Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/05/2012

LES EVENEMENTS EXTREMES ET LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE

Monsieur J-P. Van Ypersele -le vice-président du GIEC que le monde entier nous envie-, vient d’exprimer dans les médias son appréciation sur les évènements météorologiques extrêmes qu’on observe dans le monde.(1)

"Cela va être de plus en plus difficile de ne pas relier les événements climatiques à l’évolution du climat(…) Mais dans un climat, qui change bien sûr, la probabilité des événements extrêmes et l’intensité d’une bonne partie des événements extrêmes augmentent. »

Pour appuyer ses déclarations, qui en soit peuvent être valablement défendues et le sont d‘ailleurs par certains scientifiques, il déclare se fonder sur le dernier rapport du GIEC consacré à ce sujet.

Le résumé de ce rapport destiné aux décideurs politiques (2), énumère les différents facteurs qui pourraient être à l’origine des catastrophes climatiques. Si « le changement climatique d’origine anthropique » figure toujours en bonne place, (bon sang ne peut mentir, mais on notera le changement sémantique définitif de « réchauffement climatique » utilisé il y a quelques années en « changement climatique »), pour la première fois le GIEC reconnaît un large éventail d’autres causes concommitantes parmi lesquelles la variabilité naturelle du climat et le développement socio-économique.

La bonne nouvelle, c’est que l’homme n’est plus le seul responsable des épouvantables catastrophes qui nous attendent, par les gaz qu’il émet inconsidérément.

Judith Curry (PhD - Climatologue - Sciences Geophysiques Georgia Institute of Technology - Membre du Conseil scientifique de la NASA) a effectué une excellente analyse de ce rapport, que je vous engage à lire (3).

Toutefois, ma démarche est ici de mettre en avant les opinions de scientifiques qui divergent des conclusions du GIEC, que ce soit sur la réalité de l’augmentation de la fréquence des évènements extrêmes, ou de leur intensité. Comme pour d’autres points du vaste sujet des changements climatiques, il faut clamer que le débat reste ouvert. (Je précise toutefois que certains ne contestent pas la thèse de l’influence humaine sur les changements climatiques).

Le météorologue Joe BASTARDI , par exemple, relève que ces évènements sont compatibles avec les cycles climatiques tels que la Terre a toujours subis, et que le CO2 d’origine humaine n’y est décidément pour rien. Les pires inondations qu’ont connu les USA dans les temps récents, ont par exemple eu lieu en 1927 et 1937, tandis que la pire sécheresse prit place en 1934. Les plus puissantes tornades et ouragans eurent lieu en 1925 et 1938. (4)

Monsieur Emmanuel GARNIER, Historien - Maître de conférence à l’Université de Caen (F) , déclare entre autres qu’il y a eu en France, plus d’ouragans au XVIIIe siècle qu’au XXe. Il ressort de son étude que les évènements extrêmes (sur notre continent) ne sont pas significativement plus importants aujourd’hui que dans le passé.  Dans son rapport établi suite à la tempête Xinthia, il met l’accent sur la recherche des médias et d’un certain monde politique de rattacher à tout prix ces évènements extrêmes aux changements climatiques. En effet, dit-il, « la liaison opérée ou non entre les deux phénomènes induit pour les décideurs des réponses très différentes et engage financièrement la communauté nationale dans des voies diamétralement opposées. » (5) On ne peut mieux cerner, en quelques mots, tout l’enjeu du débat climatique.

Kerry EMANUEL, - Climatologue - Professeur de Météorologie - Director of the Program in Atmosphere, Oceans and Climate Massachusetts Institute of Technology - Spécialiste des ouragans déclare, quant à lui, que même en tenant compte d’un réchauffement climatique substantiel, la fréquence et la puissance des ouragans peuvent ne pas augmenter de façon sensible lors des 200 prochaines années. (6)

Stanley GOLDENBERG - M.D - Météorologue à la division Hurricane Research Division de la NOAA - ex Directeur au National Hurricane Center, conteste que le réchauffement global aurait une influence mesurable sur le nombre et la puissance des ouragans. Il insiste sur le fait que de nombreux scientifiques s’occupant de cette matière sont également de cet avis (7) .

Il faut également tenir compte de la fiabilité des mesures. Celles couvrant les ouragans de l’ Océan Atlantique ne datent que de quelques décennies. Une reconstruction de cette fréquence montre que les 270 dernières années furent particulièrement pauvres en ce genre d’évènement, et l’augmentation constatée ne reflète qu’un rattrapage vers une situation normale. (Bjorn MALMGREN - PhD - Professeur émérite en Géologie marine et Paléoclimatologie- Göteborg University )(8)

Rejoignant cet avis, Max MAYFIELD, MS - Météorologue - Ex directeur du National Hurricane Center (Floride) - Président régional de l’Organisation Météorologique Mondiale.- Spécialiste des tempêtes tropicales et des ouragans, relie l’augmentation constatée des ouragans à un cycle naturel, et s‘il ne nie pas l‘influence d‘un éventuel réchauffement climatique sur le mécanisme des ouragans, il faut aussi tenir compte des changements dans les méthodes de mesure, et de l’introduction de l’outil satellitaire qui est très récent. L’impact de ces cyclones a également été rendu plus meurtrier par l’accumulation des populations près des côtes. (9)

Parmi d’autres, Gabriele VILLARINI, PhD - Dept Civil and Environmental Engineering - Princeton University , s’interroge également sur les méthodes d’observation utilisées. (10)

Qu’il me soit permis d’insister sur un point : je n’ai repris ici que quelques-unes des opinions exprimées sur le sujet, parmi beaucoup d’autres.

Relier directement des évènements extrêmes au réchauffement climatique parait donc beaucoup trop simpliste et manichéiste. Les utiliser pour conforter la thèse du réchauffement climatique (dont l’homme est bien entendu responsable) est illustré par Frank TIPLER ( PhD - Physicien mathématicien - Professeur à Tulane University of New Orléans) : « La théorie du réchauffement climatique causé par l’homme est une pseudo-science. Comme l’astrologie, n’importe quel évènement confirme cette théorie ». (11)

Les ouragans et tornades ne sont évidemment pas les seuls évènements extrêmes dont on peut accuser le réchauffement climatique. La hausse du niveau des mers, et les mouvements marins en général, peuvent être classés dans cette catégorie.

Ceux qui me font le plaisir de suivre mes « listes de scientifiques sceptiques » peuvent aussi prendre connaissance de quelques climats extrêmes que nous connûmes dans les siècles passés, et nous pouvons y classer les « transgressions dunkerkiennes » qui virent la mer conquérir plusieurs kilomètres de terre. Les chroniques, qui n’ont évidemment aucune valeur scientifique faute de mesures certaines, peuvent être complétées par un extrait des quelques témoignages épars qui suivent, et qui, pour la plupart, concernent directement la côte belge. Il ne faut donc pas scruter les îles exotiques pour trouver des éléments à ce sujet :

- EECKE La cité fut engloutie en une nuit au Ve siècle. Le site est aujourd’hui un marais à proximité de Merckeghem.

-KOKSIJDE Lors de grandes tempêtes, des objets qui s’échouent sur la plage attestent de la présence au large, d’anciens habitats datant des premiers siècles de notre ère.

- NIEUWE YDE Vestiges de la cité sous les dunes, au lieu dit Vloedgat, à Oostduinkerke . Le village avait été détruit précédemment par la mer lors de la grande tempête de 1394.

Pour ces catastrophes au moins, on peut affirmer une chose sans crainte d’être démenti : les activités humaines n’y sont pour rien.

ANNEXES

(1) http://www.rtbf.be/info/societe/detail_dernier-rapport-du...

(2) http://ipcc-wg2.gov/SREX/images/uploads/SREX-SPMbrochure_...

(3) http://judithcurry.com/2011/11/18/ipcc-special-report-on-...

(4) http://www.statecollege.com/news/columns/can-america-last...

(5) http://securite-commune-info.info/documents/crues/Xynthia...

(6) http://www.chron.com/business/technology/article/Hurrican...

(7) http://www.mrc.org/node/26917

(8) http://www.nature.com/nature/journal/v447/n7145/full/natu...

(9) http://www.examiner.com/article/former-hurricane-center-d...

(10) http://www.agu.org/pubs/crossref/2011/2010JD015493.shtml

(11) http://www.urgentagenda.com/PERMALINKS%20IV/DECEMBER%2008...

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

Jo Moreau

15:59 Publié dans climat | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : réchauffement climatique, tornades, évènements extrêmes, giec, co2, rio | |  Facebook |