffement planétaire causé par les activités humaines telle qu'elle est prônée par le GIEC. Le problème est beaucoup plus large parce qu'il se rapporte au manque de compétences scientifiques dans une majorité de la population. Des changements obligatoires dans la réflexion et les programmes d'études sont nécessaires.
J'ai été impliqué dans de nombreuses discussions sur les programmes d'études. Elles ont globalement échoué dans la réalisation de programmes utiles à l'élève et à la société, parce qu'ils étaient contrôlés par des gens qui veillent prioritairement à ce qui les intéressait ou qui les confortaient dans leur boulot, plutôt que donner à l'élève les outils nécessaires pour devenir un citoyen informé et efficace. 

Les étudiants ne disposent pas des outils nécessaires pour éviter d'être exploités. En effet, parfois, je pense que le système les maintient dans l'ignorance afin qu'il puisse les exploiter une fois devenus adultes. Les peuples de la forêt tropicale enseignent à leurs enfants ce dont ils ont besoin pour survivre dans le monde réel et dangereux dans lequel ils vivent. Nous ne faisons cela à aucun niveau. La plupart des jeunes apprennent plus sur la vie et eux-mêmes dans les jobs d'été à temps partiel, toute autre expérience étant jugée inutile et socialement coûteuse.

Michael Crichton, plus connu pour ses romans à base scientifique comme Jurassic Park, était diplômé de Harvard Medical School. Il a écrit un roman intéressant, "State of Fear", qui illustre la façon dont les écologistes abusent de la science et du réchauffement climatique pour l'accomplissement d'un agenda politique. Cette utilisation dévoyée fonctionne car 85 pour cent de la société n'est pas capable de distinguer la réalité. 
Je savais dès le début que l'objectif était de «prouver» à tout prix que l'homme était responsable du réchauffement planétaire (AGW). Je fus ainsi très tôt en phase avec le commentaire de Richard Lindzen, soit que le "consensus" sur le sujet a été atteint avant même que la recherche n'ait commencé.


Crichton a également prononcé un discours au Commonwealth Club à San Francisco le 15 septembre 2003. Voici ses remarques préliminaires.
"On m'a demandé de parler de ce que je considère comme le défi le plus important pour l'humanité, et j'ai une réponse fondamentale. Le plus grand défi pour l'humanité est le défi de distinguer la réalité de la fantaisie, la vérité de la propagande. Percevoir la vérité a toujours été un défi pour l'humanité, mais à l'ère de l'information (ou parallèlement, l'âge de la désinformation), cela prend une importance et une urgence particulières".


Nous devons décider quotidiennement si les menaces auxquelles nous sommes confrontés sont réelles, si les solutions qu'on nous propose sont judicieuses, si les problèmes qu'on nous présente sont en fait de véritables problèmes ou des non-problèmes. Chacun d'entre nous a sa vision du monde, et nous savons tous que cette vision est partiellement formatée par ce que les autres personnes et la société nous disent, en partie générée par notre état émotionnel, et en partie par nos véritables perceptions de la réalité. 
Le thème principal de son discours est l'utilisation politique de l'environnementalisme comme religion pour l'endoctrinement et le contrôle. Sa conclusion est :


"Parce qu'en fin de compte, la science nous offre le seul moyen de sortir de la politique. Et si nous autorisons la science à devenir politisée, nous sommes perdus. Nous allons entrer dans la version Internet des âges sombres, une ère de peurs mouvantes et de préjugés sauvages, transmis à des personnes qui ne connaissent pas mieux. Ce n'est pas un bon avenir pour la race humaine: c'est notre passé. Il est donc temps d'abandonner la religion de l'environnementalisme et de revenir à la science de l'environnementalisme, et fonder nos décisions en matière de politique publique sur ce seul aspect".

Comment résolvez-vous le problème alors que 85% des gens ne comprennent pas la science? Je suis d'accord avec Crichton au sujet de l'environnementalisme, mais c'est un problème plus large. Chaque facette de la société est influencée par la science et la technologie, et est susceptible de manipulation politique.
Pour moi, la réponse évidente est d'avoir des cours obligatoires en sciences. Ils devraient exister dès le primaire, au lycée et au collège, et à l'université. Tout le monde devrait savoir ce qu'est la science, comment cela fonctionne et comment elle a évolué. 


Si tout le monde connaissait la méthode scientifique, je n'aurais pas dû faire face aux défis que j'ai rencontrés lors de ma première présentation devant le Canadian Parliamentary Committee.
L'audience portait sur la question de l'ozone. Je ne voulais pas y assister parce que je savais que c'était un théâtre conçu pour exploiter politiquement un problème environnemental, mais je n'avais pas le choix.
J'ai été regroupé avec deux autres scientifiques et nous avons eu moins de temps de présentation au total que cinq «Amis de la Terre». Je me suis également rendu compte que les politiciens connaissaient peu ou rien de la science. Cependant, la présentation d'un des scientifiques m'a le plus dérangé. Il a présenté des données sur les niveaux d'ozone sur Toronto pendant une période où je savais que de telles mesures n'existaient pas. Je me suis rendu compte qu'il s'agissait en fait de données générées par un modèle informatique. Il n'a pas expliqué cela aux politiciens qui pensaient qu'il s'agissait de données réelles. 
J'ai moi-même expliqué qu'une hypothèse scientifique était semblable à de la spéculation basée sur quelques faits choisis. La science créait constamment des hypothèses qui, en cette période d'hystérie environnementale, ont reçu l'attention des médias, mais ont également attiré des personnes qui cherchaient des fonds de recherche. J'ai exposé que je pourrais produire plusieurs hypothèses basées sur quelques faits, illustrant des catastrophes mondiales. J'ai donné un exemple, l'effondrement potentiel du champ magnétique de la Terre et les dommages qui en résulteraient aux plantes et aux animaux sans la protection qu'il fournit. Je voulais savoir ce que mon gouvernement avait prévu pour protéger les citoyens.


Le défi pour les politiciens scientifiquement peu avertis, était de décider laquelle de ces spéculations menaçantes méritait leur attention. La réponse actuelle est de financer ceux qui vont faire avancer leur carrière. Ils le font en partie en raison de la nature de la politique, mais aussi parce qu'ils sont mal équipés pour poser un meilleur jugement. S'ils connaissaient et comprenaient la science et comment cela fonctionne, ce serait différent.


Si les gens savaient que la science implique de poser des questions constamment et, à l'occasion seulement, trouver des réponses, leur compréhension s'améliorerait considérablement. Les quelques réponses acceptables ne sont que celles qui ont résisté aux défis et finalement produit des prédictions précises. Ce que tous les "sceptiques" devraient faire, c'est montrer au public, en grande partie non scientifique, quand une hypothèse climatique n'a pas répondu à la plupart des contestations, et a produit des prédictions incorrectes.

Dr Timothy BALL - PhD - Climatologue - Président du Projet Ressources Naturelles (Canada) ex Professeur de Climatologie Université de Winnipeg (Canada)

http://drtimball.com/2016/compulsory-courses-for-any-curriculum-the-science-dilemma/

 

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :
https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

12:27 Publié dans climat, sciences | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : climat, réchauffement climatique, giec, co2 | |  Facebook |

21/03/2017

LES EVENEMENTS CLIMATIQUES EXTREMES DU PASSE (14)

climat (8).jpgSuite n° 14. (anno 1650-1699)

"Le contenu de la mémoire est fonction de la vitesse de l'oubli"

Désormais, chaque inondation quelque peu catastrophique, chaque tornade, chaque anomalie météorologique est rattachée au réchauffement climatique qui parait-il nous menace, mais dont en plus nous serions responsables !

Pourtant, la consultation de chroniques ou récits anciens est révélatrice de précédents tout aussi apocalyptiques, et relativise la notion même de "changements climatiques", ainsi que la définition d'un "climat stable" qui n'a jamais existé mais qu'on voudrait instaurer à tout prix.

Contexte et mise en garde, voir :
http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2015/02/27/sur-les-evenements-climatiques-extremes-1-1140511.html

Anno 1650 : Le 18 janvier, terrible tempête en Angleterre. Grande chaleur et sécheresse sur l'Italie. Inondations en Bretagne.

Anno 1651 : le 5 janvier, une grande inondation noie les plaines d'Alsace. Le 23 février, hautes eaux qui causent de grands dommages aux digues des Pays-Bas. Le 4 mars, une nouvelle tempête et inondations dans le Dimmermeer et à Amsterdam. La crue de la Seine cause de grands dommages à Paris. Pluies continuelles en octobre et novembre. Inondations généralisées en France.

Anno 1652 : Chaleur et sécheresse en Angleterre. L'été en Ecosse est le plus chaud et sec "de mémoire d'homme". La chaleur sévit sur l'Europe entière. Année de la "grande sécheresse" en Alsace, jusqu'au mois d'août qui connait d'énormes crues.

Anno 1653 : Chaleur et sécheresse en Pologne. Egalement en Angleterre.

Anno 1654 : Chaleur et sécheresse exceptionnelle en Périgord et sur tout le sud de la France. Egalement sur l'Angleterre. En Suisse, baisse des eaux du lac de Genève, une partie de la rade peut être traversée à pied sec.

Anno 1655 : En janvier, grandes inondations en Angleterre. Sécheresse sur le Sud de la France.

Anno 1656 : Inondations à Rome. La sécheresse persiste sur le Sud de la France, en Provence, la chaleur fut si extraordinaire que "la plupart des bleds ne sortirent point". Le 20 juillet à Norwich, deux averses de grêle causent de nombreux morts. En juillet, le Danube sort de son lit, et les flots torrentueux détruisent ponts et constructions et 16 villes et villages sont détruits. Les orages sont la cause de nombreux incendies. Pluies excessives sur l'Angleterre. La Tamise déborde le 8 octobre.

Anno 1657 : Séisme en Touraine. En Angleterre, le temps fut excessivement chaud depuis le printemps jusque la fin de l'été. Nombreux orages en France, qui causent de nombreuses inondations. Le Rhône déborde en Camargue. En Provence, l'hiver 1657-58 "est un vrai printemps".

Anno 1658 : en février et mars, grandes inondations en France et en Belgique. La Seine dépasse de 8 mètres son niveau habituel. Paris connait une crue historique. L'été est remarquablement chaud en Angleterre. Chaleur excessive en Italie. Grande chaleur et sécheresse au Danemark. Le 3 septembre, un ouragan souffle sur toute l'Europe. L'hiver qui suit fut sans neige ni gelées.

Anno 1659 : En Suisse, hiver doux, sans gel ni neige. Grande tempête de grêle sur le Straffordshire qui cause de nombreux dégâts. Le 8 décembre, une violente tempête "telle qu'on n'en a jamais vue sur cette région" cause de grands dégâts à la ville de York.

Anno 1660 : Sécheresse extraordinaire en Provence. Important séisme dans la région de Bagnères de Bigorre - 653 morts. En novembre, la crue de la Tamise cause de grands dégâts. Le mois de décembre fut particulièrement doux. En Angleterre, l'hiver fut particulièrement tempêtueux.

Anno 1661 : Hiver particulièrement doux. En février, les arbres à fruits à noyaux étaient en fleurs. Le 18 février, une tempête très violente accompagnée d'orages et de grêle touche l'Angleterre. On dénombre de nombreux morts par l'effondrement de bâtiments. Le vent était si violent que "de nombreuses personnes furent projetées dans les airs". Le 21 février, importantes inondations dans le Kent. Ensuite, succession de sécheresses et d'inondations. Plusieurs rivières sont à sec.

Anno 1662 : En Bretagne, l'hiver fut doux. "On n'alluma pas les cheminée une seule fois" et en février, les arbres furent en fleur (période suivie d'un froid rigoureux). Le 18 février, grande tempête sur Londres. Le 30 juillet, tempête de grêle remarquable sur le West Lancashire. Le même jour, tornade faisant un "bruit hideux" dans le Cheshire. Invasion de sauterelles sur le territoire d'Arles.

Anno 1663 : Eté pluvieux et froid sur l'Europe. L'hiver est ensuite particulièrement doux et pluvieux sur l'Allemagne.

Anno 1664 : En janvier, violente tempête de grêle sur Londres. Les 26,27 et 28 janvier, marées très irrégulières sur les côtes anglaises, la mer envahissant les côtes sans se retirer. Le 4 mai et suivants, grandes inondations dans le Buckhingamshire et autres régions d4angleterre. Le 29 juillet, violente tempête de Grêle "comme des oeufs d'oie" sur Padoue (Italie).

Anno 1665 : En Angleterre, nombreuses inondations aussi bien par des crues de rivières que par des submersions marines. Sécheresse "affreuse" en Provence.

Anno 1666 : Nombreuses tempêtes et orages en début d'année en Angleterre. En Bretagne, à la suite de l’arasement des talus, le sable de mer, poussé par une violente tempête, envahit à jamais, au cours d’une nuit, l’intérieur des terres et couvre d’une couche de 20 pieds, le sol des campagnes fertíles s’étendant de Saint-Pol-de-Léon à Brignogan. France et Grande Bretagne : sévère sécheresse. La Tamise peut etre traversée à pied. Il s’ensuivra le grand incendie de Londres. Le 17 juillet, violentes tempêtes sur les côtes anglaises. Eté excessivement chaud en Alsace. les 14 et 16 octobre, grandes inondations et tempêtes en Angleterre où on dénombre de nombreuses destructions. En Suisse, le lac de Constance déborde.

Anno 1667 : Chaleur et sécheresse en Alsace, où se déclenchent de grands incendies de forêts.

1668 - 1670
Inondations catastrophiques en Europe Orientale. «Dans ces provinces, en particulier en Moldavie, il y a un grand débordement d’eau pendant trois mois en raison des averses fréquentes et pluies incessantes, jour et nuit qui détruisent semis de blé du meilleur, de l’orge, l’avoine et ils sont endommagés par une trop grande humidité et ne peuvent pas mûrir. Aussi l’herbe et les plantes herbacées dans la prairie ne peuvent pas croître à cause du froid et de l’eau ou ne peuvent pas être fauchées à cause du manque de soleil et parce que les rivières sortent de leurs lits, inondent les plaines et prennent avec l’eau les herbes et la terre avec toutes les plantes et les mélangent avec du sable. Aussi, chose surprenante, sur le territoire de Bacău, on a vu si multitude de souris, qui non seulement elles mangeaient tout dans les jardins potagers avec de grandes pertes, mais elles ont escaladé les arbres, ont attaqué et ont tout détruit avec leurs dents, et, ce qui est pis, elles sont sorties et ont dévoré le blé de champs, l’orge etc. Les habitants, alarmés par ce malheur prédisent, qu’il y aura des famines et la peste. Et l’année dernière il y a eu tant de guêpes…qu’on ne pouvait vivre qu’avec les fenêtres fermées ...».
Eté chaud et sec en Alsace.

Anno 1669 : En été grande chaleur en France. Extrême sécheresse en Angleterre sur toute l'année, avec un mois d'août parsemé de tempêtes et d'orages. En juin et juillet, nombreuses inondations en Allemagne qui font des centaines de victimes. Les Pays-Bas connaissent un printemps et un début d'été particulièrment froids, suivis d'une grande chaleur jusqu'en septembre. Le 30 octobre en Angleterre, on note un ouragan, et une tornade sur le Northamptonshire.

Anno 1670 : Grande chaleur et sécheresse dans le Languedoc, et plus généralement sur tout le Sud de la France. En octobre, grandes inondations dans le Sommerset.

Anno 1671 : La fin de l'année en Angleterre connait de nombreuses tempêtes. Nombreuses destructions à Bristol.

Anno 1672 : En mai, sécheresse sur les Pays-Bas et en Allemagne. Des cours d'eau peuvent être traversés à pied. En Angleterre, nombreuses tempêtes jusqu'en décembre.

Anno 1673 : le 19 février séisme en Rhénanie. Nombreuses tempêtes en Angleterre sur l'ensemble de l'année.

Anno 1674 : En Angleterre, tempêtes les 7 et 10 avril. En mai, grandes inondations en Angleterre. Eté très chaud et grande sécheresse en France. Tornades sur les Pays-Bas. Des bateaux ont coulé dans le port d'Amsterdam et des maisons sont détruites. Utrecht est particulièrement touchée. Bruxelles et la France sont également touchés par ces évènements. En Angleterre, l'été est particulièrement pluvieux, tandis que septembre et octobre seront chauds. Le 21 décembre, une tempête violente touche l'Ecosse. Des forêts entières sont déracinées. La Camargue est submergée par une crue du Rhône. La Provence est ravagée par des tempêtes. En Irlande, l'hiver est particulièrement doux, avec un maximum de 4 ou 5 jours de pluie.

Anno 1675 : le 24 mai en Angleterre, terrible tempête accompagnée d'orage. Eté pourri et froid en France et en Angleterre. En novembre, violente tempête sur les Pays-Bas. Rupture des digues et grandes inondations. 46 vaisseaux et leurs équipages sont perdus. Le 26 décembre, ouragan sur l'Angleterre. L'hiver qui suit ne connut pratiquement ni pluie, ni neige. En Irlande, on peut même parler d'absence d'hiver.

Anno 1676 : Le 16 juin, violente tempête de grêle sur le Staffordshire. Le 19 juin, violente tempête sur l'Angleterre. L'été qui suit fut excessivement froid en Angleterre. A l'automne, une tempête de sable engloutit les récoltes en Ecosse.

Anno 1677 : En juin ,juillet et août, violentes tempêtes et orages sur l'Angleterre.
La chaleur et la sécheresse perdurent sur la Provence. Grandes chaleurs en octobre.

Anno 1678 : En Angleterre, violente tempête en janvier, suivi d'un été très chaud et sec. Ouragan sur la ville de Blois. Parmi d'autres destructions, la cathédrale Saint Louis est détruite. Début juillet, pluies abondantes sur la région de Toulouse. La Garonne atteint des niveaux extraordinaires. Le 2 septembre : séisme sur la faille de la Durance.

Anno 1679 : Eté très chaud, également en Angleterre et en Ecosse. La sécheresse débute en mai et perdure tout l'été.

Anno 1680 : Le 11 février , marées très irrégulières en Angleterre, on constate 3 marées en 5 heures. Très violente tempête sur la Provence, telle "qu'aucun homme vivant n'en avoit veu de pareille". Le 26 juin, inondations catastrophiques à Londonderry en Irlande. Eté très chaud en Angleterre, en France et en Pologne. Le 13 septembre, terrible tempête en Angleterre.

Anno 1681 : Eté très chaud. Les puits sont à sec. Sécheresse dans le Sud de la France.
En Angleterre, chaleur et sécheresse au printemps et en été telle que "personne ne se rappelait une végétation aussi brûlée, et un air aussi sec".

Anno 1682 : Le 6 juin en Sicile, grande tempête et inondations durant 36 heures. 600 habitants sont noyés. En Angleterre, pluie, grêles et inondations durant tout l'été, causant de nombreux dommages en beaucoup d'endroits. Séisme en Savoie et dans les Vosges. Raz-de-marée aux Pays-Bas. Le 07 décembre, ouragan et submersion des côtes dans la région de l'île de Ré.

1683 - 1686
Sécheresses prolongées en Europe Orientale. «Pendant trois ans, pas une seule goutte de pluie tomba à travers la Valachie, ou en Moldavie, dont le climat est excessivement chaud, au moment où je parle, il y a eu d’extrêmement fortes chaleurs, tous les lacs et les marais ont été asséchées, mais la chose la plus étonnante est que la rivière Bahlui, sur laquelle est située la capitale et qui est de la taille de la Marne, n’avait plus d’eau, seulement dans les endroits les plus profonds.
Dans les terres boueuses il y avait des fissures si profondes qu’on ne voyait pas un homme debout. Je le répète, je doute qu’il n’existe aucun exemple d’une sécheresse si grande et si longue, et pourtant la terre était si bonne, grasse et fertile, que le champ était recouvert d’une herbe très épaisse … bonne pour les chevaux, mais qui prenait feu, au plus faible souffle de vent... J’ai toujours souffert de la chaleur accablante surtout la nuit... Et le plus grand malheur c’est que les Tatars, remarquant que l’herbe s’enflammait facilement, nous avons vu soudain toute la plaine enveloppée par le feu. La chaleur est devenue plus terrible ...».

Anno1683 : La cathédrale Notre-Dame de Rouen est très endommagée par un ouragan. Inondations en Angleterre, notamment dans le Middlesex et le Yorkshire. En Provence, la sécheresse dura 6 mois.

Anno 1684 : L'année 1684 fut la première pour laquelle nous bénéficions de relevés par thermomètres. Eté très chaud et grande sécheresse. L’année 1684, classée par J.-D. Cassini au nombre des plus chaudes, dans un tableau des grandes chaleurs de Paris, qui comprend quatre-vingt-deux ans, a présenté, seulement sous ce climat, soixante-huit jours d’une température de 25°, entre midi et trois heures ; seize jours d’une température de 31°, et trois jours d’une température de 35°. Ainsi le thermomètre s’éleva trois fois, de midi à trois heures, le 10 juillet, le 4 et le 8 août, à 35° au moins. En Angleterre également, l'été fut extrêmement chaud et sec, précédé par un printemps froid et sec.

Anno 1685 : Inondations dans le Cumberland. Le 23 octobre à Portsmouth, deux navires sont coulés après avoir été touchés par la foudre.

Anno 1686 : En Angleterre, l'hiver 1685-86 fut chaud, sans froids ni tempêtes. Le 25 mai, tempête de grêle violente sur Lille, causant de grands dégâts aux bâtiments et à la végétation. En juin, un flot dévalant des montagnes détruit les villes de Kettlewell et Starbotton dans le comté de York. L'Italie connait une grande sécheresse durant les années 1686 à 1689. L'été est très chaud en France, dont 5 jours avec des températures de plus de 35°, 8 jours de plus de 31° et 46 jours plus de 25°. Grandes inondations aux Pays-Bas.

Anno 1687 : En Irlande, violente tempête et pluies excessives à Dublin. La ville est inondée "de telle manière qu'on peut voir des bateaux dans les rues". L'année est particulièrement pluvieuse en Angleterre, avec de fréquentes tempêtes et ouragans. Tout l'été est pluvieux en Allemagne. Eté chaud en France avec 43 jours de chaleur, tandis que la sécheresse persiste en Italie.

Anno 1688 : 53 jours de chaleur durant l'été en France. Séisme en Campanie.

Anno 1689 : 35 jours de chaleur à Paris durant l'été. L'année fut la plus sèche des 30 années qui suivent. Du 4 au 10 octobre, des pluies continues dans le Suffolk causent une inondation et de grands dégâts à Norwich et qui détruit des ponts.


Anno 1690 : Le 11 janvier, extraordinaire tempête sur Londres semblable à un ouragan. Des maisons sont détruites et il y a de nombreux morts. L'hiver est anormalement chaud, sec et venteux. En Italie, après un hiver doux et presque sans neige, mars connait un véritable déluge et les inondations sont généralisées. Les pluies continuelles se poursuivent en printemps et en été, jusque fin juillet. Suivent deux mois de sécheresse et froids. En mars, crue de la Seine à Paris. L'été en France est caractérisé par de nombreux jours très chauds avec un pic de température le 31 juillet. En Bourgogne, l'été est très venteux. le 18 décembre, séisme en Rhénanie.

Anno 1691 : Les Pays-Bas connaissent un hiver sec suivi d'un été excessivement chaud et sec. Année chaude et sèche en Italie. Le 27 juillet, tempêtes et orages en Angleterre.

Anno 1692 : En février, le Rhône est si bas "qu'homme vivant n'avoit veu la rivière si bas". Suivi en août de violents débordements. Eté froid et très pluvieux en Angleterre et dans le Nord de la France. 18 septembre, séisme dont l'épicentre est dans la région verviétoise, ressenti dans le Nord de la France et à Mons. Nombreux dégâts.

Anno 1693 : L'hiver 1692-1693 est très chaud en Allemagne. Eté caniculaire et grande sécheresse en Italie, et plus généralement sur l'Europe. La chaleur devient intolérable en Sicile. Séisme en Sicile en août, faisant 60.000 morts. Séisme à Naples, 93.000 morts.

Anno 1694 : Eté très chaud et grande sécheresse en France et en Italie, qui connait 5 mois pratiquement sans pluie. Le 01 août, tornade sur le Northamptonshire. Le 2 novembre, une tempête violente souffle pendant plus de 30 heures, accompagnée de mouvements de sables mouvants en Ecosse. Certaines fermes sont ensevelies sous 30 mètres de sable.

Anno 1695 : Le printemps est remarquablement sec en Angleterre. Importantes pluies en Italie, la crue du Pô entraine la destruction des récoltes, et la famine règne dans le Nord. En Allemagne, août est froid et pluvieux, suivi de deux mois excessivement froids.

Anno 1696 : En Angleterre, les 3 premières semaines de janvier sont semblables à l'été. En été, le temps sera alternativement froid et pluvieux avec de grandes inondations. Le 16 janvier on note une température exceptionnelle de 17,9° à Paris. En juin, inondations dans le Northamptonshire. Sécheresse en Pologne. En Provence, les moulins chôment au vu de la sécheresse qui assèche les cours d'eau.

Anno 1697 : Printemps excessivement chaud en Angleterre. Extraordinaires tempêtes de grêle qui causent de grands dommages sur les bâtiments, les récoltes et le bétail. En juillet, chaleur excessive sur le Nord de la France. Des pluies continuelles causent des crues généralisées en Europe. En Angleterre, chaleur inhabituelle en décembre "aussi chaud qu'au mois d'août".

Anno 1698 : Température généralement froide sur l'Angleterre.

Anno 1699 : Tempête et ouragan sur l'Angleterre en février.
Début d'une vague de chaleur sur l'Angleterre et la France en juin. Juillet connut une chaleur intolérable. La chaleur perdura jusqu'en octobre.

Jo Moreau

A SUIVRE

10:57 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, climat, giec, co2 | |  Facebook |

04/12/2015

UN PEU DE SCIENCE POUR LES CLIMATOLOGUES AMATEURS

réchauffement climatique,gaz effet de serre,GIEC,CO2,La physique est un coupe-gorge pour les imprudents qui s'y risquent insuffisamment armés.

Marcel Boll, vulgarisateur des sciences modernes (1896-1971)

 

Les basses couches atmosphériques.

L'atmosphère est constituée principalement d'azote N2 (78 %) et d'oxygène O2 (21 %) sous forme de molécules biatomiques. Le troisième constituant par ordre d'abondance est l'argon Ar (environ 1 %). Le CO2 n'intervient que pour environ 0,04 %. Quant à la vapeur d'eau H2O elle intervient dans des proportions très variables de 0,1 à 5 % selon les régions. Ces molécules ont des dimensions de l'ordre de 0,1 nm à 0,2 nm et, à la pression d'une atmosphère, elles sont distantes de 400 nm en moyenne. Cette distance étant très supérieure à leurs dimensions elles n'ont pratiquement pas d'interaction entre elles, si ce n'est qu'étant en constante agitation elles entrent en collisions les unes avec les autres.

 

La théorie cinétique des gaz.

La théorie cinétique des gaz permet de calculer qu'à la température de 15°C les molécules atmosphériques sont animées de vitesses de l'ordre de 500 m par seconde, qu'elles entrent en collision les unes avec les autres et qu'à cette température et à la pression d'une atmosphère, chacune subit plusieurs milliards de collisions par seconde. L'atmosphère étant constituée essentiellement de molécules biatomiques N2 et O2 la théorie cinétique des gaz permet aussi de calculer leur énergie cinétique moyenne qui vaut Ec = 5/2 k T (où k est la constante de Boltzmann et T la température en degrés Kelvin).

En plus des mouvements de translation toutes les molécules atmosphériques (sauf les molécules monoatomiques comme l'argon) peuvent être animées de mouvements de vibration si leur énergie est suffisante. Ces vibrations impliquent une variation périodique de la longueur de la liaison pour les molécules biatomiques N2 et O2 et, en plus pour les molécules triatomiques comme le CO2 ou H2O une variation prériodique de l'angle de la liaison. En particulier, la molécule de CO2 qui est linéaire en l'absence de vibration (O=C=O) peut en vibrant se déformer et passer par un état anguleux. En accord avec la théorie quantique les niveaux énergétiques de vibration sont discontinus et leur excitation requiert l'absorption d'une quantité d'énergie bien déterminée correspondant à la transition entre niveaux.

L'énergie requise pour permettre cette transition peut provenir de collisions intermoléculaires ou de l'absorption d'un rayonnement électromagnétique de longueur d'onde bien déterminée. En particulier l'état de vibration amenant une déformation de la molécule de CO2 peut être atteint par absorption d'un rayonnement infrarouge de longueur d'onde 15 µm. L'énergie de cet état de vibration peut être calculée. Elle vaut Ev = h c / λ (où h est la constante de Planck, c la vitesse de la lumière et λ la longueur d'onde du rayonnement absorbé). Cette valeur n'est pas beaucoup plus élevée que l'énergie cinétique moyenne des molécules environnantes N2 et O2 qui peut aussi être calculée (voir ci-dessus). Comme ces molécules N2 et O2 présentent une large distribution d'énergie cinétique il s'en trouve certaines qui en ont suffisamment pour amener les molécules de CO2 à ce niveau de vibration lors d'une collision. La fonction de distribution de Maxwell-Boltzmann permet d'estimer cette fraction à 30 % des molécules de N2 et O2 à 15°C et on peut en déduire que 30 % des molécules de CO2 sont vibrationnellement excitées à cette température. Ce ne sont évidemment pas toujours les mêmes molécules de CO2 qui vibrent mais leur proportion reste constante à une température donnée. Cela résulte du fait que par suite des très nombreuses collisions un équilibre dyènamique s'établit permettant une conversion réversible d'énergie cinétique de translation des molécules N2 et O2 en énergie de vibration des molécules de CO2.

 

La théorie du corps noir.

Tout corps solide à une température supérieure au zéro absolu (-273,16°C) émet un rayonnement appelé rayonnement du corps noir ou rayonnement thermique qui peut apparaître dans le domaine visible aux hautes températures mais se limite au domaine infrarouge pour des températures voisines de la température ambiante. Ce rayonnement se présente toujours sous forme d'un spectre continu avec une forte variation d'intensité du côté des courtes longueurs d'onde (hautes énergies), passage par un maximum qui se déplace en fonction de la température et perte progressive d'intensité du côté des grandes longueurs d'onde (faibles énergies). Il est dû à l'oscillation de dipôles électriques formés par le noyau et le nuage électronique des atomes qui, en accord avec les lois de l'électromagnétisme, émettent un rayonnement de fréquence égale à la fréquence d'oscillation. En 1900 Plack proposa une équation pour décrire ce phénomènej en introduisant l'idée révolutionnaire pour l'époque, qu'à chaque longueur d'onde le rayonnement ne peut être émis que sous forme de "quanta" (c'est à dire de petits paquets d'énergie).

Si on considère la Terre comme un corps noir à 15°C la loi de Wien λmax = C / T (où C est une constante et T la température en degrés Kelvin) prévoit que le rayonnement émis devrait présenter un maximum d'intensité à 10 µm et l'équation de Planck permet de calculer que 95 % du spectre seraient compris entre 5 et 40 µm. Parmi les principaux constituants atmosphériques seuls CO2 et H2O peuvent absorber le rayonnement dans ce domaine de longueurs d'onde. En particulier, le CO2 présente une bande d'absorption centrée à 15 µm et en intégrant l'équation de Planck dans le domaine de 14 à 16 µm on calcule que 9,3 % du rayonnement thermique de la Terre est émis dans cet intervalle de longueurs d'onde à 15°C.

 

La théorie de l'effet de serre.

Les partisans d'un réchauffement climatique d'origine anthropique considèrent le CO2 comme principal responsable de ce phénomène par suite d'un "effet de serre". La théorie de l'effet de serre n'est pas nouvelle. Elle a été élaborée pour la première fois par Arrhenius en 1896 pour lier une éventuelle élévation de température à l'augmentation dans l'atmosphère de la teneur en CO2 résultant de l'activité humaine. Cet effet, considéré initialement comme bénéfique, donna lieu à partir de 1990 à une série de rapports d'évaluation de plus en plus alarmistes rédigés par le GIEC.

Pour les partisans de cette théorie "l'effet de serre est un phénomène radiatif causé par des gaz tels la vapeur d'eau ou le CO2 qui absorbent une fraction du rayonnement infrarouge émis par la Terre et le ré-émettent ensuite dans toutes les directions et notamment vers la surface terrestre dont la température serait, de ce fait, plus élevée qu'en l'absence de gaz absorbant l'infrarouge. Ces gaz sont dès lors qualifiés de gaz "à effet de serre".

Pour maintenir une température constante la Terre soit émettre vers l'atmosphère autant d'énergie qu'elle en reçoit du Soleil. La contribution du CO2 à un éventuel "effet de serre" dépend de la quantité d'énergie émise par la Terre sous forme de rayonnement thermique et de la fraction de ce rayonnement absorbée. D'après le bilan énergétique établi par la NASA 30 % de l'énergie reçue par la Terre au sommet de l'atmosphère seraient réfléchis pas les nuages, l'atmosphère et la surface terrestre (c'est l'albédo de la Terre). L'atmosphère et les nuages absorberaient 19 % du rayonnement solaire et finalement 51 % seulement seraient absorbés par la terre et les océans. Cette énergie serait dissipée ensuite par évaporation de l'eau des océans (23 %), par convection de l'air (7 %) et par rayonnement thermique (21 %). Seul ce dernier mécanisme pourrait donner lieu à un éventuel "effet de serre" et 9,3 % seulement de ce rayonnement thermique est émis dans le domaine d'absorption du CO2 (voir ci-dessus). En fin de compte ce gaz ne pourrait absorber qu'un peu moins de 2 % de l'énergie totale reçue du Soleil au sommet de l'atmosphère terrestre.

 

Influence du CO2 sur le climat.

Si 2 % de l'énergie totale reçue du Soleil sont absorbés par le CO2 et émis dans toutes les directions, comme le supposent les partisans de la théorie de l'effet de serre, il n'y en aurait pas plus de 1 % qui atteindrait la surface terrestre sous forme d'un rayonnement de longueur d'onde 15 µm. En effet, les niveaux d'énergie étant discontinus, c'est un rayonnement identique à celui qui a été absorbé qui serait émis. Si un tel évènement se produisait ce rayonnement ne pourrait être absorbé par les 71 % de la surface terrestre occupée par les océans puisqu'il n'est pas absorbé par l'eau. Cela réduirait à moins de 0,3 % la fraction d'énergie reçue du Soleil qui pourrait être restituée à la Terre par le CO2. Encore faudrait-il que le rayonnement infrarouge de longueur d'onde 15µm soit absorbé spécifiquement par la surface émergée, ce qui est très improbable. On peut en conclure que l'effet de serre tel que défini ci-dessus ne pourrait conduire à un réchauffement climatique d'origine anthropique.

De plus, à l'encontre de l'hypothèse envisagée ci-dessus, il est très peu probable que les molécules de CO2 ayant absorbé une fraction du rayonnement thermique de la Terre se désactivent par émission d'un rayonnement. En effet, ces molécules de CO2 vibrationnellement excitées subissent de très nombreuses collisions pouvant donner lieu à la conversion de leur énergie de vibration en énergie cinétique de translation des molécules environnantes. Il en résulte nécessairement une augmentation de l'énergie cinétique moyenne des molécules de N2 et O2 mais un calcul basé sur cette conversion énergétique montre que cette augmentation ne serait que de 0,001% ce qui correspondrait à une augmentation de température de quelques dix millièmes de degré seulement. L'absorption par le CO2 d'une fraction du rayonnement thermique émis par la Terre ne peut donc conduire qu'à une élévation insignifiante des basses couches atmosphériques.

Mercurius.

 

Autres billets de Mercurius sur belgotopia :

http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2014/11/28/bilan-thermique-de-la-terre-et-effet-de-serre-1137166.html

http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2015/04/27/l-effet-de-serre-version-giec-n-existe-pas-1142619.html

 

 

 

12:33 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : réchauffement climatique, gaz effet de serre, giec, co2 | |  Facebook |

25/11/2015

LES EVENEMENTS CLIMATIQUES EXTREMES DU PASSE (12)

climat ancien,climat,changements climatiques,GIEC,CO2,Suite n° 12. (anno 1500-1599)

"Le contenu de la mémoire est fonction de la vitesse de l'oubli"

Désormais, chaque inondation quelque peu catastrophique, chaque tornade, chaque anomalie météorologique est rattachée au réchauffement climatique qui parait-il nous menace, mais dont en plus nous serions responsables !

Pourtant, la consultation de chroniques ou récits anciens est révélatrice de précédents tout aussi apocalyptiques, et relativise la notion même de "changements climatiques", ainsi que la définition d'un "climat stable" qui n'a jamais existé mais qu'on voudrait instaurer à tout prix.

Contexte et mise en garde, voir :
http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2015/02/27/sur-les-evenements-climatiques-extremes-1-1140511.html
----------------------------------------------------------------------------

Anno 1499-1504 5 années de sécheresse sur le Sud de la France

Anno 1500 : Eté chaud - inondations dans la vallée du Rhône. Grande tempête sur Rome, qui cause de nombreuses destructions.

Anno 1501 : Des pluies presque continuelles, qui commencent à tomber en novembre 1500, et se prolongent jusqu'à la fin 1501, produisent une grande famine. "Le resal de blé atteind la somme de 10 livres, et la queue de vin, d'ordinaire à douze sous onze deniers, se vend jusqu'à quatre livres cinq sols huit deniers". Inondations en Allemagne suite à une crue de l'Elbe.

Anno 1502-1503 : Inondations dans le bassin de l'Eure. Années chaudes et vendanges précoces. La sécheresse persiste dans le Sud de la France.

Anno 1503 : En Angleterre, sévère sécheresse en été.

Anno 1504 : En Italie, l’hiver est aussi doux que le printemps. Année chaude et sèche.
« l’un des plus chauds du demi-millénaire » « Ciel de cuivre et terre de feu ». Le bétail doit descendre des montagnes. Processions dans le Lyonnais où les cours d’eau sont à sec. Eté brûlant dans le Sud de la France. Sécheresse sévère en Angleterre. Des processions sont également organisées en Italie. En Bourgogne, l’été fut extrêmement chaud et sec. Il y eut de nombreux incendies. Vendanges le 17 septembre. Année très chaude dans l’hémisphère nord. Le 23 août, séisme en Rhénanie et en Belgique orientale.

Anno 1505 : En Hongrie, la sécheresse amena une famine telle que les parents tuaient leurs propres enfants pour les manger.

Hiver 1505-1506 très doux en France, les rosiers fleurissent en janvier dans le Midi de la France.

Anno 1506 : Du 15 au 26 janvier, nombreuses tempêtes violentes accompagnées d'orages en Angleterre.

Anno 1508 : De juin à août, d'importantes inondations affectent toute la Transylvanie et sont suivies d'une famine. Inondations en Ardèche. Nombreuses tempêtes en Angleterre. Tempêtes de grêle catastrophiques en Allemagne.

Anno 1509 : Grandes inondations aux Pays-Bas. Séisme en Haute Provence. Chaleur et sécheresse dans le Sud de la France. En juillet, le Rhône atteint un bas niveau exceptionnel.

Anno 1510 : Chaleur excessive en Angleterre. Grandes inondations en Roumanie. Tempête de grêle en Italie, "qui détruisit les oiseaux, les poissons et le bétail". Tempête de grêle en France. "Des nuages noirs envahirent le ciel, et il fit nuit en plein jour. Face à l'étonnement et à la terreur de tous, un violent orage et l'averse de grêle se déclencha. Il fit de nombreuses victimes parmi les animaux et les gens". En Allemagne et aux Pays-Bas, il y eut une tempête et des orages extraordinaires, qui déclenchèrent une panique générale.

Anno 1511 : Tremblement de terre dans le Frioul. Des chutes de matériaux font plusieurs victimes à Venise. Inondations destructrices en Irlande. Grandes inondations en Roumanie.

Anno 1512 : Eté froid, la région de Metz est particulièrement touchée.

Anno 1514 : En France, il n'y eu ni pluie ni rosée du 12 Février au 12 Mai. Grandes inondations aux Pays-Bas.

Anno 1515 : Le 1 janvier, tempête destructrice au Danemark. Les forêts sont ravagées et de nombreuses constructions détruites. Il y a de nombreuses victimes. Enormes inondations en Allemagne et en Pologne.

Anno 1516 : En France, été très chaud d'avril à octobre. Vendanges très précoces, chaleur énorme, rivières très basses, du « jamais vu » sécheresse, échaudage. Chaleur et sécheresse en Angleterre. La sécheresse se poursuit en hiver.

Anno 1517 : La chaleur et la sécheresse persistent en Angleterre.

Anno 1518 : Le 10 mai, violente tempête en Angleterre. Ouragan en Suisse, disparition de la Tour Bayard près de Neuchâtel. L'été est humide et pluvieux sur le Sud de la France. Le 10 août, ouragan et submersion des côtes sur l île de Ré.

Anno 1519 : La Bretagne essuya de si furieuses tempêtes que plusieurs clochers et plusieurs forêts furent renversées.

Anno 1520 : Le 18 juin, tempête destructrice sur l'Angleterre. Chaleur et sécheresse en Provence. Des processions pour la pluie sont organisées.

Anno 1521 : Au printemps,Chaleur, sécheresse et grande mortalité en Provence. "La même année connut la plus grande sécheresse qu'une vie d'homme ait jamais vue". Invasion de sauterelles à Tarascon.

Anno 1523 : Sécheresse en france. En Provence, "les pluies furent tellement rares pendant l'année qu'on n'avait jamais vu pareille aridité". Chaleur excessive au mois d'août en italie. Eté pluvieux en Angleterre.

Anno 1524 : En France, grande sécheresse, chaleur torride du 25 mai au 24 juin. L'année du "Grand desluge". Au commencement de Janvier, les eaux passent par dessus les murs de Metz. Dégâts immenses à Pont-à-Mousson, Saint-Nicolas, Varangéville, Thionville et Sierck. Les rivières furent si grandes " qu'on ne les avoit jamais vues si hors des rives"(ou 1540). Terrible inondation à Naples. L'hiver 1524-1525 est doux et sec en Belgique.

Anno 1525 : Année chaude et sèche, sécheresse meurtrière, incendie de Troyes.

Anno 1527 : Grandes inondations en Angleterre, suite à des pluies ininterrompues en novembre et décembre 1526 et janvier 1527. causant de grandes pertes parmi les grains et le bétail. Il s'ensuit une sécheresse de février au 12 avril, et ensuite de nouvelles pluies journalières jusqu'en juin. Le 2 décembre, violente tempête de grêle à Rome.

Anno 1528 : Suite à un hiver et un printemps pluvieux, l'Angleterre est en proie à des inondations particulièrement destructrices.

Anno 1529 : Il n'y eut nulle gelée en hiver, et il fit aussi chaud en mars que d'ordinaire à la Saint-Jean. Retour d'un froid inhabituel en avril. En juin, inondations en Suisse par la crue du Rhin. Inondations en Roumanie. En octobre, crue de la Tamise.

Anno 1530 : Hiver chaud et doux en Provence. Grandes inondations à Paris, Rouen, en Jura et en Suisse. Printemps sec et doux. En avril inondation dans la vallée de l’Elbe. En été, inondations à Bâle (juillet) et en Thuringe (août). L'été est extraordinairement chaud en France. automne sec et doux. Inondations à Rome (octobre), à Paris, Belgique, Pays Bas et Angleterre (novembre). En novembre-décembre, inondations suite à un raz-de-marée aux Pays-Bas et en Flandre . On dénombre de 100.000 à 400.000 morts . Calais, Anvers, Dunkerque, Gravesend (Angleterre) et les côtes danoises sont ravagées. Les 4 et 5 novembre, violentes tempêtes en Angleterre. Les maisons et les forêts sont détruites.

Anno 1531 : Grandes inondations. Pluies excessives et « ambulatoires ». Récoltes désastreuses. En janvier, inondations en Ile de France. en avril inondations à Augsbourg. En mai inondations en Saxe, à Dresde, en vallée de l’Elbe. Sécheresse et famine dans la vallée du Rhône. En juillet inondations aux Pays-Bas. Crue du Lot à St-Céré. « On monte les chevaux au 1er étage des maisons pour pas qu’ils ne se noient » . Important tremblement de terre à Lisbonne. 30.000 morts.

Anno 1532 : Nouveau raz-de-marée aux Pays-Bas.

Anno 1533 : Inondations catastrophiques en Europe orientale, suivies d'une famine.

Anno 1534 : Le 26 avril, début d'importantes inondations en Pologne. Eté brûlant en France.

Anno 1535 : En France, pluies ininterrompues pendant 2 mois.

Anno 1536 : La sécheresse sévit en Bretagne du printemps jusqu’en décembre. Eté brûlant et très sec, vendanges très précoces chaleur et sécheresse extrêmes, rivières à sec (2 Sèvres). Nombreuses tempêtes. 24 navires sont détruits sur les côtes de la Provence, où règne une sécheresse telle que tous les cours d'eau, lacs et fontaines sont à sec.

Anno 1537 : Eté excessivement pluvieux en Angleterre. Chaleur et sécheresse en Provence accompagnée d'une invasion de sauterelles. "Le bétail périt, les fruits se pourissent. Les bouchers abattent les bêtes aussi bien malades que saines ". Le 22 août ouragan et submersion des côtes de l' île de Ré.

Anno 1537-1538 : L'Europe occidentale et centrale a connu le plus doux hiver 1537-1538 dans la mémoire vivante. Entre Noël et Nouvel An des fraises mûres se vendent sur le marché à Liège. (...) En 1538, les merles premières aurait sifflé en Février. Eté chaud et sec, vendanges très précoces. Incendie de Troyes. Eté extrêmement chaud en Italie, en France et en Angleterre où règne la sécheresse.

Anno 1539 à 1544 : Etés anormalement chauds et secs en Europe orientale. Invasion de sauterelles.

Anno 1539 : En décembre et janvier, il fait si chaud en Europe que les jardins sont couverts de fleurs. Sécheresse en Angleterre.

Anno 1540 : Année dite "chaude année", printemps très chaud et extrêmement sec. A la fin de mai, on mangea des cerises. Mois de juin très chaud tout du long.
La moisson se fait le 15 Juin, et les vendanges en Août. Le 25 juin on était au milieu des moissons. Vin extrêmement chargé de sucre. Il s’agit de l’année la plus chaude dans les Alpes. En Bretagne, le beau temps et la chaleur durèrent depuis le mois de février jusqu'au 19 septembre. Dans cet intervalle, il ne plut que six fois. Année remarquable par son extrême abondance de toutes choses nécessaires à la vie. Sécheresse anormale en Provence: aucune pluie de mai à septembre. Les puits sont à sec. Rhin et Seine franchissables à pied sec. Anticyclone bloquant dominant toute l’Europe occidentale. Automne 1540: septembre et octobre chauds et secs. La sécheresse dura 7 mois sur l'ensemble de l' Europe. Chaleur et sécheresse excessive sur l'Angleterre. Le niveau de la Tamise était si bas que l'eau de mer remonta jusque Londres. En Suisse, vif retrait du glacier de Grindelwald.

Anno 1541 : Eté extraordinairement chaud en France. Sécheresse en Angleterre.

Anno 1542 : Séisme en Italie au Nord-est de Florence. Eté très chaud sur le Nord de l'Italie.
Terrible tempête sur Budapest.

Anno 1543 : Importantes inondations dans le Vivarais et le Dauphiné, telles que de mémoire d'homme on n'avait jamais connu.

Anno 1544 : « La ville de Rennes essuya aussi, cette année-là, un tremblement de terre si violent que les meubles s'entrechoquaient dans les maisons ; mais ni le mois ni le jour de cet événement n'ont été marqués ». En novembre, crue du Rhône. Avignon, Arles et Tarascon sont dévastées.

Anno 1545 : En juillet, un ouragan dévaste Derbyshire. Eté très chaud et sec en France, vendanges précoces tandis que la chaleur persiste en automne.

Anno 1546-1548 : Sécheresse persistante en France. les moissons sont compromises.

Anno 1546 : Dans les Flandres, violent orage et une tempête de grêle cause de grandes destructions à Malines (ou 1547).

Anno 1547 : En Provence, la sécheresse était si grande que "le peuple allait de ville en ville en procession".

Anno 1548 : Année très pluvieuse avec de nombreuses inondations en France et en Angleterre. Les 4 août et 5 septembre, de violentes tempêtes de grêle causent de grands dommages à Louvain.

Anno 1549 : Des pluies continuelles causent des inondations en Angleterre.

Anno 1550 : En Ecosse au milieu de l'hiver, les cours d'eau sont à sec, tandis qu'en été elles débordent et entrainent constructions et bétail vers la mer. De nombreuses tempêtes de grêle de la taille d'oeufs de pigeon ravagent les récoltes. Une disette règne sur tout le pays. Eté chaud et sec en Provence. Le 18 décembre en Angleterre, crue de la Tamise.

Anno 1551 : Inondations importantes en Allemagne. un grand nombre d'habitants et le bétail sont balayés par une terrible tempête. Les nuages se déchirent et déversent de violentes et inhabituelles averses avec une "étrange violence". Un grand nombre de villages sont ravagés. Inondations dans le Pays de Galles. Printemps et été chauds et secs en Provence. En certains endroits, la sécheresse empêche les moulins de fonctionner.

Anno 1552 : L'hiver est chaud et sec en Italie. Le 13 janvier, suite à une violente tempête, la mer inonde les côtes du Kent, décimant le bétail. Grandes inondations aux Pays-Bas également. En juin, chaleur et sécheresse dans le Nord de la France.


Anno 1553 : En janvier, le Rhin cause d'importantes inondations aux Pays-Bas et en Allemagne. Au printemps, invasion de sauterelles en Provence, qui font "de grands maux". Eté très chaud et grande sécheresse.

Anno 1554 : En Irlande, pluies continues en hiver, cause de grandes inondations.
Le 22 mars, séisme en Limbourg hollandais. En mai, invasion de sauterelles à Arles.

Anno 1555 : L'année est excessivement pluvieuse sur toute l'Europe. En mai et juin, invasion de sauterelles sur la Camargue qui détruisent une grande partie des blés. Le 21 septembre, inondations en Angleterre suite à la crue de la Tamise.

Anno 1556 : Grande sécheresse en France. Il ne pleut pas du 26 mars jusqu’au 10 août. Printemps très chaud. Brusque coup de chaleur. Blés échaudés. Eté brûlant. Vendanges extrêmement précoces. Incendies de forêt en Normandie. Partout, les cours d’eau s’assèchent. En Italie, la chaleur est excessive. Séisme dans le Comté de Nice :150 morts . En Angleterre, le 29 décembre, a lieu une terrible tempête accompagnée d’orages.

Anno 1557/ En avril et mai, il y eut une telle sécheresse en Provence qu'il n'y eut aucune pluie pendant onze semaines. Inondations dans le Languedoc en septembre. Les gens croyaient vivre leurs derniers jours. L' Angleterre connait également des pluies excessives.

Anno 1558 : L'année connait de nombreuses tempêtes. En mars, un ouragan destructeur souffle sur l' Angleterre. Le 18 juin, une violente tempête souffle sur Calais pendant 5 jours. Eté chaud et sec en Angleterre. La Tamise est presque à sec. Terrible tempête (tornade ?) près de Nottingham le 11 juillet. Les habitations et les églises sont détruites. Un enfant est enlevé des bras de sa mère et projeté vers le ciel.

Anno 1559 : Après un hiver particulièrement doux, le printemps est très chaud dès le mois de mars. Eté très chaud et très sec, vendanges très précoces en France. En Provence, il ne plut point pendant sept mois entiers. Le 5 septembre, terrible tempête en Angleterre.

Anno 1560 : En Provence, l'été fut d'une chaleur excessive, suivi de pluies abondantes. Séisme à Perpignan. Terrible tempête en Angleterre. En Suisse, le lac de Constance déborde.

Anno 1561 : En février, grande tempête sur Londres. Le 21 avril importantes inondations à Bruxelles. En juin, violents orages sur Londres.

Anno 1562 : Gros orage « accablant » l’Europe centrale. 63 sorcières en sont jugées responsables et envoyées au bûcher. En avril chute d’énormes blocs de glace sur le Beaujolais.

Anno 1563 : Le 9 janvier, importante tempête sur Leicester. Plusieurs tempêtes toucheront L'Angleterre cette année, notamment en juin, et du 1 au 12 décembre. Importante sécheresse en Provence. Le Rhône et la Durance se passent sans bateau. La terre ne peut être cultivée. Les puits et fontaines sont taries.

Anno 1564 : Le 24 janvier, grande tempête de grêle sur Louvain. Le 17 juillet, tempête de grêle sur l'Essex. Séisme dans le Comté de Nice : 500 morts. Raz de marée dans la région de la Côte d' Azur. Le 20 septembre, importante crue de la Tamise. Grandes pertes dans le bétail. Le 26 décembre, importante tempête de grêle sur l'Angleterre.

Anno 1565 : Le 20 mai, importante tempête de grêle sur plusieurs régions en Angleterre. Le 16 juillet, nouvelle tempête de grêle. Le 24 décembre, un ouragan provoque de grands dommages suite à des inondations par la mer et la Tamise. En Provence, un procès est engagé contre les sauterelles pour qu'elles soient chassées du territoire.

Anno 1566 : Le printemps est excessivement pluvieux sur une grande partie de l'Europe. Ensuite, sécheresse en Angleterre durant tout l'été. Une tempête de grêle en Essex détruit les récoltes. Aucune pluie sur Avignon pendant 6 mois.

Anno 1567 : Un violent orage détruit l'arsenal de Venise. En mai, juin et juillet pluies continuelles sur la région parisienne. L' automne est extrêmement sec en France. Violent orage et ouragan sur Paris.

Anno 1568 : Printemps excessivement pluvieux sur l'Angleterre. Eté extrêmement chaud, causant de grandes pertes dans le bétail. Grandes inondations à Rome, suite à la crue du Tibre, détruisant une partie de la ville et causant 1500 morts. Le 18 mars, ouragan sur l'Angleterre et les Pays-Bas causant de grandes destructions. Le 1 novembre, la mer submerge de nombreuses îles aux Pays-Bas.(confusion avec 1570 ?).

Anno 1569 : Nombreuses inondations en France et en Angleterre. Le 13 juillet, grande tempête et orages sur l'Angleterre. Le 30 octobre, une tornade sur le Northamptonshire détruit tout sur son passage. Pluies excessives sur l'Italie.

Anno 1570 : Le nord de la France connut une chaleur étouffante pendant tout l'été. Le 5 octobre, ouragan et raz de marée en Angleterre, le port de Liverpool est détruit.
Raz de marée aux Pays-Bas et en Flandre du 10 au 12 novembre, plus de 20.000 morts sont dénombrés. L' eau atteint une hauteur exceptionnelle. Elle fut de 4m15 dans l’église de Scheveningen. Nombreuses destructions à Anvers. Il semble qu'une grande partie de l'Europe fut touchée par des tempêtes exceptionnelles. Crue subite du Rhône en décembre.

Anno 1571 : Sécheresse continuelle sur la Provence. Eté chaud et pluvieux. le 17 juillet, violente tempête sur l'Allemagne. Eté extrêmement pluvieux et venteux sur l'Angleterre. en août, grandes inondations sur la Flandre, l'Allemagne et la France.
Le 5 octobre, inondations en Angleterre. Le bétail est décimé et de nombreuses constructions sont détruites. Le 17 décembre, le Rhin déborde en Allemagne.

Anno 1573 : En Bretagne, les arbres se couvrirent de fleurs en janvier et abritèrent en février les nids des oiseaux. A Pâques, les blés étaient prêts pour la moisson. Le 7 juin, tempête et ouragan en Angleterre. le 1 septembre, raz-de-marée en Hollande.
L'hiver est particulièrement chaud.

Anno 1574 à 1577 Grandes chaleurs et sécheresse en Europe orientale. la famine est si grande que "les gens s'entretuent pour un morceau de pain".

Anno 1574 : A Leyden, la tempête d'équinoxe brise les digues. Le 4 septembre, grande tempête sur Londres. Le 18 novembre, ouragan en Angleterre.

Anno 1575 : Le 30 juillet, violente têmpête et grêle sur l'Angleterre. Nombreux morts et le bétail est décimé.

Anno 1577 : Le 17 mars, le Yorkshire est le théatre d'une "étrange tempête" qui détruit les forêts, les habitations et les églises. Le 4 août, tornade sur le Suffolk. Les éclairs et le bruit semèrent la terreur dans la population.

Anno 1578 : Le temps est exceptionnellement chaud sur la Belgique. En France, grande sécheresse de mai à août après un court épisode de pluie du 24 au 27 avril. Sécheresse "affreuse" sur la Provence. Prières pour implorer la pluie.

Anno 1579 : Séisme dans le centre et le sud-ouest de la France. En septembre et novembre, nombreuses tempêtes en Angleterre, qui causent des inondations marines. Tempêtes en Allemagne qui causent de grands dommages.

Anno 1580 : Le 6 avril, séisme dans le Pas de Calais, ressenti aussi en Angleterre et en Flandre. Plusieurs victimes. Plus de 30 vaissaux sont coulés sur la Manche. Deux séismes en Catalogne. Eté caniculaire sur le sud de la France, entrecoupé d'inondations et de tempêtes.

Anno 1581 : Le 26 mars, tempête sur Paris et en Beauce, de nombreux arbres sont abattus. Nouvel été caniculaire en Provence.

Anno 1582 : Le 12 août, violente tempête sur Norfolk accompagnée de grêle, qui ruina de nombreuses constructions et églises. Le 29 décembre, violente tempête sur l'Angleterre.

Anno 1583 : Printemps et été chaud et très sec sur l'Angleterre et la France. La sécheresse est épouvantable sur le Dauphiné, le Languedoc et la Provence.

Anno 1584 à 1588 : Grandes chaleurs et sécheresses en Europe orientale. La famine qui s'ensuit est terrible.

Anno 1584 : Le 24 juillet, violente tempête accompagnée d'orages et de grêle pendant 12 heures sur Chester. Le 12 novembre à 7 h. du soir, violent tremblement de terre au Mont-Saint-Michel.
L'hiver 1584 - 1585 est particulièrement doux.

Anno 1585 : L'hiver est très chaud en Provence. On voit des fleurs en janvier.

Anno 1586 : Fin septembre, ouragan destructeur sur l'Angleterre.

Anno 1587 : Inondations à Derby, détruisant ponts et constructions. Eté très chaud sur la Provence.

Anno 1588 : Le 24 janvier, brouillard particulièrement dense sur Paris et sa région. Il était si sombre et épais que deux personnes marchant ensemble dans les rues ne pouvaient se voir l'une l'autre. Un grand nombre d'oiseaux furent retrouvés morts après qu'ils eurent heurté des obstacles. Le 30 mai, violente tempête sur les côtes de l'Angleterre.

Anno 1589 : en février et en août, sévères tempêtes de grêle sur Londres. Le 8 septembre, rupture du barrage glaciaire de Mattmark. Vallée de Saas inondée. Le 11 décembre, ouragan et submersion des côtes de l'île de Ré.

Anno 1590 : L'été est si chaud et sec qu'il entraine beaucoup de problèmes en Angleterre et en Europe. (...) Même les Espagnols et les Italiens assurent que leur pays n'a jamais connu une telle chaleur en été. Les feux de forêt, landes et les villages incendiés sont à l'ordre du jour. Il n'ya pas d'eau ou de boue permettant de lutter contre les incendies. L'air est saturé par les fumées des feux de tourbe. Les sources et cours d'eau sont à sec. Nombreux incendies de forêts en Allemagne qui détruisent villes et villages. La Bohême est également ravagée par les incendies.

Anno 1591 : Le 24 février, ouragan et submersion des côtes de l' ile de Ré. Printemps et été venteux et sec en Angleterre, asséchant les cours d'eau. Le 5 octobre, aurore boréale rouge-sang à Nuremberg. « un incendie dans le ciel ».

Anno 1592 : Sécheresse extrême en Angleterre. Le manque d'eau provoque une grande mortalité dans le bétail. La Tamise est pratiquement à sec à Londres. L'hiver 1592-1593 particulierement doux en Belgique, avec seulement 5 jours de gelées.

Anno 1593 : Le 21 mars, grande tempête sur l'Angleterre, qui provoque la destruction de forêts et bâtiments. Le 15 juin, violente tempête sur l'Allemagne. Les orages causent plusieurs incendies, et des gens sont tués par la chute de gros grêlons.

Anno 1594-1598 : Fréquentes ruptures du barrage glaciaire du Ruitor (Italie).

Anno 1595 : En février, l'Allemagne, l'Angleterre, la Hollande et le reste de l'Europe sont l'objet de pluies intenses qui provoquent des inondations extraordinaires qui submergent de nombreux villages, et causent de grandes pertes humaines et parmi le bétail. Ce fut la cause d'une famine qui força la population à manger les animaux les plus divers, comme des rongeurs, les chiens et les chats, des reptiles etc... Ces conditions persistèrent en 1596. En Suisse, rupture du Glacier de Giétroz, Martigny est submergée.

Anno 1596 : Persistance des conditions de 1595. En Angleterre, tout l'été connait des pluies abondantes. 29 décembre : Crue de la Seine. Le pont de Meniers est emporté.

Anno 1598 : Mars est très chaud et sec. En France et en Angleterre, l'été est très chaud et sec. avec une grande abondance d'insectes. En décembre, grandes inondations en Italie.

Anno 1599 : En Angleterre, le printemps est particulièrement froid et sec. Ensuite, été chaud et sec, vendanges précoces également en France, suivi d'un automne extrêmement chaud et sec. En Provence, grande sécheresse de juin à septembre, suivie de pluies torrentielles.

A SUIVRE

Jo Moreau.

 

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :


https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

 

12:34 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : climat ancien, climat, changements climatiques, giec, co2 | |  Facebook |

12/11/2015

MODIFICATIONS CLIMATIQUES BRUTALES DANS L'HISTOIRE

réchauffement climatique,GIEC,climat,COP21,CO2,Un des arguments les plus fréquemment utilisés pour impliquer les activités humaines dans le réchauffement climatique récent, consiste à proclamer que dans l’histoire de la Terre, jamais ces changements n’avaient été aussi rapides. Nonobstant le fait qu’une augmentation de la température globale de 0,7°c constatée sur tout le XXe siècle puisse paraître très éloigné de la notion de modification rapide, des études relativement récentes contredisent cette affirmation.

Le Professeur Peter Ditlevsen, de l’ Institut Niels Bohr, branche de l’Université de Copenhague et par ailleurs chercheur au Ice and Climate Group , a publié en 2010 dans la revue Geophysical Research Letters une étude qui conforte le fait que des changements climatiques très brutaux ont bien eu lieu dans le passé (1).

L’étude des carottes de glace extraites notamment au Groenland montre qu’à la fin de la dernière époque glaciaire, la température augmenta de 10 à 15 degrés en moins de 10 ans. Ce réchauffement brutal dura environ un millénaire et tout aussi brusquement, la température a de nouveau chuté de façon drastique. Ces épisodes ne sont pas uniques, et sont imbriqués dans les cycles période glaciaire-période interglaciaire décrits comme les évènements de Dansgaard-Oescher, qui impliquent les courants océaniques. L’origine exacte de ces « points de basculement » fait toujours l’objet de théories diverses, et ne sont pas reproductibles dans les modèles climatiques actuels.

L’étude de Peter Ditlevsen conclut à la responsabilité de causes chaotiques, influencées peu ou prou par les tempêtes, de fortes précipitations, les fluctuations des calottes glaciaires etc. Cela démontre l’ extrême difficulté de prévoir ces changements de climat. Pour être complet, signalons que Ditlevsen n’exclut pas l’influence éventuelle du CO2 antropique comme facteur supplémentaire dans l’actuel changement climatique, mais précise que ses recherches ne concernent que le passé.

Mais je soupçonne fort qu'il s'agit là d'une utilisation prudente de la "phrase magique", utilisée par nombre de chercheurs pour préserver leur réputation, et leur ouvrir la possibilité de publier leur étude dans une revue à comité de lecture ? (2)

Cela fit également l’objet d’une étude du CNRS parue en 2008, sur un basculement semblable il y a environ 14700 ans par un réchauffement rapide de plus de 10°c, suivi à -12900 d’un refroidissement causant un nouvel épisode glaciaire, et enfin un nouveau réchauffement menant à la fin de la dernière période glaciaire il y a 11700 ans (3). Cette étude, à laquelle participèrent des paléoclimatologues du Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement, concluait quant à elle à la responsabilité des modifications radicales dans les courants atmosphériques. Les chercheurs ont montré que le climat a véritablement basculé d’une année à l’autre. « Les renversements climatiques ont véritablement eu lieu comme si quelqu’un avait appuyé sur un bouton » a constaté Dorthe Dahl-Jensen, coordinatrice du projet de forage glaciaire NorthGrip.

Les scientifiques mettent en cause notamment le contenu en poussières de l’atmosphère, entraînant les modifications brutales de la circulation atmosphérique tropicale, puis polaire.

En juillet 2011, une équipe européenne (Université d’Utrecht) mettait en évidence un changement climatique brutal survenu il y a 200 millions d’années, simultanément à une extinction massive d’espèces marines et de vertébrés (4). Selon ces scientifiques, ce changement climatique fut causé par un largage massif de méthane (sans doute aux environs de 12.000 gigatonnes) consécutif à un épisode volcanique géant en Sibérie. Cela n’est pas un épisode unique dans l’histoire de la Terre, puisqu’il se produisit aussi il y a 55 millions d’années. Ce largage de méthane provient du plancher océanique, les bactéries qui le produisent étant stimulées par un réchauffement climatique déjà en cours.

Il peut aussi exister d’autres causes possibles, parmi lesquelles on peut citer des modifications dans le régime du Gulf Stream. Celui-ci réchauffe l’Atlantique Nord (et l’Europe par la même occasion) surtout en hiver. Certaines études font coïncider un arrêt ou un ralentissement de ce courant marin avec de brusques changements climatiques passés.

Ils peuvent bien entendu aussi se produire soit par des causes extra-terrestres, notamment la chute de météorites ou de comètes sur notre planète, de modifications de l‘activité solaire, un bombardement de particules cosmiques, soit aussi par des éruptions volcaniques « mégacolossales », parmi lesquelles l‘éruption du Lac Toba il y a 75000 ans, qui causa un mini âge glaciaire qui dura un millier d‘années.

Dans une période plus récente, David Hodell, du département de Géologie de l'Université de Floride, implique ainsi des changements climatiques, caractérisés par une sécheresse implacable, à la fin brutale de la civilisation Maya vers les années 900 (5).

L’étude des carottes glaciaires met en évidence non seulement l'existence de modifications climatiques brutales dans le passé, mais également le fait que la période de relative stabilité actuelle est exceptionnelle.

A cela, les tenants de la responsabilité humaine dans les modifications climatiques récentes me diront : tout cela, nous le savions déjà et il n’y a aucun point commun avec le réchauffement actuel (?). Cela ne les empêche pas de persister à utiliser cet argument en toutes occasions. Cependant, il reste une certitude absolue : lors des périodes glaciaires et interglaciaires, les activités humaines ne pouvaient en aucun cas être mises en cause…!

(1) http://climatechangepsychology.blogspot.com/2010/08/peter-ditlevsen-sudden-climate-change.html

(2) http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2014/02/18/la-phrase-magique-merveilleux-conte-climatique-1124655.html

(3) http://www.insu.cnrs.fr/co/environnement/climats-du-passe/le-climat-a-bascule-de-facon-extremement-brutale-a-la-fin-de-la-derni

(4) http://meetingorganizer.copernicus.org/EGU2010/EGU2010-7212.pdf

(5) http://www.nature.com/nature/journal/v375/n6530/abs/375391a0.html

 

Jo Moreau

 

Un nouveau livre sous la direction du Professeur Istvan Marko.

Peut être commandé via 

http://www.amazon.fr/Faillite-du-climatisme-Oyster-Club/dp/2251503072/r

réchauffement climatique,GIEC,climat,COP21,CO2,

12:13 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, giec, climat, cop21, co2 | |  Facebook |

06/11/2015

RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE : QUEL CONSENSUS ? (50)

Suite n°50

(Voir les 49 listes précédentes dans la catégorie « climat »).

Mon seul but par ce genre de billet : démontrer que contrairement à un prétendu consensus, de nombreux scientifiques et spécialistes du climat ont émis un avis personnel et contestent tout ou partie des conclusions climatiques émises par le GIEC. 

D’autres citations contredisent certaines idées reçues.

558 - "Un article de "Nature" prétendait que la preuve scientifique de l'influence du CO2 (sur le climat) était établie. Les mesures démontrent exactement le contraire".

Siegfried Dittrich - Physicien - Chimiste (D).

http://notrickszone.com/2015/03/08/german-physical-chemistry-scientist-on-nature-article-of-proof-of-co2-forcing-measurements-show-exact-opposite/#sthash.PSNu9mK9.dpbs

559 - "Nous croyons que la théorie de l'impact du CO2 émis par l'homme sur un changement climatique mondial catastrophique n'est pas étayée".

Harold H Doiron - PhD - Physicien - Mathématicien - Ex collaborateur à la NASA. 

http://www.therightclimatestuff.com/BoundingClimateSensitivityForRegDecisions.pdf

560 - "Le climat est devenu un sujet complètement artificiel calé sur un calendrier diplomatique et politique".

Philippe Verdier - Master en développement durable - Présentateur météo TV - Chef du service météo France Télévision.

https://www.dailymotion.com/video/x2vp3yz_teaser-climat-investigation-philippe-verdier_news?start=4

561 - "Les scientifiques qui émettent des doutes sur l'exactitude des modèles climatiques (du GIEC) sont stigmatisés et assimilés à ceux qui nient les crimes nazis".

Gordon Brown - PhD - Physicien - Professeur de physique Duke University.

http://gradyent.blogspot.be/2013/12/global-warming-spitting-in-wind.lhtm

562 - "Malgré les tentatives de lier tous les événements météorologiques au réchauffement climatique, la température de la Terre a été globalement stable depuis 2002".

Bill Steffen - Météorologue en chef Wood TV.

http://gradyent.blogspot.be/2013/12/global-warming-spitting-in-wind.html

563 - "Le climat change et a toujours changé. (...) Même si l'influence humaine peut avoir de notables conséquences, elle est peu de chose au vu de l'ensemble du système climatique".

Steven E Koonin - PhD - Physique théorique- Directeur du Centre pour la science Université de New York. Ex sous-secrétaire pour la science du gouvernement Obama.

http://www.wsj.com/articles/climate-science-is-not-settled-1411143565

564 - "L'évolution du climat ne peut s'évaluer que sur un grand nombre d'années, voire des décennies ou des millénaires, et sur de vastes étendues géographiques".

Scott Sabol - Météorologue - WJW FOX 8.

http://sabolscience.blogspot.be/2012/04/dallas-tornadoes-global-warming.html

565 - "La diminution de l'activité solaire conduira à un mini âge glaciaire vers 2030, semblable à celui connu par notre planète vers 1645".

Valentina Zharkova - PhD - Astrophysique - Astronomie - Northumbria University (GB).

http://www.ras.org.uk/news-and-press/2680-irregular-heartbeat-of-the-sun-driven-by-double-dynamo

566 - "Nous allons tout droit vers des hivers très rudes, vers un mini âge de glace"

Richard Harrison - PhD - Physique spatiale - Scientifique en chef Rutheford Appleton Laboratory (GB)

http://www.lefigaro.fr/sciences/2015/07/13/01008-20150713ARTFIG00193-une-mini-periode-glaciaire-pourrait-toucher-la-terre-a-partir-de-2030.php

567 - "On n'a pas assez de données pour dire que l'homme est seul responsable du réchauffement climatique".

Luc Trullemans - Météorologue (B)

http://www.sudinfo.be/1398094/article/2015-10-16/luc-trullemans-ne-croit-pas-au-rechauffement-climatique-cause-par-l-homme-oui-je?utm_medium=twitter&utm_source=twitterfeed

568 - "Je suis bouleversé par la quantité de mauvaise science publiée simplement parce qu'elle abonde dans le sens de l'idéologie dominante des catastrophes climatiques (...) causées par le CO2"

Jim Steele - MSc - Environnementaliste - Biologiste.

http://www.mercurynews.com/pacifica/ci_24317137/avid-environmentalist-challenges-climate-change-alarmists-book-event

 

A  SUIVRE

Voir la liste complète arrêtée au 10/10/2015 : 

http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2015/10/10/550-scientifiques-giecosceptiques-1146796.html 

 

Jo Moreau

 

Un nouveau livre sous la direction du Professeur Istvan Marko. Peut être commandé via :

http://www.amazon.fr/Faillite-du-climatisme-Oyster-Club/dp/2251503072/r 

réchauffement climatique,giec,co2,cop21,consensus

 

12:03 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : réchauffement climatique, giec, co2, cop21, consensus | |  Facebook |

18/10/2015

COP 21 APPROCHE, CHRONIQUE D'UN ECHEC ANNONCE

réchauffement climatique,COP 21,climat,GIEC,La conférence de Paris sur le réchauffement climatique -appelée COP 21- approche, source d'une surenchère médiatique et politique envahissante. Comme chacun sait, ce sera la 21e dernière chance qui nous est offerte de sauver la planète.

Depuis de nombreuses années, le débat climatique a délaissé le terrain scientifique pour les domaines politiques et financiers (1). Il est devenu l’objet de toutes les outrances et de tous les amalgames. Porté par des lobbies idéologico-politiques ultra-puissants, tels que Greenpeace ou le WWF, il  justifie le profond changement d'orientation de la politique industrielle et économique des pays développés voulue par ces groupes de pression omniprésents dès l'école primaire, pour s'imposer dans les médias et jusque dans l'état-major de nos partis politiques.

La Conférence de Paris est une véritable aubaine largement instrumentalisée par le pouvoir politique français, qui voit là  l'occasion de redorer un blason particulièrement terni sur le plan intérieur, et d'affirmer son existence sur le plan international. Ainsi, il ne se passe pratiquement plus de jour sans annonces climato-dramatiques  dans les médias. On se souvient aussi de l'invitation impérative de Monsieur Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères, aux commentateurs météo (2) chargés de répandre la Seule Vérité, et la punition récente infligée aux dissidents tels que Philippe Verdier (3). On notera à ce sujet le silence assourdissant de ses honorés confrères, pour lesquels la liberté d'expression ne se conçoit que conformément à leurs propres opinions. Les voix qui réclament la pénalisation du scepticisme quant aux conclusions du GIEC se font de plus en plus nombreuses, et témoignent d'un ....climat général pour le moins inquiétant. (4) 

Ces mêmes médias principalement francophones ont d’ailleurs imposé un black-out presque total sur toute information ou théorie qui irait à l’encontre de ce qu’il faut bien appeler  "la pensée unique et obligatoire". 

On en est arrivé à mélanger tout et n’importe quoi dans un gigantesque « melting pot ». Quelques questions fondamentales, qui ne sont pas nécessairement liées les unes aux autres, en font partie :

- Sommes-nous engagés dans des changements climatiques ?

- Allons-nous vers un réchauffement ou un refroidissement climatique ?

- Ces modifications sont-elles le fait de l’activité humaine ?

Oser mettre en doute  un seul de ces points est assimilé à un véritable crime contre l’avenir de l’humanité, au point que les contestataires sont qualifiés de ‘négationnistes’, servant une science "d’extrême droite", de défenseurs de la Terre plate et qu’on tente de les discréditer par n’importe quel moyen, alliant les sous-entendus douteux aux allégations mensongères, ou en les accusant tout simplement d‘être corrompus et achetés par les multinationales pétrolières.

Malgré les gigantesques efforts de propagande entrepris pour rallier l'opinion, on peut prévoir l'échec de la Conférence de Paris sur le climat, ce qui fut d'ailleurs le sort des 20 grand'messes qui l'ont précédée. Bien entendu, le communiqué final proclamera un "accord historique", qui sera dénoncé après quelques jours et en premier lieu par les ...écologistes.

L'engagement de la réduction des émissions de CO2 sera contournée par un grand nombre de pays. Déjà, parmi les plus grands émetteurs de gaz à effet de serre, la Chine ne prévoit aucune réduction avant 2030, tandis que les USA prennent 2005 comme date de référence, à condition bien sûr que le Congrès ratifie l'accord ce qui est loin d'être acquis. L' Inde ne promettra probablement rien, et seuls les contribuables européens porteront la lourde charge de l'image de la bonne conscience climatique que veut donner notre vertueux continent au reste du monde.

On peut toutefois prévoir un accord sur deux points:

- La date et l'identité du pays organisateur de COP22. (5)

- Le principe de la libération du "Fonds Vert". 

Le "Fonds Vert pour le climat" fut concrétisé à la conférence de Durban. Il prévoyait le transfert annuel (!) de 100 milliards de dollars provenant des contribuables des pays développés, vers les pays émergents soi-disant les plus menacés par les changements climatiques. Ceci devait les aider à en maîtriser les conséquences, qui évidemment ne peuvent être que catastrophiques. Or à ce jour, on ne parle plus de versement annuel, et le Fonds Vert ne comprend "que" 65 milliards de dollars. Mais on peut légitimement se poser deux questions : Quelles seront les personnalités bénéficiaires de cette manne, et qui sera chargé d'en contrôler publiquement l'utilisation ?

Bonne question, disait l'autre, et je vous remercie de l'avoir posée.

Jo Moreau.

 

(1) http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/03/31/20002-20150331ARTFIG00016-le-climat-un-marche-a-100milliards-de-dollars-pour-la-finance.php

(2) http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/coulisses/2014/06/02/25006-20140602ARTFIG00072-fabius-rencontre-les-presentateurs-meteo-pour-parler-du-changement-climatique.php

(3) http://www.lepoint.fr/medias/livre-sur-le-climat-missive-a-hollande-verdier-ecarte-de-france-2-13-10-2015-1973243_260.php

(4) http://blogs.mediapart.fr/blog/georges-menahem/050413/un-tribunal-onu-jugeant-les-crimes-contre-lenvironnement-peut-nous-sauver-des-catastrophes-clim

(5) http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2015/09/15/paris-prochaine-destination-du-tourisme-climatique-1146031.html

 

 

réchauffement climatique,COP 21,climat,GIEC,Un livre incontournable, écrit par 

Istvan Marko , Docteur en Chimie, Professeur à l’Université Catholique de Louvain, coordinateur scientifique de l’ouvrage.

Anne Debeil, Ingénieur civil Chimiste, Ingénieur conseil en Sécurité et Environnement, Gestion de l’eau.

Ludovic Delory, Licencié en Journalisme, Essayiste et Journaliste.

Samuel Furfari, Ingénieur civil Chimiste, Docteur en Sciences Appliquées, Maître de Conférences à l’Université Libre de Bruxelles.

Drieu Godefridi, Juriste, Docteur en Philosophie, Essayiste et Administrateur de Sociétés.

Henri Masson, Ingénieur civil, Docteur en Sciences Appliquées, Professeur à l’Université de Maastricht.

Lars Myren, Ingénieur civil Chimiste, Ingénieur conseil en Sécurité et Environnement.

Alain Préat, Docteur en Géologie, Professeur à l’Université Libre de Bruxelles.

La préface est écrite par Carlo Ripa di Meana, ancien Commissaire européen à l’Environnement et ancien ministre italien de l’Environnement.

Le livre peut être commandé via :

http://texquis.com/texquis-essais/22-climat-15-verites-qui-derangent.html

Ou

http://www.amazon.fr/Climat-15-v%C3%A9rit%C3%A9s-qui-d%C3%A9rangent/dp/2930650052/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1368784858&sr=1-1&keywords=15+v%C3%A9rit%C3%A9s+qui+d%C3%A9rangent

17:29 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : réchauffement climatique, cop 21, climat, giec | |  Facebook |